Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les procès de Jeanne d’Arc dans leur contexte

Rouen au temps des procès de Jeanne d’Arc (1431-1456)

Rouen at the time of the trials of Joan of Arc (1431-1456)

Alain Sadourny

Résumé

Deux procès concernent Jeanne d’Arc : celui de la condamnation, de janvier 1431 au 30 mai de la même année, et celui de d’annulation ou de réhabilitation, en 1456. Lors du premier procès, la ville de Rouen était dans son ensemble favorable aux Anglais mais, en 1449, les attitudes de ralliement tant de la part des archevêques, du chapitre cathédral et de l’aristocratie urbaine étaient prédominantes. Le second procès ne changea pas le comportement des Rouennais, qui avaient négocié très âprement la reddition à Charles VII (en octobre 1449). Ensuite la ville sembla très réticente à l’égard du nouveau pouvoir, à l’exemple du chapitre cathédral. Mais peu à peu Charles VII répondit aux attentes des Rouennais en rétablissant progressivement les institutions normandes, dont l’Échiquier de Normandie, en 1453, puis en confirmant la Charte aux Normands, en 1458.

Two trials concern Joan of Arc: the condemnation trial of January 1431, which last until May 30th of the same year, and the cancellation or rehabilitation trial, that took place in 1456. At the first trial, the whole city of Rouen was in favour of the English, but in 1449, the rallying attitudes from the archbishops, the cathedral chapter and the urban aristocracy predominated. The second trial did not change the behaviour of the people of Rouen, who had keenly negotiated the surrender of Charles VII (October 1449). Then the city seemed very reluctant towards the new power, like the cathedral chapter. But gradually Charles VII answered the expectations of the people of Rouen progressively restoring the Norman institutions such as the Exchequer of Normandy in 1453, or then in confirming the Charter to the Normans in 1458.

Texte intégral

  • 1 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), t. I, Paris, Klincksieck (So (...)

1Deux procès concernent Jeanne d’Arc : celui de la condamnation, du 9 janvier 1431 au 30 mai de la même année, et celui d’annulation ou de réhabilitation, en 1456. En 1452, eut lieu une information préalable à Rouen qui dura huit jours (du 2 mai jusqu’au 10 mai)1.

  • 2 Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM), G 2126, 2134 et 3135.
  • 3 Bibliothèque municipale de Rouen (BM Rouen), Archives communales, A 7 et A 8.

2Lors du premier procès, Rouen était occupée par les Anglais depuis un peu plus de douze ans. Lorsque se tint le second procès, la ville était redevenue française depuis sept ans environ. Si les conditions économiques et politiques sont assez bien connues, l’état d’esprit des Rouennais l’est beaucoup moins, et cela essentiellement en raison de l’absence de sources. Concernant cet aspect des choses, les deux principales sources sont, d’une part, les délibérations du chapitre cathédral de Rouen et, d’autre part, les délibérations communales, mais les deux documents sont très lacunaires. Pour les premières, nous disposons de quelques registres : 1430-début 1431, 1449-1451 et 1454-14602. Pour les secondes, sont conservés seulement deux registres : 1449 et 1453-14713. Les deux ne contiennent malheureusement que de rares mentions concernant notre sujet.

3À partir de ces sources, on peut estimer que, lors du premier procès, Rouen est dans l’ensemble largement favorable aux Anglais et que, après la reconquête de 1449, la ville semble assez réticente à l’égard du nouveau pouvoir.

Une ville dans l’ensemble favorable aux Anglais

Pourquoi ?

4Le traumatisme consécutif au siège de la ville et aux premières années de l’occupation anglaise semble oublié.

  • 4 Le dernier versement est effectué seulement en 1430 et Bedford, le régent de France, ne fit aucun c (...)
  • 5 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen – (...)

5Le siège, de juillet 1418 à la mi-janvier 1419, a pourtant été terrible et la reddition, après de très dures négociations, fut assortie de conditions draconiennes : paiement d’une rançon de 375 000 livres tournois4, qui pesa lourdement sur les finances des habitants, livraison de 80 otages (20 nobles et 60 bourgeois), qui seront fort maltraités par les Anglais et, enfin, exécution d’Alain Blanchard, le chef des arbalétriers de Rouen5.

  • 6 P. Lardin, « La crise monétaire de 1420-1422 en Normandie », in L’argent au Moyen Âge (Actes du 28e(...)
  • 7 R. Massey, « Lancastrian Rouen. Military Service and Property Holding, 1419-1450 », in England and (...)

6Les premières années, celles du règne d’Henri V, sont marquées par une insécurité du commerce et par une grave crise monétaire6. La population semble alors réduite à environ 15 000 habitants, ce qui en fait cependant la seconde ville anglaise après Londres7.

  • 8 M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen âge, Paris, Plon, 1952, p. 26-31.
  • 9 Surtout après l’achèvement du palais voulu par Henri V dans l’acte de reddition de 1419.
  • 10 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. LXXXVI-XCVI.

7À la mort prématurée d’Henri V, son frère Jean, duc de Bedford, devient régent de France. Il mène alors une politique d’apaisement et de conciliation. De plus, il assure la sécurité sur mer et sur la Seine. Ainsi, à partir de 1425, la prospérité revient et redonne de l’optimisme aux Rouennais. Comme l’a bien montré Michel Mollat, les trois axes fondamentaux du commerce rouennais (l’Angleterre, qui est le marché essentiel depuis des siècles, la Flandre et l’arrière-pays parisien) sont sous la même domination politique anglo-bourguignonne8. De ce fait, la vie commerciale connaît une très forte activité, au moins jusqu’à la prise de Paris en 1436. L’artisanat de luxe est favorisé par la présence à Rouen de la cour d’Henri VI9 et de nombreux officiers anglais10. Deux autres éléments peuvent aussi expliquer le comportement des Rouennais. D’une part, ceux-ci ressentent un profond désir de paix et de tranquillité, après des années si agitées, et Bedford apporte cette paix. D’autre part, depuis 1418, Rouen est une ville à sensibilité bourguignonne. Toutes ces conditions expliquent l’attitude des habitants face à l’occupant anglais.

Prédominance des attitudes de ralliement

Les archevêques

  • 11 V. Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse de doct (...)

8Jusqu’au 8 décembre 1429, l’archevêque est Jean de la Rochetaillée, en fonction depuis 1423. Ancien patriarche de Constantinople, puis administrateur du diocèse de Genève, il était devenu par échange administrateur de celui de Paris. Le duc de Bedford l’avait apprécié et avait assuré auprès du chapitre cathédral son élection comme archevêque de Rouen. La Rochetaillée fut reçu solennellement le 28 octobre 1423 en présence de Bedford. Lorsque les intérêts fondamentaux de son Église étaient en jeu, face aux prétentions des officiers anglais, voire même de Bedford, il les défendait âprement. Il n’en était pas moins un ardent partisan du pouvoir anglo-bourguignon et il apparaît comme tel aux yeux de tous au concile de Sienne, en 1424. Et c’est « en considération des notables grans sevices qu’il avoit faiz et faisoit continuellement ès affaires du roi de France » que le régent de France et le duc de Bourgogne obtinrent du pape un chapeau de cardinal pour lui. Il le reçut le 25 février 1427, en la cathédrale de Paris, des mains du chancelier de France. Mais comme le chapitre était depuis toujours hostile au cumul des deux charges, il dut, malgré l’appui de Bedford, résigner sa fonction à Rouen pour devenir archevêque de Besançon11.

9La vacance sera très longue,

  • 12 V. Tabbagh, Fasti Ecclesie Gallicanae, t. II, n° 4353, p. 121-123 (notice d’Hugues d’Orges).

en raison de l’importance politique et religieuse, de l’enjeu, du jeu des ambitions personnelles, et surtout de l’équilibre des forces entre les protagonistes de l’affaire, le chapitre cathédral, le pape, le concile de Bâle, le régent Bedford et le duc de Bourgogne, capables de bloquer la situation et très lents à trouver finalement un accord12.

10Les Anglais auraient aimé voir Pierre Cauchon, mais le chapitre se rallia à Louis de Luxembourg, chancelier de France. De son côté, le duc de Bourgogne obtint du pape Nicolas V la nomination d’Hugues d’Orges (ou des Orges), à laquelle le conseil du roi Henri VI finit par se rallier. Sur pression du cardinal de Winchester, le chapitre accepta le 12 avril 1432. Ainsi, lors du procès de Jeanne d’Arc, le siège archiépiscopal de Rouen était vacant.

Le chapitre cathédral

  • 13 C. Allmand, « The English and the Church in Lancastrian Normandy », in England and Normandy…, p. 29 (...)
  • 14 ADSM, G 2126, 20 octobre 1430, fol. 59 ; C. Allmand, « The English and the Church in Lancastrian No (...)

11Malgré ces quelques moments de tension, pendant lesquels les chanoines voulaient montrer leur indépendance face aux pouvoirs laïcs, le chapitre fut dans l’ensemble très favorable aux Anglais et, dans son ensemble, le montra lors du procès de Jeanne. Les archevêques, jusqu’à Raoul Roussel (1443-1452), sont assez peu présents à Rouen et ainsi « le leadership moral du clergé du diocèse est assuré par ces messieurs du chapitre Notre-Dame de Rouen »13. Celui-ci a été comblé de faveurs par le duc de Bedford (confirmation de bénéfices, de privilèges, lettres de sauvegarde), car il était important pour le pouvoir anglais d’établir de bonnes relations avec lui. Bedford lui-même fut élu en 1430 chanoine de la cathédrale. Cette élection résulta-t-elle d’une suggestion faite au chapitre par les Anglais ou bien les chanoines virent-ils par là un moyen d’obtenir l’appui moral du duc contre les exigences de ses officiers ? On ne sait. Son intronisation solennelle fut marquée par des cérémonies d’une pompe particulière qui seraient considérées aujourd’hui comme une véritable opération de communication14.

L’aristocratie urbaine

  • 15 C. de Beaurepaire, De la vicomté de l’Eau de Rouen et de ses coutumes au XIIIe et au XIVe siècles, (...)

12L’aristocratie urbaine a beaucoup profité de la prospérité commerciale. Les grandes familles, dans leur grande majorité, se sont ralliées et, à ce titre, ont occupé les quelques postes laissés aux Normands par les Anglais. On peut citer, par exemple, le cas de Jehan Mustel, vicomte de l’Eau pendant la plus grande partie de la période (1418-1442)15.

  • 16 A. Sadourny, « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », p. 33-34.

13Le comte de Warwick invite souvent à sa table marchands et bourgeois, parfois accompagnés de leurs épouses, et quatre bourgeois de Rouen vont avec la comtesse à Paris pour assister au couronnement d’Henri VI, le 16 décembre 143116.

Les attitudes de refus sont minoritaires

  • 17 L’attitude des dinandiers permit au comte d’Arundel assiégé dans le château de se sortir de cette m (...)
  • 18 A. Sadourny, « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », p. 29.

14On ne connaît pas le comportement du petit peuple de Rouen, mais l’action décisive des dinandiers face à la tentative de Ricarville en février 143217 est probablement un signe de ralliement au pouvoir anglais18.

  • 19 R. Massey, « Lancastrian Rouen… », p. 271 ; A. Sajous, Aspects d’une occupation militaire. La vie d (...)

15La faiblesse de l’encadrement militaire montre aussi que le pouvoir anglais ne craignait pas de soulèvement. En effet, nous comptons une lance à cheval et 20 archers à chacune des quatre portes de la ville (porte Saint-Hilaire, porte Beauvoisine, porte cauchoise et porte de Martainville). Il faut y ajouter 200 hommes au château ainsi qu’à la Barbacane au bout du pont, sur la rive gauche de la Seine. Il y avait également une petite retenue auprès du bailli. Robert Massey a ainsi estimé le ratio civils / soldats à 1 / 40, pour une population qu’il estime à 10 000 habitants (mais nous la croyons un peu plus importante, aux environs de 15 000). Toutefois, il y avait aussi un important passage de soldats de toutes origines dans la ville (Anne Curry parle d’un turn over permanent)19.

  • 20 G.L. Harriss, Henry V, the Practice of Kingship, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 145. Dep (...)
  • 21 C. de Beaurepaire, Les États de Normandie sous la domination anglaise, Évreux, Hérissey, 1859, p. 1 (...)

16Il y a un élément négatif : la lourdeur de la fiscalité anglaise. Au moins jusqu’aux succès de Jeanne d’Arc, en effet, le Parlement anglais refusait de financer la guerre en France et les Normands supportèrent la plus grande part du fardeau20. Les États de Normandie ont ainsi voté, pour la totalité de la période de l’occupation anglaise, une somme comprise entre 6 et 6,5 millions de livres tournois21. Mais quelle était la part des Rouennais ? Et la somme votée était-elle réellement perçue ?

  • 22 C. Rigal, Une grande famille rouennaise à la fin du Moyen Âge : les Alorge, mémoire de maîtrise, Un (...)
  • 23 A. Sadourny, « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », p. 34.

17Les quelques révoltes connues ont échoué par manque de soutien de la part de la population. Ce fut d’abord le cas de celle de Robert Alorge en 1421 : il fut exécuté, mais ses biens furent récupérés par sa toute-puissante famille avant la fin de la période d’occupation22. Seules deux autres révoltes sont encore à signaler : celle de Ricard Mittes, peu avant la bataille de Verneuil (1424), et enfin celle de Ricarville, début 143223.

Entre les deux procès

18La période qui va du supplice de Jeanne d’Arc à la fin de l’occupation anglaise, en octobre 1449, ne peut être passée sous silence, car elle permet de comprendre les réactions des Rouennais après 1450. Qu’en retenir ?

Le renforcement de la position de Rouen

  • 24 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 139, 144 et 145 ; A. Sadourny, « Occupants et occupés… », p.  (...)

19Comme l’a bien montré C. Allmand, on constate un retrait progressif des Anglais en Normandie. Dès le moment où le duc de Bedford se rend compte qu’il ne pourra pas conquérir la France au détriment de Charles VII, il veut faire de la Normandie un réduit anglais, et le processus sera accéléré après la perte de Paris, en 1436. Dans cette perspective, il avait obtenu du pape la création d’une université en Normandie, qu’il installera à Caen en 1432. La rupture des relations avec les institutions parisiennes, dont le Parlement et la Chambre des comptes (ainsi que l’université), amène le pouvoir à créer à Rouen une Chambre des comptes en 1436 et une Cour des aides en 1439. Avec la fin des travaux du palais d’Henri V, la cour anglaise est de plus en plus présente à Rouen, et cela conforte l’artisanat rouennais24.

Maintien de l’attitude des Rouennais à l’égard des Anglais

  • 25 M. Mollat, Le commerce maritime normand…, p. 52 sq. ; G. Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale (...)

20Les conditions économiques, liées à la perte du marché intérieur à partir de 1436, et, dans une moindre mesure, à celle du débouché flamand, se dégradent sérieusement dans les dernières années de l’occupation anglaise. Il faut ajouter à cela une insécurité grandissante dans tout le duché et spécialement sur la Seine, en amont et en aval de Rouen25.

  • 26 C. Allmand, « The English and the Church in Lancastrian Normandy », p. 292 ; ADSM, G 2129, fol. 163 (...)

21Mais la population rouennaise ne paraît pas changer de comportement. Elle reste indifférente à la sanglante répression menée par le comte d’Arundel dans le pays de Caux, à la suite de la révolte des paysans. Les relations entre le chapitre et le pouvoir anglais continuent à être excellentes. À la fin du mois de septembre 1435, les chanoines accordent une sépulture au duc de Bedford dans la cathédrale, prope pedes regis henrici juniori (c’est-à-dire dans un endroit prestigieux). Le 18 mai 1443, a lieu dans la cathédrale le baptême du fils du duc d’York, lieutenant d’Henri VI en Normandie (c’est le futur Édouard IV). À cette occasion, le chapitre prévoit des cérémonies fastueuses, avec une disposition particulière pour le chœur et les tombeaux. Comme l’a suggéré C. Allmand, cela signifie que, loin de dépendre des individus, la bonne entente entre le château et la cathédrale était fondée sur des intérêts communs : paix et ordre26. On comprend mieux ainsi le comportement des Rouennais lorsque Charles VII s’apprête à conquérir la Normandie.

Une reddition durement négociée

22Les Rouennais craignaient une prise d’assaut de leur ville, avec toutes les conséquences que cela entraînait. Ils envoient donc une délégation à Pont-de-l’Arche, où le roi de France est arrivé début octobre 1449. Celle-ci est conduite par l’archevêque Raoul Roussel, ancien chanoine de Rouen. Après discussion sur les conditions, elle les rapporte à la population. Charles VII maintenait les privilèges de l’Église de Rouen, ainsi que ceux de la ville ; il reconnaissait la Charte aux Normands ainsi que la Coutume de Normandie. C’était inespéré, d’autant plus qu’un voile était jeté sur le passé. Cela ôtait toute velléité de vengeance et rassurait la majorité de la population.

23Alors, la population se souleva, érigea des barricades dans les rues, obligea les Anglais à se réfugier dans le château et poussa le duc de Somerset, lieutenant d’Henri VI en Normandie, à négocier une capitulation honteuse.

24Le 10 novembre 1449, le roi fit son entrée dans sa « bonne ville » de Rouen. Auparavant, les notables de la ville avaient remis les clés de celle-ci à Dunois, qui les présenta au roi en disant :

Sire, voici vos bourgeois de Rouen qui vous supplient de leur pardonner d’avoir attendu si longtemps pour se remettre en votre obéissance, mais ils vivaient sous la contrainte des Anglais vos ennemis. Il faut se souvenir aussi de tout ce qu’ils ont souffert jadis en défendant leur ville. Oui, dit le roi, ils sont tout excusés ; je suis content d’eux.

  • 27 A. Sadourny, « Rouen dans la guerre », in La Normandie dans la guerre de Cent Ans…, p. 29 ; Histoir (...)
  • 28 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 299.

25Et ce fut l’allégresse dans la ville27. Mais comme l’a écrit C. Allmand : « La lune de miel ne dura pas longtemps »28.

1449-1456. Une ville dans l’ensemble assez réticente à l’égard du nouveau pouvoir

Le visage de Rouen en 1450

  • 29 Histoire de Rouen, p. 135 et 136 ; M. Mollat, Le commerce maritime normand…, p. 65 sq.

26Les témoignages sont nombreux sur l’état lamentable de la ville, sur les ruines, sur le mauvais entretien des bâtiments civils ou ecclésiastiques, ainsi que sur le nombre important de « places vuides » dans la plupart des paroisses. Mais il ne faut pas trop noircir le tableau, comme l’avaient fait beaucoup d’historiens du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. Il existe de nombreux chantiers, qui avaient souvent été initiés par les Anglais, et qui dureront longtemps faute d’argent. On peut penser à Saint-Maclou ou à Saint-Vincent. Le palais archiépiscopal fut remis en état à la hâte, pour y loger le roi29.

Maintien d’une mauvaise conjoncture économique

  • 30 T. Basin, Histoire de Charles VII, C. Samaran, H. de Surirey de Saint-Rémy (éd.), Paris, Les Belles (...)

27Jusqu’à la trêve de Picquigny, en 1475, les conditions économiques sont mauvaises ; mais les premières années, qui correspondent au second procès, sont les pires, d’autant que les campagnes proches de Rouen, et notamment le pays de Caux, ont été ravagées dans les dernières années de l’occupation. À cet égard, le témoignage de Thomas Basin, même s’il est un peu exagéré, est assez instructif : « Pendant plus de dix ans, tous les champs se couvrirent de saules et autres arbres, d’épines, de buissons et furent transformés en forêts impénétrables »30.

  • 31 M. Mollat, Le commerce maritime normand…, p. 48 et 49.
  • 32 Ibid., p. 66 sq.

28Le commerce rouennais connaît les pires difficultés car, avec l’Angleterre, c’est à nouveau le système des sauf-conduits qui prévaut : entre 1450 et 1456, leur nombre varie entre 23 au maximum par an (en 1451-1452) et 10 au minimum (en 1453-1454). Mais on n’a aucune idée du trafic réel31. Les tentatives de Jacques Cœur échouent, notamment celles consistant à faire venir à Rouen de la laine écossaise pour pallier le manque de laine anglaise, peut-être aussi à cause de la nullité de son facteur. Le commerce avec l’arrière-pays parisien est handicapé par la lutte entre les marchands parisiens et les marchands rouennais. Un bon indice sur l’atonie du commerce est fourni par l’affermage de la vicomté de l’Eau, qui est à son minimum en 1453, à 1 200 livres tournois. Une grande pauvreté semble régner dans la ville32.

L’état d’esprit des habitants

Absence de règlements de comptes

  • 33 M. Mollat, « Jehan Marcel, changeur à Rouen », Annales, janvier-mars 1946, p. 35-43 ; Procès en nul (...)

29Comme l’avait promis Charles VII, il n’y a pas eu de règlements de comptes pour fait de collaboration avec les Anglais après novembre 1449. Un bon exemple est fourni par Jehan Marcel, étudié par Michel Mollat. Nommé changeur par Henri V, il bénéficia des faveurs du duc de Bedford, en échange de « ses bons et agréables services ». Il spécula sur tout et prêta à usure à tous. Après 1449, il continua et tint pignon sur rue. Au procès en annulation de 1456, déclaré bourgeois de Paris, il dit qu’il avait vu mourir Jeanne en bonne chrétienne33. Mais quel crédit accorder à un tel homme ?

Une attitude réticente à l’égard du roi de France

30Pouvait-on faire confiance au roi et à ses lieutenants ? Le chapitre cathédral, dans ses délibérations, nous offre un bon exemple.

  • 34 ADSM, G 2134, fol. 18 v°-20.

31Le 18 novembre 1449, le chapitre refuse de contribuer à une subvention pour le siège d’Harfleur. Mais quelques jours plus tard, après avoir montré sa mauvaise humeur, il se ravise et donne une somme de 4 000 livres tournois, considérée comme la contribution des ecclésiastiques du diocèse et remise au trésorier de la cathédrale34. Le 18 avril 1450, il ordonne d’organiser une procession solennelle pour célébrer la victoire remportée sur les Anglais à Formigny.

  • 35 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 299-300, n. 59 ; « Local Reactions to the French Reconquest o (...)

32Le chapitre faisait surtout grief au roi de vouloir imposer ses propres gens au chapitre, en dépit des termes de la reddition de Rouen. Un de ses membres les plus âgés et les plus influents dut rappeler au roi, dans un sermon, qu’il avait accepté de maintenir le clergé dans ses bénéfices. Mais, pour obtenir une copie du texte de reddition, il dut attendre et, peu après, il y eut encore deux cas d’intimidation de la part du nouveau bailli pour forcer les chanoines à accepter dans leurs rangs des nominations royales (Jean Dubec et Jean d’Yffreville)35.

  • 36 S. Poirey, « La Charte aux Normands, instrument d’une contestation juridique », in Images de la con (...)
  • 37 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 301.

33Les craintes du chapitre furent partagées par les assemblées de bourgeois de la ville ; elles concernaient surtout la place du duché dans le royaume de France et l’avenir des traditionnelles libertés normandes dans le nouveau schéma politique. Pour l’essentiel, c’était l’indépendance du duché, favorisée par les Anglais, qui pouvait être remise en question. On ne peut que constater l’extraordinaire unanimité qui règne au sein de la population rouennaise, laïcs et ecclésiastiques mélangés (peut-être y a-t-il un accord avec d’autres villes). Tout fut focalisé sur la Charte aux Normands36. Le 25 juin 1451, la ville de Rouen envoya une délégation à Tours pour rencontrer le roi et obtenir confirmation de celle-ci car, selon les délégués, « certains dessusdiz de Paris s’y opposaient ». Le roi, pour apaiser le climat, ordonna une réunion de commissaires, à Vernon, le 1er août. Le but était le suivant : « oyer, veoir et congnoistre les droits, titres et chartes, tant de ceux de Paris que de ceux de ce dit pays de Normandie ». Il semble que peu de résultats aient été obtenus lors de cette rencontre, car les délibérations municipales nous apprennent que le Parlement essayait d’interférer dans l’administration de la justice en Normandie orientale et qu’il convenait donc de faire de nouvelles demandes au roi37.

34Le 13 mars 1452, le chapitre prête à la ville « par fourme de courtoisie » l’original de la charte. Il fallait le rendre avant la prochaine Saint-Jean-Baptiste ; il le sera le 23 juin.

  • 38 Ibid.
  • 39 ADSM, G 2134, fol. 277 et 278 v°.

35À l’automne 1452, les États de Normandie demandent la confirmation de la charte, le maintien de la Chambre des comptes, de la Cour des aides, ainsi que le rétablissement de l’université à Caen38. Un document daté du 22 novembre 1452, et inclus dans les délibérations capitulaires39, illustre très clairement l’état d’esprit du moment. On demande d’abord le rétablissement des institutions normandes, le fonctionnement normal de l’Échiquier, sans interférences de l’extérieur, ainsi que la confirmation des termes de reddition des différentes villes de Normandie. On se plaint aussi de la lourdeur des taxes qui ont un effet dévastateur sur le rétablissement du duché.

Dans quelle mesure le roi répondit-il aux attentes des Rouennais et des Normands en général ?

  • 40 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 301 ; « Local Reactions… », p. 154.

36Les institutions furent rétablies progressivement, d’abord l’université de Caen le 29 octobre 1452 (avec cinq facultés), puis la Cour des aides et la Chambre des comptes, entre 1453 et 1455. Mais la Cour des aides fut amputée de ses droits souverains ; elle ne retrouvera son existence comme corps souverain qu’en 146240.

  • 41 S. Poirey, « La Charte aux Normands… », p. 104 ; H. Prentout, Les États provinciaux de Normandie, C (...)

37En avril 1458, Charles VII confirma solennellement la Charte aux Normands, en précisant à nouveau le célèbre article sur « l’évidente nécessité ». En effet, la question de la lourdeur des taxes revenait sans cesse. Les demandes royales aux États de Normandie varient entre 260 000 livres tournois en 1451 (le maximum) et 223 000 en 1452 (le minimum). Après 1454, c’est une somme de 250 000 livres qui est demandée. La Charte aux Normands était-elle respectée41 ?

  • 42 Y. Sassier, « De l’Échiquier ducal à l’Échiquier permanent (XIIe siècle-1499) », in Du Parlement de (...)

38Quant à l’Échiquier, l’engagement royal ne devait être suivi d’effet qu’à partir de 1453. À cet égard, les termes de la reddition de Rouen étaient ambigus : « L’Eschiquier de Normendie sera ordinairement tenu comme on faisait paravant la descente de feu roy d’Angleterre ». En 1453, se tint la première réunion considérée comme une réunion ordinaire. Ce terme, selon Yves Sassier, traduit la volonté royale de restaurer une certaine régularité dans la tenue de la haute juridiction normande. Entre 1453 et 1456 se tiendront quatre échiquiers, soit un par an42.

Conclusion

  • 43 M. de Boüard, « Normands et Anglais au lendemain de la guerre de Cent Ans », Le pays bas-normand, n (...)

39Ainsi, il semble qu’au moment du procès en annulation, en 1456, Charles VII ait commencé à répondre aux attentes des Rouennais. Ceux-ci regrettaient-ils les Anglais ou, tout simplement, étaient-ils encore anglophiles ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. D’un côté, on trouve en 1451 que trois Anglais ont été introduits clandestinement dans Rouen. À la suite de cet incident, Pierre de Brézé décide que les aubergistes devront communiquer chaque jour à l’administration royale la liste des étrangers qu’ils ont hébergés43.

  • 44 BM Rouen, Archives communales, A 8, 11 août 1454.

40Mais, d’un autre côté, on constate une crainte du retour des Anglais. Ainsi, le 12 août 1454, Pierre de Brézé fait état de menaces anglaises à partir de Calais. Les magistrats rouennais décident de renforcer les défenses de la ville, en faisant planter 4 000 pieux dans les fossés. Ils demandent aussi un supplément d’artillerie et une fabrique de poudre à canon44.

41En fait, au moment du second procès de Jeanne d’Arc, c’est l’irrédentisme normand qui est en cause plutôt qu’une nostalgie du proche passé.

Notes

1 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), t. I, Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1977, p. 177 sq.

2 Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM), G 2126, 2134 et 3135.

3 Bibliothèque municipale de Rouen (BM Rouen), Archives communales, A 7 et A 8.

4 Le dernier versement est effectué seulement en 1430 et Bedford, le régent de France, ne fit aucun cadeau.

5 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1931, p. XIX sq. ; C. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983 ; A. Sadourny, « À Rouen pendant la guerre de Cent ans », in La Normandie dans la guerre de Cent Ans, 1346-1450, J.-Y. Marin (éd.), Caen – Milan, Musée de Normandie – Skira, 1999, p. 27-29 ; Id., « Occupants et occupés (1417-1449) », in La Normandie au XVe siècle. Art et histoire (Actes du colloque organisé par les Archives départementales de la Manche, 2-5 décembre 1998), Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 1999, p. 11-15 ; Id., « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », in Images de Jeanne d’Arc (Actes du colloque de Rouen, 25-27 mai 1999), J. Maurice, D. Couty (éd.), Paris, PUF, 2000, p. 29-34.

6 P. Lardin, « La crise monétaire de 1420-1422 en Normandie », in L’argent au Moyen Âge (Actes du 28e congrès de la Société des médiévistes de l’enseignement supérieur public, Clermont-Ferrand, 30 mai-1er juin 1997), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 101-143.

7 R. Massey, « Lancastrian Rouen. Military Service and Property Holding, 1419-1450 », in England and Normandy in the Middle Ages, D. Bates, A. Curry (éd.), Londres, Hambledon Press, 1994, p. 271.

8 M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen âge, Paris, Plon, 1952, p. 26-31.

9 Surtout après l’achèvement du palais voulu par Henri V dans l’acte de reddition de 1419.

10 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. LXXXVI-XCVI.

11 V. Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse de doctorat, Université de Paris-Sorbonne, Paris IV, 1988 (dactyl.), p. 455 sq. ; Fasti Ecclasiae Gallicanae, t. II : Diocèse de Rouen, Turnhout, Brepols, 1998, n° 4352, p. 118-121 (notice de Jean de la Rochetaillée) ; A. Sadourny, « Jean de la Rochetaillée », in Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. 27, Paris, Letouzey, 2000, p. 513-515.

12 V. Tabbagh, Fasti Ecclesie Gallicanae, t. II, n° 4353, p. 121-123 (notice d’Hugues d’Orges).

13 C. Allmand, « The English and the Church in Lancastrian Normandy », in England and Normandy…, p. 290-291 ; ADSM, G 2123, 2124, 2125, 3588, 3589.

14 ADSM, G 2126, 20 octobre 1430, fol. 59 ; C. Allmand, « The English and the Church in Lancastrian Normandy », p. 292.

15 C. de Beaurepaire, De la vicomté de l’Eau de Rouen et de ses coutumes au XIIIe et au XIVe siècles, Évreux, Hérissey, 1856, p. 247.

16 A. Sadourny, « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », p. 33-34.

17 L’attitude des dinandiers permit au comte d’Arundel assiégé dans le château de se sortir de cette mauvaise passe.

18 A. Sadourny, « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », p. 29.

19 R. Massey, « Lancastrian Rouen… », p. 271 ; A. Sajous, Aspects d’une occupation militaire. La vie dans les garnisons de Normandie (1415-1450), mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1992 (dactyl.), p. 271-280 ; A. Curry, « Lancastrian Normandy. A Jewel in the Crown », in England and Normandy…, p. 239.

20 G.L. Harriss, Henry V, the Practice of Kingship, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 145. Depuis le traité de Troyes, le Parlement anglais estimait que la paix était établie entre les deux royaumes ; il n’était donc plus nécessaire de soutenir Henri V dans sa conquête.

21 C. de Beaurepaire, Les États de Normandie sous la domination anglaise, Évreux, Hérissey, 1859, p. 133 sq.

22 C. Rigal, Une grande famille rouennaise à la fin du Moyen Âge : les Alorge, mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1998 (dactyl.), p. 70.

23 A. Sadourny, « Rouennais et Anglais au temps de Jeanne d’Arc », p. 34.

24 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 139, 144 et 145 ; A. Sadourny, « Occupants et occupés… », p. 12.

25 M. Mollat, Le commerce maritime normand…, p. 52 sq. ; G. Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du XIVe au milieu du XVIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1976, p. 299-306.

26 C. Allmand, « The English and the Church in Lancastrian Normandy », p. 292 ; ADSM, G 2129, fol. 163 ; G 2130, fol. 106, 142, 147 v° et 193.

27 A. Sadourny, « Rouen dans la guerre », in La Normandie dans la guerre de Cent Ans…, p. 29 ; Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 133 et 134 ; B. Guénée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises (1328-1515), Paris, Éditions du CNRS, 1968, p. 160.

28 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 299.

29 Histoire de Rouen, p. 135 et 136 ; M. Mollat, Le commerce maritime normand…, p. 65 sq.

30 T. Basin, Histoire de Charles VII, C. Samaran, H. de Surirey de Saint-Rémy (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1933-1944, 2 vol., t. II, p. 223 ; G. Bois, Crise du féodalisme…, p. 299-306 : l’auteur parle même d’un « Hiroshima en Normandie » ; A. Sadourny, « L’occupation anglaise en Haute-Normandie d’après les comptes de l’archevêché de Rouen », Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie, 1969, p. 34 sq.

31 M. Mollat, Le commerce maritime normand…, p. 48 et 49.

32 Ibid., p. 66 sq.

33 M. Mollat, « Jehan Marcel, changeur à Rouen », Annales, janvier-mars 1946, p. 35-43 ; Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. I, p. 378-380 : et credit firmissime quod obiit catholice… in statu bone christiane… et vidit plures et quasi majorem de astantibus, flentes et dolentes pro pietate, quia dicebatur ipsam Johannam fuisse injuste condempnatam.

34 ADSM, G 2134, fol. 18 v°-20.

35 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 299-300, n. 59 ; « Local Reactions to the French Reconquest of Normandy. The Case of Rouen », in The Crown and Local Communities in England and France in the 15th Century, J.R.L. Highfield, R. Jeffes (éd.), Gloucester, Sutton, 1981, p. 146-157 ; ADSM, G 2134, fol. 20, 21, 22 r°, 23 v°, 74.

36 S. Poirey, « La Charte aux Normands, instrument d’une contestation juridique », in Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (Xe-XVIIIe siècle) (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 29 septembre-3 octobre 2004), C. Bougy, S. Poirey (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, p. 104 et 105.

37 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 301.

38 Ibid.

39 ADSM, G 2134, fol. 277 et 278 v°.

40 C. Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 301 ; « Local Reactions… », p. 154.

41 S. Poirey, « La Charte aux Normands… », p. 104 ; H. Prentout, Les États provinciaux de Normandie, Caen, Impr. E. Lanier, 1925-1927, 3 vol., t. I, p. 195 ; C. de Beaurepaire, Les États de Normandie sous le règne de Charles VII, Rouen, Impr. H. Boissel, 1875, p. 18-20.

42 Y. Sassier, « De l’Échiquier ducal à l’Échiquier permanent (XIIe siècle-1499) », in Du Parlement de Normandie à la cour d’appel de Rouen (1499-1999), Rouen, Association du Palais du Parlement de Normandie, 1999, p. 51 et 52.

43 M. de Boüard, « Normands et Anglais au lendemain de la guerre de Cent Ans », Le pays bas-normand, numéro spécial, 1970, Mélanges d’histoire normande dédiés en hommage à M. René Jouanne, p. 54.

44 BM Rouen, Archives communales, A 8, 11 août 1454.

Auteur

Alain Sadourny est maître de conférences honoraire de l’université de Rouen. Il fut longtemps doyen de la Faculté des Lettres de cette université. Il a consacré l’essentiel de ses recherches à la ville de Rouen à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle).

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540