Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autobiographie irlandaise

 | 
Pascale Amiot-Jouenne

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Pascale Amiot-Jouenne est maître de conférences à l’Université de Perpignan où elle enseigne la littérature anglaise et irlandaise. Elle est l’auteur d’une thèse consacrée à la poésie d’Austin Clarke et a publié de nombreux articles sur Oscar Wilde, Austin Clarke, Seumas O’Kelly, Seamus Deane, John McGahern et Eiléan Ní Chuilleanáin. Elle a assuré la publication des actes du colloque « Irlande : Insularité, Singularité ? » (Presses Universitaires de Perpignan, 2001). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Études Irlandaises.

2Françoise Canon-Roger est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne où elle enseigne la linguistique et la littérature irlandaise. Auteur d’une thèse consacrée aux romans de John Banville, elle a publié plusieurs articles sur les œuvres de romanciers contemporains. Elle a assuré l’édition du numéro 27-1, Printemps 2002, de la revue Études Irlandaises.

3Bertrand Cardin, maître de conférences à l’Université de Caen, est l’auteur d’une thèse intitulée : « Les nouvelles de John McGahern : une œuvre autour de la thématique du vide », soutenue en 1993. Il a publié un certain nombre d’articles sur l’œuvre de McGahern, mais aussi sur des écrivains irlandais contemporains tels que Anne Enright, Bernard MacLaverty, Dermot Bolger et Frank McCourt.

4Christelle Chaussinand est maître de conférences à l’Université de Bourgogne (Dijon). Ses travaux portent sur la littérature irlandaise contemporaine et plus particulièrement sur l’œuvre de Sean O’Faolain à qui elle a consacré une thèse. Elle poursuit actuellement ses recherches sur l’écriture autobiographique, en s’appuyant sur les écrits de Sean O’Faolain mais aussi d’autres auteurs irlandais (par exemple Patrick Kavanagh, Franck O’Connor et Seamus Deane).

5Claude Fierobe, professeur émérite à l’Université de Reims, est l’auteur de nombreux articles consacrés la littérature irlandaise, au roman anglais et au genre fantastique. Il a publié C. R. Maturin, l’homme et l’œuvre, De Melmoth à Dracula : la littérature fantastique irlandaise au xixe siècle, La littérature irlandaise (en collaboration avec Jacqueline Genet), a dirigé plusieurs ouvrages collectifs et la traduction d’une anthologie de nouvelles (L’Irlande fantastique).

6Jacqueline Genet, ancienne élève de l’E.N.S. de Sèvres, agrégée d’anglais, docteur ès Lettres, présidente honoraire de l’Université de Caen et de la Société des Anglicistes de l’Enseignement supérieur, est docteur honoris causa de l’Université Nationale d’Irlande et de l’Université de Würzburg, et professeur émérite à l’Université de Caen. Elle est l’auteur de W.B.Yeats : les fondements de l’évolution de la création poétique (1976) ; La Poétique de W.B.Yeats (1990) ; Le Théâtre de W.B. Yeats (1995) (Presses universitaires du Septentrion). Elle a dirigé le Cahier de l’Herne sur Yeats, The Big House in Ireland, Reality and Representation (Brandon), Studies on Yeats, Joyce, O’Casey, MacNeice, The Irish Contemporary Theatre (Presses universitaires de Caen), Rural Ireland, Reul Ireland ? (C. Smythe). Elle a coédité et participé à Perspectives of Irish Drama and the Theatre et Irish Writers and their Creative Process (C. Smythe), La Nouvelle irlandaise de langue anglaise (Presses universitaires du Septentrion), Seamus Heaney et la création poétique, Anthologie du Théâtre irlandais d’Oscar Wilde à nos jours (Presses universitaires de Caen). Elle est le coauteur de La Littérature irlandaise (Armand Colin). Elle a contribué à la traduction d’œuvres en prose de Yeats ; de Nouvelles irlandaises ; de Field Day Pamphlets ; du Discours sur la sujétion de l’Irlande de W. Molyneux. Elle a traduit Le théâtre de Yeats et W.B. Yeats ou le pouvoir de l’Imagination de K. Raine.

7Anne Goarzin, maître de conférences à l’Université de Rennes II, est l’auteur d’un ouvrage sur les romans de John McGahern (Presses universitaires de Rennes, 2001). Elle s’intéresse notamment au roman contemporain et à la question de la récupération et de l’exploitation de l’image dans la littérature et dans les arts visuels contemporains en Irlande.

8Maurice Goldring est professeur des Universités retraité (Université de Saint-Denis). Il est spécialiste en études irlandaises. Il a récemment publié Neige sur Galway (Rennes, Terre de Brume, 2001), le Trèfle et l’étoile (Paris, Autrement, 2001), Voie royale, voie républicaine, La formation des élites en France et en Grande-Bretagne (Paris, Syllepse, 2000), Sean soldat de l’IRA (Paris, Autrement, 1999). Le présent article peut être lu comme une autobiographie.

9Danielle Jacquin est maître de conférences à l’Université de Lille III, où elle enseigne la stylistique, la traduction, la civilisation et la littérature irlandaises. Auteur d’une thèse de troisième cycle sur Flann O’Brien (1982), co-rédacteur en chef de la revue Études Irlandaises de 1988 à 2001, elle a écrit sur Flann O’Brien, la traduction de la poésie (Hopkins, Patrick Kavanagh, Desmond Egan), la place du gaélique dans la société irlandaise et l’autobiographie gaélique, et a traduit des poèmes de Patrick Kavanagh et Desmond Egan. Elle a dirigé le numéro d’Études Irlandaises « La langue gaélique en Irlande, hier et aujourd’hui », 26-2, automne 2001. Elle a publié avec Patrick Rafroidi Précis de stylistique anglaise, Paris, Ophrys, 1978.

10Brigitte Le Juez est maître de conférences à Dubin City University. Comparatiste, elle s’intéresse aux entrelacs littéraires franco-irlandais, ainsi qu’aux rapports entre écriture et peinture. Depuis Le Papegai et le papelard dans « Un Cœur simple » de Gustave Flaubert (Rodopi, 1999), elle travaille sur une étude concernant la réception de Flaubert en Irlande. Actuellement, elle termine l’édition d’un recueil d’essais sur le thème Clergés et Cultures populaires (Presses Universitaires de Saint-Étienne). Elle est directrice de la revue The Irish Journal of French Studies.

11Agnès Maillot est maître de conférences à Dublin City University, où elle enseigne les études interculturelles. Son principal domaine de recherche est l’Irlande du Nord, et plus particulièrement le républicanisme irlandais. Elle a notamment publié l’ouvrage IRA – Les Républicains irlandais, aux Presses Universitaires de Caen en 1996, remis à jour en 2001. Elle prépare un livre intitulé New Sinn Féin – Republicanism in the 21st century, à paraître chez Routledge.

12Nicole Ollier est professeur de littérature américaine à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III. Auteur d’une première thèse sur les nouvelles de Mark Twain, elle s’est consacrée ensuite, dans le cadre d’une thèse de Doctorat d’État en Littérature Comparée, aux « Voix helléniques dans le monde anglo-saxon de l’Amérique du Nord ». Parallèlement, elle s’est intéressée à la littérature irlandaise. Auteur de plusieurs articles sur John McGahern, elle était responsable du colloque Réinventer l’Irlande à Talence (1999). Elle a participé à des travaux collectifs de traduction poétique (Mebdh MacGuckian, John Montague, John Hewitt, Patrick Kavanagh et Harry Clifton).

13Alexandra Poulain est maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne – Paris IV et spécialiste de théâtre irlandais. Elle a notamment publié des travaux sur Tom Murphy, Martin McDonagh, Colin Teevan, G. B. Shaw, Vincent Woods et McGuinness, et a traduit plusieurs pièces du répertoire irlandais contemporain.

14Ciaran Ross est professeur de littérature moderne anglaise et irlandaise à l’Université Marc Bloch – Strasbourg II. Spécialiste de l’œuvre de Samuel Beckett, il est coauteur de Lectures d’une œuvre : En attendant Godot, Fin de Partie (Paris, Éditions du Temps, 1998). Il a récemment écrit : Aux frontières du vide : Beckett ou l’écriture sans mémoire ni désir, ouvrage à paraître chez Rodopi et dirige actuellement un projet de publication collective portant sur la notion de subversion dans la littérature irlandaise moderne.

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540