Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrivaines irlandaises ∙ Irish Women Writers

 | 
Bertrand Cardin
, 
Sylvie Mikowski

Identité féminine et combat patriotique : les leçons croisées de The Wild Irish Girl de Sydney Owenson (Lady Morgan)

Cécile Vivier

Résumé

Sydney Owenson (qui ne deviendra Lady Morgan qu’en 1812 par son mariage avec Sir Charles Morgan) fut une figure féminine hors du commun pour son époque et tout au long de sa vie. Encore adolescente, elle quitta le pensionnat pour devenir gouvernante afin de rembourser les dettes de son père. Elle garda son indépendance financière après son mariage, revendiqua toujours le droit, même en tant que femme, d’écrire et de penser librement. Elle mit sa plume au service de la lutte pour l’émancipation catholique et devint même la première femme de lettres à recevoir une pension du gouvernement anglais. Le fait d’être une femme était très important pour Sydney Owenson et elle affirma aussi cette identité dans ses romans. En effet, beaucoup portent comme titre le nom de l’héroïne. C’est le cas notamment d’Ida, Florence Macarthy…
The Wild Irish Girl ne semble pas faire exception à la règle puisque le titre fait référence à l’héroïne, Glorvina. Double fictif de Sydney Owenson, son rôle déterminant dans l’histoire en tant que personnage féminin primordial dans le roman est conforté par la place qui lui est donnée dans le discours.
Le choix de Sydney Owenson de prendre son héros masculin, Horatio Mortimer, comme narrateur semble donc étonnant mais s’explique sociologiquement et historiquement. Cependant, le personnage de Glorvina n’est pas pour autant relégué au plan secondaire puisque Sydney Owenson focalise le discours du narrateur sur l’héroïne et son identité féminine. Enfin, les outils narratologiques permettent de comprendre que l’identité féminine de Glorvina est subordonnée à son identité nationale, ce qui fait d’elle le porte-parole d’une Irlande méconnue, plutôt que le porte-parole de la condition féminine au début du XIXe siècle.

Sydney Owenson (who became Lady Morgan in 1812 when she married Sir Charles Morgan) was an outstanding feminine figure for her time and during her whole life. While she was still a young woman, she left her boarding-school to become a governess so that she could pay back her father’s debts. She kept her financial independency her whole life, even after she was married, and she claimed her right to freely think and write despite her being a woman. She used her writing to serve in the struggle for Catholic emancipation and became the first woman writer to receive a pension from the English government. Being a woman meant a lot to Sydney Owenson and she also asserted this feminine identity in her novels. Indeed, many of them are given names of heroines for titles, like Ida, Florence Macarthy…
The Wild Irish Girl is no exception to this as the title is a reference to the heroine, Glorvina. She is Sydney Owenson’s fictional counterpart and her primary role in the story as the only woman of importance is reinforced by the place she is given in the discourse.
Therefore, Sydney Owenson’s choice to use her male hero, Horatio Mortimer, as the narrator seems surprising but has sociological and historical explanations. However, Glorvina is far from being relegated to a secondary level as Sydney Owenson focuses the narrator’s discourse on the heroine and her feminine identity. Finally, narratological tools will be used to make clear the fact that Glorvina’s feminine identity is in fact subordinated to her national identity, therefore making Glorvina an advocate for a disregarded Ireland rather than an advocate of the feminine condition at the beginning of the 19th century.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

The Wild Irish Girl est l’histoire d’amour entre le fils d’un propriétaire terrien anglo-irlandais, Horatio M-, et une princesse gaélique, Glorvina. Exilé sur les terres de son père pour cause de vie dissolue, Horatio fait la connaissance de Glorvina et de son père, le prince d’Inismore, suite à une chute sur les rochers. Il devient vite un proche de la famille et une histoire d’amour naît entre les deux héros, sur laquelle se greffe l’apprentissage de la langue, de l’histoire et des coutumes de l’Irlande par Horatio. Deux obstacles se dressent cependant : le premier est que si Glorvina et son père doivent vivre en reclus, c’est que le reste des terres qui leur appartiennent a été confisqué par un ancêtre d’Horatio à un ancêtre de Glorvina, et ce après l’avoir tué. Le deuxième obstacle est un admirateur secret de Glorvina qui, ému par son sort, lui propose de se marier avec lui afin de redonner à cette dernière ainsi qu’à son père le rang qui leur revient de droit. La fin du roman d...

Auteur

Cécile Vivier est doctorante à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Sa thèse, commencée en 2009, porte sur deux auteures irlandaises, Lady Morgan et Maria Edgeworth.

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540