Version classiqueVersion mobile

Discours sur la sujétion de l'Irlande aux lois du Parlement d'Angleterre

 | 
William Molyneux

Présentation historique

Pierre Gouhier

Texte intégral

  • 1 Traduction française de Jane Fillion, L’homme tranquille, 1953, p. 238.

Car personne, de mémoire d’homme, ne se souvenait avoir vu un Irlandais accepter sans broncher de perdre son domaine familial1.
Maurice Walsh, The quiet Man.

Un peuplement celte

  • 2 A New History of Ireland, Oxford, Clarendon Press, t. ii, Medieval Ireland, 1169-1534 ; t. iii, Ear (...)
  • 3 Jacques Verrière, La population de l’Irlande, Mouton, 1979, p. 30.

1L’Irlande2 de l’âge du bronze est devenue partie intégrante du monde celtique dès les débuts de l’âge du fer3. Aux marges du monde antique, l’Irlande n’a pas été marquée par l’esprit organisateur, logique et pratique des Latins ; elle refuse même l’écriture latine.

2L’Irlande est le seul pays où aucun chrétien ne subit le martyre lors de la christianisation. Faute d’influence romaine, la christianisation de l’Irlande et de l’Écosse se fait par le monachisme. Les successeurs de Patrick à Armagh ont été abbés en même temps qu’évêques ; finalement, au viiie siècle, l’abbé cesse d’être évêque, pour avoir auprès de lui, comme évêque, un membre subordonné de sa communauté. En dépit de la singularité de ce christianisme, Colomban affirme bien haut : « Nous autres Irlandais, bien que nous vivions à la limite du monde, nous sommes disciples de saint Pierre et de saint Paul, et il n’y a jamais eu d’hérétique ou de schismatique parmi nous. »

Une conquête féodale

Henri II4

  • 4 Maurice Sheehy, When the Normans came to Ireland.
  • 5 Nicolas Breakspear, pape de 1154 à 1159.
  • 6 La bulle Laudabiliter n’est connue que par Gérald de Barry.

3L’invasion de l’Irlande par Henri II, proposée au concile de Winchester (29 septembre 1155) est rejetée. Toutefois, pendant l’hiver 1155-1156, Jean de Salisbury obtient d’Adrien IV5 un privilège pontifical6 qui cède l’Irlande à Henri II, afin d’y réaliser la réforme de l’Église.

  • 7 Giraldus Cambrensis, « Expugnatio Hibernica », in J.S. Brewer, J.F. Dimock & G.F. Warner ed., Opera(...)

4La conquête se déclenche lorsque Diarmait Mac Murchada, roi du Leinster, banni d’Irlande (1er août 1166), vient rendre hommage à Henri II et obtient la permission de recruter au pays de Galles. La rapidité de la conquête est-elle due à la supériorité du système féodal sur l’organisation tribale de la société gaélique, ou à la technologie de l’équipement en fer et de la construction en pierre sur les cuirasses, les massues et les cabanes ? Un bon observateur remarque qu’en Irlande, il n’est pas nécessaire d’avoir l’équipement lourd de la chevalerie féodale, car « là où l’on se bat seulement sur les hauteurs, ou dans les bois ou dans les marais […], une armure légère vaut beaucoup mieux. Car contre des hommes sans protection […] des armes moins encombrantes suffisent amplement »7. Le résultat est de donner au roi d’Angleterre le titre de lord, le pape étant le souverain de l’Irlande.

Une féodalité essoufflée

5Le maintien d’une aristocratie féodale sur un territoire hostile ne peut se faire que par la construction de fortifications de pierre, ces tours carrées dont le touriste ne peut ignorer au moins celle de Blarney, seul moyen de résister à la révolte des populations rurales jusqu’aux arrivées de renforts.

  • 8 Le terme de Pale n’est pas en usage avant la fin du xive siècle. Jusque là on dit, comme pour le pa (...)

6Cependant la féodalité anglo-normande est aux marches de l’Occident ; culturellement, la chevalerie, coupée de son soutien de troubadours et de chansons de geste, recourt aux bardes irlandais et au droit brehon ; quand les du Bourg prennent le nom de Mac William, ils ne sont plus loin d’être « plus Irlandais que les Irlandais eux-mêmes ». Seul l’Enclos reste une terre « anglaise »8.

  • 9 H.G. Richardson & G.O. Sayles, The Irish parliament in the middle ages, Pennsylvania UP, 1952, x(...)
  • 10 E. Curtis, A history of medieval Ireland, Londres, 1938, p. 231-236 ; A history of Ireland, Londres (...)
  • 11 G.J. Hand, « The status of the native Irish in the Lordship of Ireland, 1272-1331 », Irish Jurist, (...)

7Nommé (1er juillet 1361) vice-roi d’Irlande par son père Édouard III, Lionel de Clarence fait prendre par le Parlement d’Irlande9 des mesures pour empêcher l’assimilation : les Statuts de Kilkenny (19 février 1366) marquent le refus d’intégrer la dimension gaélique dans la civilisation anglo-normande, mettant en place un système de ségrégation légale entre une communauté coloniale privilégiée et une communauté gaélique si discriminée qu’elle est placée hors la loi. Faut-il à ce propos parler d’apartheid10 ? Les statuts de Kilkenny ne seraient-ils pas plutôt un mécanisme de contrôle gouvernemental qu’un instrument de contrainte coloniale11 ? De toute manière, lorsqu’ils sont de nouveau promulgués lors du Parlement « Poyning » (1495), les deux articles interdisant de parler gaélique et de monter à cheval à l’irlandaise sont passés sous silence, la langue et les mœurs irlandaises ayant à ce moment-là tellement progressé parmi les Anglais, même dans l’Enclos, qu’ils étaient devenus inapplicables.

La première colonisation de peuplement

  • 12 Les liens juridiques et économiques entre les « implantations » qui seront examinées ici, et les «  (...)

8A la suite de la capture de Jean II le Bon à Poitiers (19 septembre 1356), la construction de l’État repose en France sur l’impôt. A la suite de la mort de Richard III sur le champ de bataille de Bosworth (22 août 1485), la construction de l’État repose en Angleterre sur la confiscation systématique12.

  • 13 Ce que les historiens appellent « la question d’Irlande » a surgi dans son originalité et son ample (...)
  • 14 La règle absurde de succession à la couronne d’Angleterre imposée par la revendication d’Édouard ii (...)
  • 15 Richard, duc d’York, ayant été nommé (9 décembre 1447) lieutenant d’Irlande, où il possédait d’aill (...)
  • 16 P.A. Johnson, Duke Richard of York, 1411-1460, Oxford, Clarendon Press, 1988, xii + 270 p.

9En effet, la modification des rapports anglo-irlandais ne tire pas son origine des conflits religieux13 ; elle leur est antérieure. C’est en grande partie une des conséquences de la Guerre des Deux-Roses, guerre civile au cours de laquelle la confiscation des biens des vaincus est la ressource essentielle du camp vainqueur ; le droit du plus fort tient lieu de « loi fondamentale de succession »14. Or l’Irlande constitue l’élément le plus yorkiste de la « Double-Monarchie »15. L’Irlande est la base du pouvoir de Richard d’York16, descendant par sa mère de Lionel de Clarence ; c’est en Irlande qu’il s’enfuit après la défaite de Ludford Bridge (12 octobre 1459) ; c’est au Parlement de 1460 qu’il déclare que seules les lois du Parlement d’Irlande lieront l’Irlande ; c’est d’Irlande qu’il fait son retour triomphal en Angleterre. Après Bosworth, c’est sur l’Irlande que s’appuient les « prétendants » yorkistes ; c’est dans la cathédrale Christ Church, de Dublin, que Lambert Simnel est couronné (24 mai 1487) roi d’Angleterre ; c’est en Irlande que débarque en novembre 1491 Perkin Warbeck qui se présente comme Richard, le fils du roi Édouard IV. La politique de confiscation des terres d’Irlande s’inscrit en premier lieu dans la perspective de l’établissement et de l’affermissement de la dynastie Tudor.

La législation de Poynings

  • 17 Brendan Bradshaw, The Irish Constitutional Revolution of the Sixteenth Century, Cambridge UP, 1979, (...)
  • 18 D.B. Quinn, « The early interpretation of Poynings’ Law, 1494-1534 », Irish History Series (citées (...)
  • 19 Barry Yelverton’s act : 21 & 22 Geo. iii, c. 47. Les textes législatifs qui seront approuvés par le (...)

10Pensant pouvoir écarter Gerald Fitzgerald, le grand comte de Kildare, Henri VII nomme comme lord-député d’Irlande Sir Édouard Poynings qui convoque (1er décembre 1494) le Parlement irlandais à Drogheda et lui fait voter les statuts connus sous le nom de Législation de Poynings qui subordonnent l’activité législative du Parlement d’Irlande au contrôle du Grand Conseil du roi d’Angleterre17. Incapable d’asseoir son autorité, Poynings quitte l’Irlande (décembre 1495), laissant de nouveau la place à Kildare, mais la Législation de Poynings empoisonne l’atmosphère parlementaire irlandaise18 au-delà même de son amendement (27 juillet 1782)19.

Henri VIII

  • 20 33 Hen. viii, c. 1.
  • 21 D.B. Quinn, « Henry Fitzroy, duke of Richmond and his connexion with Ireland, 1529-1530 », Bull. In (...)
  • 22 Brendan Bradshaw, The dissolution of the religious orders in Ireland under Henry viii, Cambridge, 1 (...)
  • 23 28 Hen. viii, c. 16.

11La rupture avec le pape s’accompagne également du changement de titre : le seigneur d’Irlande devient20 roi d’Irlande (18 juin 1541)21. La politique de confiscation des Tudors est relayée par la suppression des monastères, conséquence de l’extension à l’Irlande, en mai 1536, de la loi de Suprématie22. Si le Parlement d’Irlande s’oppose à la suppression de certains monastères lors de sa session de janvier-février 1537, il accepte la suppression de treize monastères à la session d’octobre-décembre 153723. Henry VIII nomme (7 avril 1539) des commissaires pour recevoir la démission des monastères et punir les supérieurs qui refuseraient cette démission.

Les implantations

  • 24 . Emil Strauss, Sir William Petty : portrait of a genius, Londres, The Bodley Head, 1954, 260 p.
  • 25 Sean O’Domhnaill, « The maps of the Down Survey », IHS, t. iii, 1943, n° 12, p. 381-392.

12L’expansion coloniale anglaise commence sur l’autre rive du canal Saint-Georges. Le déclenchement de la procédure est suscité par un Acte de mise hors la loi entraînant la mort civile et la confiscation des biens. Les terres d’un clan, collectivement possédées, sont confisquées à la collectivité du clan en vertu d’un Acte voté par le Parlement. L’ensemble des terres confisquées est cadastré. Par exemple, Sir William Petty24 est chargé de lever un cadastre, le Down Survey, pour la confiscation cromwellienne : les cartes de Petty25.

  • 26 Hen. viii, c. 5.

13Un partage des terres est entrepris, les unes, pas nécessairement les meilleures, étant réservées aux indigènes : ce sont les « réserves » pour les « natives » ; les autres, réservées aux lotissements individuels. Des « concessionnaires »26 achètent, moyennant paiement en monnaie métallique, un droit sur des terres confisquées.

14La pratique des implantations est au service d’une politique qui a varié, en fonction des victimes choisies pour les confiscations, d’une part, et en fonction des finalités d’attribution des terres confisquées, d’autre part.

  • 27 Le découpage de la recherche entre Histoire d’Irlande d’une part, et Histoire de l’expansion britan (...)
  • 28 Sir Richard Bingham († 18 janvier 1599), président du Connaught (mars 1584), in Michel Duchein, Éli (...)
  • 29 Jasper Ridley, Elisabeth ière, Londres, 1987, p. 321.

15Pour simplifier une évolution plus complexe, la politique britannique a d’abord été, en Irlande comme en Amérique27, d’éliminer les sauvages indigènes : selon Sir Richard Bingham « ce peuple ne peut être gouverné que par l’épée, car il n’y a pas de différence entre un Irlandais et un loup affamé »28. Cette politique n’a été dirigée contre les catholiques qu’à partir de l’affermissement de l’Église établie par Élisabeth. Selon un pasteur de l’Église établie, « Dieu a donné ce beau et fertile pays aux Anglais, comme il a jadis donné Canaan aux Israélites, car Il ne peut vouloir qu’il soit possédé par des papistes sauvages »29. L’ordre de mission d’Essex (12 mars 1599) prévoit le rétablissement de l’ordre et de la « vraie religion ».

16La politique britannique a toujours eu pour but de remplacer les expropriés par des colons britanniques, mais s’est souvent résolue à se contenter d’une opération financière, les indigènes restant comme tenanciers au profit de propriétaires non-résidents.

Éliminer les sauvages

  • 30 Dean Guntner White, « The reign of Edward vi in Ireland : some political, social, and economic aspe (...)
  • 31 Philippe d’Espagne épouse Marie Tudor le 25 juillet 1554, et devient Philippe II à la suite de l’ab (...)
  • 32 3 & 4 P. & M., c. 1.
  • 33 3 & 4 P. & M., c. 2.

17Préparée dès le début du règne de Édouard VI30, la politique d’implantation est inaugurée par Marie Tudor, et son mari, Philippe d’Espagne31. Des instructions sont données (28 avril 1556) au lord-député pour l’implantation du Leix et de l’Offaly. Réuni du 1er juin au 2 juillet 1557, le Parlement de Dublin confisque les terres du Leix et de l’Offaly32 et installe les comtés de la reine et du roi33 ; Fort Protector et Fort Governor sont rebaptisés Maryborough et Philipstown.

  • 34 Hiram Morgan, « The end of Gaelic Ulster : a thematic interpretation of events between 1534 and 161 (...)
  • 35 . D.B. Quinn, « The Munster plantation : problems and opportunies », Cork Hist. Soc. Jn., t. lxxi, (...)
  • 36 Si les colons débarqués en 1585 sont récupérés par Drake en juin 1586, l’expédition de ravitailleme (...)

18Après cette première expérience, l’expansion coloniale anglaise se diversifie ; si le terrain irlandais est encore privilégié34, ainsi que le montre la confiscation des terres des Fitzgerald de Desmond35, une tentative outre Atlantique est envisagée avec l’épisode de la Virginie de Roanoke Island qui échoue lamentablement36.

  • 37 Hist. MSS. Comm., De L’Isle and Dudley MSS, ii, p. 12-15, cité par D.B. Quinn, « Ireland and Sixtee (...)
  • 38 D.B. Quinn, « Sir Thomas Smith (1513-1577) and the beginnings of English colonial policy », A mer. (...)

19L’Irlande devient alors le champ d’une colonisation et d’une exploitation par l’Angleterre dans la ligne de la colonisation espagnole ; les chartes données aux promoteurs sont comparables aux « capitulations » données aux « conquistadors ». Dans le projet d’établissement (16 novembre 1571) de Thomas Smith le Jeune, à Clandeboye et dans les Ards, « il est interdit à tout Irlandais de porter un vêtement ou une arme anglaise sous peine de mort ; il est interdit à tout Irlandais, de naissance ou d’éducation, d’acquérir de la terre, d’exercer une charge, de faire partie d’un jury, de témoigner dans une action réelle ou personnelle, d’être reçu en apprentissage dans quelque science ou art que ce soit, risquant par la suite, de porter préjudice à des sujets de Sa Majesté »37. Ce servage sous une surveillance paternaliste, analogue à l’encomienda, est cependant difficile à mettre en œuvre en Irlande ; l’assassinat (18 octobre 1573) de Thomas Smith le Jeune par ses serviteurs irlandais attire l’attention sur les dangers d’un tel objectif38. Les colonisations suivantes reviennent aux concessions de terres, merced de tierras.

La composante religieuse

20L’Irlande, terre de clans, refuse la politique d’unification des Tudors qui s’appuient sur la seule organisation qui soit à la disposition du roi, l’Église établie. Contre l’Église d’Irlande, c’est-à-dire l’Église « Hiberniane » (équivalent de l’Église Anglicane, en Angleterre), les forces de résistance « tribales » se tournent vers le catholicisme de la Réforme catholique, qui va former sur le continent, dans les « séminaires des martyrs » (Douai, Reims, Paris, Salamanque…), le clergé militant qui « catholicise » l’Irlande. Désormais, la dimension religieuse accentue la gravité de l’exclusion : les Irlandais ne sont plus seulement des sauvages, mais aussi des papistes, et cette tare s’étend par la suite aux descendants des Anglo-normands, voire à ceux des Old English du Pale.

  • 39 Les implantations écossaises ont commencé en Écosse même : en 1597, Jacques vi exige, sous peine de (...)

21En revanche, l’Écosse, royaume indépendant lié à la France par une hostilité traditionnelle contre l’Angleterre, fondement de la Great Alliance, est gouvernée par Marie de Guise qui entend faire de l’Écosse une monarchie centralisée, en prenant comme exemple la France de François Ier. Pour y parvenir, elle ne peut, elle aussi, que s’appuyer sur le haut clergé, seule instance placée au-dessus des clans. La résistance à l’unification du royaume, bien entendu encouragée par l’Angleterre, est donc une résistance anticléricale ; l’âme en est John Knox qui réussit à unir dans une « Convention » les éléments hostiles à Marie de Guise, puis à Marie Stuart. Lorsque l’Écosse est unie à l’Angleterre, avec l’accession de Jacques VI sous le nom de Jacques Ier, les presbytériens des Lowlands vont trouver un magnifique champ d’expansion dans l’Empire britannique39.

Éliminer les papistes

  • 40 Constantia Maxwell, History of Trinity College, 1ère ed., Dublin, 1591-1892, 2e ed., Dublin, 1946 ; (...)
  • 41 A rapprocher de la fondation d’Harvard College, en 1636, à Newtown [Cambridge], six ans après la gr (...)

22La fondation par Élisabeth de Trinity College (1591)40 porte un rude coup à la culture celtique ; fermée aux catholiques, Trinity devient donc un foyer d’influence anglaise et de l’Église établie41.

23Les catholiques, qui possèdent la plus grande partie des terres au début du xviie siècle, ne posséderont plus que 1/15e du sol vers 1700.

Implantation de l’Ulster

  • 42 Hugh O’Neill († 1616), 2e comte de Tyrone, Rory O’Donnell († 1608), comte de Tyrconnell : cf. J.C.  (...)
  • 43 Sir John Davies, Discovery of the true causes why Ireland was never entirely subdued… until the beg (...)
  • 44 D.A. Chart ed., Londonderry and the London companies, 1609-1629,1928 ; T.W. Moody, « Ulster plantat (...)
  • 45 G.M. Trevelyan, A shortened History of England, 1942, ed. 1962, p. 290 ; Michael Perceval-Maxwell, (...)
  • 46 « Some Fitzgibbon letters from the Sneyd muniments in the John Rylands Library », John Rylands Lib. (...)
  • 47 La difficile cohabitation entre catholiques et calvinistes a également été perceptible dans les rev (...)
  • 48 T.W. Moody, « The treatment of the native population under the scheme for the plantation in Ulster  (...)
  • 49 T.W. Moody, « Sir Thomas Philipps of Limavady, servitor », IHS, t. i, 1939, n° 3, p. 251-272.

24A la suite de la « fuite des comtes »42 (4 septembre 1607), une Proclamation royale (15 novembre 1607) les accuse de rébellion et décide de confisquer et de lotir les comtés de Tyrone, Coleraine, Donegal, Fermanagh, Armagh et Cavan, au profit certes d’Anglais, mais surtout de protégés de Jacques VI d’Écosse, devenu Jacques Ier d’Angleterre : « Ni la politique chrétienne, ni la conscience ne permettent de laisser un pays si bon et si fertile improductif comme un désert. En faisant cette transplantation, Sa Majesté traite les indigènes comme un seigneur ou comme un monarque43. » En 1608, 400 000 acres sont confisquées, auxquelles s’en ajoutent 100 000 autres en 1611. La Cité de Londres obtient Coleraine qui devient Londonderry44. Il est surtout fait appel à 7 000 « Écossais presbytériens durs au travail […] l’élément le plus solide de la colonisation britannique parce qu’ils étaient disposés à cultiver le sol eux-mêmes et non à exploiter et rançonner les laboureurs »45. Ces « héritiers d’évictions, isolés au sein d’une masse rancuneuse »46 constituent aujourd’hui les populations orangistes de l’Irlande du Nord47. En revanche, dans certaines régions de l’Ulster, les concessionnaires se contentent de recruter des fermiers ou des tenanciers indigènes48, conduisant Sir Thomas Philipps à fulminer contre ce mépris du principe essentiel de la plantation qui était « essentiellement de refuser les indigènes et de coloniser entièrement avec des Britanniques »49.

  • 50 Samuel Eliot Morison, The Oxford history of the American People, t. i, 1972, p. 84-100 ; D.B. Quinn (...)

25Entreprise dès 1610, la plantation du Leinster est une série de spoliations suscitées par des « inventeurs », juristes recherchant les causes de nullité dans les actes de propriété, et préparant l’intervention des entrepreneurs. Si cette implantation progresse plus lentement, c’est que la fondation de Jamestown (1607), dans la Virginie nouvelle, puis celles de New Plymouth (1620) et de St. Kitts (1624), attirent les candidats à l’établissement50. La culture du tabac qui condamne à terme le peuplement indigène américain condamné à la concentration dans des « réserves », sauve, par là même, les Irlandais dont les terres apparaissent comme moins désirables. Les projets d’implantation ne se mettent pas facilement en place.

  • 51 Hugh F. Kearney, Strafford in Ireland, 1633-1641, Manchester up, 1959, p. 85-103.

26Les projets d’implantation du Connaught, préparés par le « lobby » Boyle, repris par Thomas Wentworth, n’aboutissent pas51, mais inquiètent une partie des Irlandais.

  • 52 Keith J. Lindley, « The impact of the 1641 rebellion upon England and Wales, 1641-1645 », IHS, t. x (...)
  • 53 L’oncle de William Molyneux, Thomas, gouverneur de Wicklow Castle, est massacré en 1642 par les ins (...)
  • 54 Patrick Darcy, An argument delivered by Patrick Darcey, esquire ; by the express order of the House (...)

27Au cours du soulèvement de 164152, les spoliés de 1609 massacrent un nombre important d’Anglais et d’Écossais qui s’étaient installés à leur place53, tandis que la confédération de Kilkenny essaie de regrouper les diverses composantes de la nation irlandaise : « les habitants de l’Irlande sont un peuple libre qui ne doit être gouverné que par la coutume et les lois du Parlement d’Irlande54. »

  • 55 Commons’ journal, ii, 425 ; 16 Chas I, c. 33 [Angl.]. Cf. J.R. MacCormarck, « The Irish adventurers (...)

28Le 11 février 1642, un groupe de marchands londoniens soumet à la Chambre des Communes un plan de réduction de la rébellion irlandaise. Par la loi de Concession (février 1642)55, le Parlement de Londres propose les confiscations futures aux spéculateurs avançant l’argent nécessaire pour mener à bien la reconquête.

L’installation cromwellienne

  • 56 J.P. Prendergast, The Cromwellian Settlement of Ireland, Dublin, 1875, 518 p. ; Toby Christopher Ba (...)
  • 57 W. F.T. Butler, Confiscation in Irish History, Dublin-Londres, 1918, p. 3.

29La reconquête achevée, Cromwell fait voter (1652) la loi d’Installation56, véritable loi de confiscation qui touche les trois quarts de l’île : sont confisquées toutes les terres possédées par les catholiques (à l’exception de ceux qui sont capables de prouver un « attachement constant » à l’égard du Parlement d’Angleterre !). Organisée rudement par le lord-député Charles Fleetwood, cette nouvelle implantation installe une nouvelle race de possédants qui vont souvent devenir des « proriétaires fonciers non-résidents ». Certes, la loi d’Installation de 1662 revient sur les expropriations de Cromwell, mais limite à un tiers des terres les restitutions pouvant être faites aux catholiques. Les expropriés se maintiennent généralement dans les zones d’implantation, mais se trouvent brutalement ravalés à la condition de tenanciers sans bail ni garanties. Indigènes et colons voisinent un peu partout selon une marqueterie complexe. « La position de ceux dont les terres n’étaient pas occupées par les colons ressemblait beaucoup à celle des indigènes de Rhodésie à l’heure actuelle57. »

  • 58 T.C. Barnard, « Planters and policies in Cromwellian Ireland », Past and Present, n° 61, 1973, p. 6 (...)

30A la convention réunie à Dublin le 7 février 1660, pour la restauration de Charles II, William Domville fait adopter la disposition par laquelle le Parlement d’Angleterre n’avait pas autorité pour légiférer en Irlande58. Toutefois, Ormond, lord-lieutenant d’Irlande, ne peut empêcher le vote par le Parlement de Londres de lois restrictives sur le commerce irlandais, dont l’extension à l’Irlande des Navigation Acts. Ces lois, adoptées en 1660, 1663 et 1671, interdisent notamment à l’Irlande d’exporter vers l’Angleterre toute espèce de gros et petit bétail, de porc, de viande abattue et de produits laitiers.

 

  • 59 M.W. Heslinga, The Irish Border, as a Cultural Divide, Assen, 1962, 226 p., p. 170.
  • 60 Brendan Behan, The Hostage, Londres, 1958, act. I. Cf. Élisabeth Janvier trad., Deux otages, Gallim (...)

31Molyneux est un représentant de cette société coloniale issue des implantations : « L’Irlande était son pays, mais ne devint jamais sa nation59. » Il est l’ancêtre de ce protestantisme anglo-irlandais, majoritairement épiscopalien avec un appoint méthodiste, qui « s’occupe de faire du cheval, de boire du whisky, ou de lire des livres cochons en irlandais à la bibliothèque de Trinity Collège »60.

Molyneux et son temps

  • 61 Swift, « Quatrième lettre du drapier », Œuvres, p. 1160.
  • 62 Ou Molinel (DNB, t. xxxviii, 1894, p. 137).

32La famille de celui que Swift appelle « un Anglais né en Irlande »61 est établie à Dublin depuis un siècle. Thomas Molyneux62 est né à Calais ; capturé lors de la reconquête de la ville par le duc de Guise, il verse une rançon de 500 couronnes et gagne Bruges où il épouse Catherine Stabeort, fille de Lodowick Stabeort (ou Slobert), bourgmestre de Bruges ; en 1568, fuyant le duc d’Albe, il part pour Londres, puis s’établit (1568) à Dublin ; il surveille les fournitures de guerre et collecte les douanes et les taxes sur le vin ; il est nommé (1590) chancelier de l’Échiquier d’Irlande ; mort le 24 janvier 1596-1597, il est inhumé dans la cathédrale Christ Church.

  • 63 The Life of James Duke of Ormond, Oxford UP, 1851, t. ii, p. 432 ; Charles Dickson, « The battle of (...)
  • 64 Dillon était l’acquéreur de la concession lors de l’implantation de Jacques Ier ; le domaine est ex (...)

33Son petit-fils Samuel (1616-1693) est chef-canonnier du duc d’Ormond, spécialement à la bataille de Ross (18 mars 1643)63. Ses arriérés de solde sont payés par une concession de 1 000 acres irlandaises dans le comté de Limerick ; en 1664, il achète également le château Dillon64 (comté d’Armagh) et d’autres terres dans le comté de Kildare ; en 1665, il construit une maison à Dublin, au sud de la Liffey, hors des remparts, près de la porte Gormond.

  • 65 Sir Capel Molyneux ed., Anecdotes of the life of the celebrated patriot and philosopher Wm Molyneux (...)
  • 66 William Palliser (1646-1727) était fellow de Trinity College depuis 1668, diacre (1669), prêtre (28 (...)
  • 67 William Domville est révoqué de cette charge en 1687, par Tyrconnell : cf. J.P. Casey, The office o (...)
  • 68 Elle perd la vue le dimanche 24 novembre 1678.

34Fils de Samuel Molyneux et de Margaret Dowdall, William Molyneux65 est né (17 avril 1656) dans la maison de son père, New Row, à Dublin. Il entre (10 avril 1671) à Trinity College, sous le tutorat de Dr William Palliser66, futur archevêque de Cashel ; il y obtient son baccalauréat des arts, puis gagne Londres où il s’inscrit à Middle Temple (23 juin 1675) pour des études de droit. Revenu à Dublin en juin 1678, il y épouse (19 septembre 1678) Lucy, la fille cadette de Sir William Domville, procureur général d’Irlande67 ; deux mois après ce mariage, sa femme devient aveugle68 et sa santé sera toujours alarmante ; le couple arrive à Londres (11 juin 1679) pour consulter les meilleurs spécialistes ; de retour à Dublin, il s’installe chez William Domville, Bride Street.

  • 69 La correspondance qui se poursuivra jusqu’en 1692 est conservée par la Southampton Corporation Arch (...)
  • 70 C’est la comète de Halley.
  • 71 Le questionnaire distribué dans l’ensemble de l’Irlande a été publié par K. Theodore Hoppen, « Some (...)
  • 72 L’ouvrage ne sera pas achevé ; seuls quatre des onze volumes prévus seront publiés ; les matériaux (...)
  • 73 K. Theodore Hoppen, « The Dublin Philosophical Society and the new learning in Ireland », IHS, t. x (...)
  • 74 William King (1650-1729), entre à Trinity Collège (7 avril 1666), Bachelor of Arts, (23 février 167 (...)
  • 75 Cette année-là, Molyneux obtient du gouvernement de Dublin une subvention de 100 £ pour dessiner le (...)
  • 76 Cette invention est évoquée par Swift : « Il y avait un astronome dont l’idée était de mettre un ca (...)
  • 77 Le Molyneux qui apporte une contribution à la science est le fils de William, Samuel Molyneux (1689 (...)
  • 78 . Some familiar letters between Mr Locke and several of his friends, 1708 : cf. Patrick Kelly, « Lo (...)
  • 79 Denis Diderot, « Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient », Œuvres, Gallimard, « Pléia (...)

35En 1679, il adapte de Descartes Six metaphysical méditations wherein it is proved that there is a God, qu’il publie à Londres en avril 1680 ; en 1681, ayant observé l’éclipse de lune visible à Dublin (1er août 1681), il entame, par l’intermédiaire de Charles Bernard, une correspondance avec John Flamsteed, astronome du roi69, mais, faute de matériel adéquat, ne parvient pas à observer la comète visible à Dublin à partir du 19 août 168270. Durant l’été 1682, il commence à rassembler une documentation pour une Description de l’Irlande71 qui devait s’intégrer dans le New English Atlas du libraire londonien Moses Pitt72. Il contribue à fonder (1683) la Dublin Philosophical Society73 dont il assure le secrétariat, tandis qu’Édouard Smyth est trésorier et que Sir William Petty est porté à la présidence ; un comité de trois membres les assiste ; la société comprend quatorze adhérents (dont six clercs de l’Église établie, et un catholique, Mark Baggot) ; vingt autres adhérents les rejoignent en 1685, parmi lesquels William King74. Grâce à Ormond, il est nommé (31 octobre 1684) ingénieur en chef et contrôleur des bâtiments et travaux du roi ; à ce titre, il entreprend la restauration du château de Dublin endommagé par un incendie en avril 1684. En 168575, il devient membre de la Royal Society. Il publie (1686) « Sciothericum Telescopium, une invention récente, consistant à adapter un télescope à un cadran solaire horizontal, pour calculer l’heure aussi bien de nuit que de jour, et rendant de grands services dans toutes les observations astronomiques, de même que pour la mise à l’heure et le réglage des horloges à balanciers et autres chronomètres ; avec des tables nécessaires à son emploi »76. Durant son séjour en Angleterre (1689-1690), Molyneux rassemble les matériaux pour la publication de sa Dioptrica Nova à Londres (1692)77, dont les épreuves ont été relues par Edmund Halley (1656-1742) et qui est dédiée à John Locke. C’est le début d’une solide amitié78 ; c’est à Locke qu’est proposé le célèbre problème de Molyneux : « On suppose un aveugle de naissance qui soit devenu homme fait, et à qui on ait appris à distinguer, par l’attouchement, un cube et un globe de même métal et à peu près de même grandeur, de sorte que quand il touche l’un et l’autre, il puisse dire quel est le cube et quel est le globe. On suppose que le cube et le globe étant posés sur une table, cet aveugle vienne à jouir de la vue ; et l’on demande si en les voyant sans les toucher il pourra les discerner et dire quel est le cube et quel est le globe. Ce fut M. Molineux qui proposa le premier cette question, et qui tenta de la résoudre79. »

  • 80 La Dublin Philosophical Society cesse de se réunir après avril 1787.
  • 81 Fin 1690, John Osborne dépose une proposition devant la Chancellerie afin de poursuivre, pour haute (...)
  • 82 Sir William Petty propose alors de transformer l’Irlande en une gigantesque prairie sur laquelle 30 (...)
  • 83 Raymond Gillespie, « The Irish Protestants & James ii », IHS, t. xxviii, 1992, n° 110, p. 124-133.
  • 84 Peut-être à cause de l’arrivée à Dublin, en janvier 1689, de Pointis, un officier de marine françai (...)
  • 85 Swift part en février 1689 se réfugier chez sa mère à Leicester.

36A partir de 168780, de nombreux protestants s’inquiètent de la catholicisation de l’armée, de la justice, des corporations, par Tyrconnell ; ils choisissent de quitter le pays81 ou, du moins, de mettre leurs capitaux en lieu sûr. Leurs craintes sont exacerbées par la mauvaise situation économique et le déclin du commerce82. La montée de la violence dans les campagnes donne naissance à des rumeurs d’un massacre généralisé, comparable aux événements de 1641. Il est difficile de savoir combien de protestants ont quitté l’Irlande entre 1688 et 1690 ; une liste (1688) en dénombre 1 055 adultes mâles en Angleterre ; une autre (1689) en recense 1 300 « protestants » à Chester83. Parmi eux, Molyneux84, Swift85… Ceux qui sont pauvres reçoivent pour leur soulagement 50 £ des « bâtonniers » d’Inner Temple. Ils saisissent le Parlement de Westminster d’une requête en vue d’instaurer ce qui deviendra les lois pénales.

Jacques II

  • 86 J.G. Simms, Jacobite Ireland, 1685-1691, Londres, 1969.
  • 87 La proposition de loi, introduite (10 mai 1689) à la Chambre des Communes du « parlement patriote » (...)
  • 88 Cette mesure est réclamée par les « ultras » dirigés par John O’Molony, évêque de Killaloe (1672-16 (...)

37Chassé d’Angleterre, le catholique Jacques II vient en Irlande, le seul royaume qui lui reste fidèle86, mais, alors même qu’il n’est soutenu que par les Irlandais et par la France de Louis XIV, il ne veut pas revenir totalement sur les confiscations de Cromwell87 ; il ne veut pas abolir la Législation de Poynings88, il ne veut pas aller au-delà de la liberté de conscience pour les catholiques. Il refuse ainsi l’indépendance irlandaise sous un roi catholique. Il y a certes de la vanité dans son attitude, mais il fait preuve surtout d’un nationalisme « britannique » opposé à la nation irlandaise. Incurablement anglais, Jacques II n’entend pas régner sur une Irlande catholique qui existerait face à une Grande-Bretagne protestante gouvernée par sa fille et son gendre. Le « parlement patriote » parvient néanmoins à lui faire accepter – de mauvaise grâce – l’acte « déclaratoire » interdisant au Parlement de Londres de légiférer pour l’Irlande.

  • 89 J.G. Simms, « Eye-witnesses of the Boyne », Irish Sword, t. I, 1950, p. 24-32. Juste après la batai (...)
  • 90 Mémoires de Dumont de Bostaquet.
  • 91 Séamus an Chaca.

38A la bataille de la Boyne (1er juillet 1690)89, la victoire de Guillaume d’Orange et de ses régiments de huguenots français, avec le duc de Schomberg90, sur Jacques II le Breneux91, et ses régiments royaux français commandés par Lauzun, met symboliquement fin à cette partition des îles Britanniques.

La confiscation orangiste

  • 92 William King, The state of the protestants of Ireland under the late King James’s government, Londr (...)
  • 93 John Locke, Two treatise of government, Cambridge, Peter Laslett ed., 1960, p. 378.

39Pour William King, Jacques II a perdu sa légitimité en restituant une partie des terres aux catholiques : « C’est la propriété qui justifie la nécessité du gouvernement et le premier but du gouvernement est de défendre la propriété ; lorsqu’un gouvernement, au lieu de la préserver, ruine entièrement la propriété de ses sujets, ce gouvernement se dissout lui-même92. » Il défend la même idée que Locke pour qui « le pouvoir souverain ne peut prendre d’aucun homme aucune fraction de sa propriété sans son propre consentement. Car la conservation de la propriété est le but de tout gouvernement »93.

  • 94 Patrick Kelly, « “A light to the blind” : the voice of the dispossessed elite in the generation aft (...)
  • 95 J.G. Simms, « Land owned by catholics in 1688 », IHS, t. vii, 1951, n° 27, p. 180-190 ; The William (...)

40En revanche, l’expropriation des catholiques se poursuit94 : la propriété catholique en Irlande qui était déjà passée, de 1641 à 1688, de 60 % à 22 %, n’est plus en 1703 que de 14 %95.

  • 96 4 Will. & Mary, c. 2 (3 novembre 1692).
  • 97 G.L. Lee, The huguenot settlements in Ireland, Londres, 1936 ; A. Carré, L’influence des Huguenots (...)

41Cette translation de propriété s’accompagne d’une immigration étrangère suscitée. Parmi les étrangers protestants incités à s’établir dans ce royaume d’Irlande96, les huguenots français et les Palatins sont les plus nombreux. Une dizaine de milliers de huguenots s’y installent, spécialement dans les villes de l’est97 ; Louis Crommelin s’établit à Lisburn : une subvention lui est versée (14 février 1700), pour établir une manufacture de lin. Appelés par Anne Stuart, 3 000 protestants du Palatinat se fixent dans les comtés de Limerick et du Kerry ; en 1712, le gouvernement accorde à chaque famille une allocation de 40 sous sterling par an, pendant sept ans.

Les lois pénales98

  • 98 R. Dudley Edwards, The history of penal laws against catholics in Ireland from 1534 to the treaty o (...)
  • 99 La Dublin Philosophical Society se réunit à nouveau pendant quelque dix-huit mois, en 1692-1693, ma (...)
  • 100 Il le sera de nouveau au Parlement de 1695.

42Rappelé en Irlande en décembre 1690, Molyneux participe plus ou moins aux affaires publiques99 ; en octobre 1692, il est élu député de Trinity Collège100 ; son action est récompensée par le doctorat en droit (juillet 1693). Il est commissaire aux domaines confisqués de novembre 1692 à avril 1693.

  • 101 3 Will. & Mary, c. 2 (24 décembre 1691).
  • 102 J.G. Simms, « Irish catholics and the parliamentary franchise, 1692-1728 », IHS, t. xvii, 1960, n°  (...)
  • 103 J.C. Beckett, Protestant dissent in Ireland, 1687-1780, Londres, 1948.

43C’est par un acte du Parlement de Londres (24 décembre 1691)101, à la demande des protestants réfugiés en Angleterre, que les Irlandais catholiques perdent leur éligibilité102 : le serment de Suprématie aboli en Irlande, est remplacé par un serment déclarant que la doctrine pontificale sur le pouvoir de déposer les rois était impie et hérétique, accompagné d’une déclaration contre la consubstantiation ; ainsi seuls les catholiques sont exclus du Parlement d’Irlande (alors que les « non-conformistes », les protestants qui refusent l’Église établie, peuvent prêter le serment103).

  • 104 Article 9 (3 octobre 1691). Cf. J.G. Simms, « The original draft of the civil articles of Limerick, (...)
  • 105 15 février 1696.
  • 106 7 & 8 Will., c. 27. Les catholiques irlandais essaieront encore de se faire entendre aux négociatio (...)
  • 107 Geo. ii, c. 9, sect. 8. Le bill reçoit l’accord du roi le 6 mai 1728.

44Mais si les catholiques ne peuvent plus accéder au Parlement, ils peuvent encore voter. Il faut, pour les en exclure, leur imposer un serment « inacceptable ». Or le traité de Limerick104précise que nul serment en dehors de celui d’allégeance ne pouvait être imposé aux Irlandais. A la suite de la tentative d’assassinat de Guillaume d’Orange105, le serment sur la doctrine pontificale peut être exigé de n’importe qui, et celui qui le refuse ne peut voter106 ; après 1727, ils ne seront même plus électeurs107.

  • 108 7 Will. iii, c. 4, c. 5 (7 septembre 1695).
  • 109 J.G. Simms, « The bishops’ banishment act of 1697 (9 Will. III, c. 1) », IHS, t. xvii, 1970, n° 66, (...)

45En 1695, des lois interdisent toute éducation catholique, à l’étranger ou en Irlande ; les catholiques ne peuvent posséder d’armes, ni de cheval valant plus de 5 £108. S’il est alors proposé de bannir d’Irlande les réguliers, l’intervention de l’Empereur fait repousser cette mesure qui est réintroduite et étendue à l’épiscopat (25 septembre 1697)109. Le départ doit avoir lieu avant le 1er mai 1698 : 424 réguliers sont expulsés en 1698, la plupart vers la France.

  • 110 The law does not suppose any such person to exist as an Irish Roman Catholic (Bowes, lord-chancelie (...)

46« La loi ne reconnaît pas l’existence d’une personne telle qu’un Irlandais catholique romain110. »

  • 111 J.I. McGuire, « The Irish parliament of 1692 », in Thomas Bartlett & D.W. Hayton ed., Penal era and (...)
  • 112 William King, The state of the protestants of Ireland under the late King James’s government, Londr (...)

47En demandant à être régis directement par une loi du Parlement d’Angleterre, les protestants irlandais ont porté préjudice à leur propre indépendance législative et ont été rapidement mis en face des implications de cet état de choses111. Selon William King, en 1691, les protestants d’Irlande « étaient assurés que leur intérêt et leur devoir étaient d’être sujets de la couronne d’Angleterre »112.

La situation en 1698

48Mais, après la « glorieuse révolution », la couronne d’Angleterre ne signifie plus tellement le roi, mais le Parlement de Londres qui entend confisquer à son profit le pouvoir politique sur les îles Britanniques.

L’hégémonie du Parlement de Londres

  • 113 10 Will, iii, c. 1.

49Après la signature des traités de Ryswick (10 au 11 septembre 1697), le Parlement exige que Guillaume débande ses troupes étrangères. Guillaume essaie de contrer partiellement en envoyant ses régiments huguenots en Irlande. Le Parlement d’Angleterre réplique en exigeant (1er février 1699)113 le licenciement de toutes les troupes étrangères en Irlande, et même de toutes les troupes au-dessus de 12 000 hommes. Pour le Parlement, il est important d’empêcher le roi d’établir une puissance indépendante en Irlande.

50Ayant mesuré les conséquences de leur attitude « loyaliste », les protestants irlandais tentent d’argumenter : le traité de William Molyneux s’inscrit dans ce cadre. Il évoque les affaires les plus inquiétantes pour l’autonomie de l’Irlande.

L’exportation des tissus de laine

  • 114 H.F. Kearney, « The political background to English mercantilism, 1695-1700 », Econ. Hist. Rev., 2e(...)
  • 115 John Toland, A letter from a gentleman in the country to a member of the House of Commons in refere (...)
  • 116 10 Will. III, c. 5.
  • 117 10 & 11 Will. iii, c. 10 [Angl.].

51Le renouveau économique de l’Irlande se marque par un essor de la draperie irlandaise dans les années 1696-1698 ; la production de 1698 est le double de celle de 1687, le dernier record. Dès 1695, John Cary et d’autres marchands de Bristol, bientôt rejoints par Exeter et les industriels du Sud-Ouest de l’Angleterre, s’inquiètent des conséquences de la concurrence irlandaise114. L’Irlande est une rivale très dangereuse pour l’Angleterre et ne doit pas être autorisée à contrôler son gouvernement ni son commerce115. Une première proposition de loi est introduite (5 avril 1697) devant la Chambre des communes de Londres pour interdire l’exportation des produits lainiers irlandais. La Chambre des communes de Londres demande à Guillaume de décourager la manufacture de laine en Irlande et d’encourager celle du lin (1er juillet 1698). Le Parlement de Dublin place des droits de douane sur les laines exportées d’Irlande (26 janvier 1699)116, mais les droits sont jugés trop faibles pour compenser le niveau des prix de revient, et le Parlement de Londres interdit l’exportation de tissus de laines irlandais, ailleurs qu’en Angleterre 4 mai 1699)117.

L’évêque de Derry contre la Société irlandaise de Londres

  • 118 T.W. Moody & J.G. Simms ed., The bishopric of Derry and the Irish Society of London, 1602-1705, t.1 (...)
  • 119 J.C. Beckett, « William King’s administration of the diocese of Derry, 1691-1703 », IHS, t. iv, 194 (...)
  • 120 3 & 4 Anne, c. 8 [Angl.] (14 mars 1705).

52Depuis l’implantation de Londonderry, l’évêque de Derry et la Société irlandaise de Londres sont en conflit au sujet des droits de la pêche au saumon dans la Foyle et la Bann, ainsi qu’à propos d’autres droits118. La procédure conduit à l’affrontement des Chambres des lords d’Angleterre et d’Irlande, revendiquant chacune leur compétence en appel, la Chambre des lords d’Irlande prenant le parti de l’évêque, celle d’Angleterre tenant pour les Londoniens119. Le 24 mai 1698, la Chambre des lords de Londres déboute la Chambre des lords d’Irlande. Finalement, le procès entre l’évêque de Derry et la Société irlandaise de Londres est réglé par le Parlement de Londres120.

Un nationalisme colonial

  • 121 J.G. Simms, Colonial nationalism, 1698-1776, Cork, 1976.
  • 122 Patrick Kelly, « The printer’s copy of the MS of William Molyneux, “The case of Ireland’s being bou (...)
  • 123 Le titre original est : « An humble remonstrance to the parliament of England in relation to Irelan (...)
  • 124 Archevêque de Meath (1682-1697). J. Brady, « Remedies for the Church of Ireland, 1697 », Arch. Hib, (...)
  • 125 H.G. Richardson, « The Preston exemplification of the Modus Tenendi Parliamentum » ; H.G. Richardso (...)

53L’affirmation d’un nationalisme colonial121 est clairement formulée par William Molyneux122, qui conteste le droit du Parlement d’Angleterre de légiférer pour l’Irlande, sur la base que l’Irlande est un royaume séparé, a son propre Parlement, et n’est pas représentée au Parlement d’Angleterre123. Quoique Molyneux ne le dise pas, sa prétention avait déjà été exprimée dans la loi « déclaratoire » votée par le parlement jacobite, en 1689. Il veut restaurer les droits du Parlement d’Irlande en Irlande, tirant argument des accords entre les rois irlandais et Henri II, faisant référence à la publication, en 1692, par Anthony Dopping124, du Modus tenendi parliamenta in Hibernia125. Molyneux et Dopping s’inspirent de la même source, Sir William Domville, beau-père de Molyneux et oncle de Dopping. La théorie selon laquelle l’Irlande était sujette du roi d’Angleterre et non du Parlement, n’était pas facile à concilier avec la situation nouvelle créée par la Révolution de 1688 qui établissait le Parlement, et non le roi, comme l’autorité suprême en Angleterre.

  • 126 Son livre, « La Cause de l’Irlande », fut brûlé par le bourreau : cf. Jean Guiffan, « L’histoire », (...)

54Le livre de Molyneux est mal reçu en Angleterre. Selon la Chambre des communes de Londres (27 juin 1698), la brochure de Molyneux « présente des conséquences dangereuses pour la couronne et le peuple d’Angleterre »126. La Chambre des communes insiste sur le fait que l’Irlande est « un royaume dépendant et subordonné ». Cette position repose sur le principe que l’autorité de la couronne impériale devait être exercée par le Parlement impérial. Plusieurs opuscules sont écrits pour lui répliquer.

L’enquête parlementaire

55Le Parlement de Londres se préoccupe des concessions de Guillaume en Irlande, contestées par Jack Howe (décembre 1697) qui réclame une loi de réintégration ; l’annulation des concessions intervenues depuis le 13 février 1689 fait l’objet d’une proposition de loi (février 1698) qui n’aboutit pas avant la fin de la session.

56L’enquête sur les confiscations irlandaises, et surtout la Loi of Resumption, faisait apparaître clairement combien le Parlement anglais avait peu de respect pour les réclamations coloniales d’indépendance constitutionnelle. L’objection irlandaise à une enquête parlementaire anglaise fut certainement liée à la controverse suscitée par le fameux traité de Molyneux. L’action prise par le Parlement anglais dans le respect des confiscations irlandaises est un bon exemple de la manière selon laquelle le contrôle parlementaire du roi impliquait l’exercice de son autorité sur les affaires irlandaises.

Le demi-denier de Wood

  • 127 Le penny est le denier sterling, comme le signalait, avant la réforme « décimale », le « d. » frapp (...)
  • 128 Albert Goodwin, « Wood’s halfpence », EHR, t. li, 1936, p. 647-674.
  • 129 James Maculla, Ireland’s consternation, Dublin, 1723.

57Une affaire va développer, au-delà des cercles officiels, et au-delà de la mort de William Molyneux, la thèse du nationalisme colonial. Des lettres (12 juillet 1722) garantissent à Guillaume Wood (1671-1730), quincaillier de Wolverhampton, le monopole de la frappe de demi et de quart de deniers127 en cuivre, devant circuler en Irlande128. Dès la mi-août, une campagne se développe129 contre le demi-denier de Wood. Le 9 septembre 1723, la Chambre des communes décide de prendre en considération l’état de la nation, spécialement au sujet de l’importation et de la circulation de demi-репсе et de farthing dans le royaume. Le 13 septembre, le Chambre des communes demande à la Chambre des lords une copie de la patente sur les demi-pence. En février ou mars 1724, est publiée la première des Lettres d’un drapier de Swift, au sujet des demi-deniers de Wood. Le 21 septembre 1725, le Lord Lieutenant avertit le Parlement du retrait de la patente de Wood.

Vers l’union

  • 130 Cf. infra p. 101.
  • 131 J.C. Beckett, « William King’s administration of the diocese of Derry, 1691-1703 », IHS, t. IV, 194 (...)
  • 132 William King to Sir Robert Southwell, 19 juillet 1697 (TCD, ms. 750, p. 79).

58Molyneux avait argumenté que si le Parlement d’Angleterre devait légiférer pour l’Irlande, le peuple de l’Irlande devrait y être représenté, mais « c’est un bonheur que nous pouvons à peine espérer »130. La suggestion de l’union a été faite en de nombreuses occasions, spécialement par Henry Maxwell, un membre ulsterien du Parlement, dont l’Essay towards an union of Ireland with England, 1703, entend démontrer qu’une telle union « accroîtrait grandement les manufactures, le commerce, et les ressources de chaque nation… et serait l’intérêt commun du manufacturier, du marchand, du propriétaire terrien et de la monarchie ». William King131 exprime l’idée que l’union est la seule voie pour que les deux pays se développent efficacement132. La Chambre des communes d’Irlande présente une adresse à la reine Anne (20 octobre 1703) lui demandant « soit de restaurer ses sujets dans la pleine jouissance de leur constitution, soit de leur garantir une union plus solide et plus étroite avec les sujets anglais de Sa Majesté ». Cette démarche qui aboutit seulement en 1800, n’est pas, non plus, la solution du problème irlandais.

59Le poète avait pressenti l’impérieuse émigration :

  • 133 Fear Flatha O’Gneeve, « Mo thruaighe mar tàid Gaoidhil », La décadence de Gaël, vers 1580. in T.F.  (...)

Seigneur, si vous avez ordonné que l’Irlande
– Une nouvelle Angleterre sans le nom –
Soit à jamais entre les mains de nos ennemis
Il convient de dire adieu à notre île133,

60mais n’avait pas songé à la grande famine…

Notes

1 Traduction française de Jane Fillion, L’homme tranquille, 1953, p. 238.

2 A New History of Ireland, Oxford, Clarendon Press, t. ii, Medieval Ireland, 1169-1534 ; t. iii, Early Modern Ireland. 1534-1691, Oxford, Clarendon Press, 1976, 736 p. ; t. iv, Eighteenth-century Ireland, 1691-1800, 1986, 849 p. ; t. viii, A chronology of Irish History to 1976.

3 Jacques Verrière, La population de l’Irlande, Mouton, 1979, p. 30.

4 Maurice Sheehy, When the Normans came to Ireland.

5 Nicolas Breakspear, pape de 1154 à 1159.

6 La bulle Laudabiliter n’est connue que par Gérald de Barry.

7 Giraldus Cambrensis, « Expugnatio Hibernica », in J.S. Brewer, J.F. Dimock & G.F. Warner ed., Opera, vi, p. 395-397 ; W. Stokes, « The Irish abridgement of the Expugnatio Hibernica », English Historical Review (citée désormais EHR), t. xx, 1905 ; Robert Barlett, Gerald of Wales, 1146-1223, Oxford, Clarendon Press, 1982, 246 p.

8 Le terme de Pale n’est pas en usage avant la fin du xive siècle. Jusque là on dit, comme pour le pays de Galles, march ou border. Les Irlandais disent Galldacht (district étranger).

9 H.G. Richardson & G.O. Sayles, The Irish parliament in the middle ages, Pennsylvania UP, 1952, x + 395 p., 2e éd. 1964 ; Oxford UP, 1967 (Études présentées à la Commission internationale pour l’Histoire des Assemblées d’États, t. x).

10 E. Curtis, A history of medieval Ireland, Londres, 1938, p. 231-236 ; A history of Ireland, Londres, 1950, p. 113-117.

11 G.J. Hand, « The status of the native Irish in the Lordship of Ireland, 1272-1331 », Irish Jurist, nouvelle série, t. i,1966, p. 93-115 ; A.J. Otway-Ruthven, A history medieval Ireland, Londres, 1968, p. 291-294.

12 Les liens juridiques et économiques entre les « implantations » qui seront examinées ici, et les « enclosures » restent, à ma connaissance, à explorer.

13 Ce que les historiens appellent « la question d’Irlande » a surgi dans son originalité et son ampleur après la Réforme, sous le règne des Tudors, des Stuarts et le Protectorat de Cromwell : cf. André Guillaume, L’Irlande, une ou deux nations ? , PUF, 1987, p. 9. L’existence d’une « plantation » sous le règne de Marie (associée à Philippe ii d’Espagne) prouve l’origine « raciale » et non religieuse du mouvement ; ce n’est vraiment qu’au xviie siècle que la composante religieuse devient essentielle.

14 La règle absurde de succession à la couronne d’Angleterre imposée par la revendication d’Édouard iii à la couronne de France (les femmes ne peuvent pas régner, mais peuvent transmettre la couronne) inaugure une période d’anarchie institutionnelle, de massacres familiaux, jusqu’à sa faillite complète avec l’accession au trône de Marie Tudor, puis d’Élisabeth.

15 Richard, duc d’York, ayant été nommé (9 décembre 1447) lieutenant d’Irlande, où il possédait d’ailleurs de vastes domaines, le royaume jouit d’un régime privilégié durant la seconde moitié du xve siècle ; plus dure sera la chute…

16 P.A. Johnson, Duke Richard of York, 1411-1460, Oxford, Clarendon Press, 1988, xii + 270 p.

17 Brendan Bradshaw, The Irish Constitutional Revolution of the Sixteenth Century, Cambridge UP, 1979, 303 p.

18 D.B. Quinn, « The early interpretation of Poynings’ Law, 1494-1534 », Irish History Series (citées désormais IHS), t. ii, 1941-1942 ; R. Dudley Edwards & T.W. Moody, « The history of Poynings’ Law : part. I, 1494-1615 », IHS, t. ii, p. 415-424 ; Aidan Clarke, « The history of Poynings’ Law [part. ii], 1615-1641 », IHS, t. xviii, 1972, n° 70, p. 207-222 ; R. Dudley Edwards, « The Irish Parliament under Elizabeth and James i », Historical Studies, t. vi, Londres, 1968. La Législation de Poynings est suspendue à plusieurs reprises par le Parlement d’Irlande, notamment celui de mai 1536 (28 Hen. viii, c. 4). Le Parlement de 1557 (3 & 4 P. & M., c. 4) permet de transmettre des propositions de loi après la convocation du parlement, et explicite le droit du roi d’amender les propositions législatives.

19 Barry Yelverton’s act : 21 & 22 Geo. iii, c. 47. Les textes législatifs qui seront approuvés par les deux chambres du Parlement d’Irlande (mais non les autres) pourront être transmis tels quels en Angleterre. L’union (1800) n’a pas permis de tester l’efficacité de cette réforme.

20 33 Hen. viii, c. 1.

21 D.B. Quinn, « Henry Fitzroy, duke of Richmond and his connexion with Ireland, 1529-1530 », Bull. Inst. Hist. Res., t. xii, 1935, p. 175-177 ; D.B. Quinn, « Historical revision, xiii : Henry viii and Ireland, 1509-1534 », IHS, t. xii, 1961, n° 48, p. 318-344 ; J.J. Scarisbrick, Henry viii, Londres, Eyre Methuen, 1968, p. 424-425, qui évoque le projet de faire du duc de Richmond, en mars 1527, un roi d’Irlande, pour lui faire épouser une nièce de Charles ier d’Espagne.

22 Brendan Bradshaw, The dissolution of the religious orders in Ireland under Henry viii, Cambridge, 1974.

23 28 Hen. viii, c. 16.

24 . Emil Strauss, Sir William Petty : portrait of a genius, Londres, The Bodley Head, 1954, 260 p.

25 Sean O’Domhnaill, « The maps of the Down Survey », IHS, t. iii, 1943, n° 12, p. 381-392.

26 Hen. viii, c. 5.

27 Le découpage de la recherche entre Histoire d’Irlande d’une part, et Histoire de l’expansion britannique outre-mer d’autre part, a longtemps occulté les liens juridiques et sociaux entre les implantations irlandaises et américaines. Il est très révélateur que les mêmes hommes, les mêmes groupes, se retrouvent à chaque fois. Les voyages de découvertes et les liaisons commerciales relèvent en revanche d’une autre dynamique.

28 Sir Richard Bingham († 18 janvier 1599), président du Connaught (mars 1584), in Michel Duchein, Élisabeth ière d’Angleterre. Le pouvoir et la séduction, Fayard, 1992, p. 630. Au milieu du xviie siècle, on offre cinq livres sterling pour une tête de loup ou une tête de prêtre (Maurice Goldring, Le drame de l’Irlande, Bordas, 1972, p. 19).

29 Jasper Ridley, Elisabeth ière, Londres, 1987, p. 321.

30 Dean Guntner White, « The reign of Edward vi in Ireland : some political, social, and economic aspects », IHS, t. xiv, 1965, n° 55, p. 197-211.

31 Philippe d’Espagne épouse Marie Tudor le 25 juillet 1554, et devient Philippe II à la suite de l’abdication (16 janvier 1556) de son père Charles 1er d’Espagne, l’empereur Charles-Quint. Est-il utile de rappeler que Philippe tire ses droits sur les couronnes d’Angleterre, d’Irlande… et de France, du mariage de Jean de Gand († 3 février 1399) avec Constance de Castille († mars 1394), alors que Marie ne tient les siens que de la liaison doublement adultérine de Jean de Lancastre avec Catherine Swynford, la gouvernante de ses enfants, tardivement régularisée (janvier 1396) ?

32 3 & 4 P. & M., c. 1.

33 3 & 4 P. & M., c. 2.

34 Hiram Morgan, « The end of Gaelic Ulster : a thematic interpretation of events between 1534 and 1610 », IHS, t. xxvi, 1988, n° 101, p. 8-32.

35 . D.B. Quinn, « The Munster plantation : problems and opportunies », Cork Hist. Soc. Jn., t. lxxi, 1966, p. 19-40 ; Anthony J. Sheehan, « Official reaction to native land claims in the plantation of Munster », IHS, t. xxiii, 1983, n° 92, p. 297-318 ; Michael Maccarthy-Morrogh, The Munster Plantation. English migration to Southern Ireland, 1583-1641, Oxford, Clarendon Press, 1986, xi + 318 p.

36 Si les colons débarqués en 1585 sont récupérés par Drake en juin 1586, l’expédition de ravitaillement de 1590 (Hopewell et Moonlight) ne trouve pas trace de ceux qui ont été débarqués en 1587 : cf. D.B. Quinn, « The failure of Raleigh’s American colonies », in H.A. Cronne, T.W. Moody & D.B. Quinn ed., Essays in British and Irish history in honour of James Eadie Todd, Londres, 1949, p. 61-85.

37 Hist. MSS. Comm., De L’Isle and Dudley MSS, ii, p. 12-15, cité par D.B. Quinn, « Ireland and Sixteenth Century European Expansion », Historical Studies, Londres, Bowes & Bowes, 1958, p. 20-32.

38 D.B. Quinn, « Sir Thomas Smith (1513-1577) and the beginnings of English colonial policy », A mer. Phil. Soc. Proc, t. lxxxix, p. 543-560 ; Mary Dewar, Sir Thomas Smith : a Tudor intellectual in office, Londres, Athlone Press, 1964, x + 222 p., et particulièrement, « The Irish venture », p. 156-170.

39 Les implantations écossaises ont commencé en Écosse même : en 1597, Jacques vi exige, sous peine de forfaiture, la production des titres de propriété devant l’Échiquier ; les terres ainsi récupérées, spécialement sur la clan des MacLeod, en Kintyre, Lochaber et Lewis, font l’objet d’une concession aux « gentlemen adventurers of Fife », les Fifers : T,C. Smout, A History of the Scottish People, 1560-1830,1969, éd. 1987, p. 105.

40 Constantia Maxwell, History of Trinity College, 1ère ed., Dublin, 1591-1892, 2e ed., Dublin, 1946 ; R.B. McDowell & D.A. Webb, Trinity College, Dublin, 1592-1952 : an academic history, Cambridge UP, 1982, xxiii + 580 p.

41 A rapprocher de la fondation d’Harvard College, en 1636, à Newtown [Cambridge], six ans après la grande installation de la Compagnie de la baie du Massachusetts.

42 Hugh O’Neill († 1616), 2e comte de Tyrone, Rory O’Donnell († 1608), comte de Tyrconnell : cf. J.C. Beckett, « The flight of the earls, 1607 », IHS, t. xvii, 1971, n° 67, p. 380-399.

43 Sir John Davies, Discovery of the true causes why Ireland was never entirely subdued… until the beginning of his majesty’s happy reign, 1612, facsimile reprint, Shannon, 1969.

44 D.A. Chart ed., Londonderry and the London companies, 1609-1629,1928 ; T.W. Moody, « Ulster plantation papers, 1608-1613 », Anal. Hib, t. viii, 1938, p. 179-297 ; The Londonderry plantation, 1609-1641 : the city of London and the plantation in Ulster, Belfast, 1939 (Ph. D. thesis, Londres, 1934) ; « The treatment of the native population under the scheme for the plantation in Ulster », IHS, t. i,1938, p. 59-63.

45 G.M. Trevelyan, A shortened History of England, 1942, ed. 1962, p. 290 ; Michael Perceval-Maxwell, The Scottish migration to Ulster in the reign of James ier, Londres, 1973.

46 « Some Fitzgibbon letters from the Sneyd muniments in the John Rylands Library », John Rylands Lib. Bull, t. xxxiv, 1952, p. 296-311.

47 La difficile cohabitation entre catholiques et calvinistes a également été perceptible dans les revendications du Jura suisse voulant secouer le joug du canton de Berne.

48 T.W. Moody, « The treatment of the native population under the scheme for the plantation in Ulster », IHS, t.1, 1938, n° 1, p. 59-63.

49 T.W. Moody, « Sir Thomas Philipps of Limavady, servitor », IHS, t. i, 1939, n° 3, p. 251-272.

50 Samuel Eliot Morison, The Oxford history of the American People, t. i, 1972, p. 84-100 ; D.B. Quinn & A.N. Ryan, England’s Sea Empire, George Allen & Unwin, 1983, p. 154-178.

51 Hugh F. Kearney, Strafford in Ireland, 1633-1641, Manchester up, 1959, p. 85-103.

52 Keith J. Lindley, « The impact of the 1641 rebellion upon England and Wales, 1641-1645 », IHS, t. xviii, 1972, n° 70, p. 143-176 ; M. Perceval-Maxwell, « The Ulster rising of 1641, and the depositions », IHS, t. xxi, 1978, n° 82, p. 144-167.

53 L’oncle de William Molyneux, Thomas, gouverneur de Wicklow Castle, est massacré en 1642 par les insurgés.

54 Patrick Darcy, An argument delivered by Patrick Darcey, esquire ; by the express order of the House of Commons in the Parliament of Ireland, 9 junii 1641, Waterford, 1641.

55 Commons’ journal, ii, 425 ; 16 Chas I, c. 33 [Angl.]. Cf. J.R. MacCormarck, « The Irish adventurers and the English civil war », IHS, t. X, 1956, n° 37, p. 30. Pour entreprendre la reconquête de l’Irlande, le Parlement a une armée, mais non les moyens de l’entretenir. Il faut de nouveau faire appel à des adventurers, non des « aventuriers », mais des prêteurs qui vont risquer leur argent. Les personnes qui investiront seront désignées comme adventurers pour de la terre irlandaise et seront rétribuées par de la terre en proportion de leur investissement. Une venture de 600 £ rapporterait 1 000 acres dans le fertile Leinster, 450 £ dans le Munster, 300 £ et 200 £ dans les zones moins attirantes du Connaught ou de l’Ulster. Le consentement du roi à la proposition de concession est donné le 19 mars. Oliver Cromwell souscrit pour 600 £ (13 avril 1642), puis de nouveau pour 600 £ (15 avril 1642) et enfin pour 850 £ (19 juillet 1642), ce qui lui assure 2 036 acres dans la baronnie d’Eglish, plus tard portés à 5 000 acres dans le comté de Meath (R. Hist. Soc. Trans., nouvelle série, iii, 1874, p. 448) ; il avait déjà participé à la Massachusetts company.

56 J.P. Prendergast, The Cromwellian Settlement of Ireland, Dublin, 1875, 518 p. ; Toby Christopher Barnard, Cromwellian Ireland. English Government and Reform in Ireland, 1649-1660, Londres, Oxford UP, 1975.

57 W. F.T. Butler, Confiscation in Irish History, Dublin-Londres, 1918, p. 3.

58 T.C. Barnard, « Planters and policies in Cromwellian Ireland », Past and Present, n° 61, 1973, p. 60-65 ; James Kelly, « The origins of the act of union : an examination of unionist opinion in Britain and Ireland, 1650-1800 », IHS, t. xxv, 1987, n° 99, p. 236-263, p. 238.

59 M.W. Heslinga, The Irish Border, as a Cultural Divide, Assen, 1962, 226 p., p. 170.

60 Brendan Behan, The Hostage, Londres, 1958, act. I. Cf. Élisabeth Janvier trad., Deux otages, Gallimard, 1961, p. 40.

61 Swift, « Quatrième lettre du drapier », Œuvres, p. 1160.

62 Ou Molinel (DNB, t. xxxviii, 1894, p. 137).

63 The Life of James Duke of Ormond, Oxford UP, 1851, t. ii, p. 432 ; Charles Dickson, « The battle of New Ross », The Irish at war, p. 71-82.

64 Dillon était l’acquéreur de la concession lors de l’implantation de Jacques Ier ; le domaine est exploité par des paysans presbytériens.

65 Sir Capel Molyneux ed., Anecdotes of the life of the celebrated patriot and philosopher Wm Molyneux, author of The Case of Ireland : Published from a manuscript written by himself, Dublin, 1803 (édition privée) ; Sir Capel Molyneux, An account of the family and descendants of Sir Thomas Molyneux, Kt, Chancellor of the Exchequer in Ireland to Queen Elizabeth, Evesham, 1820 (édition privée) ; J.G. Simms, William Molyneux of Dublin : a life of the seventeenth-century political writer and scientist, Dublin, 1982, ouvrage posthume publié par Patrick H. Kelly (compte-rendu par T.C. Barnard, IHS, t. xxiv, 1984, n° 93, p. 103-105).

66 William Palliser (1646-1727) était fellow de Trinity College depuis 1668, diacre (1669), prêtre (28 janvier 1670) ; il devient par la suite professeur de théologie (1678), évêque de Cloyne (14 janvier 1693), puis de Cashel (juin 1694) ; il meurt le 1er janvier 1727.

67 William Domville est révoqué de cette charge en 1687, par Tyrconnell : cf. J.P. Casey, The office of the attorney general in Ireland, Dublin, Institute of Public Administration, 1980, 247 p.

68 Elle perd la vue le dimanche 24 novembre 1678.

69 La correspondance qui se poursuivra jusqu’en 1692 est conservée par la Southampton Corporation Archives, MS. D/M 1/1.

70 C’est la comète de Halley.

71 Le questionnaire distribué dans l’ensemble de l’Irlande a été publié par K. Theodore Hoppen, « Some queries for a seventeenth century natural history of Ireland », The Irish Book, t. ii, 1963, p. 60-61 ; les réponses sont conservées à la bibliothèque de Trinity College, Dublin, mss 883.

72 L’ouvrage ne sera pas achevé ; seuls quatre des onze volumes prévus seront publiés ; les matériaux pour l’Irlande n’y sont pas utilisés : cf. E.G.R. Taylor, « The English atlas of Moses Pitt », Geographical Magazine, t. xcv, 1940, p. 292-299.

73 K. Theodore Hoppen, « The Dublin Philosophical Society and the new learning in Ireland », IHS, t. xiv, 1964, n° 54, p. 99-118 ; The common scientist in the seventeenth century : a study of the Dublin Philosophical Society, 1683-1708, Londres, 1970 ; T.C. Barnard, « The Hartlib circle and the origins of the Dublin Philosophical Society », IHS, t. xix, 1974, n° 73, p. 56-71.

74 William King (1650-1729), entre à Trinity Collège (7 avril 1666), Bachelor of Arts, (23 février 1670), ordonné diacre (25 octobre 1671) par Robert Mossom, évêque de Derry, prêtre (12 avril 1674), doyen de la cathédrale Saint-Patrick de Dublin (1er février 1689), emprisonné (25 juillet 1689) au château de Dublin, élu (9 janvier 1691), puis consacré évêque de Derry (25 janvier 1691), puis archevêque de Dublin (11 mars 1703), mort (8 mai 1729). Cf. Sir Charles Simeon King ed., A great archbishop of Dublin, Londres, 1906 ; Autobiographie de William King : « Quædam vitas meæ insigniora », p. 1-42 ; J.I. McGuire, « The Church of Ireland and the “Glorious Revolution” of 1688 », in Art Cosgrove & Donal McCartney ed., Studies in Irish History presented to R. Dudley Edwards, Dublin, 1979, p. 137-149.

75 Cette année-là, Molyneux obtient du gouvernement de Dublin une subvention de 100 £ pour dessiner les forteresses de Flandres, en allant voir son frère à Leyde. Il quitte Dublin le 13 mai, gagne Calais (6 juin), puis les Flandres, Leyde (25 juin), Paris (où il rencontre Jean-Dominique Cassini et d’autres) ; arrivé à Londres (5 septembre), il se fait élire membre de la Royal Society ; il est de retour à Dublin en septembre. Cf. K.T. Hop-pen, « The Royal Society and Ireland », Notes and records of the Royal Society, t. xviii, 1963, p. 125-135 ; J.G. Simms, « Dublin in 1685 », IHS, t. xiv, 1965, n° 55, p. 212-226 ; J.H. Andrews, « Science and cartography in the Ireland of William and Samuel Molyneux », RIA Proc, t. LXXX, 1980, sect. C, p. 231-250.

76 Cette invention est évoquée par Swift : « Il y avait un astronome dont l’idée était de mettre un cadran solaire sur la girouette de l’Hôtel de Ville, ce qui l’obligeait à tenir compte à la fois des mouvements annuels et journaliers de la terre et du soleil, et de tous les changements accidentels du vent » : cf. Jonathan Swift, « Voyages de Gulliver », Œuvres, Gallimard, 1965, p. 191. Cf. Eileen Maccarvill, Jonathan Swift : les sources irlandaises de la Satire dans Gulliver’s Travels, thèse, Paris, 1957, dact. ; Oliver W. Ferguson, Jonathan Swift and Ireland, Illinois UP, 1962, xii + 217 p.

77 Le Molyneux qui apporte une contribution à la science est le fils de William, Samuel Molyneux (1689-1728) qui a commencé, vers la fin de novembre 1725, à l’observatoire de Kew, les observations qui menèrent James Bradley (1693-1762) vers l’aberration de la lumière. C’est lui qui reconstitue la Dublin Philosophical Society pendant l’été 1707, jusqu’à sa dispersion, cette fois définitive, au début de 1709.

78 . Some familiar letters between Mr Locke and several of his friends, 1708 : cf. Patrick Kelly, « Locke and Molyneux : the anatomy of a friendship », Hermathena, t. cxxvi, 1979, p. 38-54.

79 Denis Diderot, « Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient », Œuvres, Gallimard, « Pléiade », 1951, p. 845 ; T.K. Abbot, « Fresh light on Molyneux’s problem », Mind, nouvelle série, t. xiii, 1904, p. 1-12 ; J.W. Davis, « The Molyneux problem », Journal of the History of ideas, t. xxi, 1960, p. 392-408 ; M.J. Morgan, Molyneux’s question : vision, touch, and the philosophy of perception, Cambridge, 1977 ; Désirée Park, « Locke and Berkeley on the Molyneux problem », Journal of the History of Ideas, t. xxx, 1969, p. 253-260.

80 La Dublin Philosophical Society cesse de se réunir après avril 1787.

81 Fin 1690, John Osborne dépose une proposition devant la Chancellerie afin de poursuivre, pour haute trahison, tout protestant qui aurait exercé un emploi sous le roi Jacques ii. Sir Robert Southwell prend la défense de ceux qui sont restés à leur poste en 1689-1690.

82 Sir William Petty propose alors de transformer l’Irlande en une gigantesque prairie sur laquelle 300 000 personnes élèveraient six millions de bovins (Treatise of Ireland).

83 Raymond Gillespie, « The Irish Protestants & James ii », IHS, t. xxviii, 1992, n° 110, p. 124-133.

84 Peut-être à cause de l’arrivée à Dublin, en janvier 1689, de Pointis, un officier de marine français, venu examiner les conditions d’un soutien français à Tyrconnel, Molyneux part (31 janvier 1689) pour Chester, avec sa femme.

85 Swift part en février 1689 se réfugier chez sa mère à Leicester.

86 J.G. Simms, Jacobite Ireland, 1685-1691, Londres, 1969.

87 La proposition de loi, introduite (10 mai 1689) à la Chambre des Communes du « parlement patriote », n’aboutit que partiellement (22 juin) : Act for repealing the acts of settlement and explanation.

88 Cette mesure est réclamée par les « ultras » dirigés par John O’Molony, évêque de Killaloe (1672-1689), puis de Limerick (1689-1702) : cf. J.C. Simms, The Jacobite parliament of 1689, Dublin Historical Association, 1966.

89 J.G. Simms, « Eye-witnesses of the Boyne », Irish Sword, t. I, 1950, p. 24-32. Juste après la bataille de la Boyne, William Molyneux retourne en Irlande pour une visite à son père.

90 Mémoires de Dumont de Bostaquet.

91 Séamus an Chaca.

92 William King, The state of the protestants of Ireland under the late King James’s government, Londres, 1691, p. 97.

93 John Locke, Two treatise of government, Cambridge, Peter Laslett ed., 1960, p. 378.

94 Patrick Kelly, « “A light to the blind” : the voice of the dispossessed elite in the generation after the defeat of Limerick », IHS, t. xxiv, 1985, n° 96, p. 431-462, qui donne une liste de 28 brochures.

95 J.G. Simms, « Land owned by catholics in 1688 », IHS, t. vii, 1951, n° 27, p. 180-190 ; The Williamite confiscation in Ireland. 1690-1703, Londres, Faber & Faber, 1956, 207 p. : thèse soutenue à l’université de Dublin en 1952.

96 4 Will. & Mary, c. 2 (3 novembre 1692).

97 G.L. Lee, The huguenot settlements in Ireland, Londres, 1936 ; A. Carré, L’influence des Huguenots français en Irlande aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1937 ; C.E.J. Caldicott, H. Gough & J.P. Pittion ed., The Huguenots and Ireland : anatomy of an emigration, Dun Laoghaire, Glendale Press, 1987, 444 p.

98 R. Dudley Edwards, The history of penal laws against catholics in Ireland from 1534 to the treaty of Limerick (1691), Ph.D. thesis, Université de Londres, 1933 ; Maureen Wall, The penal laws, 1691-1760 : Church and State from the treaty of Limerick to the accession of George iii, Dundalk, 1961, 72 p. (IHS, n° 1) ; J.G. Simms, « The making of a penal law (2 Anne, c. 6), 1703-1704 »,IHS, t. xii, 1960, n° 46, p. 105-118.

99 La Dublin Philosophical Society se réunit à nouveau pendant quelque dix-huit mois, en 1692-1693, mais ses membres, et spécialement Molyneux et King, étant de plus en plus accaparés par les affaires publiques, ne peuvent consacrer qu’assez peu de temps à la science (les papiers de cette période sont perdus).

100 Il le sera de nouveau au Parlement de 1695.

101 3 Will. & Mary, c. 2 (24 décembre 1691).

102 J.G. Simms, « Irish catholics and the parliamentary franchise, 1692-1728 », IHS, t. xvii, 1960, n° 66, p. 185-199 ; Colum Kenny, « The exclusion of catholics from the legal profession in Ireland, 1537-1829 », IHS, t. xxv, 1987, n° 100, p. 337-357.

103 J.C. Beckett, Protestant dissent in Ireland, 1687-1780, Londres, 1948.

104 Article 9 (3 octobre 1691). Cf. J.G. Simms, « The original draft of the civil articles of Limerick, 1691 », IHS, t. viii, 1952, n° 29, p. 37-44 ; The treaty of Limerick, Dundalk, 1961, p. 19-24 ; Wouter Troost, William iii and the treaty of Limerick (1691-1697) : a study of his Irish policy, vii + 232 p. (thèse à Leyde, mai 1983).

105 15 février 1696.

106 7 & 8 Will., c. 27. Les catholiques irlandais essaieront encore de se faire entendre aux négociations qui mettent fin à la guerre de Succession d’Espagne, en publiant un État de la religion catholique en Irlande, avec l’abrégé des conditions de Limerique, et de plusieurs actes, ou édits, faits, & publiés depuis, par le parlement d’Irlande, contrairs aux dites conditions, représenté succinctement avec un mémorial a Mrs les plenipotentiaires des princes catholiques à Utrecht (Paris, BN, 4° / N° 243).

107 Geo. ii, c. 9, sect. 8. Le bill reçoit l’accord du roi le 6 mai 1728.

108 7 Will. iii, c. 4, c. 5 (7 septembre 1695).

109 J.G. Simms, « The bishops’ banishment act of 1697 (9 Will. III, c. 1) », IHS, t. xvii, 1970, n° 66, p. 185-199.

110 The law does not suppose any such person to exist as an Irish Roman Catholic (Bowes, lord-chancelier).

111 J.I. McGuire, « The Irish parliament of 1692 », in Thomas Bartlett & D.W. Hayton ed., Penal era and golden age : essays in Irish history, 1690-1800, Belfast, 1979, p. 8.

112 William King, The state of the protestants of Ireland under the late King James’s government, Londres, 1691, p. 106-107.

113 10 Will, iii, c. 1.

114 H.F. Kearney, « The political background to English mercantilism, 1695-1700 », Econ. Hist. Rev., 2e série, t. XI, 1959, n° 3, p. 484-496 ; Patrick Kelly, « The Irish woollen export prohibition act of 1699 / Kearney revisited », Ir. Econ. & Soc. Hist, t. vii, 1980, p. 22-44. En revanche, pour encourager la manufacture de lin en Irlande, il est permis d’importer en Angleterre du lin irlandais, sans droits de douane : 7 & 8 Will. iii, c. 39 (27 avril 1696).

115 John Toland, A letter from a gentleman in the country to a member of the House of Commons in reference to the votes of the 14th instant, 1697.

116 10 Will. III, c. 5.

117 10 & 11 Will. iii, c. 10 [Angl.].

118 T.W. Moody & J.G. Simms ed., The bishopric of Derry and the Irish Society of London, 1602-1705, t.1 (1602-1670), Dublin, IMC, 1968, 430 p. ; t. ii (1670-1705), Dublin, IMC, 1983 (publication de documents qui ont survécu à l’incendie (1786) de l’Irish Chamber, au Guilhall de Londres), et spécialement p. 192-204, 230-236. En 1684, 1885 barils de saumon sont exportés de Derry vers l’Espagne.

119 J.C. Beckett, « William King’s administration of the diocese of Derry, 1691-1703 », IHS, t. iv, 1944, p. 164-180.

120 3 & 4 Anne, c. 8 [Angl.] (14 mars 1705).

121 J.G. Simms, Colonial nationalism, 1698-1776, Cork, 1976.

122 Patrick Kelly, « The printer’s copy of the MS of William Molyneux, “The case of Ireland’s being bound by acts of parliament in England, stated” », Long Room, t. xviii-xix, 1978-1979, p. 7-13.

123 Le titre original est : « An humble remonstrance to the parliament of England in relation to Ireland » ; sur la copie de l’imprimeur, le titre est corrigé en : « The state of Ireland’s being bound by acts of Parliament in England, stated and argued » ; les deux derniers termes sont rayés. Le livre est vraisemblablement terminé le 26 mars (date initiale de la préface), mais la date est corrigée en 8 février, date à laquelle le chancelier d’Angleterre a déposé à la Chambre des lords divers textes concernant l’indépendance législative de l’Irlande ; Molyneux ne veut pas être accusé d’intervenir dans le débat. Le livre n’est pas présenté au roi, ni par King, ni par Francis Annesley qui est laissé juge de l’opportunité de la démarche : lettre (16 avril 1698) de King à Annesley (TCD, ms. 750-751, p. 211).

124 Archevêque de Meath (1682-1697). J. Brady, « Remedies for the Church of Ireland, 1697 », Arch. Hib, t. xxii, 1959, p. 163-173, publie ce qui semble avoir été les propositions de Dopping.

125 H.G. Richardson, « The Preston exemplification of the Modus Tenendi Parliamentum » ; H.G. Richardson & G.O. Sayles, Parliaments and councils of medieval Ireland, t. i, Dublin, 1947, xli + 251 p. Voir note p. xviii.

126 Son livre, « La Cause de l’Irlande », fut brûlé par le bourreau : cf. Jean Guiffan, « L’histoire », L’Irlande, milieu et histoire, Paris, Armand Colin, 1970, p. 190 « quoique le compte rendu des débats ne fasse pas mention d’un brûlement par la main du bourreau, sort habituel des livres jugés dangereux », sans doute grâce à l’intervention de John Methuen, le chancelier d’Irlande ; le livre a fait l’objet d’un débat aux Communes (21 mai 1698) qui renvoient à une commission qui recense « 30 passages qui tendent à désavouer et à dénier l’autorité du parlement d’Angleterre sur l’Irlande » : cf. J.G Simms, « The establishment of protestant ascendancy, 1691-1714 », A New History of Ireland, t. iv, 1986, p. 6 ; William Molyneux of Dublin, 1982.

127 Le penny est le denier sterling, comme le signalait, avant la réforme « décimale », le « d. » frappé sur les pence ; le farthing est le quart du penny.

128 Albert Goodwin, « Wood’s halfpence », EHR, t. li, 1936, p. 647-674.

129 James Maculla, Ireland’s consternation, Dublin, 1723.

130 Cf. infra p. 101.

131 J.C. Beckett, « William King’s administration of the diocese of Derry, 1691-1703 », IHS, t. IV, 1941, n° 14, p. 164-180.

132 William King to Sir Robert Southwell, 19 juillet 1697 (TCD, ms. 750, p. 79).

133 Fear Flatha O’Gneeve, « Mo thruaighe mar tàid Gaoidhil », La décadence de Gaël, vers 1580. in T.F. O’Rahilly ed., Measgra dànta, Dublin & Cork, 1927, poème 54. Les O’Gneeve étaient les bardes de la famille O’Neill.
« Má thug an Deónaghadh dhi,
Sacsa nua dan hainm Êire
bheith re a linn-se i lá imh bhiodhbhadh
don innse is cáir ceileabhradh. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/6795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search