Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique

Jeanne d’Arc en procès, au théâtre et en musiques

Joan of Arc’s trials, in theatre and music

Julie Deramond

Résumé

Au XIXe siècle, Jeanne d’Arc est l’héroïne de beaucoup de drames, de tragédies et d’opéras. Les procès de condamnation et de réhabilitation y occupent une double place : ce sont des sources éventuelles pour les auteurs soucieux de « vérité » historique, ce sont des « épisodes » de la vie de Jeanne d’Arc – essentiellement pour le procès de condamnation – qu’il est de bon ton, ou non, de présenter au public. Enfin, Jeanne d’Arc subit au cours de sa vie posthume un dernier procès, bien contemporain cette fois, puisqu’il s’ouvre en 1874 et s’achève en 1920 : la canonisation. Bien davantage qu’un vague arrière-plan au sein du paysage dramatique, il alimente et oriente bien des plumes. Nous tenterons ainsi d’établir une succincte chronologie pour définir la place des trois procès de condamnation, réhabilitation et canonisation, à la fois sources et représentations au théâtre, au cours du XIXe siècle.

In the nineteenth century, Joan of Arc is the heroine of many dramas, tragedies and operas. The condemnation and rehabilitation trials occupy a double place: these are potential sources for the authors concerned with historical “truth”, these are “episodes” of the life of Joan of Arc – mainly for the condemnation trial – which are fashionable or not to present to the public. Finally, Joan of Arc undergoes during her posthumous life one last trial, although contemporary this time, since it opens in 1874 and ends in 1920: the canonization. Much more than a vague background in the dramatic landscape, it nourishes and directs many authors. Thus, we will try to establish a short timeline in order to define the place of the three trials: condemnation, rehabilitation and canonization, which were at once sources and performances in theatre, during the nineteenth century.

Texte intégral

  • 1 Paul Claudel a consulté au moins le procès de condamnation édité par Pierre Champion au début des a (...)
  • 2 La mise en scène de Jean-Paul Scarpitta à Montpellier en 2005 en témoigne encore, montrant l’élévat (...)

1S’il est une œuvre musicale que l’on n’oublie généralement pas à propos de Jeanne d’Arc, c’est l’oratorio que compose Arthur Honegger sur un livret de Paul Claudel en 1935, créé à Bâle puis à Orléans. Jeanne, sur le point de mourir sur le bûcher, se remémore les grandes étapes qui ont jalonné son itinéraire de Domrémy à Rouen, s’aidant du « Livre » apporté par saint Dominique. Ce « Livre » est symbolique à plus d’un titre. Il est à la fois le récit de son existence, une référence spirituelle à la Bible qui inspire profondément Claudel en même temps que l’évocation pour le moins explicite de la source première qu’est le procès de condamnation. Néanmoins, les procès n’apparaissent pas seulement en filigrane derrière cette évocation du « Livre ». Procès de condamnation et de réhabilitation viennent nourrir profondément le texte composé par Paul Claudel1. Et puis, le procès de condamnation s’affiche tout simplement comme une « scène » nécessaire et importante dans la vie de Jeanne : ânes, moutons viennent entourer Porcus, alias Cauchon, pour juger Jeanne d’Arc en un procès parodique, à la scène 4. Quant au procès de canonisation – nouveau procès de réhabilitation s’il en est –, il n’est pas non plus oublié par Claudel et Honegger. Les deux auteurs saluent et rendent hommage à sainte Jeanne d’Arc, créant un oratorio que l’on peut tout à fait considérer comme une Vita à part entière2.

2Si Jeanne d’Arc au bûcher réunit l’ensemble des procès liés à Jeanne d’Arc, condamnation, nullité et canonisation, est-ce pour autant le seul à le faire ? D’autres dramaturges et compositeurs ont-ils proposé avant cette œuvre phare une lecture de la vie de Jeanne d’Arc à travers ses différents procès ? C’est une telle enquête que nous nous proposons de mener à partir du XIXe siècle et jusqu’à cet entre-deux-guerres, parmi les œuvres dramatiques et musicales données en France.

Des procès en filigrane

  • 3 R.T. Regnard de Pleinchesne, Programme de la pucelle d’Orléans ou le fameux siège, Paris, P.R.C. Ba (...)
  • 4 M. Perrin, Biographie historique de tous les théâtres de Paris, depuis leur origine jusqu’à nos jou (...)
  • 5 « Orléans délivré par Jeanne d’Arc », croix élevée en 1817 par les soins de M. Drouin, comte de Roc (...)

3Il semble qu’on entonne des chants en l’honneur de Jeanne d’Arc dès le XVe siècle à Orléans, à l’occasion des fêtes commémorant la libération de la ville. Néanmoins, il faut attendre le XVIIIe siècle pour voir émerger de véritables œuvres dramatiques et lyriques à propos de Jeanne d’Arc. C’est ainsi que la pantomime attribuée à Roger Timothée Regnard de Pleinchesne Le fameux siège ou la pucelle d’Orléans3, représentée au Théâtre des Amours puis au Théâtre des Grands Danseurs du Roi, connaît un très grand succès et attire « tout Paris »4 dans les années 1770. Avec les premières années du XIXe siècle, le nombre de pièces enchantées, de complaintes chansonnées, devient alors vraiment significatif. C’est en effet le temps des complaintes historiques entonnées pour les fêtes d’Orléans comme pour celles de Domrémy en 1820. Si la vie de Jeanne d’Arc est récapitulée au cours des nombreux couplets qui enrichissent ces chansons, le procès ne fait pas partie des épisodes privilégiés. Il est tout simplement oublié au profit de thématiques bien davantage à la mode : les voix, et plus encore les combats. La complainte chantée sur l’air de Pyrame et Thisbé, imprimée en 1817 chez Rabier-Boulard à Orléans, s’achève ainsi sur la libération de la ville et la victoire de la célèbre Pucelle5.

  • 6 Cf. par exemple M.-P. Le Hir, Le Romantisme aux enchères : Ducange, Pixerécourt, Hugo, Amsterdam – (...)
  • 7 G. Bapst, Essai sur l’histoire du théâtre, Paris, Hachette, 1893, p. 8.
  • 8 V.H. Ducange, Calas, mélodrame en trois actes et en prose, représenté pour la première fois sur le (...)
  • 9 V.H. Ducange, Thérèse ou l’orpheline de Genève, mélodrame en trois actes, représenté pour la premiè (...)
  • 10 Comme apparaît par exemple Mlle Rivière dans la Jeanne d’Arc de Dieulafoy et Gersin présentée au Th (...)
  • 11 O, « Lettres sur les spectacles », La Minerve française, mai 1819, p. 225.
  • 12 Jules Quicherat édite les procès en cinq volumes entre 1841 et 1849.

4À côté de ces chansons paraissent en scène et en musique des mélodrames et des vaudevilles, revisités pour l’occasion. Jeanne d’Arc s’invite alors dans les théâtres du boulevard du Crime. Sur ces planches, le thème du procès est particulièrement à la mode6, comme l’exprime par exemple Germain Bapst en rappelant que « l’acte de la cour d’assise, dans les mélodrames tient [en effet] la plus grande place »7. Les scènes de procès s’illustrent avec force, par exemple, à la fin du second acte de Calas8 de Victor Henri Ducange, ou dans son Thérèse ou l’orpheline de Genève9. L’omniprésence de ce type de scène revêt un caractère symbolique non négligeable qui illustre le besoin de justice à l’œuvre. Pour autant, les œuvres johanniques ne mettent guère en avant le procès. L’opéra-comique de Michele Carafa sur un livret de Théaulon et d’Artois s’achève avec la libération d’Orléans quand les pantomimes de Cuvelier proposent aux spectateurs parisiens des péripéties rocambolesques qui mettent en valeur l’amazone émérite10 plutôt que la jeune fille condamnée. Quant à Lœillard d’Avrigny, célèbre prosateur et censeur, dans sa Jeanne d’Arc à Rouen, tragédie néoclassique représentée au Théâtre Français en 1819, il préfère, au grand dam d’un de ses critiques, montrer Jeanne d’Arc « tête à tête avec un imbécile » (le « comte de Beauvais ») plutôt que de mettre en scène « un tribunal imposant »11. Il faut dire que la plupart des auteurs de cette époque ne consultent pas ce qu’on appellerait aujourd’hui les sources. Les procès de condamnation et de réhabilitation qui n’ont guère encore été publiés par Jules Quicherat12 ne servent guère de référence et de guide aux auteurs.

  • 13 J. Chapelain, La Pucelle ou la France délivrée, poème héroïque, Paris, Augustin Courbé, 1656.
  • 14 F. Schiller, Die Jungfrau von Orleans. Eine romantische Tragödie von Schiller [1801], Berlin, Johan (...)
  • 15 C.J. Lœillard d’Avrigny, Jeanne d’Arc à Rouen, représentée au Théâtre Français en 1819 et publiée l (...)
  • 16 Dupin, D’Artois et Carmouche, Le procès de Jeanne d’Arc ou le jury littéraire, Paris, Barba, 1819, (...)
  • 17 Il s’agit sans doute de la tragédie de Raynouard créée au Théâtre Français en 1805.

5Seules de rares pièces font exception à cette règle observée pendant la première moitié du siècle. C’est ainsi que Le procès de Jeanne d’Arc ou le jury littéraire de Dupin, Dartois et Carmouche, représentée au Théâtre du Vaudeville en juin 1819, fait belle place au procès, comme son nom l’indique. Pour autant, on aurait tort de croire qu’il s’agit là d’une mise en scène des affres rencontrées par Jeanne d’Arc à Rouen en 1431. C’est en effet un procès parodique qui met en concurrence les différentes œuvres consacrées à Jeanne d’Arc personnifiées : Jeanne Chapelain qui représente La Pucelle ou la France délivrée, poème héroïque de Jean Chapelain13, Jeanne Schiller figurant Die Jungfrau von Orleans, ce drame romantique de Schiller14 et Jeanne Flonflon pour l’opéra-comique de Carafa déjà évoqué, présenté à la scène en 1821. Selon l’intrigue, les trois « héroïnes » ont été en effet invitées par Dumollet afin de juger une autre Jeanne d’Arc, celle de Lœillard d’Avrigny15 qui a osé « pour faire du nouveau », « briller sur la scène »16 et voler la vedette à la tragédie Les Templiers17. Pendant l’audition de ce procès rocambolesque, les juges s’avèrent particulièrement sévères à l’encontre de cette pauvre Jeanne d’Arc, défendue par Agnelet. À son issue, Jeanne d’Arc refuse d’être mise à l’abri dans une armoire. Elle sera brûlée…

  • 18 P. Berthier, Le théâtre au XIXe siècle, Paris, PUF, 1986, p. 33.

6On l’aura compris, on est là très loin du vrai procès de condamnation, qui montre Jeanne d’Arc en proie à ses juges. Il faut en effet attendre une autre tragédie célèbre, représentée pour la première fois en 1825 au Théâtre de l’Odéon, pour le voir réellement mis en scène. L’auteur, Alexandre Soumet, s’est en effet intéressé, comme d’Avrigny d’ailleurs, à la fin de l’existence de Jeanne d’Arc. S’il évoque le procès, ce n’est cependant encore que sous une forme relativement édulcorée : « à cause, à la fois de l’usage et de la censure, l’évêque Cauchon n’apparaît pas sur scène, et la responsabilité de l’Inquisition n’est pas évoquée »18. Les critiques ne sont pas tendres vis-à-vis de cette scène et Jules Janin raconte :

  • 19 J. Janin, Rachel et la tragédie, Paris, Adolphe Delahays, 1861, p. 324.

M. Soumet a tenté de nous montrer cet horrible tribunal… à peine s’il est parvenu à en faire une parodie. Ce tribunal habile et féroce n’avait rien de commun avec ces moutons de comparses dont vous faites des inquisiteurs pour rire ; l’accusation ne ressemblait en rien à ces banalités splendidement rimées19.

7La seule scène sérieuse que l’on trouve au début du XIXe siècle se trouve donc transformée en un tableau d’opérette passablement ridicule. Et il faudra attendre encore un moment pour voir cette scène triompher.

8Mais déjà, Jeanne d’Arc perd de son éclat dramatique et ne paraît en France que rarement à la scène jusqu’aux années 1860, à la période même où elle passionne les historiens Jules Michelet et Jules Quicherat. Certes, on la voit paraître dans les opéras de Balfe (1837), Vesque de Puttlingen, Vaccaï (1827) ou de Verdi, créé à la Scala de Milan en 1845, avec Emilia Frezzolini dans le rôle titre. Néanmoins, le procès de condamnation y est généralement éludé sur le modèle du drame qui inspire la plupart de ces œuvres, Die Jungfrau von Orléans, de Friedrich Schiller (1801). Le plus important à cette période est de donner l’image d’une héroïne sûre d’elle et prompte au combat.

  • 20 C. Desnoyer, Jeanne d’Arc, Paris, Tresse, 1847, p. 34. Ce tableau ne fait pas partie de ceux conser (...)

9La pièce de Charles Desnoyer, représentée au Théâtre de la Gaîté en avril 1847, rompt pourtant cette tradition. En effet, c’est la première fois qu’un auteur dramatique respecte dans ses grandes lignes l’histoire de Jeanne d’Arc en présentant l’intégralité de son existence sur la scène. Peut-être est-il l’un des premiers auteurs à avoir lu les procès ? Rien n’est moins sûr. En tout cas, Jeanne d’Arc a ici droit à un véritable procès, certes réduit, mais bien présent. D’Estivet, « en robe noire », interroge Jeanne d’Arc dans le cimetière de Saint-Ouen à Rouen, à l’endroit où s’est effectivement déroulée la séance publique d’abjuration, le 24 mai 143120. Quelques points attirent particulièrement son attention, éléments effectivement abordés lors du procès de 1431 : les voix, l’habit d’homme, l’étendard au sacre… Pourtant, cette pièce ne fait pas d’émules. Les quelques pièces qui paraissent à cette période continuent, dans la tradition du début du siècle, à éviter tout interrogatoire. Jeanne d’Arc est plus que jamais divertissante dans la pantomime équestre donnée la même année par la troupe des Funambules, aux Champs-Élysées.

Les années 1860 et le renouveau johannique

  • 21 L. Bordese, « La Vierge de Vaucouleurs », Six mélodies populaires, Paris, E. Gérard et Cie, 1864, c (...)
  • 22 A. Bernn, A. de Musset, Jeanne d’Arc, Paris, Chabal, 1864, conservée à la BnF, Département de la Mu (...)

10Avec les années 1860 et le renouveau que connaît le culte laïc johannique, on n’observe pas non plus d’évolution. Les compositeurs qui s’intéressent à son histoire préfèrent évoquer les voix à Domrémy, comme le fait Luigi Bordese avec sa Vierge de Vaucouleurs21 en 1864 ou Alexandre Bernn avec sa Jeanne d’Arc composée sur un poème d’Alfred de Musset la même année22. Gilbert Duprez, le ténor français le plus célèbre grâce à ses « ut de poitrine », compose lui aussi plusieurs versions d’un grand opéra nommé Jeanne d’Arc qu’il présente finalement au public du Grand Théâtre Parisien, en 1865. Néanmoins, si Jeanne d’Arc est ici montrée souffreteuse dans sa prison, elle ne fait guère les frais d’un interrogatoire en règle, avant de mourir sur le bûcher. Il faut attendre la décennie suivante pour voir les premiers dramaturges s’intéresser d’un peu plus près au sujet.

  • 23 J. Barbier, Jeanne d’Arc, manuscrit conservé à la BnF, Département de l’Opéra, ms. 148, carton 17.
  • 24 Paul de Saint-Victor, cité par É. Noël et É. Stoullig, Les annales du théâtre et de la musique, Par (...)

11Il faut dire qu’on observe une véritable évolution à cette période justement. Plusieurs auteurs attestent en effet, et pour la première fois, avoir lu les procès. Adrien Viguier admet ainsi avoir lu les ouvrages publiés par Jules Quicherat pour écrire sa Légende de Jeanne d’Arc. Quant à Jules Barbier, auteur d’une Jeanne d’Arc publiée en 1869 et représentée en 1873 au Théâtre de la Gaîté, avec une musique de Charles Gounod, il fonde son drame sur la minute française du procès de condamnation23. Néanmoins, ils sont encore nombreux à cette période à user d’imagination et d’anachronismes. Agnès Sorel s’affiche ainsi dans le drame de Jules Barbier. Elle côtoie encore Merlin dans le grand opéra cousu de « mirliton gothique »24 d’Auguste Mermet, qui s’impose comme la première création du monument édifié par Charles Garnier, en 1876. Cette Jeanne d’Arc est d’ailleurs particulièrement décriée, notamment parce qu’elle s’achève dans les lueurs de gloire du sacre. Le bûcher n’apparaît alors que sous la forme d’un songe prémonitoire au grand dam des critiques, à commencer par Paul de Saint-Victor :

  • 25 « La Jeanne d’Arc de Mermet », Le Moniteur universel, 10 avril 1877.

Pour comble de maladresse, la pièce s’arrête à moitié chemin, elle finit au sacre de Reims. Comme si Jeanne d’Arc n’était pas indivisible de son martyre, autant que de son triomphe ? Comme s’il était possible de la détacher de sa prison et de son bûcher, sans mutiler sa figure25 !

  • 26 F. Liszt, A. Dumas père, « Jeanne d’Arc au bûcher », Album Musica, n° 109, octobre 1911, p. 223-229
  • 27 F. Boissière, A. Salin, Jeanne d’Arc au bûcher, Paris, A. Fouquet, 1900.
  • 28 J. Weber, « Critique musicale », Le Temps, 18 avril 1876.
  • 29 Ibid.

12On considère alors de plus en plus la mort comme une part inhérente de l’épopée johannique et l’on conçoit de plus en plus mal qu’on puisse la tronquer pour la scène. Cet « épisode » incontournable s’impose alors comme une nouvelle thématique pour nombre de compositeurs. Franz Liszt reprend en 1874 le texte d’un poème d’Alexandre Dumas père, qu’il avait déjà mis en musique, Jeanne d’Arc au bûcher26. Un titre que choisirons encore en 1878 F. Boissière et A. Salin pour une autre mélodie27. Mais il n’en est pas de même du procès, qui ne s’adapte pas complètement aux goûts du moment. Johannès Weber, le critique musical du Temps, revient ainsi en 1876 sur les difficultés à surmonter pour réaliser un tel tableau sur les planches : « Mettrait-on en scène le tribunal devant lequel a comparu Jeanne ? M. Barbier lui-même ne l’a pas osé »28. Selon lui, l’explication est simple : « On sait trop bien quels étaient les juges »29. Il faut donc réellement attendre les années 1890 pour voir s’imposer davantage la scène du procès.

L’ouverture du procès de canonisation

13Entre-temps s’impose un autre procès, bien actuel celui-là et qui ne passe pas inaperçu. Tout simplement, à la fin des années 1860, Mgr Dupanloup reprend l’idée, publiquement, d’un procès de canonisation pour Jeanne d’Arc. Celui-ci s’ouvre effectivement en 1874, scandé par les cantiques johanniques, qui participent dès lors à la promotion de son culte. Ainsi par exemple, vers 1877, l’abbé Cartaud achève son poème mis en musique par Henri Tournaillon, titulaire du grand orgue de la cathédrale d’Orléans, par ce couplet parfaitement explicite :

  • 30 Abbé Cartaud, H. Tournaillon, « À Jeanne d’Arc », in Motets, complaintes et chants populaires relat (...)

Aux fastes de ses saints inscrivant sa mémoire
Rome sur ses autels bientôt la placera.
Si tu veux rester digne, ô France, de sa gloire.
Sois fidèle à ton Dieu, ton Dieu te gardera30.

  • 31 Par exemple cette chanson entonnée par Mlle Chrétienno à l’Eldorado, musique de Ben Tayoux, paroles (...)

14C’est le début de ce qu’on peut déjà considérer comme une « propagande » en faveur du culte de Jeanne d’Arc. Il est d’autant plus efficace d’évoquer sainte Jeanne d’Arc en musique que le cantique permet d’éviter de rendre le culte trop visible. Rappelons en effet qu’une enquête, lancée lors de la procédure ordinaire de béatification, vise à s’assurer qu’aucun culte solennel n’a été rendu avant l’ouverture de la cause. Cette procédure est engagée pour Jeanne d’Arc autour de 1894-1895. Pour autant, et dans le même temps, il est nécessaire d’asseoir la réputation de sainteté de Jeanne d’Arc. À cette époque, il n’est pas encore évident pour les Français de voir en elle une sainte. Jusque-là, ils étaient nettement plus sensibles à l’héroïque patriote, largement fêtée au café-concert31. Il faut donc changer la perception qu’ont les Français de Jeanne d’Arc, sans pour autant affirmer dès à présent sa sainteté. C’est ainsi que la chanson religieuse et le cantique s’inscrivent dans cette marge étroite entre dévotion assumée et simple hommage affiché.

  • 32 Cf. J. Deramond, Jeanne d’Arc en accords parfaits. Musiques johanniques en France entre 1800 et 193 (...)
  • 33 Il est notamment diffusé dans le recueil Cantiques du pèlerinage à Domrémy, berceau et patrie de la (...)

15Sans conteste, les chants qui émergent dans les années 1870 pour se multiplier dans les années 1890 participent donc d’une propagande catholique en faveur de Jeanne d’Arc32. En 1890 s’organise par exemple un grand pèlerinage à Domrémy. À cette occasion émerge un cantique, qui connaît dès cette période un grand succès : il est composé par l’abbé Gravier et diffusé parmi les pèlerins, avant de l’être dans le monde catholique. Cet hymne-cantique à Jeanne d’Arc commence par ces mots : « Sur ton front ô noble héroïne, de bravoure et de pureté, resplendit la clarté divine, du séjour de l’immortalité »33.

Procès fin de siècle

  • 34 J. Fabre, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc d’après les textes authentiques des procès-verbaux (...)
  • 35 Abbé V.-A. Mourot, Jeanne d’Arc, sainteté et patriotisme, 4e éd., Paris, Jean Bricon, 1890, p. 18.

16L’image de sainte Jeanne d’Arc ne domine pas encore dans la dernière décennie du XIXe siècle. Il faut dire que la Pucelle d’Orléans connaît un grand succès sur les planches parisiennes autour de 1890. Sarah Bernhardt s’illustre dans la pièce de Jules Barbier, mise en musique par Charles Gounod dans une version remaniée pour le théâtre de la Porte-Saint-Martin. Par ailleurs, un grand spectacle intitulé Jeanne d’Arc, mené de main de maître par M. Houcke, sur une musique de Charles-Marie Widor, triomphe à l’Hippodrome auprès d’un large public durant les étés 1890 et 1891. Enfin, la pièce de l’ancien député et futur sénateur de l’Aveyron, Joseph Fabre, accompagnée d’une musique de Benjamin Godard, s’installe en janvier 1891 sur la scène du Châtelet. Cette série de représentations montre des avancées importantes. L’intérêt pour l’histoire, et donc pour les procès, s’y fait de plus en plus présent. Jules Barbier supprime par exemple le personnage d’Agnès Sorel pour rendre la nouvelle version de sa pièce plus conforme à l’histoire. Pour Joseph Fabre, il n’est pas non plus question de négliger la trame événementielle ou d’oublier les sources. Il vient en effet de publier en 1884 une version grand public du procès de réhabilitation34, l’année même où il propose à la Chambre l’instauration d’une fête nationale en l’honneur de Jeanne d’Arc. On ne s’étonnera donc pas de voir le texte des drames de cette période se nourrir de citations des procès, accompagnant un goût prégnant pour les formules archaïques et l’évocation de formules musicales anciennes. C’est ainsi que l’abbé Mourot, auteur d’une Jeanne d’Arc, sainteté et patriotisme, drame de patronage remanié à différentes reprises dans les années 1880, précise lui-même dans une note de bas de page que « les paroles mises dans la bouche de Jeannette, comme celles rapportées au cours de ce drame, sont copiées sur les textes historiques »35.

  • 36 Notons toutefois que le sacre n’y est pas même représenté. Seuls ont été gardés les tableaux les pl (...)
  • 37 Darcy, Le Siècle, 28 janvier 1891.

17Enfin, si les procès de condamnation et en nullité servent de référence, l’épisode du procès et des interrogatoires subis par Jeanne d’Arc est de moins en moins effacé de la trame dramatique. Certes, il s’efface dans la pantomime de l’Hippodrome36, mais il s’affiche chez Barbier et plus encore chez Joseph Fabre. À l’occasion des représentations du Châtelet, le critique du Siècle, Darcy, remarque ainsi que « c’est la première fois que la longue dispute théologique du procès de Jeanne d’Arc est mise à la scène »37. Bien évidemment, une telle remarque est un peu rapide, après les pièces de Desnoyer ou même de Barbier. Néanmoins, cela montre bien le changement qui est en train de se produire et l’originalité que revêt une telle scène aux yeux des critiques.

L’avancée du procès de canonisation : Jeanne d’Arc, vénérable et bienheureuse

  • 38 Voir notamment l’article d’É. Thévenin, « La béatification (1909) et la canonisation (1920) de Jean (...)
  • 39 N. Couturier, Cantate en l’honneur de la Vénérable Jeanne d’Arc, Langres, 1894. Partition conservée (...)
  • 40 La mission de Jeanne d’Arc et Jeanne d’Arc accomplissant sa mission.
  • 41 Par exemple, M. S., Johana d’Arc, Bayonne, 1909.
  • 42 J.-M. M***, Kanaouen en enor Jeanne d’Arc, Lambezellec, Imp. A. Dumont, 1895.
  • 43 C. Amalvi, « Jeanne d’Arc dans la littérature de vulgarisation historique, 1871-1914 », L’Amitié Ch (...)

18Quatre ans plus tard, en janvier 1894, s’opère un tournant dans la procédure de canonisation de Jeanne d’Arc avec le décret qui la déclare vénérable38. Là encore l’événement se marque en musique. C’est ainsi que l’abbé Nicolas Couturier, de Langres, écrit une Cantate en l’honneur de la vénérable Jeanne d’Arc39. La même année, en mai, une jeune fille, au couvent de Lisieux, écrit sur l’air de « Pitié mon Dieu » un Cantique pour obtenir la canonisation de la vénérable Jeanne d’Arc : c’est la future sainte Thérèse de Lisieux qui chante son hommage à l’héroïne qu’elle vénère entre toutes, et à qui elle consacre deux « récréations pieuses »40, pour lesquelles elle incarne le premier rôle. À partir de cette date, les cantiques se multiplient, signés par l’abbé Crozat, Mgr Le Nordez ou Marcel Laurent. On trouve même des cantiques en langue régionale, en basque41 ou en breton42, qui permettent de parler après Christian Amalvi de « littérature de vulgarisation »43.

  • 44 Abbé Vié, À Jeanne d’Arc la bienheureuse. Vingt cantiques et motets sur des airs populaires, Orléan (...)

19Un tel mouvement va s’amplifiant jusqu’à l’année phare que constitue 1909. Jeanne est alors déclarée bienheureuse, dernière étape avant la canonisation. Cela est très important pour les fidèles, puisque l’on a désormais le droit de rendre en France un culte à Jeanne d’Arc. Bien évidemment, la musique se fait le reflet de l’événement. De nombreux cantiques paraissent en cette seule année, publiés seuls ou sous forme de recueils, pour accompagner les nombreuses festivités, ces Triduums, organisés partout. Par exemple, Marcel Marron édite à Orléans un recueil composé par l’abbé Vié à cette occasion : À Jeanne d’Arc la Bienheureuse, Vingt cantiques et motets sur des airs populaires44.

Les procès de Jeanne d’Arc

  • 45 M. Bouchor, La première vision de Jeanne d’Arc, Paris, Flammarion, 1900.
  • 46 G. Fragerolle (musique), G. Fragerolle et Desveaux-Vérité (livret), Jeanne d’Arc, Paris, Enoch – Fl (...)
  • 47 M. Pottecher, La passion de Jeanne d’Arc [1904], Paris, Librairie théâtrale, 1929.
  • 48 J.-J. Soons, Jeanne d’Arc au théâtre, Purmerend, J. Muusses, 1929, p. 227.
  • 49 Ibid., p. 236.

20Avec l’entrée dans le XXe siècle, Jeanne d’Arc s’affiche moins visiblement comme la reine des planches. Certes, quelques compositeurs et auteurs dramatiques la prennent encore pour objet, à commencer par Maurice Bouchor pour les jeunes filles45, Georges Fragerolle pour le public huppé de la Bodinière46 ou Maurice Pottecher et sa Passion de Jeanne d’Arc47 pour le théâtre populaire de Bussang. Si ce dernier ose « sauter quelques étapes de l’histoire »48, il n’en laisse pas moins une grande place au procès, qui occupe l’ensemble du troisième acte. En 1911, E. Barlie s’illustre également en faisant paraître une pièce originale intitulée La mère de Jeanne d’Arc. Pour la première fois apparaît ainsi la mention du procès en nullité. En effet, tout est vu à travers les yeux d’Isabelle Romée : ses angoisses « au départ de sa Jeannette, les joies bien courtes que lui donne le triomphe à Reims, les longues années pendant lesquelles la Pucelle après son martyre, semble oubliée de tous, enfin le bonheur qu’elle éprouve en apprenant la réhabilitation par l’Église de son enfant »49.

21Pourtant s’il est une pièce qui retient l’attention à cette période, c’est bien davantage celle qui met en scène, une fois de plus, Sarah Bernhardt sous les traits de Jeanne d’Arc : Le procès de Jeanne d’Arc d’Émile Moreau. Comme le remarque Henri de Régnier à cette occasion :

  • 50 H. de Régnier, « La semaine dramatique », Journal des débats politiques et littéraires, 29 novembre (...)

C’est une très heureuse idée qu’a eue M. Émile Moreau de choisir dans la vie merveilleuse de Jeanne l’épisode sur lequel nous sommes le mieux renseignés et dont nous connaissons minute par minute la tragique réalité50.

  • 51 Émile Moreau, cité par V. Datta, « Jeanne d’Arc sur les boulevards », Clio, n° 24, 2006, p. 132.

22Sans doute aurait-il dû ajouter à ce commentaire : pour la première fois. C’est en effet la première fois qu’un tel épisode mobilise l’ensemble d’une pièce de théâtre. Et Émile Moreau considère justement le procès comme « l’affaire judiciaire la plus poignante, la plus angoissante qu’il y a jamais eu au monde »51, ce qui n’est pas un vain mot après les affres de l’Affaire Dreyfus. Le public et les critiques apprécient particulièrement le réemploi des paroles de Jeanne, consignées dans le procès de condamnation, comme en témoigne par exemple encore Henri de Régnier :

  • 52 H. de Régnier, « La semaine dramatique », p. 2.

C’est elle en effet, que nous écoutons dans les deux scènes admirables – celle de l’interrogatoire et celle de la prison – qui assurent le succès de l’ouvrage de M. Émile Moreau et qui dépassent ce qu’est le théâtre ordinaire. Les réponses de la sublime et simple fille consignées il y a quatre siècles par la plume des greffiers sur le parchemin des registres reprennent vie et retentissent à nos oreilles en leur naïveté, leur vaillance, leur candeur, leur force originelles52.

23Le procès commence tout bonnement à être réhabilité : il fait désormais partie des étapes du martyre de Jeanne d’Arc. C’est tout simplement l’effet des métamorphoses de l’image de Jeanne d’Arc auprès du grand public.

Sainte Jeanne d’Arc aux trois procès

  • 53 A. Kling, R.P. Delaporte, « Le Ciel s’est prononcé », Chants français et latins, Nancy, Société ano (...)

24Avec la guerre de 1914-1918, Jeanne d’Arc est couronnée patronne des envahis en France comme à l’étranger. On continue à la chanter et à la prier tant et plus, à l’opéra, au combat ou à l’église. Un tel mouvement de concertation et de consensus autour de sa figure aboutit à son double sacre laïque et religieux en 1920. Avec l’année 1920 aboutit donc le dernier procès de Jeanne d’Arc. Elle est canonisée par le pape Benoît XV, quand les chambres votent après des années de navette parlementaire l’instauration d’une journée nationale en son honneur, tant défendue en son temps par Joseph Fabre. Sainte Jeanne est fêtée comme il se doit : Auguste Kling et le père Delaporte composent ainsi un cantique Le Ciel s’est prononcé53, comme si la canonisation n’était plus le résultat d’une action menée par les hommes, mais l’expression de la volonté divine.

  • 54 M. de Acosta, Jehanne d’Arc, créée au Théâtre de la Porte Saint-Martin en juin 1925.

25En 1925, Jeanne d’Arc connaît une nouvelle vogue au théâtre, avec pas moins de trois pièces représentées. Le procès de condamnation semble désormais un élément obligé de la réalisation sur la scène de la vie de Jeanne d’Arc. C’est ainsi une des scènes marquantes de la mise en scène de Norman Bel Geddes à la Porte Saint-Martin pour la pièce de Mercédès de Acosta54, comme la décrit Henry Bidou :

  • 55 H. Bidou, « La semaine dramatique », Le journal des débats, 15 juin 1925, p. 3.

Un faisceau de lumière blanche éclaire Jeanne d’Arc seule, vêtue de gris, debout à la barre. Une ombre profonde, mouvante, vivante, remplie d’invisibles et monstrueux adversaires, enveloppe ce petit point clair où elle se débat. Ce tribunal-fantôme a une grandeur extraordinaire. Du haut de ces gradins de ténèbres, les accusations tombent, se croisent, se contredisent, comme une nuée de flèches, que lancent des archers sans forme sans couleur. C’est un cauchemar55.

  • 56 R. de Flers, « Semaine dramatique », Le Figaro, 9 février 1925, p. 1.

26En janvier, lorsqu’il évite de le montrer, pour des raisons dramatiques, dans sa Vierge au grand cœur au Théâtre de la Renaissance, François Porché se le voit durement reprocher. Robert de Flers s’interroge : « Mais pourquoi M. François Porché nous a-t-il privé du procès de Jeanne, qui est assurément l’épisode le plus pathétique de son histoire ? »56. Et José Vincent de La Croix écrit :

  • 57 J. Vincent, « Les livres d’aujourd’hui », La Croix, 10 mai 1925, p. 3.

Quelque chose encore nous manque dans ce drame : le procès de Jeanne. […] C’est devant le tribunal que s’achève l’admirable personnalité de Jeanne… Il ne s’agit pas là de la stupide scène à faire, marotte périmée du Vieux Sarcey mais d’une scène toute faite, toute constituée par l’histoire et au cours de laquelle Jeanne donne toute sa mesure : foi, bravoure, piété, sainteté, pureté, sang froid, finesse, on pourrait presque dire : honnête matoiserie57.

27Tout simplement, le procès de Jeanne d’Arc est devenu l’une des scènes à faire, indispensables de toute pièce johannique. C’est là le reflet de la progression d’un intérêt formidable pour les sources, marqué notamment dans l’adaptation pour la scène qui est faite par Georges Pitoëff et l’agrégé d’histoire René Arnaud, Le Vray procès de Jeanne d’Arc. Néanmoins, s’il est une pièce à retenir à cette période, c’est bien cette Sainte Jeanne de George Bernard Shaw, qui s’illustre au théâtre des Arts à partir du 18 avril 1925. C’est en effet la première fois que s’entremêlent les trois procès de Jeanne d’Arc. En effet, pour composer son œuvre, George Bernard Shaw affirme n’avoir consulté que les deux procès de condamnation et en nullité :

  • 58 G.B. Shaw, « Chronique théâtrale », Le Temps, 10 août 1925, p. 3.

Mon étude de la Pucelle occupa environ douze heures durant trois journées successives. Pendant ce temps, je lus le compte rendu de son procès et sa réhabilitation ; et quand j’eus fini, je savais tout ce qu’on saura jamais sur Jeanne d’Arc par témoignage écrit58.

28Bien évidemment, le procès de condamnation s’inscrit également telle une étape obligée dans la trame du drame et Ludmilla Pitoëff s’y révèle magistrale.

  • 59 H. Bidou, « La semaine dramatique », Le journal des débats, 4 mai 1925, p. 3.

De toutes parts, Jeanne est dominée par ces graves figures en robes noires et blanches, disposées sur les gradins et qui vont décider de sa vie. Elle, toute menue, dans son maillot gris-souris, avec ses cheveux coupés, son regard candide, son visage innocent et sa tête obstinée, est dans ce tribunal comme au fond d’une trappe59.

  • 60 Notamment Martial Piéchaud. Cf. J. Lichenerowicz, « L’année des trois Jeanne d’Arc », Chronique des (...)

29Mais la plus grande originalité de la pièce tient dans l’évocation du troisième procès : ce procès de canonisation qui vient de s’achever. George Bernard Shaw invente un épilogue anachronique dans lequel un contemporain de 1920, en redingote et haut de forme, annonce à Jeanne, à Charles VII et à sa suite assemblée, la canonisation. C’est là un tour de force qui surprend certes les critiques60, mais qui apporte son cachet d’originalité et de personnalité à la pièce. On l’aura compris, Sainte Jeanne s’affirme, avant même Jeanne d’Arc au bûcher de Claudel et Honegger, imprégnée des trois procès johanniques.

  • 61 A. Jolivet, La Vérité de Jeanne, oratorio, créé le 20 mai 1956 à Domrémy.

30Alors que conclure ? Certes, Jeanne d’Arc au bûcher n’est pas la première œuvre à mêler les trois procès en son sein, puisque Sainte Jeanne la précède. Néanmoins, en des genres et styles différents, elles reflètent un même engouement pour Jeanne d’Arc en ses multiples facettes : le personnage historique dont on respecte l’épopée, l’héroïne de théâtre parée des mille feux de la rampe, la sainte à l’auréole. Jusqu’à ces deux œuvres, on a pu observer la lente progression des procès dans l’imaginaire et dans la société française. C’est à partir des années 1860 que la Jeanne historique commence doucement à s’opposer aux nombreuses légendes véhiculées par la scène, au moment même où s’impose lentement l’idée de canonisation. À la fin du siècle, la cause de béatification est définitivement lancée lorsque le procès de condamnation s’impose comme étape nécessaire de l’épopée, reflet des avancées de l’histoire sur les planches. L’étape charnière de 1909 ne fait dès lors qu’annoncer la double consécration de 1920. Jeanne d’Arc, héroïne nationale et sainte de la patrie, peut désormais faire l’objet d’œuvres artistiques qui sortent d’un hommage convenu et conventionnel. Sainte Jeanne, Jeanne d’Arc au bûcher peuvent naître. Il faut néanmoins attendre les années 1950 pour voir une pièce donner toute sa mesure au procès en nullité de la condamnation, seul livret pour le compositeur André Jolivet, à l’occasion d’une cérémonie « sacrée » à Domrémy, radiodiffusée dans toute la France : La Vérité de Jeanne61.

Notes

1 Paul Claudel a consulté au moins le procès de condamnation édité par Pierre Champion au début des années 1920, offert par Ida Rubinstein. Sans doute a-t-il également consulté le procès de réhabilitation ou l’ouvrage de Pierre Champion sur ce thème, au début des années 1930 : Notice des manuscrits du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc.

2 La mise en scène de Jean-Paul Scarpitta à Montpellier en 2005 en témoigne encore, montrant l’élévation de Jeanne d’Arc sur la croix du martyre, en un parallèle christique assumé.

3 R.T. Regnard de Pleinchesne, Programme de la pucelle d’Orléans ou le fameux siège, Paris, P.R.C. Ballard, 1778, conservé à la BnF, Arsenal G.D. 23798.

4 M. Perrin, Biographie historique de tous les théâtres de Paris, depuis leur origine jusqu’à nos jours, Paris, Dechaume, 1850, p. 38.

5 « Orléans délivré par Jeanne d’Arc », croix élevée en 1817 par les soins de M. Drouin, comte de Rocheplatte, maire d’Orléans, et MM. De Noury, le vicomte de Gremion et Hubert-Crignon, adjoins en actions de grâces de la Délivrance de cette ville par Jeanne d’Arc, Orléans, Rabier-Boulard, 1817. Complainte conservée à la Médiathèque municipale d’Orléans, Ico P 184.

6 Cf. par exemple M.-P. Le Hir, Le Romantisme aux enchères : Ducange, Pixerécourt, Hugo, Amsterdam – Philadelphie, John Benjamins Publishing Company, 1992, p. 42-43.

7 G. Bapst, Essai sur l’histoire du théâtre, Paris, Hachette, 1893, p. 8.

8 V.H. Ducange, Calas, mélodrame en trois actes et en prose, représenté pour la première fois sur le théâtre de l’Ambigu Comique, le 20 novembre 1819, Paris, Barba, 1819.

9 V.H. Ducange, Thérèse ou l’orpheline de Genève, mélodrame en trois actes, représenté pour la première fois sur le théâtre de l’Ambigu Comique, le 23 novembre 1820. Cf. M.-P. Le Hir, Le Romantisme aux enchères…, p. 42-43.

10 Comme apparaît par exemple Mlle Rivière dans la Jeanne d’Arc de Dieulafoy et Gersin présentée au Théâtre du Vaudeville en 1812, maquette de costume publiée par Hautecœur et Martinet à Paris, BnF, Gallica.

11 O, « Lettres sur les spectacles », La Minerve française, mai 1819, p. 225.

12 Jules Quicherat édite les procès en cinq volumes entre 1841 et 1849.

13 J. Chapelain, La Pucelle ou la France délivrée, poème héroïque, Paris, Augustin Courbé, 1656.

14 F. Schiller, Die Jungfrau von Orleans. Eine romantische Tragödie von Schiller [1801], Berlin, Johann Friedrich Unger, 1802.

15 C.J. Lœillard d’Avrigny, Jeanne d’Arc à Rouen, représentée au Théâtre Français en 1819 et publiée la même année à Paris par Ladvocat.

16 Dupin, D’Artois et Carmouche, Le procès de Jeanne d’Arc ou le jury littéraire, Paris, Barba, 1819, p. 19.

17 Il s’agit sans doute de la tragédie de Raynouard créée au Théâtre Français en 1805.

18 P. Berthier, Le théâtre au XIXe siècle, Paris, PUF, 1986, p. 33.

19 J. Janin, Rachel et la tragédie, Paris, Adolphe Delahays, 1861, p. 324.

20 C. Desnoyer, Jeanne d’Arc, Paris, Tresse, 1847, p. 34. Ce tableau ne fait pas partie de ceux conservés par le Centre Jeanne d’Arc d’Orléans, et attribués à cette pièce. Cf. F. Michaud-Fréjaville, Jeanne au théâtre. Décors du XIXe siècle, Orléans, Centre et Maison Jeanne d’Arc, 2002.

21 L. Bordese, « La Vierge de Vaucouleurs », Six mélodies populaires, Paris, E. Gérard et Cie, 1864, conservée à la BnF, Département Musique, MFICHE N-6409(5).

22 A. Bernn, A. de Musset, Jeanne d’Arc, Paris, Chabal, 1864, conservée à la BnF, Département de la Musique, VM7 31910.

23 J. Barbier, Jeanne d’Arc, manuscrit conservé à la BnF, Département de l’Opéra, ms. 148, carton 17.

24 Paul de Saint-Victor, cité par É. Noël et É. Stoullig, Les annales du théâtre et de la musique, Paris, Charpentier, 1877, t. II, p. 15.

25 « La Jeanne d’Arc de Mermet », Le Moniteur universel, 10 avril 1877.

26 F. Liszt, A. Dumas père, « Jeanne d’Arc au bûcher », Album Musica, n° 109, octobre 1911, p. 223-229.

27 F. Boissière, A. Salin, Jeanne d’Arc au bûcher, Paris, A. Fouquet, 1900.

28 J. Weber, « Critique musicale », Le Temps, 18 avril 1876.

29 Ibid.

30 Abbé Cartaud, H. Tournaillon, « À Jeanne d’Arc », in Motets, complaintes et chants populaires relatifs à Jeanne d’Arc, Orléans, Herluison, 1900.

31 Par exemple cette chanson entonnée par Mlle Chrétienno à l’Eldorado, musique de Ben Tayoux, paroles de Delormel et Villemer, Jeanne d’Arc, Chant guerrier national, Paris, Au Ménestrel, s. d. En 1887, Mlle Marie Corteys entonne à la Scala Le Rêve de Jeanne d’Arc, sur une musique d’Albert Petit.

32 Cf. J. Deramond, Jeanne d’Arc en accords parfaits. Musiques johanniques en France entre 1800 et 1939, thèse de doctorat d’histoire contemporaine, sous la direction de P. Cabanel, Université de Toulouse II – Le Mirail, 2009, 3 vol. (dactyl.)  ; Id., « Les cantiques sur Jeanne d’Arc ou quand l’Église fait sa publicité (entre 1870 et 1920) », Le temps des médias, n° 17, 2011 / 2, p. 21-29.

33 Il est notamment diffusé dans le recueil Cantiques du pèlerinage à Domrémy, berceau et patrie de la libératrice de la France, paru et vendu chez l’auteur, l’abbé Gravier, à Cannes, en 1890.

34 J. Fabre, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc d’après les textes authentiques des procès-verbaux officiels, traduction avec éclaircissements, Paris, Delagrave, 1884.

35 Abbé V.-A. Mourot, Jeanne d’Arc, sainteté et patriotisme, 4e éd., Paris, Jean Bricon, 1890, p. 18.

36 Notons toutefois que le sacre n’y est pas même représenté. Seuls ont été gardés les tableaux les plus représentatifs : Domrémy, la bataille et la mort.

37 Darcy, Le Siècle, 28 janvier 1891.

38 Voir notamment l’article d’É. Thévenin, « La béatification (1909) et la canonisation (1920) de Jeanne d’Arc », in Jeanne d’Arc, les métamorphoses d’une héroïne, Nancy, éditions Place Stanislas, 2009, p. 91.

39 N. Couturier, Cantate en l’honneur de la Vénérable Jeanne d’Arc, Langres, 1894. Partition conservée à la Bibliothèque diocésaine de Nancy, Mu 212-9 3.4-49.

40 La mission de Jeanne d’Arc et Jeanne d’Arc accomplissant sa mission.

41 Par exemple, M. S., Johana d’Arc, Bayonne, 1909.

42 J.-M. M***, Kanaouen en enor Jeanne d’Arc, Lambezellec, Imp. A. Dumont, 1895.

43 C. Amalvi, « Jeanne d’Arc dans la littérature de vulgarisation historique, 1871-1914 », L’Amitié Charles Péguy, n° 82, avril-juin 1998, p. 81-82.

44 Abbé Vié, À Jeanne d’Arc la bienheureuse. Vingt cantiques et motets sur des airs populaires, Orléans, Marcel Marron, s. d. Recueil conservé notamment au Centre Jeanne d’Arc d’Orléans.

45 M. Bouchor, La première vision de Jeanne d’Arc, Paris, Flammarion, 1900.

46 G. Fragerolle (musique), G. Fragerolle et Desveaux-Vérité (livret), Jeanne d’Arc, Paris, Enoch – Flammarion, 1900.

47 M. Pottecher, La passion de Jeanne d’Arc [1904], Paris, Librairie théâtrale, 1929.

48 J.-J. Soons, Jeanne d’Arc au théâtre, Purmerend, J. Muusses, 1929, p. 227.

49 Ibid., p. 236.

50 H. de Régnier, « La semaine dramatique », Journal des débats politiques et littéraires, 29 novembre 1909, p. 2.

51 Émile Moreau, cité par V. Datta, « Jeanne d’Arc sur les boulevards », Clio, n° 24, 2006, p. 132.

52 H. de Régnier, « La semaine dramatique », p. 2.

53 A. Kling, R.P. Delaporte, « Le Ciel s’est prononcé », Chants français et latins, Nancy, Société anonyme d’édition, 1934.

54 M. de Acosta, Jehanne d’Arc, créée au Théâtre de la Porte Saint-Martin en juin 1925.

55 H. Bidou, « La semaine dramatique », Le journal des débats, 15 juin 1925, p. 3.

56 R. de Flers, « Semaine dramatique », Le Figaro, 9 février 1925, p. 1.

57 J. Vincent, « Les livres d’aujourd’hui », La Croix, 10 mai 1925, p. 3.

58 G.B. Shaw, « Chronique théâtrale », Le Temps, 10 août 1925, p. 3.

59 H. Bidou, « La semaine dramatique », Le journal des débats, 4 mai 1925, p. 3.

60 Notamment Martial Piéchaud. Cf. J. Lichenerowicz, « L’année des trois Jeanne d’Arc », Chronique des Lettres françaises, septembre-octobre 1925, p. 606.

61 A. Jolivet, La Vérité de Jeanne, oratorio, créé le 20 mai 1956 à Domrémy.

Auteur

Julie Deramond est docteur en histoire contemporaine, auteur d’une thèse soutenue sous la direction de Patrick Cabanel à l’université de Toulouse II : Jeanne d’Arc en accords parfaits. Musiques johanniques entre 1800 et 1939. Elle enseigne à l’IUT A de l’université Paul Sabatier à Toulouse et est également chanteuse lyrique.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540