Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

Conclusion sur les problèmes économiques

Texte intégral

1Que dire des autres problèmes, comme la chasse ou la cueillette des baies, où la concurrence des touristes n'est rien à côté de celle des autochtones Scandinaves ; problèmes pourtant minimes si l'on considère les problèmes de la croissance des troupeaux, d'une organisation meilleure de la boucherie… etc… mais qui acquièrent une importance sans cesse grandissante. Tous les problèmes annexes de la viande sont passés dans les mains des coopératives Scandinaves de vente où les Lapons n'ont pas voix au chapitre. En ce qui concerne les immenses troupeaux de rennes, il n'y a plus de place sur les grandes étendues des pâturages du nord. Les gros propriétaires lapons interdisent des élevages plus importants, suivant en cela les conseils de la « rennaringsakkuningas Kommission » (commission d'experts en rennes) au sein de laquelle ne figure aucun lapon, et où la Svenska Samernas Rikesförbund (association pour la sauvegarde des Lapons plus connue sous le sigle S.S.R.) n'est même pas représentée malgré leurs énergiques revendications. Pourtant des études ont été faites par des Lapons compétents, entre autres par un propriétaire nommé Edvin Kangas ; hélas, les résultats étant contraires à ceux de "la commission des experts", aucun compte n'en fut tenu !

2Les Lapons craignent que l'Administration ne leur dispute leurs droits de chasse et de pêche sur leur terre comme on a pris leur droit d'extraire le minerai de fer.

3Il est en effet totalement incompréhensible que les pays Scandinaves qui encouragent pourtant la renaissance culturelle des Lapons, mettent en péril ou du moins permettent que l'on mette en péril la survivance économique des Lapons. Ceci a été énergiquement dénoncé par un Norvégien – Per Otnes – qui s'élève contre les commissions formées à tout bout de champ et dont les résultats sont "un travail presque inutile" (sic).

4On ne peut pourtant pas blâmer entièrement les démocraties Scandinaves, mais seulement leur reprocher une connaissance insuffisante et inexacte des faits en confiant leurs études à des commissions pour le moins incompétentes. Car les droits des Lapons sont comme la plupart des droits des minorités, des droits collectifs octroyés par la tradition de l'ancien temps. Mais la société moderne respecte uniquement (et encore pas toujours) la propriété privée individuelle.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter