Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons à présent survolé les différents problèmes dans leurs grandes lignes. Un rapide retour aux circonstances historiques d'abord, puis à l'origine des Lapons ensuite, va peut-être nous permettre de comprendre et par là-même de poser enfin le véritable problème lapon.

RESUME HISTORIQUE

2Les Lapons furent victimes dès le ixème siècle des exactions systématiques de la part des trappeurs finnois. En 1277, les Pirkaliens du Häme obtinrent le monopole du trafic des fourrures au nord du golfe de Botnie. Au xvième siècle, Gustave Vasa rattacha à la couronne tout le Lappmark et y encouragea la colonisation des paysans finnois et suédois. Les traités de Täyssinä (1595) et de Knäred (1613) confirmèrent le partage politique de la Laponie entre la Suède, la Russie et le Danemark. Toutefois les frontières actuelles ne furent fixées qu'en 1751 avec la Norvège, en 1809 entre la Finlande et la Russie et en 1826 entre la Norvège et la Russie. Occupées par les Allemands de 1940 à 1945, les Laponies finlandaises et norvégiennes furent systématiquement dévastées par ceux-ci au cours de l'offensive des armées finlandaises et russes en 1944 et 1945.

3Voici à grands traits l'histoire de la Laponie, sans cesse partagée et tiraillée entre les diverses nations Scandinaves et nordiques. Ce point sera considéré comme le premier point important dans les données du problème lapon.

L'ENIGME LAPONNE

4Le deuxième point important résulte des trois origines différentes qui constituent l'énigme laponne :

  • Les Lapons constituent un rameau de la race alpine, une des races primitives de l'Europe.
  • Les Lapons possèdent une culture similaire sinon identique aux Samoyèdes (peuple de la Sibérie, établi dans la toundra sibérienne et anthropologiquement des Mongols).
  • Il a été établi depuis peu qu'à une époque très reculée les Lapons et les Samoyèdes parlaient une même langue : le samoyède, (appartenant au groupe ouralien et qui a presque complètement disparue de nos jours). Pourtant à présent les Lapons parlent divers dialectes composés d'emprunts faits à des langues aussi différentes que le finnois, le samoyède, le nordique, mais qui dans leur ensemble et dans leur structure restent finno-ougriens.

UN PROBLEME QUI N'EST PAS EXCLUSIVEMENT LAPON

5Car il convient de classer les problèmes relatifs aux Lapons en deux grandes catégories : les problèmes que rencontre toute minorité en contact avec une société plus développée et plus importante, et les problèmes typiquement lapons.

6Il est impossible, en fait, de faire rentrer tous les problèmes dans ces deux catégories disctinctes. Car nous assistons à un chevauchement et à un recoupement constant. Si nous essayons de dégager les les particularités qui ne concernent que l'aspect "minorité" du problème, nous constatons qu'il s'agit presque toujours de particularités économiques, qui ont leur origine dans une culture et un mode de vie originales. Ainsi, chez les Lapons, l'élevage du renne est simultanément la base de leur économie et de leur civilisation. D'autre part, le conflit qui oppose toute minorité à une société établie plus importante réside dans l'obligation faite à la minorité de s'intégrer dans la culture et les structures économiques de cette société. Par exemple, les Lapons parlent leurs dialectes, mais pour s'inscrire dans le contexte Scandinave, ils doivent en outre parler le norvégien ou bien le suédois. Les Lapons ne sont en aucun cas forcés d'accepter cette société, mais ils sont obligés de compter avec elle, s'ils veulent survivre.

CONCLUSION

7En résumé à qui avons nous à faire ? À un peuple qui politiquement ne fut jamais autonome, qui ne possède pas de cohésion dans ses origines profondes, ce qui a pour effet de provoquer un désordre psychologique évident, qui enfin possède les problèmes propres à toute minorité. En ce cas, comment se fait-il que le peuple lapon n'ait pas été englouti ou submergé, comme cela est arrivé à tant d'autres peuples au cours de l'histoire du monde ?

8C'est que ce peuple possède une faculté d'assimilation remarquable ; ce qui explique en partie sa triple origine. Il a toujours su s'adapter, se reconvertir et par là-même subsister. On peut très bien imaginer cette tribu primitive de race alpine qui, envahie par les peuples ouraliens (ou tout simplement à leur contact), adopte leur mode de vie et leur langue ; pour ensuite au contact des Finno-ougriens adopter de nouveau une partie de leur mode de vie et de leur langue, tout en gardant à chaque fois quelque chose des emprunts précédents ; finalement repoussés de plus en plus vers l'ouest aux confins de la culture nordique et germanique, et là se produit un brusque arrêt, une prise de conscience aigüe du phénomène agissant : les Lapons vont-ils encore une fois s'adapter, c'est-à-dire parler une langue qui sera fortement teintée de Scandinave – elle l'est déjà dans nombre de ses racines et dans sa syntaxe – pratiquer une religion qui sera un mélange de christianisme et de chamanisme (qu'ils tenaient des Ouraliens), ou bien encore sacrifier à une économie de type intensif et monétaire ?

9La question demeure pour le moment sans réponse. Nous constatons d'une part les efforts réels des démocraties Scandinaves pour conserver la culture laponne, ou ce qui en reste : associations diverses écoles laponnes, étude de la langue, etc… ainsi que la volonté intérieure des Lapons de survivre et d'autre part l'envahissement grandissant de la société moderne sous les traits des coopératives, des associations, de la technique. Ajoutons à cela le complexe de certains Lapons qui, ne pouvant s'intégrer totalement à cette société, cherchent à tout prix à oublier leur culture.

10Peut-être une autre étude sera-t-elle faite dans plusieurs dizaines d'années ou pourquoi pas dans plusieurs siècles, qui pourra confirmer ou infirmer une certaine philosophie de l'histoire, une fatalité historique en quelque sorte. Il reste que de toute manière, il se peut qu'en ce moment nous assistions, sinon à l'agonie d'un peuple, du moins à sa dernière tentative pour survivre.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter