Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

Bantry, concept d’une ville

Kevin Hourihan
Traduction de Marguerite Corish

Texte intégral

1Ce chapitre est consacré à la ville de Bantry. Aujourd’hui, Bantry a une population permanente d’environ 3 000 habitants. Elle a un rôle économique important, une infrastructure sociale bien développée et elle aspire fortement (malgré la rivalité de Skibbereen) à être reconnue comme la capitale de l’ouest du comté de Cork. Mais Bantry est aussi le produit de quelque 400 ans d’histoire et elle présente encore nettement les effets de nombre des influences qui l’ont façonnée. Cette communication a pour objet d’analyser certaines de ces influences. Elle ne sera pas centrée directement sur 1796 ; l’armada française ne fut qu’un bref événement au cours de ces 400 ans, et ne laissa probablement pas de marque significative sur la ville (de toute façon, les archives fiables sur Bantry à l’époque sont plutôt rares). Je n’étudierai pas non plus le développement de la ville de manière chronologique.

2Les thèmes qui seront abordés proviennent plutôt d’un ouvrage intitulé Concept d’une ville : anthropologie de la forme urbaine à Rome, en Italie et dans l’Antiquité, écrit par un spécialiste d’histoire de l’art, Joseph Rykwert, et dont la première publication date de 1976. Les liens entre les cités romaines et étrusques préchrétiennes en Italie et la ville de Bantry peuvent paraître minces à première vue, mais je vais démontrer qu’il existe de nombreux parallèles et similitudes ou, tout au moins, que l’on peut valablement établir des analogies entre les deux. Les cités et villes italiennes sont considérées comme étant à la fois très belles et comme ayant marqué des étapes importantes de la civilisation européenne, alors que nous, Irlandais, n’avons qu’indifférence pour nos villes, voire de la désaffection. Ainsi que l’ont formulé deux historiens géographes, nous avons considéré nos villes comme

  • 1 An Historical Geography of Ireland, B.J. Graham et L.J. Proudfoot (éd.), Londres, 1993, p. 14.

des institutions étrangères, dernier vestige de la symbolique négative de l’histoire de la subordination de l’île1.

  • 2 An Historical Geography of Ireland, p. 4.

3J’ose espérer que l’examen des similitudes entre Bantry et les villes italiennes contribuera à aller à l’encontre de cette attitude. Il n’en reste pas moins que les villes irlandaises furent de facto établies pour un usage colonial, ainsi que le furent la plupart des cités romaines et étrusques étudiées par Rykwert, ce qui fournit un parallèle direct. Dans l’ensemble, toutes les villes furent fondées pour un ensemble de raisons diverses – économiques, sociales, culturelles ou politiques – et les mêmes influences contribuèrent à façonner leur croissance ou leur déclin, que ce soit en Italie ou en Irlande. Par conséquent, j’espère que l’attention particulière que je porterai aux thèmes principaux de Concept d’une ville (au point d’utiliser les têtes de chapitre comme sous-titres de cet article) mettra en valeur l’héritage commun aux villes irlandaises et étrangères, et contribuera à éviter ce qui a été appelé « l’insularité de l’interprétation » qui a caractérisé une grande partie de la recherche en géographie historique urbaine de l’Irlande2.

Ville et rite : Rome et Romulus

4La légende de la fondation de Rome est l’une des plus séduisantes de l’histoire des cités. Les jumeaux Romulus et Rémus, alors qu’ils étaient bébés, furent abandonnés dans un panier sur le Tibre, s’échouèrent au pied du mont Palatin (l’une des sept collines de Rome), furent nourris par une louve, élevés par des bergers, et devinrent les fondateurs de la cité. La statue des nourrissons et de la louve a de tout temps été le symbole de Rome. Cependant, il paraîtrait que plus tard, Rémus aurait été tué par Romulus. Rykwert remarque de façon plutôt cynique qu’il n’y avait « rien d’exceptionnel dans cette combinaison du meurtrier, du fratricide et du fondateur d’une ville » et l’histoire foisonne d’ailleurs de cités et de villes fondées par des despotes et des tueurs.

  • 3 P. Ó Maidín, « Bantry, origins of an old Co. Cork town », Cork Examiner, 20 novembre 1980.

5Pour le meilleur ou pour le pire, Bantry n’a pas d’équivalent direct de Romulus. Aucun individu n’a été identifié comme le père fondateur de la ville, mais Padraig Ó Maidín a argumenté qu’un colon nommé Edward Davenant joua un rôle important au début du xviie siècle3. Son frère était l’évêque de Salisbury et il arriva à Bantry en 1608 alors qu’il était âgé d’au moins cinquante ans ; il prit à bail les terres situées autour de l’emplacement de la ville appartenant à Owen O’Sullivan Beare. Davenant était connu pour être un érudit qui étudiait deux ou trois heures chaque matin avant son travail, mais il était aussi un homme d’affaires avisé. Plus tard, il perdit toute sa fortune à la suite d’une série de malchances, mais il était si estimé que ses créanciers le soutinrent, et il refit fortune grâce à la pêche au pilchard.

6Le pilchard, poisson de la famille des harengs, plus petit et plus rond, mérite probablement qu’on se souvienne de lui comme l’équivalent pour Bantry de la louve nourricière de Rome. Il avait été une source importante de revenus pour les O’Sullivan au xvie siècle et c’est lui essentiellement qui attira les nouveaux colons anglais vers l’an 1600. La pêche au pilchard fut le pivot de l’économie de la ville au cours du xviie siècle. Il était traité dans des cabanes surnommées « paleis eisc » (palais des poissons) puis exporté vers le sud de l’Europe. L’industrie fit brusquement faillite dans les années 1690. Les autochtones mirent cela sur le compte du combat entre les vaisseaux de guerre anglais et français en 1689 dans la baie de Bantry. Mais à ce moment-là, Bantry était un bourg déjà prospère et l’effondrement de l’industrie ne mena pas à la mort de la ville.

Cité et site

7Dans les temps anciens, le choix d’un site était influencé par des considérations d’ordre à la fois pratique et rituel. Platon et Aristote firent tous deux des suggestions pleines de bon sens : il s’agissait de choisir des coteaux sains, d’adapter la disposition de la ville au climat et d’éviter certains éléments tels que les marais. Cependant, les décisions des dieux étaient également cruciales ; ainsi, par exemple, le célèbre oracle de Delphes jouait un rôle important et d’autres augures et auspices (comme le foie et les intestins d’animaux sacrifiés) étaient aussi consultés.

8Dans le cas de Bantry, le choix d’un site ne fut pas dicté par d’aussi hautes considérations. Les principaux atouts du lieu étaient l’accès à la mer, l’abri des vents dominants du sud-ouest, les plages où les bateaux de pêche en bois pouvaient être tirés à terre, et l’approvisionnement en eau douce provenant de la rivière Mill. Si pour une petite colonie de pêcheurs au xviie siècle, le site avait l’avantage d’être compact et de se fondre dans le paysage, il a de nombreux inconvénients pour une ville des années 1990. Les drumlins aux flancs raides limitent l’expansion autour de la vieille ville et incitent à un développement étendu le long des principales routes d’accès. Il est également très difficile de la contourner et la circulation peut être extrêmement dense, surtout pendant les mois d’affluence en période estivale.

9Ce site n’était néanmoins pas incontournable. En cinquante ans, Henry Ireton, le gendre de Cromwell, construisit un fort en forme d’étoile (qui existe toujours aujourd’hui) à environ deux kilomètres au nord de la vieille ville (appelé alors Ballygubbin), et une nouvelle ville se développa autour de ce fort. L’étude de Petty, Down Survey, montre les deux emplacements et le recensement de 1659 compte plus d’habitants dans la ville nouvelle (environ 300, en utilisant la multiplication habituelle) que dans l’ancienne (environ 185). Cependant, la nouvelle ville ne dura pas très longtemps et l’habitat se concentra à nouveau dans le centre plus ancien. Il est intéressant de s’interroger sur les avantages relatifs des deux sites. Si le nouvel emplacement avait été une réussite, la croissance de la ville aurait été beaucoup moins limitée et la dispersion qui a eu lieu au cours des trente dernières années n’aurait sans doute pas été aussi prononcée. En revanche, il est peu probable que la place constituant le centre de la ville ait été aussi impressionnante qu’elle l’est aujourd’hui.

  • 4 F. Mitchell, The Irish Landscape, Londres, 1976, p. 192.
  • 5 W.J. Smyth, « Social, economic and landscape transformations in County Cork from the mid-eighteent (...)

10Outre le site proprement dit, sa situation – c’est-à-dire son emplacement par rapport aux accès routiers et aux transports – est une influence géographique traditionnelle sur la croissance d’une ville. À l’heure actuelle, Bantry est un carrefour naturel de transport, avec des routes en provenance des péninsules de l’ouest qui y débouchent et des routes qui s’ouvrent sur les couloirs montagneux au nord et à l’est. Au début du xviie siècle, la situation était totalement différente. Frank Mitchell a tenté de reconstruire l’idée que l’on se faisait de l’Irlande depuis le Pale à l’époque des Tudors4. Les montagnes du Wicklow et de l’ouest paraissaient rebelles et menaçantes, ainsi que la ceinture de drumlins au nord-ouest, avec ses étendues boisées, ses lacs, ses tourbières, et ses cours d’eau paresseux. Si les Tudors avaient fait l’effort de regarder du côté de Bantry, ils auraient rencontré à la fois des montagnes et des drumlins, et des forêts naturelles épaisses couvrant la majorité des terres à basse altitude jusqu’à 200 mètres environ : un scénario qui n’avait rien d’attrayant, et qui peut expliquer en partie l’exploitation relativement lente de la région. Outre le terrain accidenté, les habitants faisaient partie « de ces marginaux de longue date dont la culture était essentiellement gaélique », selon Smyth, ce qui a également gêné son développement5.

Protecteurs du centre, protecteurs des limites

  • 6 J. Rykwert, The Idea of a Town, Londres, 1976, p. 101.

11Le centre des cités romaines avait des protecteurs variés. Les vierges vestales, par exemple, étaient surtout réputées en tant que gardiennes de la flamme sacrée, mais elles détenaient aussi dans leur trésor des objets sacrés associés aux origines de la ville6. Bien qu’il n’y ait pas d’analogie directe à Bantry ou dans d’autres villes irlandaises, le concept de protection suppose contrôle et domination, qui sont des facteurs importants si l’on veut comprendre le développement de la plupart des villes.

  • 7 R.H. Buchanan, « Towns and Plantations, 1500-1700 », in The Shaping of Ireland, W. Nolan (éd.), Co (...)
  • 8 Cf. An Historical Geography of Ireland.

12Dans ce contexte, les protecteurs des villes irlandaises colonisées étaient issus d’une culture étrangère, ayant été choisis expressément pour leur supériorité présumée sur les autochtones, bien que Buchanan ait démontré que cette sélection était moins rigoureuse dans les plantations du sud qu’en Ulster7. Les villes présentaient vraiment des caractéristiques hétéro-génétiques dans la mesure où elles provenaient d’une culture étrangère plutôt qu’indigène, et il est tentant de les définir comme étant parasites plutôt que productives en termes d’économie. La géographie historique des vingt dernières années serait cependant plus prudente dans les deux cas8.

13Le recensement de 1659 montre que la population de Bantry était essentiellement irlandaise et ne présente donc pas la ville comme étant exclusivement un poste colonial. Les « Nouveaux Anglais » représentaient moins d’un quart des deux emplacements et les deux communautés étaient certainement très interdépendantes. Citons O’Connor :

  • 9 P. J. O’Connor, « The maturation of town and village life in County Limerick 1700-1900 », in Commo (...)

Les fibres culturelles étaient tissées ensemble, étaient tissées séparément, et interagissaient les unes sur les autres9.

  • 10 L.J. Proudfoot, « Spatial transformation and social agency : property, society and improvement, c. (...)

14La prise en main de Bantry devint plus claire au xviiie siècle, avec le développement du système des propriétés et des propriétaires terriens. Traditionnellement, l’opinion nationaliste a associé les propriétaires anglais à des fermages exorbitants, une coercition et un absentéisme certains, mais dans son étude du système, Proudfoot affirme qu’il faut adopter une perspective différente10. Des recherches plus récentes ont souligné les améliorations apportées à l’initiative de la majorité des propriétaires ainsi que les contraintes de fonctionnement qu’ils rencontraient.

  • 11 W.J. Smyth, « Social, economic and landscape transformations… ».

15Dans le cas de Bantry, il y eut en effet des changements. Les forêts furent défrichées et des fours furent installés à divers endroits dans le voisinage d’arbres appropriés à la fabrication du charbon de bois. La terre défrichée fut utilisée pour l’agriculture. Grâce aux innovations de la révolution agricole du xviiie siècle, de nouvelles cultures et l’assolement furent introduits ; on cultiva le lin pour le tisser et cela devint une industrie à domicile assez importante autour de Bantry. Dans d’autres domaines, les améliorations furent moins nettes. Smyth a démontré que des innovations comme la plantation d’arbres par les fermiers étaient plus sporadiques à Bantry que dans les zones plus prospères du comté11.

16L’effet du système anglais de propriété fut moins prononcé sur la ville elle-même. Il est certain qu’elle ne connut jamais le développement impressionnant d’endroits comme Kenmare et Mitchelstown, ou même des améliorations à plus petite échelle comme à Dunmanway et Inishannon. Cela était probablement en partie dû au fait que le domaine de Bantry, bien que grand, n’était pas très riche.

17À bien des égards, ce sont le domaine de Bantry et son manoir qui rappellent de façon plus tangible l’époque des propriétaires anglais. Le manoir est un excellent exemple d’architecture et d’ornementation typiques des propriétés irlandaises, c’est une attraction touristique importante, mais il devrait aussi être considéré comme une expression locale des châteaux féodaux, des châteaux Renaissance, des palais royaux et des citadelles militaires qui dominent les cités et les villes sur le continent européen. Ils rappellent fortement la relation ambivalente des possédants et des gens du peuple, dont ils sont d’une part les bienfaiteurs et les protecteurs, mais aussi les supérieurs, les exploiteurs et les oppresseurs.

  • 12 L.M. Cullen, The Emergence of Modern Ireland 1600-1900, New York, 1981, p. 236.

18Dès le début du xixe siècle, un nouveau « protecteur » prit de plus en plus d’importance. À partir de 1778, les restrictions pénales sur les catholiques furent réduites par le Parlement, et l’État prit une part active à la mise en place de services. Bantry fut dotée d’une caserne de police et d’un palais de justice ; puis, à la suite de la « loi sur l’assistance aux pauvres » de 1838, un dispensaire fut ouvert et un hospice prévu pour 600 personnes fut terminé en avril 1845. Malgré les restrictions et la rigueur associées à ce dernier, son rôle pendant la Grande Famine fut essentiel. D’autres services sociaux commencèrent aussi à se développer. Cullen a décrit comment « les maîtres d’école ont à la fois créé et entretenu le besoin d’alphabétisation » et comment les écoles ont fourni plusieurs milliers d’emplois d’enseignants à la fin du xviiie siècle12. L’alphabétisation était essentielle pour le commerce ainsi que pour les professions libérales. Cependant, à Bantry, le résultat fut une alphabétisation inférieure à la moyenne nationale : en 1841, plus de 41 % des garçons âgés de cinq ans ou plus et pratiquement 62 % des filles étaient complètement analphabètes (les chiffres correspondants pour les habitants des campagnes environnantes étaient respectivement de 65 % et 80 %).

  • 13 C. Eipper, The Ruling Trinity, Aldershot, 1986.

19Après 1854, l’État prit des dispositions concernant l’administration locale en votant la « loi sur l’amélioration des villes » ; néanmoins, l’électorat du gouvernement local resta très limité jusqu’en 1898, et durant encore vingt ans à compter de cette date, les femmes n’eurent qu’un droit de vote limité. Aujourd’hui encore, en 1996, les « conseillers municipaux » sont élus et agissent en référence à la loi de 1854, mais la véritable administration pendant la majeure partie du xxe siècle s’est effectuée, selon la formulation de l’anthropologue australien Chris Eipper, « sous la direction de la trinité » constituée par l’Église, l’État et le monde des affaires13.

  • 14 P. O’Flanagan, « Three hundred years of urban life : villages and towns in County Cork c. 1600-190 (...)
  • 15 W.M. Thackeray, The Irish Sketch Book, Londres, 1843 : « arranged so that you may get as much prac (...)

20Les « limites » dans l’ouvrage de Rykwert sont les murs et autres démarcations qui, dans les villes romaines, étaient sacrés et intouchables. À l’inverse de villes comme Youghal et Athenry, Bantry n’a jamais eu de murs d’enceinte, mais le concept de limite est pertinent quant à l’expansion et aux modifications de la sphère d’influence de la ville, alors que se développait une espèce de dépendance mutuelle entre celle-ci et la campagne. Le commerce constitua un lien important dès le début, et à partir de 1680, Bantry fut reconnue comme un bourg plutôt que comme un village14. Les déplacements dans la campagne restaient difficiles et ne furent améliorés que par la construction de routes à partir du début et jusqu’au milieu du xviiie siècle. La carte d’état-major de 1842 montre qu’une grande partie du réseau routier actuel était alors en place. À cette époque, des diligences reliaient les villes principales ; néanmoins, la voiture à deux chevaux qui faisait la liaison entre Bantry et Glengarriff était, selon Thackeray, « faite de telle sorte que vous acquériez autant d’expérience qu’il est possible dans l’art de vous mouiller »15. Mais vers le début du xixe siècle, la ville était le pivot économique et social de la campagne environnante (un état de fait qui fut reconnu par « l’Association de la loi sur l’assistance aux pauvres »), comprenant plus de 267 km2 couvrant Bantry et ce qui devint plus tard la zone rurale.

21Les limites de Bantry s’étendaient aussi dans une autre direction : celle de la mer, à l’ouest. Dès la fin du xviiie siècle, l’industrie de la pêche avait repris, pas celle du pilchard cette fois, mais celle du colin, du maquereau, du sprat et du hareng. Plus de 1 100 hommes travaillaient sur les bateaux de pêche de Bantry en 1821. Le port servait aussi à exporter les produits de la campagne, essentiellement le beurre, la viande, la farine et le blé, et à importer du thé, du sucre, de l’alcool, du tabac, du charbon et du fer. Si l’on en croit certains récits de l’époque, du cognac et du rhum passaient en contrebande, en même temps que les importations légales. La drague du « sable corallifère » dans la baie était aussi une activité importante. Il était transporté bien loin de Bantry où il était utilisé comme engrais dans les campagnes. Cette activité se poursuivit jusque dans les années 1950, et les « quais du sable » que l’on trouve aujourd’hui encore au bout de la baie en conservent le souvenir.

La place et la croix

22De nombreuses villes classiques étaient conçues dans un cadre carré ou tout au moins de structure rectiligne, puis ensuite subdivisées en rues principales qui se croisaient à angle droit. D’autres rues également étaient orthogonales, et le quadrillage était aussi utilisé pour la place, le forum et autres espaces publics à l’extérieur. De nombreux historiens ont considéré ces formes comme le résultat peu élaboré de techniques de topographie rudimentaires. Rykwert, au contraire, démontre qu’elles provenaient de modèles conceptuels qui reflétaient les lois divines. Selon lui, la conception du quadrillage (abondamment critiquée au xxe siècle) reflète

  • 16 J. Rykwert, The Idea of a Town, p. 25.

la structure géométrique et topologique élaborée de la ville romaine qui grandit à partir et autour d’un système de coutumes et de croyances, facilitant ainsi la transmission de la culture et du mode de vie16.

23Par opposition, le modèle des rues de Bantry était essentiellement un modèle organique, qui s’est développé peu à peu en réponse à la croissance démographique et économique et qui s’est adapté efficacement aux pentes raides et aux affleurements rocheux du site. De nombreuses rues sont sinueuses et aujourd’hui encore, de grandes étendues au sein de l’agglomération urbaine (comme Carraig na gCat) sont trop escarpées pour permettre toute construction. La carte d’état-major de 1842 montre le plan de la ville cette année-là (fig. 1). Le tracé des rues est en général la caractéristique la plus stable d’une cité ou d’une ville (même lorsque les villes ont été totalement détruites au cours des guerres, le tracé d’origine des rues a presque toujours été conservé lors de la reconstruction), et les rues de Bantry en 1996 sont pratiquement identiques à celles de 1842. Il ne fait aucun doute que cela contribue aux embouteillages actuels, mais cela assure aussi une continuité avec le passé (ainsi que le font, sur le modèle romain, les rues de Vérone, Cologne, York, etc.).

Fig. 1 – La première carte d’état-major de la ville. Elle montre un site resserré entre les drumlins au nord et au sud et des rues encombrées au centre. La place principale commençait à se développer autour de l’estuaire de la rivière Mill, mais il y a aussi au nord le début d’une extension urbaine linéaire le long de la route de Glengarriff. Au centre de la carte et en haut, sont visibles le site et le fort de Newton (xviie siècle), tandis que le manoir et le domaine de Bantry sont en bas à gauche. L’hospice récemment bâti est au sud de la ville, au-dessus de l’effleurement rocheux de Carrignagat et, plus loin au sud, le sol s’élève en pente raide vers Knocknaveagh (934 pieds). D’après la carte d’état-major, avec l’autorisation du gouvernement (autorisation no 6379).

24Dans d’autres secteurs, heureusement, il y a moins de continuité. Une grande partie de l’environnement urbain dans les années 1840 était extrêmement pauvre. Le recensement de 1841 compta 613 habitations dans la ville mais plus des trois quarts étaient des logements de troisième ou de quatrième catégorie. Ces catégories du recensement comprenaient des cabanes d’argile ou des chaumières de tailles diverses, mais on doit à Thackeray une description plus réaliste de ces taudis

  • 17 W.M. Thackeray, The Irish Sketch Book : « not six feet long or five feet high, built of stones hud (...)

qui faisaient à peine 1,80 m de long ou 1,50 m de haut, étaient faits de pierres grossièrement assemblées, ayant pour entrée un trou pour que les gens puissent s’y glisser en rampant, un toit de chaume endommagé qui n’abritait guère de la pluie17.

25Ces habitations ont disparu et dans l’ensemble, le centre de Bantry est composé de bâtiments robustes et attrayants, peints de couleurs vives typiques de l’ouest du comté de Cork. Les styles traditionnels indigènes semblent être de plus en plus appréciés et de nombreux propriétaires de boutiques et de pubs ont restauré leurs locaux.

26La carte de 1842 montre que le cœur actuel de la ville, la place Wolfe Tone, a été originellement aménagé à l’endroit des terrains alluviaux, là où la rivière Mill se jetait dans la mer. La place n’eut son allure définitive que quelques années plus tard lorsque le cours d’eau fut canalisé et lorsque la grande place publique mesurant presque 200 mètres de long et 60 mètres de large fut achevée. Jusqu’aux années 1960, c’est sur cette place qu’eurent lieu les foires aux bestiaux et les marchés ainsi que des cérémonies religieuses comme la procession annuelle de la Fête-Dieu. Mais, dans les années 1970, la place subit un sort comparable à celui de nombreuses places européennes et fut réduite à un rond-point et à un parking sans goût ni grâce. La seule œuvre d’art sur la place, érigée à son extrémité ouest, était la statue de saint Brendan commandée par la firme Gulf Oil en 1968. Si l’on se réfère au jugement de Rykwert selon lequel les villes romaines sont « le véhicule parfait d’une culture et d’un mode de vie », la place Wolfe Tone fut réduite dans les années 1980 à un bien piètre reflet des aspirations et des valeurs des habitants de Bantry. Cependant, en partie à l’occasion du bicentenaire de l’Armada, la place a été récemment transformée en une place piétonne très élaborée, pour une somme de quelque 500 000 livres irlandaises. Malgré une polémique chez les autochtones qui se plaignaient de la perte de places de parking, la place représente à nouveau un centre approprié pour la communauté.

  • 18 M. Craig, The Architecture of Ireland, Londres, 1982.

27La « croix » dans le titre de Rykwert peut servir, par analogie, à signifier la religion. Les trois églises de la ville furent toutes construites au début du xixe siècle, mais dans des lieux et des styles différents. Le temple de l’Église anglicane d’Irlande situé sur le côté nord de la place est de style néogothique, très apprécié à l’époque par les diverses congrégations protestantes, alors que l’église catholique est néoclassique. Quoi qu’en ait dit Maurice Craig18, qui considérait cet édifice comme banal, l’église occupe une position dominante au-dessus de la ville et est un signe éclatant du pouvoir naissant du catholicisme dans les années 1820. La construction des églises catholiques dans les villes irlandaises a représenté un développement crucial en ce qui concerne leur caractère et leur identité. Comme Jones Hughes l’a souligné,

  • 19 T. Jones Hughes, « The origin and growth of towns in Ireland », University Review, vol. 2, 1960, p (...)

elles représentaient un symbole en pierre de la mise en place, pour la première fois depuis la Réforme, d’un lien spirituel entre la ville et la campagne19.

28La troisième église de Bantry, le temple méthodiste, n’a plus aucun lien aujourd’hui avec une quelconque religion. L’édifice a été vendu dans les années 1980 et, par souci précoce et délicat de préservation de l’environnement et d’utilité, a été transformé en bureaux et en cabinets médicaux, sans altération significative de son apparence extérieure.

Les parallèles

29Rykwert démontre de façon convaincante qu’il est possible d’établir des parallèles avec sa conception des villes romaines ; il cite des exemples allant des mandalas en Inde à la mythologie des Sioux en Amérique, en passant par la cosmologie des Haoussas au Nigéria. Les modèles d’habitation associés à chacune de toutes ces cultures semblent refléter le même instinct humain universel.

30Les instincts ayant conduit à la fondation de la plupart des villes irlandaises, y compris Bantry, étaient ceux de la colonisation et de l’exploitation des ressources locales. Néanmoins, lorsque l’on compare des récits de l’époque sur Bantry à ceux d’autres villes irlandaises, on remarque qu’à peu d’exceptions près, les observateurs critiquent Bantry. Ainsi, dans les années 1820, elle ressemblait à

  • 20 C. Otway, Sketches in Ireland, Dublin, 1827 : « the abode of poverty and misery… beset and buried (...)

la demeure de la pauvreté et de la misère…, enfouie dans les collines qui l’encerclaient et semblaient dissimuler honteusement ses bicoques20.

31Et dix ans plus tard, on la jugeait

  • 21 J. Binns, The Miseries and Beauties of Ireland, Londres, 1837 : « singularly remarkable for the ex (...)

singulièrement remarquable pour la saleté excessive de ses rues, de ses maisons et de ses habitants21.

  • 22 L.M.Cullen, « Man, landscape and roads : the changing eighteenth century », in The Shaping of Irel (...)

32Cullen a recommandé de ne pas prendre les descriptions de visiteurs étrangers au pied de la lettre, car un grand nombre d’entre eux n’étaient pas conscients des différents systèmes de valeur qui existaient en Irlande à cette époque22. Toutefois, la plupart des observateurs ont jugé la ville comme étant l’une des plus pauvres qu’ils aient visitées, ce qui laisse supposer que les conditions de vie devaient être extrêmement mauvaises.

33Pour ce qui est de parallèles internationaux, la comparaison avec des villes françaises peut être particulièrement instructive, surtout étant donné le thème central de cet ouvrage. Arthur Young a fait le récit de ses voyages à travers la France et l’Irlande, mais malheureusement, n’a pas visité Bantry ; une comparaison directe n’est donc pas possible. Aujourd’hui, les villes historiques françaises, de même que les villes historiques italiennes, sont considérées comme étant parmi les plus belles d’Europe, et de nombreux exemples bien conservés illustrent comment « l’exemple français » aurait pu avoir un effet sur l’Irlande. Les habitations coloniales connues sous le nom de bastides qui ont été établies dans le sud-ouest de la France au Moyen Âge prirent une forme caractéristique (fig. 2). Elles furent conçues à partir de lignes d’intersection (similaires à celles de l’Empire romain), avec une place centrale en arcades et un mur de protection tout autour. Les Anglais ont également utilisé ce modèle pour leurs avant-postes en Aquitaine et au Pays de Galles, mais il ne fut pas employé dans les « plantations » – colonies de peuplement – en Irlande, à l’exception notable de Derry en Ulster.

Fig.2 – En 1842, Bantry diffère sensiblement des villes conçues en France qui, dans d’autres circonstances, auraient pu lui servir de modèle. Aigues-Mortes (a) – début de la construction sur la côte méditerranéenne en 1240 – est une bastide typique, une de ces villes neuves du Moyen Âge qui servirent des buts coloniaux en Aquitaine et au Pays de Galles. Charleville (b) au bord de la Meuse, près de la Belgique, fut fondée en 1608, à peu près au moment où commencèrent les travaux à Bantry. Les villes qui se développèrent en liaison avec un château furent influencées par Richelieu (c) dans la vallée de la Loire (les plans datent de 1631), et Neuf-Brisach (d) au sud de Strasbourg représente l’apogée des fortifications militaires françaises du xviie siècle.

34Dès le début du xviie siècle, au moment où Bantry fut fondée, les Français se mirent à utiliser des modèles plus élaborés. La ville de Charleville, par exemple, fut construite sur la Meuse près de la frontière belge actuelle, avec une place centrale très imposante, plusieurs places plus petites reliées par un schéma orthogonal de rues et un système de fortifications efficaces disposées en bastion et conçu de façon à résister à l’artillerie de l’époque. Le même type de bastion fut utilisé au fort d’Ireton à Newtown, mais à une échelle beaucoup plus petite. Au cours du xviie siècle, les Français constituaient la société européenne la plus avancée en matière de développement urbain, avec par exemple Richelieu dans la vallée de la Loire où le cardinal du même nom créa une ville pour compléter son château et ses jardins. À une échelle encore plus considérable, le palais, les jardins et l’aménagement de la ville de Versailles furent faits pour Louis xiv, et Sébastien de Vauban fut chargé des plans d’un grand nombre de villes fortifiées sur la côte et aux frontières du pays, son œuvre culminant à Neuf-Brisach au début du xviiie siècle. L’ordre et la régularité de toutes ces constructions françaises sont totalement différents de la croissance contrainte et organique que l’on rencontrait à Bantry à l’époque.

35Enfin, si la flotte avait été victorieuse et si l’Irlande était devenue un protectorat de la France, comment cela aurait-il affecté la ville de Bantry ? En 1796, l’aménagement urbain à grande échelle n’était pas encore développé en France, ou ailleurs ; l’impact immédiat se serait donc sans doute traduit par des fortifications, comme celles qui furent construites par les Anglais sur l’île de Whiddy à partir de 1801. La réalisation la plus spectaculaire de l’urbanisme du xixe siècle en France fut le remaniement de Paris sous la direction du baron Eugène Haussmann entre 1853 et 1870. Ce travail consista à construire de grands boulevards et des avenues (dans la plupart des cas, cela signifiait entailler la structure médiévale de la ville), et à ouvrir des jardins publics et des parcs. Une grande partie de la majesté actuelle de Paris est due à ces développements, mais la philosophie de « l’Hausmannisation », ainsi qu’on l’appela, fut également appliquée dans des villes et bourgades de province plus petites, créant parfois des effets très disgracieux d’avenues larges et droites coupant à travers d’anciens paysages urbains du Moyen Âge. Le site de Bantry n’aurait pas été propice à de tels développements, mais si l’Irlande avait été inspirée par la France, ils auraient très bien pu être imposés. À l’actif du bilan, il faut mentionner que la France fut le premier pays européen à établir une liste des monuments historiques pour les préserver, et depuis les années 1960 essentiellement, la politique française de préservation des villes et villages a été la plus avancée du monde. Les villes historiques irlandaises auraient certainement tiré bénéfice de cette influence.

La cité, maladie curable : rituel et hystérie

36Étant donné l’ampleur et la nature des problèmes qui semblent être concentrés aujourd’hui dans les petites et les grandes villes, il peut sembler discutable que la thèse de Rykwert soit toujours pertinente. Bien au contraire, dans la deuxième édition de l’ouvrage (publiée par MIT Press en 1988), il affirme que sa thèse est d’autant plus valable que l’urbanisation qui a eu lieu après la Seconde Guerre mondiale a été faite en dépit du bon sens. La philosophie qui primait alors était basée sur des solutions et des modèles universels, qui ne tenaient aucun compte du passé et du caractère unique de divers lieux, et réduisaient tout à des questions de flux de circulation ou à des données économiques. Cette approche négligeait entièrement les traditions et les cultures des villes, et l’environnement urbain n’avait aucune valeur intrinsèque au-delà de son utilité pratique.

37Par opposition, l’ouvrage de Rykwert est une glorification des villes italiennes, des traditions et des rituels qui leur sont associés, et de l’identification permanente de leurs habitants à leur héritage. Plutôt qu’une chose qu’il s’agissait de réduire à un simple modèle mathématique, Rykwert voyait

la ville comme symbole mnémonique, ou du moins comme un ensemble structuré de symboles, au sein duquel le citoyen, par l’intermédiaire d’un certain nombre d’exercices physiques, tels que des processions, des festivals saisonniers, des sacrifices, s’identifie avec sa ville, avec le passé et les fondateurs de celle-ci. Ce mécanisme d’exercices n’était cependant pas répressif. Au contraire, il apparaît en quelque sorte comme un facteur de conciliation et d’unité, ce que, selon Freud, doit être une relation « normale » dans cette situation.

38Cet article a tenté de démontrer que l’approche de Rykwert est pertinente pour la compréhension de la ville de Bantry. Il est évident que l’histoire et l’héritage de Bantry ou d’autres villes irlandaises ne sont pas aussi riches que ceux de Rome, mais cela n’empêche pas les gens d’avoir le sens de l’identification, ainsi que je l’ai montré plus haut. Bien que cela ne soit pas en mesure de résoudre les problèmes économiques ou sociaux qu’on trouve dans les villes et agglomérations, il est certain en tous cas que cela ne les exacerbera pas. En fait, il se peut même que ce soit la relation « normale » entre les gens et leur ville natale, et en tant que telle celle-ci devrait être encouragée et valorisée.

Notes

1 An Historical Geography of Ireland, B.J. Graham et L.J. Proudfoot (éd.), Londres, 1993, p. 14.

2 An Historical Geography of Ireland, p. 4.

3 P. Ó Maidín, « Bantry, origins of an old Co. Cork town », Cork Examiner, 20 novembre 1980.

4 F. Mitchell, The Irish Landscape, Londres, 1976, p. 192.

5 W.J. Smyth, « Social, economic and landscape transformations in County Cork from the mid-eighteenth to the mid-nineteenth centuries », in Cork : History and Society, P. O’Flanagan et C.G. Buttimer (éd.), Dublin, 1993, p. 658.

6 J. Rykwert, The Idea of a Town, Londres, 1976, p. 101.

7 R.H. Buchanan, « Towns and Plantations, 1500-1700 », in The Shaping of Ireland, W. Nolan (éd.), Cork, 1986, p. 84-98.

8 Cf. An Historical Geography of Ireland.

9 P. J. O’Connor, « The maturation of town and village life in County Limerick 1700-1900 », in Common Ground : Essays in the Historical Geography of Ireland, W. J. Smyth et K. Whelan (éd.), Cork, 1987, p. 149-172 : « cultural strands hung together, hung separately, and inter-acted, one with the other. »

10 L.J. Proudfoot, « Spatial transformation and social agency : property, society and improvement, c. 1700 to 1900 », in An Historical Geography of Ireland, p. 219-257.

11 W.J. Smyth, « Social, economic and landscape transformations… ».

12 L.M. Cullen, The Emergence of Modern Ireland 1600-1900, New York, 1981, p. 236.

13 C. Eipper, The Ruling Trinity, Aldershot, 1986.

14 P. O’Flanagan, « Three hundred years of urban life : villages and towns in County Cork c. 1600-1901 », in Cork : History and Society, p. 408.

15 W.M. Thackeray, The Irish Sketch Book, Londres, 1843 : « arranged so that you may get as much practice in being wet as possible. »

16 J. Rykwert, The Idea of a Town, p. 25.

17 W.M. Thackeray, The Irish Sketch Book : « not six feet long or five feet high, built of stones huddled together, a hole being left for the people to creep in at, a ruined thatch to keep out some little portion of the rain. »

18 M. Craig, The Architecture of Ireland, Londres, 1982.

19 T. Jones Hughes, « The origin and growth of towns in Ireland », University Review, vol. 2, 1960, p. 8-15.

20 C. Otway, Sketches in Ireland, Dublin, 1827 : « the abode of poverty and misery… beset and buried amongst hills that seemed to cover in shame its cabins. »

21 J. Binns, The Miseries and Beauties of Ireland, Londres, 1837 : « singularly remarkable for the excessive dirtiness of its streets, its houses and its people. »

22 L.M.Cullen, « Man, landscape and roads : the changing eighteenth century », in The Shaping of Ireland, p. 123-136.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La première carte d’état-major de la ville. Elle montre un site resserré entre les drumlins au nord et au sud et des rues encombrées au centre. La place principale commençait à se développer autour de l’estuaire de la rivière Mill, mais il y a aussi au nord le début d’une extension urbaine linéaire le long de la route de Glengarriff. Au centre de la carte et en haut, sont visibles le site et le fort de Newton (xviie siècle), tandis que le manoir et le domaine de Bantry sont en bas à gauche. L’hospice récemment bâti est au sud de la ville, au-dessus de l’effleurement rocheux de Carrignagat et, plus loin au sud, le sol s’élève en pente raide vers Knocknaveagh (934 pieds). D’après la carte d’état-major, avec l’autorisation du gouvernement (autorisation no 6379).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Légende Fig.2 – En 1842, Bantry diffère sensiblement des villes conçues en France qui, dans d’autres circonstances, auraient pu lui servir de modèle. Aigues-Mortes (a) – début de la construction sur la côte méditerranéenne en 1240 – est une bastide typique, une de ces villes neuves du Moyen Âge qui servirent des buts coloniaux en Aquitaine et au Pays de Galles. Charleville (b) au bord de la Meuse, près de la Belgique, fut fondée en 1608, à peu près au moment où commencèrent les travaux à Bantry. Les villes qui se développèrent en liaison avec un château furent influencées par Richelieu (c) dans la vallée de la Loire (les plans datent de 1631), et Neuf-Brisach (d) au sud de Strasbourg représente l’apogée des fortifications militaires françaises du xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 457k

Auteur

Maître de conférences (géographie), University College, Cork

Marguerite Corish (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540