Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

L’épisode de Bantry, vue d’ensemble

Kevin Whelan
Traduction de Catherine Piola

Texte intégral

1En décembre 1797, on rapportait des alentours de Cloyne, dans le comté de Cork, l’existence du « catéchisme » des Irlandais Unis. En voici les termes : montrant du doigt un bâton ou un fouet, l’agent recruteur des Irlandais Unis commençait l’enrôlement par une série de questions-réponses types :

Qu’est-ce entre vos mains ? C’est un rameau.
D’où provient-il ? De l’Arbre de la Liberté.
Où a-t-il poussé ? En Amérique.
Où s’épanouit-il ? En France.
Où ses graines sont-elles tombées ? En Irlande.
Quand la lune sera-t-elle pleine ? Lorsque s’uniront les quatre quartiers.

  • 1 I. Collins à Shannon, décembre 1797, Shannon Papers, PRONI, D 2707.

2Le correspondant paraphrasa la dernière réponse en faisant référence à « cette heure imminente [qui verra] les quatre provinces s’unir dans la rébellion »1. La diffusion d’un tel discours dans la partie est du comté de Cork indique que le mouvement des Irlandais Unis s’étendait aux riches terres arables d’Imokilly : la série de questions et de réponses met en évidence la force et le sens de la « Révolution Atlantique » du dernier quart du xviiie siècle, celle que les radicaux espéraient introduire en Irlande. La dernière question souligne combien les Irlandais Unis étaient conscients de la nécessité de bâtir une organisation qui repose sur une cohésion nationale suffisante avant de lancer leur frappe révolutionnaire. La présence de la flotte française dans la baie de Bantry répondait bien aux trois cas de figure : international, national et local.

3Tandis que ce « catéchisme » (et le discours des historiens) a eu tendance à souligner l’importation massive d’une idéologie révolutionnaire, il est fondamental de ne perdre de vue ni l’enracinement du radicalisme dans le pays, ni l’impact, sur une culture politique existante et épanouie, de la sédition indirectement venue d’Amérique et de France. Le Munster du xviiie siècle, notamment les vallées fertiles à proximité de la ville de Cork, avait connu une croissance économique rapide reposant sur une agriculture marchande qui comprenait la production de lait et de viande bovine ainsi que la culture de terres arables. L’extraordinaire prospérité qui en résulta ne fut possible qu’au prix d’une prolétarisation poussée de la main-d’œuvre agricole, celle-ci étant très largement considérée comme appartenant aux groupes sociaux d’Europe les plus touchés par la misère et, à mesure que le siècle tirait à sa fin, de plus en plus dépendante d’une alimentation fondée sur la pomme de terre. La famine de 1740-1741, dont on se souvint longtemps comme de « l’année du massacre » – « Bliain an Áir » – avait fait un nombre effarant de victimes parmi les pauvres du Munster ; un observateur parlait d’hommes qui

  • 2 Lecky, Ire., ii, p. 239.

mangeaient de l’herbe comme des bêtes […] d’un orphelin abandonné sur un tas de fumier et que personne n’osait recueillir de peur d’être infecté [et] de nouveaunés affamés tétant le sein d’une mère déjà morte2.

4Dès 1787, le procureur général déclarait que

  • 3 Plowden, Ire., iii, p. 146.

la paysannerie du Munster ne pouvait subsister dans les conditions d’extrême misère qui lui étaient imposées. Un pauvre payait un champ de pommes de terre d’un arpent six livres qu’il devait verser à son propriétaire en journées de travail à raison de cinq pence par jour [288 jours ouvrés]3.

5En 1796, John Philpot Curran, originaire de Cork, affirmait que les lois sur le blé avaient eu pour effet de

  • 4 Finn’s Leinster Journal, 30 janvier-3 février 1796.

faire augmenter le prix de la terre ainsi que celui des denrées de consommation courante de plus du double de leur valeur, sans accroître proportionnellement le salaire des ouvriers agricoles4.

6L’instabilité de cette prospérité sans précédent et de la pauvreté qui y était si étroitement liée entretenait des tensions dans le monde agricole. Le Munster était le champ clos de sociétés secrètes prônant la justice, les Whiteboys et les Rigthboys. La société des Whiteboys était née au cours des années 1760, son cheval de bataille étant, au départ, la privatisation des hautes terres à pâture jusqu’alors communautaires. Au sein du système agraire traditionnel, il n’y avait droits plus sacrosaints et plus jalousement défendus que les droits communautaires de pacage sur des terres non closes. Les Whiteboys du Munster déclaraient :

  • 5 Cité dans M. Wall, « The Whiteboys », in Catholic Ireland in the Eighteenth Century, G. O’Brien (é (...)

Nous, justiciers et vengeurs des torts infligés aux pauvres, nous sommes tous d’accord pour détruire les murets et les fossés qui ont été construits dans le but de clôturer les terres communautaires. Les nobles ont récemment appris à faire trimer les pauvres pour une bouchée de pain, si bien que ces derniers ne peuvent subsister. Ils ne peuvent même plus élever un cochon ou une poule dans leur cour. Nous les mettons en garde et leur conseillons de ne rebâtir ni muret ni fossé à la place de ceux que nous détruisons, ni même de chercher à savoir qui les a détruits. S’ils ne respectent pas ces consignes, leur bétail sera abattu et leurs moutons éventrés dans les herbages5.

7En ces temps d’expansion, les petits fermiers et ouvriers agricoles étaient expulsés de leurs terres, comme la circonscription de Mallow en fait état en 1775 :

  • 6 « Mallow district in 1775 » (Rapport contemporain attribué au révérend James Mockler), Journal of (...)

Au cours de ces dernières années, les terres aux alentours de Mallow et, me semble-t-il, dans l’ensemble du Munster, se sont grandement dépeuplées pour faire place aux taureaux, aux moutons et aux vaches laitières. Depuis dix ou douze ans, les riches n’ont jamais été aussi enclins à prendre des fermes et à accroître leur cheptel bovin6.

  • 7 Finn’s Leinster Journal, 9-12 août 1775.

8Le dynamisme des Whiteboys naquit de ce conflit entre économie morale (fondée sur une éthique égalitaire) et économie immorale (tournée vers le commerce). Tout au long de la seconde moitié du xviiie siècle, le Munster connut ainsi une ébullition contenue qui mena parfois à des soulèvements à grande échelle. En 1775, un défenseur des Whiteboys avançait cinq arguments pour justifier leur existence : 1) les Whiteboys étaient liés à un phénomène européen généralisé « motivé par la tyrannie et l’oppression des grands et des riches » ; 2) « les petits fermiers et les valets de ferme d’Irlande [étaient] de misérables esclaves aussi démunis que d’autres esclaves ailleurs » ; 3) « leur alimentation, leurs vêtements et leurs taudis rendent la pendaison, ou tout autre moyen de se donner la mort, plus désirable que la vie » ; 4) « bien qu’ils vivent dans un pays riche et fertile, tout leur labeur ne peut parvenir à produire de quoi payer trente shillings pour un quart d’arpent de champ de pommes de terre, ce à quoi il faut ajouter une couronne ou trois shillings de dîme afférente ; 5) « de vieux et honnêtes tenanciers qui améliorent leurs terres sont renvoyés chaque jour par des propriétaires cupides et remplacés par d’autres hommes qui offrent six pence de plus à l’arpent ». Si les tenanciers en place bénéficiaient d’un renouvellement de leurs baux, cela aurait pour effet de « faire baisser le prix exorbitant des terres » et permettrait à ces mêmes tenanciers « de traiter leurs valets avec charité »7.

  • 8 L. Cullen, « Catholic social classes under the penal laws », in Endurance and Emergence. Catholics (...)

9À cette tradition agricole contestataire s’ajoutait, dans le Munster, l’existence d’un mouvement jacobite très développé. Les comtés de Tipperary, Cork et Clare avaient le taux le plus élevé d’enrôlement d’« oies sauvages », tandis que leur « gentry souterraine » catholique maintenait d’étroits liens avec le corps d’officiers jacobites des armées continentales8. Cette influence catholique était particulièrement marquée dans la vallée de la Blackwater et dans des familles comme les Cotter, Nagle et Hennessy. Les poètes gaélophones de la région louaient, dans leurs vers, les Stuarts, et l’« aisling » ou allégorie était, par excellence, une spécialité du Munster. L’existence de ce courant jacobite contribua largement à ébranler la loyauté des catholiques du Munster envers les Hanovres, créant ainsi un vide que d’autres formations politiques pouvaient facilement combler. Dans la gentry du Munster, notamment dans les plus grandes familles politiquement engagées comme les Boyle, Maude, Beresford et Musgrave, le mouvement jacobite catholique était contrecarré par une influence protestante partisane et francophobe. Quatre des conflits de l’histoire du sectarisme dans l’Irlande du xviiie siècle, les affaires Cotter, O’Sullivan, Sheehy et O’Leary, se produisirent dans le Munster. Ce fut également le Munster, en la personne de l’évêque Woodward, qui fut à l’origine de la véhémente « guerre des journaux » des années 1780, dont le point culminant fut la redéfinition du concept d’« Ascendance protestante ». Ce milieu exalté vit aussi l’émergence des esprits les plus indépendants et les plus stimulants de l’époque dont Edmund Burke, James Barry, John Daly Burk, John Philpot Curran et Daniel O’Connell.

10Les révolutions américaine et française eurent donc un impact sur une polarisation existante : elles ne furent pas la source d’une politique nouvelle. La réaction d’un poète de Cork, Colman MacCarthaigh, fut de mêler les nouveaux événements à l’ancienne tradition jacobite ainsi qu’à sa propre situation. Après avoir fait état du progrès en Amérique en vantant les exploits de Washington, Jones et Lee, et avoir évalué les implications de la guerre en Europe, MacCarthaigh tourne alors son attention vers la situation irlandaise. Il commente les déploiements de Volontaires à Dungannon et à Ballinasloe et la façon dont ils parvinrent à intimider un Londres apeuré ; il annonce que le libre-échange sera rapidement accordé. Le poète revient ensuite aux préoccupations jacobites : Charles reconquerra ses royaumes, la religion catholique recouvrera la dignité qui lui est due et les autochtones irlandais reprendront le rôle dont on les avait privés à la tête de la société. Une dernière pirouette marque la fin du poème. MacCartaigh se lance dans une virulente diatribe contre les colons anglais (les Saxons) en Irlande. Il est difficile de ne pas voir ici une insistante impulsion millénariste qui met en valeur le renversement des rôles et la rapidité du changement ; mais la force du poème émane de l’analyse méticuleuse de la condition du poète et de sa place renouvelée dans l’ordre nouveau établi par une restauration jacobite réussie :

Voici ce que je souhaite aux Saxons :
Vomissements et diarrhées, frissons, tremblements et haut-le-cœur
Que leur froide cabane soit enfumée au point de ne plus y voir
Que la pluie ruisselle sur eux du lundi au samedi
Qu’un sol dur et un peu de paille constituent leur seule couche
Que puces et poux ne les quittent pas

Battage, liage, labourage à la houe
Émottage et chaulage
Creusage de canaux et de fossés

  • 9 C. MacCartaigh, An am Coga America an uair do éirig na Volunteers ag iarruig free trade, Bibliothè (...)

Pour meilleur repas, de mauvaises pommes de terre
Accompagnées, pour seule sauce, d’un grain de sel
Un porridge brûlant qui leur provoquera une indigestion
Et que quiconque leur donne autre chose soit frappé en plein cœur9.

11Ce millénarisme acerbe, cet instable amalgame de nouveau et d’ancien, ce greffage de détails personnels sur l’évolution de la politique et cette attente d’un renversement de l’histoire étaient autant de traits que partageaient les catholiques pauvres du Munster et ceux du sud de l’Ulster, ces deux groupes étant les plus marginalisés et, matériellement, les plus démunis dans la société irlandaise. Ces deux groupes adoptèrent une position contestataire dont les mouvements des Whiteboys et des Défenseurs se firent l’écho. Ce n’est pas un hasard si, dans ces deux régions, se manifestait aussi la plus ardente survivance de la tradition littéraire gaélique.

12Ce qui semblait être la réplique irlandaise de l’avancée américaine en matière d’indépendance à l’égard du centre colonisateur se transforma rapidement dans le milieu des années 1780, au moment où le mouvement de réforme parlementaire se déchira quant à la question de la participation sans réserve des catholiques à ce qui était, jusqu’alors, un régime politique exclusivement protestant. L’impact de la Révolution française devait apporter une solution à ce problème stérile et sectaire ; comme le démontre de manière convaincante le célèbre Argument de Tone, si les catholiques français parvenaient à faire preuve d’une telle maturité politique, alors leurs homologues irlandais pouvaient en faire autant. Les catholiques pouvaient donc participer pleinement à la vie politique et la Société des Irlandais Unis fut fondée simultanément à Belfast et à Dublin en 1791, afin de donner cohésion et dynamisme à cette innovation en politique irlandaise. L’alliance qui en résulta, alliance de hardis réformateurs dont notamment les presbytériens de Belfast, et de groupes d’intérêt indépendants de Dublin, animés par des activistes catholiques, marqua une nette rupture avec la tradition whig britannique et le mouvement des lumières écossais. Les Irlandais Unis se détachèrent des groupes whigs et de leur antipapisme exacerbé ; à l’inverse des Écossais, ils aspiraient à la séparation plutôt qu’à l’intégration ; sans pareil au sein du mouvement des Lumières en Europe, leur concept était nouveau puisqu’il accordait une parité d’estime aux cultures régionales – ce qui était contraire aux principes de la pensée des Lumières, en particulier dans leurs variantes écossaise ou française, qui condamnaient ces cultures à disparaître au nom du progrès de la Raison. Le Festival de harpe de Belfast en 1792 et le recueil en gaélique Bolg an Tsolair, paru en 1795, furent les manifestations les plus remarquables de cette évolution.

13La Révolution française eut une autre conséquence notable en Irlande : elle accéléra sensiblement le rythme du changement politique. Comme Hegel le montra, les temps anciens étaient dès lors révolus, l’histoire s’était ressourcée dans un nouveau cycle de progrès.

  • 10 G. Steiner, In Bluebeard’s Castle, New Haven, Yale University Press, 1971, p. 14.

Les grandes métaphores du renouveau et de la création par un deuxième avènement de la grâce séculaire d’une cité juste et rationnelle pour l’homme entraient à une vitesse spectaculaire dans le domaine du matériellement possible. L’éternel lendemain de la vision politique utopique devenait, en quelque sorte, imminent10.

14Le radicalisme acquit une impétueuse véhémence : même les chefs de file catholiques de l’Irlande, qui feignaient une prudence stupéfiante et faisaient preuve d’une patience hypocrite envers le lent dégel de l’attitude des protestants, furent conquis. Ayant manqué auparavant d’une idéologie construite, ils acquéraient maintenant la structure qui, pour la première fois, leur permettait de faire un état des lieux de la scène politique en se plaçant au-dessus du garde-fou qu’étaient les Lois pénales, véritable épée de Damoclès pendant plus d’un siècle. L’évêque Hussey précisa ce changement en 1790 :

  • 11 T. Hussey à R. Burke, 28 août 1790, Burke Corr., iv, p. 134.

Nul ne peut prévoir ce que le maintien de lois oppressives pourrait avoir comme effet sur l’esprit des gens ; celui des catholiques irlandais s’est transformé, de mon vivant, et, à l’avenir, ils n’endureront plus la tyrannie et l’oppression cinglantes qui leur ont été infligées sous mes yeux sans qu’ils ne résistent ou, tout au moins, ne se plaignent11.

15Tandis que les Irlandais Unis se mettaient à politiser les masses, les « poules mouillées » colonialistes se réfugièrent sur leurs « perchoirs » sectaires. Dans un pertinent commentaire, l’éclairé George Knox analysait la situation en 1793. Il décrivait l’absence d’hégémonie comme le talon d’Achille de la société irlandaise dont il attribuait la fragilité à l’oppression léguée par son histoire :

  • 12 G. Knox à Abercorn, 16 mars 1793, Abercorn Papers, PRONI, T 2541 / 1 B1 / 4 / 17.

Le malheur de l’Irlande tient au fait que les riches et les pauvres forment deux groupes distincts, qui ont une langue, des habitudes, une religion et des objectifs différents ; ceci est l’héritage du système colonial. La population de ce pays n’a pas grandi ensemble, comme en Angleterre, où une sorte de lien subsiste entre toutes les classes. Là-bas, riches et pauvres sont séparés si graduellement qu’ils ne peuvent être isolés ou traités comme des groupes distincts. Ici, un fossé les sépare et ils pensent que leurs intérêts sont différents. Le seul pouvoir des riches provient de la servilité et du manque de courage des pauvres et ne repose sur aucun lien de vassalité. Par conséquent, n’importe quel individu malveillant peut sans mal détourner la loyauté qu’un paysan voue à son propriétaire et, en période de bouleversement social, le fera sans doute12.

16Ces considérations prirent une ampleur considérable dès l’instant où la guerre fut déclarée entre la France et la Grande-Bretagne en 1793. Le combat de titans qui s’ensuivit fut une guerre idéologique entre républicanisme et monarchie, entre démocratie et Ancien Régime, la première guerre moderne dont l’enjeu n’était ni territorial ni dynastique, contrairement aux conflits précédents. Cette guerre eut des répercussions concrètes en Irlande. Tout juste tolérés en temps de paix, les Irlandais Unis devenaient, pendant le conflit, des traîtres potentiels qu’il fallait réprimer sans merci. D’un point de vue stratégique, l’Irlande pouvait être envahie et devenait alors la cible idéale, car sans défense, d’une attaque déloyale des Français. Le Sud-Ouest, et le port de Cork en particulier, avaient toujours été considérés comme le lieu de débarquement le plus probable : la région était proche de la France, bénéficiait de vents dominants favorables et présentait l’irrésistible attrait de la ville de Cork, un des premiers ports de ravitaillement de la zone atlantique. La fortification du port de Cork et le déploiement en surnombre de troupes commencèrent dans les années 1790, en réponse à la menace française.

  • 13 K. Whelan, The Tree of Liberty. Radicalism, Catholicism and the Construction of Irish Identity, 17 (...)

17Persécutés, les Irlandais Unis étaient confrontés à un cruel dilemme. Devaient-ils subir la répression en attendant un climat politique plus propice ou devaient-ils au contraire relever le défi et établir une organisation révolutionnaire capable de se saisir du pouvoir qui, de toute évidence, ne leur serait jamais cédé par un système politique corrompu ? Ce choix attisa la discorde, déjà présente au sein du mouvement, entre les deux tendances, « les lumières » (Drennan, Butler, Rowan) et les « socio-radicaux » (Neilson, Russell, Tone)13. La tendance radicale, principalement basée à Belfast, estimait que sa guerre des journaux avait atteint son but et devait, dès lors, être renforcée par une préparation au conflit militaire. En 1794, de son quartier général à Belfast, ce groupe entreprit de réorganiser les premières sociétés « ouvertes » en un système « affilié » de cellules de trente-cinq membres, comprenant en fait le noyau dur des anciennes compagnies de Volontaires qui n’avaient jamais vraiment été dissoutes dans l’est de l’Ulster. Durant l’été 1795, on ne comptait pas moins de soixante-quinze « simples » sociétés dans un rayon de vingt milles autour de Belfast, auxquelles s’ajoutaient d’autres organisations au niveau des comtés, dans ceux d’Antrim et de Down, ainsi que l’ébauche d’un annuaire d’Ulster dans lequel figuraient des personnalités célèbres. Ce fut notamment Samuel Neilson qui créa cette organisation ordonnée en cellules s’appuyant sur une structure de commandement complexe et hiérarchique, à l’échelon de la baronnie, du comté et de la province. Trois cellules constituaient une compagnie paroissiale de cent hommes sous les ordres d’un capitaine ; chaque compagnie se divisait en dix pelotons de ville sous les ordres d’un sergent. Dix compagnies formaient un régiment de baronnie sous les ordres d’un colonel. L’armée du comté se composait de ces régiments placés sous le commandement d’un général de brigade élu par les colonels. Ainsi les Irlandais Unis cherchèrent-ils à maintenir un principe de représentation horizontale et démocratique au sein d’un système hiérarchique centralisé.

18La mémorable rencontre de Cave Hill, en juin 1795, conforta cette nouvelle voie. Il fut décidé que ce système d’affiliation serait implanté à Dublin, même au prix d’une longue opposition. Des liens plus serrés seraient tissés entre Dublin et Belfast et entre les Irlandais Unis et les catholiques radicaux (ces derniers étant plus sensibles à leurs propositions depuis la débâcle de Fitzwilliam). Trois autres tactiques furent aussi adoptées : adjoindre les Défenseurs au réseau en expansion des Irlandais Unis (leur donnant de la sorte la mainmise sur l’Ulster du centre et du sud), infiltrer l’armée et la milice et envoyer Tone en France en tant qu’ambassadeur accrédité, investi d’une mission claire.

  • 14 L. Cullen, « The internal politics of the United Irishmen », in The United Irishmen : republicanis (...)

19Le transfert du système des « affiliés » (ou système d’Ulster) à une société de Dublin divisée fut d’une lenteur pénible. L’ancien commandement résista et ne céda son pouvoir qu’en septembre 179614. Durant cette même période, grâce aux efforts du « Citoyen » Burk, les germes du nouveau système se développaient au sein du prolétariat radical de Dublin et en particulier dans le quartier des Liberties. La nouvelle voie qui s’ouvrait aux Défenseurs et aux pauvres de Dublin nécessitait un durcissement de la position « socio-radicale » des Irlandais Unis. Plutôt que de se désintéresser des inégalités flagrantes de la société irlandaise, comme ils l’avaient fait auparavant, les Irlandais Unis tentaient maintenant d’y faire face, et, à mesure qu’ils les comprenaient, interpellaient de plus en plus le passé colonial porteur de discorde. Ce recours à une critique matérialiste et ancrée dans l’histoire de la question irlandaise séduisit un grand nombre de populistes. C’est à cette époque, par exemple, que deux des polémistes les plus virulents, les plus acerbes et les plus mordants, Denis Taaffe et Watty Cox, s’engagèrent dans le mouvement. La solidarité à l’égard des pauvres devint alors partie intégrante de la pensée des Irlandais Unis. Tone notait :

  • 15 Tone, Autobiography, i, p. 456.

Que Dieu aide les pauvres car ils ne peuvent aider personne et, par conséquent, personne ne s’occupe d’eux15.

20En offrant systématiquement une participation politique et le droit de citoyenneté aux « hommes sans biens fonciers », les Irlandais Unis firent monter les enchères de cette lutte pour gagner les cœurs et les esprits. Les anciens griefs des pauvres, dont seules les sociétés agraires secrètes avaient jusqu’alors ouvertement débattu (dîmes, taxes, loyer de la terre, conditions de vie), étaient, pour la première fois, abordés par une importante organisation nationale dotée d’un programme précis de réforme radicale. Les Irlandais Unis parvinrent à transformer, avec un étonnant talent, des principes abstraits en questions ayant un sens concret ; ce fut particulièrement le cas de populistes doués comme Burk, Cox et Taaffe et de fins pamphlétaires comme William Sampson et Thomas Russell. Le journal Northern Star et surtout son successeur, The Press, devinrent plus polémiques. Mais ce fut dans le Union Star que la polémique fut la plus audacieuse et la plus cinglante. Le fait que les Irlandais Unis aient accès à de bonnes imprimeries permit une telle évolution : leurs journaux, bien que maintenus à bas prix, étaient produits grâce à une technique poussée et leur réseau de distribution était bien organisé.

21La coloration populiste et l’agressivité de la démarche n’étaient pas du goût des personnalités les plus intellectuelles du mouvement ; Drennan estimait qu’il s’agissait de « produits vulgaires destinés à des gens vulgaires », à l’inverse de ses propres compositions cicéroniennes. Son dédain mettait en évidence l’ampleur de la fracture au sein du mouvement des Irlandais Unis, quant à la question des pauvres, et, parmi eux, des catholiques. Ceux qui soutenaient Drennan continuèrent de mépriser les pauvres, « cette multitude porcine » incapable de comprendre ou d’exercer ses droits politiques : ils ne se différenciaient de Burke que dans la mesure où ils concevaient la misère comme le fruit malade d’un gouvernement moyenâgeux que seule une longue rééducation politique pouvait améliorer. Êtres contaminés, les pauvres présentaient une menace mortelle pour les principes des Irlandais Unis et il était irresponsable de chercher à les impliquer dans une organisation révolutionnaire. Leurs instincts de brutes sanguinaires triompheraient, menant au despotisme des masses, ou ouvrant la voie à une dictature militaire.

22Au contraire, la tendance sociale radicale au sein des Irlandais Unis était sensible à la cause des pauvres. Bien que conscients de la déchéance de ceux-ci, ils reconnaissaient aussi leur humanité intrinsèque et leurs droits d’homme et de citoyen. Dans le contexte irlandais, ils étaient les héritiers d’une histoire humiliante où se mêlaient expropriation brutale et gouvernement oppresseur (en cela, les Irlandais Unis ne rejetaient pas le passé irlandais mais l’histoire britannique en Irlande). Grâce à des Russell, Tone, MacCracken ou Sampson, les Irlandais Unis vinrent en aide aux indigents et tout particulièrement aux catholiques, méprisés. Ce faisant, ils étaient en accord avec l’idée d’une pauvreté intériorisée dans la conscience populaire et discernable aussi dans les émouvants accès de colère d’un Cox ou d’un Taaffe. Autre legs de la situation coloniale : les Irlandais catholiques et pauvres se formèrent très tôt une conscience « nationale ». Vivre aux côtés des colons tout en demeurant le dernier maillon du processus de colonisation accéléra cette transition prématurée vers une conscience politique. Dès le xviie siècle, les « paysans » autochtones avaient déjà été transformés en citoyens irlandais ; les pauvres d’Irlande étaient très conscients de leur identité nationale et se différenciaient en cela des pauvres d’Europe qui durent, dans la plupart des cas, attendre l’intervention d’un État centralisé pour accéder à ce stade.

23Ces différences d’opinion sur la pauvreté entraînèrent aussi une divergence de points de vue quant au concept de révolution populaire. Les « modérés », convaincus qu’un mouvement insurrectionnel des pauvres d’Irlande ne pouvait dépasser le stade de la jacquerie vengeresse, préféraient une invasion française, qui assurerait une certaine discipline. Les radicaux, plus militants, furent petit à petit amenés à concevoir une insurrection sans l’aide de la France, se fiant au potentiel révolutionnaire et à la discipline des pauvres d’Irlande. À la fin de l’année 1796, tandis que l’habile diplomatie de Tone à Paris commençait à porter ses fruits auprès d’un Directoire réceptif et anglophobe, le débat naissant sur la stratégie insurrectionnelle commença à prendre forme et à se radicaliser. Si une stratégie faisant appel à l’extérieur était adoptée, le mouvement de l’est de l’Ulster pourrait alors se mobiliser et apporter son soutien massif à un débarquement français dans le Lough Foyle ou le Lough Swilly. Si l’on optait pour la stratégie intérieure, alors les forces de l’Ulster n’étaient pas où elles devaient se trouver. Le coup de grâce pouvait être porté à Dublin et la structure de base du mouvement devait alors être déplacée vers la capitale et ses environs, ceci même si le moral et le dynamisme de l’organisation d’Ulster devaient en souffrir.

  • 16 K. Whelan, The Tree of Liberty

24Le gouvernement et les conservateurs n’étaient pas restés inactifs pendant que s’opéraient ces changements au sein du mouvement radical. Freinés par une excitation prématurée puis par la réalité de la lieutenance de Fitzwilliam, les conservateurs avaient piétiné au cours de l’hiver 1794-1795, tandis que se mobilisaient les Irlandais Unis. Mais une fois les whigs anglais (Fitzwilliam) et irlandais (Grattan) évincés de la scène politique, les conservateurs durcirent à nouveau leur position. Les mesures de sécurité furent sensiblement modifiées : création d’un service de renseignements, affermissement et centralisation de l’application de la loi, premier cas officiellement approuvé d’écart relatif à la séparation constitutionnelle du judiciaire et de l’exécutif dans la campagne Carhampton contre les Défenseurs dans le nord de la région centre, soutien d’abord officieux puis officiel au jeune Ordre d’Orange et appui finalement aux gardes nationaux (« pour armer les protestants sur qui on peut compter »), toutes mesures suscitées par la rapide détérioration de la sécurité en 1795-179616. En septembre 1796, le calculateur Fitzgibbon expliqua en détail à un Camden obtus la nécessité du sectarisme explicite de cette nouvelle politique :

  • 17 Comte de Clare à Camden, 7 septembre 1796, Camden Papers, Kent Record Office, U 840 / 0183 / 201.

Dans la situation très critique de ce pays, assaillis comme nous le sommes par la traîtrise de certains (les presbytériens) et la barbarie des autres (les catholiques), je ne peux que croire qu’il serait extrêmement dangereux de décourager les ardeurs de ceux sur qui on peut compter, sous prétexte que leur zèle ne devienne l’objet d’une méprise auprès des catholiques. Je le concède volontiers à Son Excellence, ces derniers sont, selon moi, la population de ce pays qui devrait être la plus surveillée, dans l’éventualité d’une attaque étrangère17.

25En novembre 1796, Edward Cooke, autre personnage clé dans le jeu de Fitzgibbon, Foster et Beresford, relate l’extrême danger encouru :

  • 18 E. Cooke à Auckland, 26 novembre 1796, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 octobre.

Au Nord, très mauvaise situation. Dans le comté d’Antrim et aux limites des comtés de Tyrone, Derry et Down, personne ne se portera volontaire ou ne prêtera serment d’allégeance. Les Irlandais Unis se vantent d’avoir 150 000 recrues, dont des Défenseurs… Que chacun, lorsqu’il réfléchit ou agit, sache bien qu’une partie du nord de l’Irlande est entrée en rébellion, encore étouffée mais très dangereuse, et que cette région est d’autant plus hostile qu’elle paraît tranquille18.

26Dans le camp des conservateurs, l’échec de la baie de Bantry suscita d’abord un soulagement collectif. Le vent protestant avait, une fois de plus, permis à l’Irlande d’échapper aux griffes de son vieil ennemi et l’ouest du Munster était fort heureusement demeuré placide alors que les navires français étaient malmenés par la mer houleuse de Bantry. Mais ce soulagement initial se dissipa bientôt pour faire place aux conséquences considérables de l’événement. L’armée avait été lourde, empruntée et d’une lenteur suicidaire à se mobiliser. S’intéressant à la politique de défense, John Beresford décrivit, en janvier 1797, les ravages causés par Bantry dans l’opinion publique :

  • 19 J. Beresford à Auckland, 28 janvier 1797, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 décembre.

[La flotte française] a véritablement inquiété tout homme de raison dans la nation. Dans une telle situation, nous avons vu que nous devons pouvoir compter sur nous-mêmes, mais sommes-nous prêts ? Deux jours après qu’ils avaient jeté l’ancre à Bantry, nous disposions d’à peine 3 000 hommes et de deux pièces d’artillerie ; nous n’avions ni arsenal, ni puissance de tir, ni hôpital, ni approvisionnement, etc., etc. Le débarquement n’eut pas lieu. Ainsi en décida la providence. S’il avait eu lieu, comment aurions-nous pu nous défendre ? Il ne fait aucun doute que la ville de Cork serait tombée. Et ensuite, qui aurait pu gager de la loyauté du pays aux mains des Français19 ?

27Des personnalités de l’opposition comme Henry Grattan remuaient le couteau dans la plaie :

  • 20 H. Grattan, Parliamentary Debates, xvii, 1797, p. 874.

Les circonstances dans lesquelles la flotte française échappa par deux fois aux Britanniques, navigua triomphalement dix-sept jours durant et repartit sans encombre sont, dans l’histoire navale de la Grande-Bretagne, un phénomène sans précédent qui défie tout entendement. L’excuse hâtive de l’Amirauté, qui n’avait pas connaissance de la destination de la flotte française, aggrava plus encore cette négligence20.

  • 21 J. Lees à Auckland, 26 décembre 1796, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 décembre.

28Pour les conservateurs avertis, deux conclusions s’imposaient. Tout d’abord, l’Irlande ne devait compter que sur elle-même en matière de défense nationale et devait prendre l’initiative dans ce domaine, indépendamment de toute intervention de Londres. Conservateur du sérail, John Lees fit remarquer à Lord Auckland que l’ingérence britannique, notamment en ce qui concernait l’abrogation hâtive des Lois pénales contre l’avis de Dublin, avait déstabilisé l’Irlande et qu’à l’avenir, les affaires irlandaises devaient être laissées aux mains des hommes politiques irlandais, les seuls à connaître la vraie nature du problème21. La seconde conclusion concernait les imposants effectifs militaires de l’État irlandais (milice, gardes nationaux, gardes territoriaux) qui devaient être, dès lors, largement déployés pour juguler toute tentative d’insurrection avant que les Français ne débarquent à nouveau.

29Le long rapport que Cooke transmit à Auckland en février détaillait la situation d’urgence dans laquelle se trouvait le Cabinet irlandais :

  • 22 E. Cooke à Auckland, 9 février 1797, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 / 22.

Nous nous attendons à une seconde attaque : la victoire de Bonaparte a dû redonner courage, et j’ai reçu aujourd’hui, de Brest, un rapport daté du 19 février qui fait état de préparatifs en vue d’une seconde expédition… Nous possédons une bonne armée mais elle manque d’expérience. Ses quelque 40 000 soldats et 30 000 gardes nationaux en exercice représentent une force tout juste suffisante, à condition que ces hommes soient bien dirigés, bien répartis et bien commandés par des officiers et des généraux. Mais c’est là que nous échouons. Je dois reconnaître que, depuis le début de la guerre et jusqu’à ce jour, je n’ai vu aucune stratégie militaire, ni ici ni en Angleterre… Mais il y a, de toutes parts, apathie, celle d’une force archaïque sur le déclin. Nous voulons un général qui puisse restaurer la confiance… Nous attendons les armées de Hoche ainsi que celles de Vendée et des Pyrénées menées par leurs généraux et comprenant de redoutables artilleurs. Sur qui pouvons-nous compter pour leur tenir tête ? Lord Carhampton, vif mais inconséquent, inexpérimenté et peu méthodique. Dalrymple, issu de la vieille école mais maladroit et incapable de fournir de grands efforts. Smith, affairé, confus, agité et fou. C’est pourtant de ces hommes que nous dépendons. Le public veut un général en qui il ait confiance, qui puisse contenir et combattre 25 000 hommes. Nous ne disposons pas d’un tel homme et le public désespère… Cork est l’objectif de l’ennemi. S’il prend possession de Cork, il détiendra un port imprenable et pourra alors fortifier la ville. L’Angleterre est perdue si Cork tombe. Et, à six heures près, Cork tombait. Ne comptez pas sur notre loyauté. Nous suivrons le plus fort. Ce principe favorise autant la France que l’Angleterre dans le Sud, alors que dans le Nord, il ne favorise que la France… Nous nous exposons à bien des risques, j’en ai peur. Les catholiques respectables se présenteront modestement, les plus violents complotent pour introduire des réformes ; le nord n’est véritablement peuplé que de républicains presbytériens sans loyauté. Notre situation varie au gré des victoires françaises22.

30Une conséquence apparaissait nettement : les conservateurs irlandais devraient désormais ne compter que sur eux-mêmes pour gérer la menace qui pesait sur la sécurité du pays. L’inadéquation de la réaction britannique au moment où la crise de Bantry était à son apogée avait effrayé Cooke :

  • 23 E. Cooke à Auckland, 10 janvier 1797, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 / 19.

Il est inadmissible de penser que l’armée de Grande-Bretagne est maintenant dans une position telle qu’à l’exception de ses cavaliers et de ses gardes, elle ne peut envoyer un seul homme en Irlande. Il faudrait agir pour remédier à cette situation. Des murmures s’élèvent contre l’Amirauté qui a laissé la flotte française naviguer sans encombre et durant trois semaines jusque dans les ports irlandais23.

  • 24 Troop dispositions, décembre 1796, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 34 / 56.

31Une réaction immédiate devait changer l’importance relative des menaces intérieure et extérieure. Le fond de la question de la défense de l’Irlande était qu’une seule et unique politique ne pouvait efficacement et simultanément endiguer les deux menaces. La menace française (extérieure) ne pouvait être combattue que par la concentration systématique et permanente de soldats dans des camps situés en des points stratégiques. Il s’agissait de créer deux lignes souples et capables d’isoler rapidement l’Ulster, le long de l’Erne et de la ceinture de drumlins, et le Munster, en suivant une ligne allant de Limerick au port de Waterford. La menace intérieure (l’insurrection de moindre niveau des Défenseurs et des Irlandais Unis) ne pouvait être contrecarrée que par une politique de dispersion de l’armée, souvent au gré des demandes pressantes des propriétaires fonciers. Pendant l’été 1796, moins d’un cinquième d’un total de 40 000 soldats fut réparti en camps, en réponse à la menace extérieure. En décembre, lorsque, au nord, la flotte française se dessina dans le brouillard, des soldats furent disséminés inconsidérément en soixante et onze points. Dans le comté de Cork, 4702 soldats furent affectés sur quatorze lieux, certains des détachements ne comptant que cent hommes24.

Soldats dans le comté de Cork en décembre 1796

Soldats dans le comté de Cork en décembre 1796

32L’arrivée de l’imposante flotte française, forte de vingt-cinq navires et de 15 000 soldats d’expérience, aussi bien armés qu’aguerris, prouva l’absence de bien-fondé de cette stratégie. Instinctivement, face à l’invasion de Bantry, Carhampton se préoccupa d’abord de l’Ulster, avertissant le général Knox qu’il devait

  • 25 Carhampton à J. Knox, 24 décembre 1796, NLI, MS 56.

tenir en respect et avec la plus grande fermeté, les habitants rebelles du nord qui tenteraient de profiter de l’attaque de l’ennemi25.

33Mais les conséquences de Bantry se firent rapidement jour. Si dans la célèbre forteresse dressée par l’Angleterre pouvait s’ouvrir une brèche aussi spectaculaire, une seconde offensive devenait alors non seulement possible mais probable et une nouvelle politique de défense devait être mise en place. Ceci entraîna la concentration de soldats de métier dans des camps permanents, comme ceux de Blaris Moor, Lehunstown et Ardfinnan, laissant ainsi à la milice et, en particulier, aux gardes nationaux le soin de régler les questions locales.

34La présence française déclencha une réaction populaire d’envergure. Depuis le comté d’Antrim, dans un courrier daté du 10 janvier, George Mac-Cartney manifesta son dépit lorsque, sollicités pour prouver leur loyauté, certains exprimèrent « un morne mécontentement » et « répugnèrent à prêter le serment d’allégeance ». Il déclara que

  • 26 G. MacCartney à Dublin Castle, 10 janvier 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 28 / (...)

les visages du petit peuple s’étaient emplis de joie à l’annonce de l’arrivée de la flotte française puis de chagrin quand ils apprirent que les Anglais s’étaient portés à leur rencontre26.

  • 27 Leadbeater Papers, M. Leadbeater (éd.), Londres, 1862, 2 vol., vol. i, p. 207.

35Depuis son comté de Kildare, Mary Leadbeater nota combien la flotte française « agita les esprits dans la population »27, tandis que plus au sud, à Wexford, Miles Byrne fit état d’une déception générale :

  • 28 M. Byrne, Memoirs, i, p. 3.

je n’oublierai jamais le triste silence, la consternation des pauvres dans les églises le jour de Noël et le dimanche suivant, lorsqu’ils apprirent que les Français n’avaient pas pu débarquer et que la flotte avait dû retourner en France28.

36La multitude de lettres écrites par Hugh White, habitant de Clady, dans le comté d’Antrim, donne un bon aperçu de la pensée des sansgrade des Irlandais Unis en Ulster. Dans la baie de Bantry, la qualité des soldats français ainsi que la manière dont ceux-ci étaient commandés le rassurèrent :

Les Français qui sont embarqués avec le général Hoche sont tous des hommes triés sur le volet et prêts à tout. Ils ont combattu les Vendéens et les prêtres despotes. Ils se battront aux côtés des presbytériens si quiconque (par exemple les catholiques) se repliait ou retournait sa veste.

37White ajoute alors :

Nous nous attendons à une autre visite, plus décisive [et] les anciennes prophéties annoncent que le Nord [sera le] prochain lieu de débarquement après Bantry. […] Il n’existe plus entre nous aucune animosité religieuse [parce que] nous sommes, Irlandais de tout acabit, tous Unis.

38Malgré l’oppression du gouvernement (Irlandais Unis emprisonnés « sans procès ni serment », « hommes d’Orange, voleurs nocturnes et incendiaires armés, bien organisés et dirigés par des hommes de main du gouvernement », levée des gardes nationaux comme « marchepied de la tyrannie », désir du gouvernement « d’utiliser Belfast comme le McDonalds de Glenco ») les Irlandais Unis parvinrent à rassembler 600 000 hommes contre les 100 000 loyalistes (miliciens, gardes nationaux, hommes de l’Ordre d’Orange, gardes territoriaux écossais et anglais). Ainsi, White attend-il patiemment

l’ouverture du grand spectacle qui instaurera une nouvelle donne pour les générations à venir, bien que des millions d’hommes risquent de périr et peut-être périront en participant à la construction de cet ordre nouveau.

39Déjà « poussé à bout », « effrayé et terrorisé » et bien que « s’évertuant à contraindre le peuple à la plus basse vassalité », le gouvernement était condamné car

  • 29 Hugh White à W. Barber, [février] 1797 ; H. White à C. Stephenson, 13 février 1797 ; H. White à T. (...)

la multitude désire faire tomber les propriétaires fonciers ainsi que les grands hommes et leur tyrannie29.

40Pour les dirigeants des Irlandais Unis, la venue des Français soulevait deux interrogations. Il y avait, d’une part, l’apparente indifférence des habitants du cru et, d’autre part, la question de ce qu’auraient été les suites d’une invasion française réussie. La passivité du Munster de l’ouest pouvait s’expliquer de diverses manières. La région de Cork regorgeait de soldats. La politique parlementaire de la ville et du comté ne souffrait pas de divisions du fait de l’intérêt dominant pour le Shannon. Il n’y avait pas non plus de désaccord sur la question catholique, qui, ailleurs, était une forte motivation pour s’enrôler auprès des Irlandais Unis. Contrairement à Dublin, Cork n’avait pas de tradition corporatiste jouant le rôle de pépinière du radicalisme. Mais avant tout, les plus actifs des Irlandais Unis de Cork (Arthur O’Connor, les frères Sheare, Richard Dry, John Daly Burk) étaient principalement basés à Dublin. Certains cherchèrent une explication dans l’isolement de l’ouest de Cork, dans l’adhésion de ses masses gaélophones au radicalisme des « anciens » Whiteboys plutôt qu’à celui des « nouveaux » Irlandais Unis.

41La seconde question était plus délicate. Les Français qui auraient débarqué se seraient-ils comportés en homologues révolutionnaires ou en arrogants conquérants ? Les excès de l’armée française hors de l’hexagone – en Belgique, en Hollande, en Rhénanie et en Italie – n’étaient un secret pour personne, de même que l’on savait que les radicaux de ces pays, trahis, s’étaient retournés contre leurs suzerains français. De toute évidence, la politique française s’était transformée ; il ne s’agissait plus d’exporter la révolution mais d’élargir le territoire français jusqu’à des frontières « naturelles » qui assurent la pérennité de la Révolution à l’intérieur du pays. Les Français ne rechercheraient-ils pas également leur propre intérêt en Irlande où ils pourraient établir un régime fantoche et malléable, saigner à blanc le pays à coups de réquisitions et, plus tard, à la suite de négociations avec la Grande-Bretagne, l’abandonner impudemment pour des raisons égoïstes ? Les avides conquêtes de Napoléon en Italie en 1796 ne permettaient pas de rassurer les Irlandais. Pour les chefs de file modérés des Irlandais Unis, le principal attrait des Français serait leur capacité à discipliner l’insurrection populaire en Irlande, potentiellement très difficile à gérer. Pour des dirigeants plus radicaux comme O’Connor, Fitzgerald et Neilson, la solution française semblait moins attrayante dans la mesure où ce pays laissait entrevoir d’indéniables signes d’autocratie, de despotisme et d’ambition impériale. À la fin de 1796, le lien avec la France suscitait une gêne qui se manifestait en de notables tentatives de clarification concernant les dettes dont il faudrait s’acquitter, les pouvoirs et la composition du gouvernement provisoire ainsi que la taille de la force armée française : les Irlandais Unis tentaient ainsi de contrôler la révolution et de définir précisément les limites de l’ambition française.

  • 30 French fraternity or French protection as promised to Ireland and as experienced by other nations, (...)
  • 31 T. Graham, « Dublin in 1798 : the key to the planned insurrection », in The Mighty Wave. The 1798 (...)

42Après l’expédition de la baie de Bantry, le débat interne s’enflamma. L’incursion française n’était plus théorique et lointaine, mais imminente et concrète. Une abondante propagande conservatrice attira l’attention du public sur la sévérité du traitement que les Français infligeaient à leurs alliés supposés30. La question dominante devint : quel intérêt y a-t-il à remplacer le despotisme britannique par le despotisme français ? La solution du problème passait par la mise au point d’une stratégie autochtone fonctionnant de pair avec l’option française : les Irlandais Unis avaient besoin d’une armée secrète disciplinée, non pas d’une armée sur le papier composée de sympathisants qui soutenaient les Français. Le mouvement devait être fort en Leinster, non pas en Ulster. La baie de Bantry accéléra l’adoption d’une stratégie autochtone. Dublin devint dès lors la priorité en matière d’organisation, priorité à laquelle s’ajoutaient les comtés limitrophes de Meath, Kildare et Wicklow et une ceinture plus éloignée, de Westmeath à Wexford. Les meilleurs hommes de terrain (MacCabe, Hope, Metcalfe) furent rappelés d’Ulster pour mettre sur pied l’organisation du Leinster31.

43Au printemps 1797, l’ironie du sort voulut que les conservateurs, humiliés et hantés par Bantry, lancent une vague de terreur contre les Irlandais Unis d’Ulster, sans s’apercevoir que les règles du jeu étaient en train de changer. L’« expédition des dragons d’Ulster », survenue à la suite d’arrestations multiples et variées et de la répression des comtés de Down et d’Armagh, est habituellement l’événement auquel on se réfère pour marquer la fin de la véritable organisation des Irlandais Unis en Ulster. Il est remarquable de constater que cette offensive épargna l’organisation embryonnaire du Leinster et celle de Dublin et, en un sens, masqua les déplacements géographiques du mouvement des Irlandais Unis. Des stratèges comme Lord Edward Fitzgerald s’attachèrent, par ailleurs, à diriger les déploiements de soldats. Après la baie de Bantry, les soldats avaient été réunis dans le Munster et l’Ulster du sud afin de pouvoir être rapidement redéployés en cas de seconde attaque. Du fait des vents d’ouest dominants et de la configuration de la mer d’Irlande, tout le monde s’accordait sur l’impossibilité d’une invasion par la côte est où toute flotte serait aisément immobilisée par la faiblesse du vent et piégée dans ce goulet. La région du Leinster échappa donc au déploiement de soldats du gouvernement, à l’exception du grand camp de Lehunstown, au sortir de Bray.

44Le plan d’action des Irlandais Unis fut modifié pour s’adapter à ces données. L’organisation de Dublin s’épanouirait de manière indépendante, soutenue par l’arc de cercle formé par les comtés limitrophes. Un plus grand arc de cercle, celui des comtés plus éloignés, isolerait l’insurrection de Dublin des garnisons du sud-ouest et du nord. Les hommes du Wicklow se posteraient entre Lehunstown et la capitale et l’organisation de la ville n’aurait alors qu’à affronter les Yeomen, groupe ridiculisé et composé d’hommes de loi corpulents, d’étudiants fanfarons de Trinity et d’une populace de corrompus et d’opportunistes. Échappant au fardeau idéologique de l’engagement de l’Ulster envers les Volontaires et à la profonde hostilité que suscitait le statut de Yeoman, les radicaux du Leinster infiltrèrent aussi, de manière systématique, ces Yeomen, ce qui leur permit d’acquérir des armes, une intelligence et un entraînement précieux. La nouvelle stratégie offrait un autre avantage : elle limitait l’opposition de la gentry dans les comtés majoritairement whigs de Kildare (Fitzgerald) et Wicklow (Fitzwilliam) et divisait toute réaction de défense dans les comtés de Wexford et Carlow.

45Bien que prudents quant aux conséquences d’une invasion française réussie, les Irlandais Unis étaient revigorés par ce que la baie de Bantry avait dévoilé : l’inadéquation de la réaction du gouvernement. Un de leurs pamphlets ironisait :

Qui devait empêcher le débarquement français ? Une poignée d’Écossais simplets, affamés, dont un grand nombre fut pris de panique à l’annonce de la présence française. Certains souffraient d’engelures, d’autres, sur les routes, étaient épuisés par des marches forcées. D’autres encore, par instinct de conservation, s’étendaient et mouraient en paix.

46Le pamphlet raillait aussi les loyalistes qui,

  • 32 [D. Taafe ?], Observations occasioned by the alarm of an invasion, Dublin, 1796, p. 24.

tel le chien au talon du maître, n’avaient à offrir que des preuves de leur soumission et de leurs serviles sentiments à l’égard d’un gouvernement qui, pour tout remerciement, leur donnait des coups de pied32.

  • 33 J. Hope, « Autobiography », in R. Madden, Antrim and Down in 1798, Dublin, 1842, p. 103.

47La baie de Bantry eut aussi pour effet de rendre plus attrayante l’option qu’offraient les Irlandais Unis. Nombre de ceux qui, jusqu’alors, avaient hésité et ne s’étaient pas engagés adhéraient maintenant au mouvement radical dont la montée semblait irrésistible. James Hope, par exemple, observa comment même les riches les plus réticents se rallièrent au mouvement après l’épisode de Bantry33. En mai 1797, un pamphlétaire de Cork (Arthur O’Connor ?), qui opérait sous couvert de loyalisme, peignait un sombre tableau de l’Irlande :

On y discerne tous les signes avant-coureurs d’une invasion. […] Comprendre que la flotte britannique est considérée comme l’unique palladium de notre sécurité [est humiliant parce que] l’on ne peut aucunement compter sur cette force navale qui défend nos côtes.

48Si les Français débarquaient, nul ne pouvait compter sur la loyauté du bas peuple parce que les sept huitièmes de cette population étaient « dans une misère déplorable » et vivaient dans des conditions pires encore que celles de la paysannerie des « États despotiques » européens. Ils avaient dorénavant conscience de leur état de servitude, conscience liée

  • 34 [A. O’Connor ?], General Observations on the State of Affairs in Ireland and its Defence against a (...)

à l’esprit de démocratie et d’égalité des droits et des privilèges que les Américains et les Français avaient placé au centre des débats sur les classes les plus modestes34.

49Au même moment, les Irlandais Unis cherchèrent aussi à ébranler la confiance des gardes nationaux et de l’armée. Leur description de l’expédition des dragons d’Ulster faisait état de « chiens furieux de la tyrannie » envoyés « à [leurs] trousses… poussés par un despotisme pire que celui existant en Orient ». Mais ces soldats ne combattaient pas au nom d’un principe : ils étaient

les instruments mercenaires, les domestiques en livrée de la faction, les janissaires d’une junte traîtresse.

50Les officiers des gardes nationaux étaient de petits soldats :

de jeunes plastronneurs écervelés qui cherchaient à mettre en valeur leur chère personne dans un uniforme militaire.

51Ils étaient incapables d’inspirer le respect ou l’affection du fait qu’ils appartenaient à une classe illégitime de hobereaux :

  • 35 [D. Taafe ?], The Duty of Armed Citizens at its Awful Period Examined, Dublin, 1797, p. 4-10.

Devons-nous devenir la proie de ces moins que rien, de cette lie, de ces arrivistes immatures dont les ancêtres n’ont jamais, de mémoire d’homme, aspiré à autre chose qu’aux basses besognes pour lesquelles ils sont nés – brasseurs, domestiques, faucheurs, hommes de troupe, etc.35 ?

52Dans son provocateur « Appel aux électeurs libres d’Antrim », Arthur O’Connor fit remarquer qu’à l’échelle européenne, il n’apporterait jamais son soutien à

  • 36 A. O’Connor, To the Free Electors of the County of Antrim, Belfast, 1797.

une guerre entreprise en vue de détruire la liberté à l’étranger et de maintenir la corruption chez nous. […] À ces fins [affirmait-il], certains ont tenté d’armer les Irlandais contre les Irlandais ; après s’être abattu sur la Vendée, le génie du mal, qui a fourni aux monstres français les prétextes justifiant leurs massacres, a fait son apparition en Armagh36.

53La première moitié de 1797 vit non seulement la réorganisation des Irlandais Unis et le déploiement des nouvelles forces militaires de l’État contre ceux-ci mais aussi une intense activité politique de préparation des élections législatives de l’été. En avril et en mai, de virulents rassemblements contre le gouvernement se tinrent dans les comtés d’Armagh, Antrim et Down, appelant la démission de certains ministres. Un rassemblement du même type, organisé à la demande de 6 000 francs tenanciers de Kildare, eut pour effet de précipiter le retrait du parlement des radicaux et des whigs (dont Grattan). Les whigs refusèrent finalement de participer à l’élection, notamment dans les deux comtés les plus radicaux, Kildare et Down.

54Inquiet de cette tension politique, le gouvernement intensifia ses efforts afin de reprendre le contrôle de l’Ulster de l’est. Au cours du printemps 1797, même des loyalistes comme Charles Warburton d’Armagh manifestaient une crainte extrême :

  • 37 C. Warburton à Dublin Castle, 13 avril 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 29 / 243

Les jeux sont pratiquement faits dans le nord – aucun jury, aucune poursuite judiciaire, aucune preuve contre qui que ce soit connu sous le nom d’Homme Uni ! Les propriétaires fonciers et le clergé, pris de frayeur, s’enfuient tous vers les villes de garnison au lieu de résister37.

55Les conservateurs les plus effrayés réclamèrent plus de sévérité à l’égard des Irlandais Unis :

  • 38 A Letter to the Officers of the Army, Dublin, 1797, p. 11.

Le peuple n’est qu’un tigre féroce qui ne saurait être apprivoisé et dont on peut parfois relâcher la chaîne, mais qui ne saurait être livré à lui-même38.

56La réaction du gouvernement fut d’orchestrer une vague de terreur dont le but était d’intimider les masses récalcitrantes : expédition des dragons en Ulster qui mettait en jeu 10 000 soldats sous le commandement sans complaisance du général Lake, renfort des gardes nationaux par l’Ordre d’Orange, procès et exécution spectaculaires, à Blaris Moor, de quatre miliciens de Monaghan, interdiction sur ordre militaire du Northern Star et exécution de William Orr. Tout ceci reflétait la politique de fermeté déclenchée par l’épisode de Bantry et dont la mutinerie de Spithead, qui avait immobilisé la flotte britannique, avait accéléré la mise en place. La capitale anglaise, que ces deux incidents potentiellement catastrophiques pour l’Empire avaient rendu furieuse, encouragea le Château de Dublin à frapper sans retenue. En Ulster, le général John Knox décrivit le climat de juin 1797 :

  • 39 J. Knox à T. Pelham, 16 juin 1797, Pelham transcripts, PRONI, T 755 / 5 / 165.

Le pays ne pourra revenir au calme que s’il est désarmé et cela ne pourra se faire que par la terreur39.

57Dans le sud d’Armagh, un autre officier de l’armée, Lord Blayney, relata comment, en une nuit, il avait incendié vingt-deux maisons, poignardé lui-même un suspect et donné l’ordre d’infliger trois cents coups de fouet à un autre :

  • 40 Blayney à Glentworth, [juin] 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 34 / 45.

Rien ne sert de remplir les prisons. Si vous en avez le loisir, venez faire un tour avec moi, vous verrez comment on s’amuse avec les autochtones40.

58En réaction à de telles pratiques, Henry Grattan déclara :

Il n’y a rien de tel que les efforts des ministres britanniques pour qu’un Irlandais devienne jacobin,

59et s’en prit à l’analyse conservatrice :

  • 41 H. Grattan à Fitzwilliam, 25 janvier 1797, NLI, Fitzwilliam MS, mic. 5641.

Ils se croient forts parce qu’ils ont attiré ceux qui acceptent les pots-de-vin et haïssent les papistes… Profitant du désaccord religieux, le gouvernement espère éloigner la gentry du peuple41.

60Un officier de la milice en exercice dans le sud d’Armagh fut ému au point de déclarer :

  • 42 R. O’Beirne à R. Marshall, 3 juin 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 29 / 146.

Les déprédations commises dans toute la région par ceux que l’on nomme les gars d’Orange sont un affront à l’humanité et le gouvernement autorise de tels actes. Si je devais énumérer les vols, les meurtres et les outrages honteux commis à l’encontre des catholiques de cette région par ces Gars d’Orange, la liste serait trop longue42.

61Face à ces provocations, les Irlandais Unis exhortaient les leurs à maintenir discipline et unité d’action, ainsi qu’à faire confiance à la force de leur organisation.

  • 43 Appeal of the People of Ulster to their Countrymen and to the Empire at large 14 April 1797, Belfa (...)

Ne vous préoccupez pas de savoir si la France enverra 40 ou 50 000 soldats ici, ou si c’est l’Angleterre qui le fera ; concentrez-vous plutôt sur l’Irlande – pensez à ce qu’elle était, à ce qu’elle est et à ce qu’elle peut devenir. Si vous vous divisiez, comme par le passé, si certains d’entre vous cherchaient la protection de l’une de ces puissantes nations et d’autres l’aide d’une autre nation, pensez au carnage et au bain de sang que cela provoquerait – un état d’esclavage s’ensuivrait et l’Irlande cesserait d’exister, peut-être à tout jamais. Mais votre UNION assure votre sécurité – votre force, votre importance, et votre liberté, c’est votre Union. Quelle que soit l’ampleur de votre action, son poids prévaudra dans l’instant. Quiconque voudrait vous diviser est votre ennemi et appelle le sang – quiconque voudrait vous préserver, vous et ce qui vous unit, est votre ami et appelle la paix43.

62Dès le milieu de 1797, les Irlandais Unis progressaient rapidement à Dublin, soutenus par une classe ouvrière traditionnellement changeante et frappée par une misère accentuée par la guerre. L’intendant dublinois des biens de la famille Fitzwilliam, Barbara Verschoyle, rapportait en mai 1797 :

  • 44 B. Verschoyle à Fitzwilliam, 18 mai 1797, Archives nationales, Pembroke Papers.

Cette guerre a fait des millions de misérables – les nuées de pauvres ouvriers qui se retrouvent chaque jour à la rue témoignent d’un malheur qui est un affront à l’humanité. L’arrêt de la circulation de la monnaie a, en grande partie, provoqué cette détresse puisque la quasi-totalité des manufactures sont à l’arrêt et, me dit-on, plusieurs régions du pays sont en friche. Dans le Nord, on m’a dit que l’on avait semé moins d’un tiers du lin habituellement cultivé. Quelles seront les conséquences de tout cela – puisque la misère semble menacer tout un chacun ? Pourtant rien n’est fait pour employer les pauvres, il n’y a nul argent et comment peut-on penser qu’ils mourront de faim sans mot dire ? Le pauvre qui, le samedi soir, rapportait à sa petite famille les honnêtes gains de sa semaine n’a plus de travail aujourd’hui et sa petite famille, naguère heureuse, meurt de faim – doit-il voler ou tuer pour lui apporter assez de pain pour subsister ? La question ne devrait pas se poser. Comment alors ce pays peut-il aspirer à la sérénité quand sa population n’a pas de travail, quand les gens meurent de faim par millions, et quand la misère croît de jour en jour pour ne cesser qu’avec la Mort44 ?

63De Dublin, des émissaires se rendirent dans les comtés limitrophes et l’organisation continua de prendre de l’ampleur dans les comtés de Kildare, Wicklow, Wexford et Carlow. La stratégie de Dublin exigeait qu’au cours de l’été 1797, le commandement des Irlandais Unis ne prête pas attention aux pressants appels de l’Ulster à une insurrection immédiate. Le commandement souhaitait mettre en place une force de frappe qui ferait tomber la capitale ; ceci nécessitait un recrutement méticuleux et une mobilisation dans le Leinster. En un sens, la pression exercée sur l’Ulster détournait l’attention du Château de Dublin de ce qui se passait tout à côté et l’organisation du Leinster demeura intacte jusqu’à la fatidique réunion à la résidence d’Oliver Bond, le 12 mars 1798.

  • 45 [J. Sweeney], Address to the Patriots of Imokilly, Dublin, 1978 [reprint].

64Vers la fin de l’année 1797, même dans le comté de Cork jusqu’alors tranquille, l’organisation des Irlandais Unis commença à se propager rapidement. Mis à part John Sweeney, elle manquait cependant de vrais chefs de file. En octobre, à Cloyne, son puissant « Appel aux patriotes d’Imokilly » lors de l’assemblée « Verte Liberté » reflétait un véritable désir de fusion entre l’ancienne tradition Whiteboy / Rightboy et d’autres plus récentes et radicales, ceci afin d’aborder la pauvreté en termes politiques et de mettre en place une structure comparative45. Sweeney s’en prit à la question fondamentale de la dîme en se référant explicitement au capitaine Right :

Nous sommes fermement décidés à ce que la dîme sur la pomme de terre ne soit pas imposée dans cette nation, la pomme de terre étant l’aliment principal des pauvres de ce pays. Nous nous engageons solennellement à ne pas payer cette taxe et à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour gêner et empêcher son paiement.

65Sweeney actualisa son programme en greffant sur la question de la dîme celle du soutien financier qu’apportait l’État à l’Église, des sinécures exorbitantes et des collecteurs de dîme cupides, prévoyant que tout cela serait aboli dans un régime révolutionnaire qui séparerait État et Église. Il attira également l’attention sur les loyers abusifs, débat attisé par la pression qu’exerçaient les propriétaires et les spéculateurs fonciers : il dénonça la cherté des denrées du fait de la guerre et la disparition du lait dans le régime alimentaire déjà déficient des pauvres ; tout ceci menant à « réduire les misérables de ce pays à un état de dégradation en deçà de celui des noirs des Antilles ». L’argumentation et la rhétorique de Sweeney se faisaient l’écho de celles de son compatriote John Burk (Les Pauvres réclament du pain) tout en reprenant avec force les traditions agraires et jacobites existantes. Cette puissante fusion se retrouve également dans l’attrait qu’eut la cause des Irlandais Unis pour le poète Micheál Óg Ó Longáin. Les griefs régionaux et historiques s’expriment dès lors, et pour la première fois, au niveau national et international. Ils sont liés à un projet explicite de changement politique s’appuyant si nécessaire sur une révolution. Pour les pauvres, les Irlandais Unis furent donc le relais fondamental entre le jacobitisme et le jacobinisme. C’est à cette nouvelle sensibilité politique (décrite comme « une doctrine Whiteboy améliorée » par un autre homme du Munster, John Fitzgibbon) que l’État sectaire était confronté alors que la rébellion de 1798 approchait.

66Ainsi replacée dans un cadre chronologique et géographique plus large, l’expédition de la baie de Bantry peut être considérée comme un événement qui a marqué un tournant dans l’histoire, scindant et réalignant les trajectoires des mouvements révolutionnaires et contrerévolutionnaires des années 1790. Tout changea dès l’instant où les Français appareillèrent, en si grand nombre, pour l’Irlande. Cette menace devait demeurer intacte jusqu’à ce que Napoléon se rende. En des termes qui tiennent compte de la gravité de la perspective d’une invasion française, Hugh Dorrian ironisa :

  • 46 H. Dorrian, « Donegal sixty years ago. A true historical narrative », NLI, MS 2047.

Il n’est pas surprenant que les Anglais aient pris grand soin de ce superbe héros après sa reddition, car ce faisant, il les soulagea de tous leurs tracas, qui ne les quittaient pas, de jour comme de nuit. Ils craignaient tant « Bony », à sa grande époque de conquêtes territoriales, qu’à l’apparition, au large, d’une aile de mouette plus grande que les autres, ils la prenaient, dans leur précipitation, pour une voilure française et les longuesvues scrutaient aussitôt l’horizon46.

Notes

1 I. Collins à Shannon, décembre 1797, Shannon Papers, PRONI, D 2707.

2 Lecky, Ire., ii, p. 239.

3 Plowden, Ire., iii, p. 146.

4 Finn’s Leinster Journal, 30 janvier-3 février 1796.

5 Cité dans M. Wall, « The Whiteboys », in Catholic Ireland in the Eighteenth Century, G. O’Brien (éd.), Dublin, 1989, p. 102.

6 « Mallow district in 1775 » (Rapport contemporain attribué au révérend James Mockler), Journal of Cork Archeological and Historical Society, xxi, 1915, p. 23.

7 Finn’s Leinster Journal, 9-12 août 1775.

8 L. Cullen, « Catholic social classes under the penal laws », in Endurance and Emergence. Catholics in Ireland in the eighteenth century, T. Power et K. Whelan (éd.), Dublin, 1990, p. 57-84.

9 C. MacCartaigh, An am Coga America an uair do éirig na Volunteers ag iarruig free trade, Bibliothèque Burns, Boston College.

10 G. Steiner, In Bluebeard’s Castle, New Haven, Yale University Press, 1971, p. 14.

11 T. Hussey à R. Burke, 28 août 1790, Burke Corr., iv, p. 134.

12 G. Knox à Abercorn, 16 mars 1793, Abercorn Papers, PRONI, T 2541 / 1 B1 / 4 / 17.

13 K. Whelan, The Tree of Liberty. Radicalism, Catholicism and the Construction of Irish Identity, 1760-1830, Cork, 1996.

14 L. Cullen, « The internal politics of the United Irishmen », in The United Irishmen : republicanism, radicalism and rebellion, D. Dickson, D. Keogh et K. Whelan (éd.), Dublin, 1993, p. 176-196.

15 Tone, Autobiography, i, p. 456.

16 K. Whelan, The Tree of Liberty

17 Comte de Clare à Camden, 7 septembre 1796, Camden Papers, Kent Record Office, U 840 / 0183 / 201.

18 E. Cooke à Auckland, 26 novembre 1796, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 octobre.

19 J. Beresford à Auckland, 28 janvier 1797, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 décembre.

20 H. Grattan, Parliamentary Debates, xvii, 1797, p. 874.

21 J. Lees à Auckland, 26 décembre 1796, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 décembre.

22 E. Cooke à Auckland, 9 février 1797, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 / 22.

23 E. Cooke à Auckland, 10 janvier 1797, Auckland transcripts, PRONI, T 3229 / 2 / 19.

24 Troop dispositions, décembre 1796, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 34 / 56.

25 Carhampton à J. Knox, 24 décembre 1796, NLI, MS 56.

26 G. MacCartney à Dublin Castle, 10 janvier 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 28 / 79.

27 Leadbeater Papers, M. Leadbeater (éd.), Londres, 1862, 2 vol., vol. i, p. 207.

28 M. Byrne, Memoirs, i, p. 3.

29 Hugh White à W. Barber, [février] 1797 ; H. White à C. Stephenson, 13 février 1797 ; H. White à T. White, 15 février 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 28 / 276.

30 French fraternity or French protection as promised to Ireland and as experienced by other nations, 12e éd., Dublin, 1798.

31 T. Graham, « Dublin in 1798 : the key to the planned insurrection », in The Mighty Wave. The 1798 Rebellion in Wexford, D. Keogh et N. Furlong (éd.), Dublin, 1996, p. 65-78.

32 [D. Taafe ?], Observations occasioned by the alarm of an invasion, Dublin, 1796, p. 24.

33 J. Hope, « Autobiography », in R. Madden, Antrim and Down in 1798, Dublin, 1842, p. 103.

34 [A. O’Connor ?], General Observations on the State of Affairs in Ireland and its Defence against an Union, Dublin, 1797, p. 17.

35 [D. Taafe ?], The Duty of Armed Citizens at its Awful Period Examined, Dublin, 1797, p. 4-10.

36 A. O’Connor, To the Free Electors of the County of Antrim, Belfast, 1797.

37 C. Warburton à Dublin Castle, 13 avril 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 29 / 243.

38 A Letter to the Officers of the Army, Dublin, 1797, p. 11.

39 J. Knox à T. Pelham, 16 juin 1797, Pelham transcripts, PRONI, T 755 / 5 / 165.

40 Blayney à Glentworth, [juin] 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 34 / 45.

41 H. Grattan à Fitzwilliam, 25 janvier 1797, NLI, Fitzwilliam MS, mic. 5641.

42 R. O’Beirne à R. Marshall, 3 juin 1797, Archives nationales, Rebellion Papers, 620 / 29 / 146.

43 Appeal of the People of Ulster to their Countrymen and to the Empire at large 14 April 1797, Belfast, 1797.

44 B. Verschoyle à Fitzwilliam, 18 mai 1797, Archives nationales, Pembroke Papers.

45 [J. Sweeney], Address to the Patriots of Imokilly, Dublin, 1978 [reprint].

46 H. Dorrian, « Donegal sixty years ago. A true historical narrative », NLI, MS 2047.

Table des illustrations

Titre Soldats dans le comté de Cork en décembre 1796
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Professeur invité (histoire), Notre Dame University, Indiana

Catherine Piola (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540