Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

La religion

Israel Ruong
Traduction de Birmann de Relies

Texte intégral

1La religion est intimement liée à la vie de la société et à celle de ses membres. Nous donnerons donc un bref aperçu de l'ancienne religion des Lapons, puis de leur graduelle conversion au christianisme avant d'aborder leurs problèmes religieux actuels.

L'ANCIENNE RELIGION DES LAPONS

2Selon la croyance des anciens Lapons, les puissances qui gouvernaient le monde pouvaient être bonnes ou mauvaises suivant le comportement des gens à leur égard, (cette conception est par ailleurs une des bases fondamentales de la médecine traditionnelle laponne). Les ancêtres faisaient partie de ces puissances ou esprits qui vivaient dans certaines montagnes vénérées que l'on se transmettait de père en fils comme une propriété.

3Les habitants du ciel et les forces de la nature étaient aussi vénérés. Pourtant les cultes quotidiens étaient voués aux « séïdes » : sortes d'idoles suggérées par des pierres ou des rochers aux formes étranges. Les Lapons leur faisaient des sacrifices ; l'animal sacrifié était le plus souvent un renne et dans les grandes occasions un ours, pour lequel les Lapons avaient une adoration commune : l'ours brun géant que les Finnois appellent le "Karhu". L'origine de ce culte provient du fait qu'ils considéraient l'ours comme un animal intelligent et fort dangereux, et aussi à moitié humain car il peut marcher sur ses pattes de derrière.

4Il y avait aussi les « Noaîdes » qui servaient d'intermédiaires entre les humains et les forces surnaturelles ; ils établissaient le contact avec l'autre monde au moyen de l'extase, ce qui est une caractéristique des religions arctiques que l'on rencontre depuis la Scandinavie jusqu'au Groenland : ces religions sont du type chamaniste, on les rencontre chez presque tous les peuples ouralo-altaïques habitant la Sibérie ou l'Asie du nord. Le tambour était l'objet le plus important du Noaîde encore appelé "Chaman". Lors des cérémonies occasionnées par une maladie ou un autre désastre, les membres de la tribu se rassemblaient autour du Noîde en chantant et en dansant pendant que ce dernier battait le tambour jusqu'à l'évanouissement. Pendant la cérémonie le Chaman était revêtu d'un masque et couvert d'emblèmes. Le tambour était fait du tronc d'un pin ou d'un bouleau qui devait être coupé dans un endroit précis, les veines de l'arbre devant être dirigées de l'orient vers l'occident. Le tambour par ses battements lancinants provoquait l'extase ou un état voisin de l'hypnose. On pensait que, une fois inconscient, l'âme du Chaman quittait son corps pour se rendre dans l'autre monde et recevoir des conseils ou de l'aide. Mais on pouvait aussi employer le tambour comme instrument de divination : en effet, le dessus du tambour était peint de motifs représentant les personnages du "panthéon" lapon qui se compose d'un assemblage hétéroclite de divinités empruntées aux diverses mythologies germano-scandinave et finnoise. Certains dieux sont spécifiquement lapons, mais la plupart sont le produit d'un savant mélange : ainsi FREJ qui est moitié lapon et moitié Scandinave, TOR le dieu traditionnel Scandinave est ici le dieu de la fécondité, il y a aussi TIRMESS le dieu du tonnerre, puis un couple de dieux : AHJE et AKKA, le père et la mère du monde, et enfin le dieu souverain qui figurait en trois exemplaires sur les tambours, (rappelant en quelque sorte la trinité du christianisme). Le tambour était aussi orné de personnages symboliques, et les Lapons suivaient des yeux sur quels personnages les petites baguettes en métal ou en corne frappaient pendant que le Noaîde battait le tambour. La fonction de Chaman était héréditaire ou pouvait être acquise dans certaines circonstances ; on subissait un entraînement au commerce du monde avec les esprits. Le Chaman cumulait les fonctions de prêtre, prophète et médecin.

5Toutes ces cérémonies d'extase impressionèrent beaucoup les peuples voisins, sans compter les histoires fantastiques parlant des Lapons dont les puissances pouvaient être à deux endroits à la fois. Mais au cours des temps, les Lapons adoptèrent certaines caractéristiques des religions voisines, si bien qu'à présent on trouve des éléments de l'ancien paganisme germanique et du christianisme qui se côtoient dans leur religion.

LA CONVERSION DES LAPONS AU CHRISTIANISME

6Les missionnaires les plus anciens furent des Norvégiens qui arrivèrent dès le xiiième siècle ; et au xivème siècle, on entend déjà parler de Lapons suédois chrétiens. Quant aux Lapons de Russie, leur conversion date du xvième siècle. Pourtant, les activités missionnaires les plus anciennes n'eurent pas un effet très protond, et ce n'est qu'au xviiième siècle, à l'époque du piétisme, que des missions plus intenses débutèrent en Scandinavie. En d'autres termes, on pourrait dire que la religion des Lapons fut réduite pratiquement au néant d'une façon assez brutale aux xvii et xviiième siècles : les idoles furent rassemblées et brûlées, les lieux de sacrifice détruits. Néanmoins, certains de ces lieux ont clandestinement survécu jusqu'au xixème siècle et une bonne partie d'entre eux sont encore connus aujourd'hui. Parfois on peut encore voir un Lapon qui passe devant l'ancien lieu saint, jeter encore quelques petits objets dans le gouffre ou sous la paroi rocheuse comme nous jetons des pièces dans la fontaine Trevi à Rome. Autrement, les Lapons sont à présent presque christianisés et ce, grâce aux efforts d'un pasteur norvégien : Thomas von Westen, qui fut nommé l'apôtre des Lapons. Un phénomène semblable de conversion put être observé chez les Lapons suédois ; à ce sujet il convient de parler de l'étrange réveil religieux qui survint chez les Lapons au xixème siècle sous la forme du Laestidianisme.

LE LAESTIDIANISME

7Le Laestidianisme tire son nom du pasteur suédois Lars Levi Laestadius (1800-1861), l'une des plus étranges personnalités religieuses dans l'histoire de l'église Scandinave. Il passa la plus grande partie de sa vie à prêcher dans les districts les plus septentrionaux de la Suède. Lorsqu'il débuta comme pasteur, la situation sociale et culturelle dans les districts lapons lui posa de graves problèmes. Le plus grand des fléaux étaient les esprits qui paralysaient tous les efforts sociaux et culturels de la population laponne. Laestadius eut à lutter longtemps contre le fléau de la boisson, et cela sans résultat. Mais en 1833, après une crise spirituelle, il subit un profond réveil religieux, et ce réveil ne se répandit pas seulement en Laponie suédoise, mais aussi en Norvège et en Finlande septentrionales. Pour les Lapons, ce réveil fut une bénédiction et joua le rôle d'un sédatif religieux.

8Le Laestidianisme est encore un facteur important dans la vie religieuse des Lapons de la Scandinavie du nord et de la Finlande. On peut reconnaître les Lapons appartenant à cette secte à leur puritanisme rigoureux, lequel peut aller jusqu'à l'intolérance d'une chose aussi étrangère à la religion qu'un bouleau plein de verdure dans une cour de ferme, que des rideaux aux fenêtres ou qu'un calendrier illustré sur le mur de la cuisine. Les Lapons laestidianiens sont par exemple offusqués de voir une école de nomades à Jukkasjäärvi comportant un internat moderne et magnifique pour les enfants lapons et une chose aussi anti-chrétienne qu'une masse de plantes vertes sur les escaliers pour animer un peu la vie pendant le triste et long hiver.

… ET LES AUTRES

9Les Lapons suédois qui vivent plus au sud dans les comtés de Jämtland et de Härjedal appartiennent aussi à diverses sectes religieuses. Une partie d'entre eux sont des « Pinsevenner » (les amis de la Pentecôte) ou encore appartiennent à l'Indremission (la secte peut-être la plus puritaine de toutes). Une autre partie dit tièdement adhérer à l'église d'état et enfin une dernière partie, et non la moindre parmi les jeunes, est totalement indifférente, buvant et courant les filles à qui mieux mieux, du moins quand cela est possible, et ce n'est pas toujours facile dans les montagnes et cela exige des trésors d'astuces assez cocasses ; c'est ce dernier groupe que l'on appelle les "assimilés".

LE CHRISTIANISME A LA MODE LAPONNE

10En fait, les Lapons ont imparfaitement assimilé les religions et sectes occidentales issues du Christianisme ; leur croyance à un au-delà est mêlée d'éléments païens et chrétiens : un royaume des bons et des méchants. À cela s'ajoute une croyance profonde en l'existence des génies de la nature et en un séjour des morts dans les montagnes et dans les-lacs. En effet, les Lapons ont été christianisés par la force et sont essentiellement superstitieux : ils tiennent Noël pour un jour malheureux, croient que les esprits malins se promènent dans le ciel, font un tout de Dieu et du diable, leur dieu principal se trouve confondu avec Jésus-Christ et les apôtres.

EN CONCLUSION…

11Ce phénomène est un phénomène beaucoup plus général qu'on ne le pense ; en effet, les pays Scandinaves sont aussi sujets à cette déchristianisation actuelle. Résisteront-ils à un retour du paganisme, ou adopteront-ils une morale laïque universelle tendant à se substituer dans le monde entier à une morale religieuse ? Car les Lapons ne possèdent pas le sens du péché comme les Chrétiens. Pourtant, il est probable que les Lapons dans leur évolution religieuse suivront les pays Scandinaves auxquels ils sont intégrés tout en gardant le particularisme qu'ils possèdent déjà.

12Pour terminer ce chapitre consacré aux problèmes religieux des Lapons, nous citerons une anecdote historique qui donne un certain relief au problème religieux et montre, entre autres, dans quel climat se déroula la christianisation des Lapons.

13"Au xviième siècle, la Suède était une grande puissance, mais un pays pauvre ; or le bruit se répandit que les montagnes de Laponie recelaient d'immenses richesses. C'était en partie vrai : on avait découvert, sous le règne de la reine Christine, la mine d'argent de Nasa dans le massif limitrophe de la frontière norvégienne située dans la Marche laponne de Pitea. À grand peine, on commença l'extraction ; pour descendre le minerai dans la vallée, on utilisait des rennes, et les Lapons furent obligés d'assurer le transport. Ce fut pour eux des temps bien pénibles : ceux qui tentaient de se soustraire, étaient sévèrement châtiés. En même temps des prêtres zélés s'efforçaient de les convertir au Christianisme, mais de nombreux Lapons préféraient s'en tenir à leurs Chamans et à leurs dieux ancestraux. L'un des prêtres de la paroisse de Silbojakk, (près de Sädvajaur dans la commune actuelle de Arjeplog) où le minerai d'argent de Nasa était fondu, avait saisi les tambours magiques de nombreux Chamans et faisait route vers la côte avec une harde de rennes. L'un des Chamans dépossédés, Anders Nilsson, attaqua le prêtre et sa suite, et reprit par la force son tambour ; il fut condamné pour ce crime au "bûcher. C'était l'époque où les procès de sorcellerie faisaient rage en Suède. Anders Nilsson fut exhorté à apostasier sa foi païenne, mais refusa. Il souffrit donc le martyre pour sa religion. "

Auteur

Birmann de Relies (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter