Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

L’enjeu réformateur : concorde et discorde

Lanfranc et la paix

Judith A. Green

Résumé

Quand Lanfranc devint archevêque de Canterbury, il écrivit au pape Alexandre II, son ancien élève : « tant que le roi est en vie, nous avons la paix, dans une certaine mesure, mais après sa mort nous nous attendons à n’avoir ni la paix ni aucun autre bienfait » (Lettres de Lanfranc, n° 1). Pour l’archevêque, le roi était le garant de la paix, sans lequel les conflits étaient inévitables. Lanfranc et Guillaume le Conquérant étaient amis et collègues, mais lorsque le vieux roi mourut, Lanfranc, après avoir reçu une lettre de lui, couronna Guillaume le Roux roi, en lieu et place de Robert, fils aîné de Guillaume. Pourquoi ? Il était certain que les grands du royaume et du duché se révolteraient et qu’il n’y aurait pas de paix. Cet article reconsidère la pensée politique de l’archevêque.

When Lanfranc became archbishop of Canterbury, he wrote to his former pupil, Pope Alexander II, “while the king lives, we have peace of a kind, but after his death we expect to have neither peace nor any other benefit” (Letters of Lanfranc no. 1). For the archbishop therefore, the king was the guarantor of peace, without which conflicts were inevitable. Lanfranc and William the Conqueror were friends and colleagues, but, when the old king died, Lanfranc, having received a letter from him, crowned William Rufus king, instead of Robert, the eldest son. Why? It was certain that the magnates of the kingdom and duchy would revolt and that there would be no peace. This article reviews the archbishop’s political thinking.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Eo [Guillaume le Conquérant] enim uiuente pacem qualemcunque habemus ; post mortem uero eius nec pacem nec aliquid bonum nos habituros speramus2.

Tels sont les mots de Lanfranc dans une célèbre lettre au pape Alexandre II qui décrit les circonstances de son élection. Il réfléchit sur sa nouvelle charge à Canterbury, sur son désir de visiter Rome et sur la fragilité de la paix dans son nouveau pays. Au temps où vivait le roi Guillaume, écrit-il, il y avait « un certain type de paix ». Dans l’Europe violente du XIe siècle, les hommes d’Église tenaient un rôle important dans la résolution des conflits autant que dans les entreprises de pacification3. Néanmoins Lanfranc, d’abord en Normandie comme abbé et surtout en Angleterre comme archevêque, eut une responsabilité fondamentale pour la paix. Comment évaluer sa contribution ? Peut-être participa-t-il aux conciles réunis...

Auteur

Judith A. Green, professeur émerite de l’université d’Édimbourg, est l’auteur d’Henry I. King of England and Duke of Normandy (Cambridge University Press, 2006) et de The Aristocracy of Norman England (Cambridge University Press, 1997), éditeur de Pipe Roll 31 Henry I (Pipe Roll Society, 2012) et, avec Véronique Gazeau, de Tinchebray 1106-2006 (Le Pays bas-normand, 2008-2009). Ancienne professeur d’histoire médiévale à l’université d’Édimbourg, elle a publié des communications sur les Normands en Normandie, en Angleterre et en Écosse. Elle prépare un livre sur Power and Political Society in England 980-1180 (Cambridge University Press, à paraître).

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540