Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

Le problème central : le renne

Texte intégral

1Les Lapons constituent une fraction très distincte, extrêmement pittoresque et animée d'un esprit profondément original qui tranche agréablement sur l'ordonnance méthodique de la communauté nordique. Ce qui ne veut pas dire qu'il faille considérer le Lapon comme une espèce de pièce de musée ethnologique ou comme une simple attraction touristique ; les Lapons constituent une partie active de la société et la valeur économique de leurs anciens moyens de subsistance possède une grande signification. Il est intéressant de rechercher comment les Lapons sont parvenus de siècle en siècle à poursuivre d'une façon souple et adaptable leurs traditionnelles occupations d'élevage du renne.

LES ORIGINES DE L'ELEVAGE DU RENNE

2Jadis, une part importante de la subsistance des Lapons était fournie par la chasse aux rennes sauvages, effectuée par de grosses troupes de chasseurs. On employait à cette occasion des clôtures longues de plusieurs dizaines de kilomètres, constituant des angles entre elles, à la pointe desquels se trouvait un enclos où l'on rabattait les troupeaux de rennes sauvages ; les chasseurs usaient encore d'autres méthodes : rennes d'appât, trappes, chasses à courre au tout début du printemps… etc…

3C'est de cette chasse primitive qu'est né l'élevage du renne en tant qu'élevage unique. Cette activité se cantonne dans la zone forestière ; les chasseurs de rennes sauvages du littoral arctique et de la zone forestière se sont familiarisés avec les étendues désertes du Finnmark actuel et la chaîne de hautes montagnes des confins suéco-norvégiens, Leurs expéditions ont été à l'origine de la transhumance qui se généralisa lorsque, l'élevage du renne se développant, les pacages de ces régions furent réservés au pâturage régulier et organisé des rennes.

4Cette évolution aboutit au début du xvième siècle à un nomadisme montagnard indépendant qui atteignit son plein développement au xviiième siècle. C'est en Suède et dans le Finnmark norvégien, que l'élevage du renne en montagne a dû prendre un caractère absolument spécifique et qu'il a le plus longtemps conservé ses traits originaux. La raison des longues transhumances des Lapons montagnards provient des limites très précises des diverses zones végétales : les alpages (regio alpina) où le renne trouve en été une herbe riche, les régions de contreforts et de forêts de bouleaux (regio subalpina) où le renne montagnard peut paître à l'automne et au printemps, et enfin les forêts de conifères (regio silvatica) offrant aux bêtes, en hiver, leurs lichens.

LES GRANDES ETAPES ANNUELLES DE L'ELEVAGE DU RENNE

5L'élevage du renne n'exige pas des soins également attentifs toute l'année. Les périodes de gros travail alternent avec d'autres où l'éleveur peut "souffler" et se consacrer à d'autres occupations telles que la pêche ou la chasse. En certains lieux, les éleveurs ont coutume de chercher de l'embauche, à ces moments-là, comme cheminots, bûcherons, cantonniers et même mineurs. Dans bon nombre de familles, certains membres se consacrent plus particulièrement à l'élevage tandis que les autres s'adonnent à d'autres travaux ou occupations.

6L'une des périodes les plus rudes du métier d'éleveur de rennes est la fin de l'automne et le début de l'hiver, lorsque la neige a fait son apparition. Durant la fin de l'été et le début de l'automne, les rennes paissent en liberté, sans surveillance. On dit qu'ils vont "à la sauvage". Mais avant de les ramener dans la forêt de conifères où ils trouveront le lichen nécessaire durant l'hiver, il faut rassembler les troupeaux et les répartir en petits groupes au cours de la "ségrégation d'automne". On pratique cette ségrégation dans de grands enclos circulaires. Ces enclos sont pourvus, sur leur périphérie, de "compartiments" distincts où les diverses équipes d'éleveurs traînent leurs rennes pris au lasso. Les éleveurs reconnaissent leurs bêtes aux entailles que celles-ci portent aux oreilles. Chaque sorte d'entaille, chaque marque, porte un nom et appartient à une famille. Ces marques sont déposées et enregistrées auprès des tribunaux. Un éleveur connaissant bien son métier doit savoir identifier le plus grand nombre de marques possibles et les distinguer de loin. Les groupes de rennes ne doivent pas être trop grands en hiver. En effet des troupeaux trop nombreux ont de la peine à trouver du lichen en suffisance. Les zones de lichen, en forêt, sont disséminées en de nombreux points ; chacune d'entre elles n'est pas très étendue, et il faut donc déplacer les hardes de rennes à plusieurs reprises au cours de l'hiver. Si une harde est trop nombreuse, il est difficile de la réunir lorsqu'il faut la mener paître ailleurs.

7La transhumance vers la forêt de conifères se déroule fin novembre et durant le mois de décembre. La famille vit durant l'hiver dans l'un des villages paysans de la forêt. Mais il arrive aussi que la famille reste dans sa résidence d'automne et de printemps, dans la ceinture de la forêt de bouleaux, entre la zone des alpages et celle des conifères. Si la couche de neige est friable, de sorte que les rennes peuvent la gratter eux-mêmes pour atteindre les plaques de lichen, les gardiens n'ont guère de travail. Les hardes s'attardent longuement en des lieux restreints et se nourrissent paisiblement du lichen sous la neige. Les gardiens n'ont qu'à faire une ronde d'inspection une fois par jour ou tous les deux jours, sur l'emplacement de pacage (tjiegar) et contrôler que les bêtes isolées ne s'égarent pas trop loin du gros du troupeau. Une couche de neige d'une épaisseur raisonnable et au grain bien détaché (seägåsj) est idéale en hiver. L'épaisseur faborable est de cinquante centimètres ou un peu plus. Si la neige est mince, elle ne gêne pas les mouvements des hardes de rennes et les bêtes peuvent sans peine se disperser sur une vaste superficie. Si, en revanche, elle est trop épaisse (un mètre et plus), les rennes n'ont pas la force de la creuser pour atteindre le lichen, et ils sont affamés. Mais le pire est la neige glacée. Il n'est pas rare que de la neige fraîchement tombée, à l'automne, fonde à moitié et que le reste gèle et forme une croûte de glace très dure sur le lichen que les rennes, alors, ne peuvent plus atteindre. La situation est difficile également lorsqu'en hiver il y a une chute massive de neige (vacca) aux environs de zéro degré centigrade. Cette énorme masse de neige se tasse puis gèle et constitue une croûte compacte (caevvi) que les rennes n'ont pas la force de creuser. Si cette caevvi est assez épaisse pour porter les rennes, ceux-ci se dispersent sur de vastes espaces et se nourrissent tant bien que mal des lichens noirs qui pendent aux branches et aux troncs des pins et des sapins. Dans ces conditions, les gardiens doivent laisser les rennes à eux-mêmes, car s'ils les rassemblent, la situation devient encore plus précaire. Peu à peu, les hardes de rennes remontent d'elles-mêmes vers la ceinture de bouleaux et les contreforts. La caevvi se produit le plus souvent à la fin de l'hiver, au moment où s'approche l'époque à laquelle les rennes, poussés par leur instinct, se tournent vers l'ouest et rallient les "terres de printemps", où le sol ne tarde pas à être dégagé. Ces "terres de printemps" sont légèrement à l'est du massif montagneux qui sépare la Norvège de la Suède.

8La transhumance des terres hivernales aux terres printanières se déroule ordinairement sans aucune interruption. Durant une semaine ou plus, les hardes et leurs gardiens se déplacent pratiquement 24 heures sur 24. La marche de nuit est la plus aisée : la neige qui a fondu au soleil durcit alors et porte bien. Lorsqu'elle fond à nouveau, le jour suivant, à la chaleur du soleil, on fait halte, se repose et laisse laisse paître les rennes.

LE MOUSTIQUE EST LE MEILLEUR « CHIEN DE BERGER » DU LAPON

9La plupart des petits rennes naissent aux alentours du 20 mai. Le 1er Juin, le vélage est terminé. À ce moment-là, il n'y a plus de neige dans les vallées ni sur une bonne partie des pentes. Au cours des deux ou trois semaines suivantes, jusqu'à la Saint-Jean, la première verdure fait son apparition (rahttà). Après le long hiver qui n'offrait que ses plaques de lichen, les rennes ont grandement besoin d'herbe verte. Les femelles et leurs petits nouveaux-nés ne bougent guère. Les petits n'auraient pas la force de suivre si les mères se déplaçaient comme de coutume. Mais au bout de deux ou trois semaines, ils sont assez vigoureux, et c'est alors qu'apparaissent les moustiques.

10Les moustiques sont en quelque sorte les meilleurs "chiens de berger" du Lapon. Ils chassent en effet les rennes de la forêt vers les alpages où les gardiens peuvent s'occuper d'eux. Et c'est ainsi que les rennes transhument, poussés par les moustiques, la chaleur et le désir de paître dans l'herbe succulente et grasse des vallées de haute-montagne, vers l'altitude de la chaîne séparant la Norvège de la Suède. Lorsque le soleil brûle, les bêtes s'immobilisent sur les névés accrochés aux pentes, pour échapper aux moustiques et aux taons. Mais la nuit, lorsque la température fraîchit, qu'il pleut et vente, elles descendent paître dans les vallées. De temps en temps, les gardiens les réunissent dans des enclos sur les sommets ou sur un promontoire cerné par les eaux d'un lac, afin de pouvoir marquer les veaux à l'oreille de l'encoche familiale. Tout cela se passe en juillet qui est le mois le plus chaud de l'année. Dès la première quinzaine d'août, surviennent les premières nuits de gelée blanche qui brûlent la pointe des herbes. Alors les rennes recommencent leur transhumance, mais en sens contraire ; ils redescendent vers les contreforts et les terres d'automne. Aujourd'hui on les laisse faire seul, "à la sauvage". On les laisse ainsi courir en liberté jusqu'à la fin septembre. La saison de l'accouplement approche alors.

11Au cours de cette période de liberté de la fin de l'été et le début de l'automne, les poils de la robe des rennes ont pleinement repoussé et remplacent le pelage perdu lors de l'hiver précédent. Les mâles sont alors splendides, avec leurs cous épais, musclés, leurs bois luisants et polis, leur poil égal et lustré. Tout, en ces mâles, respire la force. Car il en faut, de la force en prévision des luttes que vont se livrer les mâles, pour conquérir la faveur des femelles ! La victoire est au plus vigoureux.

12Mais avant que ne commence la période de l'accouplement, au début octobre, les gardiens rassemblent leurs troupeaux et les rabattent sur des enclos où se déroulera la première grande boucherie. Ce sont surtout les mâles qui sont abattus aujourd'hui. Autrefois le grand abattage avait lieu à la mi-août et l'on choisissait un certain nombre de veaux aux belles pelisses pour obtenir les peaux et les fourrures nécessaires à la confection des vêtements d'hiver. Mais maintenant que les Lapons ne vivent plus ou presque plus sous la tente en hiver, il n'est plus aussi nécessaire d'avoir des vêtements de peau de renne pour l'hiver. On épargne les veaux et on abat de préférence les adultes, qui ont une valeur bouchère supérieure. Mais à l'extrême-nord de la Suède, il arrive encore que l'on abatte des veaux pour leur peau.

13Durant la période de l'accouplement, les bêtes doivent être laissées en liberté. En octobre tombe la première neige, et il faut de nouveau rassembler les hardes et procéder à la ségrégation d'automne. Telle est, à grands traits, l'année de l'éleveur de rennes, du nomade.

L'ELEVAGE DU RENNE A CHANGE…

14Il y a une cinquantaine d'années, les familles suivaient pas à pas leurs bêtes. En été et à l'automne, on trayait quotidiennement les femelles. On buvait aussitôt une partie du lait, tandis que le reste servait à la confection de fromages ou était mis en barillets que l'on enterrait ou plaçait dans l'eau glacée des sources jusqu'au retour, au printemps, des terres d'hiver. Une partie du fromage était vendue pour pouvoir acheter l'été, en Norvège, les produits de première nécessité qu'on transportait à dos de rennes bâtés jusqu'aux résidences d'été. Quand on retournait aux terres d'automne, à l'est, on avait plusieurs charges de fromage (haerginèrri). Et quand on quittait les terres d'automne, on avait plusieurs « ackjas » ou « pulkkas » (traîneaux légers en forme de barques) pleines de fromage de rennes et de lait de renne congelé, rassemblés à la fin de l'automne.

15L'élevage moderne du renne diffère donc assez fortement de ce celui à la-mode ancienne. Autrefois, le Lapon vivait presque entièrement des produits que lui fournissait directement le renne. De nos jours, on se contente plutôt de vendre davantage de rennes et on achète avec les bénéfices ainsi réalisés les produits dont on a besoin. L'économie domestique des Lapons d'aujourd'hui ne diffère donc guère de celle des foyers Scandinaves. C'est ainsi que le renne a fini par devenir presqu'uniquement une bête de boucherie. Il est très rare qu'on l'attelle à l'ackja ou qu'on l'utilise comme bête de somme. On a également cessé, à de rares exceptions près, de traire les femelles. L'élevage moderne du renne a donc perdu chez les Lapons, nombre de ses traits originels. La différence essentielle est qu'il a cessé de constituer le fondement d'une économie domestique naturelle pour faire de plus en plus l'objet d'une opération financière. Cette transformation signifie que l'élevage du renne s'adapte à notre temps où l'argent - moyen d'échange et unité de mesure des valeurs - joue un si grand rôle.

CONSEQUENCES DES DIFFERENTS CHANGEMENTS SURVENUS DANS L'ELEVAGE DU RENNE.

16L'élevage du renne passe actuellement par une crise : il n'est plus aussi rentable qu'autrefois. L'effet s'en fait sentir notamment sur la constitution de la famille parmi les éleveurs de rennes : le nombre de familles nouvelles accuse une baisse catastrophique, car bien souvent les jeunes Lapons n'osent créer un foyer que lorsqu'ils ont acquis un emploi en dehors de l'élevage du renne. Cette crise de l'élevage du renne a été remarquée ces derniers temps par le gouvernement suédois, qui a ordonné une enquête sur : "l'organisation de l'élevage du renne et l'écoulement sur le marché des produits du renne" (Renskötselns organisasjon och renprodukternas marknadsförande). Il est probable que, dans un proche avenir, les conclusions de cette enquête serviront de base à une toute nouvelle législation sur l'élevage du renne, visant à renforcer l'organisation des villages lapons ainsi que l'autonomie interne des Lapons.

LA FORMATION DES GRANDES RESIDENCES

17L'élevage a été bouleversé par l'extension et le développement du réseau routier jusque dans les districts de haute montagne. Entre 1880 et 1890, les familles ont commencé à écourter la transhumance d'été, les résidences d'été se sont de plus en plus déplacées vers l'est, jusqu'à ce qu'elles finissent par se confondre avec les résidences d'automne et de printemps. En 1910, pour prendre un exemple, six familles du "village" lapon de Rautasvuoma en Suède, sont restées tout l'été à la station de Rensjön sur la voie ferrée de Narvik, à proximité de la frontière suéco-norvégienne et à trente kilomètres au nord de Kiruna, également vieille résidence d'automne et de printemps de deux des familles du village. Au début les kåtas (sorte de hutte faite de branchage et de toile cousue) étaient dressées à la lisière de la forêt, selon la coutume ancestrale : un tel emplacement permettait de se ravitailler aisément en bois de chauffage tout en disposant d'une bonne vue d'ensemble sur les alpages au-dessus de la limite des arbres. Mais par la suite, les kåtas ont été descendues en pleine forêt de bouleaux. À partir de 1930, les habitations (des cabanes de bois, à présent) ont été construites à proximité de la station de chemin de fer. Depuis 1918, toutes les familles de Rautasvuoma ont résidé à Rensjön durant la période sans neige de l'année, c'est-à-dire que le nomadisme d'été à la suite de la transhumance des rennes a totalement pris fin, du moins en ce qui concerne les femmes et les enfants. Mais longtemps auparavant, déjà, les Lapons avaient renoncé aux rennes de bât pour ces migrations et utilisaient la voie ferrée Kiruna-Narvik qui court parallèlement aux anciennes pistes de transhumance. L'apparition de ces résidences de l'époque sans neige n'a pas seulement contribué à réduire la fréquence des migrations et à affaiblir la participation familiale à l'élevage actif du renne, mais encore a fixé les familles durant une grande partie de l'année dans de grandes "résidences" pouvant grouper jusqu'à vingt ou trente foyers.

LES ELEVEURS DE RENNES SONT DE MOINS EN MOINS NOMBREUX

18Si la frontière entre les Lapons et les autres Scandinaves est parfois difficile à tracer, il est encore plus compliqué de distinguer le groupe des éleveurs de rennes des autres Lapons. Le divorce entre ceux-ci et le renne s'est généralement produit d'un coup à la suite d'une situation catastrophique frappant l'élevage du renne. On peut dire de façon générale que la tradition de l'élevage du renne et l'attachement aux vieilles habitudes de la vie nomade ont maintenu le surplus de la population dans une économie basée sur le renne, bien après que l'élevage ait cessé d'être rentable. Toutefois, le phénomène de concentration dans les grandes résidences semble avoir permis que la transition s'effectue désormais de façon plus étalée et continue. C'est ainsi que nombre d'éleveurs originaires des grandes résidences installées le long de la voie ferrée Kiruna-Narvik se sont engagés dans les équipes de cheminots pour devenir, par la suite, mineurs à Kiruna. Partout où l'établissement sédentaire sur des terres cultivées n'est survenu que très récemment, le passage à des professions "fixes" a été difficile et plein d'obstacles. Lorsque l'élevage du renne aura été rationalisé et assaini – ce qui doit arriver tôt ou tard – il est évident que le groupe des éleveurs de rennes constituera une part de plus en plus restreinte de la population laponne.

LA PECHE ET LA CHASSE : PROBLEMES ANNEXES

19Une assez nombreuse population de Lapons ne pratiquant pas l'élevage du renne s'est fixée le long de la partie inférieure du système de lacs formé par le Stor Lule en Suède, sur les rives nord et sud. Les sentiments de parenté et de communauté avec les éléments s'adonnant à l'élevage du renne y sont très forts. Les habitants de ces régions se consacrent surtout à la petite agriculture (qui consiste pour les Lapons en un élevage primitif du bétail). La pêche est aussi une importante source de revenus le long de la chaîne des lacs. On peut également noter un phénomène que l'on pourrait qualifier de "nomadisme de la pêche". Des familles entières se déplacent en été, avec chèvres, tentes et ustensiles, et l'équipement ménager indispensable, le long des lacs qu'elles remontent pour se rendre sur certains lieux de pêche traditionnels. Néanmoins il n'est guère possible de vouloir parler de la pêche en tant que ressource économique équivalente à celle du renne. De même pour la chasse ou pour d'autres activités devenues annexes telles que la cueillette des baies. En effet, la montagne est devenue de plus en plus un but d'excursions et de vacances pour les citadins épris de chasse et de pêche, en ôtant ainsi le monopole au Lapon. La chasse dans ces conditions a pratiquement perdu son importance comme ressource pour les Lapons. Mais la pêche joue un moindre rôle dans la subsistance des Lapons. Car il faut ajouter le fait que la construction de barrages de plus en plus nombreux pour la mise en valeur des ressources hydroélectriques, contribue à refouler les Lapons de leurs lieux de pêche traditionnels. Les indemnités versées par le gouvernement dans ces cas-là sont, est-il besoin de le préciser, absolument dérisoires en comparaison du préjudice subi.

CONCLUSIONS PARTIELLES SUR LES PROBLEMES QUI VIENNENT D'ETRE EVOQUES

20Le point de ressemblance essentiel entre l'économie dite d'ärjemark, et le nomadisme montagnard prononcé, est que l'une et l'autre étaient des économies naturelles. Avec l'apparition de l'industrialisme et sa diffusion jusque dans les régions montagneuses, les Lapons ont de plus en plus nettement converti leur économie naturelle en une économie financière. Autrement dit, le renne jadis utilisé pour la traite, les transports et la boucherie, n'est plus aujourd'hui ou presque plus qu'un animal de boucherie. Il en est résulté que la transhumance, en ce qui concerne les familles, a été écourtée et a même presque cessé en certains endroits. Les familles se sont fixées' et groupées dans ce que l'on pourrait appeler des "résidences" (visten) installées dans les régions des pâturages de printemps et d'automne, aux alentours des contreforts, des forêts de bouleaux et de la zone supérieure des forêts de conifères. Les Lapons se consacrent exclusivement à l'élevage du renne sont de moins en moins nombreux et combinent dans une large mesure l'élevage avec d'autres activités telles que la pêche ou une petite culture plus ou moins primitive. Par ailleurs, certains Lapons prennent des emplois saisonniers : travaux sur les voies ferrées, forestage, flottage du bois...

21Le cercle de l'évolution s'est en quelque sorte refermé sur lui-même : en commençant par une économie originelle primitive, indifférenciée ou combinée, il passe par l'élevage exclusif du renne pour s'achever en une combinaison d'élevage et d'autres activités.

22Nous pourrions juger la situation actuelle en lisant cet extrait d'un article de Helmuth GOTTSCHALK, spécialiste des Lapons, paru le 4/11/68 dans le journal danois "Politiken" et qui donne un des points de vue les plus récents sur les problèmes économiques en général et celui du renne en particulier :

23"La civilisation du renne a changé du tout au tout. Elle est de nos jours, entièrement intégrés dans le système monétaire. Au lieu de viser à un élevage intensif surtout basé sur la production individuelle, on a aujourd'hui un élevage extensif avec des troupeaux immenses, où les jeunes rennes ont le droit de têter autant qu'ils veulent pour grandir plus vite ; car le troupeau doit produire de la viande pour vendre. Seulement un petit nombre de familles transhument encore avec leurs troupeaux… Autrement de nos jours les troupeaux sont conduits par de jeunes gardiens de rennes aussi vite que possible... Toute la famille suit avec les bagages en voiture ou en autocar. "

L'ELEVAGE DU RENNE DANS LA SOCIETE SCANDINAVE MODERNE

24En effet pour s'adapter, les Lapons ont dû progressivement se moderniser. Ce fut une amélioration énorme lorsque fut introduit le "scooter des neiges" (sne-scooteren) il y a environ une dizaine d'années. Ce véhicule consiste en un genre de motocyclette munie d'un large patin directionnel à l'avant et de chenilles à l'arrière à la place des roues. Ces petits scooters passent n'importe où, même sur les congères de neige, et peuvent atteindre une vitesse honorable, même dans la neige molle, et, de plus, sont assez puissants pour tirer des hommes chaussés de skis dans les montées.

25L'élevage des rennes étant passé du mode intensif au mode extensif, plusieurs générations ont été nécessaires à la reconversion. Le scooter des neiges a triomphé partout au bout de cinq ou six ans. Quand il faut rassembler les rennes ou bien les faire presser, le gardien de rennes ramène d'abord les chiens à la maison, car ils vont moins vite que les scooters qui marchent à l'essence. Le scooter permet de rattraper les rennes et de leur couper la route, on peut calculer d'avance le lieu où l'on veut les rassembler. Là où toute la famille du propriétaire de rennes devait autrefois courir et travailler pendant plusieurs jours, à présent une matinée suffit à quelques gardiens de rennes bien équipés et bien entraînés. La main d'œuvre devient superflue, mais d'un autre côté, on peut toujours l'utiliser pour marquer les veaux, les castrer, séparer les rennes qui ont pâturé ensemble pour que chaque propriétaire puisse faire un troupeau distinct de ses bêtes. Hélas, cette main d'œuvre à moitié employée pose des problèmes.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540