Version classiqueVersion mobile

Discours sur la sujétion de l'Irlande aux lois du Parlement d'Angleterre

 | 
William Molyneux

Préface au lecteur

Texte intégral

1Je ne cherche dans cette préface qu’à faire savoir au lecteur combien je suis étranger à toutes ces causes particulières qui pourraient, dans les circonstances actuelles, sembler avoir occasionné l’exposé suivant.

2Je ne suis pas concerné par la laine ou le commerce de la laine. Je ne suis aucunement intéressé par les biens confisqués ou les donations. Je ne suis pas du tout soucieux de savoir si l’Évêque, ou la Société de Derry, retrouvera la terre revendiquée.

3De sorte que je crois être aussi libre de tout préjugé personnel dans cette cause qu’on peut l’espérer de tout homme qui possède des biens immeubles et fonciers en ce royaume, et qui est membre de son Parlement. J’espère donc que c’est un principe public qui m’a poussé à cette entreprise : je n’ai pas conscience, j’en suis certain, d’avoir quelque autre intention.

4J’ai appris qu’on avait dit que je courrais peut-être des risques à entreprendre cette argumentation ; mais je n’appréhende pas un tel danger : nous serions dans une condition misérable vraiment, s’il ne nous était pas permis de nous plaindre quand nous jugeons que nous sommes lésés, et de donner nos raisons en toute modestie et soumission. Mais s’il en était autrement, cela ne m’affecterait ni ne me découragerait le moins du monde dans une entreprise où j’estime que ma cause est bonne et mon pays concerné et où, j’en suis pleinement persuadé, l’intérêt véritable de l’Angleterre est aussi profondément engagé que l’intérêt des protestants d’Irlande.

5Le grand et juste Conseil d’Angleterre permet librement toutes les adresses de cette sorte. Recevoir et écouter des griefs constitue une grande partie de son travail ; et les redresser est sa gloire principale. Mais ceci ne peut être fait avant qu’ils ne lui soient présentés et qu’ils soient clairement exposés pour être pris en considération.

6C’est ce que j’ai essayé de faire dans le document qui suit. Le succès qu’il peut avoir, je ne m’en préoccupe guère. J’ai fait ce que je jugeais être mon devoir, et je m’en remets à Dieu tout-puissant et au sage Conseil d’Angleterre.

7Dublin, le 8 février 1697 / 1698

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search