Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autobiographie irlandaise

 | 
Pascale Amiot-Jouenne

L’autobiographie politique, ou les voix de la rébellion

Les autobiographies de conor cruise o’brien : «a cruisocentric history of Ireland»

Maurice Goldring

Texte intégral

  • 1 Philippe Lejeune, Le Pacte Autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 14.
  • 2 Gerry Adams, Before the Dawn : An Autobiography, Londres, Heinemann, 1996.
  • 3 Bernadette Devlin, The Price of my Soul, Londres, Pan, 1969.
  • 4 Brian Campbell, Laurence McKeown, Felim O’Hegan, Nor Meekly Serve my Time, The H-Block Struggle 19 (...)
  • 5 Claude Pelletier, Bernard Pudal (éd.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communi (...)

1L’autobiographie serait, selon la définition qu’en donne Philippe Lejeune, un récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, mettant l’accent sur sa vie individuelle et en particulier sur l’histoire de sa personnalité1. Ainsi conçue, l’autobiographie serait dominée par l’annonciation d’une identité singulière qui se distingue de l’identité communautaire. Or une telle conception ne tient pas compte des autobiographies « engagées », qui mettent l’accent sur des valeurs militantes et ont pour but de montrer que leur auteur a été un fidèle représentant de ces valeurs collectives. Les récits dits « autobiographiques » de Gerry Adams2, les écrits de Bobby Sands, The Price of my Soul3 de Bernadette Devlin, les récits des grévistes de la faim (Nor Meekly Serve my time 4), ont pour premier souci de prouver qu’on ne peut glisser une feuille de cigarette entre la vie de nos héros et leur combat collectif. Ils ne sont des héros que dans la mesure où la coïncidence est parfaite entre leur vie et leur combat. Ces récits sont de même nature que Fils du peuple, de Maurice Thorez, les Mémoires de Jacques Duclos, les souvenirs de Benoît Frachon, qui fondent leurs auteurs dans un grand mouvement collectif, le mouvement communiste5

2Conor Cruise O’Brien insiste au contraire sur ce qui le sépare des grands mouvements collectifs du pays où il vit : la religion et le nationalisme. À l’époque des négociations qui aboutirent à Sunningdale, Conor Cruise O’Brien est membre de la délégation du gouvernement de la République. Dans les réunions du cabinet, il met en garde contre le risque que représente l’accent mis sur le « Conseil d’Irlande ». Garret Fitzgerald, alors ministre des affaires étrangères, pensait, sous l’influence de John Hume, que le danger n’existait pas. La grève loyaliste de 1974 contre Sunningdale et la chute du gouvernement partagé confirment les inquiétudes de Conor. De ces discussions il retient un « sentiment bizarre »

  • 6 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, Religion and Nationalism in Ireland, Dublin, Poolbeg Press (...)

Je n’avais pas seulement le sentiment d’être minoritaire sur un point de politique. J’avais plus l’impression existentielle d’être une minorité réduite à une unité, comme si j’étais membre d’une espèce différente6

  • 7 Conor Cruise O’Brien, (Donnat O’Donnell), Maria Cross, Londres, Burns and Oates, 1952.
  • 8 Conor Cruise O’Brien, Parnell and his Party, Oxford, Oxford University Press, 1957.

3Pourtant, Conor Cruise O’Brien vit en Irlande par choix et il y est heureux. Mais il se définit lui-même comme étant à la fois dedans et dehors. Toute son activité politique et littéraire sera consacrée à la religion et au nationalisme. Maria Cross7 étudie l’influence du catholicisme sur les écrivains irlandais. Parnell 8 analyse les relations entre mouvement national et l’église catholique à travers l’itinéraire d’un des hommes les plus influents de l’histoire d’Irlande. Les éléments biographiques influent sur ces choix. L’histoire du divorce de Parnell fait écho au propre divorce de Conor Cruise O’Brien et aux influences que la vie privée aura sur sa carrière politique. Son étude sur Burke est portée par un sentiment d’identification forte avec un Irlandais converti au protestantisme, et marqué par de fortes convictions qui l’emportent sur l’intérêt individuel et les préoccupations de carrière. Le grand homme est certainement le modèle de ce que Conor Cruise O’Brien aurait voulu être.

  • 9 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, Londres, Panther Books, [1972] 1979.
  • 10 Conor Cruise O’Brien, Memoir, my Life and Times, Londres, Profile Books, 1998.

4Aucun de ses ouvrage n’échappe à des références autobiographiques qui prennent de plus en plus de place. Très présente dans States of Ireland9, obsessionnelle dans Ancestral Voices, l’autobiographie envahit tout dans Memoir, my Life and Times 10. Bizarrement, cette autobiographie qui courone l’ensemble de l’œuvre est celle où la personnalité de l’auteur apparaît comme la moins construite, la moins convaincante. Les éléments autobiographiques sont beaucoup plus solides et intégrés dans la pensée dans la rencontre entre les tempêtes nationales et la vie privée que lorsque le privé est pris comme premier objet d’étude. L’âge est un ennemi redoutable. Plus jeunes, les anciens combattants se concentrent sur l’histoire de leur combat et leurs récits sont passionnants. En vieillissant, ils racontent l’histoire de leur vie d’une manière moins sélective. Dans Memoir sont développés des éléments que le lecteur a le droit de juger mineurs, comme le succès dans les études, ou les preuves répétées de la lucidité de l’auteur.

  • 11 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 22.
  • 12 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, p. 1.

5Dans States of Ireland, l’auteur veut explorer l’expérience catholique et protestante en Irlande et dans la mesure où ces relations sont conflictuelles et où Conor est lui-même irlandais, le lecteur a le droit de savoir où se situe l’auteur dans ce conflit. Conor Cruise O’Brien est de ce point de vue « unique » : il a des racines dans la communauté catholique et il a été éduqué dans des écoles protestantes. L’histoire de sa famille n’est pas simplement une « politesse » faite aux lecteurs. C’est un moyen d’exploration. La qualité de son essai est attribuée à son caractère autobiographique : « Such values as this essay may possess […] derive from its character as a personal enquiry »11. Il se demande constamment ce que son expérience personnelle lui apprend sur les catholiques et les protestants en Irlande. Dans Ancestral Voices, consacré à la religion et au nationalisme en Irlande, ces thèmes surgissent de l’arbre généalogique, « from my family’s share in the specific Irish experiences of the workings of these formidable world-historical forces »12

  • 13 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 211.

6Lorsque les troubles éclatent au Nord, il rencontre à Belfast Gerry Fitt qui lui raconte une histoire « Fittocentric » des événements. Conor Cruise O’Brien commente l’adjectif : il ne se veut pas critique. Son histoire est elle aussi « Cruisocentric »13 Dans Memoir, l’individu devient le sujet, aboutissement inéluctable de toutes les œuvres qui précèdent. Dans States of Ireland, sa mère, Kathleen, tombe amoureuse de Francis Cruise O’Brien qui est à la fois désargenté, agnostique et vaguement socialiste, militant du mouvement coopératif. La famille Sheehy se divise sur cette union. Ceux qui s’opposent au mariage sont les catholiques pratiquants, conservateurs et nationalistes. Hannah et Francis Skeffington soutiennent Kathleen dans son choix. Ils sont pacifistes, agnostiques et socialistes. Les événements de l’époque parviennent à Conor Cruise O’Brien par « le filtre des comportements familiaux » (82). Un débat crucial, dit Conor Cruise O’Brien, puisqu’il s’agissait de savoir s’il viendrait au monde ou pas (80). Dans Memoir, l’auteur évoque sa vie amoureuse. Il courtise une protestante, fille d’un officier britannique ; trop, c’est trop et l’aventure s’interrompt. Puis il s’éprend d’une catholique, mais là c’est le catholicisme trop insistant qui le détourne d’aller plus loin. Enfin, à vingt-trois ans, il épouse Christine, une protestante nationaliste dont il aura trois enfants. Ses trois aventures sont reliées, écrit-il, au thème principal du livre : religion et nationalisme.

  • 14 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 108.

7Conor Cruise O’Brien est né à Dublin dans une famille de la bourgeoisie instruite. Il est fils unique. La mère est professeur, le père journaliste au Freeman’s Journal. Le grand-père maternel, Fenian, puis député nationaliste a voté contre Parnell lors de la crise de 1891. Conor Cruise O’Brien avait moins de cinq ans à la naissance de l’État en 1921. Son oncle, Eugene Sheehy, avait servi dans l’armée britannique pendant la guerre. Après la guerre civile, il se retrouva juge dans le nouvel État. La sœur d’Eugene, Hanna Sheehy-Skeffington avait soutenu le camp républicain pendant la guerre civile. Son mari, Francis, un pacifiste, avait été assassiné par un officier britannique pendant l’insurrection de Pâques 1916. Elle resta toujours « la veuve », très pro-républicaine. Elle rompit avec De Valera en 1927, quand il accepta le serment d’allégeance à la couronne britannique pour pouvoir siéger au Dail. Pour Hanna, Eugene était doublement traître : pour avoir servi dans l’armée britannique, puis servi l’état libre. Pour Eugene, Hannah était une pétroleuse irresponsable14. Conor a donc vécu de l’intérieur le conflit entre nationalistes modérés et républicains.

  • 15 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, p. 44.
  • 16 Ibid, p. 51.

8La famille de Conor est nationaliste. Il décrit longuement les conceptions de D. P. Moran sur l’Irish Ireland car cette culture était celle de son environnement intellectuel. « My mother and father were strong Irish Irelanders »15. Ils étaient donc porteurs de la voix des ancêtres. Son père contribuait au journal de D. P. Moran, The Leader. Ici se place l’un des premiers mystères de sa biographie. Comment concilier cet engagement dans un journal où Sandford Park était décrite comme « a sourface school », et Trinity College comme « a sourface University », et la fréquentation par Conor de ces mêmes établissements16 ?

  • 17 Ibid., p. 18.
  • 18 Ibid., p. 137-138.

9La raison avancée par l’auteur est dans l’ascendant moral que les nationalistes enragés exercent sur les nationalistes modérés. Dans sa famille, tout le monde est terrifié par Hannah, la « veuve » de l’insurrection, gardienne sourcilleuse du temple républicain. Pour les nationalistes, ceux qui sont prêts à mourir pour la patrie exercent une autorité morale indestructible. De même que les réformistes modérés sont fascinés par les militants radicaux qui restent la référence du combat social. Frank Sheehy Skeffington était un martyr. « I agreed he was a martyr in the most literal sense, in that he exposed himself to death in order to bear witness » 17. On acceptait généralement dans la famille que suivre le chemin de Francis Sheehy Skeffington était le sort le plus beau pour un jeune homme. Conor Cruise O’Brien a fini par prendre de front les voix ancestrales, mais ce fut un processus difficile. Lui et son père faisaient partie de l’empire des « fantômes de la nation ». Son père s’en était détaché avant sa mort en 1927. Le processus fut plus long pour Conor, mais il se réjouit d’y avoir finalement réussi18. Conor Cruise O’Brien voulait « porter témoignage ». Mais certainement pas mourir en martyr.

  • 19 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 119.

10Hannah Sheehy Skeffington avait envoyé son fils, Owen, le cousin de Conor, de neuf ans son aîné, à Sandford, puis à TCD (malgré l’interdit de l’église catholique), alors qu’elle était une républicaine militante. L’église catholique avait soutenu le mauvais camp pendant la guerre civile, donc l’épouse du martyr préférait un établissement protestant à une école catholique. Le père de Conor qui était agnostique, préférait également un établissement protestant plus ouvert aux lumières. Conor, à la suite de son cousin Owen, pouvait ainsi rompre avec le catholicisme, TCD était interdit aux catholiques. Quand la hiérarchie lève l’interdiction en 1970, Conor se demande si la décision affectera le salut de son âme de manière rétrospective19. Rompre avec la religion nationale ne signifiait pas rompre avec la nation. God save the King et le « toast d’allégeance » à la couronne faisaient partie du rituel de ces écoles. Owen et Conor restaient assis pendant que toute l’école se levait.

11Après des études excellentes à TCD, Conor est recruté au ministère des finances. Il passe ensuite au ministère des affaires étrangères comme conseiller sur la politique vis-à-vis de l’Irlande du Nord. Il est ensuite conseiller à l’ambassade d’Irlande à Paris, puis conseiller sur les affaires politiques au ministère. En 1938, il épouse Christine, la fille du directeur de la Belfast Royal Academy. Au ministère des finances, il est le seul fonctionnaire de haut rang marié civilement. Ils ont trois enfants, divorcent en 1961, et Conor épouse Maire MacEntee, une collègue au ministère des affaires étrangères. Son premier mariage avec une protestante « ne comptant pas », il peut épouser religieusement Maire, la fille de Sean MacEntee, ministre des finances du gouvernement De Valera.

12Politiquement, il est attiré par le parti travailliste, dont il sera l’un des députés, et il devient ministre des postes et des communications dans un gouvernement de coalition. C’est à ce titre qu’il sera à l’initiative de l’interdiction de diffuser les interviews de dirigeants républicains. Dans les campagnes électorales, sa situation de divorcé et de socialiste (donc d’athée) fait qu’on le dénonce comme « communiste ».

  • 20 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 249.

13Le 11 juin 1971, à la conférence du syndicat ITGWU à Galway, Conor intervient sur une motion demandant la libération des prisonniers politiques. Si un homme abandonne un véhicule chargé de dynamite, une voiture piégée, au risque de tuer femmes et enfants, fait-il partie des prisonniers politiques dont la motion demande la libération ? Refuser la demande de libération des prisonniers politiques était risquer l’exclusion de la nation irlandaise, car la solidarité à l’égard des prisonniers était le minimum que les républicains exigeaient et obtenaient de tous les Irlandais20. Il s’exclut encore plus de la nation irlandaise en refusant de participer à une soirée commémorative en l’honneur de Erskine Childers, à Howth.

  • 21 Conor Cruise O’Brien, Memoir, p. 426.

14Depuis cette date, la rupture avec le nationalisme ne cesse de s’approfondir. Il lutte par tous les moyens contre l’IRA et le Sinn Féin, contre tous les projets de partage de pouvoir, contre les conseils pan irlandais, contre l’accord de Sunningdale, contre l’accord anglo-irlandais, contre les Accords du Vendredi Saint. Dans la campagne contre l’accord anglo-irlandais, il accepte une invitation de Ian Gow à parler aux « Friends of the Union » à Westminster. Ian Gow était un ami proche de Margaret Thatcher, il démissionne du gouvernement pour lutter contre cet accord. Conor Cruise O’Brien accepte l’invitation avec un frisson. Son grand père, David Sheehy, avait passé trente ans à Westminster à lutter pour le retrait de l’Union, et il allait au même endroit pour défendre le maintien dans l’Union. Mais il n’était pas tant un « ami de l’Union » qu’un « ami des Unionistes qui ne voulaient être forcés d’aller où ils ne voulaient pas »21. Après cette réunion, Ian Gow est assassiné par l’IRA. Plus que jamais, cet assassinat confirme Conor dans ses convictions. Ensuite, il soutient Bob McCartney (UK Unionist), qui est élu député en 1995 et demande à Conor d’être candidat au Forum : les UK Unionists ont trois élus, dont Conor. Au forum, Conor se sent plus en harmonie avec Paisley qu’avec Trimble.

  • 22 Ibid., p. 110.

15Du soulèvement de Pâques 1916 à Paisley, du parti héritier de James Connolly au parti conservateur, le chemin est long. Conor Cruise O’Brien justifie ses prises de position, c’est la règle du jeu. La cohérence de la carrière politique de Conor est la haine de l’impérialisme. Tout jeune, il haïssait l’officier britannique qui avait assassiné son oncle Francis Sheehy Skeffington. Représentant de l’ONU, il lutte contre l’impérialisme britannique en s’opposant à la sécession du Katanga. Puis, plus tard, enseignant invité à l’université de New York, il participe à des manifestations contre la guerre au Vietnam. Enfin, à partir de 1971, il lutte contre l’impérialisme catholique irlandais qui veut forcer les protestants d’Irlande du Nord à s’intégrer dans la République d’Irlande22. Conor veut passionnément inscrire sa vie dans une fidélité continue à ses principes, à l’exemple de son grand homme, Burke. Dans The Great Melody, contre ceux qui voient une rupture entre le Burke le libéral et le Burke adversaire de la Révolution française, Conor Cruise O’Brien affirme que c’est le même homme, la même « mélodie », qui s’oppose aux injustices en Irlande, à la corruption de la Compagnie des Indes, au colonialisme anglais dans ses possessions américaines et aux terribles dérives de la Révolution française qui a laissé en héritage les révolutions bolcheviques et l’armée républicaine irlandaise.

  • 23 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, p. 166.

16Burke était membre d’une « espèce différente », comme Conor Cruise O’Brien, et pour les mêmes raisons. Burke était le descendant de catholiques convertis, et ses prises de position sont expliquées par Conor par cette situation spécifique, à la fois « en dedans et au-dehors ». De même, il attribue son évolution politique à son éducation, agnostique sous l’influence de son père, dans un pays massivement catholique et à sa fréquentation d’une école protestante. Il n’a jamais appris ce que les Irlandais éduqués dans la tradition possèdent dans leur sang23. Il estime que cette éducation protestante a certainement eu quelque influence dans sa lutte contre « l’impérialisme catholique ».

  • 24 Conor Cruise O’Brien, Memoir, p. 425.

17Le danger que Conor Cruise O’Brien n’a pas totalement évité, c’est que dans sa lutte contre les fantômes de l’histoire irlandaise, il a fini par imiter ses cibles. Quand il s’oppose à Sunningdale, milite contre les Accords du Vendredi Saint, rejoint les UK Unionists de Bob MacCartney, il est insulté de tous côtés, qualifié de traître, il parcourt cet itinéraire comme un chemin de croix, comme Pearse allait à la Grande Poste « with a little shiver ». Dans sa lutte contre la mythologie des martyrs, Conor Cruise O’Brien n’a peut-être pas conscience qu’il faut aussi des martyrs à la campagne contre le culte des martyrs. Je me rappelle Conor Cruise O’Brien à Vincennes, face aux membres du comité solidarité Irlande, stoïque, souriant, crucifié, mais prêt à se sacrifier pour sa cause. Ce qu’il admire chez Ian Gow, après sa démission du gouvernement Thatcher, c’est l’engagement total de la personne aux dépens de ses intérêts personnels24. La cause a changé, mais l’idée du sacrifice héroïque demeure.

  • 25 Seamus Deane, « Préface » à Eamon Deane and Carol Rittner, Beyond Hate, Living with our Difference (...)
  • 26 Des O’Hagan, « For Party Unity, Class Politics and Socialism », p. 6.

18Dans une situation de conflit national, c’est dans le groupe que se construisent les individualités. En Irlande du Nord nous dit Seamus Deane, « l’idée de communauté transcende l’idée de l’individu autonome »25. La domination ethnique repousse les individus dans leur communauté. De même, dans le combat pour la libération sociale, ce qui compte est la solidarité des travailleurs. L’individualisme est l’essence du capitalisme. Les orthodoxes critiquent toutes les déviations en montrant qu’elles sont d’abord l’œuvre d’individus. « Jamais dans notre parti l’emploi de la première personne du singulier n’a été aussi répandu » 26 dit l’orthodoxe O’Hagan contre les glissements vers la social-démocratie, le réformisme, l’abandon des positions révolutionnaires. Ces gens sont influencés par l’individualisme et rejettent le principe de l’action collective. Effectivement, le représentant le plus flamboyant de cette « dérive » était Eoghan Harris qui affirmait :

  • 27 Eamon Smullen, « Avant-propos » à Eoghan Harris, The Wealth of the Nation, the Necessity of Social (...)

Voici venu le temps des individus. Avant 1989, les socialistes disaient « nous ». Maintenant ils doivent dire « Je ». Le socialisme est mort parce qu’il a placé le collectif plus haut que l’individu, le dogme plus haut que la dialectique. Il doit faire place à la social-démocratie, qui place la personne au centre de la politique. Ceux qui suppriment l’individu au nom de la révolution permettent toutes les horreurs au nom de l’intérêt supérieur du collectif, qu’il soit le peuple ou la classe27.

19Pour les tenants de l’orthodoxie nationale ou sociale, la méfiance à l’égard des individus est fondée sur ces différences de classe, entre ceux qui peuvent se permettre de s’éloigner du groupe parce qu’ils disposent d’un capital financier ou culturel qui leur permet « d’exister » sans le groupe. Tous ceux-là, et ici précisément les intellectuels, sont objet de méfiance parce qu’ils ont les moyens de s’opposer sans disparaître.

20Mais ne soyons pas naïfs. L’insistance sur l’individu, sur les principes, sur la vie exemplaire, sur « un membre particulier de l’espèce » est aussi fondée sur la défense des privilèges. Pour une partie de la famille de Conor Cruise O’Brien, les Sinn Feiners étaient des parvenus qui les avaient délogés de leur place et de leur pouvoir. Le parcours des études – école protestante, TCD – n’était pas seulement idéologique, mais aussi une formation prestigieuse qui permettait l’accès aux postes élevés :

  • 28 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 21.

Si le Home Rule avait été conquis par les voies parlementaires, mon grand-père aurait certainement obtenu un portefeuille dans le gouvernement d’une Irlande autonome. Toute notre famille aurait fait partie de l’élite politique. La rébellion nous a écartés du pouvoir, nous avons été remplacés par une nouvelle élite républicaine 28

  • 29 Ibid., p. 109-110.

21Ceci fut confirmé par Conor Cruise O’Brien en ma présence, à l’occasion d’une discussion avec sa femme Maire : « Your family drove mine out ». Le parcours individuel de Conor Cruise O’Brien est donc un parcours de reconquête. Aux élections de 1918 qui virent la victoire de Sinn Féin, le grand père de Conor avait été battu et n’était plus député à Westminster. « Notre famille avait été éliminée ». En choisissant la voie prestigieuse de la diplomatie, « j’effaçais cet échec et je ramenais les miens sur le devant de la scène » 29

22Faire partie d’une minorité ne suffit pas. Il faut que cette minorité soit réduite à un individu – une personne prédestinée par sa situation sociale, membre d’une « aristocratie naturelle », selon la définition de Burke. Un individu comme Conor Cruise O’Brien dispose dès la naissance des avantages d’une famille aisée, d’une famille « historique », d’une excellente éducation. Quand il se marie, il épouse (par hasard ?), d’abord la fille du directeur de la Belfast Royal Academy, ensuite la fille de Sean MacEntee. Disposant d’une excellente éducation et d’un tel réseau d’influence, il peut choisir son travail, son destin. Il peut dire, « je vais servir le gouvernement dans le domaine des affaires étrangères, parce que c’est cela qui m’intéresse ». Le destin et le statut des dirigeants syndicaux ou nationalistes d’origine populaire dépend uniquement de leur inscription dans le collectif. D’où les tensions au sein de ces mouvements, entre ceux qui ne disposent de rien (« nous n’avons rien, soyons tout ») et ceux qui appartiennent à une aristocratie culturelle. Les dirigeants populaires sont souvent les plus intransigeants dans leurs convictions et dans leur engagement parce que l’éloignement du mouvement leur fait perdre « tout » puisqu’ils n’avaient rien.

23L’autobiographie met l’accent sur la vie individuelle qui se distingue activement de l’identité communautaire. Le mot important ici est le verbe « distinguer ». Distinguer, c’est mettre en évidence des éléments de vérité qui peuvent s’opposer au sens commun. Se distinguer, c’est placer au centre son « identité singulière ». Ce mélange entre la recherche d’une vérité et la protection de privilèges donne aux autobiographies, de manière indissociable, à la fois leur force et leur faiblesse.

Notes

1 Philippe Lejeune, Le Pacte Autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 14.

2 Gerry Adams, Before the Dawn : An Autobiography, Londres, Heinemann, 1996.

3 Bernadette Devlin, The Price of my Soul, Londres, Pan, 1969.

4 Brian Campbell, Laurence McKeown, Felim O’Hegan, Nor Meekly Serve my Time, The H-Block Struggle 1976-1981, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994.

5 Claude Pelletier, Bernard Pudal (éd.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, 2002.

6 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, Religion and Nationalism in Ireland, Dublin, Poolbeg Press, 1994, p. 166.

7 Conor Cruise O’Brien, (Donnat O’Donnell), Maria Cross, Londres, Burns and Oates, 1952.

8 Conor Cruise O’Brien, Parnell and his Party, Oxford, Oxford University Press, 1957.

9 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, Londres, Panther Books, [1972] 1979.

10 Conor Cruise O’Brien, Memoir, my Life and Times, Londres, Profile Books, 1998.

11 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 22.

12 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, p. 1.

13 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 211.

14 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 108.

15 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, p. 44.

16 Ibid, p. 51.

17 Ibid., p. 18.

18 Ibid., p. 137-138.

19 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 119.

20 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 249.

21 Conor Cruise O’Brien, Memoir, p. 426.

22 Ibid., p. 110.

23 Conor Cruise O’Brien, Ancestral Voices, p. 166.

24 Conor Cruise O’Brien, Memoir, p. 425.

25 Seamus Deane, « Préface » à Eamon Deane and Carol Rittner, Beyond Hate, Living with our Differences, Derry, Yes Publications, 1994.

26 Des O’Hagan, « For Party Unity, Class Politics and Socialism », p. 6.

27 Eamon Smullen, « Avant-propos » à Eoghan Harris, The Wealth of the Nation, the Necessity of Social Democracy, Research Section, The Worker’s Party, 1990, p. 1.

28 Conor Cruise O’Brien, States of Ireland, p. 21.

29 Ibid., p. 109-110.

Auteur

Maurice Goldring est professeur des Universités retraité (Université de Saint-Denis). Il est spécialiste en études irlandaises. Il a récemment publié Neige sur Galway (Rennes, Terre de Brume, 2001), le Trèfle et l’étoile (Paris, Autrement, 2001), Voie royale, voie républicaine, La formation des élites en France et en Grande-Bretagne (Paris, Syllepse, 2000), Sean soldat de l’IRA (Paris, Autrement, 1999). Le présent article peut être lu comme une autobiographie.

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540