Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

40 ans des sciences de l’éducation

 | 
Alain Vergnioux

Nouveaux terrains, nouveaux territoires

Le travail social et la formation des travailleurs sociaux

Dominique Fablet

Résumé

Depuis une dizaine d’années, les transformations du champ et des pratiques du travail social ont été si nombreuses que l’on peut parler d’une véritable recomposition de cet univers professionnel. Pour l’essentiel, les évolutions concernent les cadres et les modalités de la formation et de la professionnalisation des travailleurs sociaux. L’article se propose d’identifier les transformations en cours, en rappelant les principales caractéristiques de l’appareil de formation tel qu’il existe. Il s’agira ensuite de décrire les évolutions et d’analyser l’impact que fait peser la décentralisation sur le domaine, la rénovation des diplômes et les conséquences sur les formations initiale et continue des travailleurs sociaux de l’introduction, avec la VAE, de nouveaux référentiels professionnels. Enfin, la redéfinition des qualifications et des diplômes pose le problème des relations ave les recherches universitaires dans le champ de la formation, en particulier avec celles qui sont menées au sein des sciences de l’éducation.

Texte intégral

1Dans la reconfiguration en cours, ce sont donc les cadres et les processus de la formation et de la professionnalisation qui sont appelés à évoluer. Aussi, après avoir identifié les transformations du champ, on rappellera brièvement les principales caractéristiques de l’appareil de formation des travailleurs sociaux et l’on cherchera à situer les transformations à l’œuvre au niveau de la formation initiale et continue des professionnels de l’intervention sociale : impact de la décentralisation des formations sociales, rénovation des diplômes et apparition de référentiels induits par la VAE… Enfin, dans un contexte où les relations avec l’Université sont interrogées de façon récurrente, quels peuvent être les apports des sciences de l’éducation sur les plans de la recherche et de la formation ?

Les travailleurs sociaux

2De plus en plus utilisée à partir du milieu des années 1960, l’expression « travail social » n’est pas la traduction littérale de l’anglais « social work », les « social workers » ne correspondant qu’aux assistants sociaux en France, mais permet de désigner un ensemble hétérogène d’activités multiples mises en œuvre en direction de populations en difficulté par une grande diversité de professionnels : « les travailleurs sociaux ».

3Intégrés auparavant dans l’ensemble des « professions sanitaires et sociales », les travailleurs sociaux – des femmes pour la plupart, voire quasi exclusivement selon la catégorie de professionnels considérée – exercent dans des secteurs extrêmement diversifiés (pauvreté, handicap, délinquance, protection de l’enfance, aide à domicile…), auprès de populations multiples mais en butte à des difficultés suffisamment sérieuses pour justifier leur intervention. Historiquement, le développement des professions sociales s’est étayé sur celui des professions de santé : les infirmières visiteuses sont devenues progressivement assistantes sociales et ce sont des psychiatres d’exercice universitaire qui sont à l’origine du secteur de l’enfance inadaptée et de l’émergence du métier d’éducateur… Aujourd’hui encore, la proximité des deux ensembles est telle, surtout si l’on se réfère à la notion de soin dans son acception anglaise de care et non de cure, que l’on a du mal à distinguer ce qui sépare les activités d’une aide-soignante de celles d’une aide médico-psychologique (AMP), lorsque toutes deux peuvent intervenir ensemble auprès de personnes handicapées par exemple.

  • 1 Laville 2005.
  • 2 Woitrain 2000.
  • 3 Beynier et al. 2005.

4L’ensemble intitulé « travailleurs sociaux » correspond, en France, au regroupement, opéré à partir du début des années 1970, de toute une série de « professions sociales et éducatives » jusque-là différenciées et cloisonnées, dont l’essor, lié à la tertiarisation de l’économie et à l’émergence d’une « société de service »1, s’est révélé spectaculaire depuis trente-cinq ans. Alors qu’on distinguait traditionnellement trois grandes catégories de « métiers administrativement reconnus »2 : les métiers de l’aide (autrefois « de l’assistance »), les métiers éducatifs et enfin ceux de l’animation, une étude plus récente3 dénombre 600 000 travailleurs sociaux en 2002 – soit une augmentation de 40 % en 10 ans – regroupés en quatre catégories de métiers du travail social :

  • 51 500 professionnels de l’aide sociale (hors aide à domicile4), dont 40 400 assistants de service social et 4 600 conseillers en économie sociale et familiale ;
  • 177 100 professionnels de l’éducation spécialisée : 3 300 chefs de service, 99 100 éducateurs spécialisés, 12 800 éducateurs de jeunes enfants, 10 100 éducateurs techniques et éducateurs techniques spécialisés, 17 700 moniteurs éducateurs, 9 500 moniteurs d’ateliers, 24 700 aides médico-psychologiques ; sans intégrer les éducateurs du ministère de la Justice (Protection judiciaire de la jeunesse) ainsi que certains enseignants spécialisés qui exercent également des fonctions éducatives ;
  • 49 700 professionnels de l’animation ;
  • et 308 000 professionnels de l’accueil d’enfants à leur domicile (dont 250 100 assistantes maternelles).

5L’appartenance de certaines catégories de professionnels aux métiers du travail social peut être discutée : c’est, par exemple, le cas des assistantes maternelles dont le statut a été réformé (loi du 27 juin 2005). On distingue dorénavant les 250 100 assistantes maternelles qui accueillaient, en 2002, 740 000 enfants de moins de 6 ans à la journée, des 58 200 assistantes maternelles à titre permanent, nouvellement appelées « assistantes familiales », qui accueillaient 65 000 enfants dans le champ de la protection de l’enfance. On pouvait contester le statut de travailleur social aux premières en raison d’une faible qualification, mais pas aux secondes. On s’interrogera également sur l’homogénéité des professionnels de l’animation, écartelés entre un secteur de diffusion artistique (Maisons de la culture, Centres d’action culturelle…), le développement d’activités sportives et de loisir de plus en plus spécialisées, et des modes d’action relevant de l’intervention sociale. Par ailleurs, considérera-t-on prochainement les médiateurs familiaux (diplôme d’État instauré fin 2003) comme une nouvelle catégorie de travailleurs sociaux ?

6Les travailleurs sociaux ont pour principaux employeurs l’État, les collectivités territoriales et surtout de très nombreuses associations gestionnaires d’établissements et de services, mais selon une répartition spécifique en fonction de la catégorie de professionnels considérée. Si un premier repérage peut être effectué en fonction de la sphère d’activités professionnelles et du type d’organisme de rattachement, il convient de tenir compte, secondairement, du niveau de qualification reconnu pour l’accès à ces métiers, selon la formation initiale dispensée et le diplôme obtenu (niveaux V, IV, III…). Ainsi distingue-t-on habituellement trois niveaux :

  • les professions en contact direct avec les usagers, nécessitant une qualification de niveau V ou IV et dont l’essor quantitatif s’est révélé le plus important ces dernières années (front office) ;
  • les métiers traditionnels, de niveau III, d’accompagnement éducatif et social, en faible augmentation et tenus de plus en plus éloignés des usagers dans des activités de gestion des dossiers et de coordination des actions (back office) ;
  • les professionnels d’encadrement et de direction de niveaux II et I, naguère promus à l’ancienneté parmi des diplômés de niveau III, même si on semble leur préférer dorénavant de jeunes titulaires de DESS et, aujourd’hui, de masters de droit ou de gestion.

7À la segmentation en secteurs d’activités s’ajoute une forte hiérarchisation des formations et des diplômes. Il s’agit donc d’un champ professionnel peu homogène et aux frontières mouvantes au sein duquel chaque catégorie a connu un processus de professionnalisation spécifique et différencié dans le temps. De plus, ces données chiffrées ne constituent qu’une photographie partielle ne prenant pas en compte les « nouveaux métiers du social », regroupés avec les travailleurs sociaux dans ce que l’on appelle désormais « les professionnels de l’intervention sociale », ni les professionnels relevant d’autres ministères de tutelle (Éducation nationale, Justice…).

Du travail social à l’intervention sociale

8Jusqu’au début des années 1980, c’est une logique de « ciblage » qui a animé le mode de structuration et de développement du travail social : définition d’une population à problème à laquelle on s’efforce de faire correspondre une compétence professionnelle, voire un traitement institutionnel spécifique, chaque métier traditionnel du travail social s’articulant autour de plusieurs dimensions :

  • une assise institutionnelle liée au type d’établissement, d’équipement ou de service, dans lequel on exerce (institut médico-éducatif, centre social, club de prévention…) ;
  • un type de public, une population spécifique, en direction de laquelle le travailleur social intervient (handicapés, déficients, jeunes en danger…) ;
  • une qualification, conférant une certaine professionnalité par l’usage de techniques spécifiques plus ou moins efficaces.

9En tant qu’acteurs de la relation d’aide, les travailleurs sociaux constituent assurément un groupe professionnel, mais segmenté et aux qualifications spécifiques.

  • 5 Ion 1998.

10Plusieurs facteurs ont contribué à la transformation du paysage institutionnel à tel point que certains auteurs ont pu avancer l’hypothèse de la fin du travail social5. Montée de l’exclusion appelant à poser en d’autres termes « la question sociale », impact de la décentralisation conférant une place déterminante aux collectivités territoriales dans la définition des politiques sociales, développement de politiques transversales (politique de la ville, prévention de la délinquance, insertion par l’économique…), développement de nombreuses initiatives bénévoles en direction de publics en difficulté… Sous l’effet conjugué de ces facteurs, plusieurs mouvements sont repérables simultanément en matière d’emploi dans le secteur social :

  • apparition de nouveaux postes de travail qualifiés (chargés de mission, chefs de projet, agents de développement, formateurs d’insertion…) liés à l’émergence de nouveaux dispositifs institutionnels ;
  • développement d’emplois peu qualifiés, le plus souvent occupés par des jeunes en difficulté d’insertion, pour assurer des activités de médiation au contact de publics diversifiés ;
  • augmentation de postes d’encadrement, notamment dans les services sociaux départementaux, après la décentralisation, davantage occupés par des titulaires de diplômes de management (droit, sciences économiques…) que par des professionnels issus des métiers traditionnels du travail social ; d’où l’opposition entre « un social d’intervention » et un « social de gestion ».
  • 6 Chopart 2000.

11Aussi, quand il a été question d’identifier les évolutions dans le secteur social, à la fin des années 1990, les chercheurs ont-ils choisi de recourir à l’expression « intervenants sociaux », plus globalisante que celle de « travailleurs sociaux », qui désigne les métiers traditionnels du social ; en formulant l’hypothèse que les premiers étaient davantage recrutés en fonction de leur compétence, alors que c’est une qualification qui procurait leur assise aux seconds6. En effet, selon une logique de qualification professionnelle, les salariés sont recrutés sur la base d’un statut défini par des conventions collectives et dont l’acquisition repose sur l’obtention d’un diplôme national. La logique de la compétence est davantage d’ordre individuel, puisque recrutement, salaire et position dans l’organisation sont fonction de l’expérience, du parcours et des acquis professionnels de la personne.

La professionnalisation des intervenants / travailleurs sociaux en débat

  • 7 Chauvière & Tronche 2002.

12Le débat qualification / compétence7 a sans doute contribué à relancer en partie celui de la formation des intervenants / travailleurs sociaux, compte tenu de l’émergence de nouveaux besoins sociaux et d’une pyramide des âges vieillissante, tout aussi préoccupante que celle des professionnels de l’enseignement et de la santé.

  • 8 Grenat 2006.

13L’appareil de formation apparaît pour le moins morcelé : 313 établissements, 348 sites et 676 sections de formation. En dépit de cette dispersion et de ce cloisonnement, l’heure est au regroupement et à la mise en place de passerelles, dans un contexte institutionnel de décentralisation accentuée qui n’a pas été sans provoquer des inquiétudes. La loi du 13 août 2004 (« acte II de la décentralisation ») a organisé à partir du 1er janvier 2005 le transfert du financement des centres de formation professionnelle aux conseils régionaux. Quel fonctionnement adopter dans un système où l’État décide des diplômes et de l’architecture des formations alors que la Région encadre l’organisation, la planification et le financement de ces formations ? Schéma national puis schémas régionaux des formations du social, augmentation des quotas d’admission en centres de formation, développement de nouvelles formules de formation, de certification et d’accès à l’emploi (apprentissage, validation des acquis de l’expérience…), autant de dispositifs censés endiguer le déficit prévisible de professionnels, à défaut de promouvoir leur professionnalité8.

La formation professionnelle initiale

14Qu’il s’agisse des formations initiales ou des formations continues et supérieures, le mode de professionnalisation privilégié est celui de l’alternance, combinant cours et apports de savoirs en centres de formation (pour la plupart de gestion associative) et formation pratique avec des stages sur le terrain. D’où la multiplicité des possibilités de formation : voie directe, en situation d’emploi, apprentissage…

15Le système de formation initiale est organisé sur le mode de la reproduction : responsables de centres de formation, « formateurs permanents », « formateurs terrain » (autrefois « moniteurs de stage »)… sont pratiquement tous des professionnels ou d’anciens professionnels. Deux aspects caractérisent, en outre, la formation initiale professionnelle des intervenants / travailleurs sociaux :

  • une inscription dans l’ensemble extra-universitaire, même si certaines formations (assistant de service social, éducateur spécialisé, gestion urbaine, animation sociale et urbaine) sont dispensées en IUT et en dépit de quelques conventions d’enseignement ici ou là entre quelques centres de formation et des départements d’universités (cursus de sociologie, administration économique et sociale, sciences de l’éducation…), alors que la situation est bien différente chez nos voisins européens (filières universitaires de travail social, pédagogie sociale, orthopédagogie…) ou d’outre-Atlantique (travail social, psycho-éducation…) ;
  • une réforme touchant l’ensemble des diplômes et marquée par l’apparition de référentiels (métier, de compétences, de formation…), désormais indispensables pour les procédures de certification par validation des acquis de l’expérience (VAE)… et pour la formation pratique par la disparition des « formateurs terrain » (modèle du compagnonnage) et l’émergence de « sites qualifiants ».
  • 9 Chauvière 2007.
  • 10 Piot 2007, 100.

16C’est certainement l’assimilation de l’action des professionnels du travail social à une « prestation de service » et l’introduction de référentiels professionnels, à partir desquels sont élaborés référentiels de certification et référentiels de formation, qui ont contribué à une grande déstabilisation de l’univers de la formation professionnelle. Après la loi 2002-02 rénovant l’action sociale et médico-sociale avec la mise en place de référentiels et schémas, de procédures d’évaluation interne et externe destinées à promouvoir de « bonnes pratiques », c’est le domaine de la formation qui se trouve contraint d’adopter des procédures relevant d’un registre managérial peu compatibles avec la culture professionnelle et ses modes de régulation en vigueur, comme l’indique de façon très critique M. Chauvière9. T. Piot10 en vient à opposer deux modèles concurrents de professionnalisation des formateurs du secteur social : un « modèle managérial centré sur la maîtrise des savoirs techniques au niveau de l’organisation, du droit de la gestion » et un « modèle “réflexif-critique” centré sur une culture de la relation de formation et intégrant des savoirs techniques et organisationnels ».

La formation professionnelle continue

  • 11 Ion & Ravon 2002 ; Fablet 2008.

17Quant à la formation professionnelle continue, elle est dispensée par les centres de formation impliqués dans la formation professionnelle initiale ou par des organismes limitant leurs activités à la formation et à la consultation. La pluralité des conditions d’exercice professionnel des intervenants sociaux renforce la nécessité des remises à jour et des activités de perfectionnement, d’où un développement important de la formation continue, notamment des pratiques de supervision d’équipes et de groupes d’analyse de la pratique11. De plus en plus, la part des formations « intra » ou « sur site » prend le dessus sur les formations « inter » jugées trop onéreuses et peu efficaces.

18Les formations supérieures principalement destinées à l’encadrement ont été profondément rénovées ces dernières années :

  • apparition en 2004 du Caferuis (Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale), diplôme homologué de niveau II, initialement institué pour l’encadrement des métiers de l’aide à domicile et qui semble répondre à des attentes plus importantes du secteur social pour la formation des cadres de proximité ;
  • disparition du DSTS (Diplôme supérieur de travail social), peu reconnu statutairement par les employeurs, et instauration en 2006 du DEIS (Diplôme d’État d’ingénierie sociale), désormais diplôme homologué de niveau I ;
  • réforme en 2002 du CAFDES (Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement social), diplôme homologué de niveau I et comportant quatre options : enfance inadaptée, personnes adultes handicapées, personnes en difficulté sociale, personnes âgées. Sachant par ailleurs que des professionnels issus de l’enseignement spécialisé dirigent de nombreux établissements médico et / ou socio-éducatifs après obtention du DDEEAS (Diplôme de directeur d’établissement d’éducation adaptée et spécialisée) préparé à l’INSHEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés) à Suresnes.

19C’est d’ailleurs davantage en direction de l’encadrement que l’offre de formation universitaire s’est développée.

Le rapport à l’Université et la place des sciences de l’éducation

20Contrairement à d’autres pays, l’appareil de formation professionnelle initiale des travailleurs sociaux s’est édifié en France hors de l’Université. Néanmoins, outre les quelques formations dispensées en IUT déjà signalées, on relève un partenariat, sans doute assez limité, entre certaines filières (sociologie, administration économique et sociale, sciences de l’éducation…), pour la préparation de diplômes homologués de niveau III. L’obtention de tels diplômes permet aux professionnels d’accéder à l’Université (licence). Ils sont d’ailleurs assez nombreux à s’y inscrire et à poursuivre des études universitaires au-delà de la licence depuis les années 1980, notamment en 3e cycle, DESS et DEA, et aujourd’hui en master.

21Les travailleurs sociaux désireux de s’inscrire à l’Université semblent davantage s’orienter vers la sociologie et les sciences de l’éducation, dans la mesure où la discipline psychologie dispose de sa propre filière de formation professionnelle : les psychologues (titre reconnu depuis 1985), qu’elle protège en restreignant l’offre de formation aux professionnels extérieurs. On impose en effet aux titulaires de diplômes de travailleurs sociaux de niveau III désireux de poursuivre des études de psychologie d’effectuer un parcours presque complet (accès possible seulement en 1re ou 2e année de licence), ce qui se révèle dissuasif en dépit de l’attractivité de la profession de « psy » pour un nombre important de travailleurs sociaux (la référence pour les éducateurs se révélant être bien souvent la relation psychothérapeutique). Ne formant pas de professionnels reconnus par un titre spécifique, à l’instar des psychologues, mais à des métiers et / ou fonctions (formateurs, consultants, études, recherches, et autres formes d’expertise…), la sociologie et les sciences de l’éducation se montrent des disciplines en général plus accueillantes (accès possible en 3e année de licence, avec parfois des allégements de formation tenant compte des acquis de l’expérience professionnelle).

  • 12 De Montalembert 2006 ; Sanchou 2007.

22C’est surtout au niveau de l’encadrement que l’offre de formation universitaire est apparue progressivement menaçante pour les centres de formation du secteur professionnel. Si les diplômes d’université (DU) ainsi que les diplômes des hautes études en pratiques sociales (DHEPS) proposés par les collèges coopératifs initiés par H. Desroches ont eu un certain succès et permis le développement de la professionnalisation durant la période 1975-2000, c’est davantage vers des certifications mieux établies que les travailleurs sociaux se sont depuis tournés. Le rôle joué par le réseau universitaire des formations du social (RUFS) apparaît ici non négligeable. Animé par des universitaires soucieux de proposer un accès à l’Université aux professionnels du secteur social, le plus souvent via des services de formation continue, le RUFS12 a œuvré, notamment au niveau du DSTS, à un rapprochement entre universités et centres de formation professionnelle, après la réforme de ce diplôme en 1998 qui rendait obligatoire ce type de partenariat.

23La réforme LMD (licence / master / doctorat) a contribué à accentuer la concurrence entre les différentes catégories d’acteurs du fait de la démultiplication de l’offre de formation, notamment par la création de masters professionnels selon trois orientations : politiques sociales (insertion sociale, familles…), management du social et du médico-social, formation de formateurs d’intervenants sociaux, destinés à former des personnels d’encadrement et de formation du secteur social.

24Peu de temps auparavant, la création en 2000 d’une chaire de travail social au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) constitue un signe timide de reconnaissance pour la recherche prenant pour objet le travail social et l’intervention sociale. Convient-il de considérer qu’il s’agit là des prémices de l’édification d’une nouvelle discipline universitaire ? Même si les milieux professionnels revendiquent depuis longtemps la création d’une discipline du travail social, il est probable qu’elle ne voie pas le jour de sitôt. En effet, la recherche scientifique prenant pour objet le social se révèle très dispersée entre les différentes disciplines en sciences humaines, même si la sociologie apparaît hégémonique en ce domaine. La chaire de travail social relève d’ailleurs de cette discipline et, au sein du RUFS, c’est la sociologie qui est la mieux représentée ; aussi, à l’instar des cursus d’administration économique et sociale, c’est plutôt la constitution d’une filière de formation universitaire à l’enseigne de l’intervention sociale qui serait souhaitée, à défaut de promouvoir une nouvelle discipline.

25Qu’en est-il de l’apport spécifique de la discipline sciences de l’éducation, notamment depuis la dernière édition en 2001 de la « brochure bleue » de l’AECSE (Association des enseignants et chercheurs en sciences de l’éducation) ? Même si le paysage institutionnel du secteur social s’est profondément transformé au cours de la dernière décennie, la place occupée par la discipline n’a guère évolué.

26Dans le domaine de la formation des professionnels de l’intervention sociale, le partenariat des départements de sciences de l’éducation avec des centres de formation apparaît relativement limité au regard du nombre de conventions d’enseignement signées, tout comme l’est l’offre spécifique de formation destinée à cette catégorie d’étudiants, même s’ils sont assez nombreux à s’inscrire et à poursuivre des études de sciences de l’éducation.

  • 13 Bailleau et al. 1985.
  • 14 Bresson 2006.

27Du point de vue de la recherche, qu’il s’agisse des thèses soutenues ou de l’implantation dans le secteur de la recherche contractuelle (MIRE, CNAF…), l’apport des sciences de l’éducation se révèle bien moins important que celui de la sociologie, discipline à n’en pas douter prédominante dans le champ de l’intervention sociale depuis plus d’une vingtaine d’années13 et parfois inquiète des tendances à « la psychologisation » de l’intervention sociale14.

  • 15 Fablet 2002 et 2007.

28Davantage centrée sur l’école, l’enseignement et la formation des adultes, la discipline des sciences de l’éducation s’est tardivement intéressée à l’éducation familiale et aux interventions socio-éducatives. Entendue à la fois comme un champ de pratiques éducatives spécifique et de recherches sur ces pratiques, l’éducation familiale s’intéresse aux activités éducatives intrafamiliales, c’est-à-dire principalement des parents à l’égard des enfants, mais également aux interventions sociales mises en œuvre par une assez grande diversité de professionnels pour former, soutenir, aider, voire suppléer les parents ; soit le domaine des interventions socio-éducatives15.

29La seule équipe de recherche à cette enseigne, créée par P. Durning (1995 / 2006) qui dirige depuis 2004 l’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED), est une composante du Centre de recherche éducation et formation (CREF EA 1589) de l’université de Nanterre. Insérée dans plusieurs réseaux – le réseau REEFI (l’éducation des enfants : entre familles et autres institutions éducatives), l’AIFREF (Association internationale de formation et de recherche en éducation familiale) et l’EUSARF (European Scientific Association for Residential and Forster Care for Children and Adolescents) – cette équipe assure depuis 1997 la publication de La revue internationale de l’éducation familiale. Signalons non loin de Nanterre, à Suresnes, l’émergence de l’INSHEA qui s’est substitué le 1er janvier 2006 au CNEFEI (Centre national d’études et de formation pour l’enfance inadaptée) et qui est appelé à développer recherches et formations dans le domaine de l’éducation et des enseignements adaptés et spécialisés. L’INSHEA publie La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, qui a pris la suite en 2006 de La nouvelle revue de l’AIS.

30Les activités de recherche en sciences de l’éducation relatives au secteur social apparaissent donc assez dispersées au sein des différents pôles universitaires (Lille, Lyon, Paris, Toulouse…) et témoignent davantage d’initiatives individuelles d’enseignants-chercheurs, du fait sans doute d’une insuffisante structuration de la recherche de la discipline en direction de ce secteur. Ce n’est pourtant pas là le signe d’un désintérêt puisque, au cours de l’année 2007, plusieurs revues relevant de la discipline – Questions vives (Université de Provence), Les sciences de l’éducation. Pour l’ère nouvelle (Université de Caen), Les dossiers des sciences de l’éducation (Université de Toulouse) – ont publié des numéros spéciaux consacrés au travail social, sachant que la revue Recherche et formation no 54 (INRP) de la même année traite de l’offre de formation universitaire de la discipline quant à la formation professionnelle des formateurs.

31On concevra donc aisément que dans une période qui a vu décroître, parfois de façon alarmante, le nombre d’inscriptions dans divers cursus de sciences humaines, la discipline des sciences de l’éducation aurait tout intérêt, tant en matière de recherche que de formation, à accentuer ses efforts pour ouvrir davantage de perspectives aux professionnels de l’intervention sociale.

Bibliographie

Aecse (2001), Les sciences de l’éducation. Enjeux, finalités et défis, Paris, AECSE – INRP.

Bailleau F., Lefaucheur N., Peyre V. (dir.) (1985), Lectures sociologiques du travail social, Paris, Les éditions ouvrières.

Beynier D., Tudoux B., Momic M. (2005), « Les métiers du travail social hors aide à domicile », Études et résultats, no 441.

Bressé S. (2004), « Le personnel des services d’aide à domicile en 1999 », Études et résultats, no 297.

Bresson M. (dir.) (2006), La psychologisation de l’intervention sociale : mythes et réalités, Paris, L’Harmattan.

Chauvière M. (2007), Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La Découverte.

Chauvière M., Tronche D. (dir.) (2002), Qualifier le travail social. Dynamique professionnelle et qualité de service, Paris, Dunod.

Chauvière M., Ladsous J., Belorgey J.-M. (dir.) (2006), Reconstruire l’action sociale, Paris, Dunod.

Chopart J.-N. (dir.) (2000), Les mutations du travail social. Dynamiques d’un champ professionnel, Paris, Dunod.

De Montalembert M. (2006), « Une reconfiguration (en cours) de la formation. Entre école et Université », Informations sociales, no 135, p. 72-80.

Fablet D. (coord.) (2002), Les interventions socio-éducatives. Actualité de la recherche, Paris, L’Harmattan.

Fablet D. (coord.) (2007), Les professionnels de l’intervention socio-éducative. Modèles de référence et analyses de pratiques, Paris, L’Harmattan.

Fablet D. (coord.) (2008), Intervenants sociaux et analyse des pratiques, Paris, L’Harmattan.

Grenat P. (2006), « Les étudiants et les diplômés des formations aux professions sociales de 1985 à 2004 », Études et résultats, no 513.

Igas (2006), L’intervention sociale, un travail de proximité. Rapport annuel 2005, Paris, La Documentation française.

Ion J. (1998), Le travail social au singulier, Paris, Dunod.

Ion J., Ravon B. (2002), Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte.

Laville J.-L. (2005), Sociologie des services. Entre marché et solidarité, Ramonville-Saint-Agne, Érès.

Piot T. (2007), « Formation de formateurs dans le travail social. Un espace de tensions plurielles », Recherche et formations, no 54, p. 87-100.

Sanchou P. (2007), « Les travailleurs sociaux et leurs formations : quelques enjeux actuels », Les dossiers des sciences de l’éducation, no 17, p. 13-23.

Woitrain E. (2000), « Les travailleurs sociaux en 1998 : environ 800 000 professionnels reconnus », Études et résultats, no 79.

Notes

1 Laville 2005.

2 Woitrain 2000.

3 Beynier et al. 2005.

4 Bressé 2004.

5 Ion 1998.

6 Chopart 2000.

7 Chauvière & Tronche 2002.

8 Grenat 2006.

9 Chauvière 2007.

10 Piot 2007, 100.

11 Ion & Ravon 2002 ; Fablet 2008.

12 De Montalembert 2006 ; Sanchou 2007.

13 Bailleau et al. 1985.

14 Bresson 2006.

15 Fablet 2002 et 2007.

Auteur

Équipe de recherche « Éducation familiale et interventions sociales auprès des familles »

Centre de recherche éducation et formation (CREF-EA 1589)

Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense.

© Presses universitaires de Caen, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access