Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Compositions et recompositions du lien social en Irlande

 | 
Anne-Catherine Lobo

Perspectives historiques

Les corporations de Dublin au XVIe siècle : du lien social au lien national

Raphaël Willay

Résumé

Cet article interroge le rôle joué par les corporations de Dublin comme relais et source d’affirmation et d’extension de l’autorité de la Couronne anglaise en Irlande. De par leur nature, les corporations sont les structures privilégiées d’exercice d’une certaine forme de lien social, fondé sur des pratiques, et sur l’adhésion à des valeurs communes, dans un cadre hiérarchique ; elles étaient donc des alliés potentiels que la Couronne pouvait cultiver. Les corporations de Dublin, pour commercer avec l’île voisine, avaient intérêt au resserrement des liens, ainsi qu’au maintien d’un pouvoir stable. Aussi cherchèrent-elles à manifester et renforcer les liens, comme il apparaît lors de leur rôle dans l’organisation des grandes fêtes publiques.

This article studies the role of the Dublin corporations, as instruments and as factors of display of the authority of English sovereigns in Ireland, which also reinforced such authority. Owing to their very nature, corporations are fundamental structures for the operation of a certain type of social bond, based on common practices, on shared values, and on obedience to hierarchy; that made them potential allies for the Crown. In order to trade with the neighbouring island, it was the corporations’interest that the links should be tight, and political power stable. So they sought to emphasize and strengthen such links, as is notably exemplified by the part they played in the organization of public festivals and ceremonies.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du Moyen Âge, l’Irlande se divise en deux aires culturelles distinctes. Au Nord et à l’Ouest, s’étend l’Irlande gaélique, tandis que la « Seigneurie d’Irlande », sous tutelle théorique de la Couronne d’Angleterre, regroupe les terres du Sud et de l’Est. À ces deux entités, il convient d’ajouter plusieurs cités où la domination anglaise ne semble pas uniquement subie, mais où elle paraît également souhaitée. Dans ces « bonnes villes d’Irlande »1, l’on trouve des corporations qui, au XVIe siècle, se divisent en deux catégories. La première se compose de confréries créées pour des raisons socio-religieuses, comme l’organisation de célébrations eucharistiques ou d’actions charitables. La seconde catégorie, celle dont il est question dans cet article, est formée de guildes, « associations d’artisans ou de marchands […] groupés en vue de réglementer l’exercice de leur professio...

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540