Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les procès de Jeanne d’Arc dans leur contexte

Le château de Rouen au moment du procès de Jeanne d’Arc

The castle of Rouen during the trial of Joan of Arc

Philippe Lardin

Résumé

Le château de Rouen, dans lequel les Anglais enfermèrent puis jugèrent Jeanne d’Arc, était un lieu important pour la ville et le pouvoir. Forteresse construite au temps de Philippe Auguste, ce bâtiment de grande ampleur était inséré dans l’enceinte de la ville, mais ne logeait en général qu’une garnison peu nombreuse. Pourtant, c’était un objectif militaire récurrent à l’occasion de la plupart des grands événements de la vie locale ou nationale. C’est qu’en effet, il représentait le pouvoir royal qui y avait installé une administration importante. Le roi lui-même y résidait lors de ses séjours à Rouen. Ainsi le régent Bedford et le jeune roi Henri VI y séjournaient au moment où on jugea celle qui avait pu un temps menacer leur pouvoir. Le château abritait en effet aussi un tribunal et une prison. C’est donc là, pour des raisons de sécurité avant tout, que se déroula le procès de Jeanne d’Arc. Il s’agissait bien sûr théoriquement d’un procès ecclésiastique, assez informel d’ailleurs dans son déroulement, mais pour les Anglais, il s’agissait avant tout d’un procès politique, et rien ne pouvait mieux le montrer que de le tenir dans le château de Rouen, centre militaire, administratif et résidentiel de leur autorité sur la Normandie et les territoires qu’ils voulaient contrôler.

Rouen Castle, where the British locked up and then judged Jeanne d’Arc, was an important place for the city and power. Fortress built in the time of Philip Augustus, this large scale building was inserted into the walls of the city but generally housed only a small garrison. Still, it was a recurring military target during most major local or national life events. Because it represented the royal power which had installed there a large administration. The king himself resided there during his stay in Rouen. Thus the regent Bedford and the young King Henry VI stayed there when the one that had once been threatening their power was judged. Indeed, the castle housed a court and a prison. So this is where the trial of Joan of Arc that took place, mainly for safety reasons before. It was of course theoretically an ecclesiastical trial, also quite informal in its development but for the English, it was first and foremost a political trial. Nothing could better show it than to carry the trial out in the castle of Rouen, military, administrative and residential centre of their authority over Normandy and the territories they wanted to control.

Note de l’éditeur

Abréviations utilisées : AN : Archives nationales ; BnF : Bibliothèque nationale de France ; ms. lat. : manuscrits latins ; ms. fr. : manuscrits français ; nouv. acq. fr. : nouvelles acquisitions françaises ; PO : pièces originales ; ADSM : Archives départementales de Seine-Maritime ; AM Rouen : Archives municipales de Rouen ; BM Rouen : Bibliothèque municipale de Rouen.

Texte intégral

  • 2 D. Léost, Le château de Rouen (1204 à 1591). De la construction au démantèlement, thèse de doctorat (...)

1C’est dans le château de Rouen que Jeanne d’Arc fut incarcérée et jugée. Ce bâtiment dominait la ville et y jouait un rôle important. C’était à la fois le lieu et le symbole du pouvoir royal, une résidence, une forteresse, un tribunal et une prison. S’il n’est pas douteux que les Anglais le choisirent pour la détention et le procès de leur prisonnière, avant tout pour des raisons de sécurité, les aspects symboliques du bâtiment ne devaient pas non plus leur échapper. On essaiera ici de décrire ce château dans ses aspects matériels, politiques, militaires et judiciaires2. En effet, le château était sans doute à son apogée en 1431 comme point d’appui de la domination anglaise.

Une forteresse insérée dans l’enceinte de la ville

2Quand, pour marquer sa prise de possession de la ville, Philippe Auguste fit construire le château de Rouen, il utilisa le modèle de ce qu’on appelle les châteaux philippiens. La construction, probablement réalisée entre 1204 et 1210 sur les ruines d’un amphithéâtre romain, n’a laissé que peu de vestiges du fait de son démantèlement en 1591 et il est bien difficile de parvenir à se faire une idée de son aspect architectural, d’autant plus qu’on ne dispose d’aucun plan antérieur à sa destruction. En dehors du seul vestige existant, la soi-disant Tour Jeanne d’Arc, ce sont donc quelques fouilles archéologiques, rendues difficiles par l’importance des constructions modernes sur le site, et surtout, les sources provenant essentiellement de l’ancienne Chambre des comptes qui nous permettent d’avoir une idée, bien imprécise, de l’aspect du château à la fin du Moyen Âge et surtout pendant l’occupation anglaise (fig. 1).

Fig. 1 – La Tour Jeanne d’Arc à Rouen (cliché F. Neveux)

Fig. 1 – La Tour Jeanne d’Arc à Rouen (cliché F. Neveux)

Une construction de grande ampleur

  • 3 BnF, Clairambault 167 [62], 15 août 1417 et [57], 14 septembre 1417.

3Le château de Rouen était intégré à la fortification rouennaise dont il était un élément fort inséré dans la muraille septentrionale. On en a une confirmation dans le fait que quand, à la fin de l’été 1417, le gouvernement de Charles VI nomma Jean d’Harcourt capitaine de la ville et du château, il lui donna aussi l’ordre de visiter les fortifications et d’y faire tous les travaux nécessaires pour les mettre en défense contre les Anglais et le duc de Bourgogne, considéré alors comme un rebelle3.

  • 4 BnF, ms. fr. 26041 [5017], 11 décembre 1415

4La construction de l’époque philippienne comportait plusieurs tours d’importance et de formes diverses : trois étaient rondes (dont la Tour Jeanne d’Arc) et quatre en fer à cheval. Un procès-verbal d’une visite de l’aqueduc Notre-Dame, effectuée en 1415, parle du « pont de l’issue du chastel nouvellement faicte », ce qui semble indiquer que cette sortie aurait été faite vers la fin du XIVe siècle. Peut-être venait-elle seulement en remplacement d’une autre sortie condamnée car les « trestes » de pierre qui soutenaient à cette date le pont dormant de l’entrée furent abattus4. Cette sortie traversait les fossés du château et de la ville à la jonction du rempart de la ville et de la contrescarpe du château.

  • 5 A. Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise au quinzième siècle, Rouen, E. Le Grand, (...)
  • 6 BnF, ms. fr. 26041 [5234], 4 février 1416.
  • 7 En 1432, les compagnons de Ricarville durent la démurer pour essayer de s’enfuir.
  • 8 C. de Beaurepaire, « Note sur la prise de Rouen par Ricarville en 1432 », Bulletin analytique de l’ (...)
  • 9 BnF, ms. fr. 26036 [4224], 4 août 1409.
  • 10 BnF, ms. fr. 26051 [1015], 9 janvier 1429.

5Pendant le siège, le château avait été assez sévèrement atteint par l’artillerie anglaise. Dès le début de leur installation, les Anglais le remirent en état et en renforcèrent les défenses. Le fossé d’enceinte, fortement élargi et approfondi, fut en outre protégé en avant par un boulevard de pierres entouré d’un épais mur crénelé, flanqué à son saillant d’une puissante tour carrée que le roi Henri V fit construire à partir de 14195. Cette tour, installée dans le fossé même de la ville et adossée au rempart, fit du pont la seule sortie vers les champs du fait que la tour postérieure du donjon, dont on avait refait le pont-levis en 14166, fut définitivement murée7. Depuis cette tour partaient deux ponts-levis et trois ponts dormants qui furent également refaits en 14318. Dans une construction située au-dessus du pont qui donnait sur la ville se trouvait une lucarne qui s’ouvrait à l’aide d’une serrure de fer9. La nouvelle tour, qui avait été initialement destinée à recevoir de l’artillerie, semble avoir perdu cette fonction en 1431, puisqu’un plâtrier « estouppa » plusieurs canonnières et arbalétrières « dans la tour carrée et dans le mur voisin ». Une petite chambre qui devait servir pour le guet fut également close (fig. 2)10.

Fig. 2 – Maquette du château de Rouen (Musée Jeanne d’Arc de Rouen)

Fig. 2 – Maquette du château de Rouen (Musée Jeanne d’Arc de Rouen)

6La tour qui se trouvait désormais en arrière de cette nouvelle construction fut surélevée, tandis que le sommet de la Grosse Tour était transformé en terrasse d’artillerie et sa porte extérieure bouchée.

  • 11 BnF, ms. fr. 26041 [5048], 21 mars 1416.

7Dans la basse cour, on trouvait les étables aux chevaux et plusieurs constructions utilitaires. Une chambre occupée en 1416 par un certain Geoffroy Martel se trouvait à côté de la Grosse Tour et il y avait aussi des « aisements », c’est-à-dire des latrines, destinés aux serviteurs11. En avant se trouvaient les jardins du château, la porte vers les champs et le pont dormant.

  • 12 BnF, ms. fr. 26036 [4161], 23 mars 1409.

8Les travaux d’entretien du bâtiment relevaient de la responsabilité d’Alexandre de Berneval, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen, qui certifiait les quittances. Les toitures étaient soit de tuiles, soit d’ardoises et, en 1409, des gargouilles peintes avaient été mises en place à l’aide d’étain, de minium, de cire, de vernis et de suif. Il s’agissait d’installations en bois « faites par manière de bestes serpentines, revestues de testes, de piés, de jambes, de queues teurses entour eux »12 (fig. 3).

Fig. 3 – Le château et le donjon de Philippe Auguste en 1525. Plan de Gaalor – Livre des Fontaines de Rouen de Jacques Le Lieur © Collection Bibliothèque de la Ville de Rouen, cliché T. Ascencio-Parvy, A. Delamare

Fig. 3 – Le château et le donjon de Philippe Auguste en 1525. Plan de Gaalor – Livre des Fontaines de Rouen de Jacques Le Lieur © Collection Bibliothèque de la Ville de Rouen, cliché T. Ascencio-Parvy, A. Delamare
  • 13 P.-Y. le Pogam, « Un chantier exemplaire. Le palais royal d’Henry V à Rouen », Bulletin archéologiq (...)

9En 1431, le rôle de ce château aurait dû être moins important puisque le roi Henri V avait décidé, dès son entrée dans la ville, de faire construire un autre château à l’angle sud-ouest des fortifications mais, faute d’argent et peut-être de volonté, les travaux traînaient en longueur, si bien qu’à l’époque du procès de Jeanne d’Arc, cette construction, qu’on devait appeler le Palais par la suite, n’était toujours pas achevée13.

Une garnison assez réduite

  • 14 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

10Le commandement de la garnison était généralement confié à un capitaine, souvent remplacé dans le château par son lieutenant. En 1429, un maçon et un charpentier firent « une lucarne toute neuve pour donner jour dans la chambre du lieutenant du capitaine », que l’on atteignait en empruntant un degré de bois14. Jusqu’à la conquête anglaise, il y avait un capitaine pour le château et un autre pour la ville. À partir de 1419, le capitaine eut la charge de la ville et du château, sauf vers 1426-1429 et de 1432 à 1435, quand le duc de Bedford se réserva la garde du château.

  • 15 BnF, Clairambault 178, passim.
  • 16 BnF, ms. fr. 26044 [5761], vidimus du 26 avril 1423.
  • 17 AN, K62, n° 255
  • 18 BnF, ms. fr. 5773 [1071], 1er juillet 1436.
  • 19 En novembre 1431, il fallait 4 hommes d’armes et 80 archers pour la garde des portes et murs de Rou (...)
  • 20 BnF, Moreau 670 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des (...)

11De décembre 1415 à septembre 1417, la garnison du château, placée sous le commandement de Guillaume de Tancarville, se composait de 10 hommes d’armes et de 12 arbalétriers15. Peu après la chute de la ville, en 1422, la garnison anglaise pour la ville et le château, dirigée par le comte de Warwick, fut composée de 25 hommes d’armes à cheval, 75 archers à cheval, 39 hommes d’armes et 105 archers à pied16. Mais cette troupe se réduisit rapidement, sans doute pour des raisons financières et, le 20 octobre 1425, on ne comptait plus que 4 hommes d’armes à cheval, dont le commandant Robert de Willeby, 8 hommes d’armes à pied et 36 archers, toujours pour la ville et le château. En mai 1426, les effectifs étaient pratiquement les mêmes, si ce n’est que le nombre d’hommes d’armes était passé à 717. En novembre 1426, les effectifs remontèrent pour le château à 15 lances et 45 archers avant de retomber en 1427 et 1428 à 7 hommes d’armes et 28 archers ou arbalétriers18. Pendant les deux années suivantes, le nombre d’archers oscilla entre 42 et 45 et le nombre des hommes d’armes se fixa à une quinzaine, parfois remplacés comme en juin 1430 par 4 lances à pied19. Tous ces soldats devaient suivre un règlement disciplinaire assez rigoureux promulgué dès le mois de décembre 1419 et rappelé en 142320.

  • 21 BnF, ms. fr. 26069 [4777], 13 avril 1443.
  • 22 BM Rouen, Y29 III [20].
  • 23 BnF, ms. fr. 26029 [2735] et [2741], 1397-1398.
  • 24 BnF, ms. fr. 26038 [4524], 20 octobre 1411.
  • 25 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.
  • 26 BnF, ms. fr. 26054 [1634, 1636, 1638], quittance des 20, 24 et 30 septembre 1431.
  • 27 BnF, ms. fr. 26055 [1826], 1er juin 1432. Il resta en fonction jusqu’en décembre 1441.
  • 28 BM Caen, ms. Mancel 296, fol. 221, cité dans Letters and Papers Illustrative of the Wars of the Eng (...)
  • 29 BnF, ms. fr. 26041 [5019], 24 décembre 1415.

12Parmi les bâtiments du château, on trouvait aussi une « chambre de l’artillerie » et une « chambre de retrait pour les armures du roi »21. Un certain Robert Lartilleur est mentionné dès 1356, mais son activité précise est mal connue en dehors de l’entretien des arbalètes et des « espringalles »22. En février 1397, des travaux touchèrent « la tour du coin d’endroit la maison où demeure l’artilleur dudit chastel »23 et, en 1409, cette maison était occupée par Me Nicolas Billart, artilleur du roi24. Avant l’occupation anglaise, on comptait donc déjà plusieurs pièces d’artillerie dans le château et, en 1415, un certain Jean de Sept-Maisons était officiellement canonnier du roi. En septembre 1429, des charpentiers « enfustèrent huit canons pierriers ». Les pierres à canon étaient entreposées dans sept « cassis » ou coffres et des engins de bois permettaient de hisser les grosses pierres sur la terrasse de la Grosse Tour25, où se trouvait encore une canonnière en septembre 143126. La charge de maître canonnier était exercée depuis le mois de mai 1430 par Thibault Lemercier, dont le nom ne semble pas indiquer une origine anglaise27. De fait, les Anglais faisaient apparemment plus confiance à l’artillerie qu’aux soldats pour la défense du château, puisqu’un inventaire de l’artillerie de septembre 1435 mentionne une bombarde, 9 veuglaires, 43 couleuvrines, quelques serpentines et plusieurs centaines de boulets28. Une forge était installée dans la cour, ce qui permettait d’entretenir sur place les outils, les armes et les canons conservés dans le château29.

  • 30 BnF, ms. fr. 26051 [956].
  • 31 ADSM, 100 J 34 [10].

13Outre les armes, on entreposait dans le château les provisions nécessaires à l’entretien des soldats et des autres personnes qui y demeuraient. En septembre 1428, le trésorier général ordonna au vicomte de Rouen de visiter immédiatement le ravitaillement du château et du pont et de remplacer les denrées abîmées30. Une partie de ces denrées était d’ailleurs parfois revendue par les hommes du vicomte31.

  • 32 AM Rouen, Tiroir 4, n° 4, U2, fol. 72 v°-73.
  • 33 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432.
  • 34 Il s’agissait des paroisses de Saint-Victor, Pavilly, Pont-Saint-Pierre, Saint-Joire et Cailly (BnF (...)

14Le rôle particulier du château sur le plan militaire est confirmé par les lettres patentes d’Henri VI du 25 janvier 1425, qui obligeaient les bourgeois et échevins de la ville à organiser la garde de toutes les portes de la ville, à l’exception de celles du château, qui restaient sous la surveillance des soldats anglais32. D’ailleurs, au cours de l’occupation anglaise, la fonction de portier fut apparemment supprimée et ne réapparut qu’à la fin du XVe siècle33. Pourtant, si le guet restait entre les mains des Anglais, un certain nombre de paroisses des environs devaient payer 5 sous par chef d’hôtel pour en être exemptées34.

Un objectif militaire

  • 35 L. de Duranville, Notice sur le château de Bouvreuil, construit à Rouen par ordre de Philippe-Augus (...)

15Prendre le château était indispensable à ceux qui voulaient contrôler la ville. On ne reviendra pas ici sur l’intervention brutale de Jean le Bon en 1356 à l’occasion d’un banquet offert par son fils, le futur Charles V, qui ne fut pas une véritable opération militaire, mais une intervention surprise destinée à démasquer ce que le roi considérait comme un complot35. En revanche, tous les épisodes militaires ultérieurs montrent l’importance que représentait la possession du château.

  • 36 BnF, ms. fr. 26044 [5784], non daté. Des travaux identiques ont lieu en 1415 au château du Pont-de- (...)

16Ainsi, au moment où les Anglais débarquèrent à Harfleur, on renforça les défenses du château de Rouen en y installant des guérites36.

  • 37 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët d’Arcq (éd.), t. I, Paris, Renouard (Société de l’his (...)
  • 38 L.-R. Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, Rouen, Éditions du P’tit Normand, (...)
  • 39 P. Cochon, Chronique normande, C. de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 281.

17Avant même que la ville ne fût prise par les Anglais, le bâtiment fit l’objet d’une lutte violente entre les partisans des Armagnacs et ceux des Bourguignons, menés par Guy le Bouteiller qui, en juillet 1417, assiégea le château alors commandé par Pierre de Bourbon. Le bailli de Rouen fut assassiné tandis que le Dauphin Charles, venu au secours des Armagnacs, se voyait dans un premier temps interdire l’entrée dans la ville, avant d’être finalement autorisé à pénétrer dans le château avec une petite escorte37. À cette occasion, une partie des bâtiments de la basse cour furent incendiés et ils ne furent reconstruits que très lentement. En décembre 1418, les Rouennais assiégés par les Anglais tentèrent une sortie par la porte des champs du château de Rouen, mais le pont-levis s’effondra sous leur poids38. Enfin, le 19 janvier 1419, c’est le capitaine du château, Guy le Bouteiller, qui remit les clefs de la ville au roi Henri V, tandis que les armes et les munitions anglaises y étaient enfermées39.

  • 40 AM Rouen, U2, fol. 121 v°-125.

18D’ailleurs, autre preuve du rôle militaire et administratif du château, l’acte de capitulation de la ville du 13 janvier 1419 précisa que les armes et armures qui se trouvaient encore dans la ville seraient entreposées dans une maison au château de Rouen40.

  • 41 AN, JJ 173 [13 et 14].

19Pendant l’été 1424, les partisans du Dauphin Charles préparèrent un complot visant à prendre le château. Son instigateur, Richard Mictes, prit contact avec les maîtres des œuvres, Jenson Salvart et Alexandre de Berneval, pour leur demander des conseils sur la manière de s’emparer du château. Ceux-ci lui expliquèrent comment empêcher les Anglais de sortir en canonnant le pont-levis et la porte d’entrée. La défaite française de Verneuil-sur-Avre fit avorter le projet. Quelques années plus tard, cependant, celui-ci vint aux oreilles des responsables anglais qui condamnèrent à mort les deux maçons, avant de les gracier au moment même où ils allaient être décapités41.

  • 42 C. de Beaurepaire, « Note sur la prise de Rouen… », p. 306, note 7.
  • 43 Ibid., p. 325-327 ; BnF, ms. fr. 26055 [1758], 5 mars 1432 (n.st.) ; AM Rouen, Tiroir 4 [5], 9 mars (...)

20Encore en 1432, une centaine d’hommes commandés par Ricarville pénétrèrent dans le château grâce à des complicités42. Les Anglais, surpris dans leur sommeil, furent tués ou prirent la fuite mais, avec l’aide des Rouennais, ils réussirent à assiéger les assaillants dans la Grosse Tour du château. Ceux-ci finirent par se rendre et furent tous décapités, sans doute le jour même43.

Un lieu de pouvoir

L’organisation administrative

  • 44 Bodleian Library, Oxford, ms. 124, cité par D. Léost, Le château de Rouen…, t. I, p. 366, note 1.
  • 45 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands et français… », p. 47, note 20, n° 280, 281 sq.
  • 46 BnF, ms. lat. Moreau 688.

21Le château était donc le lieu manifeste de la puissance militaire ; il était aussi le lieu symbolique du pouvoir. Dès que la ville capitula, le roi Henri V, après avoir entendu la messe et fait son offrande, entra dans le château, que l’auteur du Sege of Roan décrit comme une demeure vraiment royale et un palais d’une grande beauté, et il y déploya les armes de France et d’Angleterre44. C’est là qu’il confirma les privilèges de l’Hôtel-Dieu de Rouen sur la chapelle du château et qu’il organisa la donation des terres confisquées à ceux qui refusaient de lui prêter serment comme, parmi d’autres, le comte de Tancarville45. Pendant quelques mois, le château fut véritablement le centre du pouvoir anglais en Normandie et c’est là qu’Henri V convoqua une assemblée de nobles pour y recevoir les serments en mars 141946. Toutefois, dès la fin mars, Henri V sillonna ses nouvelles possessions et quitta le château de Rouen pour Évreux, le château de Vernon et Mantes, avant d’y revenir en janvier 1420, pour promulguer à nouveau quelques ordonnances de confiscation ou de confirmation de privilèges, concernant toujours l’Hôtel-Dieu, à propos de la chapelle du château de Rouen. Pour la plupart de ces donations, les nouveaux possesseurs devaient faire hommage au roi en lui faisant un don, qui reprenait les usages anciens et se composait d’objets divers comme une lance de fer, une fleur de lys, ou une truelle à remettre au château de Rouen.

  • 47 BnF, ms. fr. 26046 [157], 6 novembre 1423 ; ms. fr. 28792, 21 novembre 1423. En mai 1430, des trava (...)
  • 48 ADSM, G 3482, 25 mai et 11 juin 1425.
  • 49 AN, 104 Mi / 10, fol. 119.

22Après la mort du roi, comme on tardait à réparer les dommages qui avaient eu lieu au moment du siège, la fonction administrative du château devint moins importante qu’au cours des règnes de Charles V et de Charles VI. En novembre 1423, le vicomte de Rouen reçut l’ordre de louer deux maisons devant le château, les hôtels de la Lune et des Boulettes, pour y tenir le conseil du roi47. Une petite cohue présidée par le bailli s’installa toutefois « devant le chastel », c’est-à-dire dans la basse cour extérieure en 142548. La juridiction de la vicomté, comme celle du bailli, s’installa dans les halles de la Vieille Tour qui devint ainsi une sorte de cité administrative49.

  • 50 ADSM, 100 J 36 [24], 18 mars 1426.
  • 51 BnF, ms. fr. 26051 [1015], 9 janvier 1429 (n.st.). Il y avait aussi des « aisements ».

23La Chambre des comptes de Normandie fut, elle, temporairement installée dans deux hôtels confisqués à la femme de Laurent Guédon, qui ne pouvait pas payer sa part de la composition de la ville50. Néanmoins, il y avait encore en 1429, dans le château, une « chambre au trésorier » contenant une cheminée et plusieurs parois de plâtre, dans laquelle s’installait le trésorier général de Normandie lors de ses séjours à Rouen51.

Une résidence

  • 52 P. Cochon, Chronique normande, p. 312-313, note 39.
  • 53 M.-V. Clin-Meyer, Le registre de comptes de Richard Beauchamp, comte de Warwick (14 mars 1431-15 ma (...)

24Le château accueillait régulièrement les souverains ou les membres de la famille royale. Le futur Charles V, alors duc de Normandie, Charles VI et, en juillet 1417, Charles, Dauphin de Viennois, y firent des séjours plus ou moins longs. Henri V y séjourna assez fréquemment de janvier 1419 à juin 1422. Il y vint notamment en décembre 1420 et janvier 1421, avec son épouse Catherine de France, et sa dépouille y fut ramenée en septembre 1422. Le duc de Bedford n’y vint qu’en 1429 tandis que le jeune Henri VI, en route pour son sacre parisien, y séjourna de juillet 1430 à novembre 1431, c’est-à-dire au moment même où Jeanne d’Arc y était incarcérée, puis il y repassa sur la route du retour, de la fin décembre 1431 à janvier 143252. Des princes puissants y logeaient également. Ainsi, au moment du procès de Jeanne d’Arc, le duc et la duchesse de Bedford séjournaient au château, ainsi que le comte de Warwick, qui s’y installa du 14 mars 1431 au 12 janvier 1432 et y faisait bombance presque tous les soirs avec ses nombreux invités53.

  • 54 BnF, ms. fr. 26036 [4161], 24 mars 1409.
  • 55 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432, et 26296 [61], 9 mai 1449.

25Pour accueillir le personnel du château, on trouvait une grande salle du commun disposant d’une dépense, mais assez difficile à situer. On y accédait par un escalier et elle possédait une grande cheminée54. Comme aucun document ne cite en même temps la grande salle et la grande salle du commun, il s’agit peut-être de la même pièce. Pour permettre le séjour des personnalités importantes qui y résidaient, on trouvait, en dehors des installations sanitaires, une « estuverie du roi », les « baigueures du château que fit faire feu le régent »55, ainsi qu’une barberie.

  • 56 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.
  • 57 BnF, ms. fr. 26052 [1111], 23 juin 1429.
  • 58 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.
  • 59 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

26Au rez-de-chaussée, une « grande cuisine » possédait un escalier qui descendait dans le fossé du donjon56. Un mur était percé par une évacuation « où souloit passer les eaux de la cuisine du roi »57. À côté se trouvait un cellier, où l’on mettait les chairs salées58, et il y avait aussi une « seulle pour mettre les bières », que l’on atteignait en descendant un escalier de bois59, un grand cellier à vin, un autre pour les cidres, une boulangerie et une panneterie, une bouteillerie, une bucherie, une épicerie, une larderie, une pâtisserie, une chambre où on mettait la poulaille, une cirerie et une chandellerie.

27Au-dessus se trouvait la « haute cuisine » ou « cuisine du roi », qui communiquait par une galerie ou une passerelle avec la chambre de la reine. Entre les tours de la grande cuisine et la Tour Saint-Gilles, à l’étage surmontant le rez-de-chaussée, s’étendaient les appartements royaux, avec la chambre du roi au milieu.

  • 60 R. Quenedey, « Les étapes de la voie douloureuse de Jeanne d’Arc à Rouen », Bulletin des Amis des m (...)
  • 61 ADSM, 100 J [36 / 25], 11 octobre 1434.

28Selon le commandant Quenedey, les appartements du duc de Bedford s’étendaient le long de la courtine nord, entre la Tour de la Pucelle et le donjon, tandis que les appartements princiers étaient situés à l’est de la courtine. Au moment du procès de Jeanne d’Arc, ils étaient occupés par Warwick, qui était logé assez près de la prison pour entendre les cris de Jeanne d’Arc et qui intervint pour faire cesser les violences de ses gardiens60. Une grande galerie y fut installée à la demande du duc de Bedford. Après son mariage en 1433, Jacqueline de Luxembourg, seconde duchesse de Bedford, y avait sa chambre, éclairée par six panneaux de verre, et elle y séjourna jusqu’en 1436. Mary, la fille illégitime de Bedford, résidait aussi au château dans une pièce à deux portes, avec une garde-robe et des « aisements de corps »61. Il est donc possible qu’il y ait eu deux parties dans les appartements du château : un logis royal et des appartements princiers au second niveau, le rez-de-chaussée étant laissé à un usage domestique.

  • 62 Cet escalier fut réparé en 1432 et on mit plusieurs marches de pierres (BnF, ms. fr. 26056 [1913], (...)
  • 63 BnF, ms. fr. 26068 [4245], 27 février 1442.
  • 64 Cette cuisine servit notamment lors du banquet donné par le Dauphin en 1356. Le roi Jean le Bon « m (...)
  • 65 BnF, ms. fr. 25996 [162], vers 1340. On sait que lors de l’intervention de Jean le Bon en 1356, le (...)
  • 66 BnF, nouv. acq. fr. 23920 [1], 23 février 1433.

29Deux pièces partant de ces appartements communiquaient avec la grande salle, à laquelle on accédait par un escalier extérieur, sans doute en assez mauvais état, qui donnait sur un porche62. Il s’agissait d’une vaste pièce large de 7 mètres et longue de 15, qui s’étendait le long du rempart. Des fenêtres donnaient sur la cour du château et la toiture de tuiles de cette salle était percée de lucarnes, pour améliorer l’éclairage63. À l’extrémité de cette pièce était placée une cheminée monumentale, derrière laquelle se trouvait une cuisine particulière64. Parmi le mobilier, on trouvait deux grands bancs, trois grandes tables et deux autres plus petites, dont l’une était destinée aux valets et aux écuyers, un dais, un dressoir et deux « fourmes »65. Parmi les installations nouvelles apparues pendant l’occupation anglaise, on note la présence d’une horloge. C’était là que se réunissait l’Échiquier avant l’occupation anglaise et c’était aussi le lieu de réception des princes quand ils se trouvaient au château66.

  • 67 BnF, ms. fr. 26029 [4777], 13 juin 1414.

30De cette grande salle, on pouvait accéder à la chambre du roi en passant par « la première chambre haute ». Cette pièce, située sur la chambre du chapelain, avait des fenêtres de verre blanc, sur lesquelles étaient peintes les armoiries du roi ou du Dauphin (avant l’occupation anglaise)67.

  • 68 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432.
  • 69 BnF, ms. fr. 26070 [4626], 1er septembre 1442.
  • 70 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432.
  • 71 J. Lafond, « Le vitrail en Normandie de 1250 à 1300 », Bulletin monumental, t. CXI, octobre-décembr (...)
  • 72 BnF, ms. fr. 26010 [1165], 28 mars 1371.

31La chambre de parement, citée seulement à partir de 1431, située au bout de la grande salle, était en contact, direct ou indirect, avec la chambre du roi, ou celle du duc de Bedford quand le roi n’y était pas. On y accédait par un escalier extérieur qui partait de la grande galerie installée par les Anglais68. Il s’agissait d’une pièce sans doute assez spacieuse, munie de deux fenêtres, dont les panneaux en verre blanc portaient également les armes du roi et du Dauphin (toujours avant l’occupation anglaise). À proximité, sans doute entre la pièce et la chambre du roi, se trouvait une garde-robe. La pièce était nattée et chauffée par au moins une cheminée. Elle était éclairée par des fenêtres garnies de verre blanc récupéré et peint de diverses couleurs en 144269. Les textes, assez peu explicites, parlent aussi de la « chambre de secret de mondit seigneur le régent »70, qui était éclairée par deux grandes fenêtres coulissantes. À une date mal précisée, des panneaux de vitrail représentant saint Pierre, saint Paul, saint Jean l’Évangéliste et saint Jacques le Majeur décoraient une des pièces des appartements du roi71. Si les textes du XIVe siècle mentionnent la chambre du roi et la chambre de la reine, il est difficile de les situer précisément. Elles pouvaient aussi bien être contiguës qu’à deux niveaux différents. Des « aisements » se trouvaient derrière la chambre du roi. Une garde-robe du roi, mentionnée à partir de 1399, était chauffée par une cheminée double. D’autre part, séparée de la chambre du roi par une « allée », on trouvait la chambre des comptes, éclairée par deux fenêtres aux châssis faits de « bors d’Illande », garnies de verres et qui contenait deux armoires72.

  • 73 BnF, ms. fr. 26056 [2050], 11 avril 1433, cité par L. Delisle, Recherches sur la librairie de Charl (...)
  • 74 BnF, ms. fr. 26001 [628, 651-654], juillet et août 1356.

32C’est dans cette partie du château que se trouvait la bibliothèque pour laquelle le régent Bedford avait fait apporter l’essentiel des livres qui avaient appartenu aux rois Charles V et Charles VI. En 1433, en effet, le huchier Gontier d’Oissel avait posé huit châssis dans les baies des fenêtres étant en la librairie73. Les textes du XIVe siècle évoquent aussi la « salle du trésor » ou la « chambre du trésor ». C’est sans doute là que furent conservés les bijoux que Charles, alors duc de Normandie, fit venir en 1356, et pour lesquels il fit réaliser deux paires d’armoires, mais on en ignore tout pour les premières décennies du XVe siècle74.

  • 75 D. Léost, « Les chapelles du château de Rouen aux XIVe et XVe siècles », in Château et société cast (...)
  • 76 BnF, ms. fr. 25955 [95-97], 27 mars 1334 (n.st.).
  • 77 ADSM, Compte de la vicomté de Rouen de 1432.
  • 78 Il disposait d’une chambre fréquemment réparée, qui contenait des objets liturgiques et des vêtemen (...)
  • 79 ADSM, H, Hôtel-Dieu de Rouen, liasse 1EA39 ; cartulaire de la chapelle du château, donation de Phil (...)

33Après la grande salle, le porche donnait aussi accès à la chapelle placée sous le vocable de Saint-Romain, généralement appelée par les textes « grande chapelle »75. Elle est mentionnée à partir de 1334 dans les sources, mais on sait qu’elle était antérieure76. Adossé au rempart, le bâtiment possédait par ailleurs un petit clocher, auquel on accédait par des planches posées sur un lambris. La chapelle, détachée des autres bâtiments du château, se trouvait « en droit l’oratoire du roi »77. Elle était desservie depuis 1222 par un religieux de l’Hôtel-Dieu de Rouen, nommé par le prieur de cette maison78. Ce religieux résidait dans le château et devait dire trois messes par semaine79. À l’époque du procès de Jeanne d’Arc, ce prêtre, en place depuis octobre 1415, s’appelait Robert du Bosc.

  • 80 ADSM, Compte de la vicomté de Rouen de 1432.
  • 81 ADSM, H, Hôtel-Dieu de Rouen, liasse 1EA39, fol. 14.
  • 82 ADSM, H, Hôtel-Dieu de Rouen, liasse 1EA39, fol. 15 v° et fol. 16. Le chapelain pouvait notamment p (...)

34La chapelle était lambrissée et, en 1395, le bois vermoulu tombait sur l’autel80. L’entretien du mobilier et des décorations intérieures était à la charge de l’Hôtel-Dieu. Un document de 1395 fait le compte des pièces d’orfèvrerie (calice, plateau et cuillères d’argent, crucifix émaillé) et des étoffes diverses utilisées pour les tentures et les cérémonies81. Diverses donations en vivres avaient été faites par les rois de France, à quoi Henri V ajouta en 1420 une rente de 5 livres 5 sous, affectée à l’accroissement du luminaire82.

  • 83 BnF, nouv. acq. fr. 23920 [n° 1], 23 février 1433 ; ms. fr. 26070 [4746], 24 février 1443.
  • 84 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

35Comme on le verra plus bas, c’est dans cette chapelle qu’eut lieu le premier interrogatoire de Jeanne d’Arc, le 21 février 1431. D’autres chapelles, de plus petite taille, dites « chapelle Saint-Gilles, chapelle du Régent, chapelle sur la porte de derrière »83, se trouvaient aussi dans le château. La chapelle Saint-Gilles, située à l’étage, était en relation avec la chambre du roi mais, pour le commandant Quenedey, il ne fait pas de doute que c’est dans la « grande chapelle » que le doyen de la chrétienté Jean Massieu, exécuteur des mandats et convocations des juges, autorisa Jeanne d’Arc à s’agenouiller et devant laquelle l’évêque Pierre Cauchon, mécontent de son attitude, se plaça plusieurs fois pour empêcher Jeanne d’y entrer faire sa prière. En annexe de cette chapelle, on trouvait une « maison où sont les aournements de la chapelle »84.

Un tribunal et une prison

36Les Anglais avaient accepté que Jeanne d’Arc soit jugée par un tribunal ecclésiastique, mais ils la gardèrent dans le château de Rouen, sous la main laïque… Toutefois, pour maintenir la fiction d’un procès d’Église, une des trois clefs de la prison de Jeanne était conservée par le cardinal de Winchester, oncle du régent Bedford.

  • 85 BnF, ms. fr. 26041 [5043], 27 février 1416 (n.st.).

37Le château était, en effet, également le lieu où était rendue la justice du roi. Un tribunal courant, la cohue, était installé dans le château à la veille de la prise de la ville de Rouen par les Anglais. En février 1416, un nattier fut payé pour des travaux d’entretien « aux cohues et prisons ». On distinguait une grande et une petite cohue. Dans la grande se trouvaient alors une chaire et des sièges avec marchepieds, sur lesquels s’asseyaient les procureurs et avocats, tandis que la petite disposait seulement d’une chaire. De plus, une salle dite de la « petite conseilleure » se trouvait devant la barrière du château85.

  • 86 BnF, ms. fr. 26033 [3544], 26 novembre 1403.
  • 87 AM Rouen, Tiroir 14 [8] ; P. Cochon, Chronique normande, p. 347.

38Les séances de l’Échiquier se tenaient aussi ordinairement dans la grande salle du château que nous avons décrite plus haut. Une salle dite du tabellionnage, chauffée grâce à une cheminée, était « le lieu où les seigneurs de l’Eschiquer faisaient leur examen des prisonniers »86. Toutefois, après la prise de la ville par Henri V, comme « les prisons du roi et cohues du chastel étaient arses, abattues et annihilées »87, le tribunal s’était successivement réuni à l’Archevêché, puis dans la Halle aux Pelletiers située dans la Vieille Tour.

  • 88 L. Bailly-Maître, « Les prisons de Jeanne d’Arc au château de Rouen », Bulletin de la Société des n (...)
  • 89 BnF, ms. fr. 26037 [4426], 9 avril 1411.

39Au XIVe siècle, le château de Rouen était une des prisons de la ville. On distinguait la « geôle » qui se trouvait sur les rues de la Treille et du Bailliage, dans la basse cour, vers la ville, et les prisons du château proprement dit, situées dans la Grosse Tour, qui étaient une véritable prison d’État, réservée à ceux qui osaient s’attaquer au roi : rebelles, traîtres, conspirateurs, c’est-à-dire ceux que les textes anglais appelaient globalement « brigands »88. La prison du château était placée sous la responsabilité d’un geôlier et d’un « ferreur de prisonnier ». En avril 1411, un « ouvrier de forge » fut payé pour avoir livré au château, entre autres choses, une fleur de lys « pour mettre empreinte au front des criminels à ce condamnés »89.

  • 90 AN, P19103 [19503], 26 avril 1426.
  • 91 A. Floquet, Histoire du privilège de Saint-Romain…, t. I, p. 134-141, note 88, et t. II p. 638-647.

40Le bâtiment perdit ce rôle de prison peu après et, en 1419, les prisons furent en effet officiellement transportées dans l’Hôtel Commun de la ville, dans une partie du bâtiment appelée « l’ostel de la cloche », avant d’être ramenées dans un bâtiment situé devant le château90. C’est là que les députés du chapitre, à qui on confiait les clefs de la prison, se rendaient pour recevoir les déclarations des prisonniers susceptibles d’être libérés, au titre du privilège de saint Romain91.

  • 92 ADSM, 2E1 / 169, fol. 194 v°, 18 septembre 1421.
  • 93 BnF, ms. fr. 26052 [1111], 23 juin 1429.
  • 94 ADSM, G 2125, fol. 254.
  • 95 BnF, ms. fr. 26055 [1672 et 1683], 31 octobre 1431 et 10 novembre 1431.
  • 96 BnF, ms. fr. 26062 [3181], 15 mai 1430.

41Néanmoins, les tours, en particulier la Grosse Tour, continuaient à être parfois utilisées comme lieu de détention exceptionnelle. C’est là que furent enfermés les 33 otages qui garantissaient le paiement de la rançon imposée par Henri V. En septembre 1421, un prisonnier nommé Jehan du Bois fut libéré des prisons du roi « en son chastel de la diste ville »92. En juin 1429, un maçon fit des réparations « en plusieurs endroits sous deux trestes de bois qui servaient aux prisons par où l’on va en la grosse tour »93 et, en mai 1430, les chanoines de la cathédrale de Rouen obtinrent du duc de Bedford la possibilité d’examiner deux prisonniers détenus dans « la grosse tour du château de Rouen »94. Encore en 1431, un certain Jehan Henry séjourna 150 jours à partir du mois de mai dans la Grosse Tour du château, pour crime de lèse-majesté, et le geôlier du château recevait 2 sous 6 deniers par jour pour garde et nourriture95. Des travaux effectués en 1430 dans les hôtels où se tenait le conseil du roi indiquent que ce geôlier en occupait une partie, ainsi qu’un charpentier nommé Jean Soisson96.

  • 97 C. de Beaurepaire, « Note sur la prise de Rouen… », p. 306, note 7.
  • 98 BnF, ms. fr. 26056 [1862], 15 avril 1432.
  • 99 BnF, ms. fr. 26056 [1745], 19 janvier 1432.

42Cette prison n’était pas très solide et les évasions étaient fréquentes. En 1447, par exemple, un certain Vincent de Vernon s’en échappa en perçant la voûte97. C’est la raison pour laquelle les prisonniers étaient attachés à des ceps et enfermés dans des cages de fer pendant la nuit. En 1432, les fenêtres qui donnaient sur la cour du château étaient munies de « treilles », autrement dit de grilles qui gênèrent Ricarville quand il fut assiégé par les Anglais98. C’est sans doute dans cette salle que Warwick avait amené et enfermé son prisonnier Poton de Xaintrailles, en août 1431, avant qu’il ne soit transféré au château d’Arques99.

  • 100 BnF, ms. fr. 26029 [2745], 13 mars 1396.
  • 101 BnF, ms. fr. 26056 [1832], 12 avril 1432.
  • 102 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), t. II : Traduction et notes, Paris, Klinck (...)

43Dans le premier étage de la Grosse Tour, une salle voûtée d’un diamètre de 7 mètres environ servait de salle de justice, où on instruisait les procès des prisonniers d’État. On y trouvait notamment un « engin pour mettre en gehine les criminelz quant mestier est », c’est-à-dire « une gehine en quoy a deux aneaux de fer et un moulinel tenant en terre tenant à deux coulombes mises en terre deux piés ou environ ». Il s’agissait d’un treuil avec lequel on tendait, tirés à une poulie, les prisonniers suspendus par les mains liées derrière le dos, avec un poids aux pieds. On trouvait aussi dans cette salle un « siege en maconnerie où l’en assiet les criminelx que l’en met en question »100. La pièce était éclairée par une fenêtre à voussure que l’on atteignait grâce à quatre marches101. Le 9 mai 1431, c’est dans cette salle du premier étage de la Grosse Tour qu’on amena Jeanne d’Arc pour l’interroger sous la menace de la torture102.

Le procès de Jeanne d’Arc

La détention

  • 103 ADSM, G 2125, fol. 254.
  • 104 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (S (...)

44Jeanne d’Arc arriva à Rouen quelques jours avant le 28 décembre, date des lettres du chapitre octroyant ce territoire à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, pour lui permettre de la juger en dehors de son diocèse103. Pierre Cauchon ne disposait pas des prisons ecclésiastiques de la cour d’Église qui, de toute façon, n’auraient pas pu être utilisées puisque Jeanne était prisonnière du roi ; mais c’est surtout pour des raisons de sécurité que Jeanne fut enfermée dans le château de Rouen dès son arrivée. Selon la déposition de Laurent Guesdon, à l’époque lieutenant général du bailli, Raoul Bouteillier, elle fut placée in carceribus castri Rothomagensis, non in carceribus communibus104.

  • 105 R. Quenedey, La prison de Jeanne d’Arc. Étude historique et archéologique, Paris – Rouen, Champion (...)
  • 106 BnF, ms. fr. 26056 [2050], 11 avril 1433 (n.s.). Quittance de travaux de hucherie effectués par Gon (...)
  • 107 BnF, ms. fr. 26056 [1913], 24 septembre 1432.
  • 108 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. II, p. 58, note 103.
  • 109 Ces conditions très dures de détention contrastent avec celles de Poton de Xaintrailles, qui dînait (...)

45Elle ne fut donc pas enfermée dans la Grosse Tour, mais dans la prison du premier étage de la Tour Couronnée, dite Tour de la Pucelle depuis le XVIe siècle105. Cette « chambre » constituait l’étage moyen de la tour auquel on accédait par un escalier droit de huit marches muni d’un « pranel »106, autrement dit une rampe ou un garde-fou. Le sol était une aire de plâtre et le plafond une travure de bois, avec poutres et solives apparentes. Cette pièce était plus spacieuse que les prisons de la Grosse Tour, mais elle était très froide, car elle était exposée au nord. Cela explique peut-être que Jeanne y soit rapidement tombée malade, même si la prisonnière pensa qu’elle avait été indisposée par la consommation d’une truite que lui avait offerte Pierre Cauchon. La pièce ne recevait le jour que par deux archères que l’on fermait de l’intérieur par des volets de bois107. Elle était donc particulièrement obscure (satis tenebrosa), d’après Isambart de la Pierre, un témoin du procès de réhabilitation108. Il y avait malgré tout une cheminée et un « siège d’aisemens de corps » pratiqué dans le mur. La prisonnière disposait aussi d’un lit, qu’on retirait lors des interrogatoires. Devant les pieds du lit, une grosse poutre scellée dans le mur servait à attacher les chaînes qui l’entravaient109.

  • 110 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 42, note 98.
  • 111 ADSM, G 42, passim.
  • 112 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. II, p. 18, note 103.

46L’évêque de Beauvais lui avait interdit de sortir des prisons qui lui avaient été assignées sans sa permission, sous peine d’hérésie110. On renforça la pièce en installant une grille qui permettait de surveiller la prisonnière, sans réduire encore la faible lumière comme l’aurait fait une paroi de plâtre. Cette grille était percée d’une porte munie d’une forte serrure installée, puis révisée par Pierre Cusquel, un féron rouennais bien connu, notamment à l’Archevêché111. C’est ce que montrent les dépositions de cinq témoins du procès de réhabilitation, qui parlent d’une cage de fer (gabia, gabia ferri ou ferri) pour détenir Jeanne debout, et on sait que cette grille fut pesée plusieurs fois chez Pierre Cusquel. Selon Jean Massieu, qui était chargé d’amener Jeanne d’Arc devant ses juges, la nuit, la prisonnière était couchée ferrée par les jambes de deux paires de fer à chaînes, tandis qu’une autre chaîne, reliant les pieds de son lit et attachée à une grosse pièce de bois, l’empêchait de quitter sa place112.

  • 113 Il était aussi capitaine de Rouen, c’est-à-dire de la ville et du Pont de Seine. Il était également (...)
  • 114 C’était le frère de Jean Basset, un des assesseurs du procès.
  • 115 Il avait été chargé « de la garde et subsistance de defunct Jehan Henry », ce qui lui avait valu la (...)

47Quand on amena Jeanne à la prison de Rouen, le capitaine du château était Richard Beauchamp, comte de Warwick, qui avait pris ses fonctions à la Saint-Michel de l’année 1430113. Son lieutenant était Richard Cursun, écuyer. Il avait également sous ses ordres Nicolas Basset, écuyer, seigneur de Malaunay, qui commandait la seule lance à cheval de la garnison114. Son rôle était d’assurer le guet et, avec ses gens, c’est-à-dire avec les trois archers de sa lance, la garde et la subsistance des prisonniers de la Grosse Tour. Il fut donc sans doute chargé de fournir la nourriture à Jeanne d’Arc pendant les cinq mois où elle fut détenue au château, recevant pour ce faire la somme de 2 sous 8 deniers par jour115.

  • 116 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 43, note 98.
  • 117 Ibid., t. III, p. 154.

48Les gardiens de Jeanne d’Arc furent désignés par l’évêque Cauchon lui-même qui, le 21 février, fit prêter serment à « noble homme John Gray, écuyer de corps du roi » et « avec lui Jehan Barow [ou Berwoit] et William Talbot ». Le 13 mars, le vicaire de l’inquisiteur pour Rouen fit prêter serment aux mêmes gardiens, sauf à William Talbot116. John Gray était le seul à avoir les clefs de la prison, en dehors des ecclésiastiques. Toutefois, Jean Massieu, dans le procès de réhabilitation, parle de cinq gardiens anglais, dont « trois demeuraient la nuit dans la dite chambre et deux dehors à l’huis de la dite porte ». Toujours selon Massieu, ces gardiens étaient des « hommes du plus misérable aspect, des houcepailliers, qui se moquaient d’elle et désiraient sa mort »117.

  • 118 Ibid., t. II, p. 52.
  • 119 Ibid., t. III, p. 345.

49Lors de la première séance du procès, Jeanne se plaignit de ses conditions de détention, notamment d’être détenue enchaînée par des entraves de fer, à quoi les juges répondirent qu’elle avait déjà cherché à s’évader et qu’ils ne voulaient qu’elle essayât à nouveau118. L’aspect pénible de la détention apparaît lors du procès en relapse, le 28 mai 1431, puisque Jeanne d’Arc promit de ne plus porter l’habit d’homme, si on la mettait hors de ces entraves de fer et si on lui donnait une prison « gracieuse »119. Cette détention lui paraissait sans doute d’autant plus difficile qu’elle ne pouvait pas non plus communiquer avec qui que ce soit, même pas avec un prêtre, sans l’autorisation de ses geôliers.

Les séances du procès

50Le lieu où l’on devait juger Jeanne d’Arc n’était pas précisément défini, ce qui montre bien le caractère exceptionnel de ce procès. Il commença le mercredi 21 février, à 8 heures du matin environ. Les juges de Jeanne d’Arc se rendirent dans la chapelle royale du château, située au milieu de la cour, en face de la porte d’entrée de la Grosse Tour, et ils attendirent que l’accusée leur fût amenée.

  • 120 Ibid., t. II, p. 53.
  • 121 In camera paramenti, in buto aulae magnae praedicti castri Rothomagensis ; Procès…, J. Quicherat (é (...)
  • 122 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 43, note 98 et passim.
  • 123 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), t. IV, Paris, Klincksieck (S (...)

51La deuxième séance, le lendemain, eut lieu dans la chambre de parement, au bout de la grande salle du château de Rouen120. Le texte de la déposition de Jean Massieu, qui était chargé de conduire Jeanne devant ses juges, permet de constater que pour s’y rendre, elle devait passer devant la chapelle et qu’elle en profita pour prier, en récitant notamment le Benedicite121. C’est là qu’eurent lieu les séances des 22, 24, 27 février, des 2, 27, 28 mars et du 2 mai 1431 en présence de 36 à 63 personnes122. On préféra apparemment cet endroit à cause du tumulte qui s’était produit à chacune des interventions de Jeanne, lors de la première séance123.

  • 124 Ibid., p. 152.

52À partir du 10 mars, les juges officièrent dans la chambre qui, au château, avait été assignée pour prison à Jeanne d’Arc, parce que la prisonnière était malade et ne pouvait pas se déplacer. Toutefois, dès le 27 mars, les séances eurent à nouveau lieu dans la « chambre près de la grand salle du château »124, puis la séance du 31 mars eut encore lieu dans la prison car Jeanne d’Arc était trop gravement malade pour être transportée. Comme l’accusée ne répondait pas aux attentes de ses juges, ceux-ci décidèrent de la transporter dans la chambre de torture, ce qui eut lieu le 9 mai suivant, une nouvelle fois sans succès, et les juges estimèrent dès lors que la torture ne donnerait rien et qu’il était inutile d’insister.

53Le 23 mai, les juges se réunirent à nouveau pour procéder à une « monition charitable ». Jeanne d’Arc fut amenée dans une chambre du château, « près du lieu de sa prison ». Elle ne céda pas à ce moment, mais finit par abjurer dans le cimetière de Saint-Ouen. Elle accepta de remettre des vêtements de femme, puis elle finit par reprendre des habits d’hommes, peut-être à cause de la provocation de ses gardiens, d’où un second jugement comme relapse.

Conclusion

54Au moment du procès de Jeanne d’Arc, le château de Rouen était encore le lieu principal du pouvoir anglais. Il est donc normal que les Anglais aient voulu que le procès y ait lieu et c’est pour cela que les plus hautes autorités, le régent et le jeune roi y séjournaient au moment où on jugeait celle qui avait pu un temps menacer leur pouvoir. Il s’agissait bien sûr théoriquement d’un procès ecclésiastique, assez informel d’ailleurs dans son déroulement ; mais pour les Anglais, c’était avant tout un procès politique et rien ne pouvait mieux le montrer que de le tenir dans le château de Rouen, centre militaire, administratif et résidentiel, et lieu symbolique de leur autorité sur la Normandie et les territoires qu’ils voulaient contrôler.

Notes

2 D. Léost, Le château de Rouen (1204 à 1591). De la construction au démantèlement, thèse de doctorat, sous la direction de J.-P. Leguay, Université de Rouen, 2001. Cet auteur a résumé l’essentiel de sa thèse dans « Le château de Rouen pendant la domination anglaise (1419-1449) », Cahiers havrais de recherche historique, n° 58, 1999-2000, p. 121-134 ; Id., Le château de Rouen et son donjon dit la Tour Jeanne d’Arc, Rouen, Musées départementaux de Seine-Maritime, 2004. Cf. également D. Pitte, B. Gauthiez, Le château de Philippe Auguste, nouvelles recherches, Rouen, Musées départementaux de Seine-Maritime, 1987.

3 BnF, Clairambault 167 [62], 15 août 1417 et [57], 14 septembre 1417.

4 BnF, ms. fr. 26041 [5017], 11 décembre 1415

5 A. Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise au quinzième siècle, Rouen, E. Le Grand, 1840 ; reprint Marseille, Laffitte, 1977, p. 69, citant une copie d’une Chronique de Henri V.

6 BnF, ms. fr. 26041 [5234], 4 février 1416.

7 En 1432, les compagnons de Ricarville durent la démurer pour essayer de s’enfuir.

8 C. de Beaurepaire, « Note sur la prise de Rouen par Ricarville en 1432 », Bulletin analytique de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, 1855-1856, p. 306.

9 BnF, ms. fr. 26036 [4224], 4 août 1409.

10 BnF, ms. fr. 26051 [1015], 9 janvier 1429.

11 BnF, ms. fr. 26041 [5048], 21 mars 1416.

12 BnF, ms. fr. 26036 [4161], 23 mars 1409.

13 P.-Y. le Pogam, « Un chantier exemplaire. Le palais royal d’Henry V à Rouen », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 23, 1987-1988, p. 213-247.

14 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

15 BnF, Clairambault 178, passim.

16 BnF, ms. fr. 26044 [5761], vidimus du 26 avril 1423.

17 AN, K62, n° 255

18 BnF, ms. fr. 5773 [1071], 1er juillet 1436.

19 En novembre 1431, il fallait 4 hommes d’armes et 80 archers pour la garde des portes et murs de Rouen (BnF, ms. fr. 26055 [1678]).

20 BnF, Moreau 670 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, vol. XXIII, novembre 1858, p. 105-106.

21 BnF, ms. fr. 26069 [4777], 13 avril 1443.

22 BM Rouen, Y29 III [20].

23 BnF, ms. fr. 26029 [2735] et [2741], 1397-1398.

24 BnF, ms. fr. 26038 [4524], 20 octobre 1411.

25 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

26 BnF, ms. fr. 26054 [1634, 1636, 1638], quittance des 20, 24 et 30 septembre 1431.

27 BnF, ms. fr. 26055 [1826], 1er juin 1432. Il resta en fonction jusqu’en décembre 1441.

28 BM Caen, ms. Mancel 296, fol. 221, cité dans Letters and Papers Illustrative of the Wars of the English in France during the Reign of Henry the Sixth, King of England, J. Stevenson, (éd.), t. II, Londres, Longmans, 1864, part. II, p. 565-574.

29 BnF, ms. fr. 26041 [5019], 24 décembre 1415.

30 BnF, ms. fr. 26051 [956].

31 ADSM, 100 J 34 [10].

32 AM Rouen, Tiroir 4, n° 4, U2, fol. 72 v°-73.

33 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432.

34 Il s’agissait des paroisses de Saint-Victor, Pavilly, Pont-Saint-Pierre, Saint-Joire et Cailly (BnF, ms. fr. 26052 [1144], 22 novembre 1430 ; ADSM, 100 J 19 [26]).

35 L. de Duranville, Notice sur le château de Bouvreuil, construit à Rouen par ordre de Philippe-Auguste et dans l’enceinte duquel Jeanne d’Arc fut captive, Rouen, Didron, 1852, p. 262.

36 BnF, ms. fr. 26044 [5784], non daté. Des travaux identiques ont lieu en 1415 au château du Pont-de-l’Arche et à celui de Moulineaux (BnF, ms. fr. 26041 [4996], 8 octobre 1415). Les guérites sont alors un élément de défense universel.

37 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët d’Arcq (éd.), t. I, Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1857, p. 177-179 ; Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, roi de France, et des choses mémorables advenues… depuis 1380 jusques à 1422, Paris, Imprimerie royale, 1653 ; rééd. dans la Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France, éditée par MM. Michaud et Poujoulat, 1re série, t. II, Paris, 1836, p. 336.

38 L.-R. Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, p. 91-92.

39 P. Cochon, Chronique normande, C. de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 281.

40 AM Rouen, U2, fol. 121 v°-125.

41 AN, JJ 173 [13 et 14].

42 C. de Beaurepaire, « Note sur la prise de Rouen… », p. 306, note 7.

43 Ibid., p. 325-327 ; BnF, ms. fr. 26055 [1758], 5 mars 1432 (n.st.) ; AM Rouen, Tiroir 4 [5], 9 mars 1432 (n.st.).

44 Bodleian Library, Oxford, ms. 124, cité par D. Léost, Le château de Rouen…, t. I, p. 366, note 1.

45 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Rôles normands et français… », p. 47, note 20, n° 280, 281 sq.

46 BnF, ms. lat. Moreau 688.

47 BnF, ms. fr. 26046 [157], 6 novembre 1423 ; ms. fr. 28792, 21 novembre 1423. En mai 1430, des travaux de serrurerie et de charpenterie furent réalisés « à l’ostel ou l’en tient le conseil du roy devant le château » (BnF, ms. fr. 26053 [1333] et 26062 [3181]).

48 ADSM, G 3482, 25 mai et 11 juin 1425.

49 AN, 104 Mi / 10, fol. 119.

50 ADSM, 100 J 36 [24], 18 mars 1426.

51 BnF, ms. fr. 26051 [1015], 9 janvier 1429 (n.st.). Il y avait aussi des « aisements ».

52 P. Cochon, Chronique normande, p. 312-313, note 39.

53 M.-V. Clin-Meyer, Le registre de comptes de Richard Beauchamp, comte de Warwick (14 mars 1431-15 mars 1432), mémoire de diplôme présenté à l’EHESS (Paris), sous la direction de J. Glénisson, 1981.

54 BnF, ms. fr. 26036 [4161], 24 mars 1409.

55 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432, et 26296 [61], 9 mai 1449.

56 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

57 BnF, ms. fr. 26052 [1111], 23 juin 1429.

58 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

59 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

60 R. Quenedey, « Les étapes de la voie douloureuse de Jeanne d’Arc à Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1932, p. 50. C’est là que résida le duc d’York après la mort de Bedford.

61 ADSM, 100 J [36 / 25], 11 octobre 1434.

62 Cet escalier fut réparé en 1432 et on mit plusieurs marches de pierres (BnF, ms. fr. 26056 [1913], 24 septembre 1432).

63 BnF, ms. fr. 26068 [4245], 27 février 1442.

64 Cette cuisine servit notamment lors du banquet donné par le Dauphin en 1356. Le roi Jean le Bon « monta tout devant amont le degrey de la grand salle où les seigneurs dygnoient et faisoient bonne chère » (P. Cochon, Chronique normande, p. 88).

65 BnF, ms. fr. 25996 [162], vers 1340. On sait que lors de l’intervention de Jean le Bon en 1356, le Dauphin Charles, duc de Normandie, recevait à sa table Charles le Mauvais, les comtes d’Étampes et d’Harcourt, ainsi que le sire de Graville, alors que les barons, chevaliers et bourgeois, dont le maire de Rouen, mangeaient à d’autres tables. Cf. Chronique des quatre premiers Valois, S. Luce (éd.), Paris, Renouard, 1862, p. 36.

66 BnF, nouv. acq. fr. 23920 [1], 23 février 1433.

67 BnF, ms. fr. 26029 [4777], 13 juin 1414.

68 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432.

69 BnF, ms. fr. 26070 [4626], 1er septembre 1442.

70 BnF, ms. fr. 26056 [1914], 24 septembre 1432.

71 J. Lafond, « Le vitrail en Normandie de 1250 à 1300 », Bulletin monumental, t. CXI, octobre-décembre 1953, p. 337.

72 BnF, ms. fr. 26010 [1165], 28 mars 1371.

73 BnF, ms. fr. 26056 [2050], 11 avril 1433, cité par L. Delisle, Recherches sur la librairie de Charles V. Hommage à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Champion, 1907, p. 138.

74 BnF, ms. fr. 26001 [628, 651-654], juillet et août 1356.

75 D. Léost, « Les chapelles du château de Rouen aux XIVe et XVe siècles », in Château et société castrale au Moyen Âge (Actes du colloque de Rambures, 7-9 mars 1997), J.-M. Pastré (éd.), Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1998 p. 7-77.

76 BnF, ms. fr. 25955 [95-97], 27 mars 1334 (n.st.).

77 ADSM, Compte de la vicomté de Rouen de 1432.

78 Il disposait d’une chambre fréquemment réparée, qui contenait des objets liturgiques et des vêtements sacerdotaux.

79 ADSM, H, Hôtel-Dieu de Rouen, liasse 1EA39 ; cartulaire de la chapelle du château, donation de Philippe Auguste en 1222, confirmée par Philippe III le Hardi en 1281, fol. 1 v°.

80 ADSM, Compte de la vicomté de Rouen de 1432.

81 ADSM, H, Hôtel-Dieu de Rouen, liasse 1EA39, fol. 14.

82 ADSM, H, Hôtel-Dieu de Rouen, liasse 1EA39, fol. 15 v° et fol. 16. Le chapelain pouvait notamment prendre du bois de chauffage dans la forêt de Rouvray.

83 BnF, nouv. acq. fr. 23920 [n° 1], 23 février 1433 ; ms. fr. 26070 [4746], 24 février 1443.

84 BnF, ms. fr. 26052 [1138], 12 septembre 1429.

85 BnF, ms. fr. 26041 [5043], 27 février 1416 (n.st.).

86 BnF, ms. fr. 26033 [3544], 26 novembre 1403.

87 AM Rouen, Tiroir 14 [8] ; P. Cochon, Chronique normande, p. 347.

88 L. Bailly-Maître, « Les prisons de Jeanne d’Arc au château de Rouen », Bulletin de la Société des naturalistes et archéologues du nord de la Meuse, 3e trimestre 1931, p. 79-88 ; A. Floquet, Histoire du privilège de Saint-Romain…, enquête de 1425, Rouen, E. Le Grand, 1833, 2 vol., t. II, p. 640-641.

89 BnF, ms. fr. 26037 [4426], 9 avril 1411.

90 AN, P19103 [19503], 26 avril 1426.

91 A. Floquet, Histoire du privilège de Saint-Romain…, t. I, p. 134-141, note 88, et t. II p. 638-647.

92 ADSM, 2E1 / 169, fol. 194 v°, 18 septembre 1421.

93 BnF, ms. fr. 26052 [1111], 23 juin 1429.

94 ADSM, G 2125, fol. 254.

95 BnF, ms. fr. 26055 [1672 et 1683], 31 octobre 1431 et 10 novembre 1431.

96 BnF, ms. fr. 26062 [3181], 15 mai 1430.

97 C. de Beaurepaire, « Note sur la prise de Rouen… », p. 306, note 7.

98 BnF, ms. fr. 26056 [1862], 15 avril 1432.

99 BnF, ms. fr. 26056 [1745], 19 janvier 1432.

100 BnF, ms. fr. 26029 [2745], 13 mars 1396.

101 BnF, ms. fr. 26056 [1832], 12 avril 1432.

102 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), t. II : Traduction et notes, Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1970, p. 301.

103 ADSM, G 2125, fol. 254.

104 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. III, p. 187.

105 R. Quenedey, La prison de Jeanne d’Arc. Étude historique et archéologique, Paris – Rouen, Champion – Defontaine, 1923, p. 20-48.

106 BnF, ms. fr. 26056 [2050], 11 avril 1433 (n.s.). Quittance de travaux de hucherie effectués par Gontier d’Oisssel, « fait ung prannel ou degré de la chambre où soulloit estre logiée Jehanne la Pucelle »

107 BnF, ms. fr. 26056 [1913], 24 septembre 1432.

108 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. II, p. 58, note 103.

109 Ces conditions très dures de détention contrastent avec celles de Poton de Xaintrailles, qui dînait chaque soir à la table de Warwick en compagnie de son valet. Cf. M.-V. Clin-Meyer, Le registre de comptes de Richard Beauchamp, comte de Warwick…, p. 188-284, note 53.

110 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 42, note 98.

111 ADSM, G 42, passim.

112 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. II, p. 18, note 103.

113 Il était aussi capitaine de Rouen, c’est-à-dire de la ville et du Pont de Seine. Il était également le gouverneur du jeune roi.

114 C’était le frère de Jean Basset, un des assesseurs du procès.

115 Il avait été chargé « de la garde et subsistance de defunct Jehan Henry », ce qui lui avait valu la somme de 20 livres à raison de 2 sous 8 deniers par jour, en remboursement de ses dépenses payées par le bailli de Caux (BnF, ms. fr. 26056 [1982], 31 octobre 1432).

116 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 43, note 98.

117 Ibid., t. III, p. 154.

118 Ibid., t. II, p. 52.

119 Ibid., t. III, p. 345.

120 Ibid., t. II, p. 53.

121 In camera paramenti, in buto aulae magnae praedicti castri Rothomagensis ; Procès…, J. Quicherat (éd.), t. III, p. 48, note 103.

122 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 43, note 98 et passim.

123 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), t. IV, Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1986, p. 97-98.

124 Ibid., p. 152.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Tour Jeanne d’Arc à Rouen (cliché F. Neveux)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 2 – Maquette du château de Rouen (Musée Jeanne d’Arc de Rouen)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 3 – Le château et le donjon de Philippe Auguste en 1525. Plan de Gaalor – Livre des Fontaines de Rouen de Jacques Le Lieur © Collection Bibliothèque de la Ville de Rouen, cliché T. Ascencio-Parvy, A. Delamare
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 487k

Auteur

Philippe Lardin, maître de conférences à l’université de Rouen, a travaillé sur la Normandie de la fin du Moyen Âge et s’est intéressé plus particulièrement à la construction, aux monnaies, aux impôts et au port de Dieppe.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540