Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autobiographie irlandaise

 | 
Pascale Amiot-Jouenne

Avant-propos

Pascale Amiot-Jouenne

Texte intégral

  • 1 Seamus Deane (éd.), « Autobiographies and Memoirs, 1890-1988 », in The Field Day Anthology of Iris (...)
  • 2 Taura S. Napier (éd.), Seeking a Country. Literary autobiographies of twentieth-century Irishwomen(...)
  • 3 Frank Ormsby (éd.), Northern Windows : an anthology of Ulster autobiography, Belfast, Blackstaff P (...)
  • 4 Le numéro 13 de The Irish Review intitulé Autobiography as Criticism, consacre six articles à l’au (...)

1La littérature autobiographique irlandaise des xixe et xxe siècles est d’une richesse et d’une vitalité exceptionnelles, et pourtant elle demeure à ce jour un domaine méconnu comparativement à la poésie, à la nouvelle, au roman ou au théâtre irlandais. Contrairement aux autobiographies russe, italienne, allemande, française ou britannique, aucune étude d’ensemble ne lui a été consacrée et aucune bibliographie extensive n’a été constituée à ce jour. Quelques anthologies offrent un état des lieux partiel, telle la compilation réalisée par Seamus Deane pour The Field Day Anthology of Irish Writing1 ; dans Seeking a Country, Taura Napier offre un panorama de l’autobiographie féminine au xxe siècle2 et, dans Northern Windows, Frank Ormsby présente des extraits d’autobiographies nord-irlandaises3. Les ouvrages critiques sont également rares. Comme en témoigne la bibliographie exhaustive présentée à la fin de cet ouvrage, aucune étude d’ensemble n’aborde l’autobiographie dans sa spécificité irlandaise. On trouve en revanche des ouvrages consacrés aux auteurs irlandais les plus connus, tels que George Moore, W.B.Yeats, Sean O’Casey ou Seamus O’Sullivan, pour ne citer qu’eux, et un certain nombre d’articles traitant soit de l’autobiographie en tant que genre4, soit de l’autobiographie gaélique, soit d’écrivains particuliers tels que Wolfe Tone, Oscar Wilde, Mary Colum, Austin Clarke, Patrick Kanavagh, ou Sean O’Faolain. Le présent ouvrage s’est fixé pour objet de pallier cette lacune paradoxale.

L’autobiographie : définition et traits discriminants

  • 5 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 14.

2Devant la richesse foisonnante du corpus et l’infinie variété des formes de l’écriture de soi, de rigoureux critères de sélection s’imposaient. Par souci de cohérence, nous avons choisi comme point de départ la définition élaborée puis affinée par Philippe Lejeune, qui appelle autobiographie tout « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité »5. Nous avons retenu les quatre critères proposées par Philippe Lejeune : l’identité entre l’auteur, le narrateur et le personnage (garantie par le même nom propre), l’utilisation de la première personne du singulier, la perspective rétrospective du récit, et l’histoire (ou « historialisation ») d’une personnalité.

  • 6 Sur ces distinctions de genre, on pourra consulter avec profit « L’autobiographie, genre littérair (...)
  • 7 Comme le précise Georges Gusdorf, « l’autobiographie se réalise sur la mode du révolu ; elle consi (...)
  • 8 À cet égard, il importe de signaler que les titres des œuvres peuvent s’avérer trompeurs, car à la (...)

3Ces quatre critères de base délimitaient cependant au sein de la littérature irlandaise un corpus considérable, constitué d’écrits autobiographiques très divers dans leur forme comme dans leurs intentions : mémoires, recueils de souvenirs, récits de voyage, autobiographies romancées, journaux de prison (particulièrement nombreux dans le corpus irlandais), manifestes politiques ou récits de parcours spirituels. En confrontant les diverses formes d’écriture de soi6, nous avons résolu de ne pas inclure dans la présente étude certains des genres connexes, qui pourront faire l’objet d’études ultérieures, rejetant de ce fait les autoportraits (qui, contrairement à l’autobiographie stricto sensu, établissent un rapport d’identité plus que de devenir et se dégagent presque toujours de l’emprise de la chronologie), les journaux intimes et les chroniques (qui ont tendance au morcellement, et manquent souvent d’unité et de dessein d’ensemble7), les correspondances (à qui font défaut le recul du temps et une intention organisatrice, et qui sont souvent marquées par la fragmentation), les recueils de souvenirs (qui relèvent davantage de l’anecdote, et font souvent fi de l’ordre chronologique), et enfin les mémoires8 (qui se préoccupent généralement plus du personnage que de la personne, et privilégient la sphère publique sur la sphère privée). Comme l’observe Michael Kenneally dans un excellent article consacré à l’autobiographie irlandaise :

  • 9 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination and Irish literary autobiographies », in Cri (...)

An autobiography, on the other hand, is ultimately focused inward, to subjective states and feelings and […] to one’s contemporary perception of former selves. The primary area of interest is not so much the social world but the private significance of public experiences, the role they have played in shaping individual consciousness developing through historical time9.

4Le respect des quatre critères définis plus haut nous a également amenés à exclure les autobiographies fictives ou détournées, les autobiographies romancées – qui comptent pourtant des chefs-d’œuvre comme Reading in the Dark de Seamus Deane et Blacklist, Section H de Francis Stuart –, ainsi que les romans et nouvelles autobiographiques, qui tendent à faire appel à l’imagination autant qu’à la mémoire – au nombre desquels figurent A Portrait of the Artist as a Young Man de James Joyce ou certains romans de John McGahern. Comme le précise en effet Michael Kenneally,

  • 10 Ibid., p. 114.

As with the memoir, the essential distinction between the autobiographical novel and the literary autobiography is one of focus. Although autobiographical novelists freely plunder episodes from their past, their concern is with wider, supra-personal goals which have more to do with society than with individual history, with aesthetics than the self, with literature than with biography. In turning to personal history, the autobiographical novelist is involved in an act of imaginative liberation of the self, of sanitizing experiences so that they can be enlisted in the service of a truth whose validity transcends the personal.10

  • 11 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination [], p. 113-114.
  • 12 Les Confessions de saint Patrick furent rédigées en latin vers le milieu du ve siècle, puis tradui (...)
  • 13 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, Œuvres Complètes, I, Paris, Gallimard (Pléiade), 1959.

5En revanche il a semblé essentiel d’intégrer au corpus de l’autobiographie irlandaise le genre des confessions, et ce pour deux raisons principales. La première est d’ordre religieux et culturel, liée à l’influence historique du catholicisme en Irlande et au rôle prédominant de l’introspection dans l’éthique chrétienne. Comme l’observe M. Kenneally, « vestigial stuctural and rhetorical characteristics of the confessional form continue to manifest themselves in autobiographical literature »11. La seconde est d’ordre historique et littéraire, liée spécifiquement à l’influence des Confessions de saint Patrick12 sur la littérature irlandaise, de la même manière que les Confessions de saint Augustin et celles de Jean-Jacques Rousseau13 furent déterminantes pour l’évolution de l’écriture de soi en Europe, dominée jusqu’au xviiie siècle par des considérations spirituelles ou philosophiques.

Irlande et Europe : perspective historique

6Comme le souligne Kevin P. Reilly, l’autobiographie irlandaise ne s’inscrit que tardivement dans le courant européen :

  • 14 Kevin P. Reilly, « Irish Literary Autobiography… », p. 61.

In the English-speaking world, autobiography, along with the novel, became an increasingly important mode of expression during the eighteenth century. In Ireland, however, there are really no occurences of the genre until the nineteenth century, just as the book which most scholars agree is the first Irish novel does not surface until 180014.

  • 15 Les titres complets sont : Memoirs of the Right Honorable the Marquis of Clanricarde, Lord Deputy (...)
  • 16 Le titre complet est savoureux : The Genuine Memoirs of Miss Faulkner, Otherwise Mrs D***L**N, or, (...)

7On dispose cependant de documents antérieurs à cette date : il s’agit le plus souvent d’écrits autobiographiques historiques et politiques, portant pour la plupart le titre de Memoirs : Memoirs of the Right Honorable the Marquis of Clanricarde, Lord Deputy General of Ireland (1722), ou The Memoir’s of James Lord Audley, Earl of Castlehaven (1684)15. Ces derniers font l’objet d’un droit de réponse (phénomène courant à l’époque, semble-t-il), avec la publication de Brief reflexions on the Earl of Castlehaven’s Memoirs of his engagements and carriage in the wars of Ireland. By which the Government at that time, and the justice of the crown since, are vindicated from aspersions cast on both, d’Edmund Borlace, initiant un chassé croisé d’écrits. Parallèlement, on trouve en Irlande comme en Europe le sous-genre des autobiographies pseudo authentiques d’actrices ayant fait carrière, autobiographies à visée moralisatrice ou scandaleuse, comme The Genuine Memoirs of Miss Faulkner, Otherwise Mrs D***L**N, or, Countess of H*****X, In Expectancy 16 (1770).

  • 17 The Autobiography and Correspondence of Mary Granville, Mrs. Delany : with interesting reminiscenc (...)

8Fait étonnant, contrairement au mouvement européen, il faut attendre le xixe siècle pour voir apparaître en Irlande des autobiographies spirituelles : à une époque où l’expression de soi se libère en Europe, entraînant un relatif déclin des autobiographies spirituelles et philosophiques, fleurissent en Irlande des autobiographies confessionnelles, telle The Nun of Kenmare de Margaret Anna Cusack (Sister Mary Francis). Les questions religieuses occupent une place prépondérante, et nourrissent un débat passionné, comme en témoigne la réponse de Hans Buck à Gladstone : A Reply to the Apology of the Right Hon. W. E. Gladstone, contained in his Chapter of Autobiography [On the projected disestablishment of the Irish Church] (1868). Sans doute est-ce ce qui justifie le titre de l’œuvre de Frank Higginson, The Beleaguered Irish Church : Not a Chapter of Autobiography (1869). L’appellation « Confessions » devient de plus en plus courante : Thomas Ashe publie ainsi Memoirs and Confessions (1815), et Lady Marguerite Power The Confessions of an Elderly Lady (1838). Les pseudo-autobiographies sont légion, récits d’une vie écrits par un membre de la famille ou censés avoir été dictés à l’auteur. On observe aussi un fréquent recours à des pseudonymes ou à l’anonymat. Sous le pseudonyme de Captain Rock, Thomas Moore publie ainsi Memoirs of Captain Rock, the celebrated Irish chieftain. Written by himself (1824), puis, sous le pseudonyme de « an Irish Gentleman », Travels of an Irish Gentleman in search of a religion. With notes and illustrations by the editor of Captain Rock’s Memoirs (1833). J. B. White répond par Second travels of an Irish Gentleman in search of a religion. With notes and illustrations, not by the editor of Captain Rock’s Memoirs (1833). D’autres écrivains choisissent d’écrire leur (propre) autobiographie parmi lesquels Mary Delany 17, Aubrey de Vere, qui publie Recollections en 1897, et William Carleton dont la magistrale autobiographie reste malheureusement inachevée.

  • 18 Cf. « Male Autobiography and Irish Cultural Nationalism : John Mitchel and James Clarence Mangan » (...)
  • 19 Theodore Wolfe Tone, Memoirs. Comprising a complete journal of his negotiations to procure the aid (...)

9Il apparaît néanmoins que les autobiographies politiques et engagées sont de loin les plus nombreuses. Comme l’observe Sean Ryder, « the production and circulation of heroic biographical and autobiographical narratives were important to the cultural nationalism of nineteenth-century Ireland » 18. Il cite pour exemple les Memoirs de Wolfe Tone (1827)19, Jail Journal (1864) de John Michel, Prison Life (1874) de O’Donovan Rossa, et Recollections of Fenians and Fenianism (1896) de John O’Leary. On serait tenté d’y ajouter Memoirs of Joseph Holt, General of the Irish Rebels (1798), The Autobiography of an Irish Rebel (1866) de Bryan Hugh, et Pro Patria : the Autobiography of an Irish Conspirator (1883) de William MacKay.

10Même si on y trouve toujours des œuvres confessionnelles, le paysage autobiographique du xxe siècle irlandais est dominé par les autobiographies politiques et littéraires – les deux genres n’étant pas, loin s’en faut, mutuellement exclusifs. L’un des phénomènes les plus frappants de ce siècle est sans aucun doute l’émergence de l’autobiographie gaélique, et plus précisément de ce que l’on a appelé la littérature des Îles Blasket. Comme l’écrit Alan Harrison,

  • 20 Alan Harrison, « Blasket Literature », Irish University Review, vol. xxxi.2, automne / hiver 2001, (...)

The term « Blasket Literature » is used quite glibly to describe one of the most interesting literary and publishing phenomena in the whole corpus of literature produced in Ireland. During the years covered by the Blasket books the islands never had a population of more than about one hundred and sixty persons […]. Yet three major works of autobiography were produced from that community along with other related and ancillary works. These all in their turn have resulted in a veritable avalanche of writing, mostly in Irish, from the West Kerry Gaeltacht 20.

  • 21 Le lecteur pourra consulter la première partie de la bibliographie chronologique située à la fin d (...)

11Les trois œuvres-sources auxquelles il est fait référence ici, et sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir, sont An tOileánach / The Islandman (1929) de Tomás Ó Criomhthain [Thomas O’Crohan], Fiche Blian ag Fas / Twenty Years a Growing (1933) de Muiris O’Suilleabhain [Maurice O’Sullivan] et Peig (1936) de Peig Sayers, qui ont généré une production autobiographique sans équivalent en Europe, et encore vivace actuellement 21.

12Comme le fait observer Terence Brown, la liste des autobiographes « littéraires » du xxe siècle irlandais est absolument prestigieuse :

  • 22 Terence Brown, « Literary Autobiography in Twentieth Century Ireland », in The Genius of Irish Pro (...)

Yeats in 1913 could not have known in how many differing glasses the Irish literary movement to which he was committed would be reflected before it had run its course, […] nor on the fact that through autobiography after autobiography the main and lesser personages of the period would weave their way like characters in a neverending fictional saga. Moore, Yeats, Synge, O’Casey, Edward Martyn, Gogarty, George Russell, Hyde, Lady Gregory, Maud Gonne, Oshorn Bergin, Kuno Meyer, Thomas MacDonagh et alia comprise the dramatis personae of a drama enacted in the memories of a plethora of autobiographers through which, in part, we gain our sense of the period22.

  • 23 Nous invitons le lecteur à se référer aux bibliographies exhaustives situées en fin d’ouvrage.
  • 24 L’expression est de Philippe Lejeune : « Il ne s’agit plus de savoir lequel, de l’autobiographie o (...)

13Il serait plus aisé, semble-t-il, de relever les noms des grands écrivains irlandais qui n’ont pas publié leur autobiographie ou des fragments d’icelle que l’inverse, tant la production autographique irlandaise du xxe siècle est dense et foisonnante ; s’y sont en effet essayées ou consacrées les figures de proue du renouveau littéraire irlandais, tels William Butler Yeats, Lady Gregory et John Millington Synge. Du côté de la prose – ces catégories n’étant pas étanches –, on trouve George Moore, Edith Somerville et Martin Ross, Oliver St John Gogarty, Jim Phelan, Forrest Reid, Elizabeth Bowen, George Buchanan, Frank O’Connor, Flann O’Brien, Aidan Higgins, Robert Harbinson, Antony Cronin ; du côté du théâtre, Sean O’Casey, Lennox Robinson, Denis Johnston, Brendan Behan, Hugh Leonard et bien d’autres ; du côté de la poésie George Russell, Katherine Tynan, Joseph Campbell, Austin Clarke, William Rodgers, Louis MacNeice, Robert Greacen, John Montague, Michael Longley, pour ne citer qu’eux23. Pour tous ces écrivains, on peut véritablement parler de la création d’un « espace autobiographique »24, chaque autobiographie entrant en résonance avec l’ensemble de l’œuvre de chaque auteur – et, bien entendu, avec l’ensemble de toutes les autres œuvres. D’autres écrivains, infiniment plus rares, se distinguent par leur seule autobiographie : c’est le cas de Frank McCourt, qui, avec Angela’s Ashes et ’Tis, a rencontré un succès de librairie sans précédent – et un accueil plus que réservé en Irlande.

14À côté des autobiographies essentiellement « littéraires » figurent les autobiographies de personnalités marquantes de l’histoire et de la vie politique irlandaises, au nombre desquelles A Servant of the Queen (1938) de Maud Gonne MacBride, Falls Memories (1982), Cage Eleven (1990) et Before the Dawn (1997) de Gerry Adams, All in a life (1991) de Garret FitzGerald, ou encore One Day in My Life (1983) de Bobby Sands, et Memoir, my Life and Times (1998) de Conor Cruise O’Brien, deux autobiographies sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir.

  • 25 Josette Hérou, « La traversée autobiographique des siècles », in La littérature autobiographique e (...)
  • 26 Il observe ainsi avec amertume : « I am supposed to be self-portraying myself and I hope I am so d (...)
  • 27 Patrick Kavanagh, « The Main Body », ibid., p. 487.

15Il semble que l’autobiographie irlandaise ait tardé à rejoindre l’autobiographie européenne dans son mouvement d’émancipation. En effet, en Europe au cours du xxe siècle, la vérité objective constitue de moins en moins une priorité, et l’individuation se fait de plus en plus poussée, comme le montre Josette Hérou qui relève « l’humour, l’ironie, la poésie, l’intertextualité [qui] colorent le récit », « la chronologie mise à mal », les oublis et les déformations volontaires, le style déconstruit, et « une langue affranchie des tabous »25. Cette attitude (tardivement) subversive est incarnée en Irlande par Patrick Kavanagh, qui, après avoir publié une autobiographie de facture traditionnelle intitulée The Green Fool (1938) – autobiographie qu’il renie par la suite en la qualifiant de « Stage Irish autobiography » –, s’insurge dans Self-Portrait (1964) contre les conventions de l’autobiographie irlandaise26. Citant un de ses poèmes, il fait l’amer constat suivant : « I understand through all these years / That my difference in their company is an intrusion / That tears at the sentimental clichés » 27. On retrouve cette même rébellion chez Flann O’Brien, qui, comme on le verra, compose avec An Béal Bocht (1941)/ The Poor Mouth (1973) une délectable parodie de l’autobiographie gaélique. La même irrévérence caractérise Sean O’Faolain, dont l’autobiographie, qui porte le titre provocateur de Vive Moi ! (1964), vient bousculer les codes et les conventions de l’autobiographie traditionnelle.

16Si elle finit par rejoindre tardivement le mouvement européen, l’autobiographie irlandaise s’en distingue néanmoins par quatre caractéristiques qui lui sont spécifiques, et qui méritent d’être explicitées ici.

Les spécificités de l’autobiographie irlandaise

17La première de ces caractéristiques est le rôle joué par les événements historiques et culturels irlandais au tournant du xxe siècle. Comme le souligne

18M. Kenneally :

  • 28 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 111. Cette étude est par-ticulièremen (...)

Most of the great twentieth-century literary self-portraits overlap in their reference to major political and social changes which occured in Ireland during the 1890s to the 1920s […] 28.

19David Norris évoque pour sa part les changements politiques galvanisants survenus au cours des deux premières décennies du xxe siècle :

  • 29 David Norris, « Imaginative response versus authority structures », in Cahiers irlandais, 7-8, The (...)

As writers are frequently attracted by the spontaneous release of energy generated in a revolutionary situation, it was inevitable that the events of Easter 1916, the result of a volatile combination of poetical patriotism and slum socialism, should capture the imagination of young men such as O’Connor, O’Faolain and O’Flaherty 29.

20Dans son introduction au chapitre de la Field Day Anthology consacré

21à l’autobiographie, Seamus Deane met l’accent sur le caractère politique

22de l’autobiographie irlandaise, dont il offre une lecture post-coloniale :

  • 30 Seamus Deane, introduction to « Autobiographies and Memoirs, 1890-1988 », p. 380.

All the authors selected are seeking, through personal experience, selfexamination, reconsideration of historical events and circumstances, to identify the other force, the hostile or liberating energy, which made the self come into consciousness and thereby give to existence a pattern or the beginnings of a pattern of explanation. Inevitably, in a colonial or neo-colonial country like Ireland, the forms of “otherness” available are multiple and blatant, so much so that they rarely escape stereotyping. […] Events such as the Easter Rising, the Civil War, the Northern Crisis, are read […] as bright moments of liberation that have within them the darker moments of oppression, radical revelations of the ceaseless discovery and loss of identity and freedom, which is one of the obsessive marks of cultures that have been compelled to inquire into the legitimacy of their own existence by the presence of another culture that is forever foreign and forever intimate30.

  • 31 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 123.

23La seconde caractéristique, qui découle de la première, est le rapport d’identification qui s’établit chez les écrivains irlandais entre la destinée individuelle et la destinée nationale, entre le Soi et la Nation, « an overt equation between self and country »31. Ce phénomène, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, est perceptible dans la structure même des autobiographies irlandaises :

  • 32 Ibid., p. 122.

Because almost all twentieth-century Irish literary autobiographers had their formative or most active years in the dynamic period from the 1890s to the 1920s, their self-portraits acquired structural characteristics that transcend the mere fact of covering the same historical events. Thus, among others, Moore, Yeats, O’Casey, O’Connor and O’Faolain […] turn to the events of recent Irish history as a means of authenticating their present identily. Thus the pattern manifested in these self-portraits is of the individual’s initial optimistic, even idealist perception of Ireland’s future (whether perceived in cultural, social or political terms), his active participation in Irish life to see the realisation of that concept of nation, followed by disillusionment and disappointment in the reality which now confronts him 32.

24À compter du début des années vingt, l’adéquation des destinées individuelle et nationale n’est cependant plus de mise, alors que l’espoir et l’idéalisme cèdent le pas au désillusionnement, et qu’un sentiment d’aliénation se fait de plus en plus prégnant chez les artistes irlandais confrontés à la montée de la bourgeoisie et du catholicisme. Comme l’écrit M. Kenneally,

  • 33 Ibid.

[...] the disillusionment of Moore, Yeats, O’Casey, O’Connor and O’Faolain became a crucial means of structuring the presentation and clarification of their autobiographical identity 33.

  • 34 Taura S. Napier, Seeking a Country, p. 51. Kevin Reilly fait la même observation : « Perhaps all (...)

25La troisième caractéristique spécifique à l’autobiographie irlandaise est l’influence de la tradition orale gaélique. Comme l’observe Taura Napier, « the Irish practice of impromptu public performance […] and the desire to entertain that impels it are echoed throughout Irish autobiography »34. Michael Kenneally fait remonter à la tradition orale la tendance des autobiographes irlandais à l’anecdote. Il suggère cependant une autre explication, à savoir la quantité pléthorique d’informations disponibles sur les premières décennies du xxe siècle en Irlande.

  • 35 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 129.

The effect was to accentuate the claim of personal truth. Thus the revealing anecdote, the biographical sketch, the telling vignette, the accounts of shared beliefs and strong disagreements […] all became a prominent feature of autobiographical writing 35.

  • 36 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 129.

26Il évoque également la nécessité pour tout écrivain irlandais de l’époque de donner à entendre une voix singulière, au milieu d’un concert de témoignages sur cette période cruciale de l’histoire nationale : « Thus in Irish autobiography we find a sophisticated use of innuendo, caricature, gossip, the wisecrack, and the bon mot, all of which contribute to a highly personalised manner of writing »36. Tout en soulignant la conjonction des influences irlandaise et anglo-irlandaise, le critique réaffirme l’apport fondamental de la tradition gaélique en matière de stylistique, de vision du monde et de perception de l’identité :

  • 37 Ibid., p. 129.

Irish autobiographical style is also greatly influenced, of course, by the twin tradition of Gaelic and Anglo-Irish literature, by the Irishman’s much-vaunted ability to take English language and, by stretching and exploring it in new ways, make it very much his own, so that it reflects the creative energies of a suppressed and often displaced people finding imaginative release in both oral and literary expression. […] Thus, the Irish literary tradition, with its marked propensity for hyperbole, the fantastic, the episodic narrative, for invective and vituperation and linguistic self-indulgence, for all manner of wordplay and verbal high jinks, is a distinct inheritance of Irish autobiographical writing, profoundly influencing the way the self is defined and presented37.

27La quatrième caractéristique spécifique à l’autobiographie irlandaise est son caractère majoritairement masculin. Il est frappant de constater à quel point les femmes y sont peu représentées, les rares exceptions ayant tendance à s’effacer ou à s’exclure par le biais d’une écriture détournée, comme le souligne Taura Napier :

  • 38 Taura S. Napier, Seeking a Country, p. 42.

By the term deflected is meant the practice, especially prevalent among women writers, of composing autobiography in which the writer is perpetually present yet not apparently central 38.

  • 39 Et de poursuivre : « In public print, my voice is disciplined by conventions. I know where I am. B (...)
  • 40 Eavan Boland, Object Lessons, The Life of the Woman and the Poet in our Time, Manchester, Carcanet (...)

28Nuala O’Faolain exprime cette difficulté : « I’m very uneasy, trying to find a voice for the personal. I can only persist in trying because of the strength I get from having a public voice […] » 39. En 1995, Eavan Boland publie Object Lessons, The Life of the Woman and the Poet in our Time 40, dont le titre est révélateur. Force est de constater que seules trois femmes figurent dans le chapitre de la Field Day Anthology consacré à l’autobiographie ; une seule d’entre elles, Elizabeth Bowen, est représentée dans cet ouvrage.

Voix communes, voix singulières

29L’approche la plus couramment adoptée pour traiter des autobiographies irlandaises est l’approche biographique et historique, qui consiste principalement à vérifier la véracité des faits et la fidélité à l’Histoire. Michael Kenneally en dénonce les limites, et propose de lui substituer une lecture « plus vitale, plus sensible et plus éclairante » :

  • 41 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 121.

A much more vital, sensitive and illuminating perception of autobiographical identity results from reading the text as a coherent literary construct which, through strategies of composition and expression, yields possible conduits to that ineffable centre where individuating rhythms of consciousness shimmer and vibrate41.

  • 42 Frédéric Regard en offre une excellente synthèse dans « Géotobiographies », in L’Autobiographie li (...)
  • 43 Parmi les écrits majeurs de Georges Gusdorf, nous retiendrons La Découverte de Soi, Paris, PUF, 19 (...)
  • 44 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, (U2), 1971 ; Le Pacte autobiogr (...)
  • 45 James Olney, Metaphors of Self : The Meaning of Autobiography, Princeton, Princeton University Pre (...)
  • 46 Paul de Man, « Autobiography as De-facement », in The Rhetoric of Romanticism, New York, Columbia (...)
  • 47 On pourra consulter la remarquable analyse proposée par Robert Ferrieux, « L’autobiographie et la (...)

30Dans cet esprit, plusieurs types d’approche étaient envisageables42 : l’approche anthropologique de Georges Gusdorf43, l’approche littéraire de Philippe Lejeune44, l’approche métaphorique de James Olney45, ou encore l’approche postmoderne de Paul de Man46. Sans en négliger aucune, et sans pour autant nous désintéresser des questionnements traditionnels ayant trait à l’identité du sujet, au temps, à la mémoire, à la vérité ou à la sincérité47, nous avons décidé d’aborder notre champ d’étude sous l’angle du singulier et du commun, en choisissant de mettre en perspective les voix « communes » et les voix « singulières ».

  • 48 Henri Meschonnic, « Le théâtre dans la voix », in Penser la Voix, Gérard Dessons (éd.), Poitiers, (...)
  • 49 Cf. l’analyse de Jean-Patrice Courtois, « Deux registres, une méthode : le regard et la voix dans (...)
  • 50 Cf. Christine Planté, « Ce qu’on entend dans la voix », Ibid., p. 94.
  • 51 Maryvonne Boisseau, « Voix et langues en Irlande », in Voix et Langues dans la littérature irlanda (...)

31Pour ce faire, nous avions retenu l’acception de la voix que propose Henri Meschonnic : « La voix est un sens. […]. Le sens de l’affect le plus grand qui soit, dans toutes ses variations, l’affect de dire le vivre » 48. Elle est ainsi à la fois « support du lien social »49 et « figure privilégiée du propre singulier » 50. Comme l’écrit Maryvonne Boisseau, la voix est « langue-corps, parole individuelle prise dans l’histoire d’une société dans laquelle on s’intègre ou dont on se détache » ; elle est aussi « ce qui rassemble les sujets, […] reliant physiquement l’expérience individuelle à un vécu communautaire partagé. Elle infiltre l’écriture, s’imprime, se démultiplie […] révélant à la fois l’intime et le social » 51.

32Est « commun » ce qui appartient à un groupe, ce qui se fait en accord, concerne le plus grand nombre : en ce sens, nous entendrons voix « communes » au sens de voix collectives, expression de la communauté. Mais est également « commun » ce qui, adopté par le groupe, est considéré comme dépourvu de toute distinction, vulgaire ou banal : on s’intéressera par conséquent aux phénomènes de ressassement et de conformité. À l’autre pôle de cette problématique, est « singulier » ce qui concerne un seul individu, qui se distingue des autres par des caractères particuliers que l’on remarque, ou bien affecte d’être différent des autres, excitant l’étonnement par des traits peu communs. La voix singulière est ainsi celle qui exprime ou cherche à exprimer une individualité le plus souvent en rupture avec les codes de la communauté.

  • 52 C’est cette singularité que relève Paul Ricœur lorsqu’il présente la dialectique de la concordance (...)
  • 53 Damien Zanone, L’Autobiographie, Paris, Ellipses, 1996, p. 69.
  • 54 François-René de Châteaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard (Pléiade), 1951, p. 819.
  • 55 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, p. 190.
  • 56 Karl Weintraub, The Value of the Individual. Self and Circumstance in Autobiography. Chicago, Univ (...)

33Il est clair que la perspective ainsi définie remet en question certaines conceptions de l’autobiographie qui voient dans ce genre l’expression de la singularité par excellence. En effet, en tant qu’art solitaire et introspectif, exercice d’exploration et d’expression de la subjectivité, l’autobiographie a souvent été assimilée à l’image de la « Maison du moi », monument à un soi égotique et coupé du monde. Dans sa constante référence au sujet, son impératif de recherche d’identité individuelle et de cohérence intérieure, l’autobiographie, instrument du « connais-toi toi-même », donnerait ainsi à entendre une voix singulière au double sens de singularis : « solitaire » et « qui concerne un seul » 52. Or, comme l’énonce Damien Zanone, « l’étude de soi que mènent les autobiographes les oblige à considérer leur “moi” dans ses rapports au monde et au temps »53. L’individu ne peut plus se concevoir comme une entité isolée, « renfermant en soi un monde à part »54, comme l’écrit Châteaubriand, mais comme un être en constante interaction avec un milieu familial, social, ethnique, religieux, politique, culturel, intellectuel, artistique, idéologique, en ouverture sur le monde des choses, des idées, des valeurs, des personnes. Paul Ricœur le rappelle : « Les histoires vécues des uns sont enchevêtrées dans les histoires des autres » 55. En d’autres termes, comme l’affirme Karl Weintraub, « History of self and history of a world are inextricably linked »56.

  • 57 Damien Zanone, L’autobiographie…, p. 57.

34« L’autobiographie assume sans ironie, pour chaque individu, la possibilité d’un discours sur soi où il inscrit, à sa mesure, sa part de sécession par rapport au monde 57 », observe Damien Zanone. Il apparaît clairement dans l’autobiographie irlandaise que le rapport du soi au monde et à son milieu peut aller de la convergence (de la symbiose, de la communion, ou de la fusion) – l’individu se faisant alors le porte-parole de la communauté à laquelle il appartient, comme Thomas O’Crohan dans The Islandman (1937), ou Peig Sayers dans Peig (1974) –, à la divergence délibérée ou subie (à la rupture, à la séparativité, ou au rejet), l’individu se retirant dans sa tour d’ivoire pour donner à entendre une voix critique et revendiquer sa singularité. Dans Vive Moi ! Sean O’Faolain revendique ainsi une identité singulière qui se distingue activement de l’identité communautaire et met au jour des divergences ou des ruptures fondamentales avec l’héritage personnel et l’héritage commun (l’histoire nationale, la société irlandaise). Comme l’écrit fort justement David Norris :

  • 58 David Norris, « Imaginative response versus authority structures », p. 40.

It is the universal tension between the dynamic and the static, between the accepting respectable members of a conventional society, and the outsider, the individualist, suspect because of his deliberate distance from received opinions, and his questioning either deliberately and directly, or implicitly by his quality of apartness of some of the traditional assumptions by which society believes itself to function 58.

  • 59 Seamus Deane, « Autobiographies and Memoirs, 1890-1988 », p. 381.

35Entre ces deux positions extrêmes toutes les modulations sont possibles, comme en témoigne l’autobiographie irlandaise, qui manifeste de façon aiguë sa singularité à cet égard. En effet, comme l’observe Seamus Deane, l’Irlande a pour spécificité de mêler indissociablement la sphère individuelle et la sphère communautaire (qu’elle soit familiale, sociale ou nationale) : « This is the story of an individual experience that is also a group experience »59. Un trait saillant est l’utilisation que font les autobiographes irlandais de la première personne du pluriel, leur propension à passer du « je » au « nous ». Comme l’explique Michael Kenneally :

  • 60 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination », p. 123-124. Dans « The political unconsci (...)

This perception of a special relationship between self and nation, the tendency to explore and define oneself in terms of patriotic values and national goals, to equate one’s development with national destiny provides the central structural metaphor of twentieth-century Irish literary autobiographies. […] Thus by linking personal identity with Ireland’s quest for liberation and national fulfilment, each cultural nationalist, language revivalist, political patriot, could create metaphors of the self commensurate with aspirations and perceptions of identity. Even more important, the evocation of myths associated with Irish nationhood could confirm one’s present alienation from Irish society, one’s current role of outsider […]60.

  • 61 Paul Ricœur, « L’énonciation et le sujet parlant », Soi-même comme un autre, p. 65

36Quelles que soient la nature et l’intensité de son rapport à la communauté, le soi n’en demeure pas moins « centre de perspective singulier sur le monde 61 », selon les termes de Paul Ricœur : à l’image de la Maison de la Fiction érigée par Henry James, la « maison de l’autobiographie » serait percée d’autant d’ouvertures singulières,

  • 62 « They have this mark of their own that at each of them stands a figure with a pair of eyes, or at (...)

[…] not one window, but a million […] one of which has been pierced, or is still pierceable, in its vast front, by the need of the individual vision and by the pressure of the individual will 62.

37Dans « Géotobiographies », Frédéric Regard établit le constat suivant :

  • 63 Frédéric Regard, « Géotobiographies… », p. 12.

38On s’est abondamment préoccupé de l’autobiographie dans son rapport avec l’origine du sujet, avec son histoire, mais jamais véritablement des modalités spatiales de la construction du soi63.

  • 64 Le sommaire de The Rocky Road to Dublin est éclairant à cet égard : « School », « Confession », « (...)
  • 65 Frédéric Regard, « Géotobiographies… », p. 15.

39Sur ses traces, et dans la lignée des préoccupations énoncées plus haut, cet ouvrage se propose également d’explorer les lieux singuliers et les lieux communs de l’autobiographie irlandaise, en adoptant une triple approche : géographique (en analysant les rapports entre Irlande rurale et Irlande urbaine, Est et Ouest, Irlande du Sud et Irlande du Nord, terre natale et ailleurs de l’exil), topologique (en explorant les changements de lieux, les récurrences de lieux spécifiques, les lieux initiaux et terminaux, et surtout les passages obligés et les lieux communs du récit de soi-même [naissance, premiers souvenirs, premières lectures, éveil des sens, etc.] et de l’autobiographie irlandaise 64 [première confession, alcoolisme, pauvreté, rapports conflictuels au père, etc.], et enfin tropologique (en étudiant les figures métaphoriques et symboliques, libres ou imposées, les phénomènes de conformité aux codes ou, au contraire, leur subversion, le détournement des modèles dominants dans une volonté d’inscrire, selon les termes de Frédéric Regard, « une résistance à l’assignation à résidence »65.

Explorations

40Pour mener à bien ce projet, dix-huit œuvres particulièrement représentatives ont été choisies et confiées à des spécialistes de l’histoire, de la philosophie et de la littérature irlandaises. Il était incontournable de se pencher sur le phénomène que représentent la naissance et l’expansion au cours du xxe siècle de l’autobiographie gaélique en général, et de celle des Îles Blasket en particulier. À partir d’une relecture de An tOileanach / The Islandman de Tomás Ó Criomhthain (1929), Peig et Machtnamh Seana-Mhná /

41An Old Woman’s Reflections de Peig Sayers (1936 et 1939), et Fiche Blian ag Fas / Twenty Years a Growing de Muiris O’Suilleabhain (1933), Ciaran Ross remet en cause le statut idéologique du récit autobiographique des Îles Blasket et le pacte de vérité sur lequel tout l’édifice de la littérature des Îles semble reposer. Analysant la fonction rhétorique et idéologique du discours du « je », il démontre que la voix autobiographique des Blasket n’est pas simplement une voix dite « collective » ou « communautaire », et fait la part du discours nationaliste culturel ambiant des années vingt et trente. Selon lui, le discours autobiographique pourrait se comprendre comme une instrumentalisation du « je » (de l’histoire personnelle) afin de produire l’image d’un discours exemplaire, exceptionnel et « original », l’originalité n’étant autre que la reproduction fidèle de ses propres origines. Revenant sur la construction historique et discursive du sujet-auteur des Îles Blasket, Ciaran Ross aborde ici deux aspects particuliers de son « mythe », en l’occurrence, le double rapport avec la langue et la voix.

42Ces préoccupations rejoignent celles du lecteur d’autobiographies politiques. Au nombre de celles-ci, nous avons retenu l’œuvre inclassable de Sean O’Casey et les autobiographies de Brendan Behan, de Bobby Sands et de Conor Cruise O’Brien. Les six volumes de l’autobiographie d’O’Casey furent publiées entre 1939 et 1954, puis regroupés sous le titre Mirror in My House : The Autobiographies of Sean O’Casey, en 1956. Drums under the Window (1945) est sans doute le plus célèbre des six volumes ; il reçut néanmoins un accueil mitigé, probablement lié aux prises de position politiques de son auteur. Alexandra Poulain propose ici une lecture du chapitre central des Autobiographies, dernier chapitre du troisième volume, intitulé « The Bold Fenian Man », qui relate les événements de Pâques 1916. En étudiant d’abord les masques du personnage de Sean (prophète de malheur, anti-héros grotesque, témoin compatissant), puis les ambiguïtés d’une voix narrative ventriloque qui laisse parler d’autres voix, (voix du peuple, voix allégoriques de l’Irlande à l’heure du sacrifice). elle examine les interactions entre histoire individuelle et histoire de la nation irlandaise, et la manière dont O’Casey renouvelle le genre autobiographique en faisant la part belle au devenir collectif.

43De son côté, Anne Goarzin étudie Borstal Boy (1958) non pour son côté scandaleux (dû essentiellement au langage vert, aux dénonciations de l’Église catholique ou des mœurs violentes de la prison), mais en raison de la dynamique d’un texte défini par Colbert Kearney comme « a work of creative autobiography ». Borstal Boy est en effet une œuvre complexe en dépit des apparences : le récit des trois années passées par Behan dans une institution carcérale pour mineurs en Angleterre, après qu’il ait été jugé pour ses activités terroristes pour le compte de l’IRA, soulève en effet des questions concernant le statut de l’auteur autobiographe, et met en cause son orientation politique et sa tendance à la glorification de la cause républicaine. Cependant ce texte, qui est le résultat d’un processus d’écriture initié dès les années quarante, est aussi le témoin d’une évolution de la pensée politique radicale de Behan. Soumise à des crises identitaires et constamment réévaluée dans ce milieu carcéral hostile, la voix militante de Behan est entraînée dans le flot des voix hybrides des autres prisonniers, s’enrichissant de leurs particularismes, jusqu’à devenir impersonnelle, à la fois éminemment singulière et multiple.

44Même s’il appartient au même sous-genre de l’autobiographie de prison, le témoignage de Bobby Sands, publié vingt-cinq années plus tard est très différent. One Day in My Life est le récit de l’expérience carcérale vécue par Bobby Sands, prisonnier de l’IRA détenu dans la prison de Long Kesh dans les années soixante-dix. Dans ce « journal », Sands raconte une journée comme toutes celles que ses codétenus républicains et lui-même connurent pendant la grève de l’hygiène qui dura de 1976 à 1980. Comme le montre Agnès Maillot, Sands comprime son récit dans l’espace et dans le temps, utilisant la première personne non pour individualiser son récit mais pour lui donner au contraire une valeur universelle. Il raconte l’ennui, la violence, la douleur, la solitude, mais aussi son combat politique et sa détermination à poursuivre un mouvement qui le mènera à la grève de la faim et à la mort, le 5 avril 1981 : à travers le genre autobiographique, c’est avant tout un témoignage politique que livre Sands à titre posthume. « Les autobiographies politiques se partagent entre les récits de vie qui inscrivent leur auteur dans un grand mouvement collectif et les affirmations d’un destin individuel unique qui distingue son auteur de la masse » écrit Maurice Goldring.

45Conor Cruise O’Brien appartient au second groupe. Il insiste en effet sur ce qui le sépare des grands mouvements irlandais : nationalisme et religion, sur son éducation singulière qui lui a permis un recul et une lucidité sur son pays. Mais, comme le démontre Maurice Goldring, cette mise en lumière et cette mise en scène d’un destin individuel font aussi partie d’une stratégie consciente de conquête d’influence et de pouvoir.

46Si la mise en scène d’un destin singulier semble également présider à la conception et à la composition de l’immense majorité des autobiographies littéraires, il est manifestement besoin de nuancer. Un des meilleurs exemples est sans doute l’Autobiographie de William Carleton, qui, comme le montre Claude Fierobe, repose sur deux piliers : « l’ancrage paysan et la personnalité exceptionnelle du protagoniste, un échange permanent et fécond s’opérant entre ces deux facteurs de cohésion ». Interrompue à la mort de son auteur en 1868 (elle s’arrête en 1828), complétée et publiée en 1896 par D.J. O’Donoghue, cette autobiographie constitue un témoignage unique sur la vie de la communauté catholique rurale irlandaise au début du xixe siècle ; elle est en ce sens indissociable de Traits and Stories of the Irish Peasantry. Cependant, tout en étant l’historien d’un mode de vie en voie de disparition, Carleton refuse de s’identifier à celui-ci, privilégiant le pôle du singulier et l’orgueil de l’écriture.

47Composée entre 1916 et 1938, l’Autobiographie de W.B. Yeats est une œuvre tout aussi incontournable. Comme le montre Jacqueline Genet, Yeats cristallise son égocentrisme dans une esthétique où style littéraire et style de vie se confondent, Yeats taillant dans son expérience pour en mettre à nu la signification et la coucher par écrit. La théâtralisation explique l’abondance des scènes dramatiques, l’importance du décor, des dialogues, du masque, des métaphores ; la vie du poète devient aussi le point de départ de mythes. La séquence logique du temps, les relations de cause à effet sont parfois escamotées. Dans cette autobiographie modelée par les figures de la rhétorique traditionnelle, l’écriture du moi et de son milieu dessine un schéma qui donne sa cohérence à l’ensemble de l’œuvre poétique et théâtrale.

48Comme l’Autobiographie de William Carleton, The Strings are False, autobiographie de Louis MacNeice publiée en 1965, est une œuvre inachevée. Composée au début de la seconde guerre mondiale, à un moment où le poète traverse une douloureuse crise personnelle, elle fournit un témoignage précieux sur un monde sur le point de disparaître, l’écriture semblant avoir été le préalable à l’engagement politique. L’écriture chez MacNeice est souvent réécriture, comme l’observe Françoise Canon-Roger, qui offre ici une étude comparée d’un poème et d’un passage de l’autobiographie portant sur le même événement, isolant par là même certains traits de l’écriture de MacNeice, et montrant comment le travail de re-création littéraire confère au texte autobiographique un intérêt singulier.

49Autre monde sur le point de disparaître, celui d’Elizabeth Bowen : comme le montre Brigitte Le Juez, pour cet écrivain qui ne sépare jamais identité singulière et identité communautaire, l’autobiographie est un moyen de recomposition d’identité personnelle et sociale ; c’est aussi le moyen de rendre à sa classe, celle des Anglo-Irlandais, sa légitimité historique et politique. À travers trois ouvrages, Bowen’s Court (1942), Seven Winters (1943) et Pictures and Conversations (1975), Bowen revient sur l’histoire de sa famille dans le comté de Cork, sa petite enfance à Dublin et son adolescence en Angleterre. Elle insiste sur le rapport entre expérience personnelle et écriture tout en perpétuant le souvenir d’une communauté en voix d’extinction.

50Autres récits d’enfance et d’adolescence, Angela’s Ashes (1996) et ’Tis (1999) de Frank McCourt ont rencontré un succès populaire international sans précédent, et ont quelque peu mystérieusement propulsé leur auteur (qui, contrairement aux poètes, romanciers et dramaturges qui précèdent, n’a rien écrit d’autre) au sommet de la célébrité littéraire. Étudiant sur toile de fond historique cette saga familiale qui suggère que l’héroïsme ne se situe pas uniquement du côté des grands de ce monde, Bertrand Cardin entreprend ici d’expliquer les raisons du succès de cette œuvre. Pour sa part, Nicole Ollier rapproche ’Tis, A Memoir du sous-genre de l’autobiographie d’immigrant, et montre qu’il n’en manque aucun des ingrédients (rêve américain, départ, traversée, rites initiatiques, nostalgie, remise en cause de l’identité, effondrement du rêve, retour au vieux pays, etc.). Selon elle, cette autobiographie, caractérisée par un humour qui interdit l’apitoiement sur soi, est une œuvre rédemptrice.

51Plus innovatrices, sans nul doute, plus subversives aussi, sont les deux œuvres qui viennent clore cette étude. Comme l’écrit Michael Kenneally :

  • 66 Michael Kenneally poursuit : « Thus, they reflect a deep-seated mistrust of surrendering the detai (...)

Experimental approaches are also indicative of the essential suspicion on the author’s part of the whole epistemology associated with the autobiographical undertaking, an awareness of the distortions inherent in painting a self-portrait with words 66.

52Cette conscience de la distorsion est sans aucun doute le ressort de l’autobiographie fictive écrite par Flann O’Brien, qui accentue la déformation jusqu’à la caricature. Comme le montre Danielle Jacquin, An Béal Bocht / The Poor Mouth repose sur des éléments préformés ou hypotextes tels que l’autobiographie gaélique, avec ses traits de style et de genre, ainsi que, de manière plus large, sur les clichés, les stéréotypes, les idées reçues – c’est à dire autant d’éléments qui sous-tendent la cohésion sociale et fortifient le groupe. Mais le subversif vient envahir cette structure, cette bibliothèque d’origine, sous maintes formes : exagération, ironie, inversion, détournement, grotesque, absurde, sur un mode tantôt discret tantôt tonitruant. Comme l’écrit Danielle Jacquin, « si l’on peut admettre que le non-pertinent, ou plutôt l’impertinent sert le propos du moraliste ou du satiriste, l’étude montrera surtout que l’acte ludique de re-création auquel se livre Myles noie le réel, minimise le référentiel pour proposer au lecteur de goûter aux délices de la construction discursive ».

53À partir d’un article de Sean O’Faolain publié vers la fin de sa vie et intitulé « A Portrait of the Artist as an Old Man », Christelle Chaussinand montre la façon dont l’auteur rompt avec une tradition autobiographique irlandaise dans laquelle la voix singulière s’exprime au nom de la voix de la communauté : elle analyse la manière dont les écrits autobiographiques d’O’Faolain consacrent l’avènement de la voix unique de l’écrivain, soucieux de construire son identité en la distinguant de l’identité communautaire, c’est-à-dire en soulignant les divergences ou les ruptures fondamentales avec l’héritage familial et l’héritage commun, réunis dans la triade « Family, Fatherland and Faith ». Toutefois, en dépit de sa singularité, la voix d’O’Faolain n’échappe pas à un dialogue avec d’autres voix, en particulier celles qu’il a initialement tenté de rejeter. Ce dialogue ou, plus précisément cette « intervocalité », explique les inflexions et dissonances de la voix d’O’Faolain au sein du corpus de ses écrits autobiographiques. « I did frequently ask myself whether it is possible for a man of letters to write a completely unequivocal autobiography, and the answer that came to my lips was always, No ! »

54L’impossibilité d’écrire une autobiographie univoque : tel est probablement le constat qui s’impose au terme de l’exploration de ces œuvres, où les voix singulières ne se distinguent, consciemment ou non, artificiellement ou non, du chœur des voix communes que pour mieux les donner à entendre. Tout comme Louis MacNeice s’interrogeait : « Maybe, if I look back, I shall find that my life is not just mine, that it mirrors the lives of the others – or shall I say the Life of the Other ? », on serait tenté d’écrire « Si j’écoute avec attention, je me rendrai peut-être compte que ma voix n’est pas seulement ma voix, mais qu’elle fait écho à la voix des autres – ou peut-être à la voix de l’Autre ? ». Comme l’écrit Taura Napier,

  • 67 Taura Napier, « The Mosaic “I” : Mary Colum and Modern Irish Autobiography », Irish University Rev (...)

The community of voices that results from this pluralising does not obscure or absorb the autobiographer’s own voice, but instead reflects it, infusing [his] single subjectivity with alternate, even opposing, possibilities 67.

55Dans la dernière étude de cet ouvrage, Christelle Chaussinand établit une distinction entre voix rhapsodique, « voix singulière qui se fait l’écho d’une tradition et d’une culture commune », et voix concertante, « voix singulière caractérisée par un échange ou un dialogue entre plusieurs plans sonores, vocaux ou instrumentaux ». Plurivoque, l’autobiographie irlandaise décline la gamme des voix, du rhapsodique au concertant, dans une volonté commune, énoncée par Sean O’Faolain, d’universaliser le singulier par l’écriture,

  • 68 Sean O’Faolain, Vive Moi !, p. 175.

trying to universalize the data I had in my body experienced locally 68.

Notes

1 Seamus Deane (éd.), « Autobiographies and Memoirs, 1890-1988 », in The Field Day Anthology of Irish Writing, vol. III, Derry, Field Day Publications, 1991.

2 Taura S. Napier (éd.), Seeking a Country. Literary autobiographies of twentieth-century Irishwomen, Lanham, University Press of America, 2000.

3 Frank Ormsby (éd.), Northern Windows : an anthology of Ulster autobiography, Belfast, Blackstaff Press, 1987.

4 Le numéro 13 de The Irish Review intitulé Autobiography as Criticism, consacre six articles à l’autobiographie irlandaise. The Irish Review, Kevin Barry et al. (éd.), hiver 1992-1993, p. 1-92.

5 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 14.

6 Sur ces distinctions de genre, on pourra consulter avec profit « L’autobiographie, genre littéraire », première partie du remarquable ouvrage dirigé par Robert Ferrieux, La Littérature autobiographique en Grande-Bretagne et en Irlande, Paris, Ellipses, 2001, p. 23-70.

7 Comme le précise Georges Gusdorf, « l’autobiographie se réalise sur la mode du révolu ; elle consiste à dire qui je fus ; à la différence du journal intime, elle se situe à terme échu », Lignes de vie II, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 461.

8 À cet égard, il importe de signaler que les titres des œuvres peuvent s’avérer trompeurs, car à la différence du terme français, le mot anglais « memoirs » recouvre en partie la défi¬nition de l’autobiographie. Le Collins English Dictionary donne en effet du terme anglais la définition suivante : « a collection of reminiscences about a period, series of events, etc., written from personal experience or special sources ; an autobiographical record. »

9 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination and Irish literary autobiographies », in Critical Approaches to Anglo-Irish Literature, Michael Allen, Angela Wilcox (éd.), Irish Literary Studies 29, Gerrards Cross, Colin Smythe, 1989, p. 113.

10 Ibid., p. 114.

11 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination [], p. 113-114.

12 Les Confessions de saint Patrick furent rédigées en latin vers le milieu du ve siècle, puis traduites en anglais. La traduction de Ludwig Bieler figure dans The Steadfast Man : A Life of St. Patrick de Paul Gallico, Londres, M. Joseph, 1959, p. 207-224. Kevin P. Reilly étudie l’influence des Confessions de saint Patrick sur la littérature irlandaise dans « Irish Literary Autobiography : The Goddesses that poets dream of », Eire-Ireland : an Interdisciplinary Journal of Irish Studies, Morristown, The Irish American cultural Institute, 1981, 3, p. 59-62.

13 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, Œuvres Complètes, I, Paris, Gallimard (Pléiade), 1959.

14 Kevin P. Reilly, « Irish Literary Autobiography… », p. 61.

15 Les titres complets sont : Memoirs of the Right Honorable the Marquis of Clanricarde, Lord Deputy General of Ireland, containing several original letters and papers of King Charles II, Queen Mother, the Duke of York, the Duke of Lorrain, relating to the treaty between the Duke of Lorrain and the Irish Commissioners, from February 1650, to August 1653 ; The Memoir’s of James Lord Audley, Earl of Castlehaven, his engagement and carriage in the wars of Ireland from the year 1642 to the year 1651. Written by himself.

16 Le titre complet est savoureux : The Genuine Memoirs of Miss Faulkner, Otherwise Mrs D***L**N, or, Countess of H*****X, In Expectancy. Containing The Amours and intrigues of Several Persons of High Distinction and Remarkable Characters : With Some Curious Political Anecdotes, Never Before Published. With an advertisement and disclaimer from the publisher. Dans « Look who’s talking : Scandalous Memoirs and the Performance of Gender », Siobhan Kilfeather étudie cinq de ces pseudo-autobiographies : The Case of Mrs Clive, Submitted to the Publick (1744); An Apology for the Life of George Anne Bel¬lamy, Late of Covent Garden Theatre. Written by herself (1785), The Genuine Memoirs of Miss Faulkner […] (1770); The Memoirs of Mrs Margaret Leeson, Written By Herself ; in which are given Anecdotes, sketches of the Lives and Bons Mots of some of the Most Cele¬brated Characters in Great Britain and Ireland, particularly of all the Filles des Joys and men of Gallantry which have usually frequented her Citherean temple for these Thirty Years Past (1797); Memoirs of the Celebrated Mrs.Woffington. Interspersed with Several Theatrical Anecdotes ; The amours of Many Persons of the First Rank ; and Some Interest¬ing Characters drawn from real LIFE (1760), The Irish Review, 13, p. 40-49.

17 The Autobiography and Correspondence of Mary Granville, Mrs. Delany : with interesting reminiscences of King George the Third and Queen Charlotte. Edited by the Right Honourable Lady Llanover. With plates, including portraits, 1861.

18 Cf. « Male Autobiography and Irish Cultural Nationalism : John Mitchel and James Clarence Mangan », The Irish Review 13, p. 70-77. Comme l’observe Sean Ryder, « in its presentation of the lives of national “heroes”, the genre produces inspirational, idealized versions of national subjectivity, linking the life of the individual with the larger political collective which nationalism aims to establish. […]. It displays a number of those tropes which make up, in Benedict Anderson phrase, the symbolic grammar which organises nationalist imaginings and later becomes institutionalised in postcolonial states. », p. 71.

19 Theodore Wolfe Tone, Memoirs. Comprising a complete journal of his negotiations to procure the aid of the French for the liberation of Ireland, with selections from his diary whilst agent to the Irish Catholics (1827), publiés pour la première fois aux États-Unis par son fils en 1862. Declan Kiberd leur consacre un chapitre de Irish Classics, Londres, Granta, 2001, p. 221-242.

20 Alan Harrison, « Blasket Literature », Irish University Review, vol. xxxi.2, automne / hiver 2001, p. 488.

21 Le lecteur pourra consulter la première partie de la bibliographie chronologique située à la fin de cet ouvrage.

22 Terence Brown, « Literary Autobiography in Twentieth Century Ireland », in The Genius of Irish Prose, Augustine Martin (éd.), Cork, Mercier, 1984, p. 89.

23 Nous invitons le lecteur à se référer aux bibliographies exhaustives situées en fin d’ouvrage.

24 L’expression est de Philippe Lejeune : « Il ne s’agit plus de savoir lequel, de l’autobiographie ou du roman serait le plus vrai. Ni l’un ni l’autre ; à l’autobiographie, manqueront la complexité, l’amibiguïté, etc. ; au roman, l’exactitude ; ce serait donc : l’un plus l’autre ? Plutôt : l’un par rapport à l’autre. Ce qui devient révélateur, c’est l’espace dans lequel s’inscrivent les deux catégories de textes, et qui n’est réductible à aucune des deux. Cet effet de relief obtenu par ce procédé, c’est la création, pour le lecteur, d’un “espace autobiographique”. » Le Pacte autobiographique, p. 42.

25 Josette Hérou, « La traversée autobiographique des siècles », in La littérature autobiographique en Grande-Bretagne et en Irlande, p. 19.

26 Il observe ainsi avec amertume : « I am supposed to be self-portraying myself and I hope I am so doing. I can tell all about my background and upbringing without being very original. And it is there the lie comes in. I would have to show that my background and my childhood adventures were out of the common. […] my childhood experience was the usual barbaric life of the Irish country poor. » Field Day Anthology, p. 484.

27 Patrick Kavanagh, « The Main Body », ibid., p. 487.

28 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 111. Cette étude est par-ticulièrement éclairante, et nous lui devons une partie de l’analyse qui suit.

29 David Norris, « Imaginative response versus authority structures », in Cahiers irlandais, 7-8, The Irish Short Story, Patrick Rafroidi, Terence Brown (éd.), 1979, p. 41.

30 Seamus Deane, introduction to « Autobiographies and Memoirs, 1890-1988 », p. 380.

31 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 123.

32 Ibid., p. 122.

33 Ibid.

34 Taura S. Napier, Seeking a Country, p. 51. Kevin Reilly fait la même observation : « Perhaps all fiction tends toward the autobiographical, but the very strong tendency in Ireland is partly explained, I think, by the reliance of Irish novelists and short story writers upon the proverbial liveliness of Irish speech, always all around them, to charm their readers and to embody important aspects of Irish identity. Whatever the implications for theories of fiction, the Irish love of engaging talk must be one trait that lies behind the modern Irish penchant for autobiography. » Cf. « Irish Literary Autobiography… », p. 59.

35 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 129.

36 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 129.

37 Ibid., p. 129.

38 Taura S. Napier, Seeking a Country, p. 42.

39 Et de poursuivre : « In public print, my voice is disciplined by conventions. I know where I am. But I feel that utterance, in my personal life, was nearly always not right. », Nuala O’Faolain, Are You Somebody ?, Dublin, New Island Books, 1996, p. 9-10.

40 Eavan Boland, Object Lessons, The Life of the Woman and the Poet in our Time, Manchester, Carcanet Press, 1995.

41 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination… », p. 121.

42 Frédéric Regard en offre une excellente synthèse dans « Géotobiographies », in L’Autobiographie littéraire en Angleterre (xviie-xxe siècles), Géographies du soi, Frédéric Regard (éd.), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2000, p. 11-33.

43 Parmi les écrits majeurs de Georges Gusdorf, nous retiendrons La Découverte de Soi, Paris, PUF, 1948 ; Mémoire et Personne, Paris, PUF, 1951 ; « De l’autobiographie initiatique à l’autobiographie genre littéraire », Revue d’Histoire Littéraire de la France, LXXV, 1975, p. 957-994 ; Lignes de vie I : les Écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991 ; Lignes de vie II : Auto-bio-graphie, Paris, Odile Jacob, 1991.

44 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, (U2), 1971 ; Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975 ; Je est un autre, Paris, Seuil, 1980 ; Les Brouillons de soi, Paris, Seuil, 1988 ; Pour l’autobiographie, Paris, Seuil, 1998.

45 James Olney, Metaphors of Self : The Meaning of Autobiography, Princeton, Princeton University Press, 1972. À noter deux excellents articles, « Autobiography and the Cultural Moment : A Thematic, Historical and Bibliographical Introduction », et « Some Versions of memory / Some Versions of Bios : The Ontology of Autobiography », publiés dans Autobiography, Essays Theoretical and Critical, James Olney (éd.), Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 3-27 et 236-267.

46 Paul de Man, « Autobiography as De-facement », in The Rhetoric of Romanticism, New York, Columbia University Press, 1979 ; « Semiology and Rhetoric », in Allegories of Reading, New Haven, Yale University Press, 1979.

47 On pourra consulter la remarquable analyse proposée par Robert Ferrieux, « L’autobiographie et la personne », in La Littérature autobiographique en Grande-Bretagne et en Irlande, p. 71-127.

48 Henri Meschonnic, « Le théâtre dans la voix », in Penser la Voix, Gérard Dessons (éd.), Poitiers, La Licorne, 1997, p. 25.

49 Cf. l’analyse de Jean-Patrice Courtois, « Deux registres, une méthode : le regard et la voix dans le tableau de Paris de L. S. Mercier », Ibid., p. 150.

50 Cf. Christine Planté, « Ce qu’on entend dans la voix », Ibid., p. 94.

51 Maryvonne Boisseau, « Voix et langues en Irlande », in Voix et Langues dans la littérature irlandaise, Anne Goarzin et Stéphane Jousni (éd.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 22.

52 C’est cette singularité que relève Paul Ricœur lorsqu’il présente la dialectique de la concordance et de la discordance : « […] selon la ligne de concordance, le personnage tire sa singularité de l’unité de vie considérée comme la totalité temporelle elle-même singulière qui le distingue de tout autre. Selon la ligne de discordance, cette totalité temporelle est menacée par l’effet de rupture des événements imprévisibles qui la ponctuent ; la synthèse concordante-discordante fait que la contingence de l’événement contribue à la nécessité en quelque sorte rétroactive de l’histoire d’une vie à quoi s’égale l’identité du personnage. » Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 175.

53 Damien Zanone, L’Autobiographie, Paris, Ellipses, 1996, p. 69.

54 François-René de Châteaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard (Pléiade), 1951, p. 819.

55 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, p. 190.

56 Karl Weintraub, The Value of the Individual. Self and Circumstance in Autobiography. Chicago, University of Chicago Press, 1987, p. 32.

57 Damien Zanone, L’autobiographie…, p. 57.

58 David Norris, « Imaginative response versus authority structures », p. 40.

59 Seamus Deane, « Autobiographies and Memoirs, 1890-1988 », p. 381.

60 Michael Kenneally, « The autobiographical imagination », p. 123-124. Dans « The political unconscious in the autobiographicial writings of Patrick Kavanagh », Eamonn Hughes écrit au contraire : « The writing of autobiography is an act of the political unconscious, a refusal to accept the identity between the state, the nation, society, culture and the individual by which both Nationalism and Unionism seek to repress the political unconscious. », Critic Approaches to Anglo-Irish Literature, p. 105.

61 Paul Ricœur, « L’énonciation et le sujet parlant », Soi-même comme un autre, p. 65

62 « They have this mark of their own that at each of them stands a figure with a pair of eyes, or at least with a field-glass, which forms, again and again, for observation, a unique instrument, insuring to the person making use of it an impression distinct from every other. […] The spreading field, the human scene, is the “choice of subject” ; the pierced aperture, […] is the “literary form” ; but they are, singly or together, as nothing without the posted presence of the watcher – without, in other words, the consciousness of the artist. » Henry James, The Portrait of a Lady, (« Préface »), New York, Norton, 1995, p. 18.

63 Frédéric Regard, « Géotobiographies… », p. 12.

64 Le sommaire de The Rocky Road to Dublin est éclairant à cet égard : « School », « Confession », « His Father », « His Mother », « Reading », « The Sanachies », « In Exile », « Breaking into Literature », « The Wake » etc. Seumas MacManus, The Rocky Road to Dublin, New York, The Devin-Adair Company, 1947.

65 Frédéric Regard, « Géotobiographies… », p. 15.

66 Michael Kenneally poursuit : « Thus, they reflect a deep-seated mistrust of surrendering the details of one’s personal history to the requirements of narrative and form, and are, in fact, repeated efforts to preserve the inviolability of the self from the distortive exigencies of plot and story. » Cf. « The autobiographical imagination… », p. 130.

67 Taura Napier, « The Mosaic “I” : Mary Colum and Modern Irish Autobiography », Irish University Review, vol. xxviii.1 (printemps / été 1998), p. 43.

68 Sean O’Faolain, Vive Moi !, p. 175.

Auteur

Pascale Amiot-Jouenne est maître de conférences à l’Université de Perpignan où elle enseigne la littérature anglaise et irlandaise. Elle est l’auteur d’une thèse consacrée à la poésie d’Austin Clarke et a publié de nombreux articles sur Oscar Wilde, Austin Clarke, Seumas O’Kelly, Seamus Deane, John McGahern et Eiléan Ní Chuilleanáin. Elle a assuré la publication des actes du colloque « Irlande : Insularité, Singularité ? » (Presses Universitaires de Perpignan, 2001 ). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Études Irlandaises.

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540