Version classiqueVersion mobile

Écrivaines irlandaises ∙ Irish Women Writers

 | 
Bertrand Cardin
, 
Sylvie Mikowski

A Myth of One’s Own: Women in Marina Carr’s Plays

Monica Randaccio

Résumé

Dans Transitions : Narratives in Modern Irish Culture, Richard Kearney, à la suite du philosophe français, Paul Ricœur, suggère que les mouvements nationalistes sont presque invariablement mus, à un niveau préconceptuel, par un « noyau mythique ». Pour analyser cette structure idéologique profonde, il nous faut disséquer « les strates d’images et de symboles qui constituent les idéaux de base d’une nation ou d’un groupe national ». Le mythe de la Mère Irlande (motherland), mis en scène avec tant de conviction par Yeats et Lady Gregory dans Cathleen Ni Houlihan, participe de ces « images et symboles ».
Cathleen Ni Houlihan non seulement incarne le mythe primitif celte de la puella senilis (la vieille femme métamorphosée en jeune fille), mais elle subsume l’idéalisation de la femme comme une créature d’une sublime innocence, totalement détachée des contingences de ce monde. Une telle idéalisation de la féminité était destinée à rester presque inchangée jusqu’au XXe siècle.
Toutefois, dans l’Irlande post-coloniale et post-nationale des années 1990, les paramètres définissant la féminité furent remis en cause et la dramaturgie irlandaise reconsidérée. Pour Anna McMullan, si les femmes sont absentes du panthéon national des dramaturges, ce n’est pas parce que les Irlandaises n’écrivent pas de pièces de théâtre, mais parce qu’aucune place ne leur est laissée. Par conséquent, les dramaturges irlandaises contemporaines défient le « canon » et « revendiquent la scène comme un espace où elles peuvent explorer la relation public-privé, politique-personnel, sexualité et genre, selon leurs propres termes. Marina Carr, l’une des plus célèbres dramaturges irlandaises de la jeune génération, exploite dans ses pièces références réalistes et mythiques, visites de créatures d’un autre monde et humour noir. Rejetant les vieux mythes du nationalisme, elle puise son inspiration dans les mythes fondateurs de la civilisation occidentale tels qu’ils sont présentés par les classiques grecs. À partir de vieux paradigmes, Marina Carr donne de nouvelles interprétations de la féminité qui s’avèrent conformes aux préoccupations des féministes. Par exemple, elle déconstruit ce qu’Hélène Cixous appelle la « pensée binaire patriarcale » et ses personnages semblent incarner une économie libidinale masculine et une économie libidinale féminine. Enfin, les protagonistes de Marina Carr illustrent ce que Julia Kristeva appelle la chora, cette pulsion rythmique qui constitue la dimension hétérogène et perturbatrice de la langue.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

In Transitions: Narratives in Modern Irish Culture, Richard Kearney, drawing on the French philosopher Paul Ricœur, suggests that the nationalist movements are almost invariably motivated, at some deep and preconceptual level, by a “mythical-nucleus”. To analyse this ideological deep structure, one has therefore to cut through “the layers of images and symbols which make up the basic ideals of a nation or a national group”1.

The myth of the motherland, which Yeats and Lady Gregory brought so convincingly to the Irish stage in their play Cathleen Ni Houlihan, is certainly among these myths. Yeats and Lady Gregory offered the myth of Mother Ireland as symbolic compensation for the colonial calamities of history. The mythological motherland served as a goddess of sovereignty who, at an imaginary level, might restore a lost national identity by summoning her sons to the sacred rite of renewal through sacrifice. The myth of the motherland would therefore enable the children of Erin to ret...

Auteur

Monica Randaccio est maître de conférences à l’université de Trieste en Italie. Auteure d’une thèse sur les pièces de Brian Friel, Thomas Murphy et Thomas Kilroy, sa recherche porte sur le théâtre irlandais contemporain sur lequel elle a écrit un ouvrage : Il teatro irlandese contemporaneo : soggettività e comunità in Friel, Murphy e Kilroy (Trieste, Parnaso, 2001). Elle a également publié des traductions en italien de The Loves of Cass McGuire de Brian Friel et Observatory de Daragh Carville. Elle a rédigé de nombreux articles sur les pièces de Friel et Murphy, mais également Martin McDonagh ou Conor McPherson. Depuis quelques années, sa recherche s’oriente sur la linguistique, la traductologie et la traduction de pièces de théâtre.

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search