Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande, écritures et réécritures de la Famine

 | 
Bertrand Cardin
, 
Claude Fierorbe

La lutte contre l'oubli

Écrire l’histoire, lire l’histoire

Seamus Heaney et la Grande Famine

Writing history, reading history. Seamus Heaney and the Great Famine

Clíona Ní Ríordáin

Résumé

This article offers a close reading of Seamus Heaney’s poem « For the Commander of the Eliza ». It examines the way in which Heaney incorporates historical material and quotations into the body of the poem, offering a multiple perspective on a historical event which occurred during the Famine. The article examines the nature of the text itself and debates the issue of genre (document / poem), suggesting that through the subversion of genre Heaney wishes to indicate that history is multiple and truth difficult to pin down.

Texte intégral

  • 1 Livre majeur sur l’histoire de la Famine publié en 1962.

1Dans les onze recueils de poésie que Seamus Heaney a publiés, il s’est peu confronté à l’histoire. À une prise directe avec des sources factuelles et documentaires, il préfère l’inspiration photographique du livre de P.V. Glob ou bien le prisme des textes anciens qui lui permettent de méditer la situation politique en Irlande du Nord. Il existe néanmoins trois exceptions à cette règle : le désormais célèbre « Requiem for the Croppies », poème écrit pour le cinquantième anniversaire de l’insurrection de 1916, « For the Commander of the Eliza » et « At a Potato Digging », deux poèmes qui évoquent la Grande Famine que l’on retrouve dans son tout premier recueil, Death of a Naturalist. Les sources d’inspiration des deux poèmes sont, dans le premier cas, The Great Hunger1 de Cecil Woodham-Smith et, dans le second, le poème de Patrick Kavanagh, qui s’intitule également « The Great Hunger ». Des deux, « At a Potato Digging », de facture plus classique, est le plus littéraire, le plus écrit, et, pour cette raison, le plus réussi d’un point de vue poétique. Néanmoins, le poème « For the Commander of the Eliza » interpelle par son recours à l’histoire et aux faits attestés. Texte curieux, au statut presque hybride, il se présente sous la forme d’un document historique. Il est écrit à la première personne à la manière d’un extrait de lettre ou d’un carnet de bord, ou bien même comme une sorte de plaidoyer d’un accusé au tribunal. Il raconte un incident qui a eu lieu sur la côte ouest de l’Irlande au mois de juin 1846, lorsqu’un vaisseau des services côtiers fut interpellé par six hommes affamés à bord d’un petit bateau à rames. Le « », narrateur, semble correspondre au capitaine du Eliza, il présente les faits de son point de vue. Le lecteur s’interroge alors sur la valeur de la préposition « For » que l’on retrouve dans le titre. Nous proposons d’étudier ce texte de près d’un point de vue formel, dans un premier temps, en montrant sa valeur poétique. Mais nous verrons que celle-ci semble battue en brèche par le caractère documentaire du texte lui-même qui confère une valeur historiographique au texte. Se pose alors le problème de la subversion des genres : ce qui se donne comme un poème semble aussi se lire comme un « fait divers ».

2Le texte de Heaney s’affirme en tant que poème grâce à ses caractéristiques formelles. De prime abord nous constatons que nous avons affaire à un texte rédigé en vers « blancs » avec des césures et des enjambements qui remettent en valeur certains éléments comme « In Gaelic » et des ruptures de rythme, comme au vers 11, « Bia, bia, », où la présence étonnante du blanc typographique suspend la lecture.

  • 2 Les numéros entre parenthèses renvoient aux numéros de vers dans le poème « For the Commander of th (...)

3Le texte est émaillé de figures de style. Nous avons une accumulation de comparaisons : « like spring onions » (9), « like a flock of starving gulls » (13), « Like dogs that had been kicked » (21), de métonymies « living skulls » (26), « bad smells » (26), de métaphores « Six wrecks of bone » (10). D’autres effets de style se voient dans l’onomatopée de « Bia, bia, / Bia » (11 décembre), le parallélisme prosodique de « tacked and hailed » (3), « whines and snarls » (12), « they cursed and howled » (20) et « hoisted and cleared off » (24 / 25)2.

  • 3 Gerard Manley Hopkins a eu une grande influence sur le jeune Heaney. Heaney le souligne dans un ent (...)
  • 4 Gerard Manley Hopkins, « The Wreck of the Deutschland », in Catherine Phillips (éd.), Gerard Manley (...)

4À tous ces éléments prosodiques s’ajoute une intertextualité forte. Le poème manifeste l’influence d’un autre poème : « The Wreck of the Deutsch-land », de Gerard Manley Hopkins3. Dans les deux cas, le récit d’un incident dramatique et la réaction indignée du poète sont à l’origine du poème. Dans le poème de Hopkins, il y a une dédicace aux naufragés et un court compte rendu en prose des événements est placé en exergue4. Le Christ est invoqué à plusieurs reprises dans le poème de Hopkins, mais chez ce dernier l’invocation se fait sous forme de prière énoncée par « the tall nun » qui, face à ses souffrances, réclame une mort rapide. La situation est inversée dans le poème de Heaney où le commandant du bateau invoque le Christ, sans pour autant venir en aide à ceux qui souffrent. Les six hommes dans le bateau de Heaney peuvent être mis en parallèle avec les cinq religieuses dans celui de Hopkins, mais là où il y a résignation et acceptation de leur sort de la part des religieuses, les six hommes, eux, luttent et essaient de se venger en frappant le navire avec une rame. Cet écart entre les deux perspectives est confirmé par la valeur sémantique différente du mot hope : « I saw they were violent and without hope. » La charge émotionnelle est beaucoup plus grande chez Hopkins grâce à la personnification du mot, sa position en tête de vers, l’abondance d’allitérations :

  • 5 Gerard Manley Hopkins, Poems, p. 113.

Hope had grown grey hairs,
Hope had mourning on,
Trenched with tears, carved with cares,
Hope was twelve hours gone ;
And frightful a nightfall folded rueful a day
Nor rescue, only rocket and lightship, shone,
And lives at last were washing away :
To the shrouds they took, – they shook in the hirling and horrible airs
5.

  • 6 Edmund Spenser, A view of the present state of Ireland, University of Oregon, 1997, texte en html. (...)

5Face à la vision d’une mort programmée présentée par Hopkins, le lecteur est frappé par le ton neutre du protagoniste du poème de Heaney. Cette approche nous semble dictée par la présence d’un autre intertexte suggéré par le nom du bateau, Eliza, qui évoque la reine Elizabeth Ire. L’impression est renforcée par le choix des vers « blancs » et l’attitude adoptée par notre narrateur qui se présente comme témoin. Il nous semble que l’intertexte est ici celui de l’œuvre d’Edmund Spenser, poète apprécié par la reine Elizabeth et auteur de The Faerie Queen, mais aussi l’auteur d’un cinglant A view of the present state of Ireland qui est marqué par des observations sur les autochtones6, le mot natives figure d’ailleurs bel et bien dans le texte de Heaney.

6Toutefois, l’intertexte spenserien nous permet aussi de nous rappeler la grande valeur historique du poète Spenser en sa qualité d’administrateur colonial, comme en témoigne sa correspondance. Comme Spencer dans The Faerie Queen, Heaney choisit d’utiliser des vers blancs mais le texte est aussi écrit à la manière d’un observateur extérieur, car il accorde une grande place à la vision et à la compréhension, du fait de l’utilisation répétée des mots de la famille du verbe to see : « sighting » (1), « we saw », « I saw » et « I understand » à deux reprises. Nous nous rendons alors compte qu’il y a une tentative de présentation du texte à la manière d’un eyewitness account ; le narrateur rationalise ses actions ; outre les verbes de perception et de compréhension que nous venons de mentionner plus haut, nous remarquons le verbe d’hypothèse « I was conjecturing », le verbe de savoir « I know » et la présence à deux reprises des adverbes « clearly ». Nous glissons presque imperceptiblement du poème à ce qui pourrait être un fait divers dans un journal ou un compte rendu pour une hiérarchie lointaine. Ainsi, grâce à l’intertexte, le lecteur remet en cause le statut poétique du texte et peut le considérer comme un document à signification uniquement historique.

  • 7 Le numéro de page renvoie à l’édition suivante : Cecil Woodham Smith, The Great Hunger. Ireland 184 (...)
  • 8 Cecil Woodham Smith, The Great Hunger, p. 58.
  • 9 Ibid., p. 86.

7La valeur historiographique de ce poème est donnée, en premier lieu, par la citation posée en exergue, extraite de la page 85 de The Great Hunger7. L’épisode en question figure parmi d’autres épisodes qui illustrent l’inflexibilité de Charles Edward Trevelyan, Assistant Secretary of the Treasury, qui, dans les termes de Woodham-Smith, « [was] standing guard over the British nation’s money-bags »8. Le chapitre évoque le changement de gouvernement, le départ de Robert Peel (June 29, 1846) en faveur d’un gouvernement Whig sous la direction de Lord John Russell, avec comme Chancellor of the Exchequer Charles Wood, « a firm believer in Laisser-faire »9. L’incident évoqué dans le poème de Heaney a lieu le 22 juin, donc une semaine avant le moment clé dans les événements qui allaient mener à « Black’47 » : l’arrivée au pouvoir du parti libéral. Citons le passage dans The Great Hunger qui précède l’extrait utilisé comme épigraphe :

  • 10 Ibid.

By the end of June, 1846, government supplies were all exhausted ; on the 24th of that month 5,000 bushels of corn were all that remained in Cork and, at that, were unground, while in remote districts the people were starving. The revenue cutter, Eliza, making a visit of inspection on June 22 to the Killeries, a wild district of mountain and deep ocean inlets in the far west, was implored for food by a boat-load of skeletons. The Commissariat officer at Westport, supply centre for the Killeries, had been instructed to send no more meal to the region because the depot was becoming empty10.

  • 11 Edna Longley, The Living Stream. Literature and Revisionism in Ireland, Newcastle upon Tyne, Blooda (...)

8L’incident auquel Woodham-Smith fait allusion est raconté ici par le commandant du vaisseau britannique, le capitaine Perceval, si l’on se réfère aux notes de Woodham-Smith. Le style ressemble à celui d’un journal de bord ou d’une lettre et transpose directement les sentiments et les observations du commandant. Cette forme de monologue, l’expression d’un personnage qui n’est pas inventé, fait partie des caractéristiques de la poésie de Philip Hobsbaum. Ce dernier fut l’animateur du groupe de poésie au sein duquel Heaney évoluait à l’époque. La phrase d’Edna Longley évoquant les poèmes de Hobsbaum, « […] disgruntled male personae, everyday narratives, and documentary nitty-gritty »11, convient très bien au personnage de ce poème. Pour obtenir cet effet, les articles sont supprimés par endroits : « Routine patrol », « Less incidents the better ». Cependant, il est à noter que le sujet, qui est fréquemment supprimé dans un style télégraphique, n’est ici jamais élidé. Le texte est émaillé d’une série de clichés qui aplatissent le texte. Ces phrases typiques donnent un vrai style « parlé » au poème, et des expressions telles que « kept us right », « no mandate to relieve distress », « poor brutes would never make it », « kicked hard in the privates », « cleared off » sont remarquables par leur refus de dire les choses comme elles sont. « Would never make it » veut dire « allaient mourir », alors que « cleared off » serait « je les ai abandonnés à leur sort ». L’émotion qu’un tel acte d’abandon aurait pu susciter est alors évacuée. Cependant, ces clichés soulignent aussi le caractère ordinaire et banal de cet homme qui ne trouve pas les mots adéquats face à une situation difficile. De ce fait, Heaney rend son humanité au représentant de la Couronne britannique.

9D’autre part, les références aux lieux et aux personnages clés de l’époque servent d’ancrage dans le moment historique ; c’est ainsi que nous trouvons des références à Westport, West Mayo, Coast Guard, le personnage historique de l’Inspector General, Sir James Dombrain ; à travers la métonymie « good Whitehall », Heaney fait une référence à Trevelyan lui-même.

  • 12 Cecil Woodham Smith, The Great Hunger, p. 58. Routh lui-même est caractérisé par Woodham-Smith comm (...)

10Enfin, Heaney va jusqu’à imbriquer dans son poème une citation d’une lettre écrite à Trevelyan par Sir Randolph Routh, le personnage principal de la Relief Commission12 : « The Coast Guard with their zeal and activity are too lavish. »

11Ainsi le lien entre le réel et le discours s’établit, alliance entre écriture poétique et histoire. Paradoxalement, c’est en même temps cette citation qui nous alerte sur un détournement possible et du genre poétique et du document historiographique. Nous nous posons alors la question de la nature véritable de ce texte.

12La citation « The Coast Guard with their zeal and activity are too lavish », tirée de la correspondance de Trevelyan, indique que, contrairement à notre première impression, nous sommes ici en présence de deux événements fondus dans un même poème : l’incident de la rencontre avec le vaisseau Eliza évoqué plus haut, événement majeur du poème, et la réaction administrative à la situation générale dans l’ouest de l’Irlande. Cette correspondance entre Trevelyan et Routh date du 24 juin ; il est impossible que le capitaine Perceval ait eut accès à cette lettre. Il paraît alors clair que le référent du pronom « » dans l’expression « I think », qui apparemment a le même statut dans le discours que le « I understand » plus haut dans le poème, ne peut pas être identique. Il est plausible de voir à ce moment précis l’intrusion masquée du poète. Ainsi, on peut constater que Heaney manipule les faits historiques. Cette manipulation a plusieurs conséquences. Premièrement, la juxtaposition des deux éléments rend possible une lecture post-coloniale du poème. Les hommes du bateau sont déshumanisés par notre interlocuteur. « Six grown men » deviennent rapidement « wrecks of bones », puis « a flock of starving gulls » (rendu par l’onomatopée « Bia, bia »), ensuite « poor brutes » et enfin « dogs » et deviennent dans la deuxième partie du poème « natives ». Les autochtones ne méritent pas l’attention de leurs administrateurs. Dans la réponse de Whitehall à la question soulevée par Sir James Dombrain :

  • 13 Seamus Heaney, Death of a Naturalist, Londres, Faber and Faber, 1991 [1969], p. 22.

Let natives prosper by their own exertions ;
Who could not swim might go ahead and sink.
The coast Guard with their zeal and activity
Are too lavish
were the words, I think13.

13se trouve la référence à la politique qui allait être pratiquée par le gouvernement Whig de l’époque : « Let natives prosper […] », c’est-à-dire « laissez faire ».

  • 14 Évangile de saint Jean, 19, 36.
  • 15 Évangile de saint Jean, 19, 17.

14En second lieu, la manipulation des événements remet en cause la valeur documentaire et historiographique de ce poème car il fait d’un incident particulier un symbole de la relation inégale entre les pauvres gens affamés et l’administration coloniale, entre un pouvoir insensible et le peuple souffrant. L’intertexte religieux de Hopkins prend ici toute son importance, car nous sommes confrontés à une réécriture de l’Évangile de la Passion, où l’administration et ses représentants sont comme les soldats romains et Ponce Pilate, et le peuple irlandais comme le Christ souffrant auquel on refuse eau et nourriture et qu’on laisse mourir. Les références au Christ – à « wrecks of bone » qui rappellent la mention des os du Christ dans l’Évangile de saint Jean14, à « living skulls » (le Golgotha15) – prennent une autre dimension, traçant le parcours de souffrance de ce peuple.

15Ainsi l’amalgame fait par Heaney, ou la licence poétique qu’il peut s’accorder en tant que poète, lui permet de montrer, en un raccourci saisissant, l’impossibilité de dire la vérité historique. De cette façon s’opère un renversement des genres : à l’incident historique de la première section s’ajoute la généralisation de la deuxième partie. L’incident historique devient alors le symbole de toute la Famine et le document de Heaney revêt alors son statut de texte poétique.

16« For the Commander of the Eliza » est, comme nous avons cherché à le démontrer, un poème qui soulève de façon particulièrement intéressante la complexité des rapports entre histoire et littérature. Et c’est dans le titre même du poème que nous ressentons cette complexité car, comme nous l’avons souligné dans notre premier paragraphe, le lecteur s’interroge sur la fonction de la préposition « For ». Dans le contexte du poème, le « For » du titre peut être interprété comme étant « à la place de » car Heaney donne voix aux paroles du commandant, « à la décharge de » car il lui rend son humanité et également « dédié à » car il commémore cet événement historique en soulignant l’injustice de l’administration coloniale. La grande virtuosité de Heaney fait que toutes ces interprétations peuvent coexister au sein du même texte. Néanmoins, ce poème est absent des Selected ou Collected Poems de Heaney. Contrairement à « Requiem for the Croppies », il ne figure pas dans les manuels scolaires. Il nous semble que c’est justement à cause de cette multiplicité d’interprétations et de cette tentative de mettre le lecteur face à l’impossibilité d’une prise de vue unique sur un événement historique qui rendent ce poème indésirable pour ceux qui cherchent une vision uniforme de l’histoire.

Notes

1 Livre majeur sur l’histoire de la Famine publié en 1962.

2 Les numéros entre parenthèses renvoient aux numéros de vers dans le poème « For the Commander of the Eliza ».

3 Gerard Manley Hopkins a eu une grande influence sur le jeune Heaney. Heaney le souligne dans un entretien avec James Randall : « And as far as my, so to speak, style is concerned, as far as my ear was educated, it wasn’t educated by Yeats, it was educated certainly by Hopkins, Keats […]. » James Randall, « Interview with Seamus Heaney », Ploughshares, V, no 3, 1979, p. 13.

4 Gerard Manley Hopkins, « The Wreck of the Deutschland », in Catherine Phillips (éd.), Gerard Manley Hopkins (The Oxford Authors), Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 110 : « Dec. 6,7 1875 / to the happy memory of five Franciscan nuns, / exiles by the Falck Laws, drowned between midnight and the morning of December 7. »

5 Gerard Manley Hopkins, Poems, p. 113.

6 Edmund Spenser, A view of the present state of Ireland, University of Oregon, 1997, texte en html. Voir http://darkwing.uoregon.edu/~rbear/veue1.html

7 Le numéro de page renvoie à l’édition suivante : Cecil Woodham Smith, The Great Hunger. Ireland 1845-1849, Londres, Hamish Hamilton, 1962.

8 Cecil Woodham Smith, The Great Hunger, p. 58.

9 Ibid., p. 86.

10 Ibid.

11 Edna Longley, The Living Stream. Literature and Revisionism in Ireland, Newcastle upon Tyne, Bloodaxe, 1994, p. 19.

12 Cecil Woodham Smith, The Great Hunger, p. 58. Routh lui-même est caractérisé par Woodham-Smith comme étant « a cheese-parer ».

13 Seamus Heaney, Death of a Naturalist, Londres, Faber and Faber, 1991 [1969], p. 22.

14 Évangile de saint Jean, 19, 36.

15 Évangile de saint Jean, 19, 17.

Auteur

Clíona Ní Ríordáin est agrégée de l’université et maître de conférences à l’université de la Sorbonne nouvelle – Paris III. Auteur d’une thèse sur la poésie de Seamus Heaney, elle a écrit plusieurs articles sur la littérature irlandaise contemporaine (poésie et fiction) ; elle s’intéresse également à la traduction. Membre du TRACT (Traduction et communication transculturelle anglais-français, français-anglais) et du Groupe de recherche en études irlandaises à Paris III, elle travaille actuellement sur l’influence de la traduction sur la poésie irlandaise contemporaine.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540