Version classiqueVersion mobile

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

Figures de la réforme, milieux réformateurs (II)

Évêques et moines à l’époque de Lanfranc : l’émancipation monastique en débat

Laurent Jégou

Résumé

À l’époque de Lanfranc, l’histoire de l’Église est jalonnée de rivalités mettant aux prises les établissements monastiques à l’autorité épiscopale. Cet antagonisme est loin de se circonscrire à la question de l’exemption ; ce « concept-écran » qu’est l’exemption ne rend pas compte de la complexité du processus d’émancipation monastique, qui a pris de multiples formes et n’est pas réductible à l’opposition bilatérale entre évêques et moines. Outre l’exemption, divers privilèges ont pu être accordés aux monastères par les papes, les souverains, les princes mais aussi par les évêques eux-mêmes. Ces privilèges constituaient, aux yeux des protagonistes, un acte de piété, une ressource juridique mobilisable en cas de conflit, un instrument de négociation, un outil de réforme… Ces chartes d’émancipation, si elles éclaircissaient le champ d’intervention des évêques et des abbés, furent loin de mettre un terme aux tensions ; elles ont déplacé les conflits existants sur un autre terrain, cultuel et liturgique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours de sa longue carrière ecclésiastique, Lanfranc a été successivement abbé de Saint-Étienne de Caen (1063-1070) puis archevêque de Canterbury (1070-1089). Comme abbé, il a habilement manœuvré afin d’obtenir l’exemption pour son monastère, qui le libérait de la tutelle de son diocésain, l’évêque de Bayeux. À Canterbury, au contraire, l’archevêque a lutté âprement pour conserver le contrôle sur les abbayes placées sous son autorité d’évêque ou de primat, Christ Church d’abord, dont il était abbé ex officio, mais aussi Saint-Augustin ou Bury Saint-Edmund. Zachary N. Brooke explique ce paradoxe par le changement de statut de Lanfranc : partisan de l’exemption lorsqu’il était abbé, il en serait devenu l’adversaire après son élévation à l’archiépiscopat, soucieux alors de conserver ses prérogatives sur les monastères de son diocèse2. Jean-François Lemarignier a réfuté cette opini...

Auteur

Laurent Jégou, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589). Il a publié une thèse sur l’implication des évêques francs et germaniques dans le processus de règlement des conflits au haut Moyen Âge : L’évêque, juge de paix. L’autorité épiscopale et le règlement des conflits au haut Moyen Âge, VIIIe-XIe siècle (Brepols, 2011). Ses recherches actuelles portent sur les réseaux épiscopaux et les rituels judiciaires au haut Moyen Âge.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search