Version classiqueVersion mobile

Discours sur la sujétion de l'Irlande aux lois du Parlement d'Angleterre

 | 
William Molyneux

Introduction*

J.-G. Simms

Texte intégral

  • * © Estate de J.G. Simms.
  • 1 Pour une appréciation de l’importance de Molyneux dans le développement de la pensée politique dans (...)

1La réputation de William Molyneux repose principalement sur son dernier ouvrage publié en 1698 : Discours sur la sujétion de l’Irlande aux lois du Parlement d’Angleterre, ouvrage considéré pendant près d’un siècle comme l’affirmation classique de l’indépendance législative de l’Irlande. Il refusa les prétentions du Parlement anglais à légiférer sur l’Irlande et celles de la Chambre des lords anglaise à être la Cour d’appel suprême des procès irlandais. C’étaient là des prétentions de longue date qui prirent plus tard une forme statutaire dans l’Acte déclaratoire de 1720 (la sixième année du règne de Georges Ier, chap. 5) ; elles furent abandonnées en 1782 lorsque cet Acte fut abrogé vers la fin de la guerre d’indépendance américaine. Elles furent l’objet d’une longue controverse au cours de laquelle le pamphlet de Molyneux, maintes fois réédité, fut le manuel de référence des patriotes irlandais1. Charles Lucas et Henry Grattan firent un usage efficace de ses arguments ; Benjamin Franklin attira l’attention sur le livre et sur les ressemblances existant entre la situation de l’Irlande et celle de l’Amérique.

2William Molyneux appartenait à une famille qui occupait une place éminente dans la société dublinoise depuis le xvie siècle, époque à laquelle son arrière-grand-père avait été chancelier de l’Échiquier de l’Irlande. Lui-même naquit en 1656 et fit ses études à Trinity Collège, à Dublin, où il conçut une aversion pour les études traditionnelles et s’intéressa aux activités de la Royal Society de Londres récemment fondée. Il devint mathématicien et astronome de talent et joua un rôle prépondérant dans la fondation de la Société Philosophique de Dublin (1684), dont il fut le premier secrétaire. A la suite de sa description d’un cadran télescopique de son invention, il fut élu membre de la Royal Society en 1686. Avec bon nombre d’autres protestants, il s’enfuit de l’Irlande pour gagner l’Angleterre en 1689, où il écrivit un ouvrage sur l’optique : La Nouvelle Dioptrique (Londres, 1692). Ce travail fut l’occasion d’une amitié célèbre et contribua au fait que Molyneux délaissa l’astronomie pour la philosophie politique. Dans sa dédicace de la Dioptrique, il parla de « l’incomparable M. Locke, qui, dans son Essai sur l’entendement humain, a corrigé davantage d’erreurs répandues et émis plus de vérités profondes… qu’on ne peut en trouver dans tous les volumes des anciens ». Il offrit à Locke un exemplaire de la Dioptrique, et la lettre cordiale de remerciement de ce dernier donna lieu à une correspondance de plus de soixante lettres, s’échelonnant sur les années 1692-1698. Dans sa première lettre, Molyneux écrivit qu’il s’était renseigné sur les autres ouvrages de Locke et qu’on lui avait recommandé de lire Deux traités du gouvernement civil, publiés anonymement en 1690. La célèbre analyse que Locke consacra à la théorie du contrat exerça une grande influence sur Molyneux et fut l’une des principales sources d’inspiration du Discours sur la sujétion de l’Irlande, ouvrage qui contient plusieurs passages empruntés mot pour mot à Locke.

3Pendant les dernières années de sa vie, Molyneux fut élu au Parlement irlandais en tant que représentant de l’Université de Dublin en 1692 et en 1695, ce qui l’entraîna dans les affaires publiques. Il existait alors pour la première fois une loi qui avait pour effet de réserver la députation aux seuls protestants, mais le Parlement avait un sens très poussé de la continuité historique et de ses privilèges en tant que corps représentatif. Au cours du xviie siècle, son droit à être l’unique autorité législative de l’Irlande avait été contesté par de nombreux Actes que le Parlement anglais avait votés et qui étaient applicables à l’Irlande : le plus remarquable était l’« Acte de financement » de 1642, ouvrant, pour éliminer les rebelles irlandais, une souscription gagée sur leurs terres qui devaient leur être confisquées et distribuées au prorata des souscriptions.

  • 2 John Locke, Works, 1727, iii, p. 551.

4La question se posa d’une manière plus critique en 1697, lorsqu’un bill fut déposé à la Chambre des communes anglaise afin d’interdire l’exportation de tissus de laine irlandais vers les marchés étrangers et les colonies, tissus que l’on considérait comme une menace pour le commerce britannique. Locke s’intéressait tout spécialement à cette question en tant que membre du Ministère du Commerce anglais ; il échangea à ce sujet une correspondance avec Molyneux, qui se rendait compte de la gravité de la situation. « Jamais, répondit-il, l’Angleterre ne nous laissera prospérer grâce au commerce de la laine ; c’est une maîtresse qui leur est chère et ils ne sauraient souffrir de rival2. » L’idée de Locke était que le Parlement irlandais taxât lui-même l’industrie de la laine et subventionnât celle du lin afin de ne pas tomber sous le coup d’un Acte anglais. Mais ce plan déplut aux négociants en lainages de l’ouest de l’Angleterre qui constituèrent un groupe de pression à la Chambre des communes, où un second projet de loi contre les lainages irlandais fut déposé en 1697. Au milieu de cette controverse sur la laine irlandaise, un procès entre King, évêque de Derry, et la Société irlandaise de Londres entraîna un affrontement direct entre les Chambres des lords anglaise et irlandaise, chacune prétendant être la Cour d’appel suprême pour les procès irlandais. La Chambre irlandaise se prononça en faveur de l’évêque ; la Chambre anglaise déclara la Chambre des lords irlandaise incompétente et donna raison aux Londoniens.

  • 3 John Locke, Works, iii, p. 582-584.
  • 4 Commons’Journal, xii, p. 331.

5Ces deux conflits d’autorité, la législation au sujet du commerce de la laine et la juridiction d’appel dans le procès de Derry, fournirent le cadre de l’ouvrage de Molyneux, écrit au début de 1698. Il parla à Locke de la publication de ce livre, dont un exemplaire à titre gracieux allait lui être remis : « Voilà, direz-vous, un sujet délicat, mais je crois que je l’ai traité avec une prudence et une humilité telles qu’il ne peut vraiment pas offenser quiconque ; au point que je n’ai pas de scrupule à y apposer mon nom et que, sur le conseil de quelques bons amis dans ce pays, j’ai pris la liberté de dédicacer l’ouvrage au roi3. » Mais il pensa qu’il était plus prudent de ne pas aller en Angleterre avant d’avoir vu la réaction du Parlement de Westminster. La réaction s’avéra extrêmement hostile. La Chambre des communes anglaise décida que ce livre était « dangereux pour la couronne et le peuple anglais car il refusait de reconnaître que l’autorité du roi et du parlement anglais liait le royaume et le peuple irlandais et il refusait également de reconnaître la soumission et la dépendance que l’Irlande a et devrait avoir envers l’Angleterre puisqu’elle est unie et annexée à la couronne impériale du royaume »4. Grattan et Wolfe Tone, entre autres, ont déclaré que le livre aurait été brûlé par le bourreau public, mais la résolution du Parlement ne comporte aucun ordre de cette sorte et il semble qu’aucun témoignage de l’époque n’accrédite cette histoire. L’année suivante, le Parlement anglais vota un Acte limitant l’exportation de la laine irlandaise, apportant ainsi un démenti supplémentaire aux affirmations de Molyneux.

  • 5 John Locke, Works, iii, p. 585.
  • 6 Ibid., p. 591.

6En juillet 1698, en dehors de la session parlementaire, Molyneux pensa qu’il était sans danger d’aller en Angleterre, où il rencontra Locke pour la première fois. Ils passèrent cinq semaines ensemble, période que Molyneux décrivit comme « la plus heureuse de toute (sa) vie »5. Locke fut également enchanté et espéra que cette visite aurait une suite. Mais il ne devait pas en être ainsi. Peu après son retour à Dublin, Molyneux qui souffrait depuis longtemps d’ennuis rénaux eut une rechute et il mourut le 11 octobre, à l’âge de 42 ans. Locke écrivit à Thomas Molyneux : « J’ai perdu en votre frère non seulement une simple connaissance, un homme érudit et ingénieux que tout le monde estimait, mais aussi un ami sincère et intime, que j’aimais vraiment et dont j’était vraiment aimé6. »

  • 7 J.T. Gilbert (ed.), History of the Irish confederation, Dublin, 1882-1891, vii, p. 194.

7Molyneux ne fut pas le premier à contester l’autorité du Parlement anglais sur les affaires irlandaises. L’avocat catholique Patrick Darcy, dans An argument delivered (Plaidoyer prononcé)… (Waterford, 1643), préparé sur les instructions de la Chambre des communes irlandaise et avec l’aide d’une commission d’enquête, affirma que seul le Parlement irlandais avait le droit de légiférer pour l’Irlande, tout en critiquant surtout les actions arbitraires de l’exécutif. L’« Acte de financement », voté par le Parlement anglais en 1642, fut l’objet d’une protestation de la part des catholiques confédérés, soutenant qu’il n’existait dans la législation anglaise aucun précédent liant l’Irlande. Le traité signé au début de 1649 entre les confédérés et le marquis d’Ormond, vice-roi de Charles Ier, stipulait que le Parlement irlandais devrait être libre de faire toute déclaration « au sujet de l’indépendance du Parlement irlandais par rapport au Parlement anglais » qui serait en conformité avec les lois irlandaises7. Le Parlement jacobite de 1689 vota une loi qui déclarait que le Parlement anglais n’avait pas le droit de légiférer pour l’Irlande et interdisait que l’on saisît la Chambre des lords anglaise comme chambre d’appel.

  • 8 Trinity College Dublin, Ms. 890.

8La thèse du livre de Molyneux se situe à deux niveaux : celui du statut historique du Parlement irlandais, et celui du fondement dans le droit naturel du gouvernement représentatif. La majeure partie du livre consiste en un exposé juridique de l’histoire et des précédents, qui essaie de montrer que Henri II avait conclu un accord avec les rois irlandais qui se soumettaient à lui et qu’il avait donné aux Irlandais un parlement qui, à part quelques cas exceptionnels, avait continué à être l’unique autorité législative de l’Irlande jusqu’en 1641 ; depuis cette date, le Parlement anglais avait été coupable d’un certain nombre d’ingérences. Dans ce livre, plusieurs passages suggèrent que c’étaient les protestants d’Irlande qui étaient les héritiers des droits accordés par Henri II (p. 62, 106 ; 110 et 124). L’une des sources principales de Molyneux était le Règlement pour tenir parlements et conseils en Irlande, publié en 1692 à l’instigation de Anthony Dopping, beau-frère de Molyneux et évêque de Meath. Le livre s’appuyait sur un traité du Moyen Age qui exposait la procédure et les pouvoirs du Parlement irlandais. On prétendait que ce manuscrit datait de l’époque de Henri Ier mais il est probablement du xive siècle. Sir William Domville, oncle de Dopping et également beau-père de Molyneux, était entré en possession de ce manuscrit. De plus, Molyneux utilisa un « Traité concernant un Acte anglais liant l’Irlande », rédigé par Domville en 1660, probablement à la suite de l’engagement pris à la paix d’Ormond de 1649. Le manuscrit de Domville, relié avec deux premières versions du manuscrit de Molyneux, se trouve à la bibliothèque de Trinity College, à Dublin8. Une comparaison des deux documents révèle que de nombreux passages du Discours sur la sujétion de l’Irlande proviennent textuellement de Domville.

9Molyneux élargit le champ d’application de sa thèse en déclarant que le fait d’assujettir l’Irlande aux lois du Parlement anglais était « contraire à la raison et aux droits d’usage de l’humanité tout entière ». Il affirme clairement que « Tous les hommes sont, par nature, égaux, devant la juridiction et l’autorité… C’est sur cette égalité naturelle que se fonde le droit qu’ont tous les hommes d’être libres de tout assujettissement aux lois positives, jusqu’à ce qu’ils renoncent à cette liberté de leur propre consentement (p. 127-128). » Si l’Irlande devait être assujettie aux lois anglaises, son peuple devrait être représenté au Parlement anglais ; « mais c’est un bonheur que nous pouvons à peine espérer (p. 101). » Molyneux soutient que si l’on pouvait imposer une seule loi sans consentement, il pourrait en être de même de n’importe quelle autre : « Il en découle naturellement qu’on pourra nous imposer des taxes sans notre consentement… M’imposer une taxe sans mon consentement n’est guère mieux — si ce n’est pire — que me voler, ni plus ni moins (p. 137-138). » Il conclut par un éloquent plaidoyer en faveur des droits du parlement à une époque d’absolutisme : car « cette noble constitution médiévale… que l’on voyait partout en Europe autrefois, a maintenant disparu dans la plupart de ses nations (p. 139). »

  • 9 The Papers of Benjamin Franklin, ed. W.B. Willcox, New Haven and London, xvii, 1973, p. 124.
  • 10 The Speeches of Henry Grattan, London, 1822, i, p. 123.

10Le livre de Molyneux suscita quatre réponses (détaillées dans l’appendice de cette édition), et l’on continua à s’intéresser à son ouvrage tout au long du xviiie siècle ; par exemple lors des controverses sur l’Acte déclaratoire britannique de 1720 et sur le demi-penny de Wood. Plusieurs éditions parurent à cette époque, et Swift fit l’éloge du livre dans sa quatrième lettre du Drapier. Une série d’éditions à partir de 1770 sont la preuve que l’on s’intéressa aux thèses de Molyneux pendant la Guerre d’Indépendance américaine et le mouvement parallèle pour l’autonomie du Parlement irlandais. En 1770, Benjamin Franklin écrivit à Samuel Cooper, son ami de Boston : « Je vous envoie une édition récente du Discours sur la sujétion de l’Irlande… de Molyneux avec une nouvelle préface rédigée avec perspicacité… contenant sur bien des points des ressemblances avec notre situation9. » Lorsqu’en 1782 le plaidoyer de Molyneux fut enfin accepté par un gouvernement britannique, Grattan exprima sa grande joie dans une envolée triomphante : « Esprit de Swift ! Esprit de Molyneux ! Votre génie l’a emporté. L’Irlande est maintenant une nation10. »

Notes

* © Estate de J.G. Simms.

1 Pour une appréciation de l’importance de Molyneux dans le développement de la pensée politique dans les îles Britanniques et en Amérique, voir Caroline Robbins, The eighteenth-century commonwealth man, Cambridge, Mass. 1959.

2 John Locke, Works, 1727, iii, p. 551.

3 John Locke, Works, iii, p. 582-584.

4 Commons’Journal, xii, p. 331.

5 John Locke, Works, iii, p. 585.

6 Ibid., p. 591.

7 J.T. Gilbert (ed.), History of the Irish confederation, Dublin, 1882-1891, vii, p. 194.

8 Trinity College Dublin, Ms. 890.

9 The Papers of Benjamin Franklin, ed. W.B. Willcox, New Haven and London, xvii, 1973, p. 124.

10 The Speeches of Henry Grattan, London, 1822, i, p. 123.

Auteur

Trinity College Dublin

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search