Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

La renaissance culturelle

Texte intégral

1Que la maigre population laponne disséminée sur un territoire aussi vaste, ait pu conserver ses traits ethniques particuliers jusqu'à nos jours, est dû à plusieurs facteurs : d'une part, l'isolement que suppose l'élevage du renne, base de l'économie dans le désert du grand nord, d'autre part une certaine pression de l'extérieur qui contribue ou plutôt a contribué à marquer assez nettement la ligne de séparation entre le groupe ethnique lapon et la majorité de la population allogène.

LES ASSOCIATIONS LAPONNES

2La première association laponne de Suède – celle de Wilhelmina-Åsele – a été fondée en 1904. Ses statuts précisent qu'elle avait pour but d'obtenir l'amélioration de la position sociale, économique, communale et politique des Lapons. Torkel Tomasson fut le grand artisan de cette association et a créé par la suite le Samefolkets Egen Tidning ("le propre journal des Lapons") actuellement Samefolket (le peuple lapon) régulièrement publié aujourd'hui encore et subventionné par le gouvernement. En 1918 les Lapons tinrent des états généraux à Őstersund ; cette conférence, la première de ce genre, avait notamment pour objet de permettre aux Lapons de se prononcer sur la proposition gouvernementale n°169 de l'année parlementaire de 1917, (proposition d'une nouvelle loi sur le pacage des rennes) ; "La Fédération Centrale des Lapons" y fut créée, mais fut dissoute en 1923 par suite de l'impossibilité à rassembler un capital social. Cependant des associations laponnes locales virent peu à peu le jour dans toutes les communes où il y avait des Lapons pratiquant l'élevage du renne. L'une d'entre elles : "L'Association Laponne d'Arjeplog", invita en 1937 des délégués de tous les Lapons du pays à une nouvelle conférence nationale à Arvidsjaur pour discuter du rapport déposé en 1935 concernant l'enquête gouvernementale sur les Lapons de 1930. Les états généraux suivants se tinrent en 1948, également à Arvidsjaur, et cette fois à l'occasion du rapport déposé en 1946 par la commission de contrôle des viandes, qui proposait la réforme de l'abattage des rennes. En 1950, les états généraux tenus à Jokkmokk constituèrent la Svenska Somernos Riksförbund, (la S.S.R. - la fédération nationale des Lapons de Suède) groupant communautés et associations laponnes. Depuis, des députés élus se sont réunis chaque année en une sorte de "parlement lapon" ; les voyages des "députés" ont toujours été subventionnés par le fond lapon de l'état suédois. La S.S.R. a de même reçu jusqu'à présent les subventions de ce même fond. Les communautés et associations laponnes versent une cotisation annuelle proportionnelle au nombre des membres et des députés qu'elles ont le droit de déléguer aux congrès nationaux.

3Le rôle principal de la S.S.R. s'exerce sur le plan de la formation de l'opinion. La société Same-Ätnam poursuit des buts culturels ; fondée en 1944 par l'évêque de Luleå, Mgr. Bengt Jonzon, cette association dont le nom signifie : "Avenir de la culture laponne" réunit des Lapons et tous ceux qui s'intéressent à leur culture. Elle travaille par sections ; les sections de l'artisanat artistique et de la culture ont obtenu d'excellents résultats dans leurs efforts pour assainir l'artisanat lapon, pour informer et former l'opinion parmi les Lapons. La section de l'artisanat d'art est assistée financièrement par la Fédération Nationale des Associations Suédoises d'Artisanat Artistique, le fond lapon de l'état suédois, le conseil général du département du Norrboten, la société d'économie rurale des départements du Norrboten et du Västerbotten et la section de la culture à l'aide des fonds spéciaux inscrits au budget de l'état en faveur de l'instruction populaire chez les Lapons, ainsi que par les associations culturelles des départements respectifs. Certains cours pour la formation des contrôleurs sont subventionnés par le fond lapon de l'état suédois.

VERS UNE FEDERATION LAPONNE ?

4En 1953, Same-Atnam pouvait inviter, en collaboration avec l'association finnoise Lapin Sivistysseura et norvégienne Sami Saervi, les Lapons des trois pays nordiques à une conférence commune à Jokkmokk. Les discours et exposés prononcés au cours de cette conférence ont été publiés dans un recueil Samiid dilit à Oslo en 195Y. Une nouvelle conférence a rassemblé les délégués des Lapons des trois pays à Karasjok en 1956 : le Conseil Lapon Nordique y fut fondé. Le chapitre huit des statuts en précise la tâche : "défendre les intérêts économiques, sociaux et culturels des Lapons d'une façon compatible avec les devoirs des Lapons envers leurs nations respectives".

LA SURVIVANCE CULTURELLE

5Le dernier point cité plus haut est très important, voire primordial ; en effet, comment les Lapons vont-ils pouvoir conserver leur culture au milieu d'un pays auquel ils appartiennent en tant que citoyens et auquel pourtant ils sont étrangers en tant qu'individus ? Comment donc ces Lapons sont-ils considérés et aidés dans leurs pays d'adpotion ?

6Prenons le cas de la Norvège, par exemple, où bien des Lapons ont perdu toute foi en leur héritage culturel et espèrent une "norvégianisation" rapide et totale. En 1968, a eu lieu en Norvège un recensement ; dans le questionnaire proposé à cet effet, étaient seulement considérés comme Lapons à part entière, ceux qui outre leur pratique de la langue laponne et leur appartenance ethnique au groupe lapon, se considéraient et se réclamaient comme tels. Il fut surprenant, mais compréhensible de constater que le nombre des Lapons recensés ainsi diminuait presque de moitié ! Beaucoup de Lapons ont commencé à parler norvégien chez eux avec leurs enfants. Pourtant, une étude récente faite par Per Fokstad de Tana, autorité en la matière, a prouvé que les enfants lapons qui avaient le lapon pour langue maternelle et le norvégien pour seconde langue, étaient beaucoup moins déréglés psychiquement que les enfants lapons auxquels les parents avaient parlé norvégien dès leur plus tendre enfance (ce phénomène se rapprocherait du cas du gaucher que l'on a obligé à écrire de la main droite).

7Pourtant les Lapons sont conscients que personne ne peut leur prendre leur propre langue, ni leur culture sans détruire leur personnalité, et personne ne les empêchera d'enseigner le norvégien à leurs enfants tout en gardant leur langue maternelle. Les idéalistes lapons luttent durement contre une assimilation totale et il est difficile de prédire la fin de cette lutte.

LA RENAISSANCE CULTURELLE

8Néanmoins, depuis quelque temps, les peuples Scandinaves semblent faire des efforts dans le domaine culturel, domaine moins exposé aux atteintes des intérêts d'argent que le domaine économique.

9Ainsi, depuis 1952, la radio émet régulièrement des programmes spéciaux pour les Lapons. Ces programmes comportent surtout des rapports sur l'élevage du renne, des interviews en suédois, en norvégien, parfois en finnois et bien sûr en lapon sur des problèmes d'actualité intéressant les Lapons, des informations sur les enquêtes en cours, des émissions culturelles. La radio a diffusé des séries d'émissions sur les problèmes du logement et de l'installation, de la langue et de la culture laponne, sur les examens de langue laponne, les "écoles de nomades", la recherche scientifique pour l'amélioration de l'élevage du renne et les villages lapons. Des programmes ont également été consacrés à l'élevage du renne, en Norvège, en Finlande et en Russie. Les programmes lapons ont suscité un intérêt considérable, non seulement chez les Lapons mais encore dans le grand public. Ils ont eu une très grande valeur sur le plan de l'information. Des bulletins d'information sont maintenant régulièrement diffusés en lapon. Les programmes lapons ont été systématiquement utilisés pour l'enseignement dans les écoles de nomades. Il faut rapprocher de ces différentes tentatives le film relativement récent du zoologue et biologiste Per Høst (de Norvège) qui s'intitule : Samejokki (c'est-à-dire Jokki le Lapon), et raconte la vie d'un Lapon ; hélas, ce film a fait plus de mal que de bien et a contribué par son aspect trop romantique à renforcer le contexte folklorique des Lapons et les vues idéalistes que possède déjà le grand public. Conséquence funeste, le héros de ce film, le Lapon Jokki est devenu un saltimbanque qui plante sa tente dans les foires, perpétuant ainsi l'image du "Lapon typique".

L'ASPECT POLITIQUE

10Un aspect du problème n'a pas encore été abordé et pourtant il ne doit pas être négligé : l'aspect politique. En effet, la Laponie n'est pas représentée en tant qu'état, ni même en tant que région ; on parle des Lapons, mais surtout des Lapons norvégiens, des Lapons suédois ou des Lapons finlandais. Nous venons pourtant de voir qu'à présent il existe des associations culturelles reconnues par les différents états Scandinaves.

  • 1 cf. Morgenbladel du 26 mars 1969
  • 2 cf. Dagbladet du 8 avril 1969

11En fait, les Lapons sont plus ou moins représentés par le biais de députés dans les diverses assemblées parlementaires Scandinaves. Ainsi, en Norvège, les Lapons du Finnmark votent pour le Socialistik folkeparti (parti minoritaire de gauche qui possède deux sièges au parlement norvégien, le Storting) et ont ainsi l'occasion de faire entendre leurs revendications. II faut pourtant mentionner à ce sujet un incident fort récent qui peut à l'avenir se révéler grave de conséquences : le représentant des Lapons qui était le second de liste du Arbeiderparti (le parti travailliste) a été exclu au profit d'un représentant des majorités de la côte de souche Scandinave1. En d'autres termes, les Lapons ne possèdent plus de représentants au Storting. Ce fait a vivement touché toutes les communautés laponnes, surtout celle de Suède ; et une conséquence inattendue en est résultée : les Lapons présenteront une liste laponne unique aux prochaines élections norvégiennes qui auront lieu en automne 19692.

12Du résultat de ces élections, et du succès de cette liste peut dépendre une réaction d'ordre purement psychologique et affectif, à savoir : donner aux Lapons le sentiment que s'ils le désirent, ils peuvent encore espérer conserver leur identité comme groupe ethnique distinct.

Notes

1 cf. Morgenbladel du 26 mars 1969

2 cf. Dagbladet du 8 avril 1969

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter