Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

Le rôle de l’État dans l’économie irlandaise à l’ère de la mondialisation

Vanessa Boullet (2002)

Résumé

Résumé : Centré sur la problématique de l’engagement et du désengagement de l’État, cet article analyse le rôle de l’État irlandais dans l’économie du pays, de la fin des années cinquante au début des années 2000. Il démontre que l’État keynésien du début de la période étudiée s’est effacé au profit d’un État plus collaborationniste, en quête de stratégies économiques consensuelles.

Abstract: This paper focuses on the issue of state intervention in the Irish economy from the end of the 1950s to the beginning of the present decade. It argues that the Keynesian state of the 1950s and 1960s has receded and left the place to a more collaborationist state which seeks to base economic strategies on consensus.

Texte intégral

  • 1 Department of Finance, Economic Development, Dublin, Stationery Office, 1958, p. 10, § 2.
  • 2 Ibid., p. 10-11, § 3 et 5.
  • 3 « The possibility of freer trade in Europe » et « The Challenge of free-trade », in Economic Develo (...)
  • 4 Le terme de « globalisation » dans le sens d’accroissement des échanges apparaît pour la première f (...)

1Peu de pays ont connu une métamorphose aussi rapide et aussi radicale que l’Irlande depuis 1960. Cette transformation est particulièrement singulière quand on observe la situation dans laquelle se trouvait le pays à la fin des années cinquante. En 1958, le revenu national par habitant était de 423 dollars en Irlande, soit la moitié du revenu danois (809 $) ou britannique (909 $), et représentait un cinquième du revenu américain (2 067 $)1. Le chômage s’élevait en 1957 à 9,2 % et environ 40 000 Irlandais émigraient chaque année à cette période2. Cette situation économique a amené le pays vers une réévaluation de la politique et du rôle de l’État dans l’économie. En 1958, l’Irlande s’est engagée sur la voie du libre-échange en ouvrant ses frontières à l’économie mondiale3 et a ainsi fait le premier pas en direction de la mondialisation des années quatre-vingt-dix4.

2Dans un contexte de multiplication des échanges transnationaux et de forte présence d’entreprises multinationales, il est possible que le champ d’action de l’État se restreigne de manière considérable, au point de réduire son intervention à un rôle subalterne. Mais il est tout aussi possible que ce dernier accompagne l’internationalisation de l’économie soit en gardant un rôle prépondérant, soit en se positionnant comme partenaire des différents agents économiques du pays. Bien entendu, l’intervention étatique est de moindre ampleur qu’elle ne l’était auparavant, lors des périodes de fort protectionnisme, quand le gouvernement pouvait mener les politiques économiques et jouer sur les différents leviers macroéconomiques sans subir d’influence extérieure.

  • 5 Voir Rory O’Donnell, « Irish Policy in a Global Context : from State Autonomy to Social Partnership (...)
  • 6 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 2000, p. 76.

3Il nous a donc paru intéressant de nous attacher à analyser le rôle de l’État dans l’économie irlandaise, depuis l’ouverture des frontières jusqu’à nos jours. Nous allons chercher à analyser si celui-ci s’est amplifié tout au long de la période ou s’il a diminué, et quels changements se sont introduits dans les fonctions assumées par l’État. Nous allons montrer que l’État est passé d’un rôle keynésien, marqué par une forte détermination de la politique économique, à une approche plus consensuelle et collaborationniste (où divers groupes sont consultés) au niveau de l’élaboration des stratégies économiques5. Par État, nous entendons l’ensemble des organismes et des institutions qui assurent l’administration d’un pays, tels que les institutions politiques et administratives ou les organismes de contrôle et de coercition6. Nous utiliserons indifféremment les termes gouvernement, politique, Irlande pour nous référer à l’État irlandais.

D’un rôle keynésien7 et de la gestion de la demande

  • 7 C’est-à-dire une forte intervention de l’État.
  • 8 Economic Development, p. 14, § 18.
  • 9 Ibid., p. 12, § 9.
  • 10 Ibid., p. 13, § 13.

4Lors des années trente et quarante, la société irlandaise est assez opposée à ce que l’État joue un rôle capital dans l’économie du pays. Cependant, tout au long des années cinquante, il devient de plus en plus manifeste que la politique protectionniste mise en œuvre depuis 1932 par De Valera n’est pas parvenue à assurer l’indépendance économique du pays vis-à-vis de la Grande-Bretagne (80 % des exportations irlandaises sont effectuées vers le Royaume-Uni8). En 1957, l’Irlande est toujours le grenier de son grand voisin (l’agriculture représente 29 % du revenu national et 75 % des exportations irlandaises9) ; et l’industrie, protégée par des tarifs douaniers importants mais ne servant pratiquement que le marché national, a atteint sa capacité maximale et ne parvient plus à absorber les nouveaux actifs qui arrivent sur le marché du travail (elle représente 28 % du PIB irlandais alors qu’en 1957 la moyenne européenne est de 40 %10).

  • 11 Economic Development, souvent appelé « the grey book », publié sous l’égide du ministre des Finance (...)
  • 12 Ibid., chapitre 5.
  • 13 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », in Brian Nolan, Ph (...)

5S’appuyant sur un consensus autour de l’idée que la modernisation et le développement irlandais ne peuvent se faire que par l’ouverture de l’économie et par les exportations (notamment agricoles, selon le paradigme de l’époque), le rôle de l’État se voit, dans le courant des années cinquante, progressivement renforcé et étendu : l’IDA, agence pour le développement industriel créée en 1949, est chargée de développer les industries indigènes et d’attirer les industries étrangères. Mais c’est en 1958 que l’on note une réelle métamorphose du rôle du gouvernement irlandais. L’État prend alors l’initiative des transformations économiques. Avec Economic Development11 et le Premier Programme d’expansion économique, Whitaker et Lemass répondent à l’échec des politiques protectionnistes en proposant d’encourager le développement économique par une plus grande intégration de l’Irlande à l’économie mondiale grâce au libre-échange. Pour relancer le pays, diverses mesures proposées dans Economic Development sont mises en œuvre. Dans le domaine de l’agriculture, tout d’abord, une politique active est introduite pour produire plus à des prix compétitifs (en ayant recours aux engrais, en augmentant les cheptels, en baissant les coûts de production, en accentuant la recherche)12. L’État cherche ensuite à développer l’industrie, notamment par le biais d’agences comme l’IDA (Industrial Development Agency) ou An Foras Tionscal (The Underdeveloped Areas Board), qui attirent les investisseurs étrangers en Irlande en accordant un grand nombre de subventions aux industries tournées vers l’exportation13. L’État met aussi l’accent sur le développement des infrastructures et l’amélioration de l’éducation.

6Lemass était partisan d’un rôle nettement plus interventionniste de la part de l’État puisqu’il déclarait en 1961 :

  • 14 Cité dans Paul Bew, Henry Patterson, Seán Lemass and the making of modern Ireland, 1946-1966, Dubli (...)

In Irish economy development, the role of government is predominant. Nobody believes that, in the circumstances of this country, economic progress on the scale which is needed is likely to be realised otherwise than through the medium of a strong and sound Government policy directed to that result14.

Macroéconomie

  • 15 John Bradley, « The Legacy of Economic Development… », p. 142.
  • 16 Janine Brémond, Alain Gélédan, Dictionnaire économique et social, 5e éd., Paris, Hatier, 1992 [1981 (...)
  • 17 Paul Bew, Ellen Hazelkorn, Henry Patterson, The Dynamics of Irish Politics, Londres, Lawrence & Wis (...)
  • 18 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland : State, Class and Development in the Repu (...)
  • 19 Basil Chubb, Patrick Lynch (éd.), Economic Development and Planning, Dublin, IPA – An Foras Riarach (...)
  • 20 Paul Bew, The Dynamics of Irish Politics, p. 129.

7L’arrivée de la pensée et des politiques keynésiennes macroéconomiques en Irlande s’effectue dans le Premier Programme15. Reprenant le paradigme keynésien selon lequel le chômage est lié à une insuffisance de la demande, Whitaker, dans le Premier Programme, cherche à accroître le niveau de demande et d’investissement en prenant désormais en compte les mécanismes macroéconomiques, tels que l’emploi, l’inflation et la croissance des revenus16. Cette gestion de l’État reflète l’importance de l’emploi dans le contexte irlandais17. En effet, depuis la naissance de la République, l’Irlande n’a jamais été capable de créer des emplois en nombre suffisant pour toute la population active. Ainsi, après 1958, l’État prend-il donc différentes mesures pour tenter de remédier à cet état de choses. On observe alors une extension du rôle du gouvernement irlandais. Cependant, l’approche du gouvernement est indirecte puisqu’il essaie de créer un environnement favorable en régulant l’économie et en réduisant au minimum les perturbations afin que ce soient les entreprises privées, plutôt que les entreprises publiques, qui créent des emplois. La politique sera différente dans les années soixante-dix puisque, entre 1971 et 1981, 85 000 emplois seront créés dans le secteur public18. Mais, en raison de l’accroissement de la dette publique dans le courant des années quatre-vingt, l’Irlande réduira la place du secteur public et redonnera un rôle important aux entreprises privées. Bref, le gouvernement soutient et régule l’activité du pays, il offre un climat favorable, des subventions, des infrastructures pour le bon fonctionnement de la libre entreprise19. Ainsi peut-on dire qu’en 1958 l’État irlandais commence à abandonner sa philosophie d’État auxiliaire, c’est-à-dire qui assiste et facilite uniquement l’entreprise20, pour devenir un peu plus interventionniste (en émettant des plans de politique économique) et plus keynésien.

Intervention industrielle

  • 21 Marie-Claire Considère-Charon, Irlande : une singulière intégration européenne, Paris, Économica, 2 (...)
  • 22 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State : Globalization, Information Technology and the Ce (...)

8Le gouvernement a une fonction centrale dans la politique industrielle depuis le début des années soixante par ses efforts continuels pour attirer les capitaux étrangers21. Il aménage un climat propice aux multinationales en améliorant l’environnement national et en optimisant sans cesse les facteurs de production22. Dans le Premier Programme, on affirme la chose suivante :

  • 23 Programme for Economic Expansion, Dublin, Stationery Office, 1959.

There is no substitute for private enterprise, and the main objective of government policy in this field is to create the conditions in which it will be stimulated23.

9En 1958, le gouvernement entérine l’Industrial Development Act, qui encourage les investisseurs étrangers en assouplissant les mesures protectionnistes des Control of Manufactures Acts.

  • 24 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », p. 335.

10L’IDA est chargée de mettre en œuvre cette politique industrielle. À cette fin, elle dispose d’un certain nombre de moyens et de ressources qui sont en fait financés par l’État. On peut citer, par exemple, divers abattements fiscaux comme celui des impôts locaux (« remission of local taxation »), pour les exportations (« tax relief on export profits »), pour la modernisation des facteurs de production (« tax relief for plant and machinery »), l’aide pour l’implantation dans les régions les moins développées (« non-repayable grant »). En 1969, l’IDA renforce son influence puisqu’elle obtient le pouvoir de distribuer directement les subventions et les aides auparavant dispensées par An Foras Tionscal. Ainsi, dans les années soixante-dix, avec le renforcement de la part de l’État dans la politique d’attraction des multinationales, l’IDA devient le pivot de la stratégie industrielle irlandaise.24 D’autre part, pour compléter ces choix, l’État s’implique dans l’éducation ainsi que dans la formation professionnelle et offre des taxes modérées.

Un rôle d’intermédiaire, d’initiateur

  • 25 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 74.
  • 26 Anthony Leddin, Brendan Walsh, The Macroeconomy of Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1992, p. 40.
  • 27 Denis O’Hearn, « Globalization, New Tigers and the End of the Developmental State ? The Case of the (...)
  • 28 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State… », p. 164.

11Ainsi, à partir de 1958, l’État irlandais est à l’origine des initiatives visant à développer le pays et le rendre plus attractif aux yeux des multinationales étrangères. Le gouvernement irlandais n’apparaît donc pas comme une institution passive, voire commandée de l’étranger. Il a la capacité de garantir les intérêts nationaux malgré un contexte économique et mondial qui n’est pas toujours favorable25. Il décline la politique industrielle, se trouve au centre de celle-ci, mais joue un rôle indirect puisque c’est l’IDA, et non le gouvernement, qui intervient de façon directe dans l’industrie.26 Par ailleurs, ce rôle indirect est renforcé par les faibles contrôles effectués sur les entreprises et leur développement et ce, malgré les fortes subventions et abattements fiscaux accordés. Par exemple, le gouvernement ne contrôle pas les décisions d’implantation des sociétés, même si l’IDA peut les influencer en leur proposant des aides plus ou moins importantes selon la localisation. Mais la décision revient aux entreprises. D’autre part, même après la redéfinition de la politique industrielle irlandaise à la suite des rapports Culliton et Telesis dans les années quatre-vingt (impliquant que l’on porte une plus grande attention aux industries nationales et que l’on soit plus sélectif au niveau des subventions), l’État maintient son rôle indirect. On peut même dire que l’un des rôles de l’État, en raison de sa politique macroéconomique et des activités de marketing de l’IDA27, serait d’être un intermédiaire entre les capitaux étrangers et l’industrie irlandaise28. Seán O’Riain définit cette fonction comme étant celle d’une « midwife », accoucheuse, intermédiaire.

Du rôle décisif du gouvernement dans le choix de la politique économique

  • 29 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 81.

12Depuis 1958, l’État a ainsi joué un rôle décisif dans la formulation et l’exécution de la politique économique irlandaise. La stratégie étatique était tournée vers la création et l’accroissement de richesses en Irlande, car la philosophie de l’époque se fondait sur l’idée que plus de richesses pour quelques-uns se traduirait avec le temps par plus d’emplois pour le pays et aurait un effet positif sur toutes les couches sociales29. Les objectifs de cette politique étaient annoncés dans des plans qui étaient exécutés non par l’État lui-même mais par des agences gouvernementales et, bien entendu, par les entreprises.

Planification

  • 30 John Bradley, « The Legacy of Economic Development… », p. 130.
  • 31 Ibid.
  • 32 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 5.

13Pour mener à bien la modernisation du pays, l’État, en prenant modèle sur d’autres pays européens et notamment sur la France, a mis en place une planification nationale à moyen terme. Thomas K. Whitaker a défini un plan comme étant « a coherent and comprehensive set of policies for economic and social development over a period of four of five years ahead »30. Selon T.K. Whitaker, le plan était « the supreme policy document of the government »31 qui permettait d’étendre les prévisions budgétaires, car il estimait la période d’un an comme souvent trop courte pour mettre en œuvre de façon cohérente une politique de développement.32 Cette planification représentait donc le choix d’une nouvelle stratégie politique et économique.

  • 33 Ibid., p. 43.
  • 34 Dans Report on Public Expenditure, le National Economic and Social Council (NESC) explique brièveme (...)
  • 35 Il n’y a pas eu de planification officielle entre 1972 et 1978. En 1978, un White Paper on Economic (...)
  • 36 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 40.

14Dans chaque plan (il y en eut trois), l’État définissait les objectifs à atteindre, tels que le taux de croissance, d’inflation, d’emploi ainsi que les prévisions pour la balance des paiements. Il proposait également un certain nombre de moyens et de politiques pour réaliser ces ambitions, en prévoyant par exemple les taux d’imposition ou le niveau des allocations chômage. Mais, dans ce processus de planification, la plus grande place était attribuée aux entreprises privées33 soutenues par les agences gouvernementales, elles-mêmes s’appuyant sur l’État. Tout au long des années soixante, la planification fut très importante. Le premier plan fut une véritable réussite grâce à la conjoncture mondiale. Les deuxième et troisième plans ne furent pas couronnés d’autant de succès puisque le deuxième plan fut abandonné en 1968. Et les conditions nationales et internationales rendirent obsolète le troisième plan en 197134. Après cette période de forte planification, celle-ci prit d’autres formes dans les années quatre-vingt35. Mais l’intervention de l’État continua à se manifester de manière indirecte, au moyen d’un ressassement des objectifs plutôt que d’une politique véritablement dynamique. À la direction des affaires, le gouvernement préféra ainsi la mise en place d’un climat favorable au développement économique.36

  • 37 John Bradley, « The Legacy of Economic Development… », p. 134.

15Certains économistes, dont Peter Neary, ont affirmé que la planification et surtout le premier plan n’étaient pas à l’origine de la croissance que l’Irlande a connue au début des années soixante. Neary attribue celle-ci aux nouvelles politiques industrielles tournées vers l’investissement étranger. Mais cette distinction apparaît assez limitée puisque la combinaison entre politique d’ouverture et taxes modérées pour attirer les capitaux étrangers faisait partie de la politique industrielle.37 Ainsi, par le biais de la planification, l’État invente-t-il une politique active et efficace d’intervention dans l’économie en proposant un programme qui vise à assurer le développement et la croissance, subtilement mis en œuvre par les agences gouvernementales.

Les agences gouvernementales mettent-elles en place une intervention active ?

  • 38 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 41.
  • 39 John O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland : Policy and Performance, 2e éd., Dublin, Irish Manageme (...)
  • 40 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 21.
  • 41 Seán O’Riain, A Tale of Two Globalizations : The Irish Software Industry and the Global Economy, Du (...)

16Les agences gouvernementales ont donc été un instrument essentiel de l’intervention étatique en Irlande. Au début des années quatre-vingt-dix, on en recensait plus de 100, dont la plupart avaient été créées après 1958 (ainsi Forfas, Enterprise Ireland, ABT, SFADCo et Udaras na Gaeltachta, AnCO). Il y a deux principaux types d’agences : celles qui régulent une partie de l’activité économique et celles qui sont engagées dans la production de biens ou de services ou mènent des activités de développement38. En fait, l’utilisation de ces agences en tant que support au développement de l’économie irlandaise permet de répondre individuellement à des situations spécifiques39. Elles offrent une très grande flexibilité, une meilleure connaissance des intervenants (représentants de l’État, industriels, multinationales et groupes d’intérêts) et un contact plus direct entre eux, ce qui est très peu réalisable au niveau des ministères. D’autre part, elles travaillent uniquement sur des aspects relatifs à leur domaine d’activité40. Les agences gouvernementales ont ainsi joué un rôle primordial, notamment dans la politique industrielle irlandaise, puisque se trouvant à mi-chemin entre l’État et les entreprises41. Elles ont été, par exemple, le principal pourvoyeur des subventions aux entreprises (An Foras Tionscal, puis IDA). Elles ont donc joué un rôle plus direct et se sont montrées plus adaptables que le gouvernement, dont la participation s’est limitée à fixer des objectifs tandis qu’elles s’appliquaient à mettre en œuvre une stratégie pour les réaliser.

Une intervention favorisant l’offre

  • 42 Les facteurs de production sont toutes les ressources économiques qui entrent dans la fabrication d (...)
  • 43 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, Oliver Donohoe (éd.), Cork – Dublin, Mercier Press, 1995 (...)

17Progressivement, dès la fin des années soixante, avec l’accroissement des échanges, l’État commence à se détacher de la gestion de la demande et des politiques de type keynésien que toute l’Europe a connues et largement utilisées lors des années cinquante et soixante. Et il se tourne vers la gestion de l’offre, vers les facteurs de production42. Le gouvernement continue à jouer un rôle décisif en favorisant le développement économique mais, avec la libéralisation des marchés, son rôle change quelque peu. Il effectue maintenant des ajustements structurels pour que l’Irlande soit plus compétitive et donc plus attractive auprès des multinationales (et qu’elle poursuive ainsi l’élaboration de son modèle de modernisation et de développement). Par exemple, il améliore de manière significative les infrastructures et les télécommunications du pays et tente d’accroître l’innovation et la recherche. Selon Michael Porter, le gouvernement national joue un rôle essentiel en créant les facteurs qui permettent à un pays de se développer et d’être concurrentiel.43

Finances

18L’État a influencé directement et indirectement l’économie par les mesures prises au niveau fiscal. Tout d’abord, malgré une croissance des revenus de l’imposition au cours de ces quatre dernières décennies, les gouvernements successifs ont baissé les taux d’imposition sur les entreprises et sur les bénéfices de manière à ce que le pays soit plus compétitif. Les profits réalisés par les sociétés de fabrication et de services qui remplissent les conditions requises bénéficient d’un taux très avantageux comparé à ceux des autres pays de l’Union européenne. En effet, il a été de 10 % jusqu’au 31 décembre 2002 et se situe, depuis cette date, à 12,5 %, pour tous les secteurs (ce, jusqu’en 2010). Il se situe par contre à 30 % au Royaume-Uni, à 35 % en France et à environ 39 % en Allemagne44.

Fig. 1 – Taux d’imposition dans différents pays de l’OCDE
Source : Deloitte & Touche, « International Tax Rates 2002 », in IDA, Tax Brochure, Dublin, IDA, 2002, p. 3.

  • 45 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », p. 332.

19Par ailleurs, si nous analysons les dépenses publiques du gouvernement irlandais, nous pouvons noter que celles-ci ont crû considérablement jusqu’en 1987, date à laquelle elles dépassaient la moyenne européenne (avec 48 % du PIB irlandais). Après cette date, elles ont légèrement diminué. En 1996, le niveau de dépenses publiques en Irlande (représentant 37 % du PIB) était le plus bas d’Europe.45

  • 46 John W. O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland : Policy and Performance of a European Region, 8e éd. (...)

20Pourtant, cette baisse observée depuis 1987 correspond à une hausse réelle des dépenses publiques de 40 %, puisque le PIB a augmenté considérablement entre 1987 et 1997 en raison du boom économique46. Ainsi, ce niveau des dépenses publiques tendrait à prouver que l’État est de plus en plus fort et présent dans l’économie irlandaise.

Fig. 2 – Dépenses publiques en Irlande et en Europe 1960-1996 (% du PIB)
Source : Paul Sweeney, The Celtic Tiger : Ireland’s Economic Miracle Explained, Dublin, Oak Tree Press, 1998, p. 122 ; et The Economist, http://www.economist.com/​displayStory.cfm?Story_id=850937.

  • 47 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 40
  • 48 « The Visible Hand », The Economist, September 18th, 1997 (http://www.economist.com/displayStory.cf (...)
  • 49 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 122.

21De manière générale, le volume des dépenses publiques est le facteur premier par lequel l’État peut intervenir dans l’économie mais, en aucun cas, il n’illustre son pouvoir. Richard Breen a expliqué qu’en 1958 l’expansion du rôle de l’État devait s’effectuer principalement au moyen d’interventions subtiles (mais il ne donne aucun exemple) plutôt que par une augmentation des dépenses publiques.47 Mais ce ne fut pas le cas puisque nous observons un accroissement régulier de celles-ci depuis 1960. Il attribue une partie de ces dépenses aux agences gouvernementales et aux entreprises publiques. Une étude publiée dans The Economist en 1997 expliquait cette hausse des dépenses publiques par un renforcement des subventions (par exemple, l’aide directe à l’investissement ou le développement de la formation) vers le secteur industriel (bien que l’Union européenne participe au financement de ces aides)48. Mais l’enquête attribuait aussi cet accroissement à une augmentation des dépenses sociales, telles que les retraites ou les allocations chômage. Ce dernier point illustre le rôle social important joué par l’État49.

  • 50 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 47.

22Ainsi, par le biais des agences gouvernementales et des subventions, l’État est très actif dans son rôle de bailleur de fonds du développement. On peut même dire que le développement industriel repose en majeure partie sur ces aides et sur le taux d’imposition irlandais. Si ceux-ci devaient devenir moins importants ou ne plus exister, nous pourrions nous interroger sur l’avenir de l’Irlande, ce qui tendrait à montrer que l’État irlandais n’a plus beaucoup de marge de manœuvre dans sa politique industrielle50.

Éducation et formation

  • 51 John Coolahan, « Third-Level Education in Ireland : Change and Development », in Fíonán Ó Muirchear (...)
  • 52 Tony White, Investing in People : Higher education in Ireland from 1960 to 2000, Dublin, IPA, 2001, (...)

23Au milieu des années soixante, en raison de sa stratégie économique et politique de création d’emplois, le gouvernement décide d’accroître les compétences des Irlandais en transformant le système éducatif et en investissant dans la formation professionnelle en général. Suite à la publication du rapport Investment in Education en 1965 par le ministère de l’Éducation en coopération avec l’OCDE, un certain nombre de mesures sont prises. Au niveau de l’enseignement secondaire, elles prennent la forme, en 1967, de l’institution de la gratuité de la scolarité et des transports scolaires. Au niveau supérieur, la Higher Education Authority est créée en 196851 ; elle a pour fonction de promouvoir le développement des universités et des instituts de technologie. Les Regional Technical Colleges sont ainsi mis en place en 196952.

  • 53 Ou plutôt son rétablissement puisqu’il existait dans les années vingt.
  • 54 Agence pour la formation professionnelle.

24Parallèlement, la création du ministère du Travail53, en 1966, et de l’AnCO54, en 1967, met l’accent sur la nécessité d’encourager le secteur professionnel, négligé jusqu’alors. Depuis 1988, AnCO ainsi que d’autres organismes ont été regroupés en une seule agence FAS (Foras Aiseanna Saothair ou National Training and Employment Authority).

  • 55 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 123.
  • 56 Anthony Leddin, Brendan Walsh, The Macroeconomy of Ireland, p. 141.
  • 57 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, p. 65.

25De manière inévitable, les investissements et les dépenses publiques dans le domaine de l’instruction publique et de la formation supérieure ou professionnelle sont très importants depuis 1965. En 1961-1962, les dépenses pour l’enseignement secondaire représentaient un peu plus de 3 % du PNB, alors qu’en 1973 celles-ci s’élevaient à 6,3 %55. En 1986, le poste de l’éducation nationale dans les dépenses publiques atteignait le chiffre record de 18,2 % du PNB pour redescendre en 1998 à 13,4 %56. Ces derniers chiffres témoignent de l’intérêt primordial que l’État porte à l’enseignement, et tout particulièrement aux études supérieures et à la formation professionnelle. Le gouvernement souhaite former les Irlandais pour qu’ils puissent participer activement à l’effort de développement du pays. Comme l’affirme Robert Reich, le seul rôle légitime pour le gouvernement par rapport à l’emploi est d’améliorer la qualification et les compétences de la population afin qu’elle puisse ajouter plus de valeur à la production nationale.57

Un État de plus en plus concurrentiel

  • 58 Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth with Inequality in Ireland, New York, Palgrave, (...)
  • 59 Philip Cerny, « Restructuring the Political Arena : Globalisation and the Paradoxes of the Competit (...)

26En développant les facteurs de production et en investissant dans la formation et l’éducation, l’État irlandais a ainsi effectué certains ajustements structurels pour encourager la compétitivité du pays. L’Irlande est de plus en plus à l’écoute du marché, et une nouvelle relation se crée entre le gouvernement et les entreprises. Ainsi, selon Peadar Kirby, il est préférable de décrire l’État irlandais comme étant un État concurrentiel (« competition state »)58 qui est limité au niveau des actions gouvernementales. Cependant l’émergence de cet État concurrentiel n’équivaut pas, pour Philip Cerny, à un déclin du rôle de l’État. Au contraire, ce dernier est toujours présent et actif à travers ses actions et ses réglementations.59 En fait, l’intensification de la mondialisation a rendu le rôle de l’État encore plus critique car il encourage la compétitivité face à l’économie mondiale.

Une stratégie plus collaborationniste

La mondialisation

  • 60 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 209.
  • 61 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 74 : « The power of any single state to contr (...)
  • 62 Ibid., p. 75.
  • 63 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 112.

27Étant donné le renforcement de la mondialisation à la fin des années quatre-vingt et les caractéristiques de l’Irlande (petit pays, périphérique et très ouvert), il devient très facile de négliger l’importance du rôle de l’État et de ses institutions60 et de conclure hâtivement à son amoindrissement au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Il est évident que le nombre élevé d’entreprises multinationales ainsi que la forte interdépendance entre les pays ont réduit de manière significative le rôle du gouvernement dans le contrôle et la régulation de l’économie61. Celui-ci a certes moins d’autonomie puisqu’il doit, tout en maintenant la présence des multinationales, c’est-à-dire tout en conservant les mêmes politiques, développer le pays et l’industrie locale. Cependant le gouvernement irlandais joue toujours un rôle pivot, car il continue à voter des décisions majeures relatives au développement économique irlandais62. Son rôle ne peut donc pas être sous-estimé dans cette période de mondialisation intense. C’est toujours le gouvernement qui suggère les lois, qui décide des dépenses publiques et qui détermine la politique budgétaire. C’est toujours le gouvernement qui réglemente le marché du travail, les relations industrielles et la redistribution des revenus63.

Un État flexible

  • 64 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State… », p. 166.

28Certes, le gouvernement devient plus flexible : il s’adapte aux nouvelles conditions. Nous pouvons, par exemple, observer une plus grande souplesse dans les relations qu’il entretient avec les entreprises et la société64. Seán O’Riain affirme que le succès de l’économie irlandaise est, pour l’essentiel, dû à cette évolution car l’État joue un rôle d’intermédiaire entre le global et le local. Il dessine la nature de ces relations. Il exerce un rôle clé en encourageant de plus amples relations et échanges avec l’économie mondiale ainsi qu’avec les multinationales, en espérant de ce fait développer une industrie locale. Il devient l’intermédiaire entre les capitaux étrangers et les industries irlandaises.

L’accroissement des pouvoirs locaux et supranationaux

  • 65 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, p. 64.
  • 66 Denis O’Hearn, Inside the Celtic Tiger : the Irish Economy and the Asian Model, Londres, Pluto Pres (...)

29Toutefois, le rôle de l’État dans l’économie irlandaise est de plus en plus menacé par l’accroissement de pouvoirs locaux et supranationaux. En effet, l’intervention traditionnelle du gouvernement, tout d’abord, a été érodée par le pouvoir croissant des multinationales et par la mondialisation de l’information et des flux financiers65. Par exemple, l’État irlandais ne peut exercer qu’un contrôle très limité sur les entreprises étrangères qui s’implantent sur le sol irlandais66. L’IDA peut certes leur offrir des conditions très généreuses, mais si ces dernières souhaitent pour une raison ou pour une autre s’implanter dans un autre pays, l’Irlande a très peu de marge de manœuvre pour les retenir.

  • 67 John W. O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland, 2000, p. 50.

30La deuxième érosion s’effectue au travers de la mondialisation du pouvoir politique. L’Irlande fait partie d’un certain nombre d’organismes mondiaux ou d’institutions qui peuvent restreindre leurs décisions. En étant membre de l’Union européenne, l’Irlande perd un certain nombre de ses prérogatives en tant que nation67 et subit de nombreuses contraintes. Ainsi, depuis l’entrée en vigueur de l’Union économique et monétaire, l’Irlande a perdu son pouvoir de contrôle sur la politique monétaire et sur les taux de change au profit de la Banque centrale européenne. De plus, le pacte de stabilité impose à l’Irlande une politique stricte et rigoureuse par rapport à l’inflation, au déficit budgétaire et au taux d’endettement national. Désormais, lors de l’élaboration des politiques économiques, le gouvernement doit prendre en compte toutes les exigences européennes et ne peut plus jouer sur ces mécanismes pour défendre ou relancer l’économie. Mais l’Irlande a aussi gagné un certain pouvoir politique au sein des instances européennes : elle est, en théorie, un partenaire égal aux autres membres de l’Union européenne et peut donc, tout autant qu’eux, influencer les politiques européennes.

  • 68 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, p. 66.

31Par ailleurs, nous assistons, assez paradoxalement, comme l’a expliqué Rory O’Donnell, à une croissance des institutions à l’échelle locale, urbaine ou régionale, qui sont également en train d’affaiblir le rôle traditionnel de l’État. Ces institutions sont de plus en plus actives et prennent en charge le développement au niveau local soit directement, soit en partenariat avec l’État ou avec des organismes privés68. Ainsi, malgré un rôle moins important de l’État au niveau local, lié à la décentralisation et à cette émergence des pouvoirs locaux, c’est toujours le gouvernement qui mène les politiques générales. Il redevient un intermédiaire, entre le local et le national cette fois.

  • 69 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 112.
  • 70 Rory O’Donnell, « Irish Policy in a Global Context… », p. 550.
  • 71 Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress…, p. 131.
  • 72 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 82.
  • 73 Denis O’Hearn, Inside the Celtic Tiger…, p. 10.
  • 74 Denis O’Hearn, « Globalization… », p. 70.

32D’autre part, depuis 1987 et le début des partenariats sociaux, l’État joue un rôle plus consensuel. Lors de l’élaboration et de l’exécution des politiques économiques, le gouvernement consulte diverses organisations, telles que les syndicats, IBEC (Irish Business and Employers Confederation, qui représente les employeurs), les agences gouvernementales ou diverses organisations qui représentent ceux qui vont être affectés par les prochaines politiques69. Nous observons donc une évolution du rôle de l’État : celui-ci est passé d’une attitude ferme et dirigiste à une approche plus consensuelle, à un partenariat avec les divers groupes concernés. Les accords de partenariats sociaux, signés depuis 1987 et renouvelés tous les trois ans, en constituent l’exemple le plus révélateur70. Niamh Hardiman souligne qu’en dépit de ces partenariats, l’État a gardé les fonctions centrales des politiques économiques, à l’exception du processus de consultation et de négociation qu’il partage avec ces groupes. On peut donc observer une légère fragmentation du rôle de l’État71. Cependant Hilary Tovey et Perry Share vont plus loin puisqu’ils se demandent si ce dernier est encore un acteur significatif dans le pays. Ils suggèrent que, loin d’être un agent autonome, il est contrôlé par des groupes d’intérêts puissants et discrets72. Il est manifeste que l’État a perdu de sa liberté d’action ces quarante dernières années : l’Irlande est un pays qui subit de plein fouet les forces de marché. Toutefois, malgré cette évolution, qui s’est faite jour depuis les années soixante, le gouvernement et les institutions continuent de guider l’économie irlandaise sur la voie de la prospérité. Dans un pays ouvert comme l’Irlande, avec le renforcement de la mondialisation et la complexité croissante de l’économie nationale, l’État ne peut plus gérer l’économie73 de la même façon qu’à la fin des années cinquante ou que dans les années soixante. Il y a donc eu, au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, un glissement graduel du rôle de l’État. Il s’est éloigné du keynésianisme pour s’orienter vers un rôle de régulateur, plus proche des politiques de marché. Selon Denis O’Hearn, l’État n’est plus l’unique pourvoyeur de croissance, il devient un catalyseur, un partenaire. Il la favorise74.

  • 75 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », p. 334.
  • 76 Ibid., p. 310-311.

33Ainsi, bien que l’Irlande soit un petit pays périphérique de l’Union européenne, où ses stratégies politiques et économiques sont soumises et potentiellement limitées par les aléas de la conjoncture mondiale, l’État irlandais a été impliqué dans chaque étape du processus de développement économique lors de ces quatre dernières décennies75. L’Irlande est un exemple révélateur d’État interventionniste et keynésien au cours des années cinquante et soixante, ayant promu le développement et l’internationalisation de l’économie : il a instauré un climat propice et développé des agences gouvernementales qui ont permis le processus d’internationalisation grâce à une main-d’œuvre désormais qualifiée, ce qui a fait du pays un éden pour les multinationales. L’État a, de fait, joué un rôle critique dans l’intégration de l’Irlande au sein de l’économie mondiale.76

 

34Son rôle est toutefois indirect puisqu’il est tout d’abord actif en tant que bailleur de fonds de la modernisation du pays et non en tant qu’acteur direct de l’économie (comme le montrent l’IDA et la politique éducative). Et d’autre part, l’État se repose énormément sur les agences gouvernementales pour l’exécution des politiques et des stratégies économiques. Il est donc un initiateur, un intermédiaire. Par la suite, à partir des années soixante-dix, on observe un glissement ou un réajustement du rôle de l’État. Celui-ci, en devenant plus flexible, effectue des transformations structurelles pour rendre l’Irlande encore plus compétitive et l’accompagner dans la mondialisation des économies.

  • 77 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State… », p. 163 : « Developmental States […] achieve th (...)
  • 78 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 75.
  • 79 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 184.

35Il y a certes eu un affaiblissement graduel des prérogatives étatiques. Malgré une autonomie et une capacité réduites (divers agences et groupes ont un peu érodé son pouvoir), en dépit d’une redéfinition de ses fonctions dans le sens d’un amoindrissement, l’État irlandais a été et demeure encore le principal agent de la modernisation du pays77. Il fut à l’origine du développement irlandais78. On peut donc voir en lui un pilote. C’est lui qui a posé les bases du boom économique. En effet, si l’on examine les facteurs les plus souvent énumérés comme figurant à la base de la croissance irlandaise, on remarque qu’ils sont le résultat soit d’actions gouvernementales, soit d’initiatives lancées par des institutions étatiques79.

Notes

1 Department of Finance, Economic Development, Dublin, Stationery Office, 1958, p. 10, § 2.

2 Ibid., p. 10-11, § 3 et 5.

3 « The possibility of freer trade in Europe » et « The Challenge of free-trade », in Economic Development, p. 2, § 5.

4 Le terme de « globalisation » dans le sens d’accroissement des échanges apparaît pour la première fois le 11 mai 1988 au Sénat dans la discussion de l’Insurance Bill, 1987, vol. 117. Il apparaît en 1991 au Dáil (Finance Bill, vol. 407, 24 avril 1991).

5 Voir Rory O’Donnell, « Irish Policy in a Global Context : from State Autonomy to Social Partnership », European Planning Studies, vol. V, n° 4, 1997, p. 545-558.

6 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 2000, p. 76.

7 C’est-à-dire une forte intervention de l’État.

8 Economic Development, p. 14, § 18.

9 Ibid., p. 12, § 9.

10 Ibid., p. 13, § 13.

11 Economic Development, souvent appelé « the grey book », publié sous l’égide du ministre des Finances Thomas Whitaker en 1958, constitue un tournant dans la politique économique de l’Irlande. Il est à l’origine de la modernisation du pays.

12 Ibid., chapitre 5.

13 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », in Brian Nolan, Philip O’Connell, Christopher Whelan (éd.), Bust to Boom : The Irish experience of Growth and Inequality, Dublin, IPA, 2000, p. 310-339.

14 Cité dans Paul Bew, Henry Patterson, Seán Lemass and the making of modern Ireland, 1946-1966, Dublin, Gill & Macmillan, 1982 ; cité par John Bradley, « The Legacy of Economic Development : the Irish Economy, 1960-1987 », in Cormac Ó Gráda (éd.), The Economic Development of Ireland since 1870, Aldershot, E. Elgar, 1994, 2 vol., vol. II, p. 131.

15 John Bradley, « The Legacy of Economic Development… », p. 142.

16 Janine Brémond, Alain Gélédan, Dictionnaire économique et social, 5e éd., Paris, Hatier, 1992 [1981], p. 223 : « L’approche macroéconomique de Keynes est caractérisée pas sa prise en compte des mécanismes macroéconomiques. Un raisonnement macroéconomique cherche à mettre en lumière toutes les conséquences d’une décision au niveau d’un pays. »

17 Paul Bew, Ellen Hazelkorn, Henry Patterson, The Dynamics of Irish Politics, Londres, Lawrence & Wishart, 1989, p. 129.

18 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland : State, Class and Development in the Republic of Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1990, p. 148.

19 Basil Chubb, Patrick Lynch (éd.), Economic Development and Planning, Dublin, IPA – An Foras Riarachain (Reading in Irish Public Administration ;1), 1969, p. 296.

20 Paul Bew, The Dynamics of Irish Politics, p. 129.

21 Marie-Claire Considère-Charon, Irlande : une singulière intégration européenne, Paris, Économica, 2002, p. 7.

22 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State : Globalization, Information Technology and the Celtic Tiger », Politics and Society, XXVIII, n° 2, p. 172.

23 Programme for Economic Expansion, Dublin, Stationery Office, 1959.

24 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », p. 335.

25 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 74.

26 Anthony Leddin, Brendan Walsh, The Macroeconomy of Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1992, p. 40.

27 Denis O’Hearn, « Globalization, New Tigers and the End of the Developmental State ? The Case of the Celtic Tiger », Politics and Society, XXVIII, n° 1, p. 87.

28 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State… », p. 164.

29 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 81.

30 John Bradley, « The Legacy of Economic Development… », p. 130.

31 Ibid.

32 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 5.

33 Ibid., p. 43.

34 Dans Report on Public Expenditure, le National Economic and Social Council (NESC) explique brièvement les circonstances de l’obsolescence du troisième plan.

35 Il n’y a pas eu de planification officielle entre 1972 et 1978. En 1978, un White Paper on Economic and Social Development pour la période 1977-1980 fut publié. Un Green Paper, qui reprend en détail le White Paper, est sorti à la fin du premier semestre 1978.

36 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 40.

37 John Bradley, « The Legacy of Economic Development… », p. 134.

38 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 41.

39 John O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland : Policy and Performance, 2e éd., Dublin, Irish Management Institute, 1978 [1975], p. 71.

40 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 21.

41 Seán O’Riain, A Tale of Two Globalizations : The Irish Software Industry and the Global Economy, Dublin, Economic and Social Research Institute (Working paper ; 101), 1998, p. 8.

42 Les facteurs de production sont toutes les ressources économiques qui entrent dans la fabrication d’un produit. Les classiques distinguaient trois principaux facteurs de production : la terre, le capital et le travail. Les néo-classiques privilégient le capital et le travail. Voir Janine Brémond, Alain Gélédan, Dictionnaire économique et social, p. 171.

43 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, Oliver Donohoe (éd.), Cork – Dublin, Mercier Press, 1995, p. 65.

44 IDA, http://www.ida.ie.

45 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », p. 332.

46 John W. O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland : Policy and Performance of a European Region, 8e éd., Dublin, Gill & Macmillan, 2000 [1975], p. 85.

47 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 40

48 « The Visible Hand », The Economist, September 18th, 1997 (http://www.economist.com/displayStory.cfm?Story_id=156962), et « The future of the state », ibid. (http://www.economist.com/displayStory.cfm?Story_id=850929).

49 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 122.

50 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 47.

51 John Coolahan, « Third-Level Education in Ireland : Change and Development », in Fíonán Ó Muircheartaigh (éd.), Ireland in the Coming Times : Essays to Celebrate T.K. Whitaker’s 80 years, Dublin, IPA, 1997, p. 192.

52 Tony White, Investing in People : Higher education in Ireland from 1960 to 2000, Dublin, IPA, 2001, p. 108.

53 Ou plutôt son rétablissement puisqu’il existait dans les années vingt.

54 Agence pour la formation professionnelle.

55 Richard Breen et al., Understanding Contemporary Ireland…, p. 123.

56 Anthony Leddin, Brendan Walsh, The Macroeconomy of Ireland, p. 141.

57 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, p. 65.

58 Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth with Inequality in Ireland, New York, Palgrave, 2002, p. 143 : « The concept of the competition state seems a more useful and accurate one to apply to the Ireland of the Celtic Tiger than either of the two concepts used by O’Riain. Firstly, […] it shows why a state prioritises international competitiveness over social development. »

59 Philip Cerny, « Restructuring the Political Arena : Globalisation and the Paradoxes of the Competition State », in Randall Germain (éd.), Globalization and its Critics : Perspectives from Political Economy, Londres, Macmillan, 2000, p. 117 : « The emergence of the competition state does not lead to a simple decline of the state but instead necessitates the expansion of state intervention and regulation. »

60 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 209.

61 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 74 : « The power of any single state to control and direct economic affairs has seriously diminished. »

62 Ibid., p. 75.

63 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 112.

64 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State… », p. 166.

65 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, p. 64.

66 Denis O’Hearn, Inside the Celtic Tiger : the Irish Economy and the Asian Model, Londres, Pluto Press, 1998, p. 160.

67 John W. O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland, 2000, p. 50.

68 Paddy Walley, Ireland in the 21st Century, p. 66.

69 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 112.

70 Rory O’Donnell, « Irish Policy in a Global Context… », p. 550.

71 Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress…, p. 131.

72 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 82.

73 Denis O’Hearn, Inside the Celtic Tiger…, p. 10.

74 Denis O’Hearn, « Globalization… », p. 70.

75 Seán O’Riain, Philip O’Connell, « The Role of the State in Growth and Welfare », p. 334.

76 Ibid., p. 310-311.

77 Seán O’Riain, « The Flexible Developmental State… », p. 163 : « Developmental States […] achieve their goals in the contemporary era not by taking on the tasks of development themselves but by shaping the capabilities of society and the market to do so. »

78 Hilary Tovey, Perry Share, A Sociology of Ireland, p. 75.

79 Paul Sweeney, The Celtic Tiger…, p. 184.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Taux d’imposition dans différents pays de l’OCDESource : Deloitte & Touche, « International Tax Rates 2002 », in IDA, Tax Brochure, Dublin, IDA, 2002, p. 3.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 2 – Dépenses publiques en Irlande et en Europe 1960-1996 (% du PIB)Source : Paul Sweeney, The Celtic Tiger : Ireland’s Economic Miracle Explained, Dublin, Oak Tree Press, 1998, p. 122 ; et The Economist, http://www.economist.com/​displayStory.cfm?Story_id=850937.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteur

Université de Nanterre – Paris X

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540