Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrivaines irlandaises ∙ Irish Women Writers

 | 
Bertrand Cardin
, 
Sylvie Mikowski

La littérature ou la vie : Fox, Swallow, Scarecrow d’Éilís Ní Dhuibhne, ou comment être écrivaine dans l’Irlande d’aujourd’hui ?

Chantal Dessaint

Résumé

Dans son dernier roman, Fox, Swallow, Scarecrow, Éilís Ní Dhuibhne dresse un portrait très satirique du Dublin littéraire contemporain. L’héroïne principale, Anna, est une auteure qui s’est spécialisée dans la littérature pour enfants, et qui fait en grande partie dépendre son identité personnelle de cette fonction d’écrivaine. Éilís Ní Dhuibhne dépeint, sans concession pour son héroïne, la conception assez mercantile que cette dernière a de la littérature : Anna n’hésite pas en effet à consulter un site Internet afin d’appliquer des recettes toutes faites qui lui assureraient un triomphe comparable à celui de J. K. Rowling. Ces ambitions littéraires s’effondrent lorsqu’Anna se retrouve « rattrapée par la vie » en tombant amoureuse d’un journaliste et découvre qu’elle est enceinte de lui. Cette histoire adultère sans issue qui semble avoir été pré-écrite (l’allusion à Anna Karénine est évidente dès l’épigraphe au début du roman) l’obligera à opérer une remise en question identitaire et à concevoir autrement sa vie et sa dimension d’écrivaine.
Au-delà de l’apparente dimension sentimentale du roman, c’est bien le statut de l’écrivaine dans l’Irlande contemporaine qui est remis en question dans ce tableau ironique du monde littéraire dublinois. Il conviendra d’étudier alors quelles stratégies Éilís Ní Dhuibhne utilise, dans ce roman (ainsi que dans certaines de ses nouvelles), pour se démarquer d’un discours traditionaliste et patriarcal, tout en expérimentant des formes d’écriture diverses qui, sans revendiquer l’étiquette de féministe, oscillent entre subversion, renoncement et poésie, tout en adoptant une démarche postmoderne où le passé est sans cesse revisité depuis le prisme du présent, notamment par le biais de l’oralité et du réalisme magique.

In her last novel, Fox, Swallow, Scarecrow, Éilís Ní Dhuibhne makes a very satirical portrait of contemporary Dublin’s literary circle. The heroine, Anna, is a writer who has specialised in chick lit and who makes her identity greatly derive from this occupation as a writer. Éilís Ní Dhuibhne adamantly depicts her heroine’s rather mercantile conception of literature: indeed, Anna does not hesitate to browse for a website that would supply her with ready-made writing recipes that would allow her to enjoy a success similar to J. K. Rowling’s. Those literary ambitions go amiss when Anna is “caught up by life”, falls in love with a journalist and discovers she is pregnant by him. This doomed adulterous story that seems to be pre-written (the allusion to Anna Karenina is obvious in the novel’s epigraph) will completely challenge her conception of life, of her identity as well as of her way of writing.
Beyond the apparently sentimental dimension of the novel, it is the status of Irish women writers that is questioned in this ironical picture of a literary world caught up by globalisation issues. It will be thus interesting to study what strategies Éilís Ní Dhuibhne uses in this novel, as in some of her short stories, to differentiate her discourse from a traditional and patriarchal one, while experimenting on various ways of writing which, without availing themselves of feminism, waver between subversion, renunciation and poetry, while adopting a postmodern approach where the past is revisited from the prism of the present, particularly through the means of oral tradition and magic realism.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une correspondance échangée avec Jacqueline Fulmer, Éilís Ní Dhuibhne déplore la pression exercée sur les auteurs féminins chez qui on ne reconnaît pas de dimension artistique :

I perceive a pressure on women to be accessible, to write easy fiction, even to write commercial fiction. I do not think they are expected to be artists, experimenting with form, and if they do so it isn’t noticed, the books are read simply as romantic stories that have gone wrong. In short, women writers of fiction are not regarded as artists, by a lot of people1.

Fox, Swallow, Scarecrow2, le dernier roman d’Éilís Ní Dhuibhne paru en 2007, pourrait être lui-même réduit à une histoire sentimentale avortée. Non seulement parce que le roman traite d’une relation adultère sans issue (l’allusion à Anna Karénine est évidente dès l’épigraphe au début du roman), mais aussi parce que cette œuvre subvertit le genre du roman sentimental et révèle un réel travail sur la forme qui complexifie la trame binaire du roma...

Auteur

Chantal Dessaint est PRAG d’anglais à l’UFR de lettres modernes de l’université Charles-de-Gaulle – Lille 3. Elle est membre de l’équipe de recherche CECILLE (Centre d’études en civilisations, langues et littératures étrangères) de cette université. Le sujet de sa thèse de doctorat est Mémoire et écriture dans les œuvres d’Éilís Ní Dhuibhne et Nuala O’Faolain (université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 2011). Son champ de recherche porte principalement sur tout ce qui touche à la réflexion sur l’histoire, la mémoire, l’autobiographie et l’écriture féminine.

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540