Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les deux procès de Jeanne d’Arc : « condamnation et réhabilitation »

D’un procès à l’autre : Jeanne en habit d’homme

From one trial to another, Joan wearing men clothes

Françoise Michaud-Fréjaville

Résumé

Changer d’apparence par l’inversion des codes du vêtement et de la chevelure était, il y a un siècle encore, un acte grave. Il l’était bien plus encore au XVe siècle. Qu’il s’agisse d’une décision contraire aux usages locaux et généraux reconnus, mais plus encore à la loi biblique et à l’usage canonique, est évident : partout l’habit faisait le moine. Avec la Pucelle ce choix devint, de plus, une transgression sociale : Jeanne, armée et entrant dans le groupe nobiliaire, s’insérait doublement dans la société de rang supérieur. Enfin le procès de Rouen poussa l’accusée à lier ces initiatives personnelles à une volonté divine reçue sans médiation. Même si on les sait impartiaux, il n’en reste pas moins vrai que les juges de Rouen firent éclater ce que les textes contemporains (Christine de Pizan, Gerson, Gélu) ne laissaient pas toujours transparaître : le scandale du vêtement inquiéta réellement les consciences. La lecture des traités utilisés pour le procès en nullité de la condamnation confirme la gêne des savants : cette nouveauté n’était valable que pour ce cas, voulu de Dieu, et ne pouvait être en rien un modèle. Quant aux témoins de la vie quotidienne de l’héroïne, de son enfance à sa mort, la solution fut, pour l’écrasante majorité, de se libérer d’un souci en passant la question sous silence.

Change of appearance by reversing the codes of clothing and the hair was still a century ago a serious offense. It was even more in the fifteenth century. Whether it was a decision contrary to local and generally recognized customs, but even more contrary to biblical law and canonical usage, is obvious: everywhere the clothes make the man. With “La Pucelle” this choice became more a social transgression: Jeanne, entering the army and the noble group, is inserted herself in the higher rank society in two ways. Finally, the trial of Rouen pushed the accused to link these personal initiatives to a divine will received without mediation. Even if they were known as impartial, it remains true that the judges of Rouen showed what contemporary texts (Christine de Pizan, Gerson, Gelu) did not always presented: the scandal of the clothes really worried people consciences. The reading of the treaties used for the rehabilitation trial confirms discomfort of the scholars: this novelty was only valid for this case, willed by God, and could not be a model. As for witnesses of the daily life of the heroine from her childhood to her death, the solution was, for the overwhelming majority, a way to be free from a concern kept under silence.

Texte intégral

  • 1 On se permet de renvoyer à F. Michaud-Fréjaville, Une ville, une destinée : Orléans et Jeanne d’Arc (...)

1Toutes les biographies de Jeanne racontent le lourd passif que représenta le port d’un habit masculin dans les deux étapes de sa condamnation et certaines y dénoncent la cause unique du bûcher. Sans doute pourrait-on encore aller plus loin dans les analyses, parfois désordonnées et contradictoires, que permet le développement de l’histoire du genre, mais le danger – mortiferum – de l’a(na)chronisme guette et il faut absolument revenir aux textes et à l’époque. La relecture critique des textes fondamentaux ne peut sans doute pas éclairer tous les points d’une histoire complexe, largement polluée par une littérature surabondante, mais doit y contribuer. Cette étude s’insère dans une série de recherches thématiques que je mène depuis plusieurs années sur le corpus des traités parus depuis 1429 concernant Jeanne d’Arc et utilisés lors du procès en nullité de la condamnation et sur ce procès lui-même1.

  • 2 On me permettra de ne pas utiliser l’expression « en Lorraine », qui n’est pas celle du texte. Cf. (...)
  • 3 En sus de l’édition de Pierre Duparc : P. Lanéry d’Arc, Mémoires et consultations en faveur de Jean (...)
  • 4 Mémorial du 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’arc (1456-1956), Paris, J. Foret, 1958 ; (...)

2La lecture des traités demandés à des théologiens qui n’avaient pas assisté aux comparutions de Jeanne (ni à Poitiers ni, encore moins, à Rouen) et celle des témoignages recueillis au lendemain même de la condamnation (dite L’Information posthume du procès de Rouen) ou entre 1450 et 1456, à Rouen, Paris, Orléans et au pays d’origine de Jeanne2 pour aboutir à la proclamation de la nullité de la condamnation3, amènent sur le propos de l’« habit d’homme » à plusieurs séries de réflexions, à vrai dire pas toutes originales4. J’ai, par ailleurs, évacué de mon sujet des interrogations terre à terre dont les réponses ne peuvent qu’être imaginatives : comment Jeanne renouvela-t-elle sa garde-robe à Rouen entre décembre 1430 et mai 1431 ? Quelle était, à la veille de son exécution, la longueur de ses cheveux (autrement dit avait-on entretenu la « coupe ronde » et masculine) ?

  • 5 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire (...)

3La première réflexion porte sur la forme même du genre « enquête » car les témoins n’ont pas à aborder des aspects sur lesquels on ne leur pose pas de question et ne répondent qu’à ce qu’on leur demande, tout comme sur les choix des « traités en faveur de » dont les auteurs doivent chercher à mettre en difficulté les juges de Rouen plus sur la forme que sur le fond des accusations portées contre Jeanne. Il en découle une seconde réflexion : nous sommes confrontés à une grande pauvreté des arguments stéréotypés des savants et à des descriptions squelettiques des témoins. En conséquence, l’historien d’aujourd’hui en arrive à s’interroger à la fois sur le bien-fondé, pourtant dénoncé par la lettre du roi Henri VI à l’Empereur5, du « scandale » du vêtement masculin, sur une gêne très visible des clercs de toutes les parties à parler de la question et sur une apparente totale indifférence des laïcs à la vision d’une femme vêtue en homme, spectacle peut-être pas si rare. Tous, en fin de compte, cherchèrent à éviter de formuler un sentiment d’étrangeté physique vis-à-vis de la personne inclassable que leur parut être Jeanne d’Arc.

Le « dossier posthume » et l’habit d’homme

  • 6 Ibid., p. 416-436 : [Quedam acta posterius] : [I] [Informatio post excecucionem…], p. 416-422, [II] (...)

4Peu utilisés par les historiens, trois des cinq Actes posthumes6 sont à mon sens un des révélateurs d’une place plutôt médiocre à accorder au vêtement et à l’apparence de Jeanne. Les lettres royales rédigées au nom d’Henri VI abordent le sujet de l’aspect extérieur de la Pucelle, de manière fort brève, lorsqu’elles présentent à l’empereur Sigismond et aux princes d’Europe cette femme « présomptueuse » habillée, contre toute décence, d’un habit d’homme et revêtue d’armes militaires (adversus decenciam nature habitum sortita virilem, armis induta militaribus). Le mal y vient moins en fait de l’allure usurpée à l’autre sexe que des conséquences produites : elle s’est mêlée de batailles et a causé mort d’hommes. En vérité, c’est surtout la séduction du discours d’une Pucelle, invoquant Dieu, les anges et les saints et se montrant « devineresse » qui est fustigée, pour avoir dévoyé les sujets d’un souverain légitime vers des fables et des croyances dangereuses en faveur d’un faux roi. Dans les événements qui menèrent la jeune femme depuis la signature de la cédule qui lui évitait la mort au « retour aux erreurs et aux mensongères folies » la conduisant à la mort, il n’est mention ni de la remise de la robe de femme ni de son abandon pour remettre un habit interdit.

5La lettre aux Prélats et aux Grands du royaume de France, écrite en français, veut apparemment davantage frapper ses lecteurs et auditeurs, l’indécence contre nature est devenue offense à Dieu :

Comment ceste femme […] contre la loy divine et l’etat de son sexe feminin, vestue en abit d’omme, chose à Dieu abhominable, et en tel estat [s’]est transportée devers nostre ennemi capital […] et ceux de son parti […] et les a convertis a fables mensonges.

6Dans cette seconde lettre qui s’adresse donc aux élites religieuses et militaires du royaume, le rédacteur développe en sus un autre grief qu’il n’avait pas abordé dans le texte pour l’Empereur et qui est destiné à provoquer l’indignation des mâles des deux premiers ordres, la transgression de classe et l’usurpation des armes de France :

Se vesti aussi d’armes appliquees pour chevaliers et escuiers, leva estendard et en trop grand oultrage, orgueil et presonmpcion, demanda avoir et porter les tres nobles et excellentes armes de France ce que en partie elle obtint.

  • 7 Ibid., p. 427 : « un escu a champ d’asur avec deux fleurs de liz d’or et une espee la pointe en hau (...)

7On sait que les armoiries de Jeanne – décrites d’ailleurs par la lettre7 – n’étaient pas les armes royales et qu’elle ne fut pas non plus le porte-étendard du roi, mais du sien propre. Néanmoins, en cet habit auquel elle n’avait droit ni par son sexe ni par son rang, elle se montrait d’autant plus dangereuse pour le salut du peuple du royaume rebelle : le mensonge sur son propre personnage jetait le doute sur la valeur de la hiérarchie ordinaire. Cependant, les arguments fondamentaux de la chancellerie anglaise pour justifier les condamnations successives de la Pucelle portaient surtout sur son entêtement à répéter qu’elle était une envoyée de Dieu et communiquait directement avec saint Michel et les saintes Catherine et Marguerite et, donc, que ses actes et ses paroles avaient entraîné superstition, rébellion et cruauté. Par-dessus tout, elle était retombée, par orgueil, dans ses erreurs et ses folies précédentes (rediitque infelix mulier in errores et insanias falsas quos antea evomuerat), folies de croyances et non de gestes ou d’allure. L’épisode de la reprise du vêtement masculin était fort difficile à développer sans laisser pointer une faute ou une complicité des geôliers, et son poids dans la condamnation finale est totalement évacué de la version officielle des lettres anglo-françaises.

  • 8 Ibid., p. 417-422 : témoignages de Me Nicolas Venderes, frère Martin Ladvenu, Me Pierre Maurice, fr (...)
  • 9 Ibid., p. 133-135 : lors de l’interrogatoire du 13 mars 1431 : angelus certificabat hoc regni suo, (...)
  • 10 Ibid., p. 421, témoignage de Nicolas Loiseleur : ipse loquens a dicta Johanna audivit dici quod ips (...)
  • 11 Ibid., p. 420, Jacques Le Camus.

8Plus radicale encore est l’absence, dans les témoignages cléricaux de l’« Information » du 7 juin 1430 sur les paroles de Jeanne in fine suo et articulo mortis8, de la mention de tout défi de la jeune fille envers ses juges par l’endossement de vêtement masculin après l’abjuration. Les sept témoins rapportent tous que la Pucelle a affirmé avoir vu des lumières et entendu des voix, mais que celles-ci l’auraient trompée en affirmant qu’elle serait sauvée. Surtout ils se sont attachés à assurer qu’elle avait avoué nettement que l’ange apportant une couronne très précieuse d’or très pur « à celui qu’elle appelait son roi »9 était en vérité elle-même et nul autre10. Ils sont tous d’accord pour reconnaître que Jeanne a persisté à parler de ses apparitions, de quelque origine qu’elles fussent et, toujours selon eux, qu’elle aurait fini par reconnaître la fausseté de leurs promesses, leur origine mauvaise mais, en revanche, n’a pas remis en doute leur existence : quod, ex quo ipsam sic deceperant, ipsa credebat quod non essent bone voces seu res11. Ne venant pas de Dieu puisqu’elles l’avaient déçue, elles ne pouvaient que venir du Diable.

9De la question du changement de vêtement et de la façon dont elle aurait pu s’en procurer, de ses arguments, rapportés par certains de ces mêmes témoins lors du procès en nullité, pour revenir sur son accord à des vestes muliebres, pas un mot, la question paraît ici hors sujet. Faut-il y voir une tacite reconnaissance de la moindre importance du vêtement dans tout le procès de condamnation en regard de celle des voix et des visions ? Je suis prête à le croire. Le respect de l’ordre social et moral est passé bien après la question fondamentale du rapport direct à Dieu dans une société fortement structurée par un clergé sourcilleux. L’habit d’homme ne fut qu’un argument second, essentiellement destiné à rendre encore plus visible au peuple le scandale du personnage et à le « désabuser » sur son héroïne, prête à toutes les palinodies. Peut-être, d’ailleurs, sommes-nous encore derrière le rideau de fumée.

Les savants clercs : lex vetus versus lex novus ?

  • 12 Sur les références à propos de l’habit d’homme dans le procès de condamnation, on renvoie à l’index (...)

10Si nous passons des adversaires de la Pucelle à ses défenseurs post-mortem, l’embarras des clercs chargés de la défense de Jeanne et de l’accusation contre les juges de Rouen est flagrant. La révision du procès de condamnation demandait aux théologiens de déconstruire un argument qui n’était pas théologique mais disciplinaire, un argument qui était peut-être le seul avec lequel ils avaient peut-être une opinion personnelle assez proche des juges de Jeanne. Un argument qui, quasi officiellement, était la cause finale de l’accusation de relapse et du bûcher12.

  • 13 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, Vorseilles, p. 87.
  • 14 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II : Bourdeilles, p. 115 ; Basin, p. 207 ; Berruyer, p. 49  (...)
  • 15 Ibid., p. 377.
  • 16 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 42.
  • 17 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II : Bourdeilles, p. 115 ; Basin, p. 207 ; Berruyer, p. 49  (...)

11La question n’est pas simple pour une société dont les législations canoniques et civiles étaient étroitement imbriquées. L’Ancien Testament proscrit de façon définitive l’échange des vêtements entre hommes et femmes (Deut. 22 / 5) : « Une femme ne portera pas un costume masculin et un homme ne mettra pas un vêtement de femme ; quiconque agit ainsi est en abomination à Yahvé ». Cette loi, mise en avant par les juges de Rouen, est rappelée directement par cinq des traités du procès en nullité (Guy de Vorseilles13, Hélie de Bourdeilles, Thomas Basin, Martin Berruyer et Robert Ciboule14). Elle est reprise, évidemment, par Jean Bréhal dans sa recollectio15. C’est un interdit sans appel et la société médiévale qui refuse les transgressions bouleversant la hiérarchie des sexes et des ordres l’a adopté aisément. Saint Paul semble avoir renforcé cette rigidité (I Cor. 7) : « que chacun continue de vivre dans la condition que lui a assignée le Seigneur », pour deux raisons : la première est certainement la puissante image du couple Christ / Église et Époux / Épouse (I Cor., 11, 3), qui fige la distinction des sexes en soumettant naturellement la seconde au premier tout en glorifiant un amour nécessairement réciproque. La seconde raison, plus humaine, était la concurrence avec la nouvelle religion chrétienne de cultes à mystères (Mars, Isis, Cybèle) qui pratiquaient en certaines occasions des rites d’inversion, hautement dénoncés par les moralistes pour leur licence et leur débauche, vraie ou supposée. Des auteurs des traités du procès en nullité (Paul Pontanus16, Bourdeilles, Basin, Berruyer, et toujours la recollectio de Bréhal17) font donc référence à saint Paul pour présenter, absolument comme les juges accusateurs avant eux, le fondement néotestamentaire du maintien de l’injonction biblique, parfois immédiatement après la citation ou la référence à cette dernière.

  • 18 Ibid., p. 38 : c’est la première de ses trois conclusions : Lex Vetus prohibens mulierem uti veste (...)
  • 19 A. Vauchez, « Les théologiens face aux prophéties à l’époque des papes d’Avignon et du grand schism (...)
  • 20 C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 87-128.
  • 21 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 37.
  • 22 « Que se taise la bouche d’iniquité » (ibid., t. II, p. 39 : Obstruatur igitur et cesset os loquent (...)

12Comment dans ces conditions les savants clercs pourraient-ils défendre Jeanne et ses chausses ? Opposer lex novus à lex vetus, comme Gerson le suggéra à plusieurs reprises18. Quelques parades sont tentées avec l’une des armes mêmes de l’accusation, c’est-à-dire les cheveux coupés « en rond » de la Pucelle. Saint Paul faisait une mince ouverture à la femme aux cheveux coupés (I Cor., 11, 6) : « Si une femme ne met pas de voile pour prier ou prophétiser, alors qu’elle se coupe les cheveux ». Jeanne reconnue prophète serait donc en partie absoute. La place de la prophétie dans le procès en nullité a déjà été évoquée par André Vauchez, mais celui-ci traitait moins de Jeanne prophète que des prophéties qui auraient annoncé la jeune fille19. Colette Beaune a repris l’analyse20. On ne saurait oublier que le traité de Gerson, mort en 1429 au moment des succès de Jeanne, fut inséré avec ceux qui furent demandés pour la procédure de révision du procès de condamnation et, le premier, il avait évoqué la prophétesse Deborah à propos de celle qui avait délivré Orléans21. Cependant, depuis l’origine cette voie avait été refermée par l’apôtre lui-même (1 Cor, 11, 13-14) : « Est-il décent que la femme prie Dieu la tête découverte ? La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour les hommes de porter les cheveux longs, tandis que c’est une gloire, pour la femme, de les porter ainsi : car la chevelure lui a été donnée en guise de voile ». Nos auteurs, tel Bourdeilles, oscillent de la liberté à l’interdiction et, appuyés sur ces références, sont finalement sensibles au risque véritable d’interprétation aventureuse : ils laissent généralement les conclusions à en tirer en suspension, comme d’ailleurs avant eux Jean Gerson22.

  • 23 Sur la question du travestisme féminin, cf. Des femmes travesties : « un mauvais genre », N. Pelleg (...)
  • 24 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 36 : quia mulierem miscere se bellis est prohibitum et arma genere.

13Le Décret de Gratien, en sus, sembla verrouiller toute liberté dans le domaine du vêtement et de la coiffure féminine avec les canons du Concilium Grantiensis, Si qua mulier : « Si une femme pour un culte divin ou ce qu’elle croit en être un, se coupe les cheveux […] qu’elle soit anathème » (DG XXX / 2) ; de même : « Si une femme pour ce qu’elle croit être la continence change d’habit et couvre usuellement sa féminité d’un habit d’homme, qu’elle soit anathème »23 (DG XXX / 6), cités par Ciboule, Berruyer et la recollectio de Bréhal. Enfin, Paul Pontanus ajoute ces interdictions du Digeste (III, 3-47) faites à une femme de se mêler de guerre et de porter les armes qui ont rangé la femme du côté des enfants et des clercs24. Il y avait là un véritable blocage pour les défenseurs de la Pucelle, nous ne pouvons que le constater.

  • 25 « La loi a été comme un pédagogue pour nous mener au Christ ; la foi étant venue nous ne sommes plu (...)
  • 26 Jean, 12, 34.
  • 27 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 87 : Guy de Vorseilles évoque les célébrations de Vénus et Mars où l (...)

14Les efforts des clercs pour en sortir s’appuyèrent sur plusieurs réflexions. La plus facile, sans doute, déjà suggérée par Gerson – et avant lui par bien d’autres juristes pour divers cas de novelleté, mais en s’appuyant également sur l’épître aux Galates (Gal., 3, 24-25)25 – et reprise par Vorseilles, fut de s’inspirer de la parole même du Christ : « Je vous donne un commandement nouveau »26 (lex novus). Et ainsi de relever que les usages ont changé dans bien des cas depuis la loi hébraïque, en particulier sur les interdits alimentaires. Le trop fameux canon Si qua mulier visait des cultes périmés27 et, caduque, devait tomber de lui-même. Force nous est de constater que la société n’avait pas adhéré à cette nouveauté en matière de distinction vestimentaire entre les sexes.

  • 28 Summa 1°-2°, 111, art. 1 : sur la grâce donnée au sujet d’agir pour entraîner les autres.
  • 29 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 111 : Ipsa Johanna assereret arma et habitum virilem (...)
  • 30 Ibid., p. 262 : quoniam a Deo missa fuit.
  • 31 P. Lanéry d’Arc, Traités…, p. 88.
  • 32 Ibid., p. 59.

15Prisonniers d’un réseau de textes discordants à propos de l’un des éléments primordiaux de la personnalité de Jeanne qu’était son apparence, les clercs se tournent vers la seule explication possible du choix de cet habit d’homme : l’injonction de Dieu. On en arrive ainsi à l’utilisation par Bréhal du passage de l’évangile de Jean : « Le vent souffle d’en haut et tu entends sa voix » (Jean, 3, 8). Des traités affirment donc qu’il a fallu assurément une intervention divine pour qu’une pieuse enfant se lance sans crainte apparente dans l’aventure de la transgression des lois divines et humaines. Pour cela il fallait la grâce, le rappellent Bourdeilles, Berryuer, Ciboule en citant tous saint Thomas28 mais sans jamais évoquer la belle formule de Jeanne sur la grâce de Dieu, devenue pour nous depuis le XIXe siècle quasiment proverbiale. Bourdeilles affirme que Jeanne a eu une « dispense » de Dieu29 (et évoque encore Déborah), dispense que l’on retrouve chez Jean Bochard30 ; Vorseilles, pour sa part, ajoute qu’en cela Jeanne fut obéissante : elle a accepté l’habit d’homme comme précepte divin31. Paul Pontanus reprend les termes mêmes des interrogatoires du procès de condamnation : « Elle répondit qu’elle obéirait d’abord à Dieu. Elle ne croyait pas mal faire avec l’habit d’homme qu’elle portait pour le bien de ses partisans »32. La volonté de Dieu est de confier une mission à la Pucelle et de lui donner les moyens de l’accomplir tout en préservant à la fois sa chasteté et la vertu de son entourage. L’habit d’homme est donc une nécessité plus encore qu’une commodité, il respecte les interlocuteurs de la jeune fille en évitant d’induire en tentation ses compagnons et, surtout, il lui a permis de conserver une virginité reconnue – avec regrets – par ses accusateurs mêmes. Ces arguments se retrouvent épars dans chacun des traités utilisés par Bréhal qui en rassemble le bouquet.

  • 33 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 342 : non tamen in armis. Armes offensives ?
  • 34 P. Lanéry d’Arc, Traités…, p. 96.
  • 35 Ibid. : Leliis, p. 25, mais il se contente de reprendre les termes ambigus du procès de condamnatio (...)
  • 36 Théodore de Leliis écrit qu’elle accepte (ibid., p. 26-27), ensuite qu’elle n’a pas accepté (p. 28) (...)

16Poser en principe le conseil divin a, de plus, permis aux théologiens d’expliquer que le vêtement de Jeanne ne l’a pas empêchée au cours de sa vie publique d’assister à la messe et de recevoir valablement la communion. Certes, Bouillé note que ce fut même quand elle était en campagne, mais elle était alors sans armes33, ce que le Summarium de Bréhal a également affirmé34, mais Théodore de Leliis et Paul Pontanus35 ne prennent pas la peine de ces précautions, dont on peut d’ailleurs douter dans le déroulement des campagnes militaires. Les traités se sont également souciés d’éclaircir si oui ou non Jeanne n’aurait pas accepté de remettre temporairement une robe pour avoir la possibilité de communier en captivité. Pour la plupart, la réponse est nette : ce sont ses juges qui l’en ont empêchée, mais Leliis et Pontanus, qui suivent de près les termes du procès de Rouen, hésitent et se contredisent sans trancher36.

  • 37 Une « statistique » donnée par l’Encyclopedia of Amazons, New York, Anchor Books, 1992, recense cep (...)

17Ainsi les clercs, mal à l’aise très certainement sur cette question du vêtement, ne sauraient en tout cas instituer Jeanne en modèle humain, quoiqu’elle soit affirmée comme non hérétique et mue par la volonté de Dieu. Dans un cas aussi extraordinaire, la transgression, nécessité urgente et justifiée par la force de l’injonction divine, était destinée à éviter le pire à une âme sans corruption ni désirs luxurieux : en aucune façon elle ne devait susciter des émules37.

Les témoins : un vêtement presque invisible

  • 38 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 251 : Item Inquiratur de modo recessus a patria et pr (...)
  • 39 On a vu que l’information posthume avait écarté le sujet.

18La très grande pauvreté des témoignages du procès en nullité sur l’habit d’homme est révélatrice de la gêne des réviseurs de la condamnation. Les questions posées par les enquêteurs ne concernent jamais l’aspect physique de Jeanne mais son attitude d’ensemble et les circonstances au cours desquelles les témoins l’ont rencontrée et vue agir. En conséquence, sur les 105 témoignages exploitables, près des deux tiers (soit 65) ne semblent pas avoir remarqué que la jeune femme était vêtue en homme, ce qui est absurde et montre combien le questionnaire et les enregistrements furent dirigés. En Lorraine, où était survenue la mutation vestimentaire, on n’aborda pas le problème de front. On trouve une éventuelle ouverture au vêtement d’homme dans la question 10 : « On demandera comment elle quitta son pays et comment elle voyagea »38. À Rouen, les seules questions très directes s’adressèrent à ceux qui se trouvaient là en 1431 et portèrent sur la reprise de l’habit d’homme dans la prison39. Nous avons donc deux moments bien précis de la vie de l’héroïne, ceux qui encadrent l’épopée à proprement parler : la décision de prendre cet habit et celle de le remettre. Tout le reste est escamoté : la prise des armes, les beaux vêtements, les aiguillettes, la huque d’or, les cheveux en rond, ce qui avait fait l’objet de remarques acerbes des juges de Rouen est passé sous silence. Les femmes qui ont accueilli la jeune femme sous leur toit sont totalement muettes sur son vestiaire, son apparence : elles ne décrivent rien, ne la défendent ni ne tentent de l’expliquer. On peut douter que ce soit bonnement si simple, sans réticences ni bavardages entre amies et parentes.

  • 40 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 290.
  • 41 Ibid., Laxart, p. 296 ; Le Royer, p. 299.
  • 42 Ibid., p. 306.

19Le départ de Vaucouleurs est conté par les témoins avec une simplicité qui révèle pourtant au lecteur attentif des textes des contradictions, relevées depuis longtemps : contradictions entre les personnes interrogées elles-mêmes et avec les traités. Si l’on lisait seulement ces derniers, il apparaîtrait que Jeanne, poussée par une injonction divine impérieuse, aurait eu l’entière initiative de troquer sa robe pour un pourpoint. Or le témoignage de Jean de Metz est le seul à corroborer une version donnant bien à Jeanne une responsabilité dans la transgression, car elle aurait demandé à son accompagnateur « si elle devait aller avec ses vêtements et il lui répondit qu’il vaudrait mieux qu’elle ait des vêtements d’homme »40. Elle mit donc d’abord les habits d’un des serviteurs avant que les gens de Vaucouleurs ne lui en offrent d’autres. Mais Durant Laxart et Henri le Royer indiquent, comme au passage, que ce sont les gens de la ville qui l’équipèrent41 et Bertrand de Poulengy précise que quand elle eut enlevé sa robe rouge, ces gens « lui firent faire un pourpoint et des vêtements d’homme, des chausses, des guêtres et lui donnèrent une épée et un cheval »42. Très honnêtement, nous n’en saurons pas plus : nous ne saurons pas qui ou ce qui lui fit quitter sa robe. Quelques témoins, moins d’une dizaine, relèvent la piété de la jeune femme et ses communions fréquentes. Contrairement aux auteurs des traités qui trouvent là un argument pour suggérer (et parfois affirmer) que la Pucelle se comportait sans provoquer de scandale et que les clercs n’avaient donc pas de scrupules à lui donner les sacrements de pénitence et d’eucharistie, les témoins, qui se partagent entre ceux de l’enfance à Domrémy et ceux de la vie publique jusqu’au Crotoy, relèvent seulement la piété profonde d’une femme que le contact de la guerre et de la cour n’a en rien détournée de ses habitudes religieuses.

  • 43 Ibid. : Dunois, p. 323 (« jasseren ») ; Jean Luillier, p. 332 ; Maignan Viole, p. 409 (« jaseran ») (...)
  • 44 Ibid., p. 402.

20Aussi rares sont les témoins qui notent, comme en passant, qu’ils l’ont vue en armure, ce qui est tout à fait différent des sources littéraires, des lettres et des chroniqueurs, mais là encore ces remarques sont d’une grande prudence afin d’entrer dans le moule du procès en nullité. Dunois, Jean Luillier, Maignan Viole indiquent que le 8 mai 1429, elle s’était armée, vêtue d’un jasseren ou jaseran43, Simon Charles l’a vue armée et à cheval44. Mais le 8 mai, il n’y eut point de contact avec l’ennemi, de la volonté même de la Pucelle. On veut donc suggérer que l’armure, ici, n’était pas une marque d’agressivité mais une simple protection du corps, comme si Jeanne – dotée du don de prophétie, il est vrai – avait su d’avance que Salisbury ferait faire demi-tour à ses troupes.

  • 45 G. Peyronnet, « Qui a tué Jeanne d’Arc ? », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’A (...)
  • 46 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I : Ladvenu, p. 442 ; Manchon, p. 183 ; Bardin de la Pierre (...)
  • 47 Ibid., p. 188.
  • 48 Ibid. : La Pierre, p. 187 ; Massieu, p. 209 et 434 ; La Chambre, p. 325 ; Mailly, p. 354.
  • 49 P. Lanéry d’Arc, Mémoires… : Lhermite, p. 80 ; Pontanus (opinio), p. 43.
  • 50 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II : Bochard, p. 264 ; Bréhal, p. 505, 510.

21Une dernière série de témoins fut incitée à raconter les circonstances dans lesquelles la prisonnière avait remis ses habits virils après avoir abjuré et accepté de mettre des vêtements féminins. Il s’agit de clercs, prêtres et notaires qui furent d’abord impliqués dans le jugement de mai 1431. Les historiens ont depuis longtemps énuméré les contradictions des diverses voix qui narrèrent comment le dimanche 27 mai se répandit le bruit que la prisonnière s’était habillée à nouveau en homme45. A posteriori, quelques repentis y virent parfois la crainte d’un viol (Martin Ladvenu, Guillaume Manchon, Bardin de la Pierre46), une pudeur bien naturelle devant les geôliers (Pierre Cusquel47). Six seulement supposent, quelquefois en contradiction avec leur proposition précédente, qu’on a opéré une substitution pendant la nuit (Bardin de La Pierre, Jean Massieu par deux fois, Guillaume de la Chambre, Jean de Mailly, Guillaume Manchon48). Des interrogations similaires se lisent dans les traités issus de milieux cléricaux semblables chez Jean Lhermite, Pontanus49, Bochard et dans la Recollectio de Bréhal50, laquelle dénonce clairement une « ruse » des juges faisant enlever la robe de Jeanne et y ajoute la sagesse de celle-ci de vouloir résister aux entreprises de ses gardiens.

22Ces ambiguïtés nourrissent encore les polémiques presque six siècles après.

Conclusion : l’habit occulté

  • 51 Basin, Berruyer, Bochard et Bréhal (recollectio) permettent de citer Marguerite / Pélage, Téodore / (...)

23Des lacunes que dévoile un examen que l’on a tenté rigoureux des mentions de l’habit d’homme lors du procès en nullité, il ressort que Jeanne y est, par l’écriture, cantonnée dans un vêtement pratiquement sans existence : sans couleurs, sans formes, sans recherches particulières. Une seule fois, il est noté comme « bien attaché » en prison pour garder sa vertu, on suggérerait donc ainsi que l’absence de sous-vêtements adéquats rendrait l’habit de femme dangereux pour celle qui le porte, voire encore plus provocateur vis-à-vis des hommes. Les cheveux courts sont oubliés, eux aussi perdus, absents de la mémoire des témoins et à peine cités par Martin Berruyer en référence aux saintes qui, tondues, se vêtirent en moines, mais ces saintes ne correspondent pas du tout à Jeanne, qui s’est toujours présentée comme une jeune fille habillée en garçon51. Le mieux ne serait-il pas de ne pas parler de ces choses indicibles ? De fait, ce silence crie une réprobation viscérale des clercs que les conditions du procès de 1455-1456 rendent impossible à exprimer. Dans la production des motifs de droit, le procès en nullité, reprenant les mots propres des juges de Rouen, y intercale, certes, les ajouts dont Guillaume Manchon a déploré après coup la censure :

  • 52 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 502-503, traduction : ibid., t. IV, p. 168.

À propos de l’habit d’homme, à savoir la tunique etc… il faut mettre : « elle dit aussi qu’après avoir reçu l’ordre de Dieu de porter un habit d’homme, il lui fallait porter une tunique courte, un chapeau » etc. Sur le même article « quitter l’habit d’homme » etc. il faut ajouter qu’elle dit : « elle ne le quitterait que sur l’ordre de Dieu »52.

24Mais il ne faut pas croire que l’intervention affirmée de Dieu permette pour autant de rendre vraiment acceptable une présence « naturelle » de l’accoutrement de Jeanne. Les motifs de droit finissent par l’écrire en toutes lettres : elle reste coupable sans être responsable, sa faute est atténuée grandement, est excusée, mais elle demeure :

  • 53 Ibid., t. II, p. 30 : […] sola forsan vestium excepta virilium delatione : de qua tamen excusabilis (...)

Du texte du premier procès et des dépositions de ceux dignes de foi qui y assistèrent, il ressort que Jeanne ne fut nullement convaincue des genres de crimes qu’on lui reprochait, sauf peut-être pour le port des vêtements d’homme ; et sur ce point elle est excusable cependant ; comme il apparaît bien ci-dessus53.

25Nous ne devons pas penser que les clercs du XVe siècle au service de Charles VII étaient d’une permissivité plus dangereuse pour la hiérarchie entre les ordres et les sexes que les intraitables juges de Rouen, le peut-être (forsan) est révélateur. Leur éducation et leurs références sont identiques et dans le cas de Jeanne d’Arc, ils doivent composer entre une réprobation du vêtement d’homme, dont ils refusent qu’elle s’exprime aussi bien chez les clercs interrogés que chez les témoins laïcs, et la mise hors de toute attaque de la personne de Jeanne inspirée de Dieu. Il n’en faudrait sans doute pas beaucoup pour qu’une imitation de la jeune femme ne soit dénoncée et réprimée avec vigueur, mais sans aller jusqu’à la mort, on le vit bien avec les « fausses Jeanne ». C’est tout à fait l’état d’esprit général que l’analyse de la lettre attribuée à Regnault de Chartres, archevêque de Reims et chancelier de France, laisse transparaître. Dans cette lettre, un correspondant à vrai dire pas très nettement défini, soit Regnault, soit le Berger du Gévaudan que le chancelier avait suscité, traduit une opinion dont on peut penser qu’elle était répandue dans la société tout entière :

  • 54 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), P (...)

Et sur ce que on luy [Regnault ou le Berger ?] dict que les Angloys avoient faict mourir Jehanne la Pucelle, il leur respondit que tant plus il leur mescherait et que Dieu avoit souffert prendre Jehanne la Pucelle pour ce que elle s’estoit constittuée en orgueil et pour les riches habits ; qu’elle n’avoit faict ce que Dieu luy avoit commandé ains avoit faict sa volonté54.

  • 55 Missel de Jeanne d’Arc, Paris, Lelarge et Chambard, 1894, vignettes et hors-textes d’Henri Carot et (...)
  • 56 M. Boutet de Monvel, Jeanne d’Arc, Paris, Plon, 1896.

26La rigidité des juges de l’annulation du procès de Rouen ne doit pas nous étonner, l’acceptation et la représentation de Jeanne vêtue en adolescent civil ou en jeune guerrier, avec ses cheveux coupés courts, ont mis des siècles à ne causer aucune émotion, au nom de la pudeur que l’on devait envers toutes les femmes et donc à l’héroïne. Il n’est pas impossible que ce soit seulement aux alentours de 1894-1896 qu’Henri Carot et Victor Prouvé, avec un Missel de Jeanne d’Arc55, pour une clientèle catholique assez éclairée, et Maurice Boutet de Monvel56, pour la jeunesse, aient rendu familière en France cette silhouette juvénile. Quant à la Jeanne en armure, elle s’est longtemps caractérisée, même après la Jeanne d’Arc de Marie d’Orléans (1837), par l’abondance d’une longue chevelure, affirmant son état de vierge et niant l’originalité profonde de la guerrière.

Notes

1 On se permet de renvoyer à F. Michaud-Fréjaville, Une ville, une destinée : Orléans et Jeanne d’Arc. En hommage à Françoise Michaud-Fréjaville, Cahiers de recherches médiévales et humanistes, n° 12 spécial, 2005 (recueils d’articles, 1979-2004) ; Id., « Un “habit déshonnête”. Réflexions sur Jeanne d’Arc à la lumière de l’histoire du genre », Francia, 34 / 1, 2007, p. 175-185. On ne traite pas du tout ici des raisons pour lesquelles des femmes ont pu (ou dû) s’habiller en guerrière ou en moine, ni de la question du travestisme largement débattue depuis le travail pionnier de M. Delcourt, « Le complexe de Diane dans l’hagiographie chrétienne », Revue d’histoire des religions, n° 153, 1958, p. 1-33.

2 On me permettra de ne pas utiliser l’expression « en Lorraine », qui n’est pas celle du texte. Cf. Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1977-1988, 5 vol., t. I, p. 244 : Inquesta in loco originis Johanne (et p. 245 : [informationes] in loco originis factas) est devenu dans le titre courant : « Enquête en Lorraine », mais c’est là un tout autre sujet pour d’infinies discussions.

3 En sus de l’édition de Pierre Duparc : P. Lanéry d’Arc, Mémoires et consultations en faveur de Jeanne d’Arc par les juges du procès de réhabilitation, Paris, Alphonse Picard, 1889, qui comprend les traités de Lhermite, Pontanus, Leliis et Vorseilles, non republiés par Duparc ; Documents et recherches relatifs à Jeanne la Pucelle (Bibliothèque Elzévirienne, nouvelle série ; Études et documents), P. Doncœur, Y. Lanhers (éd.), 5 vol., t. III : La réhabilitation de Jeanne la Pucelle. L’enquête ordonnée par Charles VII en 1450 et le codicille de Guillaume Bouillé, Paris – Melun, Librairie d’Argences, 1956 ; t. IV : La réhabilitation de Jeanne la Pucelle. L’enquête du cardinal d’Estouteville en 1452, Paris – Melun, Librairie d’Argences, 1958 ; t. V : La réhabilitation de Jeanne la Pucelle. La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456, Paris, Desclée de Brouwer, 1961.

4 Mémorial du 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’arc (1456-1956), Paris, J. Foret, 1958 ; C. Cazzaga, Le procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc la Pucelle, Pise, Istituto di lingue moderne, Facoltà di lingue et letterature straniere, 1993, mém. dactyl.

5 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1960-1971, 3 vol., t. I, p. 423 ; traduction, t. II, p. 369.

6 Ibid., p. 416-436 : [Quedam acta posterius] : [I] [Informatio post excecucionem…], p. 416-422, [II] [… Tenor licterarum quas dominus noster Rex scripsit Imperatoritotius christianitatis], p. 423-426, [III] [… Tenor licterarum quas dominus Rex noster scripsit Prelatis ecclesieregni sui Francie], p. 426-430.

7 Ibid., p. 427 : « un escu a champ d’asur avec deux fleurs de liz d’or et une espee la pointe en hault ferue en une couronne ».

8 Ibid., p. 417-422 : témoignages de Me Nicolas Venderes, frère Martin Ladvenu, Me Pierre Maurice, frère Jean Toumouillé, mes. Jacques Le Camus, Me Thomas de Courcelles, Me Nicolas Loiseleur.

9 Ibid., p. 133-135 : lors de l’interrogatoire du 13 mars 1431 : angelus certificabat hoc regni suo, sibi apportando coronam […].

10 Ibid., p. 421, témoignage de Nicolas Loiseleur : ipse loquens a dicta Johanna audivit dici quod ipsamet fuit angelus nec fuerat alius angelus.

11 Ibid., p. 420, Jacques Le Camus.

12 Sur les références à propos de l’habit d’homme dans le procès de condamnation, on renvoie à l’index de Pierre Tisset, Procès…, t. III, p. 273-276, qui donne les tomes et les pages du texte et de sa traduction.

13 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, Vorseilles, p. 87.

14 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II : Bourdeilles, p. 115 ; Basin, p. 207 ; Berruyer, p. 49 ; Ciboule, p. 377.

15 Ibid., p. 377.

16 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 42.

17 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II : Bourdeilles, p. 115 ; Basin, p. 207 ; Berruyer, p. 49 ; Bréhal, p. 466.

18 Ibid., p. 38 : c’est la première de ses trois conclusions : Lex Vetus prohibens mulierem uti veste virili et virum veste muliebri, pro quanto est pure judicialis, non obligat in Nova Lege. Vorseilles reprend d’ailleurs les mêmes expressions.

19 A. Vauchez, « Les théologiens face aux prophéties à l’époque des papes d’Avignon et du grand schisme », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 102-2, 1990, p. 587.

20 C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 87-128.

21 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 37.

22 « Que se taise la bouche d’iniquité » (ibid., t. II, p. 39 : Obstruatur igitur et cesset os loquentium iniquo).

23 Sur la question du travestisme féminin, cf. Des femmes travesties : « un mauvais genre », N. Pellegrin, C. Brard (dir.), Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 10, 1999.

24 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 36 : quia mulierem miscere se bellis est prohibitum et arma genere.

25 « La loi a été comme un pédagogue pour nous mener au Christ ; la foi étant venue nous ne sommes plus sous la loi du pédagogue ».

26 Jean, 12, 34.

27 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 87 : Guy de Vorseilles évoque les célébrations de Vénus et Mars où les fidèles inversaient les vêtements, cultes idolâtres qui furent abandonnés par les chrétiens : nunc autem homines christiane religionis ad idolatriam non sunt proclivi.

28 Summa 1°-2°, 111, art. 1 : sur la grâce donnée au sujet d’agir pour entraîner les autres.

29 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 111 : Ipsa Johanna assereret arma et habitum virilem ferre divina dispensatione et hoc possibile erat, exemplo Deborah preallegato

30 Ibid., p. 262 : quoniam a Deo missa fuit.

31 P. Lanéry d’Arc, Traités…, p. 88.

32 Ibid., p. 59.

33 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 342 : non tamen in armis. Armes offensives ?

34 P. Lanéry d’Arc, Traités…, p. 96.

35 Ibid. : Leliis, p. 25, mais il se contente de reprendre les termes ambigus du procès de condamnation ; Pontanus (Consultatio), ibid., p. 59.

36 Théodore de Leliis écrit qu’elle accepte (ibid., p. 26-27), ensuite qu’elle n’a pas accepté (p. 28), enfin qu’elle a hésité (p. 32) ; Pontanus dans sa Consultatio dit oui et non à quelques lignes d’intervalle (ibid., p. 60).

37 Une « statistique » donnée par l’Encyclopedia of Amazons, New York, Anchor Books, 1992, recense cependant 18 femmes s’étant montrées en armes au XVe siècle ; D. Gervais, S. Lusignan, « De Jeanne d’Arc à Madelaine de Verchères, la femme guerrière dans la société d’Ancien Régime », Revue de l’histoire de l’Amérique française, n° 53 / 2, 1999, p. 171-205.

38 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 251 : Item Inquiratur de modo recessus a patria et progressus a viam. Le document final n’a pas inséré la teneur des autres questions dans les enquêtes de Rouen, Paris et Orléans.

39 On a vu que l’information posthume avait écarté le sujet.

40 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 290.

41 Ibid., Laxart, p. 296 ; Le Royer, p. 299.

42 Ibid., p. 306.

43 Ibid. : Dunois, p. 323 (« jasseren ») ; Jean Luillier, p. 332 ; Maignan Viole, p. 409 (« jaseran »), les termes sont en langue vulgaire dans le texte.

44 Ibid., p. 402.

45 G. Peyronnet, « Qui a tué Jeanne d’Arc ? », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, hors-série, 1, 1996 : 4-2 : « L’énigme de la reprise de l’habit d’homme par Jeanne », p. 45-49 ; F. Michaud-Fréjaville, « Un habit “déshonnête”… », p. 184-185.

46 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I : Ladvenu, p. 442 ; Manchon, p. 183 ; Bardin de la Pierre, p. 186.

47 Ibid., p. 188.

48 Ibid. : La Pierre, p. 187 ; Massieu, p. 209 et 434 ; La Chambre, p. 325 ; Mailly, p. 354.

49 P. Lanéry d’Arc, Mémoires… : Lhermite, p. 80 ; Pontanus (opinio), p. 43.

50 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II : Bochard, p. 264 ; Bréhal, p. 505, 510.

51 Basin, Berruyer, Bochard et Bréhal (recollectio) permettent de citer Marguerite / Pélage, Téodore / Théodore, Marine / Marinus, Euphrosine / Smaragde, Tècle, Eugénie, Nathalie comme cas de travestissements monastiques totaux. Cf. l’article pionnier de J. Anson, « The female travestite in early monasticism. The origin and development of a motive », Viator, 5, 1974, p. 1-32.

52 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 502-503, traduction : ibid., t. IV, p. 168.

53 Ibid., t. II, p. 30 : […] sola forsan vestium excepta virilium delatione : de qua tamen excusabilis censenda est (traduction : ibid., t. IV, p. 211).

54 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. V, p. 168, Lettres, actes, n° XXXI (analyse d’une lettre d’après les notes d’un bourgeois de Reims du XVIIe siècle, Jean Rogier). Les dates des originaux relevés par le Rémois sont floues. Ici le fragment serait donc postérieur à mai 1431.

55 Missel de Jeanne d’Arc, Paris, Lelarge et Chambard, 1894, vignettes et hors-textes d’Henri Carot et Victor Prouvé. C’est l’année de la déclaration de la « Vénérabilité » de Jeanne d’Arc.

56 M. Boutet de Monvel, Jeanne d’Arc, Paris, Plon, 1896.

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville est agrégée, docteur d’État et professeur émérite de l’université d’Orléans. Spécialiste d’histoire rurale et particulièrement du Berry des XIVe-XVe siècles, elle a été amenée à diriger le Centre et la Maison de Jeanne d’Arc à Orléans (1990-2002) et à relire l’histoire et l’historiographie de Jeanne d’Arc. La fréquentation des archives rurales et urbaines l’a également portée à se pencher sur la capitale ligérienne, ses métiers et ses travailleurs, ainsi que sur les voyageurs et les pèlerins.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540