Version classiqueVersion mobile

Compositions et recompositions du lien social en Irlande

 | 
Anne-Catherine Lobo

Perspectives historiques

Liens identitaires entre les églises irlandaises et leur patrimoine architectural

Daniel Cahill

Résumé

Avec l’introduction de la Réforme en Irlande au XVIe siècle, l’ensemble du patrimoine architectural religieux devient propriété de l’État. En partie distribué ou vendu, l’essentiel passe entre les mains de l’Église officielle, désormais nouveau propriétaire des édifices religieux historiques les plus anciens du pays. Bon nombre de ces sites, à l’instar du Rock of Cashel et de Clonmacnois, datent même des origines du christianisme en Irlande. La forte valeur symbolique de ces sites et édifices est irrégulièrement exploitée par l’Église officielle jusqu’au XIXe siècle lorsque surviennent l’Émancipation catholique puis le Disestablishment. L’Église catholique engage alors de multiples tentatives de récupération de certains anciens édifices religieux ou d’autres sites historiques de prestige, souvent abandonnés et en ruine. La question de la propriété du patrimoine bâti soulève celles de la cohésion interne de chaque communauté, de sa place dans la société, et des rapports des communautés entre elles.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lors des conférences que l’historien Francis S.L. Lyons prononça à l’université d’Oxford en 1978, celui-ci avança la thèse de l’existence de plusieurs cultures distinctes en Irlande dans lesquelles la religion jouait un rôle prépondérant1. Malgré les efforts pour construire une société unifiée, ces groupes restèrent toujours séparés par leur culture et surtout par leurs pratiques religieuses. De plus, ces divisions sociétales se manifestèrent violemment sous forme de soulèvements sanglants, que Lyons qualifia d’« anarchie » et qui traversèrent tout le XIXe siècle avant de s’achever avec la guerre civile de 1922-1923. Dans un domaine plus spécifique, celui de la construction des lieux de culte, chacun de ces groupes – Catholiques romains, Anglicans et Presbytériens – tentait aussi de se distinguer par des édifices où le style architectural employé soulignait une identité propre2. L...

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search