Version classiqueVersion mobile

L’apprentissage du métier d’enseignant

 | 
Pablo Buznic-Bourgeacq
, 
Laetitia Gérard

Constructions implicites dans l’apprentissage du métier d’enseignant

Professeurs de collèges publics et privés : apprentissage informel de logiques identitaires sectorielles

Rozenn Rouillard

Résumé

Le chapitre propose une réflexion sur l’apprentissage informel de logiques identitaires sectorielles par les professeurs de collèges publics et privés. Notre étude est guidée par trois objectifs : faire d’abord émerger, par une revue de la littérature, des éléments spécifiques au public et au privé, puis discerner ce que nous appelons des logiques identitaires sectorielles chez les enseignants enquêtés, et enfin, comprendre en quoi l’identification aux logiques sectorielles relève d’un apprentissage informel. Les données émanent d’une enquête ethnographique menée pendant deux années scolaires auprès de professeurs de quatre collèges. Les principaux résultats soulignent que les professeurs de collèges publics et privés s’identifient aux logiques sectorielles par un processus informel de « prise de rôles » face aux différents acteurs qui les entourent. Il s’agit d’un apprentissage non conscient entre des acteurs pris dans une « configuration » sectorielle.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

En sciences de l’éducation, les usages de la notion d’« informel » et les définitions correspondantes sont divers1. Aujourd’hui, cette notion n’est pas assez construite conceptuellement et se révèle complexe à définir, notamment parce que la classique opposition au « formel » n’est pas tranchée : l’informel se nourrit du formel, et inversement2. Il n’y a pas de frontière, mais un continuum entre les deux3. Toutefois, selon nous, la seule appréhension de ce continuum peut dissimuler des questions que pointent les notions de « formel » et d’« informel ». Pour notre part, nous mobilisons la notion d’« apprentissage informel », car elle a l’intérêt heuristique de mettre l’accent sur ce qui est non conscient et non...

Auteur

Rozenn Rouillard est docteure en sciences de l’éducation, chercheure associée au Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique (CREAD), et ingénieure de recherche à l’université Rennes 2. Ses travaux de recherche s’inscrivent dans les champs de la sociologie des établissements scolaires, des acteurs et des usagers de l’école, du rapport entre le secteur public et privé d’enseignement (perspective historique et sociologique), de la scolarisation et socialisation des élèves.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search