Version classiqueVersion mobile

Discours sur la sujétion de l'Irlande aux lois du Parlement d'Angleterre

 | 
William Molyneux

Au Roi

Texte intégral

1Sire,

  • * Il s’agit de Guillaume iii (Guillaume d’Orange), roi d’Angleterre de 1689 à 1702.

2L’expédition que Votre Majesté* a entreprise en Angleterre, pour délivrer ces nations du pouvoir arbitraire, et de ces attaques injustes qui furent lancées contre notre religion, nos lois, nos droits et nos libertés, fut une action en elle-même si grande et si immensément profitable à nos pays dans la détresse, qu’il est impossible d’en faire une description aussi belle qu’elle le mérite. De tous les royaumes de Votre Majesté, aucun ne fut plus sensible aux heureux effets de cette action que Votre royaume d’Irlande, qui, des profondeurs de la misère et du désespoir, est haussé par Votre Majesté à une condition prospère et florissante. Et nous prenons la liberté d’implorer très humblement Votre Majesté de poursuivre Ses bonnes grâces, en protégeant et en défendant ces droits et ces libertés dont nous jouissons sous la couronne anglaise depuis plus de cinq cents ans, et que certains récemment ont essayé de violer. Votre Majesté Excellentissime est le père indulgent de tous Ses pays sans exception ; Elle considère dans un esprit d’égalité les droits innés de tous Ses enfants ; Elle ne permettra pas aux aînés, parce que ce sont les plus forts, d’usurper les possessions des plus jeunes ; considérant en particulier avec quel sens du devoir, quelle loyauté et obéissance filiale, nous nous sommes toujours conduits envers Votre Majesté ; de sorte que je me permets d’affirmer que Votre Majesté n’a pas dans tous ses territoires un peuple plus uni et soucieux de Ses intérêts que les protestants d’Irlande ; ce qui est manifestement apparu dans toutes nos actions et nos délibérations au Parlement depuis l’heureuse accession au trône de Votre Majesté. Soulager ceux qui sont dans la détresse a toujours été la caractéristique particulière de la glorieuse famille de Votre Majesté. Les Provinces-Unies l’ont constaté chez Vos célèbres ancêtres ; et toute l’Europe l’a perçu chez Votre Royale Personne. A cette fin plus particulièrement, Vous êtes venu dans ces royaumes, comme Votre Majesté a été heureuse de le déclarer ; et de même que Vous avez établi les droits et libertés de l’Angleterre sur un fondement qui, nous l’espérons, ne pourra jamais être ébranlé, de même nous ne doutons pas que Votre Sainte Majesté prendra un tendre soin de Ses pauvres sujets d’Irlande qui sont également Ses sujets, comme le reste de Son peuple.

3Je supplie très humblement Votre Majesté de pardonner ma présomption si je fais appel à Elle en cette occasion : seules la dignité et l’importance du sujet peuvent excuser ma hardiesse en la matière ; mais si on les prend en compte, le sujet mérite la considération du plus grand Prince ; il ne s’agit de rien de moins que des droits et libertés de l’un de Ses royaumes dont dépendent sa religion, sa propriété, son tout ; ce dont il jouit depuis cinq cents ans. Cela, je crois l’avoir montré clairement dans les feuilles qui suivent : je suis sûr que, si ma manière de traiter le sujet rend justice à notre cause, nos amis d’Angleterre ne pourront plus douter de son bien-fondé.

4A Votre Majesté donc je soumets humblement cette adresse ; et en même temps, plaise à Votre Majesté, moi, son indigne auteur, je me jette à ses pieds, sujet et serviteur de Votre Majesté très dévoué, loyal et obéissant.

Notes

* Il s’agit de Guillaume iii (Guillaume d’Orange), roi d’Angleterre de 1689 à 1702.

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search