Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

La langue et ses problèmes

Texte intégral

1Le lapon est une langue intimement liée au finnois ; toutes deux appartiennent au groupe finno-ougrien. Il y a bien d'autres langues qui font aussi partie de ce groupe : entre autres l'esthonien, le hongrois et certaines autres langues parlées dans l'est et le nord de la Russie, ainsi que dans le Vogul et l'Ostyak au nord-ouest de la Sibérie. Le rapport qui existe entre le finnois et le lapon laisse supposer qu'il y eut une époque où exista une forme de langage à partir de laquelle se développèrent au cours des siècles ces deux branches que sont le finnois et le lapon.

ETUDE HISTORIQUE DE LA LANGUE LAPONNE ET DE SES ORIGINES

2Certains mots empruntés au lapon prouvent que les Lapons ont vécu en rapport étroit avec les ancêtres des Finnois de la Baltique, probablement à la fin de l'âge du bronze. Les Finnois se détachèrent ensuite des tribus finno-ougriennes qui vivaient dans la région est de la Russie d'Europe et se déplacèrent vers l'ouest dans la région de la Baltique où ils entrèrent en contact avec les ancêtres des Lithuaniens et des Lettoniens, c'est à ces derniers qu'ils empruntèrent un certain nombre de mots que les Lapons à leur tour reprirent des Finnois, la forme de ces mots prouve qu'ils sont passés au lapon à l'époque primitive du finnois. Ainsi les Lapons auraient vécu autrefois beaucoup plus à l'est et au sud que maintenant, soit près du Golfe de Finlande et du lac Ladoga, dans la région duquel on vit encore des Lapons jusqu'au xviième siècle ; au début du xixème siècle, ils étaient définitivement repoussés au nord de la Finlande.

3De même, certains noms de localités en Finlande prouvent que des groupes de Lapons ont occupé des vastes régions de ce pays. Puis les frontières sud des territoires' lapons à l'âge du bronze remontèrent vers le nord, partiellement sous la poussée des Finnois de la Baltique. Il semble que les Lapons disparurent du sud-ouest de la Finlande avant l'âge des Vikings, environ vers l'an 500 de notre ère : c'est donc à cette époque que l'âge finno-lapon prit fin. La raison de ce bouleversement est inconnue. Les archéologues ont cependant confirmé qu'il y a dans les régions nordiques très peu de vestiges des quelques siècles qui précèdent les débuts de l'ère chrétienne ; selon certains auteurs, ce fait est dû à la détérioration du climat qui contraignit la plupart des habitants de ces régions à émigrer vers le sud, selon d'autres, les gisements de minerai se seraient épuisés à cette époque, ce qui aurait contraint les habitants à utiliser à partir de ce moment des outils de bois, d'os ou de corne, qui se seraient lentement décomposés par suite de la teneur acide du sous-sol.

4Quoi qu'il en soit, un événement très important se produisit pendant cette époque, et quel qu'il ait été, il est certain que cet événement est d'une façon ou d'une autre lié à la division des Finnois et des Lapons. Vers le début de l'ère chrétienne, ils renouèrent des contacts entre eux, mais dans des circonstances complètement différentes : il s'agissait désormais de deux groupes nettement distincts l'un de l'autre, aussi bien en ce qui concerne le langage qu'en ce qui concerne la culture. Mais alors, quand les Lapons vinrent-ils en Scandinavie ? Bien qu'il soit encore impossible de fixer une date, il est évident qu'ils se sont établis avant l'âge des Vikings, puisque la langue laponne a emprunté bien des mots au nordique primitif.

  • 1 La province du Jämtland

5On a découvert que des espèces de pinnipèdes portent des noms d'origine laponne, ce qui indique que les habitations laponnes sur la côte de l'Océan Arctique sont très anciennes. Pourtant il faut noter que plusieurs de ces espèces existèrent dans la Baltique bien plus tôt. De plus, on a trouvé près de Varanger des squelettes humains datant de 1500 avant Jésus-Christ, ainsi que du début de notre ère appartenant au type nordique et non au type lapon, Il est donc possible que les Lapons s'établirent au nord de la Scandinavie approximativement au début de notre ère ; puis ils se dispersèrent vers le sud, et il semble qu'ils atteignirent la région du Nord-Trøndelag, ainsi que la région correspondante en Suède1, avant le temps des Vikings. Il est évident qu'à la fin du Moyen Age, il y avait des Lapons jusqu'à Rendalen au sud de la Norvège. En Norvège septentrionale, ils avaient avancé jusqu'à Beiarn, dans l'actuelle province du Nordland, à l'époque nordique primitive.

  • 2 Benni = petit chien mâle
  • 3 Fânâs = un bateau sans voile, par opposition à Skiipâ, d'origine nordique qui signifie un bateau à (...)

6Les ancêtres des Lapons de Scandinavie étaient exclusivement des chasseurs et des pêcheurs, ceci ressort du vocabulaire lapon. Tous les mots anciens ayant trait à l'agriculture et à l'élevage sont dérivés du nordique, ce qui prouve qu'ils ne s'infiltrèrent dans la langue laponne que lorsque les Lapons entrèrent en contact avec la population agricole du nord de la Norvège, au cours de leur expansion à travers la péninsule Scandinave. Parmi les mots ayant un rapport avec la pêche et avec la chasse il en existe bien sûr qui sont très anciens : par exemple le mot bateau2 possède un équivalent en lapon ainsi que le mot chien3.

LES DIALECTES LAPONS ET LES GROUPES LAPOPHONES

7Etant donné leur petit nombre, on serait fort tenté de croire - d'ailleurs bien à tort - que les Lapons constituent une tribu homogène. Ce n'est cependant pas le cas. Il est certain qu'à une époque très reculée, les Lapons eurent une langue commune, mais les différentes tribus laponnes n'étaient pas à cette époque séparées par des distances énormes comme c'est le cas de nos jours, et les moyens de communication entre eux étaient donc relativement aisés ; malheureusement on ne possède que peu de renseignements sur cette époque ancienne. Il reste qu'il n'existe pas de langue commune à tous les Lapons, mais un grand nombre de dialectes qui diffèrent entre eux de façon parfois si considérable qu'on pourrait à bon droit les considérer comme des parlers distincts. Dans certains cas des Lapons provenant de contrées diverses sont absolument incapables de se comprendre. (On a même pu voir le paradoxe suivant : deux Lapons obligés de parler suédois entre eux pour pouvoir se comprendre !) Pour cette raison il a été hors de question d'envisager la création d'une langue écrite unique.

8La langue laponne se subdivise dans le nord en trois groupes de dialectes : les dialectes du centre, du sud et de l'est ; les dialectes du centre sont parlés à une écrasante majorité. Leur aire s'étend de la frontière entre les départements du Norrbotten et du Västerbotten, au sud, jusqu'aux parages du lac Inari au nord-est. Ils sont parlés dans tous les villages lapons de montagne du département du Norrbotten et dans tous les villages lapons des forêts au nord de Jokkmokk. En revanche, les dialectes des Lapons des forêts d'Arvidsjaur et d'Arjeplog appartiennent au groupe du sud. À la suite des dislocations survenues dans la population laponne du nord, un dialecte central (le plus souvent septentrional en Suède) s'est répandu également dans les départements du Västerbotten et du Jämtland ; les dialectes lapons du centre sont également parlés dans les départements de Tromso et du Finnmark en Norvège, ainsi que dans les communes d'Enontekiö et d'Utsjoki en Finlande. Le coeur des régions où l'on parle les dialectes du centre, est la commune de Kautokeino, dans le Finnmark norvégien.

9La frontière dialectale la plus nette délimitant l'aire du lapon central suit à peu près le cours du fleuve Kalix ; dans les communes de Jukkasjäärvi et de Karesuando, on parle donc le dialecte tornéen, variante du lapon central également appelé "lapon septentrional". Le dialecte de Karesuando, qui est la variante la plus septentrionale du lapon tornéen, est très proche des dialectes d'Enontekio et de Kautokeino : ce dernier s'est propagé, depuis ces cent dernières années, au détriment des dialectes voisins, aussi bien vers le sud que l'est ou le nord. Les dialectes de Karasjok ou de Polmak, en Norvège, et d'Utsjoki en Finlande, ne diffèrent guère non plus de celui de Kautokeino. On peut dire en résumé, que depuis Jukkasjäärvi et les régions avoisinantes de la commune de Galliväre au sud, jusqu'à Utsjoki compris à l'extrême limite nord-est, les Lapons n'éprouvent pratiquement aucune difficulté à se comprendre mutuellement dans leur dialecte maternel : "le lapon septentrional". Les difficultés sont nettement plus grandes quand il s'agit de ceux qui parlent le lapon luléen et encore plus le lapon pitéen.

10Le dialecte tornéen sert de base, depuis peu, à une langue écrite commune pour les Lapons de Norvège et de Suède. Scientifiquement, le lapon du Finnmark est le mieux inventorié. En 1929, le professeur Konrad Nielsen, détenteur de la chaire de langues finno-ougriennes à l'Université d' Oslo, publiait un manuel complet eh trois parties, comprenant grammaire, textes et lexique. Le vocabulaire est exposé de manière exemplaire par le même savant dans son très complet dictionnaire lapon (Lappisk Ordbok – Lapp Dictionnary) dont le troisième et dernier tome est paru en 1938. Konrad Nielsen avait un assistant lapophone, Hans J. Henriksen, (devenu depuis conseiller auprès du Conseil Lapon du Finnmark) et un collaborateur scientifique, le docteur ès-lettres Asbjørn Nesheim qui, depuis 1959, détient la chaire nouvellement créée de langue et d'ethnologie laponne à l'Université d'Oslo. En 1956, Nesheim a ajouté un quatrième tome au dictionnaire lapon, dans lequel le vocabulaire est systématiquement classifié ; il offre une aide extraordinairement précieuse pour l'utilisation écrite de la langue laponne. Le lapon luléen est presqu'aussi bien "exploré" que le lapon du nord : un dictionnaire de lapon luléen a été publié dont le troisième et dernier tome est paru en 1950 - Harald Grundström en est le rédacteur – par la suite, le dictionnaire a été complété par un registre des équivalents nord-lapons des mots lapons luléens. Un livre de lecture en lapon du sud, « Samien lukkerne gärja » a été publié au début des années 50, dans une version lapo-norvégienne et une lapo-suédoise par Knut Bergsland et G. Hasselbeink. Ce sont des Lapons suédois et norvégiens qui ont pris l'initiative de cet ouvrage et en ont assuré le financement.

ASPECT LINGUISTIQUE DU LAPON

11Les dialectes lapons possèdent les caractères communs à presque toutes les langues ouraliennes :

  • Ils ne connaissent qu'un nombre de sons relativement réduit : occlusives, spirantes, chuintantes, affriquées, liquides, nasales. Ils répugnent aux accumulations de consonnes et observent des règles strictes qui limitent le nombre et la qualité des sons pouvant figurer au début ou à la fin des mots. Les voyelles ont peu de variété.
  • La morphologie est essentiellement fondée sur le procédé dit d'agglutination dont le mécanisme est presque partout le même.
  • La syntaxe repose sur quelques relations simples et la phrase complexe ne s'est développée et articulée que dans une partie du domaine ouralien.

12Le système phonologique du lapon est relativement simple, l'ouralien n'ayant à l'origine possédé que des occlusives sourdes (p, t, k), si l'on fait exception de l'occlusive vélaire nasale (n). Les sonores correspondant aux occlusives étaient des spirantes. En revanche, il y avait tout un jeu d'affriquées et de sifflantes ainsi que des chuintantes. Une partie des consonnes pouvaient se différencier par une mouillure, et même dans certains dialectes les consonnes mouillées ont été traitées autrement que les consonnes ordinaires, ainsi l'opposition en lapon entre :

13čalbme = "œil" et salla = "giron"
ne s'expliquant que par le contraste ancien entre *s' – et *s –.

14Contrairement à ce qui était enseigné précédemment, il ne semble pas qu'il ait existé originellement une alternance consonantique selon laquelle, à l'intérieur du mot, les consonnes auraient connu deux degrés, l'un faible, l'autre fort, selon le schéma :

15finnois. kukka "fleur" - kukat "fleurs" (kuka-t)

16vika "faute" - viat "fautes" (<*viga-t)

17L'alternance entre un degré fort kk, tt, pp et un degré faible k, t, p, entre un degré fort k, t, p, et un degré faible zéro (<*g) d (<*d), v (<*s) est circonscrite en finnois aux seules occlusives k, p, t. En lapon, le même phénomène a pris plus d'extension dans certains dialectes, alors que dans d'autres il n'existe pas. Il s'agit probablement d'une innovation propre au finnois et au lapon. Son origine et son développement ne sont pas élucidés.

18Il semble bien que les voyelles aient été soumises dès l'origine à la règle de l'harmonie vocalique. Comme les radicaux ouraliens étaient constitués de deux syllabes, la voyelle de la deuxième syllabe possédait le même timbre que celle de la première. Il en est résulté que dans certaines langues finno-ougriennes, tous les éléments vocaliques du mot se sont harmonisés sur la première voyelle selon des règles qui varient légèrement d'une langue à l'autre.

19Le mot ouralien était marqué par des lois rigides quant à son commencement et à sa fin. Au début du mot ne pouvait figurer qu'une voyelle ou une seule consonne, et la fin se terminait par une voyelle brève.

20Ces deux règles se sont partiellement maintenues dans les parlers actuels. Ainsi le finnois répugne toujours à prononcer à l'initiale plus d'une consonne, (ranta "rive" <suéd. strand, likka "fille" <suéd. flicka, etc…). Même récemment, des mots de civilisation introduits en finnois ont dû s'adapter à la règle ancienne dès qu'ils se sont vulgarisés (ropakanta <propaganda !). Pour ce qui est de la voyelle finale brève, elle s'est conservée avec plus ou moins d'altération en lapon comme en finnois.

21La morphologie ouralienne est fondée sur l'agglutination. Par là, il faut entendre la juxtaposition de suffixes à un mot-base ou thème fourni soit par le mot primaire isolé soit par une forme d'aspect différent qui ne se rencontre pas à l'état isolé. Il en résulte que, dans un certain nombre de langues, l'agglutination se produit par suffixation sur des thèmes consonantiques aussi bien que sur des thèmes vocaliques.

22Les langues ouraliennes ne possèdent pas de genre grammatical. C'est tout au plus si certains pronoms distinguent les personnes et les choses.

23La distinction de nombre semble avoir existé à date très ancienne ; l'ouralien commun a connu un pluriel et un duel. Toutefois les thèmes de pluriel ne se construisent pas d'une manière uniforme dans tous les dialectes, alors que les formes de duel conservées en lapon (seulement dans les pronoms personnels, les suffixes possessifs et les verbes) semblent remonter à un suffixe en - k. Ainsi en lapon actuel comme en hongrois, le pluriel est marqué à l'aide du suffixe-k :

  • yokka "rivière" - pluriel = yogak
  • guolle "poisson" - pluriel = guolek, etc… (l'opposition -kk - -g-et -Il - -l- est un phénomène d'alternance consonantique propre au lapon). Il y a lieu de se demander si le pluriel en -k n'est pas identique au duel (les pronoms personnels duel et pluriel de la 1ère et 2ème personnes sont identiques en lapon luléen).

24Le pluriel des cas obliques en lapon comme en finnois se forme au moyen d'un suffixe -i-, -y- :

  • manna "enfant", nom pl. manak "les enfants", acc. pl. manaid

25Dans la formation des noms possessives comme dans celle des verbes, l'agglutination des éléments pronominaux a eu un rôle essentiel. C'est par ce procédé que s'est opérée progressivement la différenciation morphologique du nom et du verbe : c'est pourquoi les formes verbales sont la plupart du temps presque complètement identiques à celles du nom possessivé. Quant à l'expression des temps verbaux elle ne présente aucune homogénéité, car à l'origine la notion de temps n'était pas dégagée des autres notions exprimées par le verbe (aspect, orientation, etc). Une autre particularité de la conjugaison des langues ouraliennes, c'est le verbe de négation (et d'interdiction) qui sert à construire les formes négatives (et interdictives) du verbe. Le principe est le suivant : au lieu de nier le verbe par le moyen d'une particule, c'est un verbe qui se conjugue à cet effet. Suivant les dialectes lapons, le verbe de négation possède un passé ou seulement un présent, il arrive même qu'un groupe de mots soit susceptible de se conjuguer.

26Le développement du nom est caractérisé en ouralien par le foisonnement des formes casuelles suffixées. Ces formes ont abouti à constituer une sorte de déclinaison dont les cas sont parfois très nombreux : le lapon n'en possède que 8, mais l'on en a relevé jusqu'à 24 pour le hongrois et 18 pour le zyriène, quant au finnois 16 lui suffisent.

27À l'origine, la syntaxe des langues ouraliennes est dominée par deux règles : le déterminant est antéposé au déterminé, le prédicat, placé en fin de phrase, est séparé du sujet et de son groupe par une syncope dans le débit du discours. D'autre part, l'ouralien n'a pas connu ce que nous appelons la subordination. Il n'a pas employé davantage la coordination. Il est curieux de constater, par exemple, que les conjonctions de coordination ont été souvent empruntées à des langues indo-européennes (le i du russe est ainsi passé en lapon de Kola, alors que le finnois ya, "et" provient du germanique ancien !). Ce qui correspond à notre phrase complexe a consisté en une succession de déterminations constituées par des groupes de mots antéposés les uns aux autres.

LE LEXIQUE

28Le vocabulaire que la comparaison des langues ouraliennes a permis de restituer pour l'ouralien commun n'est constitué que d'un petit nombre de termes. C'est que le lexique ancien n'exprimait qu'une civilisation de type néolithique, alors que les Ouraliens ont été amenés successivement à s'adapter à des civilisations étrangères, représentées par les peuples avec lesquels ils se sont trouvés en contact.

29La lacune la plus troublante est celle qui a trait aux noms de nombre (les Finno-Ougriens ne savaient compter que jusqu'à 6). Soumises à une forte pénétration indo-européenne, les différentes langues ouraliennes ont puisé, soit dans l'iranien, soit dans les langues baltes comme le finnois, dans lequel le lapon à son tour, a puisé une partie au moins de ses emprunts. Ces deux langues ayant été influencées surtout par le germanique ancien.

30Selon que l'on considère leur forme phonétique ou leur structure interne, les langues ouraliennes ont évolué très diversement. C'est le lapon qui s'est adapté le plus complètement à la syntaxe européenne. Ses phrases se superposent presque terme pour terme à celles des langues Scandinaves et les noms verbaux qui jouaient un si grand rôle dans la formation des quasi-propositions se sont fortement atrophiés. Même le finnois suomi, malgré la richesse des formes nominales du verbe, a calqué sa phrase ou du moins son allure sur celle du suédois moderne.

LE VOCABULAIRE LAPON

31La langue est le reflet de la culture d'un peuple et de ses coutumes, ainsi la culture spécifiquement laponne repose sur le renne utilisé comme animal de boucherie, de trait, de bât et de lait. La harde de rennes est appelé aello, c'est-à-dire "ce dont on vit". Mais le renne est également au centre, pour ainsi dire, de la culture spirituelle des Lapons, ce que prouvent la langue, les chants et les légendes. Un quart environ du vocabulaire du lapon du centre a trait au renne et à l'élevage du renne. Les désignations du renne sont extrêmement riches et nuancées ; elles se basent sur certaines catégories premières concernant l'aspect physique du renne, la forme des ramures indiquant l'âge, la couleur et les nuances de la robe, le sexe et les qualités du caractère. Le renne mâle change de nom chaque année jusqu'à l'âge de six ou sept ans. C'est ainsi que le renne est appelé miessi de sa naissance en mai jusqu'au mois de mai de l'année suivante, puis čaermat jusqu'à l'automne suivant. Le renne mâle âgé d'un an et demi est alors appelé varit, puis vuovers à deux ans et demi, gåddudas à trois ans et demi, goasehas à quatre ans et demi, màkkan (is) à cinq ans et demi et namma-lèppi à partir de six ans et demi.

32La langue reflète également la connaissance intime que le Lapon possède de la nature. Les vocables désignant les types de terrain sont nombreux et spécialisés. Des termes spéciaux désignent les diverses sortes de hauteurs, de vallées, de lacs et de cours d'eau. Par exemple goadnil indique "un endroit tranquille et sans courant du fleuve, près de la rive ou d'une pierre", guoi'ka un rapide pouvant être franchi avec un bateau, gaevis un rapide difficile ou impossible à franchir avec un bateau, gårzi une chute d'eau, njavvi "la partie d'un cours d'eau glissant lentement, généralement avec de petits tourbillons à la surface"(il s'agit le plus souvent de grosses masses d'eau), aedno un grand fleuve, jokka une rivière, jogas un ruisseau. On retrouve la même minutieuse spécialisation dans le vocabulaire désignant les diverses sortes de temps, de vents et de neiges. Le fait notamment que le renne soit très dépendant de la nature, de l'enneigement lors du pacage hivernal, a suscité des vocables très nuancés, indiquant les diverses sortes de consistance de la couche de neige.

33Les relations sociales sont aussi tout naturellement reflétées par la langue et les liens de parenté occupent une place très importante. Le lapon est très riche en mots désignant la parenté. Les Lapons distinguent par exemple beaucoup plus distinctement que les Scandinaves, les différents degrés d'alliance au sein d'une famille. Les relations entre les générations des parents et des enfants font l'objet d'appellations spéciales qui remontent à un stade archaïque où la "gens" jouait un grand rôle.

34Muotta indique une tante maternelle plus jeune que la mère ; mais goas'ki une tante maternelle plus âgée que la mère. De même, čaecci est un oncle paternel plus jeune que le père et aekke un oncle paternel plus vieux que le père.

35La langue laponne est extrêmement riche en diminutifs exprimant l'affection, l'amitié, l'intimité humaine, ou la tendresse et l'encouragement lorsqu'il s'agit des enfants. Les formes diminutives avec un suffixe possessif sont courantes pour exprimer l'amour et la tendresse entre parents et enfants, époux ou amis.

36Si le lapon est particulièrement riche en termes exprimant le concret, il est, comme les autres langues rurales et primitives, pauvre en mots exprimant des concepts abstraits.

Notes

1 La province du Jämtland

2 Benni = petit chien mâle

3 Fânâs = un bateau sans voile, par opposition à Skiipâ, d'origine nordique qui signifie un bateau à voile.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter