Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

Avant-propos

Catherine Maignant

Texte intégral

1Catherine Maignant L’Irlande du xxie siècle ne correspond plus guère à l’image bucolique que le passé nous a léguée. Embrassant avec enthousiasme les idéaux de la mondialisation, elle a habilement utilisé les chances que l’Europe lui offrait pour se développer de manière spectaculaire et devenir un modèle de réussite économique. Dans les années quatre-vingt-dix, le « Tigre celtique » a fait une entrée remarquée sur la scène internationale. Si, dès la fin des années cinquante, l’Irlande était, sous l’impulsion de Lemass et Whitaker, revenue sur les choix isolationnistes, autarciques et étroitement nationalistes de l’ère De Valera, le pays a accompli au cours des dix ou quinze dernières années sa mutation vers le «  tout économique » avec les conséquences de tous ordres que cela suppose. L’Irlande des années vingt et trente avait fondé son identité sur une revendication de spécificité. L’uniformisation impliquée par le processus de globalisation a abouti à des transformations profondes qui dépassent très largement le strict domaine économique. La société tout entière s’est ainsi trouvée précipitée dans un univers fort éloigné de celui qui lui avait donné naissance et que d’aucuns qualifient de « post-moderne ». Que l’on reconnaisse ou non la pertinence de ce terme, force est de constater que la modernisation induite par les choix économiques et politiques a eu pour effet un questionnement, voire une refonte identitaire comparable, dans ses principes comme dans ses expressions, à celle qu’ont connue les autres sociétés avancées depuis les années soixante.

2Aujourd’hui pourtant, la spirale vertigineuse du succès ne paraît plus entraîner l’Irlande avec autant de force. À l’époque du ralentissement, en 2002-2003, on chuchotait que le pays serait entré dans la période de l’après Tigre celtique, que dans tous les cas la prospérité serait – comme certains commentateurs le suggéraient depuis longtemps – fragile à l’extrême. Au printemps 2007, la situation semble stabilisée et les excellents résultats de 2006 confirment la relance visible dès 2005. Des questions demeurent toutefois, d’autant que l’Irlande est en train de perdre le statut finalement privilégié qui était le sien dans le cadre de l’Union économique et monétaire. Initialement hostile au traité de Nice, elle a finalement donné son accord référendaire à l’élargissement de l’Union européenne à de nouveaux membres, acceptant ainsi de se rallier aux vœux de la majorité, au risque de voir son influence diluée et d’être rapidement contrainte de contribuer au développement des nouveaux États membres périphériques. Peut-être se trouve-t-elle donc au seuil d’une nouvelle phase de son histoire où elle risque de se trouver confrontée à des difficultés, à ce jour seulement esquissées.

  • 1 La date initiale de rédaction est portée à la fin de chaque article. Le directeur de publication a (...)

3Il nous a paru intéressant, en cette phase de transition, de tenter de dresser un bilan de cette forme d’âge d’or que fut, et qu’est clairement encore, l’ère du Tigre celtique. Le présent ouvrage se compose ainsi d’une série d’articles, rédigés entre 1999 et 20061, qui portent témoignage des succès et des échecs des années fastes mais aussi des interrogations que l’aventure économique irlandaise a suscitées en Irlande comme à l’étranger. Il pose, par ailleurs, en filigrane la question centrale de la construction d’une nouvelle réalité sociale et politique en Irlande sur la base de convergences avec un modèle international standardisé, individualiste et libéral. Il recherche enfin les éventuelles divergences par rapport à ce schéma. Si l’Irlande a perdu son âme des temps romantiques, elle n’a peut-être pas oublié le goût de cultiver une certaine différence.

Notes

1 La date initiale de rédaction est portée à la fin de chaque article. Le directeur de publication a toutefois actualisé les données à chaque fois que cela lui semblait pertinent.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540