Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

40 ans des sciences de l’éducation

 | 
Alain Vergnioux

Nouveaux terrains, nouveaux territoires

Présentation : De nouvelles demandes sociales et de nouvelles problématiques de recherche

Jean-François Thémines

Texte intégral

1Nouveaux terrains ou nouveaux territoires : de nouvelles demandes sociales à de nouvelles problématiques de recherche. Questions vives, assurément, pour l’ensemble des domaines professionnels concernés par les deux communications qui suivent : la formation d’enseignants et la formation des travailleurs sociaux ; domaines pour lesquels sont examinées les correspondances entre champs de pratiques et champs de recherche.

2Les champs de pratiques désignent l’activité des professionnels d’un domaine, spécialistes, parfois diplômés et souvent compétents ; celles aussi de chercheurs de divers statuts, spécialités, références et renommées ; celles encore du monde politico-administratif de différents niveaux, plus ou moins proches des centres de décision ou des opérateurs au quotidien : services centraux, chefs d’établissement, responsables de formation, etc. Les champs de recherche se découpent suivant les limites des domaines professionnels observés et analysés, mais aussi suivant des logiques de spécialités (économie, sociologie, histoire, science politique, didactiques, etc.) ; suivant les objets découpés dans les réalités sociales et les échelles que privilégient ces découpages (les individus, les groupes, les établissements, les organisations, les gouvernements, etc.) ; les paradigmes et les références ; les rapports des chercheurs à l’objet et aux sujets enquêtés ; leurs rapports avec l’éventuel commanditaire ou financeur, etc. Évidemment, avant tout cela, faudra-t-il encore avoir discuté ce que recouvre, pratiquement, la notion de recherche, d’activité ou d’action de recherche.

3Tissant ces éléments épars et hétérogènes, de façon lacunaire et inégale, il y a la potentialité d’une « demande sociale » au pluriel, en mouvement, en débat ; plus sûrement une réalité de finalités sans doute plurielles, qui sous-tendent toutes les situations, allant de la commande politique à l’absence de mobile autre que professionnel à l’échelon individuel.

4On connaît par ailleurs la charge d’enjeu social, épistémologique, politique, qui connote l’usage de la notion de terrain. Notion-enjeu d’un rapport de pouvoir autour de la question de la maîtrise de la pratique et de la formation professionnelle, y compris celle des chercheurs dans leurs disciplines respectives et autour de leurs objets quelquefois partagés. Un usage assez dispendieux en est généralement fait pour revendiquer pour soi (individu, groupe, établissement, administration) la formation efficace et discréditer, ou ne pas reconnaître qu’il y a chez l’autre, variant suivant les contextes, du savoir opérationnel, de l’efficacité, des capacités d’amélioration de l’action et du système. Si la notion de terrain doit être associée à celle d’enjeu, de confrontation entre des modèles concurrents de professionnalité, de formation professionnelle et de production de savoir finalisée par l’amélioration de l’action, alors sans doute, le terrain a-t-il tendance à se déplacer de lieux qui structuraient les débats tout en étant parfois violemment attaqués, vers les opérateurs eux-mêmes. C’est peut-être à l’échelon de l’individu qu’aujourd’hui se discutent et se déterminent, entre établissements et collectifs, institutions et expériences, les choix professionnels, modèles de professionnalité et décisions dans l’action.

5Quant au territoire, le géographe en connaît les tensions entre deux acceptions, celle de l’espace borné-contrôlé, sens le plus ancien d’espace correspondant à la logique de l’État avec son exhaustivité et ses frontières externes ; celle d’espace approprié, c’est-à-dire d’espace disposant d’un attribut d’appartenance ou d’identification. Le territoire est dans ce deuxième cas la composante identitaire de tout espace. On voit bien alors comment, d’un côté, un groupe institutionnel, professionnel ou autre, peut se réclamer seul occupant légitime ou seul responsable d’un territoire (celui de la pédagogie dans un établissement, celui des compétences professionnelles dans une académie, celui d’une revue scientifique dans une spécialité, etc.) et disputer, à la faveur d’un changement opéré à une autre échelle, les positions d’un autre groupe. Dans le même temps, nombre d’individus, à la croisée des mondes que nous évoquons, ont pourtant à se positionner dans plusieurs de ces territoires, en rapport avec leurs propres champs de pratiques. Concrètement, ils font fonctionner des réseaux d’information et d’influence qui ouvrent et parcourent ces différents champs. De quels territoires se sentent-ils alors ? Quelles territorialités se fabriquent ainsi à l’articulation des champs de pratique de la formation, de la recherche sur et de l’encadrement de la formation ? Sous quelles conditions de statut, de reconnaissance du travail, d’autonomie des différents niveaux et périmètres d’action, des territorialités pluriréférentielles peuvent-elles se construire ? Est-ce que les individus sont condamnés à la « gestion » au quotidien des tensions que produit la pluriactivité dans des établissements et des institutions de finalité et de statut différents ? Est-ce que les modèles du néo-management sont le seul horizon référentiel pour penser et prévoir les changements dans les organisations et dans l’activité ? Comment construire des accords entre intervenants à des titres divers dans des dispositifs hybrides par les niveaux d’intervention, les statuts et les fonctions des personnes (le conseil d’école d’un institut de formation, le conseil de direction d’un organisme académique de formation d’adultes, le conseil d’administration d’un établissement, etc.) ?

6Comme observateur et familier à chaque fois d’un petit nombre de ces processus complexes qui lient les décisions politiques relatives à la formation à leurs effets chez les usagers des services, en passant par les médiations institutionnelles, professionnelles et personnelles, chacun devine que les modèles simples de la linéarité (conception / application) et du puzzle (diffusion de l’innovation et du changement par le maillage territorial d’État) ne sont pas opératoires pour décrire ce qui se passe, même si ces modèles inspirent un certain nombre de décisions.

7Les mondes de la formation, de la recherche et du politique en relation avec la formation sont autonomes autant qu’ils sont composites. Chacun pourrait fournir rapidement une illustration du modèle des cités de Luc Boltanski et Laurent Thévenot à partir de situations qu’il connaît. Bien entendu, les petits mondes des recherches en éducation et en formation ne sont pas seulement structurés par les valeurs, les attitudes et les objets de la cité inspirée (la création). Les cités domestiques (la famille, la tradition) et marchandes (les « lois » de la concurrence) y règlent aussi bien des décisions. Ces mondes de la formation sont aussi poreux : les références de la performance propre à la cité industrielle et de la renommée propre à la cité de l’opinion envahissent la sphère politique de la formation et de la recherche. Ils sont aussi intelligents, au sens où ils produisent des savoirs légitimes et des décisions argumentées. Nombre d’acteurs intermédiaires, y compris des chercheurs, à des échelons territoriaux médians, s’essaient à des articulations, à des hybridations qui tentent de ne pas sacrifier l’intérêt collectif de la cité civique à toute autre référence exclusive. Enfin, des individus bien réels se trouvent alternativement dans ces différents mondes, travaillant ici ou ailleurs à différents postes et fonctions : enseignant, formateur, administrateur, chercheur, conseiller, évaluateur, etc.

8C’est donc qu’il nous faut choisir de mieux décrire, de mieux comprendre les médiations, les altérations, les circulations entre ces mondes, leurs « véhicules » (formation, stratégie de recrutement, politique de communication, mots-enjeux, etc.), leurs réseaux (fine circulation d’information professionnelle et injonction institutionnelle massive et répétée), leurs « cibles » (identités, conceptions, processus de décision, gestes, structures, etc.) ; mieux comprendre aussi comment, parfois, se réalisent des sauts d’échelle qui permettent à certaines pensées, certains modèles de la formation (et donc du social, de l’humain et du politique) de devenir des références au-delà des premiers cercles ou, au contraire, de perdre une suprématie dont ils venaient d’écrire l’histoire de son irrésistible ascension.

Auteur

IUFM de Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access