Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande, écritures et réécritures de la Famine

 | 
Bertrand Cardin
, 
Claude Fierorbe

Langue et mémoire

Annexe : Langue et mémoire. Corpus : les exemples et leur traduction1

Texte intégral

  • 1 Les cinq premiers exemples sont extraits de l’ouvrage de John Killen, The Famine Decade. Contempor (...)

11. The failure of the potato crop in Ireland, which has for some time been feared, is now confirmed by circumstantial accounts from almost all parts of the country. A large portion of the crop turns out to be quite useless for purposes of food. A dearth is inevitable ; and a famine is extremely probable.

2La mauvaise récolte de la pomme de terre en Irlande, que l’on redoutait depuis quelque temps, est désormais confirmée par des rapports circonstanciés émanant de presque tout le pays. Une quantité importante de la récolte s’avère tout à fait impropre à la consommation. Une pénurie est inévitable ; et une disette extrêmement probable.

3« Potato Famine », The Vindicator, Belfast, 22 October 1845
[John Killen, The Famine Decade, p. 35]

42. […] for it is the landlords, not the blight, that make this famine. In other countries it will be a temporary privation ; here it may be an absolute famine, because, living habitually within one degree of starvation, the People can endure no more, but must perish, or fall back on the rents.

5[…] car ce sont les propriétaires terriens, et non le mildiou, qui sont responsables de cette famine. Dans d’autres pays la conséquence prévisible serait une privation momentanée ; ici la conséquence sera peut-être une famine totale, car, le peuple, généralement à deux doigts de mourir de faim, ne peut endurer davantage, mais sera anéanti, s’il ne se rabat pas sur les fermages.

6« The Famine », The Nation, Dublin, 8 November 1845 [JK, FD, p. 41]

73. Striding nearer everyday,
Like a wolf in search of prey,
Comes the Famine on his way –

8Through the dark hill, through the glen
Over lawn, and moor, and fen,
Questing out the homes of men.
[…]

9S’approchant à grands pas chaque jour davantage
Tel un loup cherchant sa proie
La Famine poursuit son chemin –

10Par monts obscurs et par vaux
À travers pelouses, landes, marécages,
Fouillant de fond en comble les maisons des hommes.

11Heremon, « The Famine », The Nation, Dublin, 7 March 1846 [JK, FD, p. 55]

124. The Rev. Mr Stoney, rector of Castlebar, writes in reference to the wretched victims of hunger in his district : –“Never has such a calamity befallen our country. The whole staff of life is swept away ; the emaciated multitudes are to be seen looking in vain for food, with hunger depicted in their countenance.

13Le Révérend M. Stoney, recteur de Castlebar, écrit à propos des malheureuses victimes de la faim dans son district : « Jamais une telle calamité ne s’est abattue sur notre pays. Toutes les forces vives sont balayées ; on voit les foules émaciées cherchant en vain de quoi se nourrir, la faim se lisant sur les visages. »

14« Distress – Starvation – Death ! », The Vindicator, Belfast, 31 October 1846 [JK, FD, p. 75]

155. The owners of corn might export it, might hoard it up, might expose it for sale ; but as the poor had no means to buy, there was no interval between the consumption of the few and half-poisonous potatoes they could save, and the actual presence of famine.

16Les propriétaires de blé pouvaient bien l’exporter, l’engranger, le mettre sur le marché ; mais comme les pauvres n’avaient aucune ressource pour en acheter, il n’y avait pas d’intervalle entre la consommation des quelques pommes de terre à moitié toxiques qu’ils pouvaient mettre de côté, et la survenue effective de la famine.

17« The Famine », Irish Ecclesiastical Journal, January 1847 [JK, FD, p. 107]

186. We saw piled in the bottom of their craft
Six grown men with gaping mouths and eyes
Bursting the sockets like spring onions in drills.
Six wrecks of bone and pallid, tautened skin.
“Bia, bia,
Bia.” In whines and snarls their desperation
Rose and fell like a flock of starving gulls.
We’d known about the shortage, but on board
They always kept us right with flour and beef
[…]
I had to refuse food : they cursed and howled
Like dogs that had been kicked hard in the privates.
Nous vîmes entassés au fond de leur embarcation
Six hommes adultes, la bouche ouverte et les yeux
exorbités comme des cives dans leurs sillons
Six épaves d’os, de peau tendue et pâle.
« Bia, bia
Bia. » Les gémissements et grondements de leur désespoir
montaient et retombaient comme un vol de mouettes criant famine.
Nous étions au courant de la pénurie, mais à bord
Ils nous avaient toujours gardés en forme avec du bœuf et de la farine.
[…]
Je dus leur refuser la nourriture : ils maudirent et hurlèrent
Comme des chiens violemment frappés à coups de pied dans les testicules.

19Seamus Heaney, « For the Commander of the Eliza »,
in Death of a Naturalist, p. 22.

207. When the hard hunger reached us the Mother went half cracked blamin’ Dada for near everythin’, the landlord, the agent, the pig dyin’, the leaky thatch, even the blight itself.

21Quand l’affreuse famine nous rattrapa la Mère devint moitié dingue accusant Papa de tous les maux : le propriétaire, l’agent, le cochon qui crevait, le chaume qui prenait l’eau, et même le mildiou aussi.

22Eugene MacCabe, Tales from the Poorhouse, p. 11.

238. […] It was she calved and milked the cow, cut and footed the turf, put in and dug out the spuds, but when the blight came and rotted them in the ground the cow had to be sold. Then the fowl were eaten and when the hard hunger came she’d scream at him, – You have a wife and three childer to feed now, Tom Brady. Have you no shame to be gulpin’ and pissin’ the most of it in a ditch ! It’s horsewhipped you should be, you and drunkards like you !

24[…] C’était elle qui s’occupait du vêlage et de la traite de la vache, découpait les mottes de tourbe et les mettait en tas, plantait et ramassait les pommes de terre, mais quand le mildiou les attaqua et les fit pourrir dans le sol, il fallut vendre la vache. Puis on mangea la volaille et quand l’affreuse famine arriva, elle lui criait :
– T’as une femme et trois gosses à nourrir maintenant, Tom Brady. T’as donc pas honte de boire et pisser presque tout l’argent du ménage dans le fossé ! C’est des coups de fouet qu’il faudrait te donner, à toi et tous les ivrognes de ton espèce !

25Eugene MacCabe, TP, p. 13.

269. He [the Viceroy] asked him [the children’s father] […] Had we any spuds at all, and what other food was there in the house or garden ? And how was it with our neighbours ? Dada told him the hard hunger was on us, that all our neighbours were the same as us.
The people, your honour, are starvin’, and that’s the truth.

27Il lui demanda […] Avions-nous des patates, et quelle autre nourriture y avait-il dans la maison ou le jardin ? Et comment c’était avec nos voisins ? Papa lui dit que l’affreuse famine nous avait mis le grappin dessus, et que c’était pareil pour tous les voisins.
– Les gens, votre Honneur, meurent de faim, et c’est ça la vérité.
Eugene MacCabe, TP, p. 14.

2810. Here I [the landlord] was born though, grew up and, despite famine, horror and hatred, it is where I’d choose to die and be buried. Unlikely now.

29C’est là que je suis né pourtant, que j’ai grandi et, malgré la famine, l’horreur et la haine, c’est là que je voudrais mourir et être enterré. C’est peu probable maintenant.
Eugene MacCabe, TP, p. 75.

3011. – There’s tumblin’ talk.
– Is there ?
– I heard them in the barracks, a squad from Mayo, and I’ve seen the list, Drum-lanna’s on it, next Thursday.
My heart and insides were suddenly tumblin’ in terror. I’d seen the Callaghans, my cousins, evicted in the mouth of Christmas last year, five of them, the door smashed down, and what choice had they then but the workhouse or the killin’ winter ? They were carted off to the poorhouse, three of them now dead. I’d seen the tumblers at work, men from another county evicted themselves and now tumblin’ out their own kin into cruel December.

31– On dit qu’ils vont venir démolir la maison.
– On dit ça ?
– Je les ai entendus à la caserne, une escouade venue du Mayo, et j’ai vu la liste, Drumlanna est dessus, jeudi prochain.
Soudain, de terreur, j’en eus le cœur et les tripes tourneboulés. J’avais vu les Callaghan, mes cousins, expulsés juste au moment de Noël l’année dernière, tous les cinq, la porte défoncée, et qu’est-ce qu’il leur restait comme choix entre l’asile des pauvres et l’hiver meurtrier ? On les a transportés dans une charrette à l’asile et maintenant il y en a trois qui sont morts. J’avais vu les démolisseurs à l’œuvre, des hommes venus d’un autre comté, expulsés eux-mêmes et maintenant jetant dehors leurs propres frères dans le froid cruel de décembre.

32Eugene MacCabe, TP, p. 32-33.

3312. But then look how fear of shame tumbled the Mother into hell, and anyway I knew well what to expect when I said,
– I’ll take the red ticket.

34Mais voyez alors comment la crainte de la honte a culbuté la Mère en enfer, et de toutes façons je savais bien à quoi m’attendre quand j’ai dit :
– Je prends le ticket rouge.

35Eugene MacCabe, TP, p. 34.

3613. I carried him out and laid him on rushes in the corner of the byre like I was told. He pleaded with me to get back into the cabin. I was sick with grief and pity but what could I do ?

37Je le transportai hors de la chaumière et le déposai sur la paille dans le coin de l’étable comme on m’avait dit de le faire. Il me supplia de le ramener à l’intérieur. J’étais malade de chagrin et de pitié mais que pouvais-je faire ?

38Eugene MacCabe, TP, p. 32.

3914. And who would have thought such horror could ever visit this ancient island of ours so thronged with saints, so especially beloved of God Himself and His Blessèd Mother ? Or so we’ve always been led to believe.

40Et qui pouvait imaginer qu’une telle horreur toucherait un jour notre vieille île peuplée d’une telle multitude de saints, si particulièrement aimée de Dieu Lui-même et de Sa Sainte Mère ? Ou du moins c’est ce qu’on nous a toujours fait croire.

41Eugene MacCabe, TP, p. 36.

4215. Was it the grief of that double loss that’s made me cold seeming to common compassion, indifferent almost to the dying I have to accommodate almost daily in this union of death ?

43Était-ce le chagrin de cette double perte qui était la raison de mon apparente insensibilité à la compassion ordinaire, de ma quasi-indifférence devant le mourant qu’il me faut héberger presque quotidiennement dans cette maison de la mort ?

44Eugene MacCabe, TP, p. 36.

4516. How do I walk a hundred townlands, my heart breaking ? Who’ll buy ? Whose eyes see what I see when I waken to the light of this morning’s wonder ? A Belfast cattle shipper ? A Dublin merchant ? A builder from Cork ?

46Comment, le cœur brisé, parcourir à pied tant de paroisses ? Qui va acheter ? Quels yeux verront ce que je vois quand je me réveille à la lumière de la splendeur de cette matinée ? Un affréteur de bateaux pour le transport des bestiaux de Belfast ? Un négociant de Dublin ? Un entrepreneur de Cork ?

47Eugene MacCabe, TP, p. 78-79.

4817. Whatever the cause, famine has prowled this island since God knows when, and will, till kingdom come. […] What happens when you see incurable beggary year in, year out ? Indifference ? Can’t admit to that !

49Quelle qu’en soit la raison, la famine rôde sur cette île depuis Dieu sait quand, et rôdera jusqu’à l’avènement du Royaume. […] Qu’arrive-t-il quand vous voyez l’incurable mendicité année après année ? L’indifférence ? Impossible de m’y résigner !

50Eugene MacCabe, TP, p. 83.

5118. The road was filled with men, women and children, singing and laughing, clowning and arguing along with their pigs, goats, fowl, donkeys, creels and carts, all of them elated and heart-broken because this was a farewell to the garden of spuds, to hearth and hovel, to mountain and bog, to Mother Ireland herself. So they all kept shouting up in tears and waving the poor scarecrows hoeing in turnip fields.
We’re on our way to Amerikay !
And the poor scarecrows would wave back. The dead waving farewell to the dead.

52La route était pleine d’hommes, de femmes, d’enfants qui chantaient et riaient, faisaient les pitres et discutaient en marchant, avec leur cochons, chèvres, volailles, ânes, leurs paniers et leurs charrettes, tous le cœur rempli de joie et de tristesse car c’était leur adieu au jardin des pommes de terre, à leurs foyers et leurs masures, à leurs montagnes et tourbières, à Mère Irlande elle-même. Alors ils ne cessaient de crier au milieu de leurs larmes et faisaient des signes d’au revoir aux pauvres épouvantails qui sarclaient les navets dans les champs.
– Nous sommes en route pour l’Amérique !
Et les pauvres épouvantails de faire des signes d’au revoir en retour. Les morts disant adieu aux morts.

53Eugene MacCabe, TP, p. 59-60.

5419. God help me, God help me, God help me.
Out of the depths I have cried unto Thee, O Lord.
Lord hear my voice, because with Thee, Lord, there is mercy, with Thee there is plentiful redemption. With Thee there is forgiveness. Aye, but hunger too !

55Mon Dieu, aide-moi, Mon Dieu, aide-moi, Mon Dieu, aide-moi.
Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur.
Seigneur, entends ma voix, car en Toi, se trouve la miséricorde, en Toi la rédemption des péchés, en abondance. En Toi le pardon. Oui, mais aussi la faim !

56Eugene MacCabe, TP, p. 122.

Notes

1 Les cinq premiers exemples sont extraits de l’ouvrage de John Killen, The Famine Decade. Contemporary Accounts, 1841-1851, Belfast, Blackstaff Press, 1995 ; le sixième est un extrait du poème de Seamus Heaney, « For the Commander of the Eliza », in Death of a Naturalist, Londres, Faber & Faber, 1966 ; les treize suivants proviennent de l’ouvrage de fiction de Eugene MacCabe, Tales from the Poorhouse, Oldscastle, Gallery Press, 1999.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540