Version classiqueVersion mobile

L’apprentissage du métier d’enseignant

 | 
Pablo Buznic-Bourgeacq
, 
Laetitia Gérard

Constructions implicites dans l’apprentissage du métier d’enseignant

Un savoir-faire implicite des enseignants : adapter leurs questions au niveau de leurs élèves

Audrey Murillo

Résumé

Nous nous intéressons aux produits d’apprentissages informels : les savoir-faire implicites qui ont été construits par des enseignants expérimentés. Nous présentons notre cadre théorique, issu du constructivisme et de l’ergonomie de langue française, et l’opérationnalisons par le biais du concept de schème (Vergnaud 1985). Dans ce but, nous adossons notre méthodologie à des observations répétées d’enseignants (et non des verbalisations). Nous cherchons à mettre au jour des savoir-faire relatifs au pilotage de la classe : quels choix les enseignants font-ils lorsqu’ils prescrivent une tâche à leurs élèves et leur posent des questions pour avancer dans la résolution de cette tâche ? Nous montrons que les enseignants parviennent à poser des questions qui conduisent à un taux de réussite acceptable à la fois de la part de la classe et de chacun des élèves, ce qui n’est pas sans lien avec leur mobilisation au travail.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

L’activité d’enseignement se caractérise par la complexité de l’environnement dans lequel elle se déroule. Walter Doyle en énumère quelques caractéristiques : la multidimensionnalité, la simultanéité, l’immédiateté, l’imprévisibilité, le caractère public et l’historicité1. Avec une approche ergonomique, à l’instar de Janine Rogalski2, nous considérons que l’enseignant doit gérer dans sa classe un environnement dynamique humain : cet environnement évolue même en absence d’action de l’enseignant, et de façon d’autant plus complexe qu’il est composé, entre autres, d’êtres humains (qui sont ici les élèves). La gestion de cet environnement complexe peut être en partie enseignée, en formation initiale ou continue. No...

Auteur

Audrey Murillo est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’UMR EFTS de l’École nationale de formation agronomique de l’université de Toulouse.

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search