Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français sont dans la baie

 | 
John A. Murphy

Du rôle de la météorologie dans le destin politique

John Tyrrell
Traduction de Annie Mériaux

Texte intégral

  • 1 The Autobiography of Theobald Wolfe Tone, 1763-1798, R.B. O’Brien (éd.), Londres, 1893.

1Une des causes principales invoquées pour expliquer l’échec de l’invasion française dans la baie de Bantry en 1796 est le mauvais temps1. En effet, cet échec est peut-être un des rares événements significatifs dans l’histoire de l’Irlande où la météorologie a joué un rôle décisif. Le chapitre qui va suivre présente les résultats de recherches historiques entreprises pour reconstituer, jour après jour, les variations du temps en décembre 1796 et la nature des tempêtes et autres conditions climatiques qui ont eu raison de la flotte française. Il fait également le tour des prévisions météorologiques que l’on pouvait raisonnablement faire en décembre 1796, en les utilisant comme base pour évaluer leur rôle dans l’issue des événements.

Reconstitution historique des conditions météorologiques

  • 2 J.G. Tyrrell, « Paraclimatic Statistics and the Study of Climate Change : The Case of the Cork Reg (...)
  • 3 Voir note 1.

2Pour cette tâche, nous disposons d’un certain nombre de données. Comme les conditions météorologiques ont une importance décisive en mer, certaines des données les plus fiables se trouvent dans les livres de bord des navires. En effet, chaque vaisseau de la marine anglaise était censé tenir deux livres de bord : celui du maître, et celui du capitaine. Le livre de bord du maître consignait l’heure, la vitesse du navire et sa route, les vents et « autres précisions ». Ces dernières consignaient toute une série d’autres conditions climatiques. En cours de navigation, ces notes étaient prises toutes les heures, ce qui fournit une énorme quantité de données. Les notes étaient moins exhaustives si le navire était au mouillage, parce qu’on les prenait « seulement » quatre fois par jour. Souvent le capitaine copiait le livre du maître, c’est pourquoi ce genre de source fournit relativement peu d’informations originales. Cependant, avec le déploiement d’un grand nombre de vaisseaux de ligne, de frégates et de sloops qui patrouillaient dans la Manche et dans les mers qui entourent l’Irlande, escortant les convois de navires marchands, ou mouillés dans les ports (irlandais ou autres), les notes consignées dans les livres de bord peuvent être validées par recoupement (cette méthode a été utilisée avec succès pour reconstituer le temps qu’il a fait en Irlande pendant les années 17502). En outre, nous disposons des notes de Theobald Wolfe Tone lui-même, contenues dans le journal qu’il tenait quotidiennement, et où il faisait d’abondants commentaires sur le temps3.

  • 4 Observatoire d’Armagh, Weather Register for December 1796 et Weather Register for January 1797, no (...)
  • 5 R. Kirwan, « Synoptical View of the Weather at Dublin in the Year 1796 », Transactions of the Roya (...)
  • 6 J. Kington, The Weather Journals of a Rutland Squire : Thomas Barker of Lyndon Hall, Oakham, 1988a
  • 7 R.C. Mossman, « The Meteorology of Edinburgh Part 1 », Transactions of the Royal Society, vol. 38, (...)

3C’est au xviiie siècle qu’on a commencé à mesurer et à observer les phénomènes atmosphériques avec des instruments précis, et certaines données ont pu être utilisées pour le présent article. L’Observatoire d’Armagh a commencé ses observations en 1795, et il dispose des relevés de la température de l’air et de la pression atmosphérique, opérés trois fois par jour, en décembre 1796, sans oublier la direction des vents et certaines observations faites à l’œil nu4. Ailleurs en Irlande, à Dublin, de 1787 à 1808, Richard Kirvan enregistrait la pression atmosphérique, la température, les précipitations et les vents, mais seuls des synopsis mensuels ont été publiés5. En Angleterre, Thomas Barker de Rutland se servait d’instruments météorologiques pour consigner les mouvements du temps entre 1748 et 1798, mais pour 1796, seuls ses tableaux synoptiques mensuels ont été publiés6, dans l’état où il les a communiqués à la Royal Society ; c’est également le cas pour les données enregistrées à Édimbourg7.

4On a utilisé les observations faites sur la direction et la vitesse du vent pour reconstituer un tableau approximatif des pressions atmosphériques, à midi, entre les longitudes de 5 degrés est et 25 degrés ouest d’une part, et les latitudes de 35 degrés nord et 60 degrés nord d’autre part, pour chaque jour entre le 1er décembre 1796 et le 5 janvier 1797. À ces tableaux synoptiques ont été ajoutées d’autres observations sur les conditions météorologiques. De cette façon, il a été possible d’établir dans quelle mesure et avec quelle continuité ces dernières ont pu avoir une influence sur les opérations françaises et britanniques. Ces tableaux récapitulatifs montrent que l’on peut diviser le mois de décembre 1796 en quatre périodes, du point de vue de l’impact qu’a pu avoir le temps sur les mouvements de la flotte française.

5Les voici :

61-16 décembre : à Brest, préparatifs, plans et finalement départ de la flotte française.

717-20 décembre : dispersion de la flotte, qui ne progresse dans les eaux côtières irlandaises qu’avec une extrême lenteur.

821-27 décembre : tentative de débarquement à Bantry Bay.

927 décembre-2 janvier 1797 : échec du second rendez-vous.

Chronologie synoptique des conditions météorologiques en décembre 1796

1-16 décembre

  • 8 P.K. Rohan, The Climate of Ireland, Dublin, 1975.
  • 9 E.H. Jenkins, A History of the French Navy, MacDonald and Jane’s, 1973.

10Pendant la première partie du mois, les vents dominants venaient de l’est. Ils étaient causés par les hautes pressions situées au nord et au nord-est de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, et par la présence d’une zone de basses pressions à l’ouest du golfe de Gascogne (fig. 1). À Armagh, la pression atmosphérique était supérieure à 30 pouces de mercure (76,20 millibars, soit 1 016 hectopascals) du 8 au 16 décembre, et même, au cours de la première semaine du mois, la pression ne fut sensiblement plus basse que pendant trois jours. En conséquence, la zone de haute pression s’étendit considérablement vers le sud, bien plus loin qu’il n’est habituel, en décembre, à notre époque8, et elle causa des vents d’est persistants pendant la première moitié du mois. Si la flotte française avait été assurée de sa supériorité sur la flotte britannique, ces conditions de pression et de vent auraient permis de lancer l’expédition, et d’atteindre l’Irlande. Cependant, ce n’était pas le cas. Les Français ne doutaient pas de perdre dans un affrontement direct avec les Anglais. On a avancé l’hypothèse que, en France, la politique navale traditionnelle avait accumulé les négligences au point de faire de la marine française un instrument de second ordre. Ceci signifiait que, pour débarquer sur les côtes irlandaises avec succès, il fallait que l’expédition évite la flotte anglaise9.

  • 10 ADM 1 / 613, Kingsmill à l’Amirauté, 12 et 13 décembre 1796 (ADM : lettres internes à l’Amirauté, (...)
  • 11 ADM 1 / 614, Kingsmill à l’Amirauté, 2 et 3 janvier 1797.

11Quand Wolfe Tone rejoignit la flotte à Brest et embarqua sur l’Indomptable, il apprit que vingt-six navires anglais, vaisseaux de ligne et frégates, étaient juste au large d’Ushant (Ouessant) depuis dix semaines. Derrière cette ligne de défense, l’Amiral Kingsmill, à Cork, déployait le HMS Kangaroo, le HMS Hazard, et le HMS Diana qui patrouillaient entre Lundy et Cape Clear, et le long de la côte ouest de l’Irlande10. Kingsmill ne se préoccupait pas seulement de protéger la côte irlandaise d’une invasion éventuelle, mais aussi de maintenir la sécurité des lignes commerciales entre les Antilles et Cork, et entre Cork et Lisbonne. Même en période d’extrême tension internationale, les corsaires s’attaquaient aux navires marchands. L’un d’eux, la Musette, fut capturé par le HMS Hazard et fut conduit à Cork pendant cette période11.

Fig.1 – 15 décembre 1796

12La stratégie que Tone proposait pour éviter le blocus dépendait des conditions météorologiques. Il fallait un fort vent de nord-est pour pousser la flotte anglaise vers l’ouest, et permettre à trois ou quatre des navires français les plus rapides de quitter Brest à la faveur de la nuit avec environ deux mille hommes. Ce groupe ferait force de voile vers le nord de l’Irlande, pour y soutenir un soulèvement imminent. Tone pensait qu’ensuite la flotte anglaise se retirerait et se redéploierait pour faire face à la menace dans le nord. Ceci laisserait la voie libre pour le débarquement principal dans le sud, et placerait ainsi les forces anglaises entre deux feux, ce qui, d’après Wolfe Tone, serait décisif (fig. 2). Pour diverses raisons cette stratégie ne fut pas retenue.

13L’unique alternative qui, selon Wolfe Tone, aurait quelque chance de succès, dépendait également de conditions favorables. Des vents d’ouest ne feraient qu’enfermer l’expédition dans le port de Brest, donner aux troupes le mal de mer, et entamer les réserves de vivres. Par contre, une tempête venue de l’ouest pendant deux ou trois jours ferait remonter la flotte anglaise dans la Manche à l’est, laissant le champ libre à la flotte française entière, avant que la flotte anglaise ne reprenne le blocus. Certes Tone préférait le plan fondé sur un vent de nord-est, mais une fois celui-ci écarté, le plan du vent d’ouest lui parut offrir la seule alternative viable. Donc, la plupart des options dépendaient de la météorologie.

16-20 décembre

14L’attente prit fin le 16 décembre. Mais, à ce stade, aucun changement de temps notable n’eut lieu. Le vent venait toujours de l’est, ce qui était favorable à la traversée. Par ailleurs, pour ce qui est du temps, la plupart des Français semblent avoir estimé qu’on pouvait s’en remettre au hasard. Quoi qu’il en soit, la flotte avait été renforcée quelques jours auparavant, et elle avait désormais atteint sa force maximale. L’attente avait déjà commencé à entamer les réserves, et il était donc évident qu’attendre plus longtemps ne servirait pas à grand-chose. Le vice-amiral Morard de Galles ordonna de quitter le port par le sud, en empruntant le raz de Seine, étroit et dangereux, au lieu de passer par la mer d’Iroise. Celle-ci s’ouvrait directement sur l’Atlantique, mais elle était également située beaucoup plus près de la flotte anglaise, qui bloquait le passage au nord d’Ouessant. Pour plus de précaution, la manœuvre s’opéra pendant la nuit. Résultat : elle divisa la flotte française.

Fig. 2 – Le plan de Wolfe Tone

15L’Indomptable, avec à son bord W. Tone et le capitaine Bedout, fut l’un des douze vaisseaux qui réussirent à passer le raz (avec beaucoup de difficultés cependant). Parmi ceux-ci il y avait également l’Immortalité, sur lequel se trouvaient le contre-amiral Bouvet et le général Grouchy. Tone relate que ce chiffre fut porté à dix-huit le lendemain.

  • 12 P.B. Bradley, Bantry Bay : Ireland in the Days of Napoleon and Wolfe Tone, Londres, Williams and N (...)

16Sur le vaisseau-amiral la Fraternité se trouvaient le vice-amiral Morard de Galles et tous les autres chefs de l’expédition. À la dernière minute, Morard de Galles estima trop risqué le passage par le raz, parce que, d’après son pilote, un léger changement de direction du vent, d’est à sud-est, obligerait les navires à louvoyer12. Par signaux, il ordonna donc de quitter le port par le chenal principal. En grand désordre, certains vaisseaux purent le suivre, mais ils furent pris en chasse par les Anglais. La Fraternité fut endommagée et dut s’engager loin dans l’océan Atlantique pour échapper à ses poursuivants.

17La majeure partie de la flotte se trouvait donc avec Tone, Bedout, Bouvet et Grouchy, et pour eux, la journée du 17 décembre fut bonne. Le temps était clément, et il permit à certains de ceux qui avaient été dispersés de se regrouper, en faisant route ouest-nord-ouest, sous vent arrière favorable.

18Mais c’est alors que le temps changea. Les archives montrent qu’un front dépressionnaire avançait lentement du sud-ouest et venait supplanter les vents d’est qui avaient persisté si longtemps. Les pressions enregistrées à Armagh indiquent une baisse des hautes pressions qui avaient dominé longtemps. Cette dépression apportait de l’air tropical humide en provenance des Açores. À mesure que ce dernier se refroidissait dans sa progression vers le nord-est entre 40 et 50 degrés de latitude, il s’accompagnait de brumes et d’épais brouillards. Ceux-ci enveloppèrent à la fois les flottes française et anglaise pendant la nuit du 17 et toute la journée du 18 (fig. 3). Ils étaient parfois si épais qu’on ne pouvait voir le bout du navire. Tandis qu’ils procuraient ainsi aux Français un manteau d’invisibilité, ils empêchaient également ceux qui étaient encore dispersés de se regrouper. De surcroît, le vent était faible, si bien que la progression vers l’Irlande était lente.

Fig.3 – 18 décembre 1796

19Il y avait d’importants contrastes sur des distances relativement courtes. La frontière significative semble avoir été située par 50 degrés de latitude nord. Le brouillard persista sur l’Atlantique aux abords de l’Irlande au sud de cette latitude, là où était déployée la majeure partie de la flotte anglaise. Mais au nord de cette ligne, et tout au long de la côte irlandaise, le temps était clair. À cet endroit, précédant de loin le front de vents tièdes qui avançait lentement, il y avait encore des vents d’est assez forts. Les seuls navires anglais dans cette partie de la mer étaient le HMS Magnanimous dans le port de Cork, le HMS Diana qui patrouillait au large de Bear Haven, et le HMS Kangaroo au large de Ventry. L’essentiel de la flotte anglaise, posté de façon à intercepter les navires français, avançait à l’aveuglette dans le brouillard – inconvénient bien plus grand pour eux que pour les Français.

20Ceux-ci ne comprirent pas l’avantage que leur donnait le brouillard. Ils le traversèrent – pourtant une brume persistait encore –, et en émergèrent tandis que la flotte anglaise restait immobilisée derrière eux. Le vent aussi leur était très favorable, car il venait de l’est et n’était pas très fort. Il permit sans aucun doute à un certain nombre de navires de rejoindre le gros de la flotte, à mesure qu’ils émergeaient du brouillard. Résultat : la flotte était presque au complet au soir du 20 décembre.

21Les basses pressions ne se déplacèrent que lentement au cours des deux jours suivants. La position du brouillard variait peu : il tendait à se déplacer vers l’est, traversant le sud de l’Angleterre et la mer du Nord. En même temps, un front froid qui avançait dans son sillage amena de l’air plus frais et des vents qui virèrent au nord-est. Donc, l’après-midi du 19 décembre, tandis que les Français achevaient leur progression vers Mizen Head, ils s’aperçurent que le vent prenait de la force et se transformait en vent debout plus qu’en vent arrière. Ces conditions, qui correspondaient au moment de leur arrivée, auraient été favorables pour entrer dans la baie de Bantry. Mais comme la Fraternité, avec à son bord le commandant en chef et l’amiral, manquait toujours à l’appel, les instructions données dans cette éventualité furent suivies à la lettre. Elles stipulaient que les navires attendent cinq jours au large de Mizen Head pour voir s’il était possible de reprendre le contact.

21-27 décembre

22Le front froid passa vite au-dessus du sud de l’Irlande et de la Grande-Bretagne, et le 21 décembre, la pression atmosphérique se mit à remonter. Elle ramena donc des vents d’est sur la côte sud ; tandis que sur le nord de l’Irlande et de la Grande-Bretagne le vent soufflait encore de l’ouest (comme l’indiquent les observations faites à Armagh et Édimbourg). Au début, les vents furent légers et parfois même variables, à cause des faibles différences de pression.

23L’expédition française attendait toujours. Elle se trouvait maintenant à moins de 16 kilomètres de la côte. L’air froid polaire était limpide, comme de coutume, et W. Tone note dans son journal qu’il voit des plaques de neige sur les montagnes. Mais la limpidité de l’air permettait également de voir la flotte depuis la côte. Tone avait toujours craint qu’on ne les repère trop vite, ce qui donnerait aux forces de défense tout le temps nécessaire pour leurs préparatifs. Au début de la matinée du 21 décembre, M. White, de Seafield House (maintenant Bantry House), repéra la flotte. Il en avertit l’amiral Kingsmill à Cork.

24La neige observée par Tone devait être fraîche, venant des fronts nuageux qui étaient passés récemment. Vraisemblablement la neige était largement tombée sur l’Irlande, puisqu’on en a aussi consigné la présence à Armagh. Aurait-elle sérieusement empêché les militaires de réagir rapidement à un débarquement ? Cela reste difficile à dire. La neige devait encore tomber plus tard, donc elle aurait pu poser, entre autres, des problèmes de mobilité sur la terre ferme. Mais les Français ne songeaient pas à débarquer dans l’immédiat. La flotte continuait à attendre au large de la baie de Bantry, tantôt soumise au vent, tantôt lui résistant.

25Une autre avancée de basse pression venue du sud-ouest amena des vents beaucoup plus forts. Ce fut la première des trois dépressions qui survinrent après le 21 décembre, et qui eurent une influence décisive sur le cours final des événements. Elle progressait vers le nord, bloquée par des pressions relativement hautes qui la faisaient dévier vers l’est, suivant un tracé beaucoup plus méridional que celui des tempêtes de nos hivers actuels. La partie nord de cette dépression s’accompagnait de vents d’est, et ces derniers menaçaient maintenant les Français. Tandis que, le 22 décembre, le temps commençait à changer, Bouvet et Grouchy, désormais chefs de l’expédition, décidèrent de remonter la baie de Bantry pour débarquer sans plus attendre. Cependant, les vents d’est se mirent à souffler en tempête. Cette tempête prit une telle force qu’il fut bien difficile de remonter la baie, ce à quoi personne ne s’attendait. Tone raconte :

Nous louvoyons depuis 8 heures du matin et je suis persuadé que nous n’avons pas progressé de cent mètres ; nous avons vent debout et la flotte est dispersée… A six heures et demie, avons jeté l’ancre au large de l’île de Bear, à quatre lieues de l’endroit prévu pour notre débarquement.

26La tempête continua à faire rage pendant la nuit du 22 au 23 décembre, et la neige tomba encore sur les montagnes. La neige devait être à basse altitude, puisque, selon Tone, les Français devraient y bivouaquer. Mais la conséquence majeure fut une dispersion encore plus grande de la flotte française. Seize vaisseaux, dont l’Immortalité de Bouvet et Grouchy, faisaient front à la tempête au mouillage, tandis que vingt autres avaient été rejetés en pleine mer. À cause de la tempête il fut impossible de placer une frégate à l’entrée de la baie, stratégie habituellement employée pour avertir de l’arrivée de navires ennemis.

27Le 23 décembre, à Cork, on n’était pas encore sûr de l’identité de la flotte qui mouillait au large de la baie de Bantry. Le rapport de M. White reçut un accueil sceptique. Kingsmill l’envoya au siège de l’Amirauté à Londres, mais avec une lettre d’accompagnement où figurait ce commentaire :

  • 13 ADM 1 / 613, Kingsmill à l’Amirauté, 23 décembre 1796.

Je n’ajoute pas foi au contenu de ce rapport – je pense plutôt qu’il s’agit du convoi de Lisbonne ou de Québec. Cependant, pour faire toute la lumière, j’ai immédiatement envoyé le lieutenant Pulling sur le Foxcutter à Mizen Head – et je pense qu’il sera de retour dans la matinée13.

  • 14 ADM 1 / 613, Kingsmill à l’Amirauté, 26 décembre 1285 (sic).

28À première vue, cette opinion de Kingsmill peut surprendre. Mais pendant tout le mois de décembre, les rapports signalant la présence de flottes d’invasion françaises avaient été légion, le tout en pure perte. Le 8 décembre par exemple, un groupe de vaisseaux qui n’avaient pas répondu aux signaux avait suscité beaucoup d’émotion. Et puis ils s’étaient perdus dans la brume. Il fallait s’attendre à ce genre de fausse alerte parce que des convois de navires marchands passaient régulièrement au large, et la visibilité était souvent mauvaise. À vrai dire, à ce moment précis, Kingsmill attendait, en provenance de Sainte-Hélène, un important convoi de navires appartenant à la Compagnie des Indes orientales, dont il était chargé d’assurer la protection14.

29Il ne faudrait pas oublier que ces tempêtes mettaient également en danger la flotte anglaise. Dans la mesure où elles l’empêchaient de localiser les Français, ces derniers avaient de la chance. Au sud des côtes irlandaises, le HMS Kangaroo affrontait de forts vents d’est. Il était parti de Ventry en direction du sud et avait repéré la flotte française à l’embouchure de la baie de Bantry. Il réussit à atteindre Crookhaven pour y déposer des dépêches le 23 décembre, expédiées à Cork en toute hâte. Plus loin de la côte sud, le HMS Polyphemus se dirigeait cahin-caha vers Cork avec un hunier déchiré, tandis que le HMS Diana se trouvait à michemin entre Crookhaven et le cap Old Head of Kinsale, essayant de rallier le havre de Cork. La tempête était particulièrement violente sur la mer au sud de l’Irlande. Plus à l’est dans la Manche on ne signale aucune tempête les 22 et 23 décembre. Mais il tomba encore beaucoup plus de neige à l’est sur la Manche. Là, toujours des vents d’est, mais beaucoup moins forts.

30Cependant, ce qui allait devenir une série de tempêtes d’est n’avait pas encore atteint son paroxysme. Le matin du 24 décembre, dans la baie de Bantry, se tint un conseil de guerre sur l’Immortalité. On avait certes pu aller d’un navire à l’autre à la rame, mais le vent debout venant de l’est était encore assez fort pour empêcher les navires d’avancer dans la baie de façon significative. Tone raconte :

Cet infernal vent d’est continue à souffler sans remords, et bien que nous soyons partis depuis trois ou quatre heures, et que nous ayons tiré au moins trois cents bordées, il ne me semble pas que nous ayons avancé de cent mètres. Une heure et demie de vent favorable nous mènerait dans la baie, et il nous faudra peut-être encore deux jours.

31Ce sentiment de frustration devait durer tout le jour et Tone l’exprime avec esprit :

Avons jeté l’ancre à six heures et gagné au moins cinquante mètres, je pense, je n’exagère rien. Nous progressons avec une rapidité vraiment surprenante si l’on considère qu’il ne nous a guère fallu plus de huit heures pour couvrir cette distance, et de plus, une petite brise rafraîchissante nous arrive de l’est, ce qui est proprement délicieux.

  • 15 ADM 1 / 613, Pulling à Kingsmill, 25 décembre 1797.

32Le lieutenant Pulling était arrivé à Bantry à trois heures de l’après-midi, le 24 décembre, et il observa ce qu’il put de la flotte jusqu’au coucher du soleil. La brume épaisse provoquée par le temps rendait particulièrement difficile l’identification des vaisseaux dans la baie. Une mauvaise visibilité devait être un handicap pour les deux parties au cours des événements qui suivirent. La flotte française sous-estima les incertitudes qu’elle causait sur la terre ferme. À une distance de 44 kilomètres, Pulling ne put voir à la longue-vue ni drapeaux ni pavillons, et put seulement conclure avec certitude que les trois vaisseaux les plus visibles « n’étaient pas de fabrication anglaise ». Sans exclure l’éventualité que la flotte pût appartenir à un ennemi, il avait la certitude que le mauvais temps ne lui permettrait pas de remonter plus avant dans la baie15. Il est clair qu’à ce stade, la flotte était encore peu avancée, toujours au large de Bear Haven, ce qui confirme les notes de Tone sur la lenteur de leur progression.

33Le vent s’apaisa un peu au cours de la journée, tandis que la dépression qui avait provoqué les tempêtes s’éloignait. Cette accalmie s’étendit assez loin, si bien que le HMS Polyphemus, à 94 kilomètres au sud-est de l’île de Dursey, nota des vents plus modérés, que le HMS Diana au large de Crook-haven parla de « vents frais » (ce qui permit au pilote de sortir de Crook-haven pour faire passer la nouvelle que les Français se trouvaient dans la baie de Bantry : conditions identiques à celles mentionnées par le HMS Magnanimous et le HMS Penguin dans le port de Cork. Ce changement raviva l’espoir que Tone caressait de pouvoir débarquer le lendemain. À cause de l’obscurité, rien ne fut tenté pour profiter immédiatement de cette amélioration.

34Mais ce répit fut de très courte durée. La seconde des trois dépressions importantes s’approchait maintenant de l’Irlande, venant du sud-ouest (fig. 4). Celle-ci aussi soufflait en fortes rafales, et suivait le même parcours que la précédente, causant des violentes bourrasques de sud-est et d’est sur la même zone. Ces vents se déchaînèrent aux premières heures de la matinée du 25 décembre, et Tone écrit : « il est absolument impossible de remonter la baie jusqu’au lieu de débarquement. » Les rafales continuèrent tout le jour. Les vents étaient vraisemblablement plus forts puisqu’il était impossible de communiquer par canot à rames. Tone note :

Il nous est impossible de communiquer avec le général et l’amiral, qui sont sur l’Immortalité, à presque deux lieues devant nous, et le vent est maintenant si fort et si violent, et la mer tellement mauvaise, qu’aucun canot ne peut quitter notre bord, donc toute communication est coupée.

  • 16 E.H. Jenkins, A History of the French Navy.

35Le 25 décembre, à la tombée de la nuit, l’Indomptable jeta deux ancres pour se maintenir en position, étant donné la tempête qui faisait rage. À 18 heures 30, il fut surpris par l’apparition soudaine de l’Immortalité, qui lui intima l’ordre de couper les amarres et de prendre la mer, avant de disparaître dans la nuit avec le vent en poupe. Vu la violence de la tempête et l’obscurité, l’Indomptable décida dattendre que ces ordres surprenants lui soient confirmés le matin. Une fois encore, le manque de communication dû aux conditions atmosphériques empêcha toute action décisive. L’amiral Bouvet avait décidé de quitter la baie de peur que la tempête ne détruise la flotte. Certains navires avaient déjà été poussés au large, d’autres avaient du mal à maintenir leur position dans la baie, les ancres chassaient, et, plus grave encore, la nourriture commençait à manquer sérieusement16.

Fig.4 – 25 décembre 1796

  • 17 ADM 1 / 284, Kingsmill à l’Amirauté, 25 décembre 1796.
  • 18 ADM 1 / 285, 288, l 287, Kingsmill à l’Amirauté, 26 décembre 1796.

36De son côté, à Cork, le 25 décembre, l’amiral Kingsmill avait changé d’avis. Il était désormais convaincu d’avoir affaire à une flotte d’invasion française. Les rapports qui arrivaient ne lui laissaient aucun doute. Les nouvelles du HMS Kangaroo lui étaient parvenues via Crookhaven, tandis que d’autres rapports, ceux de M. Bailey, chirurgien à Bear Haven, et de M. White, associés aux observations faites par le lieutenant Pulling, aboutissaient à la même conclusion17. Mais Kingsmill semble avoir davantage craint la menace que représentaient la tempête et l’ennemi pour les convois attendus à Cork que l’éventualité d’un débarquement français18.

37Pour ceux qui étaient encore au mouillage dans la baie, le 26 décembre n’apporta aucune amélioration… Et même, il y avait un autre problème. Avec les bourrasques qui persistaient, le brouillard devenait un élément d’incertitude supplémentaire, et Tone écrit : « Le brouillard est si épais qu’on ne peut voir l’autre bout du bateau. » Ce phénomène semble avoir été plutôt local. Le HMS Polyphemus, au large de la côte ouest, et le HMS Diana, au large de Crookhaven, ne mentionnent qu’une légère brume. Dans le port de Cork, il n’y avait ni brume ni brouillard. Cependant, le brouillard n’aurait pas duré bien longtemps dans la baie, puisque, au cours de la journée, ceux de l’Indomptable savaient très bien ce qui arrivait aux autres navires mouillés dans la baie. Ces derniers y étaient aussi restés pour attendre la fin de la tempête, et Tone les nomme « notre petite escadre ». Et puis, il y eut d’autres abandons : la Révolution coupa les amarres pour reprendre la mer, suivie, au cours de la nuit, du Patriote, du Pluton, du Nicomède, si bien qu’au matin du 27 décembre, la flotte se réduisait à huit navires.

38Le matin du 26 décembre, Tone fut convaincu de l’inutilité de poursuivre cette tentative plus longtemps. L’amiral et le général, à bord de l’Immortalité, faisaient probablement voile vers la France. Dans les navires restants, on se rendait également compte du temps passé dans la baie sans pouvoir débarquer, ce qui avait fait perdre l’avantage de la surprise. Débarquer en baie de Bantry leur semblait désormais impossible. Néanmoins, ce sont les intempéries qui, selon Tone, avaient forcé la flotte à renoncer aux solutions qu’il avait proposées, exception faite de la retraite. Il écrit :

En dépit de toutes nos erreurs, c’est cette tempête épouvantable, avec de furieux vents d’est qui soufflent sans relâche depuis que nous avons atteint la baie de Bantry, qui a fait échouer notre projet.

39Le matin du 27 décembre, ils pensèrent qu’il était plus prudent de faire sortir ce qui restait de la flotte de la baie de Bantry. Tone voulait adopter une autre stratégie plutôt que d’abandonner. Les officiers supérieurs profitèrent de l’amélioration du temps pour quitter leur navire et tenir conseil de guerre. Ils décidèrent à l’unanimité de quitter la baie et de se diriger vers le Shannon, où ils espéraient pouvoir regrouper certains éléments de la flotte dispersée, pour enfin réussir à débarquer. Tandis que la dépression s’éloignait, le vent vira au sud, ce qui favorisait cette nouvelle stratégie. Les dix derniers navires, parmi lesquels on comptait sept frégates, quittèrent la baie et se dirigèrent vers la haute mer.

27 décembre – 2 janvier

40Les conditions météorologiques allaient intervenir de façon décisive sur les destinées de l’expédition. C’est le temps qu’il fit à la sortie de la baie de Bantry qui devait détruire tout espoir d’un autre débarquement. Chaque tempête rencontrée avait été plus violente que la précédente. La troisième dépression de la série commencée le 21 décembre provoqua la tempête la plus violente de tout le mois. Celle-ci se produisit dans la nuit du 27 au 28 décembre et causa le seul commentaire sur un éventuel changement de temps de la part de Tone. Vers la fin de la journée, tandis que l’Indomptable manœuvrait pour sortir de la baie, il fit observer que « tout indiquait que la nuit serait agitée », et ceci hâta les préparatifs pour sortir de la baie, loin des dangers de la ligne côtière.

  • 19 F.H. Tuckey, Cork Remembrancer [1837], Cork, 1980.
  • 20 ADM 1 / l 287, Olphinstow à Kingsmill, Kingsmill à l’Amirauté, 30 décembre 1796.

41La tempête fut plus forte que prévu. Ce fut un « ouragan dans toute sa splendeur », avec une mer particulièrement mauvaise, qui endommagea sérieusement l’Indomptable, et faillit le couler. Cette tempête causa beaucoup de dégâts dans le sud-est. Par exemple, on rapporte qu’à Cork, trois vaisseaux rompirent leurs amarres et furent violemment projetés contre Patrick’s Bridge19. Mais le vent se calma, et le groupe de bateaux où se trouvait Tone put atteindre le point de rendez-vous au large de l’estuaire du Shannon, et attendre d’être rejoint par les autres. Certains n’avaient pas eu cette chance. L’Impatient en particulier était échoué au large de Crookhaven. Les quelques survivants qui réussirent à atteindre la côte pensaient que la flotte s’était dispersée, et firent état du mécontentement qui régnait parmi les membres de l’équipage, et de rations insuffisantes dès le début de l’expédition20.

42La dépression qui avait causé cette tempête épouvantable le 28 décembre s’était déplacée vers le nord à vive allure, pour atteindre le nord de l’Irlande le 29 (fig. 5). Bien qu’à ce moment les vents se soient calmés au large de la côte sud-ouest, et qu’ils aient pris une orientation ouest-sud-ouest, ils étaient encore forts et continuaient à être variables. D’autres dépressions provoquèrent des vents en tempête, et des changements d’orientation : du nord-est (qui favoriserait le retour en France), ils passèrent au sud-ouest, tandis que les dépressions traversaient l’Irlande, jusqu’au 1er janvier, date à laquelle le temps s’améliorera.

  • 21 ADM 1 / 614, Kingsmill à l’Amirauté, 3 janvier 1797.

43Mais avant même leur arrivée, Tone avait décidé que tout était consommé. Le 29 décembre, à 4 heures du matin, la décision fut prise de faire voile vers la France. En raison des retards dus au mauvais temps il restait à peine assez de vivres pour nourrir tout le monde jusqu’au retour en France. Ce qui n’empêcha pas les Français de profiter de certaines occasions pendant le voyage de retour. Au large des côtes d’Irlande, l’Indomptable coula un navire marchand qui allait de Lisbonne à Cork. Mais ce fut la dernière opération à laquelle Tone participa. D’autres rencontres furent moins belliqueuses. Un navire de 74 canons, avec 2 000 hommes à bord, rencontra le Winchester Trumper, venant de Gibraltar, à 139 kilomètres de Cape Clear. Mais à bord du vaisseau français on ne songeait qu’à pomper l’eau de la cale et à connaître sa position. D’autres navires marchands appartenant aux convois qui venaient de Lisbonne et de Québec, eux-mêmes dispersés par la tempête, rencontrèrent les restes de la flotte française au large de Cape Clear et Mizen Head… Mais ils échappèrent aux Français, grâce au mauvais temps, qui leur évita l’abordage21.

  • 22 ADM 1 / l 287, Kingsmill à l’Amirauté, 31 décembre 1796.
  • 23 ADM 1 / 614, lieutenant Gerard Gribbon à l’amiral Kingsmill, 1, 2 et 3 janvier 1797.
  • 24 ADM 1 / 614, Kingsmill à l’Amirauté, 5 janvier 1797.

44Tandis que Tone faisait voile vers la France, il y eut d’autres arrivées dans la baie de Bantry. Dans la soirée du 30 décembre, cinq navires qui avaient appartenu à la flotte d’origine – Kingsmill ne pensait pas les avoir observés auparavant – arrivèrent en espérant encore rejoindre le reste de la flotte22. Le lendemain, d’autres les rejoignirent, et, à terre, les précautions nécessaires furent prises pour le cas improbable où des assaillant si faibles tenteraient un débarquement à partir de leur point d’ancrage, au large de l’île de Whiddy. Mais ils partirent à 3 heures de l’après-midi, le 2 janvier, sabordant la Surveillante, tandis que les neuf autres navires qui s’étaient rassemblés profitaient d’un vent sud-est pour s’éloigner ; mais il ne quittèrent pas vraiment la baie avant le 4 janvier23. La Fraternité, avec Morard de Galles, Hoche et Briux à bord, ne parvint jamais dans la baie. Ayant évité les Anglais en se dirigeant vers l’ouest, elle fit voile vers la baie de Bantry et rencontra la Révolution, sérieusement endommagée, qui sauvait des hommes du Scévola en perdition, et apprit ce qui était arrivé à l’expédition. Des vents de sud-est persistants et une mauvaise visibilité empêchèrent l’escadre de Cork de les poursuivre, car elle ne put quitter le port que le 4 janvier24.

Fig.5 – 28 décembre 1796

  • 25 ADM 1 / 614, capitaine Herbert à l’amiral Kingsmill, 3 janvier 1797.

45Il y eut également des arrivées tardives au rendez-vous sur le Shannon, où étaient parvenus deux navires de la flotte. Mais ils conclurent, avec raison, que ceux qui avaient essuyé la tempête du 29 décembre avaient renoncé à débarquer, et ils partirent le 2 janvier25.

Dans quelle mesure le temps était-il exceptionnel en décembre 1796 ?

46Si les tempêtes de 1796 avaient été exceptionnelles, peu conformes à ce que l’on était en droit d’attendre, on peut comprendre que les Français n’aient pu prendre les mesures nécessaires, ni, le cas échéant, résister à un temps exécrable. On peut aussi proposer un autre scénario : peut-être ont-ils subi passivement des tempêtes qui s’inscrivaient dans le régime normal des saisons, et peut-être n’ont-ils pas pu, ou pas voulu, apprécier à leur juste valeur les menaces et les chances que ces intempéries présentaient ; bref, ils auraient été incapables de saisir leur avantage au moment opportun.

47Les documents dont nous disposons ne poussent guère à conclure que le temps était exceptionnel. Aucune des sources consultées ne suggère que les tempêtes de l’est méritaient d’être décrites comme « les pires que l’on ait pu voir de mémoire d’homme », ou en termes similaires, souvent employés dans les rapports de l’époque en tels cas. Ni Tone, ni les dépêches militaires, ni la correspondance locale, ni les calendriers plus tardifs ne fournissent ce genre de preuve. Ceci, c’est l’argument du silence. Il devient plus convaincant encore si on le compare aux stratégies fondées sur la météorologie que Tone avait proposées à Brest, dès le début de l’expédition. L’une d’entre elles proposait de profiter de l’occasion qu’offrirait un fort vent de nord-est. Ceci laisse entendre qu’on pouvait raisonnablement s’attendre à ce type de tempête ; en effet, quelle autre raison aurait pu avoir Tone pour envisager cette idée et inquiéter les autres avec cette éventualité ?

  • 26 J. Kington, The Weather Journals of a Rutland Squire…

48Si Tone s’attendait à des tempêtes de nord-est, ceci correspond à la réalité qui émerge progressivement de certains aspects de la météorologie du xviiie siècle. Des études détaillées sur les conditions météorologiques quotidiennes des années 1780 montrent que la fréquence des vents d’est était bien supérieure à celle d’aujourd’hui, et qu’elle représentait un facteur significatif dans le schéma du temps, en particulier à certaines époques de l’année. C’est au mois de décembre que ce phénomène était le plus fréquent : pendant le mois de décembre des années 1780-1785, les vents d’est l’emportèrent sur les vents d’ouest26. Évidemment, ceci n’a peut-être pas duré, car des statistiques opérées sur le long terme montrent que les vents d’ouest étaient encore importants. Si pour Tone et d’autres Irlandais, l’idée qu’ils se faisaient du temps à venir dépendait de leur expérience passée, ils avaient raison de s’attendre à des vents d’est en décembre. Ce fut presque certainement le cas pour Tone.

  • 27 H.H. Lamb, Climate, History and the Modern World, Londres, 1982.
  • 28 G. Manley, « Central England Temperatures : Monthly Means 1659 to 1973 », Quarterly Journal of the (...)

49Ces conditions météorologiques sont désormais associées à la « petite période glaciaire » qui, entre autres caractéristiques, fut marquée par des hivers rudes27. Certains hivers des années 1790 comptent parmi les plus froids jamais enregistrés. Le mois de janvier le plus froid, d’après le registre des températures du centre de l’Angleterre, fut celui de 1795, tandis que les mois de décembre 1796 et 1797 furent les mois de décembre les plus froids – celui de 1791 les suit de près28. Pourtant, les températures n’ont pas eu une influence déterminante sur les événements qui se sont déroulés en Irlande. Cependant, si l’expédition avait réussi à débarquer, il est probable quelles auraient été décisives : les troupes, déjà atteintes du mal de mer, épuisées et mal nourries, auraient dû bivouaquer dans la neige et se déplacer dans des conditions très difficiles.

Météorologie, conséquences politiques et occasions manquées

50Dans cette étude du rôle du temps, il serait extrêmement simpliste d’être déterministe. Le temps ne peut dicter les actions humaines. Et le fatalisme qui découle du déterminisme ne semble pas convenir à l’analyse des événements de 1796, un fatalisme qui signifierait que, quoique fassent les acteurs de cette tragédie, l’issue en était courue d’avance. En ce qui concerne cette expédition, ce n’est visiblement pas le cas. Des décisions furent prises qui affectèrent profondément le cours des événements.

51Cependant, les difficultés rencontrées pour déterminer le rôle joué par chacun des nombreux facteurs qui contribuèrent à l’issue des événements a entraîné une autre interprétation tout aussi simpliste. Elle consiste à considérer le temps et le climat comme toile de fond des événements. Elle est fondée sur le traitement du temps et du climat comme des moyennes, et cela par les statistiques globales. Celles-ci font du climat une condition relativement constante de l’atmosphère. Exprimé en ces termes, il est difficile de considérer le temps comme un facteur dynamique dans les événements qui façonnent l’issue des activités politiques et sociales. Pour étudier le temps comme élément dynamique, il faut que le schéma des conditions météorologiques corresponde avec le schéma du temps dans lequel s’inscrivent à la fois certains actes politiques et sociaux, et leurs résultats. Dans ce cas, on voit que les conditions météorologiques jouent un rôle actif dans le déroulement de l’histoire.

52Cette étude se préoccupe d’un laps de temps très court. Des événements météorologiques particuliers ponctuels peuvent jouer un rôle décisif dans des situations historiques déterminantes. En faire le fruit du hasard, c’est sous-estimer l’importance de la variabilité comme caractéristique essentielle du climat. Ces événements météorologiques peuvent créer des occasions, saisies ou perdues, c’est selon. En pareil cas, ces occasions peuvent renforcer les avantages significatifs d’une force militaire ou politique de toute façon supérieure.

53L’expédition française eut ces occasions à plusieurs reprises en décembre 1796. La plus importante eut lieu entre le 18 et le 21 décembre, quand, lors de la traversée de la mer celtique, l’épais brouillard maritime fournit un manteau d’invisibilité à la majeure partie de la flotte française ; celui-ci compensait largement le manque de contact entre les vaisseaux. La position relativement stationnaire et défensive des navires anglais en patrouille les maintenait dans la zone enveloppée d’un épais brouillard : par contre, une fois franchi le front dépressionnaire associé au brouillard, les Français purent se rassembler sans encombre au large de la côte sud de l’Irlande, par un temps clair et relativement favorable. Les vents en particulier étaient favorables, puisqu’ils venaient d’abord de l’est, poussant les navires au large de Mizen Head, puis du nord-ouest, pour les aider à entrer dans la baie de Bantry. Mais quand enfin les chefs de l’expédition se décidèrent à négliger les ordres donnés pour le cas où ils se trouveraient séparés du vaisseau amiral, le moment était passé. Une autre occasion se présenta peut-être le 24 décembre, quand les bourrasques venues de l’est s’apaisèrent brièvement. Les vaisseaux auraient peut-être pu remonter la baie à ce moment-là. Mais la tombée de la nuit leur fit remettre l’action au lendemain, jour du début des tempêtes de l’est. Non seulement le temps créa des occasions, mais il agit directement en limitant le nombre de choix offerts à l’expédition. Dans la plupart des situations, un certain nombre d’options s’offrent en fonction du temps. Mais à partir du 21 décembre, quand les tempêtes se succédèrent durablement (ce que Tone lui-même avait souhaité à Brest !), le choix d’actions possibles ne cessa de diminuer. En définitive, la nécessité impérieuse d’interrompre l’expédition s’imposa, le temps ayant éliminé toutes les options favorables.

54À tous les stades de l’expédition le temps fut un facteur déterminant. Cependant il ne joua pas un rôle directement, dans la mesure où il ne dicta pas les événements, ni leur issue. Mais son impact transparaît dans les diverses occasions qu’il créa, associées aux attentes et aux perceptions de ceux qui étaient impliqués dans les prises de décision stratégiques. Bien que le temps ait été le plus souvent traité comme une variable imprévisible, Wolfe Tone essaya sérieusement de l’inclure dans les diverses stratégies possibles pour compenser les déficiences de l’expédition. Il eut sans doute plus conscience que les autres des occasions offertes, mais le respect d’une discipline militaire rigide rendit difficile une réaction adaptée. En définitive la succession des événements météorologiques réduisit le nombre d’options qui s’offraient aux Français. Wolfe Tone soutint toutes les options qu’il considérait comme ouvertes, mais admit en fin de compte qu’il était battu par le mauvais temps. Une analyse détaillée montre qu’en termes d’influence du temps, l’expédition en baie de Bantry doit être considérée comme une des plus significatives dans l’histoire militaire de l’Europe.

55Remerciements :

56L’Observatoire d’Armagh a eu l’amabilité de mettre à notre disposition les données météorologiques quotidiennes pour décembre 1796 et janvier 1797.

57Les cartes ont été dessinées par Michael Murphy.

58Nous sommes profondément reconnaissants à la Faculté des lettres de University College, Cork, pour son aide financière.

Notes

1 The Autobiography of Theobald Wolfe Tone, 1763-1798, R.B. O’Brien (éd.), Londres, 1893.

2 J.G. Tyrrell, « Paraclimatic Statistics and the Study of Climate Change : The Case of the Cork Region in the 1750s », Climatic Change, 1995, p. 29-43.

3 Voir note 1.

4 Observatoire d’Armagh, Weather Register for December 1796 et Weather Register for January 1797, non publiés.

5 R. Kirwan, « Synoptical View of the Weather at Dublin in the Year 1796 », Transactions of the Royal Irish Academy, vi, p. 309-312 (1797a) ; « Synoptical View of the Weather at Dublin in the Year 1797 », ibid., p. 435 (1797b).

6 J. Kington, The Weather Journals of a Rutland Squire : Thomas Barker of Lyndon Hall, Oakham, 1988a.

7 R.C. Mossman, « The Meteorology of Edinburgh Part 1 », Transactions of the Royal Society, vol. 38, 1896, p. 681-755 ; « The Meterology of Edinburgh Part ii », Transactions of the Royal Society, vol. 39, 1897, p. 63-207.

8 P.K. Rohan, The Climate of Ireland, Dublin, 1975.

9 E.H. Jenkins, A History of the French Navy, MacDonald and Jane’s, 1973.

10 ADM 1 / 613, Kingsmill à l’Amirauté, 12 et 13 décembre 1796 (ADM : lettres internes à l’Amirauté, avec numéros de référence spécifiques aux dossiers, Public Record Office, Kew, UK).

11 ADM 1 / 614, Kingsmill à l’Amirauté, 2 et 3 janvier 1797.

12 P.B. Bradley, Bantry Bay : Ireland in the Days of Napoleon and Wolfe Tone, Londres, Williams and Norgate, 1931.

13 ADM 1 / 613, Kingsmill à l’Amirauté, 23 décembre 1796.

14 ADM 1 / 613, Kingsmill à l’Amirauté, 26 décembre 1285 (sic).

15 ADM 1 / 613, Pulling à Kingsmill, 25 décembre 1797.

16 E.H. Jenkins, A History of the French Navy.

17 ADM 1 / 284, Kingsmill à l’Amirauté, 25 décembre 1796.

18 ADM 1 / 285, 288, l 287, Kingsmill à l’Amirauté, 26 décembre 1796.

19 F.H. Tuckey, Cork Remembrancer [1837], Cork, 1980.

20 ADM 1 / l 287, Olphinstow à Kingsmill, Kingsmill à l’Amirauté, 30 décembre 1796.

21 ADM 1 / 614, Kingsmill à l’Amirauté, 3 janvier 1797.

22 ADM 1 / l 287, Kingsmill à l’Amirauté, 31 décembre 1796.

23 ADM 1 / 614, lieutenant Gerard Gribbon à l’amiral Kingsmill, 1, 2 et 3 janvier 1797.

24 ADM 1 / 614, Kingsmill à l’Amirauté, 5 janvier 1797.

25 ADM 1 / 614, capitaine Herbert à l’amiral Kingsmill, 3 janvier 1797.

26 J. Kington, The Weather Journals of a Rutland Squire…

27 H.H. Lamb, Climate, History and the Modern World, Londres, 1982.

28 G. Manley, « Central England Temperatures : Monthly Means 1659 to 1973 », Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society, 1974, p. 389-405.

Table des illustrations

Légende Fig.1 – 15 décembre 1796
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende Fig. 2 – Le plan de Wolfe Tone
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig.3 – 18 décembre 1796
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Fig.4 – 25 décembre 1796
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig.5 – 28 décembre 1796
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

Auteur

Maître de conférences (géographie), University College, Cork

Annie Mériaux (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540