Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les procès de Jeanne d’Arc dans leur contexte

Les Anglais face au procès

The English facing the trial

Anne Curry

Résumé

La première mention de Jeanne d’Arc dans les dossiers du gouvernement en Angleterre semble datée de juin 1434, quand elle figure dans une note du Régent Bedford comme « un disciple et limier de l’enfer appelé la Pucelle qui use de faux enchantements et de sorcellerie ». Ceci a conduit à des défections parmi ceux qui avaient précédemment soutenu les droits de Henri VI à la couronne de France établis par le traité de Troyes (1420). Les commentaires de Bedford ont été, bien sûr, écrits en prenant du recul. Dans cet article, un effort est fait pour aborder le sujet de manière purement chronologique, afin d’établir la réaction et le portrait de Jeanne par la double monarchie aux différentes étapes de sa carrière. Il met l’accent sur la façon dont cette réaction a été liée à des efforts pour préserver l’accord de Troyes. Il étudie plus particulièrement l’importance de la visite du jeune roi Henri VI en France, sa résidence au château de Rouen au cours du procès, ainsi que les opérations militaires anglo-bourguignonnes communes liées à cette visite et à la capture de Jeanne en mai 1430.

The first mention of Joan of Arc in the records of the government in England appears to be in June 1434 when she is mentioned in a memorandum of the Regent Bedford as “a disciple and leme of the fende called the Pucelle that used fals enchantement and sorcerie”. This had led to defections of those who had previously supported the title of Henry VI to the crown of France, as established by the treaty of Troyes (1420). Bedford’s comments were, of course, made with hindsight. In this paper, an effort is made to approach the subject in a strict chronological manner, in order to establish the reaction to, and portrayal of, Joan by the double monarchy at the different points of her career. It emphasises how this response was linked to efforts to preserve the Troyes settlement. In particular, it explores the importance of the visit of the young king, Henry VI, to France and his residence in the chateau of Rouen throughout the trial, as well as the joint Anglo-Burgundian military operations linked to this visit and to the capture of Joan in May 1430.

Texte intégral

  • 1 Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England (PPC), N.H. Nicolas (éd.), Londres, Eyre (...)

1Aujourd’hui, Jeanne d’Arc est bien connue en Angleterre. Le fait que de son temps, et dans la période qui suivit, elle n’ait pas été bien connue en Angleterre pourrait donc nous surprendre. Aucune mention à son sujet ne figure dans les archives du gouvernement anglais avant juin 14341, époque à laquelle le duc de Bedford rédigea un mémorandum afin de persuader le conseil royal de libérer des fonds pour défendre les intérêts anglais en France. Et même à cette occasion, Jeanne est seulement mentionnée en tant que l’un des facteurs des premiers revers, parmi plusieurs autres. Bedford souligne également l’importance de « the adventure fallen to the persone of my cousin of Salisbury ». La mort de son commandant, quelques semaines seulement après le siège d’Orléans, avait eu lieu à l’automne 1428 – et bien avant que Jeanne n’arrive sur le devant de la scène. Bedford réserve sa véritable colère aux mauvais conseils qui étaient à l’origine de la décision d’assiéger Orléans : « And alle thing there prospered for you til the tyme of the siege of Orleans taken in hand, God knoweth by what advis ». Bien qu’il ait évité de nommer la personne ayant donné ce conseil, le contexte de sa remarque suggère qu’il s’agissait de son frère Humphrey, duc de Gloucester. C’est en Angleterre, à l’époque où Gloucester était protecteur du royaume – et apparemment sans tenir compte de Bedford, alors régent de France, ni du Grand Conseil anglo-bourguignon qui le conseillait – que fut prise la décision d’envoyer une armée sous le commandement de Salisbury pour assiéger Orléans, comme prélude à une percée au cœur du « royaume de Bourges ». Bedford pouvait bien en concevoir une certaine amertume, puisque sa préférence en 1428 était de se concentrer sur le Mont Saint-Michel, la seule partie de Normandie encore entre les mains des partisans du Dauphin, et de pénétrer en Anjou – une continuation naturelle de la récente conquête anglaise du Maine. C’est à Bedford qu’il avait incombé de faire face aux conséquences immédiates de l’échec d’Orléans et, plus particulièrement, d’investir d’énormes ressources dans la défense de Paris contre Charles VII, nouvellement couronné, et sa Jeanne.

2Paris fut sauvé, mais les pertes d’autres places, dont Bedford fit la liste dans son mémorandum de juin 1434, furent irréversibles. Parmi eux, des lieux ayant une grande importance symbolique : Reims, la ville où les rois de France étaient traditionnellement couronnés, et Troyes, où Henri V avait été accepté en tant qu’héritier de Charles VI dans le grand traité de mai 1420. Ce traité de Troyes avait en effet donné naissance à la perspective d’une double monarchie d’Angleterre et de France. Pire encore, ces pertes, qui comprenaient la Champagne, la Brie, le Beauvaisis et une partie de la Picardie, avaient « yolde hem without resistance or waiting for help ». Bedford savait parfaitement que les désastres de 1429 incombaient autant à des facteurs politiques qu’à des facteurs militaires. Et c’est dans ce contexte que nous trouvons la mention de Jeanne (en 1434). Voici dans quels termes Bedford la cite, après l’annonce de la mort de Salisbury :

There felle by the hand of God as it seemeth a greet stroke that was assembled there in greet nombre caused in greete partye as I trowe of lak of sad beleve and of unlieful doubte that thei had of a disciple and leme of the fende called the Pucelle that used fals enchantement and sorcerie the whiche stroke and discomfiture not oonly lessened in greet partie the nombre of youre people people ther but aswel withdrawe the courage of the remenant in marvaillous wise and couraged your adverse partie and enemyes to assemble hem forthwith in greet nombre…

3Par « réduction du nombre de vos gens », Bedford ne voulait pas dire morts au combat mais, plutôt, défections d’allégeances de la part de ceux qui auparavant avaient accepté le traité de Troyes. La façon dont il formule ses observations ne manque pas d’intérêt. Sa description de l’influence de Jeanne va de pair avec des accusations de nécromancie, alors que celles-ci ne constituaient qu’une partie relativement tangentielle de son procès d’un point de vue théologique. Bedford reflétait probablement ce que les Anglais avaient propagé dès les débuts de la carrière de Jeanne, et jusqu’après sa mort.

4Dès qu’il s’agit de Jeanne, les Anglais sont toujours présentés comme les méchants. Pourtant personne n’a vraiment pris la peine de voir les choses de leur point de vue, en prenant bien toute la mesure des pressions auxquelles ils étaient soumis. C’est mon intention de le faire dans cette contribution. Ma façon de procéder sera chronologique, puisque je veux suivre les réponses aux questions successives et les portraits de Jeanne à différents moments, et démontrer que la situation ne fut jamais simple pour les Anglais. L’épisode est lié à leurs espoirs et à leurs craintes pour le maintien de la double monarchie établie par le traité de Troyes en 1420. Dès la mort de Charles VI, Henri VI devint roi de France, et fut reconnu en tant que tel par de nombreux Français, y compris les Bourguignons. Aussi le plus grand désastre pour les Anglais, en 1429, ne fut-il pas l’impossibilité de reprendre Orléans, ni la défaite de Patay, mais le couronnement de Charles VII à Reims le 17 juillet.

5Cet événement fit surgir deux besoins liés entre eux : d’une part, faire en sorte qu’Henri VI, qui n’avait que 7 ans en juillet 1429, soit couronné en France et, d’autre part, conserver la loyauté du duc de Bourgogne. L’histoire de Jeanne se trouve inextricablement mêlée à ces objectifs politiques. Le traité de Troyes créait une autre difficulté en ce qui concernait Jeanne. Il obligeait les Anglais à opérer dans le cadre des coutumes et en coopération avec les institutions françaises. Ils ne pouvaient donc pas ignorer les interprétations ecclésiastiques françaises à l’égard des actions de Jeanne.

6J’espère que l’on n’aura pas l’impression qu’en tant qu’Anglaise moi-même, mon intention est de faire l’apologie des Anglais et de justifier les actions de leurs dirigeants vis-à-vis de Jeanne. L’Église ne pouvant la condamner à mort, ce sont bien les dirigeants anglais qui ont organisé sa mort sur le bûcher. Cela dit, ils n’eurent pas vraiment la possibilité de revenir sur leur décision, après sa rechute dans l’hérésie aux yeux de l’Église. C’est le clergé qui a décidé qu’elle avait rechuté. Mon intention est d’explorer plus pleinement le contexte dans lequel les Anglais opéraient de 1429 à 1431. Pour Jeanne, la situation était très claire : les Anglais étaient des envahisseurs étrangers qui n’avaient aucun droit en France. Au cours de son procès, elle ne cessa de parler d’eux de façon désobligeante. Pourtant, le point de vue juridique était bien différent. Techniquement, il n’y avait pas d’administration anglaise en France. Il y avait un roi de France qui était anglais, et qui fut présent à Rouen pendant tout le procès de Jeanne, un fait souvent omis. Il est difficile de savoir comment appeler ce côté français de la double monarchie. Pour rendre les choses plus faciles, tout comme Jeanne, nous utiliserons l’expression « les Anglais ».

Les premières mentions de Jeanne

  • 2 Archives Nationales, Xia 1481 (10 mai 1429).
  • 3 D.A. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, Woodbridge, The Boydell Press, 2000, chap. V.
  • 4 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët d’Arcq (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire (...)

7La présence de Jeanne au siège d’Orléans avait déjà été consignée dans le registre du Parlement de Paris, qui opérait sous la double monarchie exactement comme auparavant. L’auteur de l’enregistrement, notant la prise des Tourelles le 8 mai 1429, fait cas de son sexe – comme le faisait plus tard la lettre de Bedford – et il la décrit tenant une bannière (l’illustration montrant clairement que sa bannière avec l’inscription Ihesus Maria était portée avec une intention précise). En revanche, il ne fait aucun commentaire critique sur sa conduite2. Nous devons donc penser que les commandants anglais, dont Bedford, avaient reçu des lettres à connotation religieuse envoyées au nom de Jeanne pendant le siège3. Dans la mesure où nous pouvons l’établir, le premier verdict prononcé à l’égard de Jeanne par le gouvernement « anglais » en France se trouve dans la lettre publique de Bedford à « Charles de Valois, qui vous soliez nommer daulphin de Viennoix et maintenant sans cause vous dittes roy »4. Elle fut publiée à Montereau-faut-Yonne le 7 août 1429. Le nom de Jeanne n’y est pas mentionné, mais Charles lui-même est accusé de la manière suivante :

[vous] qui faittes seduire et abuser le people ignorant et vous aydiez plus de gens supersticieux et reprouciés comme d’une femme desordonnée et diffamée estant en habit d’homme et de gouvernement dissolu, et sausy d’un frère mendicant, appostat et sédicieux, comme nos somme informés, tous deux, seloncq la Saince Escripture abhominables à Dieu.

8Notons que Jeanne n’est pas la seule cible des critiques. Le moine errant, frère Richard, y est également mentionné, et le texte dans son ensemble est rempli d’attaques à l’égard de Charles lui-même. Celui-ci est sommé de rencontrer Bedford sur le terrain en Brie ou en Île-de-France « auxquelx jour et plache, se comparoir y voulés en vostre personne avoecq le conduict de la diffamée femme et apostat dessusdictz ».

9Il est donc probable qu’à ce stade les dirigeants anglais en France n’aient pas considéré le rôle de Jeanne comme étant aussi considérable que semblent le penser les interprètes modernes. Il n’est pas surprenant que la lettre se concentre sur Charles : son onction et couronnement à Reims, le 17 juillet 1429, était de loin l’événement le plus important de l’été pour les Anglais. Celui-ci ne manqua pas d’avoir des conséquences sur la question de l’allégeance. Les Anglais craignaient, avec raison, que ce couronnement ait déjà été mis en avant, et qu’il le soit encore à l’avenir, pour justifier les défections de ceux qui avaient auparavant juré de respecter le traité de Troyes, ceux du camp bourguignon n’étant pas parmi les moindres. De tels serments prêtés par les grands seigneurs, les prélats et les trois états de France étaient tout particulièrement évoqués dans la lettre de Bedford. De manière significative, les sommations invitent Charles à se présenter non seulement avec Jeanne et frère Richard, mais aussi avec « tous les parjures », à savoir ceux qui avaient prêté serment au traité de Troyes, avant de le renier. Notons également le choix du lieu de publication de la lettre – Montereau – où Charles avait sa part de responsabilité dans le meurtre de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, en 1419. Il s’agissait là d’un rappel délibéré, non seulement des fautes personnelles du roi de France, mais aussi du raisonnement justifiant l’alliance anglo-bourguignonne et le traité de Troyes.

  • 5 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 126-127.
  • 6 R. Vaughan, Philip the Good, Londres, Harlow – Longmans, 1970, p. 21.
  • 7 Journal d’un Bourgeois de Paris sous Charles VI et Charles VII, A. Mary (éd.), Paris, H. Jonquières (...)

10Le jour du couronnement de Charles (17 juillet 1429), le duc de Bourgogne avait reçu une lettre de Jeanne (ou du moins une lettre écrite en son nom) lui enjoignant de la part du « roy du ciel, mon droicteur et souverain seigneur » de faire la paix avec « le roy de France », décrit comme étant « prest a faire paix à vous »5. Les événements précédents, source du conflit entre Charles et le duc, étaient soigneusement passés sous silence dans la lettre de Jeanne. Elle se contentait juste d’inviter les destinataires à un pardon mutuel « pardonnez l’un l’autre de bon cuer entièrement ainsi que doivent faire loyaulx chrestians », et que le duc cesse de combattre « ou saint royaume de France »… « vous ny gaingnerez point bataille à lencontre des loyaulx Francois et que tous ceulx qui guerroient oudit saint royaume de France guerroient contre le roy Jhesus, roy du ciel de tout le monde ». Mentionnons un fait très significatif : les ambassadeurs français confièrent au duc de Bourgogne qu’une fois signé le traité de paix avec lui, Charles offrirait une réparation spirituelle convenable pour le crime de Montereau6. Le choix de Montereau pour la parution de la lettre publique de Bedford le 7 août 1429 n’en était que plus révélateur. Quand le duc de Bedford avait rencontré le duc Philippe le Bon, à Paris, entre le 10 et le 15 juillet, il y avait eu des cérémonies rappelant le meurtre de Jean sans Peur7. Toutefois, dans le mois qui suivit, Bedford devait apprendre qu’il ne fallait pas présumer de la loyauté du duc envers Henri VI.

  • 8 PPC, t. III, p. 322.
  • 9 C. Desama, « Jeanne d’Arc et la diplomatie de Charles VII : l’ambassade française auprès de Philipp (...)
  • 10 W.T. Waugh, « Joan of Arc in English Sources of the Fifteenth Century », Historical Essays in honou (...)
  • 11 Voir la lettre de Bedford du 16 juillet 1429. Le duc de Bedford expliquait au conseil d’Angleterre (...)
  • 12 A. Curry, « The “coronation expedition” and Henry VI’s court in France, 1430-1432 », in The Lancast (...)

11Bedford s’inquiétait déjà au sujet des allégeances avant la fin du siège d’Orléans et avant l’entrée de Jeanne sur la scène publique. Le 15 avril 1429, le conseil royal en Angleterre reçut des lettres de lui declarantes desiderium concilii Francie ac aliorum subditorum ibidem de habendo Regem ibidem coronatum ad effectum ut proceres dicti regni et alii possint eidem facere hoc facto homagium et fidelitatem8. Quelles raisons Bedford avait-il bien de s’inquiéter à ce stade ? Il devait être au courant des propositions faites au duc de Bourgogne en mars par l’ambassade française menée par Poton de Xaintrailles, premier écuyer de l’Écurie de Charles VII9. Bedford pensait que la Bourgogne allait retirer ses troupes du siège. Anticipant ce retrait, il demandait au conseil anglais d’envoyer des troupes supplémentaires. Il considérait, en effet, qu’un grand nombre de ceux qui avaient traversé la Manche avec Salisbury avaient déserté. Nous devons présumer que, dans les quelques semaines qui suivirent la lettre de Bedford, le gouvernement d’Angleterre prit conscience des désastres d’Orléans et de Patay. Et cependant, il n’existe aujourd’hui aucun communiqué envoyé en Angleterre au sujet de ces événements. Avant Gregory’s Chronicle (vers 1470), aucune chronique anglaise ne mentionne la présence de Jeanne au siège d’Orléans10. Il n’y a aucune mention de sa présence à Patay ou au couronnement de Charles VII dans les textes de source anglaise. Il est peu probable qu’on ait fait disparaître en Angleterre les documents qui la mentionnaient. La réalité, c’est que Jeanne était seulement un élément mineur dans une crise autrement plus vaste, qui menaçait d’ébranler la double monarchie. Le gouvernement d’Angleterre était parfaitement conscient de la nécessité de renforcer la double monarchie en faisant couronner Henri VI en France11. Étant donné que des sommes énormes avaient été levées en Angleterre (pour la première fois depuis la mort de Henri V), il n’est donc pas surprenant que l’on envoie Henri VI en France avec une armée de presque 5 000 hommes : la plus grande depuis l’invasion d’Henri V en 1417. Le plan prévoyait que le roi débarquerait à Calais le 23 avril 1430 et que l’armée le suivrait début mai12.

12Il découle de ces faits plusieurs points importants. Le plus significatif, c’est que le conseil anglais prenait l’initiative dans les affaires françaises. Ce n’était pas simplement à cause de l’investissement en argent et en hommes venus d’Angleterre. Cela avait un rapport avec les dommages que les événements de 1429 avaient causés à la réputation et à la position de Bedford. Dans ce contexte, la percée de l’influence du cardinal Beaufort est perceptible. La visite royale dépendait largement des prêts qu’il pourrait consentir, levés sur la garantie de taxes parlementaires anticipées. Le conseil décida que la régence de Bedford cesserait dès le débarquement du roi. Il est intéressant de noter que Bedford passa peu de temps en compagnie du roi (à l’exception des célébrations de Noël 1430). Il n’était absolument pas avec Henri VI à Rouen pendant le procès de Jeanne d’Arc. Il serait dangereux d’en déduire que Bedford était opposé au procès. Cela s’explique davantage par la nécessité dans laquelle il se trouvait d’avoir à défendre Paris, au moment où les loyautés bourguignonnes chancelaient. Mais cela nous ramène à un second point clé. Avant même l’arrivée du roi, les Anglais avaient décidé de donner au duc de Bourgogne un plus grand rôle dans la double monarchie, pour tenter de le dissuader de tout rapprochement possible avec Charles VII. Dans les premiers mois de 1430, il y eut un nouvel effort pour engager la Bourgogne à soutenir Henri VI – en attendant l’arrivée du roi et pour assurer la coopération militaire anglo-bourguignonne.

  • 13 G.L. Thompson, Paris and its People under English Rule. The Anglo-Burgundian Regime (1420-1436), Ox (...)
  • 14 Journal d’un Bourgeois de Paris…, p. 245.
  • 15 Johannes Amundesham, Annales Monasterii Sancti Albani, H.T. Riley (éd.), Londres, Longmans, 1870-18 (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Journal d’un Bourgeois de Paris…, p. 222.

13Pour comprendre comment on en était venu à cette situation, il faut résumer les relations anglo-bourguignonnes à partir de l’été 1429 et au-delà. Dès la fin août 1429, Paris était sous la menace de Charles VII et de Jeanne. Pour sauver la ville, Bedford avait levé une armée en Normandie, renforcée de 800 hommes venus d’Angleterre13. Les Parisiens combattirent vaillamment contre les partisans de Charles VII. Ce fait nous rappelle que la ville avait une longue tradition de sympathies bourguignonnes : en dépit des efforts de la Pucelle, elle préférait maintenir son adhésion au traité de Troyes et à Henri VI. C’est un archer parisien qui blessa Jeanne14. Ce qui est intéressant, c’est que la nouvelle de sa blessure atteignit l’Angleterre. Un chroniqueur du monastère de St Albans parle d’une foemina malitosa Franciae, appelée La Pucelle, qui fut blessée lors de l’attaque de Paris15. Les représentants de Normandie et de France, qui, selon les dires du même auteur, vinrent au Parlement d’Angleterre durant l’automne16, furent sans aucun doute la source de cette information. Par ailleurs, la défaite des partisans de Charles VII fut décrite par les Parisiens comme une victoire contre Jeanne, qu’ils avaient obtenue grâce à l’aide divine. Or Jeanne elle-même proclamait avoir le soutien du Tout-Puissant et avait lancé son attaque le jour de la Nativité de la Vierge (8 septembre) « environ heure de grande messe »17. Ceci est important quand on considère les pressions ultérieures de l’université de Paris pour que Jeanne soit poursuivie comme hérétique. La ville et son leadership spirituel, intellectuel et juridique doivent être pris en compte dans toute discussion relative aux réactions et aux mesures prises envers Jeanne de la part des dirigeants anglais de France. Les Anglais n’auraient jamais pu agir seuls. Et pourtant, le fait de prendre en compte tous les intérêts, dans leur propre pays comme en France, ne faisait que compliquer leur position, plutôt que de la simplifier.

  • 18 Ibid., p. 243.
  • 19 Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris (1417-1435), A. Tuetey, H. Laca (...)
  • 20 G.L. Harriss, Cardinal Beaufort. A Study of Lancastrian Ascendancy and Decline, Oxford, Oxford Univ (...)
  • 21 Ibid., p. 196 ; Londres, The National Archives, E 403 / 691, ms. 19 et ms. 28 pour les paiements fa (...)

14Il ne fait aucun doute que le duc Philippe fut influencé par la loyauté ininterrompue de Paris à l’égard de la double monarchie, et cela en dépit de la trêve de Compiègne, conclue avec Charles VII fin août 1429. Un mois plus tard, Charles ayant abandonné ses efforts pour prendre Paris (délaissant Jeanne par la même occasion), les ducs de Bedford et de Bourgogne se rencontrèrent à Paris une nouvelle fois. Le cardinal Beaufort se joignit à eux18. Sa présence revêt une grande importance si l’on prend en considération l’issue de la rencontre, à savoir que le duc Philippe se verrait confier le contrôle de Paris, et ensuite d’une partie de la Champagne et de la Picardie, tandis que Bedford gouvernerait la Normandie19. Nous voyons ici la mise en œuvre de la politique du conseil anglais, qui considérait que Bedford avait échoué dans ses efforts pour défendre les intérêts d’Henri VI en France. Par ailleurs, il fallut encourager le duc Philippe avec des paiements en espèces, pour lesquels Bedford comptait sur une aide financière de Beaufort20. Durant le printemps de 1430, d’autres démarches furent entreprises, par le truchement d’une ambassade menée par le cardinal Beaufort auprès du duc, pour s’assurer du soutien bourguignon, avant et pendant la visite imminente du jeune roi en France. Le mariage du duc Philippe avec Isabelle du Portugal, le 7 janvier 1430, fut un facteur favorable à cette politique, puisque sa nouvelle épouse était la cousine d’Henri VI. Le 12 février 1430, le duc Philippe accepta de conclure une endenture militaire formelle, par laquelle il s’engageait à servir Henri VI avec 1 500 hommes, en échange de 12 500 marcs21. En mai 1430, Jean de Luxembourg fut recruté de la même manière et payé 500 livres sterling.

  • 22 Bibliothèque nationale de France (BnF), ms. fr. 1278, fol. 12-14, reproduit dans P. Champion, Guill (...)

15En prévision de l’arrivée en France d’Henri VI, les Bourguignons s’engagèrent donc à lui apporter un soutien militaire. Mais la coordination ne fut jamais facile. Dans ce contexte, il existe un document extrêmement intéressant, dont l’original a survécu : un mémorandum établi par les conseillers du duc Philippe avant le débarquement d’Henri VI, noté au verso « avis envoié par Monseigneur de Bourgongne devers le Roy quand il ariva a Callais touchant le fet de la guere »22. Il indiquait que

  • 23 Le 5 avril, le conseil de la ville de Reims a écrit à Charles VII avec les nouvelles « de la venue (...)

pres ce que le roy sera en France, aucuns vouldront dire et mettre avant que le plus expedient et convenable si est que le roy a toute sa puissance se traie droit a Reims et mondit seignuer de Bourgogne en sa compaignie pour icelle ville mettre et reduire en son obeissance et recevoir son sacre23.

  • 24 Archives nationales, Xia 8650, fol. 15-15 v°, cité par C. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. (...)

16Il est intéressant de remarquer ici que le 8 mars 1430, au cours de négociations menées par le cardinal Beaufort, Henri VI avait accordé au duc le comté de Champagne comme possession héréditaire. C’est dans cette région que se trouvait Reims, ce qui indiquait clairement que les Anglais souhaitaient inciter Philippe à reprendre la ville du couronnement24. Le mémorandum révèle, toutefois, que les conseillers du duc avaient exprimé des doutes quant à la possibilité de marcher tout de suite sur Reims. Leur argument était que la ville était si bien fortifiée et avait une telle garnison que sa prise nécessiterait un long siège par une très grande armée. Ils prenaient soin d’ajouter que « the king’s power and authority would be severely undermined if he and the duke of Burgundy met with prolonged resistance at Reims, or if things turned out badly for them there ». Ils demandaient instamment que le duc prît une armée de 2 400 hommes, renforcée par 1 000 archers anglais pour conquérir Laon et Soissons, afin de préparer la route du roi vers Reims : « for his coronation if he should chose to do so ». Après quoi le duc pourrait procéder à la conquête de la Champagne. Ils conseillaient vivement que le reste de l’armée anglaise marchât sur Beauvais, puis sur Creil, puis sur l’Île-de-France, « which will be of much comfort and help to Paris ». Compiègne était également mentionnée. Les conseillers pensaient que si le duc arrivait à s’emparer de plusieurs places aux alentours de la ville, le ravitaillement deviendrait difficile.

  • 25 R. Vaughan, Philip the Good, p. 25.

17Ces recommandations furent envoyées à Calais par le secrétaire du duc Philippe après le débarquement du roi le 23 avril 143025. Elles prouvent qu’il y avait bel et bien des discussions entre les Anglais et leurs alliés. La grande armée expéditionnaire anglaise fut divisée en différents corps, utilisés pour diverses actions militaires. C’est ainsi que des troupes anglaises furent affectées au soutien de l’action bourguignonne autour de Compiègne. Le 23 mai 1430, Jeanne fut capturée à Compiègne par des troupes sous le commandement de Jean de Luxembourg, parmi lesquelles figuraient des soldats anglais.

La capture de Jeanne

  • 26 R. Pernoud, M.-V. Clin, Joan of Arc. Her Story, Londres, Phoenix, 1998, p. 86.
  • 27 Ordonnances des roys de France de la troisième race, t. XIV, Paris, Imprimerie royale, 1790, p. 102 (...)
  • 28 F. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, Paris, Denoël, 1987, p. 135.

18Nous savons que Jeanne se trouvait à Senlis le 24 avril 1430 et à Compiègne le 14 mai au plus tard. Nous serions donc tentés de suggérer que ses déplacements étaient connus de ceux qui concevaient les plans militaires à Calais et qu’il existait un plan délibéré pour la capturer. Le 16 mai, les troupes du duc de Bourgogne avaient pris Choisy (comme cela avait été proposé dans le mémorandum), dont la garnison avait fui à Compiègne26. Deux jours plus tard, Jeanne et d’autres troupes avaient quitté Compiègne pour Soissons, mais n’avaient pas réussi à obtenir d’être admises dans la ville. Soissons se rendit à Jean de Luxembourg. La marche ultérieure de Jeanne sur Margny échoua elle aussi. Les Bourguignons se rapprochaient de Compiègne. Des troupes anglaises arrivaient également pour se joindre à eux. Après sa capture, le 23 mai, Jeanne fut emmenée à Margny. Le duc Philippe était lui-même à proximité, à Coudun, et il semble bien qu’il se soit rendu tout de suite à Margny pour voir Jeanne. Cette proximité suggère que Jeanne avait été délibérément ciblée au cours de la semaine précédente, probablement grâce aux services de renseignements militaires, sans compter que Compiègne revêtait une grande importance stratégique : c’était là que les Bourguignons avaient accepté une trêve avec les Français, mais c’était également l’endroit où Charles avait publié un édit, le 29 août 1429, promettant de restituer à ses partisans ce qu’ils avaient perdu à la suite du coup de force bourguignon de 141827. La nouvelle prise de la ville par la double monarchie serait donc autant un succès de propagande qu’un événement stratégique de première importance. Parmi toutes les villes du royaume, c’est celle qui a changé de mains le plus fréquemment pendant la période qui suivit la levée du siège d’Orléans. L’idée selon laquelle la capture de Jeanne était arrangée à l’avance gagne en crédibilité si l’on sait qu’elle n’eut lieu que quelques mètres à l’intérieur des limites du diocèse de Beauvais, relevant de l’autorité de Pierre Cauchon28.

  • 29 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 358 (nouvelles portées par Lorraine, héraut du duc de Bourgog (...)
  • 30 The Brut, or the Chronicles of England, F.W.D. Brie (éd.), Londres, Early English Text Society, 190 (...)

19Ce qui est tout aussi significatif, c’est que la capture de Jeanne fut publiée en Angleterre, tout comme dans le nord de la France29. C’est encore plus significatif si l’on considère l’absence de mentions à son sujet dans les sources anglaises avant cette époque. Les mentions sur le sujet en question dans le Brut et dans diverses chroniques londoniennes sont tellement semblables qu’elles trahissent une source commune, probablement une lettre officielle. Selon Waugh, la première mention est celle qui se trouve dans la continuation D du Brut, un texte qui se termine en 1430 et qui fut donc écrit approximativement à cette date30 :

And in the same yere [8 Henry VI] the xv day of May, there was made a journey in Fraunce bisidis the toune of Compyne, and at the Journey were slayn of the Frensshe men, Armyakkis and Scottis the nombre of viiic of good mennys bodyes; and there were take also of the Frensshe and of her company many cote armuris. And at that same journey was take the wicche of Fraunce that was called the Pusshell and she was take alle armyd as a man of armys and by her crafte of sorserie all the Frensshe men and her company trystid for to haue ouyrcome all the Engelisshe pepull. But God was lord and maistir of that victorie and scomfiture and so she was take and brought and kept in hold bi the kynge and his counseill all tymes at his commaundement.

  • 31 Pour une phraséologie parallèle, voir une lettre envoyée aux gens des comptes dès que le roi Henri (...)

20Ce texte ressemble fort à un communiqué officiel, dans la mesure où cela situe la capture de Jeanne dans le contexte plus vaste de la campagne. Il va même jusqu’à citer les noms de Sir John Montgomery et de Sir John Steward, chevaliers de l’hôtel du roi, comme étant les commandants des troupes anglaises qui se trouvaient là – précisant que tous deux avaient été blessés, mais qu’ils étaient désormais remis de leurs blessures – « blessid be God ». L’usage de cette expression confirme que les nouvelles avaient été reçues dans une lettre31.

  • 32 The Chronicles of London, C.L. Kingsford (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1905, p. 96.

21Différentes versions des Chroniques de Londres font mention de sa capture. Celle du manuscrit Cotton Julius B II de la British Library est communément datée de 143232. Elle comporte certaines similarités avec le texte du Brut mais elle se lit comme le résumé plus libre d’une annonce officielle. Ce qui est intéressant, c’est qu’elle donne une date précise de la capture :

And the xxiii day off May ayenst nyht, byfore the toune off Compayne ther was a woman takyn y-armed in the ffeld with many other worthy capyteyns, the which was called Pucelle de Dieux, a false witche, ffor thurh her power the dophyn and all oure adversaries trusted hooly to have conquerd ayen all ffraunce, and never to have hadde the wors in place that she hadde ben inne, ffor they helden hire amongst hem ffor a prophetesse and a worthy goddesse.

22La version du manuscrit Cleopatra CIV de la British Library est très semblable. Elle fait cependant mention de ce sujet juste avant le passage du roi en France, alors que dans la version de Julius B II, elle est placée immédiatement après. La version du manuscrit Vitellius A XVI de la British Library est semblable, elle aussi, mais elle nomme les personnes responsables de sa capture :

The pusill was taken byfore Compeyne by the duke of Burgoyne, sir John Lyffynbourne [i.e. Luxembourg], sir John Styward and sir John Montgome.

23Steward et Montgomery avaient traversé la Manche avec la grande armée anglaise et étaient des hommes étroitement liés à l’hôtel du roi. Steward était le maître des chevaux du roi, et Montgomery avait été impliqué dans des contacts diplomatiques avec les Bourguignons. Tous deux avaient une longue carrière militaire derrière eux, au cours de laquelle ils avaient probablement déjà participé à des activités militaires en commun avec les Bourguignons. C’était donc le genre d’hommes susceptibles d’être affectés à une mission spéciale, ayant pour objectif de capturer Jeanne.

  • 33 The Parliament Rolls of Medieval England (PROME), t. X, A. Curry (éd.), Woodbridge – Londres, The B (...)

24À notre connaissance, il n’existe aucune mention du procès ni de la mort de Jeanne sur le bûcher dans les chroniques vernaculaires anglaises, avant celle de Gregory en 1470. Cela suggère qu’il n’y eut point de communiqué officiel envoyé à propos de cet événement, alors qu’il y en avait eu à propos de la capture de Jeanne. Ceci est facile à comprendre. Considérant le haut niveau de taxation et le nombre d’hommes investis dans la visite du roi en France, il n’est pas étonnant que le gouvernement royal ait souhaité communiquer les nouvelles d’un succès rapide de la campagne. Mais le procès ne revêtait aucune importance du point de vue des affaires domestiques anglaises et, nous le verrons, tout fut fait pour bien souligner que le procès était une affaire française. Plus important encore : le couronnement subséquent du roi à Paris, en décembre 1431, est mentionné dans toutes les chroniques vernaculaires, ce qui une fois encore laisse supposer que les informations étaient transmises par lettre. De même, le couronnement fut encore célébré par le retour cérémonial d’Henri VI à Londres, en février 1432. Ceux qui étaient restés en Angleterre pouvaient être rassurés, en apprenant que leurs taxes avaient été bien dépensées. Le Parlement, en effet, avait d’abord versé une double subvention avant la visite du roi en France. Ensuite, pendant son absence, il l’avait encore fait au cours de la session qu’il avait tenue en juillet 143133.

  • 34 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 166-167 (lettre du duc de Bourgogne à la ville de Saint-Quent (...)

25Il existe aussi un fort élément patriotique dans les récits vernaculaires concernant la capture de Jeanne, puisqu’il s’agissait partiellement d’un succès anglais, mais il serait pertinent de noter que la coopération anglo-bourguignonne y est soulignée. Cela allait parfaitement avec la publicité en faveur de l’initiative militaire et politique majeure pour la double monarchie, lancée par le gouvernement en Angleterre en envoyant le roi en France. Ce qui est écrit dans les chroniques donne donc une indication très claire de la façon dont le gouvernement royal souhaitait que Jeanne soit présentée aux habitants de l’Angleterre en 1430. Notons la mention de la confiance mal placée des Français à l’égard de Jeanne, ainsi que l’insistance sur le fait qu’elle portait des habits d’homme. C’est l’écho de la description de Jeanne dans la lettre de Bedford d’août 1429, mais une accusation de sorcellerie fait cette fois-ci son apparition. Ce qui est intéressant, c’est que, par contraste, les lettres envoyées par le duc de Bourgogne et relatives à la capture de Jeanne ne font aucune mention de la participation anglaise ; elles ne font pas non plus le moindre commentaire au sujet de Jeanne – si ce n’est de donner son nom34. Le duc était-il toujours incertain quant à son allégeance future et préférait-il ne pas s’engager d’un côté ou de l’autre ? Cherchait-il à ne pas fâcher Charles VII en disant du mal de Jeanne ? On peut se poser la question et cela nous amène aux dilemmes soulevés par la capture de Jeanne.

Les dilemmes soulevés par la capture de Jeanne

  • 35 Voir, par exemple, British Library, Additional Manuscript 33191 : « Nor that no man take prisoner w (...)

26Jeanne fut capturée alors qu’elle combattait contre les Anglais et les Bourguignons. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas faites prisonnières en temps de guerre. C’était aussi le cas pour les membres du clergé. Toutefois, dans le cas où elles étaient armées, on pouvait interpréter les ordonnances militaires de façon à permettre leur capture. C’est probablement pourquoi toutes les mentions des Anglais à son sujet soulignaient le fait que Jeanne portait les armes et qu’elle combattait35. Dans ce contexte, on pouvait la considérer comme une prisonnière de guerre : ceux qui l’avaient capturée auraient pu s’attendre à toucher une rançon. Pour des raisons pratiques, il fallait répondre à leurs attentes – ils avaient Jeanne sous leur garde et il s’agissait donc de les persuader de la livrer. Elle fut capturée par Lionel, bâtard de Wandonne, membre de la compagnie de Jean de Luxembourg. Selon la coutume militaire, les capitaines avaient droit aux prisonniers de condition pris par leurs hommes. Jeanne était donc prisonnière de Jean de Luxembourg. Comme je l’ai fait remarquer auparavant, Jean et le duc Philippe étaient tous deux engagés au service des Anglais. Dans ce contexte, ils étaient obligés de livrer au roi les prisonniers importants (décrits dans les endentures comme étant soit des personnages de statut royal ou princier, soit des commandants en chef). Ils devaient recevoir en échange une compensation financière – remplaçant la rançon que, dans d’autres circonstances, ils auraient pu toucher eux-mêmes. Pierre Cauchon aborde ce sujet en citant la coutume de France, mais en fait, il s’agissait d’une coutume observée tout à la fois dans la pratique militaire anglaise et française (ainsi que bourguignonne). Et finalement, c’est précisément ce qui s’est passé. Techniquement, Jeanne ne fut donc pas l’objet d’une rançon, mais elle fut livrée selon la procédure indiquée. Et elle n’est pas la seule dans ce cas.

  • 36 D. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, p. 159.

27Pourtant, il fallait accepter en même temps les arguments des hommes d’Église, selon lesquels elle devait être interrogée et examinée pour des actions contre la foi. Dès le début de sa carrière, les actions et les paroles de Jeanne contenaient une forte composante religieuse. Les premiers débats à son sujet tournaient autour de ces questions. Dans ces circonstances, tenant compte également de son sexe, il n’est pas surprenant qu’elle ait éveillé des suspicions. L’université de Paris avait exprimé ses inquiétudes très tôt, avant même sa capture. Dans un pamphlet écrit fin septembre 1429 ou début 1430, en réponse au De mirabili victoria de Gerson, l’auteur « charged the Maid with suspicion of heresy and called for her case to be turned over to the Inquisition »36. On peut voir toute l’effervescence soulevée par cette action dans la promptitude avec laquelle, à la suite de sa capture, les lettres furent écrites par l’université et le vicaire général de l’Inquisiteur, demandant à Jean de Luxembourg et au duc de Bourgogne de livrer Jeanne, afin qu’elle soit interrogée et examinée selon la pratique de l’Église de France.

28En fait, la promptitude avec laquelle les événements se déroulèrent (Jeanne fut capturée le 23 mai et les lettres sont datées du 26) nous laisse supposer que sa capture était préméditée. Cela concorde avec ce que j’ai déjà dit à propos des plans militaires anglo-bourguignons, ainsi qu’avec la possibilité d’une trahison de son propre camp. Même si ce n’était pas le cas, cela n’en suggérerait pas moins que l’université avait déjà décidé de son sort.

  • 37 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 13-14.

29Ce qui est évident dans les mois qui suivent, c’est la tentative pour contenter à la fois l’Église et l’État. Cela apparaît dans la lettre publique de Pierre Cauchon au duc de Bourgogne, à Jean de Luxembourg et au bâtard de Wandonne. Elle fut envoyée avant le 14 juillet « de par le roi, de même que sous sa propre autorité en tant qu’évêque du diocèse dans lequel elle avait été capturée »37. L’évêque commençait en exigeant que « Jehanne la Pucelle, prisonnière, soit envoyée au roy pour la delivrer à l’Église, pour lui faire son procès, pour ce qu’elle est souspeçonnee et diffamée d’avoir commis pluseurs crimes, comme sortilèges, ydolatries, invocacions d’ennemis et autres pluseurs cas touchans nostre foy et contre icelle ». Vu les circonstances, elle ne pouvait pas être considérée comme prisonnière de guerre : « et combien qu’elle ne doye point estre de prise de guerre, comme il semble, considéré ce que dit est… ». Et donc, selon cette lettre, le paiement de ceux qui l’avaient capturée n’était qu’un paiement à titre gracieux (fixé à 6 000 francs pour Jean de Luxembourg et des rentes d’une valeur de 200 à 300 livres tournois pour le bâtard, « pour soustenir son estat »). Pierre Cauchon a cependant pris conscience qu’il allait être nécessaire de marchander à propos de ces sommes, ce qui est perceptible dans la partie finale de la lettre, où il est offert 10 000 francs. Les termes employés renforcent l’argument selon lequel Jeanne n’était pas prisonnière de guerre, tout en permettant à ceux qui l’avaient capturée d’espérer des gains financiers :

Combien que la prinse d’icelle femme ne soit pareille à la prise de roy, princes ou autres gens de grant estat (lesquels toutes voies se prins estoient aucun de tel estat, fust roy, le daulphin ou autres princes, le roy le pourroit avoir, se il vouloit, en baillant au preneur dix mil frans, selon le droit, usaige et coustume de France), le dit evesque somme et requiert les dessusdiz, ou nom comme dessus, que ladite Pucelle lui soit délivree en baillant seurté de la dite somme de Xm frans pour toutes choses quelxconques.

  • 38 Cela vaut la peine de noter qu’en juin 1431 les Anglais payèrent 1 000 livres sterling (l’équivalen (...)
  • 39 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 10-11.

30C’était une façon très astucieuse de s’exprimer qui déniait un statut spécial à Jeanne, tout en compensant ses ravisseurs selon les pratiques courantes38. Bien entendu, le fait de placer Jeanne sous la juridiction de l’Église avait comme avantage pour les Anglais d’enlever tout droit aux Français d’offrir une rançon pour sa personne : une lettre de l’université de Paris à Jean de Luxembourg, datée du 14 juillet 1430, exprimait des inquiétudes à la perspective de voir les Français essayer de la racheter « par argent ou raencon »39.

  • 40 Louis de Luxembourg se trouvait avec le roi à Rouen vers le 8 août 1430. Il est retourné à Paris av (...)
  • 41 Warwick, Warwickshire Record Office CR / 1618 / W19 / 5.
  • 42 The National Archives, E 101 / 52 / 35, document 2, 16 juillet 1430 : ordre sous le sceau personnel (...)
  • 43 Letters and Papers…, t. II, p. 156-164.

31Toutefois, il fallut presque six mois pour arriver à un accord sur la compensation et pour que Jeanne soit livrée aux Anglais. Dans une certaine mesure, nous pouvons envisager que Jean avait subi l’influence du duc Philippe (qui espérait peut-être se servir de Jeanne à ses propres fins ?). Toutefois, les relations anglo-bourguignonnes sont plus compliquées que l’on pourrait le penser. Nous devons nous souvenir que le frère de Jean de Luxembourg, Louis, évêque de Thérouanne, était chancelier de France pour les Anglais40. De plus, les comptes de l’hôtel du comte de Warwick, en 1431, montrent que Jean de Luxembourg était présent à Rouen vers la fin du procès de Jeanne (le 13 mai et le 27 mai)41. C’est probablement Jean de Luxembourg qui a mis au courant ceux qui conduisaient l’enquête de la tentative d’évasion de Jeanne du château de Beaurevoir. De plus, la coopération militaire anglo-bourguignonne, prévue pour l’arrivée du roi, se poursuivit après sa capture. Durant la période de six mois au cours de laquelle Jeanne fut détenue par Jean de Luxembourg, il y eut un regain d’activité militaire. Le siège formel de Compiègne – pendant l’été et le début de l’automne qui suivirent la capture de Jeanne – est encore plus significatif à la lumière de la détention de Jeanne par les Bourguignons. Il y eut vraiment un effort commun anglo-bourguignon, mais financé par les Anglais42. Le comte de Huntingdon rejoignit le duc Philippe au siège et il était censé poursuivre d’autres actions en commun avec lui. Cependant, les mois passant, la coopération militaire se révéla de plus en plus difficile. Les Anglais et les Bourguignons espéraient-ils reprendre Compiègne, en sorte que le procès puisse y avoir lieu pour bien répondre aux exigences procédurales ? Si c’est le cas, dès le début novembre 1430, il était bien clair qu’il ne serait pas possible de reprendre la ville. Le 6 novembre, le duc allégua que Huntingdon avait eu des difficultés à maintenir l’unité de ses hommes, en raison du paiement irrégulier de leurs gages. De même protesta-t-il de ne pas recevoir le paiement qui lui était dû pour ses troupes43 (il rappela également qu’il aurait préféré avancer sur Creil et Laon, mais que les Anglais avaient exigé de mettre le siège devant Compiègne). Par conséquent, le siège de Compiègne fut abandonné. C’était la décision du duc Philippe. Il estimait que les Anglais n’avaient pas tenu leurs engagements et qu’il n’avait rien gagné pour lui-même, puisqu’il n’était pas possible de mener une campagne militaire en Champagne. Ainsi donc, bien entendu, il n’y avait pas la moindre chance de reprendre Reims.

32Ce qui est étrange, c’est que la date de cette plainte coïncide presque exactement avec celle où Jeanne fut livrée aux Anglais, vers le 9 novembre 1430. Qu’espérait le duc de Bourgogne en choisissant ce moment pour rappeler aux Anglais son aide militaire ? Pensait-il qu’il allait obtenir une récompense ? Il serait toutefois dangereux de conclure que les Bourguignons avaient des sympathies réelles pour Jeanne et qu’ils tardaient à la laisser partir, parce qu’ils étaient opposés aux propositions visant à l’interroger et à l’examiner pour hérésie. Ce que nous pouvons observer, c’est un changement de situation. Le sérieux avec lequel les Anglais organisaient la visite du roi en France, ainsi que la promesse de gain personnel, avaient persuadé le duc Philippe de leur apporter tout son soutien, au printemps 1430. On pourrait avancer que le summum de la coopération anglo-bourguignonne fut la capture de Jeanne. Après cela, le duc se rendit compte que les Anglais ne pouvaient pas tenir leurs promesses. Dans ce contexte, cela l’arrangea bien de transmettre à quelqu’un d’autre le problème de Jeanne.

  • 44 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 179. 10 000 livres tournois supplémentaires – de la même taxe (...)

33Le premier problème pour les Anglais était d’ordre financier. La compensation versée à Jean de Luxembourg devait provenir de la taxation accordée en Normandie en septembre 1430 : « cest assavoir dix mil livres tournois au paiement de lachapt de Jehanne la Pucelle que l’en dit estre sorciere, personne de guerre, conduisant les ostz du Daulphin »44. La nécessité dans laquelle étaient les Normands de payer pour le rachat de Jeanne explique sans doute que tout procès, quel qu’il soit, ait dû se tenir dans le duché, du moins peut-on le supposer. Les contribuables anglais devaient être rassurés sur le fait que leur argent était bien dépensé. Il en était de même pour les Normands, eux qui, à ce moment-là – comme à beaucoup d’autres – procuraient aux Anglais un soutien financier essentiel. Je pense qu’il aurait été inconcevable d’utiliser l’argent des contribuables anglais pour le rachat de Jeanne. Elle était un sujet du royaume de France, dont Henri VI était le roi. Quelles que fussent les intentions des Anglais à son égard, ils ne pouvaient pas la racheter avec de l’argent anglais. Cela aurait fait le jeu de ceux qui contestaient la légitimité de la double monarchie. Jeanne avait commis des actes de trahison contre le roi, en vertu du traité de Troyes, et elle aurait pu être jugée pour cela. Dans ce contexte, la dernière clause de la lettre royale du 3 janvier 1431, qui la remet à la justice ecclésiastique, est très significative :

  • 45 Ibid., t. I, p. 19.

Toutesvoies, c’est notre entencion de ravoir et reprendre pardevers nous icelle Jehanne, se ainsi estoit qu’elle ne fust convaincue ou actainte des cas dessusdiz, ou d’aucun d’eulx ou d’autre touchans ou regardans nostre dicte foy45.

  • 46 Thomas Walsingham, St Albans Chronicle, V.H. Galbraith (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1937, p. 72. (...)
  • 47 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 486-487.

34Il va de soi que les Anglais auraient considéré d’autres formes de poursuite, si Jeanne n’avait pas été jugée coupable d’hérésie. C’est évident, mais cela témoigne bien de leur foi dans la légitimité de la double monarchie et de ses institutions – et non pas de leur dépravation, ni de leur volonté de la tuer à tout prix. En outre, dans la même lettre, l’ordre donné à tous les responsables et sujets, « tant Francois comme Anglois », de ne rien faire pour gêner l’évêque de Beauvais dans son enquête, était exprimé selon la formule habituelle des ordres royaux. La lettre ordonnait également que les officiers royaux qui gardaient Jeanne la conduisent à l’évêque chaque fois que celui-ci l’exigerait. Il n’était pas rare que quelqu’un accusé d’hérésie soit détenu dans une prison civile. Sir John Oldcastle, par exemple, avait été détenu à la Tour de Londres en 141446. Les prisons ecclésiastiques possédaient, elles aussi, des gardes armés. Dans le cas de Jeanne, la présence d’une garde était justifiée par le fait qu’elle avait déjà essayé de s’échapper à Beaurevoir. Dans ce contexte, le clergé, qui avait accepté le traité de Troyes, devait souhaiter s’assurer de l’orthodoxie de ses sujets. Il est important de se souvenir qu’à cette époque l’Église de France était elle-même divisée entre les partisans de Charles et ceux d’Henri. L’enquête était bel et bien une affaire normande, dominée par le clergé normand, dans l’ensemble fidèle au traité de Troyes. Étant donné que ceux qui rédigèrent le compte rendu du procès n’acceptaient pas la royauté de Charles VII, ils le décrivirent comme « celui qu’elle appelle son roi » (quem dicit regem suum). Il n’est donc pas surprenant que l’Église et l’État aient coopéré dans ce cas – d’autant plus que Jeanne les avait offensés tous les deux, comme l’indiquent certains éléments de son procès. Il n’est pas étonnant que les lettres publiques envoyées par les Anglais après sa mort insistent sur le fait qu’ils étaient en droit de la punir immédiatement au moyen de la justice séculière, en raison de ses actes contre le royaume. Pourtant, en bon roi chrétien, « honorant l’autorité ecclésiastique avec toute l’affection d’un fils », Henri l’avait livrée à la « Mère Église », à cause de ses crimes contre la vraie foi et la religion chrétienne47.

35Les Anglais en France ne risquaient guère de parler ou d’agir contre les diktats de l’Église, ni de critiquer les verdicts de l’université, qui avait donné son soutien au traité de Troyes. Ils avaient soutenu les démarches de l’université auprès du duc de Bourgogne et de Jean de Luxembourg, afin que ces derniers lui remettent Jeanne, en vue de son procès. Toutefois, les protocoles d’autorité, compte tenu de la présence du roi dans le pays et de l’importance accordée à la protection royale de l’Église, impliquaient que les Bourguignons livrent Jeanne à Henri VI, afin qu’elle fût remise à l’Église. Une fois que ces démarches avaient été suivies d’effet, c’était un fait accompli. En outre, cela devait avoir lieu en France, selon la pratique de l’Église de France, et au travers de pouvoirs inquisitoriaux délégués par la papauté. Les Anglais n’avaient aucune raison de l’emmener en Angleterre. Ceci dit, pour bien répondre aux impératifs légaux, il fallut résoudre la question de savoir où aurait lieu le procès. Dans ce contexte, Rouen parut être le meilleur choix : l’archevêché était vacant et les chanoines de Rouen pouvaient être convaincus de donner l’autorisation à Pierre Cauchon. D’autre part, tout comme il avait été considéré trop dangereux de conduire le roi à Paris, il en allait de même pour Jeanne, ne serait-ce que parce que Compiègne était encore entre les mains des Armagnacs.

  • 48 The National Archives, E 101 / 408 / 9.
  • 49 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 47-48.

36La route suivie par Jeanne d’Arras à Rouen fut choisie pour éviter toute difficulté. Sur ordre du conseil royal de Rouen, Richard Hidlowe et 47 garciones et pagetti diversorum officiarum hospicii domini regis furent envoyés en Picardie avec le trésorier royal, John Bruse, pro Joanna vocata Pucelle adducenda usque Rouen48. Le choix de cette escorte, plutôt qu’une compagnie d’hommes d’armes et d’archers, est très significatif. Cela explique pourquoi on emprunta une route qui rejoignait Le Crotoy, traversait la Somme, puis suivait la côte jusqu’à Dieppe. Les Anglais souhaitaient éviter de donner l’impression qu’elle était prisonnière de guerre. Jeanne était sous la protection du roi, afin que ce dernier pût accomplir son devoir en la livrant à l’Église. Cela se remarque également dans le choix de sa garde au château de Rouen, non pas des soldats, mais des membres de l’hôtel du roi : John Grey, scutiferum corporis domini nostri regis, John Berwoit et William Talbot49.

  • 50 Cf., par exemple, ibid., p. 151.

37Ces faits témoignent, entre autres, de l’attention toute particulière portée par les Anglais à ce que le procès se déroule selon les règles. Si le contraire s’était produit, cela n’aurait pas manqué de soulever des contestations et de l’embarras, à un moment où les loyautés et les situations militaires demeuraient incertaines. Bien que Jeanne ait été logée au château de Rouen, « ou resida le roy et son hotel », tout fut tenté pour créer une séparation distincte entre les laïcs et le clergé. Les réponses de Jeanne montrent qu’elle était consciente que le roi Henri VI avait été amené en France. Ses voix lui avaient dit qu’elle le verrait50, bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’elle l’ait jamais vu. Aucune mention n’est faite du comte de Warwick dans le compte rendu du procès de Jeanne : il n’était pas présent aux séances du tribunal, et sa visite à la cellule de Jeanne est mentionnée seulement au procès de réhabilitation. Le cardinal Beaufort, William Alnwick, l’évêque de Norwich, ne font leur apparition qu’à l’abjuration de Jeanne, au cimetière de Saint-Ouen. Aucun Anglais de haut rang n’est déclaré présent lors de sa mort sur le bûcher.

38Le procès n’était pas un procès politique, mais il fut politisé. La nature des affirmations de Jeanne le rendit inévitable. Ses supposées offenses étaient tellement liées au succès de Charles lui-même que des questions compromettant la position de ce dernier allaient inévitablement surgir. Ainsi, par exemple, l’interrogatoire de Jeanne sur l’ange qui avait apporté sa couronne à Charles. Quoique le jeune Henri VI n’eût joué aucun rôle dans le procès – il n’existe d’ailleurs aucune preuve qu’il n’ait jamais vu Jeanne – sa présence à Rouen démontrait qu’il soutenait les actions de l’Église, en tant que roi de France légitime. Jeanne elle-même donna une dimension politique au procès, en demandant à ses juges de s’enquérir de la façon dont le clergé l’avait questionnée à Poitiers. Elle réitéra également son désir que le roi Charles ait son royaume (respondit quod habebat magnam voluntatem sue affectionem quod rex haberet regnum suum). Ceci et d’autres remarques (par exemple, que Charles était le fils du roi de France) démontraient qu’elle était en position de trahison vis-à-vis d’Henri VI, en vertu du traité de Troyes.

  • 51 PPC, t. IV, p. 91-97

39À cette époque, bien qu’un couronnement à Reims n’eût pas été pas tout à fait exclu, les Anglais semblaient avoir décidé qu’un couronnement à Paris était dans leur intérêt. Même si « God like to dispose the king going up to Rayms », il sera néanmoins utile pour Henri de se rendre à Paris51. De façon significative, ce débat coïncide avec les dernières étapes du procès de Jeanne. Nous pouvons l’interpréter de deux manières. Première hypothèse : le roi Henri ne pouvait pas quitter Rouen tant que le procès n’était pas terminé. Seconde hypothèse : la publicité relative à la conclusion du procès avait probablement été considérée comme un atout, à même de générer un soutien pour le couronnement.

 

  • 52 PROME, t. X, p. 453.
  • 53 Letters and Papers…, t. II, i, p. 192.
  • 54 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire (...)

40Dans les interprétations modernes, le procès de Jeanne est considéré comme la préoccupation principale des Anglais en 1430-1431. En fait, ils en avaient beaucoup d’autres, et il serait très instructif d’examiner de façon plus détaillée les autres événements qui les affectèrent pendant le procès. Il y avait d’abord la perspective d’entamer des négociations de paix avec Charles VII, par le moyen de la médiation pontificale. À cette fin, en février-mars 1431, le Parlement anglais permit un assouplissement de la clause du traité de Troyes qui interdisait toute tractation avec le soi-disant Dauphin52. Nous pouvons évoquer également des discussions avec le duc de Bourgogne, dans le but de ranimer l’activité politique et militaire commune. En témoigne la lettre envoyée au duc au nom du roi, le 28 mai 1431, quelques jours après la rétractation de Jeanne, en réponse à ses questions sur de futures actions et sur des décisions politiques à prendre en commun. Elle soulignait l’intention du roi de rechercher le conseil du duc, « ainsi que le traite de la paix final le contient »53. La rétractation publique de Jeanne pouvait être considérée comme une justification du traité de Troyes, sa mort sur le bûcher aussi. Dans la lettre envoyée le 28 juin par Henri VI aux nobles, au clergé et aux villes de France, pour annoncer le sort de Jeanne, l’accent était mis sur le traité54. Après tout, la condamnation de Jeanne par l’Église et sa mort sur le bûcher venaient prouver que Dieu était en faveur de la double monarchie d’Henri VI.

Notes

1 Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England (PPC), N.H. Nicolas (éd.), Londres, Eyre and Spottiswoode, 1834-1847, t. IV, p. 222-225.

2 Archives Nationales, Xia 1481 (10 mai 1429).

3 D.A. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, Woodbridge, The Boydell Press, 2000, chap. V.

4 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët d’Arcq (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1857-1862, 6 vol., t. IV, p. 340-344 ; Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. IV, p. 382-385.

5 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 126-127.

6 R. Vaughan, Philip the Good, Londres, Harlow – Longmans, 1970, p. 21.

7 Journal d’un Bourgeois de Paris sous Charles VI et Charles VII, A. Mary (éd.), Paris, H. Jonquières, 1929, p. 219-220.

8 PPC, t. III, p. 322.

9 C. Desama, « Jeanne d’Arc et la diplomatie de Charles VII : l’ambassade française auprès de Philippe le Bon en 1429 », Annales de Bourgogne, 40, 1968, p. 290-299 ; Y. Lacaze, « Philippe le Bon et le problème hussite : un projet de croisade bourguignon en 1428-1429 », Revue historique, 241, 1969, p. 69-98 ; R. Little, The Parlement of Poitiers. War, Government and Politics in France, 1418-1436, Londres, Royal Historical Society, 1984, p. 92-93.

10 W.T. Waugh, « Joan of Arc in English Sources of the Fifteenth Century », Historical Essays in honour of James Tait, J.G. Edwards, V.H. Galbraith, E.F. Jacob (éd.), Manchester, Published for the Subscribers, 1933, p. 393. Voir aussi une chronique anonyme (vers 1460-1470) sur le séjour du roi à Rouen, Incerti scriptoris chronicon Angliae de regnis trium regum Lancastriensium Henrici IV, Henrici V et Henrici VI, J. A. Giles (éd.), Londres, D. Nutt, 1848, pars quarta, p. 11 : quo tempore adversarii regis Angliae erexerunt puellam quam affirmabant eis in victoriam ex divina gratia speciali contra Anglicos destinatam, et nuncupabant eam PUELLAM DEI id est Deo missam in eorum auxilium.

11 Voir la lettre de Bedford du 16 juillet 1429. Le duc de Bedford expliquait au conseil d’Angleterre que le Dauphin en personne marchait avec son armée, que plusieurs endroits étaient déjà tombés entre ses mains sans combat, qu’il devait arriver à Reims le jour même, qu’on pouvait penser que les habitants lui ouvriraient les portes et qu’il serait couronné. Après un tel couronnement, Bedford prévoyait que Charles VII marcherait ensuite sur Paris, dans l’espoir de pouvoir y entrer également. De manière significative (la lettre ayant été écrite après la rencontre personnelle entre Bedford et Philippe le Bon), le régent rassurait le conseil, en affirmant que le duc de Bourgogne demeurait loyal à la cause anglaise et qu’il continuerait à participer à l’effort militaire pour redresser la situation. La lettre concluait de la façon suivante : « et supplier au roy qui lui plaise avancer sa venue pardeca en toute possible celerite car si l’eust pleu a Dieu que plus tost y feust venu ainsi que ja deux fois lui avoit estate supplie par ambassadeurs et messagers les inconveniens ne feussent pas telz qui » (Foedera, conventiones, litterae et cuiuscunque generis acta publica, T. Rymer (éd.), 3e éd., La Haye, J. Neaulme, 1739-1745, IV, iv, p. 150).

12 A. Curry, « The “coronation expedition” and Henry VI’s court in France, 1430-1432 », in The Lancastrian Court, J. Stratford (éd.), Donington, Shaun Tyas, 2003, p. 30-54.

13 G.L. Thompson, Paris and its People under English Rule. The Anglo-Burgundian Regime (1420-1436), Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 106-111.

14 Journal d’un Bourgeois de Paris…, p. 245.

15 Johannes Amundesham, Annales Monasterii Sancti Albani, H.T. Riley (éd.), Londres, Longmans, 1870-1871, t. I, p. 43.

16 Ibid.

17 Journal d’un Bourgeois de Paris…, p. 222.

18 Ibid., p. 243.

19 Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris (1417-1435), A. Tuetey, H. Lacaille (éd.), Paris, H. Laurens (Société de l’histoire de France), 1903-1915, 3 vol., t. I, p. 327 ; R. Vaughan, Philip the Good, p. 22.

20 G.L. Harriss, Cardinal Beaufort. A Study of Lancastrian Ascendancy and Decline, Oxford, Oxford University Press, 1988, p. 195.

21 Ibid., p. 196 ; Londres, The National Archives, E 403 / 691, ms. 19 et ms. 28 pour les paiements faits au duc et à Jean de Luxembourg.

22 Bibliothèque nationale de France (BnF), ms. fr. 1278, fol. 12-14, reproduit dans P. Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne. Contribution à l’étude de l’histoire de Jeanne d’Arc et à l’étude de la vie militaire et privée au XVe siècle, Paris, H. Champion, 1906, p. 155-160.

23 Le 5 avril, le conseil de la ville de Reims a écrit à Charles VII avec les nouvelles « de la venue du roy d’Angleterre et de monseigneur de Bourgogne que l’en dist venir après ces pasques a puissance adfin d’avancier son armée » (Registre de délibérations du conseil de ville de Reims (1422-1436), S. Guilbert (éd.), Reims, Travaux de l’Académie nationale de Reims, 1993, p. 167).

24 Archives nationales, Xia 8650, fol. 15-15 v°, cité par C. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 35 ; PPC, t. IV, p. 31.

25 R. Vaughan, Philip the Good, p. 25.

26 R. Pernoud, M.-V. Clin, Joan of Arc. Her Story, Londres, Phoenix, 1998, p. 86.

27 Ordonnances des roys de France de la troisième race, t. XIV, Paris, Imprimerie royale, 1790, p. 102-105 ; M.G.A. Vale, Charles VII, Londres, Eyre Methuen, 1974, p. 151-153.

28 F. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, Paris, Denoël, 1987, p. 135.

29 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 358 (nouvelles portées par Lorraine, héraut du duc de Bourgogne au duc de Bretagne, fin mai 1430).

30 The Brut, or the Chronicles of England, F.W.D. Brie (éd.), Londres, Early English Text Society, 1906-1908, t. II, p. 439 ; W.T. Waugh, « Joan of Arc in English Sources », p. 391.

31 Pour une phraséologie parallèle, voir une lettre envoyée aux gens des comptes dès que le roi Henri eut débarqué à Calais « en tres bonne prosperite de notre personne, la mercy notre seigneur » (Letters and Papers illustrative of the Wars of the English in France during the Reign of Henry the Sixth, King of England, J. Stevenson (éd.), t. II (ii), Londres, Longmans, 1864, p. 140-141). Toutefois, la référence selon laquelle Jeanne se trouvait sous garde royale suggère qu’une partie de ce qui est écrit à ce sujet est antérieur à sa remise aux Anglais, en novembre 1430.

32 The Chronicles of London, C.L. Kingsford (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1905, p. 96.

33 The Parliament Rolls of Medieval England (PROME), t. X, A. Curry (éd.), Woodbridge – Londres, The Boydell Press – National Archives, 2005, p. 442.

34 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 166-167 (lettre du duc de Bourgogne à la ville de Saint-Quentin, le 23 mai 1430). Voir aussi les lettres supposées du duc de Bourgogne à Henri VI, annonçant la capture de Jeanne. On peut les trouver dans une chronique du début du XVIe siècle : The Great Chronicle of London, A.H. Thomas, I.D. Thornely (éd.), Londres, Guildhall Library, 1938, p. 155. Le texte présente quelques similarités avec la lettre à Saint-Quentin, mais il insiste sur le fait que les Anglais et les Bourguignons ont participé les uns et les autres à la capture de Jeanne, en nommant spécifiquement Luxembourg, Steward et Montgomery. Selon ce texte, le duc dit qu’il était présent lors de l’événement. Aucun original français n’a été retrouvé. Il est possible que la base de ce texte, cité dans les chroniques vernaculaires, soit formée par la traduction d’une lettre ducale envoyée en Angleterre, même si les rédacteurs ont introduit des commentaires supplémentaires sur Jeanne.

35 Voir, par exemple, British Library, Additional Manuscript 33191 : « Nor that no man take prisoner woman ne man of holy chyrche nor other religiouse but he be armyd uppon payne of imprisonnement and his body atte the Kyngis wylle ».

36 D. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, p. 159.

37 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 13-14.

38 Cela vaut la peine de noter qu’en juin 1431 les Anglais payèrent 1 000 livres sterling (l’équivalent d’environ 10 000 francs) au duc de Bourgogne pour la rançon de La Hire (The National Archives, E 101 / 408 / 3).

39 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 10-11.

40 Louis de Luxembourg se trouvait avec le roi à Rouen vers le 8 août 1430. Il est retourné à Paris avec une troupe de soldats anglais le 7 octobre (Journal de Clément de Fauquembergue, t. II, p. 357, 367).

41 Warwick, Warwickshire Record Office CR / 1618 / W19 / 5.

42 The National Archives, E 101 / 52 / 35, document 2, 16 juillet 1430 : ordre sous le sceau personnel du roi pour payer les troupes bourguignonnes.

43 Letters and Papers…, t. II, p. 156-164.

44 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 179. 10 000 livres tournois supplémentaires – de la même taxe accordée par les États de Normandie – étaient destinées à la reprise de Louviers.

45 Ibid., t. I, p. 19.

46 Thomas Walsingham, St Albans Chronicle, V.H. Galbraith (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1937, p. 72. Le procès a été ouvert par l’archevêque au château royal de Leeds, dans le comté de Kent.

47 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 486-487.

48 The National Archives, E 101 / 408 / 9.

49 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. I, p. 47-48.

50 Cf., par exemple, ibid., p. 151.

51 PPC, t. IV, p. 91-97

52 PROME, t. X, p. 453.

53 Letters and Papers…, t. II, i, p. 192.

54 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1960-1971, 3 vol., t. I, p. 426-430.

Auteur

Anne Curry est professeur d’histoire médiévale à l’université de Southampton, où elle est aussi actuellement le doyen de la Faculté des Lettres. Ses recherches portent sur les guerres franco-anglaises du XVe siècle, et en particulier sur l’armée anglaise en Normandie et sur les relations entre soldats et civils. Elle a dirigé un projet visant à répertorier tous les soldats anglais connus servant entre 1369 et 1453 (www.medievalsoldier.org). Elle a également beaucoup travaillé sur la bataille d’Azincourt et a publié The Battle of Agincourt. Sources and Interpretations (2000) et Agincourt. A New History (2005).

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540