Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

La réforme : concepts, terminologie et médiations documentaires

Les mots de la « réforme » dans les sources diplomatiques du XIe siècle. Un premier bilan

Laurent Morelle

Résumé

L’article explore les registres d’emploi du lexique réformateur dans les chartes « françaises » des Xe-XIe siècles, principalement celles concernant des établissements monastiques. L’analyse lexicale confirme notamment que le terme « reformare » signifie fondamentalement « re-former » et « remettre en forme » (dans la diversité des sens de l’expression), s’appliquant dès le IXe siècle au patrimoine des églises sans qu’un projet « réformateur » y soit nécessairement associé ; c’est peut-être au Xe siècle que le registre d’emploi s’élargit à la vie communautaire des établissements (I). Si le vocabulaire réformateur à préfixe en « re– » suggère un rétablissement « en l’état primitif », il peut aussi bien valoriser l’idée de restauration « en mieux », la double acception étant déjà présente dans le paradigme spirituel de la reformatio de l’Homme par le Christ reformator (II). Il s’avère cependant que les chartes articulent très exceptionnellement l’action réformatrice institutionnelle avec un préambule sur la reformatio spirituelle de l’individu, ce dernier thème étant pour ainsi dire réservé aux actes de donation (III).

This article explores the range of ways in which reform vocabulary was used in the charters of the tenth and eleventh centuries surviving in France, principally those concerning monastic institutions. In particular, analysis of the vocabulary shows that the term reformare essentially meant to “re-form” and to “restore to form” (in all the meanings of the phrase), and that it was applied from the ninth century to ecclesiastical property without necessarily being associated with any “reforming” agenda. It was possibly in the eleventh century that the range of use widened to include the communal life of ecclesiastical institutions (I). Although reforming vocabulary with the re-prefix suggests a re-establishment of the original state, it can also support the idea of restoration “for the better”, this double meaning being already present in the spiritual paradigm of the reformatio of Man by Christ the reformator (II). However, it transpires that charters only very rarely discussed the reform of an institution with a preamble on the spiritual reformatio of the individual, this being a theme reserved, so to speak, for deeds of gift (III).

Note de l’auteur

L’annotation du présent texte se borne pour l’essentiel à citer les sources. Abréviations : Artem + numéro d’acte : Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, C. Giraud, J.-B. Renault et B.-M. Tock (éd.), Nancy, Centre de Médiévistique Jean Schneider ; éd. électronique : Orléans, Institut de recherche et d’histoire des textes, 2010 (Telma) [en ligne : http://www.cn-telma.fr/originaux] ; – BB + numéro d’acte = Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, A. Bernard et A. Bruel (éd.), Paris, Imprimerie nationale (Collection des documents inédits sur l’histoire de France), 1876-1903, 6 vol. ; – Fauroux + numéro d’acte = Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, M. Fauroux (éd.), Caen, Société des Antiquaires de Normandie (Mémoires ; 36), 1961 ; – Dufour-Malbezin + numéro d’acte = Actes des évêques de Laon des origines à 1151, A. Dufour-Malbezin (éd.), Paris, CNRS (Documents, études et répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes ; 65), 2001. Les actes des souverains français publiés dans la série des Chartes et diplômes publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sont cités d’après le nom du roi, suivi du numéro de l’acte dans le ou les volumes concernés.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Traitant de la « réforme » monastique lotharingienne du Xe siècle, notre collègue luxembourgeois Michel Margue reconnaissait naguère qu’avec le mot de « réforme », l’historien était en présence d’une « notion mal appropriée mais pratique comme tout terme globalisant »2. « Pratique », le mot l’est assurément, comme l’atteste l’usage abondant qu’en font les historiens. Son emploi n’est sans doute pas illégitime, puisque reformatio et reformare appartiennent au bagage lexical des sources que nous labourons. On conviendra aussi sans peine que la notion est « mal appropriée » : les travaux ne manquent pas qui rappellent les insuffisances du concept de « réforme » à rendre compte de l’hétérogénéité des initiatives locales et des mouvements plus amples qui affectent le monachisme des Xe-XIe siècles3. On peut dès lors chercher à nuancer le mot réforme d’un adjectif, ou bien en rej...

Auteur

Laurent Morelle est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (section des sciences historiques et philologiques), où son séminaire de recherche (« conférence ») s’intitule « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire ». La plupart de ses travaux portent sur l’analyse de chartriers de France septentrionale, la diplomatique du premier Moyen Âge jusqu’au XIIe siècle, la perception des actes et leur réception dans l’historiographie médiévale, la critique d’authenticité, les cartulaires et autres compilations. D’autres de ses études concernent plus directement l’histoire monastique et celle des institutions ecclésiastiques. En 2011-2012 et 2012-2013, son séminaire a eu pour thème : « Diplomatique et réforme ecclésiastique (IXe-XIIe siècles) ».

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540