Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande, écritures et réécritures de la Famine

 | 
Bertrand Cardin
, 
Claude Fierorbe

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Sylviane Berger-Azidrou est maître de conférences à l’université de Picardie Jules Verne – Amiens, où elle enseigne la littérature anglaise et irlandaise. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée La Satire dans l’œuvre poétique d’Austin Clarke, soutenue en 1999. Elle s’intéresse notamment à la littérature irlandaise du xxe siècle et participe actuellement à des travaux collectifs portant sur l’œuvre de George Moore.

2Maryvonne Boisseau est maître de conférences à l’université de la Sorbonne nouvelle – Paris III où elle enseigne principalement la traduction. Auteur d’une thèse de linguistique et poésie et de plusieurs articles d’analyse linguistique de textes poétiques et de traductions, sa recherche se situe à l’articulation des domaines de la linguistique, de la poésie et de la traduction. Elle est membre des groupes de recherche TRACT (Traduction et communication transculturelle anglais-français, français-anglais) et Études irlandaises (Caen – Lille – Paris III).

3Jean Brihault est professeur de littérature et civilisation irlandaises à l’université de Haute Bretagne – Rennes II. Il a rédigé sa thèse d’État et de nombreux articles sur Lady Morgan et son œuvre. Ses publications portent essentiellement sur la littérature et la culture de l’Irlande des xixe et xxe siècles. Il a publié deux ouvrages collectifs, l’un consacré à l’Irlande et ses langues, et l’autre à John McGahern, ainsi qu’un volume de traduction collective de nouvelles de Walter Macken.

4Bertrand Cardin est maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Miroirs de la filiation. Parcours dans huit romans irlandais contemporains, paru aux Presses universitaires de Caen en 2005, d’une thèse de doctorat sur les nouvelles de John McGahern et d’articles sur diverses œuvres littéraires irlandaises actuelles en prose.

5Fabienne Dabrigeon-Garcier, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, est professeur de littérature anglaise et irlandaise à l’université Charles de Gaulle – Lille III, membre du CERIUL (Lille III) et du Centre d’études franco-irlandaises (Tallaght). Elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat d’État sur La Nouvelle irlandaise moderne. Métamorphoses d’un genre, 1880-1960. Elle a publié plusieurs articles sur des auteurs de nouvelles irlandais : George Moore, James Joyce, Samuel Beckett, Frank O’Connor, John McGahern, Mary Lavin, notamment dans France-Ireland : Anatomy of a Relationship, sous la direction de Eamon Maher et Grace Neville (Peter Lang, 2004), et dans Humour and Tragedy in Ireland (université de Malaga, 2005).

6Élisabeth Delattre, agrégée d’anglais, enseigne à l’université d’Artois depuis 1996. Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat consacrée au romancier J.G. Farrell et de divers articles en littérature et civilisation contemporaines.

7Thierry Dubost est professeur à l’université de Caen Basse-Normandie. Il est l’auteur de Struggle, Defeat or Rebirth. Eugene O’Neill’s Vision of Humanity (MacFarland, 2005 [1997]) et du Théâtre de Thomas Kilroy (Presses universitaires de Caen, 2000). Il a co-dirigé les ouvrages La Femme noire américaine. Aspects d’une crise d’identité (Presses universitaires de Caen, 1997), George Bernard Shaw. Un dramaturge engagé (Presses universitaires de Caen, 1998) et Du Dire à l’être. Tensions identitaires dans la littérature nord-américaine (Presses universitaires de Caen, 2000). Il est l’auteur d’articles consacrés au théâtre nord-américain, irlandais ou africain. Il a traduit en français La Mort et l’écuyer du roi de Wole Soyinka (Paris, Hatier (Monde noir), 1986).

8Professeur honoraire à l’université de Reims – Champagne-Ardenne, ancien président de la SOFEIR, Claude Fierobe a dirigé des travaux collectifs (en 2005, Dracula. Mythe et Métamorphoses), écrit de nombreux articles sur l’Irlande, ainsi que plusieurs ouvrages, dont Charles Robert Maturin (1780-1824). L’homme et l’œuvre ; De Melmoth à Dracula. La littérature fantastique irlandaise au xixe siècle ; La Littérature irlandaise (avec Jacqueline Genet) ; L’Irlande fantastique (anthologie de nouvelles). Il a traduit Charles Robert Maturin, William Carleton, Fitz-James O’Brien, William Butler Yeats, James Stephens, Seamus Heaney, Kate Cruise O’Brien, Julia O’Faolain.

9Jean Guiffan est agrégé d’histoire et professeur de khâgne honoraire. Il fut chargé d’enseignement à l’université de Nantes jusqu’en 2004. Il est l’auteur d’Histoire de l’anglophobie en France, paru aux éditions Terre de brume (Rennes) en 2004, et de plusieurs ouvrages sur la Bretagne et l’Irlande.

10Danielle Jacquin, maître de conférences honoraire à l’université Charles de Gaulle – Lille III, spécialiste de stylistique, civilisation et littérature irlandaises, co-rédacteur en chef de la revue Études irlandaises de 1988 à 2001, a publié des travaux sur Flann O’Brien, la stylistique, la traduction de la poésie, la place du gaélique dans la société irlandaise, l’autobiographie irlandaise, et a traduit des poèmes de Patrick Kavanagh et de Desmond Egan.

11Stéphane Jousni est maître de conférences à l’université de Haute Bretagne – Rennes II. Elle est membre du CEI (Centre d’études irlandaises), composante de l’équipe d’accueil ACE (Anglophonie, Communautés, Écritures) de l’université de Rennes II. Elle est également membre de la SOFEIR, ainsi que d’EFACIS et d’IASIL. Après une thèse en 2000 sur L’Héritage encombrant de James Joyce, elle est l’auteur d’articles sur « l’influence » de Joyce dans la littérature, qu’elle soit de langue anglaise ou non. Avec Anne Goarzin, elle a dirigé l’ouvrage collectif du Groupe de recherche en études irlandaises Voix et Langues dans la littérature irlandaise (Presses universitaires de Rennes, 2003). Elle travaille plus particulièrement sur Finnegans Wake depuis 2004.

12Sylvie Mikowski, professeur à l’université de Reims – Champagne-Ardenne, est agrégée d’anglais et docteur ès lettres. Sa thèse de doctorat s’intitule La Mémoire et l’imagination dans les romans de John McGahern (1995). Elle a publié aux Presses universitaires de Caen l’ouvrage Le Roman irlandais contemporain (2004), a co-dirigé Irlande : l’épreuve de l’étranger (Sources, no 15, automne 2003), et Espaces irlandais : zones et marges (Études irlandaises, no 29-2, automne 2004). Elle a également publié dans la revue électronique LISA un numéro spécial intitulé Aspects of the Irish Book from the 17th century to the Present Day (vol. III, no 1, 2005). Elle a co-dirigé récemment la publication par les Presses universitaires de Caen du Livre en Irlande en collaboration avec Fabienne Garcier et Jacqueline Genet, ainsi que sa version anglaise, The Book in Ireland, par Cambridge Scholars Press.

13Clíona Ní Ríordáin est agrégée de l’université et maître de conférences à l’université de la Sorbonne nouvelle – Paris III. Auteur d’une thèse sur la poésie de Seamus Heaney, elle a écrit plusieurs articles sur la littérature irlandaise contemporaine (poésie et fiction) ; elle s’intéresse également à la traduction. Membre du TRACT (Traduction et communication transculturelle anglais-français, français-anglais) et du Groupe de recherche en études irlandaises à Paris III, elle travaille actuellement sur l’influence de la traduction sur la poésie irlandaise contemporaine.

14Lorie-Anne Rainville Duech, agrégée d’anglais, est maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Auteur d’un ouvrage James Joyce. Dubliners & A Portrait of the Artist as a Young Man (Ophrys, 2005) et d’articles sur Joyce, elle s’intéresse également à la littérature canadienne.

15Thierry Robin est un jeune enseignant-chercheur, maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale. Rattaché au CEIMA (Centre d’études interdisciplinaires du monde anglophone, à Brest), il est l’auteur d’une thèse portant sur la problématique du réel dans les romans de Flann O’Brien.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540