Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

L'art chez les lapons

Texte intégral

1Le lapon n'a eu qu'un emploi limité en tant que langue littéraire. Il est cependant écrit de façon assez courante depuis le xviième siècle. Mais ce n'est qu'au xviiième siècle que les traductions ont commencé à se multiplier. En 1755, le Nouveau Testament est publié en lapon ainsi que la Bible en 1811 ; les autres œuvres traduites en lapon étaient presque exclusivement de caractère religieux. Depuis le début du xxème siècle, quelques écrivains lapons se sont manifestés et ont utilisé leur langue maternelle. En 1910, Johan Turi a publié ses « Muittalus samid bira » (Récits sur les Lapons) qui ont une valeur littéraire notable et offrent nombre d'informations précieuses sur les activités et croyances des Lapons. Cet ouvrage a été traduit en plusieurs langues de grande diffusion. Le même auteur nous a donné en 1931 des "Récits de la montagne" (« från fjället »). En 1938, Nils Nilsson Skum a publié son recueil très apprécié d'œuvres graphiques « Same sita » (Village lapon) pourvu de textes en lapon et en suédois. Turi et Skum écrivent en lapon tornéen. Anta Pirak a publié en 1937, en lapon luléen, « Jåhttee saamee viessoom » (Vie du Lapon nomade).

2Une importante littérature religieuse a été publiée dans le dialecte maternel de Turi et de Skum, qui est en effet la langue religieuse des Lapons en Norvège. Plus près de nous, il faut citer un auteur renommé de descendance laponne : Matti Aikio de Karasjok. Seules les difficultés qu'il eut à s'adapter à la vie de Kristiana l'empêchèrent de créer une œuvre plus complète, car il se sentait dépaysé hors de son pays d'origine. Ses romans content d'une façon touchante la solitude des Lapons dans un milieu culturel étranger. Sans oublier le regretté Pedar Jalvi d'Utsjoki dans la vallée de la Tana, qui s'annonçait comme un poète plein de promesses.

3Comme nous venons de le voir, les Lapons n'ont pas donné de littérature écrite quantitativement importante. Mais le récit oral relève également de la littérature. Chez les Lapons, de même que chez les autres peuples arctiques et chez toutes les minorités culturelles en général, la littérature orale est très importante.

LA LITTERATURE ORALE

4En effet, les Lapons possèdent un patrimoine de contes et de légendes qui ont des thèmes semblables à ceux des peuples voisins. Pourtant ces légendes recèlent de nombreux éléments propres à l'histoire des Lapons, à leur idéologie ancienne et à leurs relations avec les autres peuples. Le surnaturel et la peur dominent, peut-être à cause de la lutte contre un monde dur et dangereux. Le personnage principal est le « Stallö », un monstre cannibal qui a les traits d'un ancien fantôme arctique, symbolisant la fertilité païenne en Scandinavie et les percepteurs d'impôts ou autres intrus dangereux. Les histoires les plus étranges sont certainement celles d'hommes qui défient des corps célestes ou les forces de la nature, et finissent par perdre la vie dans ce combat. Il y a aussi des légendes qui racontent avec humour les luttes contre les assaillants venus d'autres peuples, surtout les Caréliens et les Russes ; en règle générale les Lapons sont victorieux, mais ils gagnent par la ruse, non par des batailles rangées. Cependant les Lapons possèdent aussi des héros qui affrontent les brigands en combats singuliers.

LE JOJK OU YOIKE

5Une catégorie à mi-chemin de la littérature et du chant lapons est celle du Yoiking ou jojking, (suivant que l'on considère la graphie suédoise, norvégienne ou laponne). C'est certainement la relique la plus étrange de la culture laponne. Elle a dû avoir un caractère magico-religieux à l'origine. En effet, le nom lapon de la mélodie yoike qui est vuolle, même mot que le vocable finnois vala (le serment) et luotte ainsi que l'ancien mot nordique blót (le sacrifice). Le yoike est un texte court que l'on répète sans cesse jusqu'à ce qu'on s'arrête brusquement. On trouve aussi des yoikes plus longs qui racontent une histoire ; la plupart d'entre eux ont un caractère impressionniste et lyrique, bien qu'ils contiennent souvent un élément satirique ou érotique. Les sujets sont très divers, êtres humains et animaux, montagnes et vallées, mer, rivières et lacs. Chants et poèmes ne sont pas nettement différenciés dans le yoike, ils forment les composantes plus ou moins distinctes d'une sorte de poème psalmodié. Lorsque les Lapons parlent du juoigat (chanter le yoike), on pense alors surtout à l'aspect essentiel, alors que la mélodie est le plus souvent monotone. Dans les districts lapons luléens et pitéens, on utilise un verbe spécial (cåb'mut ou cub'mut) pour désigner le fait de chanter avec paroles. En effet, "mot" en lapon se dit coabmi. Dans le Finnmark on parle de dajahus, qui est un vocable dérivé du verbe daddjat, dire. Et chaque Lapon du Finnmark possède un yoike personnel qui par ses mots, son rythme et sa mélodie, caractérise l'homme et fait allusion à des événements importants de sa vie. Pour les Lapons, l'homme et le yoike sont liés intimement, comme un homme à son nom ou à son ombre.

6Le yoike sans parole est le plus courant à Jokkmokk, Arjeplog, Sorsele et Tärna. Plus au nord, le contenu verbal du yoike est souvent aussi important, sinon plus parfois, que la mélodie ou le rythme. Ce n'est certainement pas par hasard que les textes de yoikes découverts en premier soient d'origine nord-laponne et de forme poétique. Au cours de la seconde moitié du xviième siècle, un étudiant lapon de Kemi (Finlande septentrionale actuelle) Olaf Sirma, est allé faire ses études théologiques à Upsala. À la même époque, le professeur Johannes Schefferus d'origine strasbourgeoise, mais enseignant à Upsala, avait été chargé d'écrire un livre sur les Lapons, ü le publia en 1673 sous le titre de "Lapponia id est regionis Lapponum et gentis nova ett verissima discriptio". On trouve dans cet ouvrage deux poèmes que Sirma avait transcrits pour Schefferus. Ces chansons furent appréciées partout où on lut "Lapponia" et ont laissé des traces dans la littérature mondiale. Les voici en français, d'après la transcription du Suédois Björn Collinder ; la première est une chanson d'amour pour l'hiver :

  • 1 Ndt : la « vaja » ou « vaïa » est la femelle du renne

Kulnasatj, ma petite vaja,1
il est temps de partir
partir pour la forêt du nord,
nous hâter par les grands marais,
cheminer vers les foyers
de ceux qui sont beaux.

Ne me retiens plus, Kajgavare,
Bonne route, maintenant, Kälvejaure !

Que de sentiments m'agitent,
En franchissant la crique de Kajga !
Cours promptement, ma vaja,
qu'au plus tôt nous rejoignions
celle que Sarak envoya,
que le destin me destinait.

Ah ! que bientôt je la puisse voir
qu'il me soit donné de regarder ma bien-aimée !
Kulnasatj, ma petite vaja,
vois-tu déjà ses yeux ?

7La seconde est une chanson d'amour pour l'été :

Que le soleil réchauffe le lac de l'écureuil !
Si je grimpais à la cime du sapin
et savais que je peux voir le lac de l'écureuil !
et la bruyère où elle demeure,
j'abattrais tous ces arbres
qui ont poussé là ces temps derniers.

Je choisirais toutes les branches
qui portent une belle verdure,
Par les légers nuages me laisserais emporter,
J'y volerais volontiers avec les ailes du corbeau ;
mais je n'ai pas même les ailes de la macreuse
pour y voler d'un trait ;
ni les ailes ni les pieds de l'oie
pour me rendre auprès de toi.
Oui, tu as attendu, le meilleur de tes jours,
avec tes doux yeux et ton cœur chaleureux,
Mais s'il arrivait qu'au loin tu fuies,
je saurais pourtant bien vite te rattraper.
Quoi de plus dur
que les liens de tendons ou les chaînes
qui brident durement, qui enchaînent la tête
et altèrent les pensées.

L'humeur du garçon est l'humeur du vent,
les pensées de la jeunesse sont de longues pensées.
Si toutes je les écoute,
je me fourvoie sur un mauvais chemin.
Il me faut choisir un seul désir
pour trouver le chemin.

8Les poèmes des yoikes encore chantés aujourd'hui sont très évidemment apparentés à ceux que l'étudiant Sirma avait rapportés au professeur Schefferus. A Arjeplog, dans le district lapon pitéen, une vieille femme chantait ainsi un pacage et les rennes de trait qui y paissaient :

  • 2 Ndt : rennes de trait

Les Härkar2 des prés sauvages de Mittliden,
sûr qu'ils ont la force de me tramer avec mon bien-aimé,
sûr qu'ils ont la force de nous traîner tous deux dans l'ackja,
les härkar des prés sauvages de Mittliden,
Sûr qu'ils ont la force de me tramer avec mon bien-aimé.

9De la marche laponne pitéenne nous vient ce poème de yoike sur les pacages à rennes de Seuldetnjuona (la région boisée entre les fleuves Skellefte et Pite). Un éleveur de rennes octogénaire le chantait. Il n'avait plus la force de s'occuper de ses bêtes, et avait la nostalgie de retourner à Seuldetnjuona.

Eh bien, eh bien je chanterai alors
Ces forêts et Seuldetnjuona,
le pays entre les fleuves… aja vala...
les forêts où l'eau abonde
et où l'on entend bramer les jeunes rennes
vaja vaja……
maintenant c'en est bien fini de moi,
mais le parentage après moi
s'en ira là-bas oo o o aja a a a a.

10Et à Jokkmokk, un éleveur chante ainsi sa terre d'automne d'Ultevis que lui ont léguée ses ancêtres :

Je chante encore Ultevis,
Je chante les hautes collines d'Ultevis.
Et l'appel des vajas,
Et le son des grelots
Résonnent avec mon yoike.

  • 3 Les bois sont recouvert d'une peau à poils courts qui se détachent lorsqu'ils ont fini de pousser  (...)

Qu'elles brament, les vajas d'Ultevis !
Que les mâles d'Ultevis
Polissent leurs bois3
Aux saules d'Ultevis… na, na, na.

Là sont les vajas qui me restent
de mes ancêtres,
et on entend encore la voix des vajas
et l'appel des jeunes rennes
dans le pays entre les bouleaux du haut
d'Ultevis, velle valla van.

11Ce dernier poème exprime clairement et simplement les sentiments de l'éleveur de rennes pour ses bêtes et les pacages où elles paissent. Mais d'innombrables yoikes évoquent également les gens. Dans la Marche pitéenne, comme dans le Finnmark, chaque individu a pour ainsi dire son "indicatif musical". Et l'écrivain lapon Johan Turi a dit du yoike : "Le chant du Lapon est le yoike". C'est un art à la mémoire des autres hommes. La mémoire de certains est entourée de haine, l'amour entoure celle des autres. Et les chants sont aussi consacrés à des terres et à des bêtes, au loup, au renne, au renne sauvage… Alors l'une des filles dit à l'autre : "Chante maintenant Niilas ton fiancé !… " Et toutes les filles trouvaient que Niilas était beau, et toutes le voulaient pour mari, c'est pourquoi elles le yoikaient (chantaient).

UN PEUPLE ARTISTE

12De nombreux faits prouvent que les Lapons ont des dons artistiques très développés. Ces dons s'expriment notamment dans la mise en forme des objets d'usage courant, dans la décoration d'une cuillère, d'une boucle de ceinture ou d'une gaine de poignard, ainsi que dans leur broderie en fil d'étain ; le matériau n'est pas seul à être soigneusement choisi ; la forme, le traitement extérieur et la décoration sont d'un goût raffiné. Parmi les objets anciens depuis longtemps disparus, il y a les tambours magiques dont la décoration graphique et l'ornementation prouvaient une grande puissance créatrice sur le plan artistique. On peut voir dans divers musées, tels que le musée de Stockholm ou les musées départementaux de Luleå et d'Umeå, de vieux objets magiques.

13En parlant d'art, il faut citer l'artiste et peintre lapon Jon Savio de Varanger, qui a créé des peintures et des sculptures sur bois exquises illustrant la vie laponne. Il a un sens du détail extraordinaire que l'on remarque, par exemple, dans le lancement d'un lasso, l'écart soudain d'un chien et la course effrénée du renne.

L'ART LAPON ET LE TOURISME

14Mais l'artisanat artistique est aujourd'hui devenu une sorte d'industrie de souvenirs touristiques ; il offre un choix restreint d'articles, mais de très haute qualité. Durant l'été de 1960, une exposition commerciale de ces souvenirs s'est tenue à Kiruna. Elle a été très appréciée, notamment des touristes étrangers ; la section des arts appliqués de la société Same-Åtnam, s'applique depuis une quinzaine d'années à améliorer la qualité de l'artisanat lapon. Des conseillers, hommes et femmes, ont prêté leur précieux concours à cette œuvre qui a reçu l'appui des autorités gouvernementales.

LES CONTREFACONS ET LES… SCANDINAVES

15L'artisanat artistique est une source supplémentaire de revenus qui joue un grand rôle dans divers districts de Scandinavie. Des contrefaçons ou des réalisations médiocres de l'artisanat lapon sont souvent offertes aux automobilistes sur les routes. On peut également ajouter à cette catégorie de souvenirs les "objets lapons" proposés dans les villes. Il s'agit là d'objets n'ayant absolument aucun rapport avec l'artisanat lapon.

16On peut d'ailleurs aussi s'interroger sur le don que possèdent les Scandinaves dans leur ensemble pour la décoration d'objets usuels ? Ont-ils hérité cet art des contacts antérieurs qu'ils ont eus avec les Lapons, ou plutôt seraient-ce ces derniers qui, inspirés par les pionniers vikings, auraient développé cette forme de décoration ? La question demeure pour l'heure sans réponse définitive.

Notes

1 Ndt : la « vaja » ou « vaïa » est la femelle du renne

2 Ndt : rennes de trait

3 Les bois sont recouvert d'une peau à poils courts qui se détachent lorsqu'ils ont fini de pousser ; les mâles frottent leurs bois aux buissons pour s'en débarrasser et polir leur ramure.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter