Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Compositions et recompositions du lien social en Irlande

 | 
Anne-Catherine Lobo

Perspectives historiques

Statut, influences et motivations de l’élite gaélique d’Ulster pendant l’insurrection de 1641

Karine Bigand

Résumé

L’insurrection de l’élite gaélique d’Ulster en 1641 ne doit pas être considérée comme le point d’orgue d’une résistance à l’imposition du modèle colonial dans la province qui aurait commencé avec la mise en place de la colonie de peuplement dans les années 1610 et 1620. Au contraire, il s’agit davantage d’une révolution conservatrice, dont les acteurs principaux avaient comme priorité de préserver leur statut foncier et politique, rendu vulnérable par des facteurs à court et moyen termes, en Irlande et en Grande-Bretagne. Cet article suit les itinéraires personnels de plusieurs membres de l’élite gaélique d’Ulster et montre comment leur degré d’intégration politique et sociale dans la société coloniale, et leurs réseaux sociaux, ont déterminé leurs motivations et influencé leur degré d’implication dans l’insurrection. À travers ces portraits, l’élite gaélique se révèle divisée et contrainte, pour sa survie, de choisir entre deux systèmes de valeurs qu’elle tentait jusqu’alors de concilier. Loin de la représentation ultérieure de l’insurrection, les choix opérés, pragmatiques ou non, étaient avant tout des choix personnels.

The rising of the Gaelic-Irish elite in Ulster in 1641 should not be interpreted as the final moment of a long process of resistance to the Ulster plantation and the introduction of the colonial model in the province, dating back to the 1610s and 1620s. On the contrary, it was more of a conservative revolution aiming at preserving the landed interests and political power of its leaders as they were being put under strain by various short- and medium-term developments in Ireland and Britain. This article tracks the actions of several Irish leaders and shows how their degree of integration in the colonial settlement, as well as their social networks, may have influenced their motivations and determined how much they chose to become involved in the rising. These portraits show a divided Gaelic elite, which was forced, to survive, to choose between two cultural mindsets it had previously tried to reconcile. The decisions made, pragmatic or not, were above all personal decisions, however collective and premeditated they may have been represented later.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est aujourd’hui établi que l’insurrection irlandaise de 1641 s’est déroulée en deux phases en Ulster, la première correspondant au soulèvement des élites gaéliques et la seconde aux soulèvements populaires dont les abus ont fait la réputation de l’événement1. À propos du soulèvement des élites, l’historiographie a montré qu’il s’agissait d’une « révolution conservatrice », sorte de soulèvement préventif pour préserver un ordre établi plutôt que pour le bousculer, et qu’il fallait y voir la volonté des insurgés d’asseoir une position de force afin de pouvoir négocier la préservation de leurs droits et de leur statut2. Si cette interprétation vaut pour l’ensemble de l’île, il est intéressant d’en observer les déclinaisons locales, ce qui est rendu possible, notamment et selon les comtés, par l’étude des témoignages contemporains des colons protestants. L’étude de l’insurrection d...

Auteur

Université Paris-Nord – Paris XIII

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540