Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

La réforme : concepts, terminologie et médiations documentaires

La liberté de l’abbaye du Bec entre image et réalité. Réflexions autour d’un modèle réformateur normand aux XIe-XIIe siècles

Jean-Hervé Foulon

Résumé

L’abbaye du Bec est considérée depuis longtemps par l’historiographie comme un haut lieu de la libertas Ecclesiae en Normandie. Elle aurait obtenu dès l’origine une véritable indépendance institutionnelle fondée sur l’absence d’hommage au duc et de profession des abbés à l’évêque, ainsi qu’une restriction précoce de l’investiture laïque au domaine temporel. Toutefois, cette vision est fondée sur un traité tardif, le De libertate Beccensis monasterii, rédigé par un moine anonyme vers 1136-1140, soit un siècle après la fondation. Pour distinguer les faits réels de leur possible réinterprétation, il est nécessaire de confronter cet écrit polémique à l’ensemble des sources du Bec écrites entre 1034 et 1160. Il apparaît alors que l’Anonyme a élaboré son œuvre (connue grâce au manuscrit Paris, BnF, lat. 2342) à la lumière des événements du XIIe siècle : les accords de Londres de 1107 et un compromis intervenu entre le roi Henri Ier et l’abbé Boson en 1124. Si sa pensée se développe dans un cadre typiquement grégorien, l’absence d’hommage et de profession d’obéissance sont des libertés récentes obtenues du prince entre 1093 et 1124. Véritable protecteur des moines, ce dernier fait obstacle à toute relation directe avec Rome et reste le chef incontesté de l’Église normande. À partir de vacances épiscopales accidentelles et de l’octroi de libertés ponctuelles, l’Anonyme a bâti le mythe d’une liberté originelle du Bec qui remonterait à l’abbé Herluin. Dotée de vertueux abbés qui défendirent la vie régulière bénédictine contre toute domination féodale extérieure, l’humble fondation du Bec pouvait ainsi apparaître comme l’un des plus grands noms du monachisme normand.

The abbey of Le Bec has long been considered by historians to have been a centre of the libertas Ecclesiae in Normandy. It is said, it had institutional independence from its very beginning, owing neither homage to the duke nor the abbots a profession of obedience to the bishop, as well as an early restriction of lay investiture to temporal domain. This assumption, however, is based on a late treatise: the De libertate Beccensis monasterii, written by an anonymous monk around 1136-1140, namely over a century after the abbey's foundation. In order to distinguish between historical reality and its possible reinterpretation we have to compare this polemical text with all the other written sources from Le Bec between 1034 and 1160. It then becomes clear that the anonymous author produced his work (BnF, ms lat. 2342) in the light of two twelfth-century events: the so-called Concordat of London in 1107 and the agreement reached between Henry I and Abbot Boson in 1124. If his thinking was developed within a typically Gregorian framework, the exemption from homage and a profession of obedience represent liberties obtained from the sovereign only between 1093 and 1124. As an active protector of the monks, he sought to block any direct relationship with Rome and to remain the undisputed head of the Norman Church. The anonymous monk, taking advantage of chance vacancies in the episcopal see and the granting of occasional liberties, developed the myth of a liberty right from the beginning at Le Bec that went back to the time of Abbot Herluin. Blessed with a succession of abbots who actively defended the regular Benedictine life against all outside feudal interference, the humble foundation at Le Bec could thus appear to be one of the great names of Norman monasticism.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le cadre d’une Église normande fermement tenue en main par son prince, le monastère du Bec a été présenté par l’historiographie comme une terre d’exception. Fondée ex nihilo, l’abbaye aurait bénéficié dès ses origines d’une « étonnante indépendance institutionnelle », à travers l’adoption de coutumes monastiques propres, par l’absence d’hommage et de profession d’obéissance de la part de l’abbé, enfin, par une restriction précoce de l’investiture ducale à une simple dotation patrimoniale1. Cet esprit de liberté aurait été initié par l’abbé Herluin et serait l’un des traits spécifiques qui aurait attiré ces disciples d’exception que furent Lanfranc et Anselme. On ne saurait dès lors s’étonner du rôle discret mais réel pris par le monastère dans la résolution de la querelle des investitures au début du XIIe siècle2.

Néanmoins, cette vision idéale repose en grande parti...

Auteur

Jean-Hervé Foulon, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire médiévale à l’université d’Aix-Marseille (AMU). Membre du laboratoire Telemme et spécialiste en histoire religieuse, son doctorat a été en partie édité sous le titre : Église et réforme au Moyen Âge. Papauté, milieux réformateurs et ecclésiologie dans les Pays de la Loire au tournant des XIe-XIIe siècles (De Boeck Université, 2008). Il est l’auteur de nombreux articles traitant de la papauté, des rapports entre l’aristocratie et l’Église, mais également de l’érémitisme, de la prédication, de l’ecclésiologie et de la spiritualité.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540