Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, emploi en Normandie

 | 
Sophie Devineau
, 
Alain Léger

État des lieux

L’accompagnement socio-éducatif au sein des dispositifs institutionnels : assister, responsabiliser ou régir les consciences ?

Socio-educational accompaniment within the institutional devices: to assist, to give greater responsibility or to govern the consciousnesses?

Jean-Louis Le Goff

Résumé

De nombreux dispositifs publics, visant l’insertion ou la réinsertion sociale et / ou économique des individus en difficulté, intègrent des procédures d’accompagnement proposées comme une possibilité d’aide ou de soutien (logistique, psychologique, méthodologique). Que ce soit dans le domaine de l’emploi, de la formation, de l’éducation (enseignement, éducation spécialisée ou non), de la gestion de carrière, de l’action sociale, de la justice (mesures AEMO, peines de substitution) – et la liste n’est pas exhaustive –, l’accompagnement s’impose comme un passage obligé. Se pose alors la question de savoir si la finalité visée par ce dernier est d’éduquer c’est-à-dire de conseiller ou de former l’individu, de telle manière qu’il puisse devenir autonome, ou de mettre en place une surveillance continue de celui-ci. À moins que le problème soit plus large et complexe, et qu’il faille envisager l’accompagnement comme une nouvelle manière de gouverner les consciences individuelles avec leur consentement. Comment l’accompagnement conjugue alors dans tous les sens du terme injonctions des dispositifs visant une rationalité impersonnelle et besoins des individus ? Comment s’opère cette accommodation ou synthèse ? En quoi ce qui est mis en œuvre à travers l’accompagnement implique d’établir des régulations permettant une forme d’harmonisation des intentions et des finalités visées ?

Numerous public devices, aiming at the insertion or at the social and/or economic reintegration of individuals in trouble, integrate procedures of accompaniment consisting of an aid or of some support (logistic, psychological and methodological). Whether it concerns employment, training, education (teaching, specialized education or not), career management, social action, justice (AEMO measures, alternative sentences), and the list is not exhaustive, accompaniment is unavoidable. The question is whether the purpose of accompaniment is to educate i.e. to advise or to train individuals, so that they can become autonomous, or to set up a constant watch on them. The problem may be wider and complex, and in that case we would have to envisage accompaniment as a new way of governing the individuals’ consciousnesses with their consent. How does accompaniment conjugate in every sense of the word orders of devices aiming at impersonal rationality and individuals’ needs? How does this accommodation or synthesis take place? To which extent does accompaniment (and what is set up through it) allow for regulations contributing to some sort of harmonization of the intentions and the intended purposes?

Texte intégral

  • 1 Astier 2007.

1De nombreux dispositifs publics, visant l’insertion ou la réinsertion sociale et/ou économique des individus en difficulté, intègrent des procédures d’accompagnement proposées comme une possibilité d’aide ou de soutien (logistique, psychologique, méthodologique). Cependant, ce qui est présenté souvent au départ comme une contribution positive et facultative mue souvent, et de plus en plus, en une option imposée comme une nécessité, voire un impératif catégorique. Que ce soit dans le domaine de l’emploi, de la formation, de l’éducation (enseignement, éducation spécialisée ou non), de la gestion de carrière, de l’action sociale, de la justice (mesures AEMO, peines de substitution) – et la liste n’est pas exhaustive –, l’accompagnement s’impose comme un passage obligé1. Se pose alors la question de savoir si la finalité visée par ce dernier est d’éduquer, c’est-à-dire de conseiller ou de former l’individu, de telle manière qu’il puisse devenir autonome, ou de mettre en place une surveillance continue de celui-ci. À moins que le problème soit plus large et complexe, et qu’il faille envisager l’accompagnement comme une nouvelle manière de gouverner les consciences individuelles avec leur consentement.

  • 2 Paul 2003.
  • 3 Boutinet 2003.

2Le texte qui suit vise à formaliser et à interroger ce que recouvre notamment sur le plan éducatif, au sens large, cette notion d’accompagnement dont la définition reste encore très vague malgré des tentatives répétées de formalisation2. Omniprésent, l’accompagnement comme perspective, pratique et système de contraintes, est selon nous un révélateur de logiques dont les soubassements idéologiques renvoient à notre modernité3. Comment l’accompagnement conjugue alors dans tous les sens du terme injonctions des dispositifs visant une rationalité impersonnelle et besoins des individus ? Comment s’opère cette accommodation ou synthèse ? En quoi ce qui est mis en œuvre à travers l’accompagnement permet d’établir des régulations permettant une forme d’harmonisation des intentions et des finalités visées ? Et, au bout du compte, à quelles finalités officielles et officieuses les pratiques concernées répondent-elles, au bénéfice de qui ?

  • 4 La problématique générale de l’accompagnement que nous présentons se réfère à une r (...)
  • 5 Nous entendons par raison pratique, à l’instar de Paul Ricœur, « une raison qui a des effet (...)
  • 6 Astier 2007 ; Kaufmann 2004 ; Vrancken et Macquet 2006.
  • 7 Goffman 1991 ; Borzeix 1998.

3L’hypothèse générale innervant notre travail de recherche, qui est encore à l’état de projet4, serait que l’accompagnement, comme mise en pratique d’une logique institutionnelle soutenant une morale individualisante voire personnalisante, représenterait une forme de « raison pratique »5 d’un nouveau genre (politique de l’« assumance » en vigueur dans le management) dont le résultat et l’enjeu participeraient a priori à la constitution d’un « sujet-acteur » responsable, autonome et réflexif6. Ce nouveau sujet-acteur (devant se soumettre activement, c’est-à-dire volontairement à ces injonctions) exigerait sur le plan institutionnel et organisationnel la mise en place de dispositifs efficaces sur le plan sociocognitif (travail de conviction et de conversion). La mise en adéquation des individus avec la société de la connaissance et du savoir s’impose en effet, aujourd’hui, comme un nouveau paradigme structurant les relations sociales et les cadres de l’expérience au nom d’une gestion des risques et des incertitudes, mais également au prix d’une certaine vulnérabilité de l’expérience (manipulation subjective du sens à donner aux situations vécues)7. Aussi l’accompagnement serait-il, pour les individus concernés, l’occasion privilégiée d’établir, par le biais d’une rencontre personnalisée avec des professionnels aux compétences variées, une synthèse complexe entre les nécessités de s’adapter à des procédures imposées et d’intérioriser les obligations morales qui leur sont liées. Cependant, les problèmes qui apparaissent et contrarient pour le moment la mise en œuvre efficace de ces dispositifs sont nombreux, les injonctions produites par ces derniers ou en relation avec eux ne « collant » pas avec les réalités psychosociologiques et institutionnelles en place. Que ce soit au niveau des caractéristiques sociales, culturelles, psychologiques des populations visées par ceux-ci, ou que ce soit au niveau des attitudes ou des pratiques des professionnels, transformés souvent malgré eux en agents de mise en conformité avec les finalités normatives visées par cet appareillage législatif et réglementaire, l’on voit que l’application de ces dispositifs est souvent douloureuse et sujette à caution.

4Nous chercherons dans un premier temps à analyser l’utilité de l’accompagnement dans les différents dispositifs, en nous interrogeant sur sa fonction sociocognitive spécifique justifiant ou légitimant son usage généralisé. Nous tâcherons d’identifier ce que produit réellement l’accompagnement comme dispositif ou « équipement » au niveau de ses effets subjectifs tant pour les usagers que pour les professionnels. Quelle est la valeur ajoutée de l’accompagnement par rapport à d’autres modalités de suivi envisageables ? Dans un deuxième temps, nous évaluerons l’impact que peuvent avoir les nouvelles procédures d’accompagnement sur les pratiques et le code d’honneur ou la déontologie des professionnels chargés de faire ce travail d’accompagnement. Les modalités mises en place visant le suivi sont-elles un moyen inédit de contrôle ? Dans un troisième temps, nous tâcherons de voir quels enjeux sont rattachés à la fonction d’accompagnement comme partie de dispositif ou comme dispositif en soi. Nous développerons aussi brièvement une réflexion méthodologique pour aborder quelles seraient a priori les conditions minimales permettant d’approcher de façon pertinente et heuristique cet objet d’étude omniprésent, largement répandu mais tout à la fois peu connu dans ses formes diverses et ses dynamiques.

Dispositif et accompagnement : concilier des finalités contradictoires

  • 8 Par certains aspects (notamment au niveau des rapports organiques entre savoir et pouvoir (...)
  • 9 Des efforts de définition sur le plan sémantique ont été faits en ce sens (Paul 2003 ; Le (...)

5L’idée de dispositif renvoie à une perspective instrumentale déclarée comme telle (pour mettre en place des politiques publiques) qui pourra rejoindre, dans notre analyse, une vision théorique de type critique, ce qui peut en faire un objet ambigu. Pourquoi retenir en effet tel type de dispositif pour une enquête plutôt que tel autre sinon parce que nous l’envisageons selon un certain point de vue. Aussi, pour préciser ce que nous entendons par dispositif, nous retenons la définition suivante. Un dispositif serait un système institutionnel de propositions, de décision, de mise en œuvre de moyens réglementaires en vue de réaliser des objectifs de normalisation de l’action individuelle et collective. Ces objectifs propres à une communauté et/ou à une société doivent en principe permettre, par leur actualisation au travers d’une structure « politico-technico-administrative », de pérenniser celles-ci8. L’accompagnement quant à lui serait définissable comme une manière d’aider quelqu’un en le suivant dans la progression de son autonomisation (accès à une indépendance physique, psychologique, morale, intellectuelle ou spirituelle9). Dans quelle mesure ces processus sont-ils compatibles, complémentaires en fonction de quoi ? Quelles causes servent-ils ?

Des dispositifs de l’asservissement volontaire ?

6Les dispositifs d’accompagnement ont a priori pour origine une réponse à des besoins collectifs. La question qui se pose est de savoir également s’ils ne sont pas produits par des logiques administratives visant la gestion de populations posant problème notamment à l’État et aux collectivités locales. Nous pourrions ainsi suggérer que les contradictions mentionnées plus haut et observées dans certains domaines auraient pour cause le décalage entre les intentions formellement louables d’aider ces populations et l’arrière-pensée moins avouable de les contrôler. En fait, les choses paraissent beaucoup plus complexes. Il serait souhaitable en fait de considérer que la définition administrative des dispositifs mis en place rejoindrait « involontairement » celle élaborée par Foucault (contrôle disciplinaire des corps et des esprits), mais serait une réponse également retournée contre celle-ci dans la mesure où le contrôle des dispositifs modernes passe par des procédures auxquelles les individus doivent adhérer volontairement comme telles en vue du contrôle. Le dispositif deviendrait par ce moyen de plus en plus transparent à lui-même en s’affirmant comme dispositif (l’intégration du discours critique le rend plus acceptable) mais opaque dans son fonctionnement.

  • 10 Cette inversion des termes vise à signaler le paradoxe selon lequel une logique d’émanc (...)
  • 11 Ehrenberg 1998.

7Une forme de désarroi apparaît alors chez certains professionnels, partie prenante d’une logique de contrôle sans contrôle à proprement dit puisque intériorisé en connaissance de cause par les acteurs-sujets ou plutôt les « sujets-acteurs »10. Cependant, plus qu’un assujettissement ou une soumission volontaire à un ordre, nous assisterions à l’émergence d’un devoir d’autonomie, voire d’émancipation contrainte qui ne dirait pas son nom : en fait, une « manipulation autoréifiante de soi » ou « autoréification volontaire ». L’accompagnement au projet professionnel (par exemple dans le domaine du bilan de compétences ou de la validation des acquis professionnels) peut tout aussi bien encourager certaines formes d’émancipation – par rapport à des normes et contraintes internes ou externes – que la forclusion, notamment lorsqu’il vise l’adaptation des individus les plus fragilisés à des formes socialement désirables11. Nous pensons que trois éléments entrent en ligne de compte pour faire basculer l’accompagnement du côté de la forclusion plutôt que de celui de la liberté :

  • lorsqu’il est uniquement ancré dans le principe de réalité du sujet social en négligeant le principe de plaisir de l’individu ;
  • lorsqu’il joue principalement un rôle intégratif et productif et non, par exemple, curatif ou réparateur ;
  • lorsqu’il se situe exclusivement dans le registre cognitif au détriment du registre émotionnel (auquel cas il s’avère inapte à aider l’individu à dépasser, par exemple, sa peur du changement ou de l’échec).

Personnalisation et référentiels : la singularité comme modèle d’action

8La question de l’accompagnement des usagers par les travailleurs sociaux et les professionnels de la formation pour adultes nous paraît être, aujourd’hui, une question centrale quant à la compréhension des liens sociaux, de la teneur et des termes de notre contrat ou pacte social, ou, plus précisément, de notre conception moderne du « faire société ».

  • 12 Astier 2007.
  • 13 Pignault et Loarer 2009.

9En effet, comme le démontre Isabelle Astier12, l’accompagnement est une des fonctions et missions primordiales du travail social, qu’elle recense et qu’elle estime au nombre de six : activer, reconnaître, se rapprocher, personnaliser, accompagner, responsabiliser. Nous verrions émerger une société biographique, où l’usager des aides sociales, afin de pouvoir bénéficier de celles-ci, se doit de se mettre en récit, d’exposer son parcours de vie aux travailleurs sociaux, afin que ceux-ci puissent « se rapprocher » des individus et de leurs difficultés, « personnaliser » les aides qu’ils vont ensuite leur proposer, les « accompagner » dans l’élaboration de projets visant un retour à l’activité, et enfin les « responsabiliser » quant à leur rapport au monde, mais également à eux-mêmes. L’accompagnement, dans ce contexte, s’inscrit dans une volonté de personnaliser le travail effectué auprès d’un individu (un passage du travail sur au travail avec), afin de responsabiliser celui-ci et, par exemple, de favoriser son employabilité13. Il s’agirait ainsi de faire naître chez l’individu, par ce travail de personnalisation, d’accompagnement et de responsabilisation, le désir et l’envie de manifester son attachement au groupe, mais également sa capacité de s’exprimer, d’être utile et autonome au sein de celui-ci :

  • 14 Astier 2007, 15.

La discipline et la référence au groupe n’ont pas disparu, mais sont enchâssées dans une contrainte sociale devenue première : l’autonomie. L’individu est toujours une question d’institution et non de subjectivité. Se conduire comme une personne n’est pas une chose personnelle. C’est une règle tout à fait impersonnelle14.

  • 15 Nous entendons par ce terme tout ce qui a trait aux activités de ceux qui travaillant s (...)

10Il semble donc, selon Isabelle Astier, que la valeur prédominante, que la quête à laquelle tout individu doit adhérer, et vers laquelle le « travailleur du social »15 doit orienter ses efforts, soit celle de l’autonomie. Cependant, cette autonomie pose question aux professionnels. De quelle nature est-elle ? Est-elle réellement possible compte tenu des modalités pratiques, et notamment financières, mises en œuvre ? La question suivante est alors de se demander ce que produisent réellement ces dispositifs. Atteignent-ils leurs objectifs, comment et avec quels effets sur le plan des structures psychiques mises à contribution et des liens intersubjectifs engendrés ? Assiste-t-on à une standardisation des comportements ou, malgré tout, ces sujets-acteurs apprennent-ils quelque chose de ces dispositifs du fait des transformations qu’ils supposent produire sur le plan subjectif (meilleure connaissance d’eux-mêmes et des autres) et sur le plan objectif (changement, amélioration de leur situation) ?

11À ces incertitudes des professionnels s’ajoutent celles qu’engendrent les enjeux de concurrence, de relations de pouvoir entre différents secteurs de l’action sociale. Nous pensons, par exemple, à la prise en charge institutionnelle de l’enfance, qu’elle soit en danger ou délinquante. En effet, si le juge est bien le garant du pouvoir de décision, et donc de coercition, autour de ces deux cas, les travailleurs sociaux, eux, ne relèvent pas des mêmes services. Nous sommes ainsi en présence du service de l’Aide sociale à l’enfance, relevant du conseil général, et de la Protection judiciaire de la jeunesse, service du ministère de la Justice. Il va sans dire que ces deux organismes possèdent des « politiques » concernant l’élaboration de leur prise en charge et de leurs établissements d’hébergements, des grilles de représentation et de compréhension des problématiques des mineurs et du travail qu’il convient d’effectuer auprès d’eux, qui leur sont propres et qui peuvent être, en bien des cas, potentiellement divergentes voire antagoniques.

  • 16 Boulayoune 2009.

12L’hypothèse que l’on retient de ces difficultés viserait à montrer que si on observe des changements positifs pour les individus, c’est au prix d’une contribution coûteuse psycho-sociologiquement parlant pour l’ensemble des individus concernés soit directement, par leur adhésion, soit indirectement pour ceux qui résistent (isolement, exclusions réelle, symbolique, culturelle…). Nous serions ainsi tentés de penser que la valeur ajoutée de ces dispositifs serait alors davantage économique, politique que sociale. L’appropriation de règles correspondantes aux injonctions supposées nécessaires par les dispositifs induirait des processus de culpabilisation, de report ou transfert de responsabilité d’autant plus « assassins » ou destructeurs sur le plan subjectif qu’ils mettraient les individus face à des exigences qui seraient au-delà de leurs capacités16. Même la réussite dans ce contexte aurait un goût amer, et l’échec représenterait la plupart du temps une profonde négation de soi (disqualification socio-identitaire). En cela, le pari engagé par les dispositifs d’accompagnement suppose ex ante, d’une part, la réussite du sujet-acteur sans toutefois de réelles garanties de succès, mais aussi, d’autre part, un engagement moral des professionnels de l’accompagnement qui ont à répondre à une mission parfois impossible ou ambiguë (obligation implicite de résultat). Avec les dispositifs d’accompagnement, assiste-t-on alors à un irrésistible glissement de l’obligation de moyens de ces agents vers une obligation de résultats ? Et quels en sont les effets ?

Les dilemmes de l’accompagnement : responsabiliser sous la contrainte

  • 17 L’accompagnement n’a pas donné lieu, à notre connaissance, à une théorisation é (...)
  • 18 Le Goff 2009.

13La question que l’on peut se poser est d’abord de savoir quelle pertinence (pratique, méthodologique) possède ce genre de modalités visant à aider les individus sous la contrainte. Que signifie sur le plan opératoire, psychosociologique et éthique, ce type d’action où le volontariat et la bonne volonté prennent de fait la forme d’une soumission volontaire à des procédures et injonctions dont le non-respect débouche inévitablement sur des sanctions (économiques ou symboliques) ? De fait, l’accompagnement que l’on pourrait définir comme une démarche contribuant à « faire un bout de chemin » avec quelqu’un en suivant son rythme, ses hésitations, ses doutes sans autre objectif que son bien-être ou une certaine évolution personnelle17, ne devient-il pas plutôt un encadrement qui ne dit pas son nom avec des effets normatifs et coercitifs importants ? Ce constat serait à prendre en compte autant pour ceux qui sont directement concernés, comme usagers de ces procédures, que pour les professionnels qui voient se transformer progressivement le cadre (organisationnel, institutionnel) de travail dans lequel ils exercent leur métier. Cette transformation progressive des contextes professionnels se produit parfois au détriment d’une morale professionnelle qui est alors bousculée ou franchement remise en cause18.

14Les professionnels sont confrontés à de nouvelles logiques qui s’imposent à eux, autant comme contraintes techniques que comme cadres réglementaires qui sont loin d’être neutres. Une forme de traçabilité se met en place au travers de procédures de plus en plus exigeantes et de moyens d’information de plus en plus fiables et pouvant être croisés pour obtenir des profils, des types, des estimations chiffrées…

Le suivi collectif de parcours individualisés

  • 19 Dezalay 2008.
  • 20 Guay 2003.
  • 21 Boulayoune 2009.

15Les actions menées dans le champ de l’insertion sociale et professionnelle impliquent souvent en effet, pour l’usager, un parcours à travers plusieurs organismes prestataires. Dans ce champ caractérisé par une importante division du travail et une profusion des dispositifs, les pouvoirs publics cherchent à faire travailler ensemble les prestataires dans le but de mieux articuler les dispositifs et les mesures, d’assurer une continuité et une cohérence dans la prise en charge des usagers19. Cette politique conduit à revoir le dispositif de suivi ou d’accompagnement des bénéficiaires et aboutit, dans certains cas, à la mise en place d’un dispositif de suivi coordonné, basé en particulier sur l’échange d’information, un partage des diagnostics et des bilans. Pour que la coordination puisse se réaliser, les agents ont besoin de disposer d’outils ad hoc20. Les pratiques de coordination s’appuient, d’une part, sur des supports destinés à l’échange d’information (fiches navettes, échanges via Internet, etc.), mais aussi sur la définition d’un langage commun. Qu’il s’agisse des catégories officielles ou des catégories ordinaires, chaque organisme prestataire utilise des classements qui lui sont propres. Plusieurs questions s’imposent alors. Le travail en réseau engendre-t-il de nouvelles manières (officielles ou non) de catégoriser le public, avec un travail de traduction, et qui deviennent communes aux prestataires ? Comment ces catégories s’articulent-elles aux catégories traditionnelles ? Quels sont les critères d’évaluation d’une action ? On peut penser qu’en fonction de leurs missions respectives, les agents ne portent pas le même regard sur les résultats de l’action21. Le suivi commun est susceptible d’affecter plusieurs aspects de leur activité en créant de nouveaux problèmes : notamment au niveau de la relation de confiance avec les usagers (multiplicité des intervenants), de la standardisation des représentations de ces derniers au travers d’outils communs qui désingularisent les parcours individuels…

  • 22 Mauger 2001.
  • 23 Castel 2001.

16L’expérience de l’usager est mobilisée par l’accompagnement et plus encore quand il se décline en une multiplicité de récits à produire pour chaque instance en charge du dossier. Comment ce suivi, cet accompagnement par plusieurs professionnels, est-il perçu par les personnes qui en sont l’objet ? Ce suivi se traduit-il par une multiplication des entretiens de bilan, par un contrôle plus serré, plus pressant ? Ce type de suivi dans un parcours privilégiant une cohérence et un objectif d’insertion ou de réinsertion peut représenter une pression accrue sur l’individu pour définir un projet acceptable par les institutions, acquérir un « habitus conforme »22. L’expérience du suivi peut être vécue différemment selon les individus : pour les usagers « par défaut, condamnés à être des individus »23, cet accompagnement a des chances d’être perçu non comme un soutien, mais comme une charge, comme l’imposition d’un parcours obligé et non maîtrisé. Pour les professionnels, devenir les agents de cette évolution risque par contre d’être vécu comme une trahison (infidélité à des croyances personnelles et/ou professionnelles).

Représentations des publics et des pratiques selon des modes technique et réglementaire ?

  • 24 Clot 2005.

17Souvent, les transformations organisationnelles et les changements de pratique ne sont pas discutés ou mis en débat au sein des collectifs de travail, ce qui a pour effet de produire à la longue un sentiment de malaise, chacun des protagonistes s’enfermant dans des pratiques réglementaires qu’il est obligé d’appliquer mais qu’il rejette24.

  • 25 Jamet 2009.

18Un des axes de réflexion serait ainsi celui visant à analyser la nature du travail de définition et d’appropriation réalisé par les professionnels, concernant les caractéristiques des usagers les plus souhaitables au regard des dispositifs déjà existants. Quelles seraient celles a priori les plus adaptées ou compatibles avec l’accompagnement envisagé et donc valorisées pour faciliter le meilleur parcours possible de ceux-ci ? Par exemple, s’agissant d’un jeune, les services sociaux aux intérêts divergents n’ont pas une vision toujours cohérente de sa trajectoire, expressions non coordonnées du savoir éducatif qui peuvent avoir un impact considérable et nuisible pour cet usager particulièrement fragile et vulnérable. Un autre axe de réflexion pourra consister, quant à lui, à relier dans une problématique croisée ce qui concerne le rapport à la justice, et plus précisément ces cas auxquels sont confrontés les travailleurs sociaux où l’individu qu’ils doivent « accompagner » se trouve dans une situation juridique complexe, voire ubuesque. Par exemple, un mineur délinquant qui a des obligations de résidence et de formation liées à un contrôle judiciaire ou un sursis avec mise à l’épreuve. À tout moment, des événements – une fugue pour rejoindre sa petite amie, une panne de réveil avant d’aller au travail, un problème familial nécessitant un retour ponctuel au domicile parental, etc. – peuvent remettre en cause la décision du juge et aboutir à la levée d’un sursis. Pourtant, dans ce travail d’accompagnement, l’éducateur peut être sollicité pour répondre à une demande du jeune, que celui-ci considère comme importante pour son bien-être, mais allant à l’encontre des obligations auxquelles il est assujetti par le juge des enfants25.

  • 26 Dubet 2002.
  • 27 Le Goff et Jamet 2010.

19Ces dilemmes, liés au travail d’accompagnement, de plus en plus prégnants aujourd’hui face à la hausse des écrits institutionnels que doivent réaliser les travailleurs sociaux, posent de multiples questions et interrogent différents aspects. Ils rentrent en effet en contradiction avec l’identité professionnelle des travailleurs sociaux telle que l’a définie François Dubet26, et ils posent également la question de l’existence de « savoirs coupables » ainsi que celle de la difficulté pour les travailleurs sociaux à se positionner, à s’approprier intellectuellement et éthiquement ce conflit, entre d’un côté ce qu’il leur semble être un élément fondateur et primordial de leur travail à conserver à tout prix (la relation à l’autre comme fondement du travail social de terrain), et de l’autre la mission institutionnelle qui leur est assignée. Il semble ainsi, que dans certaines situations précises, le travailleur social ou le pédagogue n’ait d’autres possibilités, afin de faire correspondre son action avec les valeurs professionnelles auxquelles il se réfère, que de transgresser certaines règles et de se trouver dans une situation de porte-à-faux vis-à-vis de sa « hiérarchie »27. Se pose ainsi, également, la question de la hiérarchisation des décisions à l’œuvre dans les services sociaux intervenant, par exemple, auprès de l’enfance, où le juge n’est pas implicitement le « supérieur », mais un chef d’équipe dont chacun interprète l’autorité selon son degré d’attachement au système référentiel de son identité professionnelle.

Contradictions et dilemmes professionnels

20Face à ces constats et questionnements s’impose la nécessité d’un axe de réflexion supplémentaire : le positionnement des travailleurs sociaux dans l’accompagnement d’un usager, entre injonctions institutionnelles (les écrits institutionnels, par exemple, à destination du juge afin de signaler tout événement nouveau dans le parcours et la vie du jeune) et référentiels à l’œuvre dans la représentation de leurs missions (la primauté de la relation à l’autre).

21Nous supposons que des enjeux au plan identitaire peuvent être ainsi mis en évidence : ils supposent une analyse approfondie. Comment, en effet, ces professionnels pris dans les contradictions du système en place font-ils face aux injonctions consistant parfois à faire le contraire de ce que le dispositif prescrit ? Et cela pour être simplement en accord avec leurs convictions personnelles, mais aussi avec leurs « doctrines » professionnelles s’inscrivant dans une culture de métier dont l’histoire, parfois longue et difficile, se trouve aux antipodes de ces pratiques imposées.

22Que signifie par ailleurs l’émergence de cet accompagnement généralisé, quel sens donner à ce phénomène où l’on accompagne pour rendre l’autre responsable malgré lui, et alors que les conditions psychosociologiques ou même économiques ne sont pas toujours réunies tant du côté des usagers que de ceux qui sont chargés de sa mise en œuvre ?

  • 28 Boulayoune 2009.
  • 29 Astier 2007.

23Face à cette situation, on peut s’interroger sur la manière dont les professionnels abordent cette rationalisation des pratiques et des interactions avec les individus dont ils doivent s’occuper. Ne sont-ils pas confrontés à des dilemmes dus à l’écartèlement entre leurs éthiques professionnelles et l’obligation morale d’adhérer à des règles visant l’autonomisation des individus, au prix d’une pression parfois forte voire excessive, qui les engagent pourtant en qualité d’agent ou d’opérateur du dispositif qu’ils sont censés servir ? En fait, les postures de ces professionnels sont assez ambivalentes, ceux-ci constatant une certaine efficacité de ces dispositifs au détriment d’une certaine qualité relationnelle passée28. Des critères de productivité dans le service rendu au public les obligent à réduire le temps nécessaire pour traiter sereinement chaque dossier et pour maintenir dans la durée une relation de confiance à l’usager29.

24Nous faisons ainsi l’hypothèse d’un certain nombre d’effets contre-productifs dans la longue durée concernant le traitement des dossiers, le rythme étant de fait trop rapide pour analyser en profondeur les problèmes qui resurgiront inéluctablement un peu plus tard de façon plus critique pour l’usager (dégradation de sa situation) et donc au final pour le professionnel (sauf si le dossier change de mains). Des questions de formation se posent concernant les nouvelles missions et tâches correspondantes à ces dispositifs, amenant les professionnels à déroger aux injonctions et impositions procédurales. Des dilemmes émergeront alors sur le plan de la pratique et de l’éthique ou de la déontologie dont les effets peuvent s’avérer néfastes pour ces professionnels tant au plan identitaire qu’au plan de la représentation de l’usager qui risque d’être conçu ou perçu plus comme un obstacle à la réalisation du travail que comme l’objet ou plutôt le sujet de la mission à remplir. Comme interface entre un désir (de s’en sortir, de réussir, etc.) et une obligation morale (de respecter des procédures, de se soumettre à des référentiels de certification), l’accompagnement est censé mettre en phase, d’un côté, des velléités, des volontés personnelles, des angoisses existentielles, des inquiétudes avec, de l’autre, des possibilités réelles ou imaginaires d’une résolution de conflit entre un individu et son univers social, d’opérer en un mot une réparation ou résilience. Ce peut être par l’acquisition d’un éventuel emploi grâce à des supports associatifs, par l’accès à de nouvelles fonctions par l’obtention d’un improbable diplôme par le moyen de la VAE, d’une carte de séjour ou d’un soutien financier que l’on n’osait plus espérer… Cette remédiation, aux multiples formes du fait de la variabilité des situations singulières, suppose toutefois, condition impérative, que les personnes concernées prennent en charge leur situation comme si elles en étaient responsables. Aussi, le rôle du professionnel peut-il s’avérer pour l’usager et pour lui-même périlleux s’agissant de faire et de se faire violence dans le fait d’accepter ces règles du jeu quelque peu tronquées. Les prémisses de la logique générale les engendrant sont fondées en effet sur une forme de syllogisme du type : « toute aide qui réussit se mérite, tous les individus qui réussissent sont volontaires et autonomes, donc tous ceux qui méritent d’être aidés se doivent d’être responsables et autonomes. »

Les enjeux de l’accompagnement : politique d’une expertise de soi et régulation des conflits

  • 30 Astier 2007.

25La gestion individualisée des problèmes a pour conséquence de considérer ceux-ci comme toujours spécifiques et non rattachés à des enjeux de société dépassant la problématique singulière de la personne. L’individu deviendrait ainsi le porteur involontaire d’une intentionnalité qui ne serait pas la sienne propre mais qui le deviendrait par le biais d’une appropriation de procédures, d’injonctions relatives à une volonté collective dont la finalité serait le développement de soi pour éventuellement contribuer au développement de tous30.

  • 31 Lemercier 2006.

26Avec le développement des protections de l’État, les relations des individus avec leur famille ou leur clan perdent de leur caractère nécessaire, permanent et immuable. Par exemple, comment les professionnels de l’action sociale territorialisée au sein des quartiers dits « sensibles » ont-ils développé leur intérêt pour la thématique de « l’autonomie des femmes immigrées »31 ? Dans un contexte d’ethnicisation des rapports sociaux, « l’autonomie des femmes » est devenue un enjeu des rapports interethniques. Les femmes des groupes ethniques minoritaires se trouvent prises dans un dilemme où revendiquer une plus grande marge d’autonomie est vécu comme un reniement de leur appartenance au groupe ethnique minoritaire, comme si l’émancipation féminine était une spécificité du groupe ethnique majoritaire, qui plus est appartenant aux couches intermédiaires. Ainsi, la position sociale des femmes des groupes ethniques minoritaires rend plus visible combien devenir « autonome » comporte une dimension injonctive. L’individu a le devoir de « devenir autonome » et de « se réaliser lui-même ».

  • 32 Elias 1991.
  • 33 Dubet 1994 ; Kaufmann 2004.
  • 34 Castel 2001.

27L’affaiblissement des contraintes extérieures du « nous » permet à l’individu de se construire lui-même, sans pour autant être libre. Ces dernières prennent désormais la forme d’un « contrôle de soi », plus que d’une contrainte extérieure32. À défaut de se laisser guider par une « identité du nous » immuable, l’individu doit se construire lui-même33. La construction de l’identité du « je » dépend alors grandement des ressources individuelles de chacun. Les professionnels de l’intervention sociale ont en charge une partie de la protection offerte aux individus pour qu’ils se construisent positivement en tant qu’individus34. De ce fait, ce champ connaît une multiplication des expérimentations et des dispositifs ayant pour vocation « l’accompagnement vers l’autonomie ».

Développer une expertise de soi ?

  • 35 Le Goff et al. 2008.

28L’individu a le devoir de « devenir autonome » et de « se réaliser lui-même ». Dans le cadre de la VAE, nous observons ainsi l’émergence d’une nouvelle « économie subjective » dans le sens où les individus sont amenés à s’affranchir des liens ou solidarités des collectifs de travail auxquels ils appartiennent pour aller quérir une reconnaissance officielle de compétences qui peut les amener parfois à une éventuelle rupture avec l’entourage immédiat (changement d’emploi ou de niveau de responsabilité)35.

  • 36 Demailly 2008.
  • 37 Foucault 1984.
  • 38 Dubar 1991 ; 2003.
  • 39 Jamet et Le Goff 2010.
  • 40 Jamet 2009.

29En nous référant aux travaux de Lise Demailly36, nous pouvons en même temps considérer que la politique de la relation est la nouvelle modalité d’expression et de réalisation de l’intervention sociale. Cette politique propose de considérer la relation, l’échange, le cadre propice à l’émergence de la parole et du « souci de soi »37 comme les outils éducatifs prépondérants. Les différents professionnels, dans le cadre du suivi judiciaire des jeunes délinquants, ont a priori intégré cette donne puisqu’ils expriment tous, quand on les interroge spontanément, leur volonté de participer à un travail réflexif avec le mineur pour l’amener à prendre conscience de sa situation et agir pour en sortir. Par effet miroir, le travail réflexif demandé aux mineurs les oblige à se livrer à des transactions identitaires38 qui aboutissent à une redéfinition de leur identité professionnelle. La réalisation du travail éducatif en Quartier mineurs au sein de maisons d’arrêt, en centre d’éducation fermé, en établissement pénitentiaire pour mineurs pose différentes questions : d’une part, celle de l’adéquation entre les registres d’action mobilisés par ces acteurs, les exigences d’expression de la politique de la relation et la forme organisationnelle de ces établissements39 ; d’autre part, celles des transactions identitaires réalisées entre les professionnels et les jeunes pour les amener à s’autonomiser sous la contrainte de mesures judiciaires40.

  • 41 Boender 2009.

30Ces divers exemples interrogent les enjeux de l’accompagnement de ces candidats à un diplôme ou à un emploi nouveau, de ces mineurs en difficulté, mais aussi d’handicapés ou de malades en mal de reconnaissance41. Pour ces raisons, l’étude de « l’autonomie » est envisagée comme l’outil d’analyse privilégié des dilemmes des professionnels de l’intervention sociale ou du conseil pris en tenailles entre le souci d’un développement de l’émancipation individuelle et l’obligation de faire respecter des injonctions normatives consistant à devenir « autonome ». Quelles pratiques professionnelles sont regroupées derrière ce terme d’« accompagnement vers l’autonomie » ? À quelles conceptions de « l’autonomie » ces divers professionnels se réfèrent-ils ?

  • 42 Roberge 2003.
  • 43 Auzoult 2008 ; 2005.

31La question de l’autonomie est, en effet, au cœur des politiques publiques d’accompagnement et des missions des acteurs de terrain. Elle est invoquée comme une compétence centrale et transversale dans la démarche d’accompagnement, par exemple pour les adolescents en contexte scolaire et pour les adultes en transition professionnelle42. Notion fortement chargée idéologiquement et largement polysémique, dès lors que l’on tente d’en définir un contenu opérationnel, la notion d’autonomie compte plusieurs acceptions : la première, qualifiée d’« émancipatrice », assimile l’autonomie à l’indépendance et oppose cette dernière à l’influence ou au pouvoir d’autrui. La seconde, « particulariste », décrit l’autonomie comme une forme d’expression de soi non aliénée par autrui. Enfin, une troisième conception, envisagée sous l’angle « situationniste », considère l’autonomie comme la capacité de participer à l’équilibration des instances de causalité, physique, sociale, cognitive, biologique et temporelle qui structurent l’environnement43.

  • 44 Abdi 2009.
  • 45 Clot 2005.

32Le fait que ces différentes acceptions coexistent chez les professionnels ne présage pas nécessairement l’existence de représentations divergentes induisant des pratiques elles-mêmes divergentes. Les représentations se construisent certes à travers l’identité des acteurs44, l’idéologie dont ils sont porteurs, mais également à travers des conduites communes. En l’occurrence, c’est bien aux mêmes personnes, à des moments différents de leurs trajectoires, et à leurs conduites récurrentes, que les divers acteurs font finalement face. Selon des modalités d’accompagnement (ponctuel, suivi, informatif, conseil, etc.), selon l’ancrage social et personnel du professionnel, il se peut qu’une représentation commune puisse se dégager, formant, par là même, un point d’entrée aux politiques de coordination entre les divers acteurs. Quel que soit le secteur concerné, la synthèse intellectuelle et pratique qu’opéreront les professionnels du conseil, concernant ce que peut être l’autonomie, les impliquera souvent malgré tout au-delà de rôles prédéfinis. Des dilemmes peuvent émerger alors pour maintenir une cohérence personnelle et de service contribuant à une redéfinition souhaitable du métier pour donner un nouveau sens à l’activité45.

  • 46 Roberge 2003.
  • 47 Roqueplo 1983. Par cette perspective, on peut retrouver la proposition de Giorgio (...)
  • 48 Lamarche 2003.

33Comment s’arrangent-ils de ces dilemmes ? Dans le domaine de la formation et de l’orientation professionnelle, voire de l’éducation, ces nouveaux métiers de l’accompagnement induisent-ils des ruptures de conception dans la construction de la relation à l’autre pour se soumettre à des procédures où le formel prend le dessus sur l’informel ? Paradoxalement, plus il est question de suivi, de proximité, plus il semble que l’on assiste à une distanciation d’avec l’usager. Une certaine professionnalité nécessaire dans ces nouveaux registres de l’action sociale ne vide-t-elle pas en effet le contenu même du rapport à l’autre ? Les procédures de certification qui envahissent tous les champs de l’action sociale (par exemple la loi 2002, pour la justice, pour la VAE, pour les métiers du médicosocial…) et qui s’affichent comme un support rationnel à l’action de ces professionnels représenteraient plus qu’une orientation globale. Elles joueraient le rôle d’un véritable filtre qui non seulement ne serait pas passif en permettant un tri ou une sélection des individus et candidats en purifiant leurs intentions, mais infléchirait activement volontés et projets en les transformant du dedans. L’accompagnement, qui met en œuvre les procédures par lesquelles les individus doivent passer inévitablement pour atteindre leurs objectifs comme autant d’incontournables, permet aussi leur intériorisation par les individus. Il induit de la sorte une véritable métamorphose des systèmes de valeurs et de représentation de soi et des autres46. L’accompagnement serait alors un opérateur social d’intégration cognitive de contraintes et de création de nouveaux modes opératoires pour l’obtention d’une action efficace comme peuvent l’être, à un autre niveau, l’expertise ou la technologie47. Dans le cas présent, ce qui est inédit, les individus sont à la fois objet et instrument consentant de ce changement48.

L’accompagnement comme nouveau modèle de régulation ?

  • 49 Vrancken et Macquet 2006.
  • 50 Vrancken et Macquet 2006.

34Les dimensions contradictoires de l’accompagnement s’imposent de la sorte comme définissant les enjeux des dispositifs dont celui-ci est partie prenante. Comment appréhender cette fonction autrement que comme un outil de régulation des écarts aux normes ou aux règles induites par le dispositif lui-même ? Nous serions prêts à admettre que l’accompagnement serait l’antidote permettant au dispositif de réellement fonctionner en rendant compatibles les logiques individuelles et institutionnelles, au fond assez incompatibles sur le plan idéologique dans le cadre du modèle français de l’action sociale (système traditionnellement assistanciel ou assuranciel49). En rendant autonomes les « sujets-acteurs » dans leurs choix, l’accompagnement posséderait une vertu stratégique et symbolique, instrumentalisant les acteurs et les professionnels, alors même que l’accompagnement est encore peu reconnu socialement au regard de ce que font d’autres pays50. Il participerait par ailleurs pour les différentes hiérarchies (institutions, organisations, entreprises) au renforcement d’un déni de responsabilité. Notre hypothèse viserait donc à montrer que l’accompagnement n’est pas pensé dans sa complexité mais seulement en fonction de sa commodité. Ce serait un élément essentiel de stabilisation et de régulation.

  • 51 Reynaud 1993.
  • 52 Touraine 1984.

35Cependant, l’on assisterait concernant certains dispositifs d’insertion, où l’accompagnement aurait un rôle important, à une nouvelle configuration de cette régulation, exigeant a priori une interprétation adéquate. La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud51, qui décline celle-ci autour des règles et des processus de négociation selon trois types de régulation (autonome, de contrôle et conjointe), suppose en effet des intentions affirmées en lutte autour d’un pouvoir à conquérir ne serait-ce que pour établir un compromis. Dans les situations d’accompagnement, non seulement l’autonomie n’existe pas encore ou peu mais elle est souvent souhaitée et provoquée de l’extérieur ; la volonté d’imposer par ailleurs un contrôle des usagers par des agents accompagnateurs, par le biais de réglementations difficilement négociables, par les uns (car dépendants du système d’aide), par les autres (car sans marge de manœuvre réelle), et ensemble (car confrontés à leurs responsabilités respectives), donne à ces acteurs peu de maîtrise sur des situations objectives souvent vécues comme inextricables, les conditions du compromis imposé comme horizon de possibilité visant à renvoyer systématiquement les individus à leur propre responsabilité. La construction d’un contrat moral, sur lequel il serait alors possible pour les acteurs impliqués de s’entendre, n’est envisageable dans ce contexte qu’à la condition de se soumettre non à une autorité mais à un système de règles impersonnelles ayant pour finalité une personnalisation des problèmes. Alors que ceux-ci ont des causes sociales et économiques, le sujet-acteur sera toujours renvoyé à lui-même, à sa solitude. Cette notion rejoint ainsi partiellement celle d’« acteur-sujet » d’Alain Touraine52, consistant à reconnaître aux individus une capacité de se libérer des principes transcendants et des règles communautaires en se singularisant par une distanciation à soi (ou subjectivation).

  • 53 Lamarche 2003 ; Joas 1999.
  • 54 Reynaud 1993.

36La liberté dont tout individu est susceptible de jouir pour se définir dans les sociétés modernes est, dans cette perspective théorique, un impératif catégorique auquel il ne peut échapper, cette capacité donnant à la société les moyens de se connaître et d’agir sur elle-même (historicité). La différence que nous voyons entre cette définition de l’individu et celle que nous défendons réside dans le fait que contrairement à l’acteur-sujet, le « sujet-acteur » n’est envisagé libre que pour autant que son inscription dans un dispositif l’oblige à respecter des règles qu’il n’a pas réellement négociées. Il est d’abord sujet avant d’être acteur, c’est la nécessité de prendre une distance vis-à-vis de soi qui l’amène à agir et non l’inverse. La créativité inhérente à l’agir imposé par les dispositifs et l’accompagnement passe par des règles d’action supposant une certaine réflexivité53. Ce point de vue, qui va au-delà d’une simple inversion des termes du mot composé, nous distingue ainsi également de Reynaud54 qui insiste sur l’autonomie de l’acteur négociant les règles qui lui permettent d’établir un lien social, les règles étant elles-mêmes négociation.

  • 55 Gaudron et Cazals-Ferré 2009.
  • 56 Foucart 2003.
  • 57 Renault 2004.
  • 58 Kaufmann 2004.

37Dans le contexte des dispositifs d’accompagnement, le sujet-acteur qui accepterait d’y adhérer, même malgré lui, serait coauteur de son « enfermement volontaire » dans un système de contraintes supposé lui permettre de s’émanciper d’un « destin » social devenu problématique ou trop lourd pour lui : une forme d’aliénation qui engendre par sa prise de conscience la crise de personnalisation55. Ce genre de dispositifs supposerait pour l’individu d’accepter l’apaisement d’une tension, d’une forme de révolte intime enfouie silencieusement au plus profond de sa subjectivité (conflit et souffrance dus à la distance a priori indépassable entre son idéal du moi et le moi réel issu des contingences de la vie56). Dans quelle mesure alors les dispositifs d’accompagnement, en individualisant les problèmes, procéderaient-ils au refoulement, à l’arrangement ou encore à l’effacement non seulement de sentiments qui s’enracineraient dans une expérience personnelle de l’injustice mais qui auraient à voir également avec la condition sociale qui est faite à ces individus déclassés57 ? Si le sujet de Touraine s’inscrit ainsi positivement dans une historicité dont il est en partie l’auteur, si l’acteur de Reynaud se construit par la règle et le compromis dont il est activement partie prenante, le « sujet-acteur » tel que nous le concevons s’affirmerait comme acteur de façon contradictoire dans une certaine négativité de soi, c’est-à-dire dans le renoncement de ce qui donne historiquement du sens à sa trajectoire et qui l’accable (les injustices sociales). L’élaboration ou la réélaboration d’un idéal de soi, via des injonctions réclamant une plus grande responsabilisation des individus et des reconfigurations identitaires58, aurait certes des vertus réparatrices qui légitimeraient l’utilité de l’accompagnement comme pratique normative mais au prix d’une certaine « dépolitisation » du sujet. En cas de succès, l’accompagnement permettrait par un effet de « cautérisation psychologique » de recouvrer une dignité perdue par le biais d’une reconnaissance sociale qui peut toucher des aspects divers selon la problématique de chaque individu (la qualité d’une expérience professionnelle via la VAE, l’importance d’une souffrance pour le malade, la réalité d’une injustice pour le jeune délinquant, une capacité de travail pour l’handicapé…). En cas d’échec, ce serait par contre l’approfondissement d’un malaise personnel (culpabilisation).

38Les pratiques semblent relever de logiques selon des registres contradictoires mais rendus compatibles par la force contraignante des dispositifs. On peut repérer plusieurs formes d’accompagnement, elles peuvent être partiellement ou en même temps de nature éducative, coercitive, argumentative, confessionnelle. La structuration des dispositifs et des formes d’accompagnement pour émerger, s’installer et perdurer peut rendre compte de supports associatif, privé, institutionnel mais surtout doit prendre en compte a priori la volonté d’améliorer une situation individuelle et/ou collective par la transformation des individus (autonomisation, responsabilisation) en leur donnant une capacité de se projeter par, dans et à travers des procédures auxquelles ils doivent se conformer. D’une certaine manière, deux volontés ne doivent plus faire qu’une. Les enjeux de l’accompagnement via ce genre de dispositif sont alors à expliciter : s’agit-il de socialiser, éduquer, standardiser, surveiller et finalement contrôler notamment les comportements des usagers ou des professionnels ; s’agit-il de réguler, rationaliser, restructurer les institutions, les organisations impliquées dans ce processus ; ou s’agit-il de transformer, renouveler, métamorphoser des modèles d’action supposant une morale collective d’un autre type (on passerait d’une culture de l’assistance, de l’assurance à celle de l’« assumance ») ?

  • 59 Beauvais 2006.
  • 60 Mucchielli 2004b.
  • 61 Mucchielli 2004a ; Le Moigne 1994 ; 1995.
  • 62 Beauvais 2004.

39La nature des échanges entre usager et accompagnateur (individuel ou collectif) permettrait peut-être de classer les dispositifs selon la dynamique engagée et non plus de façon a priori, sur la base de notre seule sensibilité ou intuition. La procédure de comparaison des dispositifs que nous envisageons s’appuie sur une perspective systémique pour restituer toute la complexité des dispositifs d’accompagnement59. Il est nécessaire, en effet, d’évaluer les niveaux d’interdépendance et la qualité des liens qui unissent les acteurs dans l’action au travers des organisations où s’entremêlent systèmes d’information, de communication, de décision60. La perspective constructiviste propre à l’approche systémique suppose par ailleurs des principes épistémologiques dont l’un au moins nous paraît essentiel pour notre sujet : la connaissance ne peut être détachée de l’action de connaître, i. e. de ses finalités. En outre, le réel connaissable suppose l’expérience des sujets connaissants61. La logique du sens que produit le chercheur sur les réalités observées et les discours des personnes interrogées reposera alors sur une interprétation qui n’engagera que lui. Cet engagement sera toutefois le témoin d’un effort visant à construire phénoménologiquement cette réalité par une déconstruction systématique des prénotions (savoirs institutionnalisés). La dimension critique de cette approche systémique résultera, ainsi, de cet effort permanent de construction-reconstruction des significations portées en connaissance de cause sur des réalités de sens faisant question62.

Conclusion : quelle modélisation de l’accompagnement comme système complexe ?

40Les dispositifs se multiplient et se complexifient. Ils concernent tous les aspects de la vie sociale : éducation (famille, école, formation continue), santé (physique, mentale), travail (insertion, orientation, reconversion), justice (suivi, sanction), et les populations de tous âges et de toutes conditions. Ils visent tout à la fois, et parfois en même temps, différentes missions ou fonctions : conseiller, orienter, rassurer les personnes rencontrant des difficultés psychologiques ou sociales ; valoriser, modéliser des parcours personnels ou professionnels ; insérer les personnes dans une autre temporalité (anticiper, projeter, mémoriser) pour les aider à résoudre des problématiques de vie professionnelle ; concevoir, fiabiliser, optimiser ou finaliser un objectif individuel / collectif ; émanciper, personnaliser, autonomiser, responsabiliser pour les aider à tenir leurs rôles ou leurs engagements ; rationaliser, valider, certifier des comportements, des savoirs ou des expériences pour obtenir une reconnaissance sociale ; mais aussi filtrer, trier, psychologiser, individualiser, contrôler, sanctionner, pénaliser et finalement exclure parfois les personnes qui contreviennent aux normes, aux lois, c’est-à-dire à la morale du moment.

41En résumé, les dispositifs touchent à tous les domaines de la vie sociale et économique, ils sont parfois en eux-mêmes et à eux seuls une politique (exemple des dispositifs d’insertion pour l’emploi). Les dispositifs ont a priori tous au moins un point commun : leur complexité et leur rôle. Ils visent tous, à l’échelle qui est la leur (qu’ils soient petits, grands, importants ou peu significatifs), la maîtrise de l’environnement social, institutionnel et/ou politique par l’influence qu’ils exercent sur les consciences, les subjectivités, les volontés et les expériences individuelles et collectives. Comment l’accompagnement, pouvant être défini comme une activité qui consisterait à faciliter la mise en œuvre de ces dispositifs, participe-t-il à leur définition ? L’accompagnement est-il seulement une pièce parmi d’autres ou a-t-il un rôle spécifique qui serait stratégique dans la réussite attendue et obtenue de tout dispositif ?

  • 63 Quéré 1998, 163.
  • 64 Quéré 1998, 163.

42L’hypothèse générale, rappelons-le, étant que l’accompagnement servirait de régulation générale, sa force résiderait dans cette capacité de s’appliquer à tout contexte comme une stratégie d’adaptation à la diversité des situations individuelles pour mieux les transformer, mieux les uniformiser. Une analyse fine de ces réalités, quelle que soit la méthode choisie (qualitative ou quantitative), suppose alors une approche sociocognitive qui consiste à appréhender l’accompagnement comme un « process » mobilisant des ressources essentiellement de nature discursive (faciliter le dialogue) et axiologique (inciter à ré-agir), process visant à la prise de conscience d’un monde d’actions à conquérir pour le sujet auquel cet accompagnement s’adresse. Le dispositif favoriserait ainsi, selon nous, dans le cadre d’un « ordre de sens » institué, des savoirs familiers dont l’une des propriétés serait de correspondre à un « système d’attente » par lequel « se matérialiserait la connaissance ordinaire (non scientifique) des faits généraux de la vie sociale »63. Le dispositif d’accompagnement fabriquerait en effet pour l’individu accompagné une pensée commune dans l’action à atteindre par « la formation et le remplissement continuels d’attentes réciproques dans l’organisation concertée des activités pratiques »64. Chacun est supposé s’engager moralement sur la base de croyances légitimes et de pensées partagées. La perspective envisagée viserait à mettre en évidence par conséquent la nature collective de l’action individuelle suscitée par le dispositif d’accompagnement. L’accompagnement dans les dispositifs institutionnels est en effet pensé pour que chaque individu se conforme à une logique collective et par le biais d’un agir ensemble : coopération usager / accompagnateur dont la finalité est une certification de cet agir (le système doit s’assurer que chacun, usager et accompagnateur, aboutira dans l’action qui l’engage).

43Nous assisterions à tous les niveaux à un transfert de responsabilité, sur les individus et les structures concernées ou plus précisément à une moralisation des individus par et pour les structures (dont la finalité est leur propre survie). Une reconfiguration des rôles et des prérogatives des professionnels et des usagers ferait système et deviendrait un trait culturel de notre société (la qualité de service, l’autonomie comme finalité). L’approche systémique, notamment, que nous nous proposons d’adopter devrait donc avoir pour vertu essentielle d’expliciter le rôle et la dynamique des relations d’interdépendance existant entre les différents éléments constitutifs des dispositifs et de l’accompagnement (enjeux, acteurs, processus). C’est à partir du dévoilement de ces relations d’interdépendance que l’accompagnement pourra se montrer sous son vrai jour, c’est-à-dire comme une condition nécessaire par laquelle une médiation à autrui ouvre une relation d’intelligibilité au monde pratique auquel l’individu doit se conformer.

Bibliographie

Abdi S. (2009), « Effets des logiques identitaires et des cognitions sociales dans les résultats de l’accompagnement vers l’emploi », in Accompagnement professionnel et counseling des adultes, A. Di Fabio, C. Lemoine et J.-L. Bernaud (dir.), Paris, Éditions Qui plus est, p. 68-79.

Agamben G. (2007), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages.

Astier I. (2007), Les nouvelles règles du social, Paris, PUF (Le lien social).

Auzoult L. (2005), « Conception situationniste de l’autonomie en orientation », Questions d’orientation, no 2, p. 49-58.

— (2008), « L’autonomie, conception et pratiques », Pratiques psychologiques, no 14, p. 237-245.

Beauvais M. (2004), « Des principes éthiques pour une philosophie de l’accompagnement. De l’éducation permanente à la formation tout au long de la vie », Savoirs, no 6, p. 99-113.

— (2006), « Des postures de l’accompagnateur à la posture de l’accompagnant : projet, autonomie et responsabilité », in Faciliter les apprentissages autonomes (Actes du 7e colloque européen d’Auzeville sur l’autoformation, École nationale de formation agronomique, 18-20 mai 2006), Université de Lille 1, Laboratoire Trigone-CUEEP, disponible sur http://archives.enfa.fr/autoformation/rub-comm/pdf/campsJF.pdf, consulté le 20 décembre 2011.

Boender M. (2009), « L’usager de la structure organisationnelle globale et l’usager dans la relation soignante : deux perspectives d’accompagnement distinctes », in Regards croisés sur l’accompagnement : expériences et réflexions (Actes du colloque de l’association des doctorants de sociologie de l’université de Rouen, Maison de l’université, 3 avril 2009), Rouen, Éditions du GRIS, p. 18-28.

Borzeix A. (1998), « Comment observer l’interprétation », in Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, A. Borzeix, A. Bouvier et P. Pharo (dir.), Paris, Éditions du CNRS, p. 177-194.

Boulayoune A. (2009), « La généralisation de l’accompagnement dans la lutte contre le chômage : entre individualisation des situations et standardisation des pratiques », Les nouveaux cahiers du GRÉE, no 6, décembre, p. 3-38.

Boutinet J.-P. (2003), « Les pratiques d’accompagnement individuel, entre symbole et symptôme », Carriérologie, t. 9, no 1, L’accompagnement et la dynamique individu-étude-travail, p. 67-78.

Castel R. (2001), « L’individu problématique », in Être soi parmi les autres. Famille et individualisation, t. 1, F. de Singly (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 15-21.

Clot Y. (2005), « Métier en souffrance et clinique du travail », in Répondre à la souffrance sociale, M. Joubert et C. Louzoun (dir.), Paris, Érès, p. 61-73.

Demailly L. (2008), Politiques de la relation, Lille, Septentrion.

Dezalay T. (2008), « Placement et déplacement des demandeurs d’emploi. Les effets discriminants de la mise en ligne des offres d’emplois de l’ANPE sur Internet » (XVIIIe congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, université d’Istanbul, 7-11 juillet 2008), p. 376-380, disponible sur http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/gtsc/DOCS_SOCIO/istambul/Actes_AISLF_GT13_Istambul_2008.pdf, consulté le 8 avril 2010.

Dubar C. (1991), La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

— (2003), « Régulation conjointe et double transaction : réflexion pour un débat », in La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, G. de Terssac (dir.), Paris, La Découverte (Recherches), p. 331-344.

Dubet F. (1994), La sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

— (2002), Le déclin de l’institution, Paris, Seuil (L’épreuve des faits).

Duprez D. et Mucchielli L. (dir.) (2001), Déviance et Société, no 2000-4, Les désordres urbains : regards sociologiques.

Ehrenberg A. (1998), La fatigue d’être soi. Dépression et Société, Paris, Odile Jacob.

Elias N. (1991), La société des individus, Paris, Fayard.

Foucart J. (2003), Sociologie de la souffrance, Bruxelles, De Boeck.

Foucault M. (1984), Histoire de la sexualité, vol. 3, Le souci de soi, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires).

— (2001), Dits et Écrits, Paris, Gallimard, 2 vol.

Gaudron J.-P. et Cazals-Ferré M.-P. (2009), « Crises de personnalisation chez les bénéficiaires de bilan de compétences », in Accompagnement professionnel et counseling des adultes, A. Di Fabio, C. Lemoine et J.-L. Bernaud (dir.), Paris, Éditions Qui plus est, p. 95-102.

Goffman E. (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Guay J. (2003), « Intégrer l’accompagnement dans l’intervention professionnelle », Carriérologie, t. 9, no 1, L’accompagnement et la dynamique individu-étude-travail, p. 79-95.

Jamet L. (2009), Le mineur et ses dossiers judiciaires. Étude sur le traitement institutionnel de la délinquance juvénile et les vicissitudes de sa prise en charge, Thèse de sociologie, F. Aballéa (dir.), Université de Rouen.

Jamet L. et Le Goff J.-L. (2010), « Pratiques et autorité des surveillants face aux jeunes détenus : entre sentiment de malaise et devoir d’agir », in Les jeunes et la loi : nouvelles transgressions ? Nouvelles pratiques ?, S. Abdellaoui (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 185-215.

Joas H. (1999), La créativité de l’agir, Paris, Cerf.

Kaufmann J.-C. (2004), L’invention d’être soi, Paris, Armand Colin.

Lamarche L. (2003), « L’accompagnement dans l’insertion socioprofessionnelle : une relation qui aide », Carriérologie, t. 9, no 1, L’accompagnement et la dynamique individu-étude-travail, p. 145-154.

Le Bouëdec G. (2002), « La démarche d’accompagnement, un signe des temps », Éducation permanente, no 153, p. 13-19.

Le Goff J.-L. (2009), « L’accompagnement en VAE : paradoxes et dilemmes », in Accompagnement professionnel et counseling des adultes, A. Di Fabio, C. Lemoine et J.-L. Bernaud (dir.), Paris, Éditions Qui plus est, p. 150-161.

Le Goff J.-L. (dir.), Aballéa F., Gravé P., Guérin F. et Zannad H. (2008), La validation des acquis de l’expérience (VAE) : traduction, justification et évaluation, Université de Rouen.

Le Goff J.-L. et Jamet L. (2010), « Accompagnement et dilemmes professionnels en intervention sociale : signes, symptômes ou résidus d’une mutation institutionnelle ? », in Institutionnalisation-désinstitutionnalisation de l’intervention sociale (Actes du colloque international de Rouen, Université de Rouen, 28-29 janvier 2010), F. Aballéa et E. Lemercier (dir.), Rouen, Éditions du GRIS, p. 370-381.

Le Moigne J.-L. (1994), Le constructivisme, vol. 1, Paris, ESF éditeur (Communication et complexité).

— (1995), Le constructivisme, vol. 2, Paris, ESF éditeur (Communication et complexité).

Lemercier E. (2006), Faire entendre sa voix dans l’arène politique locale. Les ressorts de l’engagement public par la médiation interculturelle, Thèse de sociologie, L. Mozère (dir.), Université de Metz.

Mauger G. (2001), « Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 136-137, mars, p. 5-14.

Mucchielli A. (2004a), Approche par la modélisation des relations, Paris, Armand Colin.

— (2004b), Approche systémique dans les organisations, Paris, Armand Colin.

Paul M. (2003), « Ce qu’accompagner veut dire », Carriérologie, t. 9, no 1, L’accompagnement et la dynamique individu-étude-travail, p. 121-144.

Pignault A. et Loarer E. (2009), « L’accompagnement à la mobilité professionnelle : méthode et impacts », in Accompagnement professionnel et counseling des adultes, A. Di Fabio, C. Lemoine et J.-L. Bernaud (dir.), Paris, Éditions Qui plus est, p. 143-149.

Quéré L. (1998), « La cognition comme action incarnée », in Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, A. Borzeix, A. Bouvier et P. Pharo (dir.), Paris, Éditions du CNRS, p. 143-164.

Renault E. (2004), L’expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice, Paris, La Découverte.

Reynaud J.-D. (1993), Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin.

Ricœur P. (1971), « Liberté », in Encyclopædia universalis [version électronique].

Roberge M. (2003), « Réflexions d’une praticienne de l’orientation sur l’accompagnement et les transitions socioprofessionnelles », Carriérologie, t. 9, no 1, L’accompagnement et la dynamique individu-étude-travail, p. 155-168.

Roqueplo P. (1983), Penser la technique, Paris, Seuil.

Spéroni N. (2000), « L’accompagnement vers la formation et l’emploi, émergence et analyse d’une pratique », Formation et territoire, no 6, Accompagnement et insertion des publics, p. 21-28.

Touraine A. (1984), Le retour de l’acteur, Paris, Seuil.

Vrancken D. et Macquet C. (2006), Le travail sur soi. Vers une psychologisation de la société, Paris, Belin.

Notes

1 Astier 2007.

2 Paul 2003.

3 Boutinet 2003.

4 La problématique générale de l’accompagnement que nous présentons se réfère à une recherche collective en cours sur l’accompagnement dans les dispositifs institutionnels qui vise à étudier de nombreux champs de la vie sociale : travail, orientation scolaire et professionnelle, formation initiale et continue, santé, justice, action sociale, éducation spécialisée. L’équipe pluridisciplinaire (sociologie, psychologie, sciences de l’éducation, histoire, droit) est composée des chercheurs suivants : Sid Abdellaoui, Laurent Auzou, Anne Bidois, Marie Boender, Alexandre Dehais, Bertrand Delaunay, Thierry Dezalay, Didier Drieu, Harold Gabah, Jean-François Gaspard, Patrick Gravé, Marion Grosini, Francis Guérin, Ludovic Jamet, Marilou Janiaut, Raphaëlle Krummeich, Jean-Louis Le Goff (coord.), Élise Lemercier, Laurent Lescouarch, Roger Nguema-Obamé, Julien Pénin, Christophe Trombert, Jean-Claude Vimont, Hédia Zannad. Dans ce chapitre, nous nous limiterons à certains aspects plus spécifiquement en rapport avec le thème de la formation, de l’éducation et de l’insertion socioprofessionnelle.

5 Nous entendons par raison pratique, à l’instar de Paul Ricœur, « une raison qui a des effets dans le monde, une raison qui s’applique à produire une réalité selon la liberté […] » (Ricœur 1971). Les changements envisagés selon cette définition sont culturels et anthropologiques. Dans le cadre de la VAE par exemple, cette raison pratique exalte et à la fois met en forme cette liberté d’action en la soumettant à la procédure comme horizon de toute possibilité. La liberté n’est pas conçue comme une condition d’action, mais paradoxalement comme l’objet et le résultat d’une injonction à devenir autre ou plus que soi-même en recherchant par la normalisation une forme d’« authenticité » (dépassement de soi) et une forme de conversion morale (Le Goff et al. 2008 ; Le Goff 2009).

6 Astier 2007 ; Kaufmann 2004 ; Vrancken et Macquet 2006.

7 Goffman 1991 ; Borzeix 1998.

8 Par certains aspects (notamment au niveau des rapports organiques entre savoir et pouvoir), cette conception rejoint celle de Michel Foucault. Selon cet auteur, qui articule savoir et pouvoir, les dispositifs sont « des ensembles résolument hétérogènes, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref du dit aussi bien que du non-dit. Voilà les éléments du dispositif. Le dispositif lui-même c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments » (Foucault 2001, vol. 2, 299). Sans prendre cette définition comme modèle, celle-ci nous paraissant trop large pour son opérationnalisation, il s’agirait plutôt pour nous de tenter de converger vers elle (en testant sa pertinence), en fonction de ce que nous trouverons sur le terrain.

9 Des efforts de définition sur le plan sémantique ont été faits en ce sens (Paul 2003 ; Le Bouëdec 2002 ; Spéroni 2000).

10 Cette inversion des termes vise à signaler le paradoxe selon lequel une logique d’émancipation supposerait un assujettissement aux caractères contraignants des dispositifs d’accompagnement. Nous reviendrons sur ce point ultérieurement.

11 Ehrenberg 1998.

12 Astier 2007.

13 Pignault et Loarer 2009.

14 Astier 2007, 15.

15 Nous entendons par ce terme tout ce qui a trait aux activités de ceux qui travaillant sur l’humain, sur le plan relationnel, le maintiennent, le modifient ou le transforment radicalement.

16 Boulayoune 2009.

17 L’accompagnement n’a pas donné lieu, à notre connaissance, à une théorisation élaborée systématiquement, il rend compte en effet d’une pratique ou de techniques éducatives disparates renvoyant à un fond culturel aux origines très anciennes (Paul 2003). Les évolutions récentes renvoient à des perfectionnements techniques (Boulayoune 2009).

18 Le Goff 2009.

19 Dezalay 2008.

20 Guay 2003.

21 Boulayoune 2009.

22 Mauger 2001.

23 Castel 2001.

24 Clot 2005.

25 Jamet 2009.

26 Dubet 2002.

27 Le Goff et Jamet 2010.

28 Boulayoune 2009.

29 Astier 2007.

30 Astier 2007.

31 Lemercier 2006.

32 Elias 1991.

33 Dubet 1994 ; Kaufmann 2004.

34 Castel 2001.

35 Le Goff et al. 2008.

36 Demailly 2008.

37 Foucault 1984.

38 Dubar 1991 ; 2003.

39 Jamet et Le Goff 2010.

40 Jamet 2009.

41 Boender 2009.

42 Roberge 2003.

43 Auzoult 2008 ; 2005.

44 Abdi 2009.

45 Clot 2005.

46 Roberge 2003.

47 Roqueplo 1983. Par cette perspective, on peut retrouver la proposition de Giorgio Agamben (2007) qui élargit la définition de dispositif de Michel Foucault, mais qui, dans notre cas, pourrait avoir un certain intérêt car elle permettrait de convertir l’accompagnement lui-même en un véritable dispositif. Il ne ferait ainsi plus partie d’un dispositif comme simple élément, mais composerait la dynamique même du dispositif, mettant en abyme l’analyse que l’on pourrait en faire mais confirmant par là même l’impérieuse nécessité de mettre en place une approche de type systémique et à orientation sociocognitive. « […] j’appelle dispositif tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’interpréter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (Agamben 2007, 31-32). Dans ce cadre théorique, il ne s’agit pas seulement des prisons, des asiles, des écoles, des mesures juridiques, mais aussi des objets (stylos, téléphones portables, ordinateurs, cigarettes) et des activités cognitives (écriture, littérature, philosophie), voire symboliques (langage).

48 Lamarche 2003.

49 Vrancken et Macquet 2006.

50 Vrancken et Macquet 2006.

51 Reynaud 1993.

52 Touraine 1984.

53 Lamarche 2003 ; Joas 1999.

54 Reynaud 1993.

55 Gaudron et Cazals-Ferré 2009.

56 Foucart 2003.

57 Renault 2004.

58 Kaufmann 2004.

59 Beauvais 2006.

60 Mucchielli 2004b.

61 Mucchielli 2004a ; Le Moigne 1994 ; 1995.

62 Beauvais 2004.

63 Quéré 1998, 163.

64 Quéré 1998, 163.

Auteur

Maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen et membre du laboratoire Dysola (Dynamiques sociales et langagières, EA 4701).

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540