Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique

Jeanne la Preuse, Jeanne la Sainte : la « Pucelle » dans le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan

Joan the Valiant, Joan the Saint: the “Pucelle” in the Ditié de Jehanne d’Arc of Christine de Pizan

Michèle Guéret-Laferté

Résumé

Le Ditié de Jehanne d’Arc, que Christine de Pizan acheva de composer le 31 juillet 1429, peu après le sacre de Charles VII à Reims, constitue un témoignage remarquable sur les événements dramatiques que connaît alors la France. Mais son intérêt réside aussi dans le formidable élan de subjectivité qui anime d’un bout à l’autre le poème, où Christine tour à tour proclame sa joie, s’engage en faveur de son roi et exprime son admiration attendrie envers Jeanne. Véritable testament de l’auteur, le Ditié représente l’aboutissement de sa trajectoire intellectuelle, car l’événement qu’il célèbre constitue un heureux point de convergence entre les deux préoccupations principales qui déterminent son œuvre : sa réflexion sur le bon gouvernement et sa défense du sexe féminin. C’est donc en fonction de ses ouvrages antérieurs qu’on peut comprendre le portrait tout en nuance de Jeanne, que le Ditiénous livre, entre la preuse et la sainte.

The Ditié de Jehanne d’Arc, that Christine de Pizan completed to compose in July 31th 1429, shortly after the coronation of Charles VII in Reims, is a remarkable reminder of the tragic events experienced France by then. But its interest lies also on the tremendous momentum of subjectivity that animates from one end to the other the poem, where in turn Christine proclaims her joy, committed herself to her king and expressed her tender admiration towards Jeanne. True testament of the author, the Ditié represents the culmination of her intellectual trajectory as the event it celebrates is a happy convergence point between the two main concerns that shape her work: her thoughts on the good government and the defence of female conditions. According to her earlier works we could understand the very subtle portrait of Jeanne, shown in the Ditié, between the Saint and the Valiant.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le bilan qu’elle dressait il y a quelques années sur « l’état présent des travaux consacrés à Christine de Pizan », Liliane Dulac notait « l’accroissement extraordinairement rapide du nombre des publications » concernant cet auteur depuis trente ans1. Si la question du féminisme a pu dans un premier temps attirer l’attention sur elle, des thèmes majeurs de son œuvre n’ont pas tardé à se dégager et à susciter des études qui ont mis en évidence sa personnalité intellectuelle, là où on se plaisait à répéter que son travail était avant tout le fruit de compilations, et ont révélé, derrière la banalité apparente de certains de ses jugements ou commentaires, une pensée à la fois très maîtrisée et fortement engagée dans les préoccupations de son époque, tout particulièrement dans le domaine de la réflexion politique. Quelle plus belle illustration donner de ce renouveau des études christiniennes que de citer la phrase par laquelle débute la passionnante biographie que Françoise Autran...

Auteur

Michèle Guéret-Laferté, professeur de langue et de littérature médiévales à l’université de Rouen, a d’abord développé sa recherche sur les récits de voyage en Orient (Sur les routes de l’empire mongol, Champion, 1994 ; Marco Polo, Le devisement du monde, édition sous la direction de P. Ménard, livre I, Droz, 2001 ; Poggio Bracciolini, De l’Inde. Les voyages en Asie de Niccolo de’ Conti, édition et traduction, Brepols, 2004). Puis elle s’est intéressée à l’historiographie normande (Aimé du Mont-Cassin, Ystoire de li Normant, édition du manuscrit BnF fr. 688, Champion, 2011). Elle travaille en outre sur la réception de l’héritage antique par la littérature médiévale et a étudié dans ce cadre le rapprochement entre Camille, l’héroïne virgilienne, et Jeanne d’Arc (« Camille et Jeanne : l’influence du courant humaniste sur l’image de Jeanne d’Arc », in Images de Jeanne d’Arc, PUF, 2000, p. 99-108).

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540