Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le processus de création chez les écrivains irlandais contemporains

 | 
Jacqueline Genet
, 
Elizabeth Hellegouarc’h

Biobibliographies

Texte intégral

Seamus HEANEY

Né en 1939 dans le comté de Derry, il fit ses études au collège de St Columb, Derry et à Queen’s University à Belfast où il fut maître de conférences en anglais de 1966 à 1972. A cette époque il passa une année comme maître de conférences associé à l’Université de Californie à Berkeley. Il s’installa dans le comté de Wicklow en 1972 et travailla pendant un certain temps à la télévision comme journaliste indépendant. Il s’installa plus tard à Dublin où il enseigna au collège de Carysfort. Il occupe la chaire de rhétorique et d’éloquence à l’université d’Harvard et depuis 1989 celle de l’université d’Oxford. Il a reçu de nombreux prix et récompenses, parmi lesquels le prix Somerset Maugham (1968), le prix de la Fondation irlandaise d’Amérique (1972), le prix Denis Devlin (1973), le prix Duff Cooper (1975), le prix littéraire W.H. Smith (1976) et le prix Bennett (1982). Il coédita avec Ted Hughes l’anthologie The Rattle Bag (Faber and Faber, 1982). Preoccupation : Selected Prose 1968-1978 (1980) et The Government of the Tongue (1988) furent tous deux publiés par Faber and Faber. The Cure at Troy, sa version de la tragédie de Sophocle Philoctète, fut publié par Field Day et Faber and Faber en 1990. Seamus Heaney a publié douze recueils de poésie chez Faber and Faber : Death of a Naturalist (1966), Door into the Dark (1969), Wintering out (1972), North (1975) Field Work (1979), Selected Poems 1965-1975 (1980), Sweeney Astray : A version from the Irish (1983), Station Island (1984), The Haw Lantern (1987), New selected Poems 1966-1987 (1990), Seeing Things (1991) et, d’autre part, Hailstones (Galley Press, 1984), et The Tree Clock (Linen Hall Library, 1990). Traductions en français : Poèmes 1966-1984, traduits par Anne Bernard Kearney et Florence Lafon (Gallimard, 1988), et Poètes d’Irlande du Nord, édition bilingue sous la direction de Colin Meir et de Jacqueline Genet (Amiot-Lenganey, 1991).

Maurice HARMON

Professeur émérite de littérature anglo-irlandaise à University College de Dublin. Il fit ses études à Harvard University, et fait autorité en ce qui concerne la littérature irlandaise moderne. Il a fondé l’Irish University Review et il est l’auteur de plusieurs études sur Sean O’Faolain, Austin Clarke, Thomas Kinsella, Richard Murphy, le roman irlandais et la poésie irlandaise modernes. Il a écrit une histoire de la littérature anglo-irlandaise et la Select Bibliography for the Study of Anglo-Irish literature and its backgrounds, qui est un guide essentiel pour l’étude de cette littérature.

John MONTAGUE

Né en 1929 à Brooklyn, New York, il partit vivre dans le comté de Tyrone en 1933 dans la ferme de ses tantes. Il fit ses études à St Patrick’s College, Armagh et à University College de Dublin. Il étudia et enseigna aux États-Unis de 1953 à 1956. Il habita Dublin et Paris. Il fut maître de conférences à University College à Cork de 1972 à 1988. Il a publié The Faber Book of Irish Verse (1974) et Bitter Harvest (Scribner, 1989), anthologie de poésie irlandaise contemporaine. Il fit paraître aussi un recueil de nouvelles, Death of a Chieftain (MacGibbon et Kee, 1964 ; Poolbeg Press, 1987), une œuvre en prose autobiographique, The Lost Note-book (Mercier Press, 1987) et un recueil d’essais : The Figure in the Cave and other Essays, publié par Antoinette Quinn (Lilliput Press, 1989). Ses recueils : Poisoned Lands (MacGibbon and Kee, 1961 ; Dolmen Press, 1977), A Chosen Light (MacGibbon and Kee, 1967) et, chez Dolmen Press, Tides (1970), A Slow Dance (1975), The Great Cloak (1978), Selected Poems (1982), The Rough Field (Dolmen Press / Blackstaff Press, 1972), The Dead Kingdom (Dolmen Press/Blackstaff Press, 1984), Mount Eagle (Gallery Press, 1988), New Selected Poems (Gallery Press, 1989). En traduction : Amours, marées (textes choisis et traduits par le Groupe d’études et de recherches britanniques de l’université de Bordeaux III, William Blake, 1988), La Langue greffée (traduit par Jacques Darras, Belin, 1988), Poètes d’Irlande du Nord (édition bilingue sous la direction de Colin Meir et de Jacqueline Genet, Amiot-Lenganey, 1991).

Augustine MARTIN

Né à Ballinamore dans le comté de Leitrim en 1935, il fit ses études à University College de Dublin où il reçut successivement les diplômes de M.A., PH.D., LL.D. Il y exerce maintenant comme professeur de littérature anglo-irlandaise. Il a été directeur de la Yeats International Summer School à Sligo, sénateur de l’État irlandais, élu par les diplômés de la National University. Il est fondateur et directeur de la James Joyce Annual Summer School, directeur et ancien président de l’Irish National Theatre Company (Abbey Theatre). Il a conçu et présenté une cinquantaine de programmes pour Telefis Scoile (la télévision scolaire irlandaise). Ses publications comprennent James Stephens : A critical Study ; Anglo-Irish literature : A History ; W.B. Yeats (édition révisée, Colin Smythe, 1991). Par ailleurs il a édité The Genius of Irish Prose, Winter’s Tales from Ireland, The collected Poems of W.B. Yeats, Forgiveness and other Stories, Friendship and other Stories (pour les amis de John Mc Carthy), James Joyce : The Artist and the Labyrinth. Il a également édité la section qui concerne la prose de la Renaissance littéraire dans la Field Day Anthology of Irish literature. On l’a chargé d’écrire la biographie officielle de Patrick Kavanagh.

Thomas KILROY

Né à Kilkenny en 1934, il a longtemps allié la vie d’écrivain et celle d’universitaire. Il a enseigné dans le département d’anglais de University College à Dublin à partir de 1965. En 1979, il fut nommé sur la chaire d’anglais à University College à Galway. Il l’abandonna dix ans plus tard pour se consacrer à plein temps à l’écriture. Il fait partie du comité de direction de Field Day. Ses pièces : The Death and Resurrection of Mr. Roche (1968), Tea and Sex and Shakespeare (1976, repris en 1988), Talbot’s Box (1977), Double Cross (1986), The Madame Macadam Travelling Theatre (1991). Kilroy a aussi publié en 1971 son roman The Big Chapel pour lequel il reçut le Guardian Fiction Prize et la Heinemann Award. En 1975, il édita Sean O’Casey : A Collection of Critical Essays. Élu à la Royal Society for Literature en 1971 et à l’Irish Academy of Letters en 1973, il devint en 1986 membre de l’Aosdana, l’Association des Artistes de la République d’Irlande.

Christopher MURRAY

Diplômé de l’Université de Yale, il enseigne à University College de Dublin depuis 1970 où il dirige actuellement le Centre dramatique. Il est rédacteur de l’Irish University Review, journal d’études irlandaises publié deux fois par an. Il a beaucoup écrit sur le théâtre irlandais et, en 1990, a publié avec Masaru Sekine une étude des Quatre Pièces pour danseurs de Yeats sous le titre Yeats and the North : A Comparative Study. Il écrit actuellement un livre sur le théâtre irlandais depuis 1890.

Tom MURPHY

Né en 1939 à Tuam, dans le comté de Galway, il commence à écrire pour le théâtre en collaboration avec son ami Noël O’Donoghue (On the Outside), mais il produit son premier véritable impact dans le théâtre professionnel quand A Whistle in the Dark est monté au Royal Theatre puis au West End à Londres, ainsi qu’à Dublin (1962) et à New York (1962), ville où il obtient le prix de la meilleure pièce de l’année. En Angleterre, il écrit de nombreuses pièces à sujets irlandais jouées dans ce pays et en Irlande. De retour chez lui, il devient de 1972 à 1983 membre du conseil de direction de l’Abbey Theatre, auteur associé du Druid Theatre à partir de 1983 ainsi que membre de l’Académie Irlandaise des Lettres, s’y affirmant peu à peu comme l’un des auteurs les plus prolifiques et les plus joués. Hormis de longs séjours dans l’Ouest, il réside principalement à Dublin où il se consacre exclusivement à l’écriture dramatique. Ses pièces : A Whistle in the Dark (1961), On the Outside (1962), Famine (1968), A Crucial Week in the Life of a Grocer’s Assistant (1969), The Morning after Optimism (1971), On the Inside (1974), The Sanctuary Lamp (1976), The Blue Macushla (1980), The Gigli Concert (1983), Conversations on a Homecoming (1985), Bailegangaire (1985), A Thief of a Christmas (1985), et Too Late for Logic (1990), ainsi que des adaptations théâtrales de The Vicar of Wakefield (1974), The Informer (1981) et She Stoops to Conquer (1982). The Morning after Optimism a été traduit en français par Alexandra Poulain (L’Aube Désenchantée) et Bailegangaire par Isabelle Famchon (La Ville d’où le rire a disparu, aux éditions Théâtrales).

Lynda HENDERSON

Enseigne dans le département de théâtre de l’Université d’Ulster à Coleraine. Elle est membre de l’Association internationale des critiques de théâtre. Elle fait des comptes rendus sur le théâtre pour un grand nombre de journaux et pour des programmes de radio et de télévision. Elle s’intéresse plus particulièrement au théâtre irlandais contemporain. Elle travaille sur la compagnie de théâtre Field Day et sur le théâtre contemporain de l’Ulster. Elle co-dirige Theatre Ireland, journal trimestriel sur le théâtre irlandais, qui a commencé à paraître en 1982. Elle participe au projet de bases de données sur le théâtre irlandais.

John MCGAHERN

Né à Dublin en 1934, grandit à Cooteball, comté de Roscom­mon, où son père était gendarme. Il fit ses études à Presentation Col­lege, Carrick-on-Shannon, St Patrick’s College, Drumcondra et University College à Dublin. Il enseigna à St John the Baptist’s National School à Clontarf, dans le comté de Dublin, pendant sept ans et connut son premier succès littéraire avec la publication en 1963 de son roman The Barracks qui reçut le Macaulay Fellowship Award et l’A.E. Memorial Award, prix décerné pour la première fois à un auteur de prose. Son second roman, The Dark (1965), fut interdit par la censure irlandaise et McGahern fut congédié sans explication. En dépit de la controverse acharnée qui s’ensuivit, les autorités de l’école refusèrent de le reprendre et il s’installa à Londres où il travailla à mi-temps comme professeur et comme ouvrier du bâtiment.

John CRONIN

Il enseigna à l’université de Johannesburg avant d’être nommé à la Queen’s University de Belfast où il exerce les fonctions de professeur de littérature anglaise. Il a publié Somerville and Ross (Bucknell University Press), Gerald Griffin, 1803-1840 : A Critical Biography (Cambridge University Press) et The Anglo-Irish Novel (vol. 1 et 2, Appletree Press Ltd). Il a aussi édité les Selected Plays de John Ervine (n° 5 de « Irish Drama Selections», Colin Smythe). Il a enfin édité une série de huit romans irlandais du xixe siècle (Appletree Press Ltd.).

John BANVILLE

Né à Wexford en 1945, il fit ses études au St Peter’s College de Wexford. Il travaille dans le journalisme depuis 1969 et est à présent critique littéraire à l’Irish Times. Son premier livre, Long Lankin, qui rassemble des nouvelles et un roman court, fut publié en 1970. Son premier roman, Nightspawn, est sorti en 1971. Les romans suivants sont Birchwood (1973), Doctor Copernicus (1976), Kepler (1981), The Newton Letter (1982), Mefisto (1986) et The Book of Evidence (1989). The Newton Letter fut adapté à la télévision sous le titre de Reflections. Les romans de John Banville ont reçu de nombreux prix, entre autres l’Allied Irish Banks fiction prize, l’American-Irish Foundation Award, the James Tait Black Memorial Prize, le Guardian Prize. En 1989, The Book of Evidence fut couronné par la Guiness Peat Aviation Award. Ghosts est paru en 1993. Traductions en français : Le Livre des aveux, (Flammarion, 1990) et Kepler (Flammarion, 1992), traduits par Michèle Albert.

Rüdiger IMOFH

Professeur de littérature anglaise et de littérature irlandaise de langue anglaise à l’université de Wuppertal. Ses publications les plus importantes comprennent une étude des pièces de Harold Pinter, Contemporary Metafiction in English et la première monographie sur John Banville. Il a édité The Playboy of the Western World de Synge, un « casebook » sur At Swim-Two-Birds de Flann O’Brien et Contemporary Irish Novelists. Il participe à une étude sur les tendances du roman anglais contemporain.

© Presses universitaires de Caen, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540