Version classiqueVersion mobile

Écrivaines irlandaises ∙ Irish Women Writers

 | 
Bertrand Cardin
, 
Sylvie Mikowski

Maud Gonne : la pensée mythique et l’écriture de soi

Anne Magny

Résumé

En 1938, Maud Gonne publia son autobiographie, A Servant of the Queen. Ce récit, qui a été critiqué pour ses nombreuses inexactitudes historiques, est cependant digne d’intérêt car représentatif d’un genre autobiographique féminin marqué par une période historique et culturelle particulière : celle de l’Irlande nationaliste de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. L’article cherche à démontrer comment Maud Gonne s’appropria une pensée mythique propre à la naissance du nationalisme irlandais – relation sacrée à la terre d’Irlande, notions d’héroïsme et de sacrifice – pour se forger une destinée d’héroïne irlandaise, et comment et pourquoi son écriture témoigne de cette démarche d’identification entre sa personnalité et le contexte politique dans lequel elle vivait. La conclusion s’interroge alors sur les raisons (pouvoir de certaines institutions culturelles de fournir des modèles identitaires préconstruits, formes d’autoreprésentation disponibles aux femmes à une période donnée) qui poussèrent Maud Gonne à laisser cette image à la postérité, offrant et figeant par son récit l’image d’une femme qui, dans les années 1930, n’était plus qu’un anachronisme.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1938, à l’âge de soixante-douze ans, Maud Gonne publia ce qui devait être le premier tome de son autobiographie, A Servant of the Queen. Dans ce récit qui couvre les trente-cinq premières années de sa vie, elle met en scène une image publique, flamboyante et glorieuse de la jeune femme qu’elle était alors. Pressée d’une part par sa famille et le contexte socioculturel de l’époque de ne pas révéler les détails, parfois scandaleux aux yeux de l’Irlande des années 1930, de sa vie privée, elle choisit aussi délibérément de ne montrer d’elle que l’image d’une vie dramatique et patriotique. La critique universitaire a souvent été sévère à l’égard de cette démarche. Certains articles, intéressés avant tout par le témoignage historique, ont souligné les inexactitudes, les lacunes, les entorses à la réalité dont le récit témoigne1. D’autres ont regretté qu’aucune place ne soit faite à l’introspection, aux conséquences sur sa vie privée de son action publique, à sa relation si complexe ave...

Auteur

Anne Magny est agrégée d’anglais. Enseignante dans le secondaire dans l’académie de Caen, elle a soutenu, en 1995, une thèse intitulée Maud Gonne, réalité et mythe. Analyse d’une présence historique et littéraire (université de Caen Basse-Normandie).

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search