Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lapons

 | 
Jean-Marie Montier

Avant-propos

Texte intégral

1La civilisation actuelle devient toujours plus uniforme sur tout le globe. Ce n'est que sur la périphérie de la civilisation moderne que l'on trouve encore quelques petits peuples dont le mode de vie est profondément lié à celui des générations passées et qui ont gardé le même contact intime avec la nature. Tous ces peuples ont été rassemblés sous l'étiquette de minorité ; parmi eux, il y a les Lapons à l'instinct chasseur qui forment encore, en été, des tribus nomades. Dans notre esprit, Lapons et légendes sont deux choses étroitement associées ; nous devons cependant nous garder de croire que les Lapons sont des êtres légendaires, dont les seules occupations consistent à s'adonner à l'élevage du renne.

2Les Lapons vivent aujourd'hui sur les terres les plus septentrionales d'Europe, éparpillés en petits groupes, depuis la presqu'île de Kola jusqu'aux limites extrêmes de la Dalécarlie en Suède et au lac Femund, en Norvège, et couvrent la Finlande, la Norvège et la Suède septentrionales. Il existe au total plus de 30 000 Lapons, dont à peu près 10 000 sont établis en Suède, 20 000 en Norvège et 2 500 en Finlande ; il y en a aussi de 1 500 à 2 000 en Union Soviétique. Leur nombre peut varier dans des proportions assez importantes selon que l'on considère le point de vue ethnique ou le point de vue linguistique et sociologique.

3Le peuple lapon se donne lui-même le nom de Same. Depuis le début du Moyen Age, les Suédois parlent de "Lapons" (Lappar), nom dérivé du vocable finnois lappaloinen. Quant aux Norvégiens, ils ont appelé les Lapons : "Finnois" (Finner). Ces différentes appellations sont utilisées à peu près aussi souvent les unes que les autres avec toutefois certaines nuances de style : dans les textes officiels ne figure que le mot lapon. La presse, elle, se sert de préférence du mot : same.

4Quoi qu'il en soit, les Lapons constituent une entité que l'on pourrait comparer aux Finnois de la Baltique qui comprennent, outre les Finnois proprement dits, les Estoniens, les Lives et les Vepses ; ou encore aux Suédois, Norvégiens et Danois qui constituent le peuple Scandinave.

5La préhistoire et l'origine des Lapons sont encore fort obscures. Ils ont par exemple des traits physiques caractéristiques, leur morphologie, leur type de sang sont particuliers, et on n'a pas encore réussi à expliquer ce phénomène. En revanche, la question de leur lieu d'habitation et de leur culture ancienne est mieux connue. En étudiant leur langue, on a réussi à jeter une lueur dans cette obscurité préhistorique. Nous nous bornerons à dire pour le moment que le lapon est une langue intimement liée au finnois, toutes deux appartenant au groupe finno-ougrien de la famille ouralo-altaïque ; nous nous réservons d'étudier plus à fond le problème linguistique dans un chapitre ultérieur. Mais ceci ne constitue cependant qu'un seul aspect de la question ; au point de vue ethnographique les Lapons sont les détenteurs d'un héritage assez répandu d'une culture arctique ; enfin, au point de vue racial ils ne forment absolument pas une tribu homogène – leurs ancêtres comprenaient certainement des Finno-Ougriens ainsi que certains habitants finno-scandinaves (Fenno-Scandian) inconnus. L'énigme de l'origine des Lapons est si vaste et présente tant d'aspects différents que l'on n'a pas encore réussi à compiler tous les documents afférents à ce domaine.

6On trouve mention des Lapons pour la première fois dans l'histoire chez l'écrivain latin Tacite (1er siècle après Jésus-Christ) qui les appelle : fenni. Puis l'historien byzantin Procope écrit en l'an 550 de notre ère : "Parmi les barbares vivant à Thulé, il n'y a qu'une peuplade vivant comme des bêtes sauvages, les Skrithiphinois (c'est-à-dire "finnois skiant"). De même en l'an 780 le moine lombard Varnefrid nous parle des « Scritovinner » qui vivent dans une région où le soleil brille tout le temps en été et où la nuit dure tout l'hiver. Pourtant, ce n'est que par le témoignage d'Ottar du Helgeland interpolé en l'an 893 par le roi d'Angleterre Alfred le Grand dans son remaniement de l'Histoire Universelle d'Orosius, que nous savons que le renne était déjà domestiqué ; en effet, selon ces écrits, Ottar possédait d'immenses propriétés sur lesquelles vivaient quantités de rennes, c'est-à-dire la richesse des Lapons, et la majorité de son revenu provenait du tribut que les Lapons lui payaient. Ottar gardait les impôts, qu'il obtenait des Lapons, pour lui-même. Ce régime changea lorsque les Lapons devinrent sujets de la couronne, ce qui arriva à l'âge des Sagas, peut-être sous le règne du roi Harald aux cheveux blonds dans la deuxième moitié du ixème siècle ; lorsque la taxation fut soumise à la couronne en Scandinavie et en Russie, elle servit surtout de base aux demandes territoriales. C'est ainsi que le roi Charles IX de Suède tenta de mettre toutes les régions habitées par des Lapons, y compris le Finnmark et la Loponie russe, sous la couronne suédoise ; il dut pourtant y renoncer. En revanche, les Lapons des districts les plus septentrionaux durent longtemps payer des impôts à la Norvège, la Suède et la Russie ; les Lapons vécurent longtemps dans ces conditions, car il fallut bien des années pour établir les lignes de démarcation entre la Suède et la Norvège et entre la Norvège et la Russie ; les frontières furent définitivement fixées en 1751 et en 1826. C'est un peu avant cette époque là que l'on commence à découvrir la Laponie en France.

  • 1 Carl von Linné (1707-1778) naturaliste Suédois né à Raeshult, surtout connu par ses travaux de bot (...)

7En 1655, Brienne visite la Laponie, puis Régnard quitte la cour du roi-soleil pour aller découvrir Lapons et Laponie. En 1681 il écrit un livre où il relate son voyage d'une manière remarquable. En 1736, Maupertuis est envoyé par Louis XV… Mais l'exploration proprement dite ne débute qu'avec Linné1 puis se continue avec Charles Rabeau qui en 1883 explore la Laponie. C'était pourtant un roi suédois, Gustave Vasa, qui le premier avait sérieusement exprimé l'idée que le pays des Lapons devait être ouvert à tous, dans une lettre datée de 1544, où il interdit aux « birkarlarna » (marchands d'origine finnoise) d'empêcher les pionniers d'installer leur ferme dans le désert lapon.

8En effet, dès le xviiième siècle, les paysans des différentes zones côtières avaient tenté de faire des expéditions de chasse et de pêche sur les hautes terres, refoulant ainsi les Lapons, lesquels se plaignaient au roi qui apparemment du moins leur donna raison en cette affaire. En fait, il voulait l'installation de pionniers sur les terres incultes, pensant qu'ils cohabiteraient avec les Lapons, aussi fut-il créée une frontière, appelée : "frontière de la Marche laponne", au-delà de laquelle se trouvait la Laponie. Peu à peu néanmoins les Lapons furent refoulés de leurs terres et une centaine d'années plus tard on procéda à un remembrement au cours duquel on ne tint aucun compte des droits des Lapons.

9Ce n'était là pourtant qu'un des premiers épisodes d'une lutte qui allait opposer constamment les Lapons aux pionniers et au gouvernement – lutte qui allait revêtir trois aspects que nous étudierons successivement : un aspect économique, un aspect social et un aspect culturel. Chaque aspect engendrant des problèmes qui lui sont propres, Ces problèmes ont pourtant un point commun, ils appartiennent à une minorité en contact et par la même en conflit avec la civilisation moderne et la forme de société qui s'y rattache.

Notes

1 Carl von Linné (1707-1778) naturaliste Suédois né à Raeshult, surtout connu par ses travaux de botanique.

© Presses universitaires de Caen, 1970

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter