Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de l'imaginaire unioniste nord-irlandais

 | 
Wesley Hutchinson

La bataille de la somme

Texte intégral

  • 1 Samuel K. Cowan, « The Charge of the Ulster Division at Thiepval, July 1st, 1916 », in Anonyme, Th (...)

Flinging his fun in the face of Death –
Above the roar of the cannon’s breath
Singing his sacred shibboleth
Of “The Boyne !” and “No Surrender !”
Wherever a son of Ulster is,
Honour and glory shall aye be his !
Was ever a fight in the world like this,
Or a charge of sublimer splendour ?1

  • 2 Voir Edna Longley, « The Rising, the Somme and Irish Memory », in Edna Longley, The Living Stream  (...)

1Aucune cartographie imaginaire de la communauté protestante et unioniste ne pourrait se tracer sans référence à la bataille de la Somme. Cette bataille qui eut lieu le 1er juillet 1916 fut une des plus meurtrières de la Grande Guerre. Son impact sur la psyché de la communauté protestante2 fut incommensurable du fait des très lourdes pertes souffertes par la 36e (Ulster) Division, dont les membres étaient issus des rangs de l’Ulster Volunteer Force.

  • 3 David Hume, For Ulster and her Freedom : The Story of the April 1914 Gunrunning, Lurgan, The Ulste (...)

2L’UVF avait été constituée par les unionistes en 1913 afin de résister par la force à l’imposition du projet de loi d’Autonomie pour l’Irlande. Au début de la Guerre, Carson, le chef unioniste, qui avait déjà réussi à faire évoluer le débat parlementaire vers une exclusion de l’Ulster des termes de la loi, proposa que cette armée de « rebelles malgré eux » fût intégrée à l’armée britannique. Selon David Hume de l’Ulster Society, cette réaction paradoxale s’explique par le fait que s’engager dans la guerre n’impliquait pas un quelconque soutien au Gouvernement, dénoncé par ailleurs comme une bande de traîtres, mais était motivé par la loyauté due au roi et à la communauté de l’empire3.

3Une des conditions que Carson attachait à cette incorporation était que l’UVF gardât son identité d’origine : d’où la spécification – « Ulster » – dans le nom de la Division. Les vertus que l’histoire attribue à la Division – sa jeunesse, son courage, son indépendance d’esprit – sont transposables à sa communauté d’origne. Dans un discours prononcé en 1915, Carson souligna la forte identité de « son » armée. Cette identité – composée d’un d’amalgame de liens familiaux, d’un état d’esprit et d’une religion partagés – fait de l’UVF l’émanation, l’essence de la communauté dont elle est issue :

  • 4 Discours de Carson à Bangor en 1915, cité dans l’exposition sur la 36e Division à Albert, juillet (...)

Nous ne sommes pas une bande d’écervelés rassemblés de toutes parts. Non, nous sommes tous des frères. Ce sont nos propres volontaires, ce sont des hommes de notre propre religion ; ce sont des hommes qui pensent comme nous ; ce sont des hommes de la grande tradition ulstérienne4.

4Le regroupement de l’UVF au sein d’une même division était destiné à servir des objectifs de propagande. L’homogénéisation du groupe fait que l’UVF s’impose comme une sorte de héros collectif, dans la lignée des apprentis de Londonderry.

5Or, ce regroupement a rendu l’impact des pertes infligées lors de la bataille d’autant plus dévastateur que les victimes provenaient toutes de la même région, et de surcroît, de la même communauté religieuse. Plusieurs commentateurs reprennent le discours de Carson qui souligne les retombées de ce qui fut une véritable hécatombe sur le tissu social en Ulster :

  • 5 Cité par David Hume, op.cit., p.35 : many have paid the supreme sacrifice […] and they have left b (...)

Beaucoup ont payé le tribut suprême […] et ils ont laissé derrière eux des foyers désolés dans tous les petits hameaux de l’Ulster, comme je ne le sais que trop bien, ayant perdu trois ou quatre fils dans plus d’une maison5.

6Le thème dominant est celui d’un martyre collectif :

  • 6 Gordon Lucy, « The Battle of the Somme », Ulster Review, n° 20, été 1996, p.29 : One source sugges (...)

Une source suggère que sur les neuf mille hommes de la Division qui participèrent à l’attaque, à peine deux mille cinq cents répondirent présent le 3 juillet […]. C’est un fait établi que la Division compta cinq mille cinq cents victimes, officiers et autres, tués, blessés, ou disparus, à l’issue des deux premiers jours de l’offensive de la Somme6.

7Les récits soulignent le fait que les pertes furent les plus lourdes jamais enregistrées par l’armée britannique en une seule journée de combat. Ainsi, Ian Adamson, dans The Ulster People rappelle :

  • 7 Ian Adamson, The Ulster People : Ancient, Medieval and Modern, Bangor, Pretani Press, 1991, p. 94  (...)

À la fin de la journée, l’armée britannique dénombrait soixante mille morts et blessés, dont vingt mille morts – la plus grande perte jamais subie en un seul jour par l’armée britannique, ou par n’importe quelle autre armée au cours de la Première Guerre mondiale7.

8Un autre commentateur souligne que les pertes les plus lourdes furent au sein d’un régiment d’origine ulstérienne :

  • 8 Brigadier R.J.C. Broadhurst, cité par Michael Hall, Sacrifice on the Somme, p.12 : The Inniskillin (...)

Le régiment d’Inniskillings enregistra plus de pertes qu’aucun autre régiment d’infanterie britannique n’en a jamais eu en un seul jour8.

9Nous sommes ici dans le domaine du superlatif, de l’exemplaire, mesuré par le nombre. Les pertes s’inscrivent dans une véritable arithmétique macabre, elle-même issue de la massification. Comme le fait remarquer Jean-Pierre Chrétien-Goni à propos de la nouvelle pensée stratégique issue de la Première Guerre mondiale :

  • 9 Jean-Pierre Chrétien-Goni, « La mise à mort des masses », in Dominique Wolton (éd.), Masses et Pol (...)

[L]a guerre calcule désormais ses morts au poids qu’ils pèsent dans une gigantesque balance des masses. La masse est devenue le paramètre essentiel du calcul de la guerre ; car elle est une pure multiplicité, un nombre pur […]. Le vainqueur sera celui qui fera basculer la balance des masses de cadavres en sa faveur : il n’est plus question de percer, de gagner du terrain mais d’équilibrer des masses – de gagner des morts9.

10À l’époque de l’homme de masse, la 36e est devenue « le protestant/unioniste massifié ». La dimension christique de sa mort – ici, l’homme collectif se sacrifie pour l’ensemble de sa communauté – n’est jamais explicitée, silence qui contraste avec le parallélisme évident du « sacrifice » des martyrs de l’Insurrection de Pâques. Cette pudeur n’enlève rien au fait que la destruction de cet ulstérien collectif accorde à sa disparition une signification exemplaire. Chrétien-Goni fait remarquer la véritable dimension de cette « mathématique de la mort » :

  • 10 Ibid., p.177.

La masse de l’élimination totalitaire ajoute à l’élimination numérique un anéantissement qu’il est difficile de nommer autrement que métaphysique10.

  • 11 Frank McGuinness, Observe the Sons of Ulster Marching Towards the Somme, Londres, Faber and Faber, (...)

11L’ulstérien collectif massacré dans le no man’s land entre les lignes britanniques et allemandes, de par la seule énormité des chiffres qu’il évoque, vécut une forme de transcendance que partagea, par procuration, sa communauté d’origine. Frank McGuinness, auteur de Observe the Sons of Ulster Marching Towards the Somme11, décrit ce phénomène comme une sorte de « noces de sang » :

  • 12 Frank McGuinness, in J. Long, « Les fils de l’Ulster et l’autre Irlande », L’Avant-scène Théâtre, (...)

En Ulster, ça a été tout simplement, l’Apocalypse […]. Et j’ai compris que ce jour-là, ce premier jour de la Somme, en raison du sacrifice humain et par le sang versé, la communauté protestante d’Ulster avait scellé un pacte avec l’Empire. Désormais, elle ne pouvait plus s’en séparer12.

12Cette idée d’union jusqu’à l’osmose souligne le fait que le sacrifice de la Somme n’est pas de la même nature que l’autre grand sacrifice du protestantisme irlandais, celui de Londonderry. Quoi que l’on puisse dire à propos de ce que représentait le siège pour la cause de Guillaume à l’échelle « nationale », le sacrifice des assiégés était d’abord une affaire de survie, leur propre survie ; de ce fait, il reste une histoire intime, interne à la communauté. Par contre, le sacrifice de la Somme est une immolation collective librement consentie – tous les hommes étaient volontaires – qui s’inscrit dans une logique de solidarité « britannique », rendue d’autant plus remarquable que quelques mois auparavant ces mêmes troupes s’apprêtaient à combattre les Britanniques.

13Ainsi, sans remettre en question l’évidente sincérité de ceux qui œuvrent pour entretenir le souvenir des victimes de ce massacre atroce, le récit de la Somme est un sujet idéalement adapté au discours politique et culturel unioniste puisqu’il permet de souligner que l’unionisme nord-irlandais n’a pas hésité à assumer les responsabilités découlant de l’Union. En effet, la Somme fonctionne comme une sorte d’« histoire cadre » dans laquelle on peut opposer le bilan unioniste à celui d’une autre Irlande, républicaine. À cet égard, le « sacrifice » de l’Insurrection de Pâques 1916, quelques semaines avant la Somme, ou la campagne de sabotage menée par l’IRA en Grande-Bretagne au début de la Deuxième Guerre mondiale, sont des comparaisons évidentes qui sont souvent soulignées. Le loyalisme unioniste est opposé à la « haute trahison » des rebelles républicains.

14Cet aspect est souvent commenté par les défenseurs de la position unioniste en Grande-Bretagne :

  • 13 Viscount Cranbourne (ancien chef de l’Opposition – conservatrice – à la Chambre des lords), in Gor (...)

Aucune partie du Royaume-Uni n’a payé de plus lourd tribut à la guerre que l’Irlande du Nord. La Division ulstérienne fut anéantie à la Somme et des milliers d’Ulstériens ont péri entre 1939 et 1945. Depuis 1969, la RUC [la Royal Ulster Constabulary, police nord-irlandaise], le RIR [régiment des Royal Irish Rangers] et des centaines de civils défendent leur droit de déterminer leur avenir par les urnes plutôt que par l’Armalite13.

15Ces rappels servent à « délocaliser » l’unionisme et à rappeler que la signification de l’Union est un complexe champ d’interactions, d’interdépendances et d’entraide qui dépasse très largement le phénomène strictement « unioniste » en Irlande du Nord.

16Il est clair que l’espace de la Somme n’est pas un espace comme les autres. L’espace de la bataille appartient à un tout autre registre que celui de la frontière américaine, par exemple. Alors que le récit des Scots-Irish ouvre l’imaginaire vers des espaces infinis, l’espace de la Somme est « domestiqué », rendu ulstérien, rendu à l’Ulster.

17Les récits de la bataille, même les plus érudits, insistent souvent sur la superposition d’espaces réels et imaginaires. A.T.Q. Stewart décrit ainsi les moments précédant l’attaque :

  • 14 A.T.Q. Stewart, op.cit., p.238 : As they waited in the cruel silence, some could see in imaginatio (...)

Pendant qu’ils attendaient dans le silence cruel, certains pouvaient voir en imagination le soleil rasant les vertes collines de l’Antrim, ou les îles qui parsèment les eaux grises du Strangford14.

  • 15 On notera que l’armée britannique avait été, historiquement, un des principaux vecteurs de l’Orang (...)

18Un élément central qui contribua à cette « domestication » de l’espace concerne la curieuse coïncidence de dates : le 1er juillet avait été également la date de la bataille de la Boyne selon l’ancien calendrier. On ne peut sous-estimer l’importance de ce fait. La 36e Division était un avatar de l’UVF, dont de nombreux membres appartenaient à l’Ordre d’Orange. Des loges furent donc reconstituées au sein de la Division qui continuèrent à se réunir dans les zones de combat, jusque dans les tranchées15. Cyril Falls dans son History of the 36th (Ulster) Division (1922), souligne ainsi l’impact symbolique de cette coïncidence de calendrier sur l’ensemble des troupes :

  • 16 Passage cité dans Anonyme, The Deathless Story of the Somme and the Immortal Bravery of the Ulster (...)

Car ce fut un premier juillet, date anniversaire de la Boyne, que les descendants des vainqueurs de cette bataille, livrèrent ce plus grand combat, huit générations après. Cette date prit pour eux une signification très particulière. L’enthousiasme qui courait dans leur veines témoignait de l’appel silencieux de leurs ancêtres. Ils virent dans tout cela une prédestination16.

  • 17 A.T.Q. Stewart, op.cit., p.238-239.

19Ainsi, certains des membres de l’UVF arborant des rubans orange, voire des sash orangistes, sortirent des tranchées, en criant No Surrender !17 Nous avons ici la superposition de deux géographies, deux histoires.

20Cette osmose des circonstances et des géographies fait entrer le site de la Somme dans la topographie imaginaire ulstérienne. Comme la Boyne, elle constitue désormais une « frontière spirituelle » ; comme la Boyne, sa situation à l’extérieur du territoire de l’Irlande du Nord ne réduit aucunement sa force. En effet, le secteur du no man’s land où la Division fut sacrifiée est indissociable du territoire d’Irlande du Nord parce que c’est précisément à son sacrifice qu’elle doit son existence : désormais, le Gouvernement britannique ne pouvait plus revenir sur sa promesse de garder l’Ulster unioniste au sein de l’Union… D’où le besoin de « rapatrier » la mémoire de la Somme.

21La mort a placé les troupes dans un u-topos, un « non-lieu » ; ils en seront sauvés par la façon dont leur communauté va se souvenir d’eux. Cette mémoire va s’inscrire dans l’espace sous une forme concrète.

  • 18 Ian Adamson, « The Great War : A Commemoration », in Gordon Lucy et Elaine McClure (éd.), op.cit., (...)

22La « Tour d’Ulster » (1922) fut élevée à Thiepval à la mémoire des officiers et des troupes de la 36e Division ainsi qu’à celle des autres hommes originaires d’Ulster qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale. Son architecture prit comme modèle celle de « Helen’s Tower » (érigée en 1861) à Clandeboye dans le Down où était situé un des camps d’entraînement de l’UVF18. Que cette communauté n’ait pas songé à inventer une nouvelle architecture pour exprimer cet anéantissement sans parallèle est significatif. Alors qu’à la même époque (1921), les ouvriers de Weimar avaient commandité une œuvre d’avant-garde de Gropius pour le monument aux morts commémorant le putsch de Kapp, la communauté protestante d’Ulster choisit la répétition, la copie de formes existantes, issues d’une autre époque.

  • 19 On ne peut sous-estimer l’impact que la Somme continue à avoir sur la psyché protestante et unioni (...)

23Si certains pourraient y lire la confirmation d’un manque chronique d’inventivité esthétique ou la preuve d’un irrémédiable conservatisme, on peut y voir également une autre motivation. La construction de la mémoire choisit de se concrétiser sous une forme spéculaire ; le cimetière de Thiepval devient la réplique, le reflet du camp dans le Down. Dans cet effet de miroir, l’espace et le temps sont abolis : le camp où la guerre se préparait resurgit là où sont enterrés ceux qui sont morts au champ d’honneur. Les morts sont ainsi, en quelque sorte, « renvoyés » dans leur pays d’origine. Il s’agit moins d’identifier un corner of a foreign field that will be ever Ulster, que de souligner une incorporation de ce champ de bataille étranger dans la géographie mentale d’une communauté toute entière19.

Notes

1 Samuel K. Cowan, « The Charge of the Ulster Division at Thiepval, July 1st, 1916 », in Anonyme, The Deathless Story of the Somme and the Immortal Bravery of the Ulster Division, Belfast, Three Kings Publishing, n.d., p.3 : « Lançant sa joie à la face de la Mort -/Au dessus du fracas du souffle du canon/Jetant son cri sacré :/» La Boyne ! » et « Pas de reddition ! »/Où qu’il soit, le fils de l’Ulster/Recevra toujours honneur et gloire !/Y-a-t-il jamais eu bataille pareille/ Ou assaut d’une plus sublime splendeur ? »

2 Voir Edna Longley, « The Rising, the Somme and Irish Memory », in Edna Longley, The Living Stream : Literature and Revisionism in Ireland, Dublin, Bloodaxe Books, 1994, p.69-85.

3 David Hume, For Ulster and her Freedom : The Story of the April 1914 Gunrunning, Lurgan, The Ulster Society, n.d. [1989 ?], p.34 : Some understanding of this apparent paradox comes when we remember that the war was fought not for the government which was trying to introduce Home Rule, but for the King and the Empire […]. Ulster Unionism had the full support of, and was indeed the epitome of, Empire Loyalism […]. [S]o the Ulster Volunteers enrolled into the King’s Army and Carson, for a time, was to enter the War Cabinet.

4 Discours de Carson à Bangor en 1915, cité dans l’exposition sur la 36e Division à Albert, juillet 1996 : We are not a harum-scarum of people gathered from here there and everywhere. No, we are all brothers. They are our own volunteers ; they are men of our own religion ; they are men of our own way of thinking ; they are men of the great Ulster tradition.

5 Cité par David Hume, op.cit., p.35 : many have paid the supreme sacrifice […] and they have left behind sad homes throughout the small hamlets of Ulster, as I well know, losing three or four sons in many a home. Selon A.T.Q. Stewart, The Ulster Crisis : Resistance to Home Rule, 19121914, Londres, Faber and Faber, 1967, p.241-242 : « On tirait les rideaux des maisons les unes après les autres jusqu’à ce qu’il sembla que chaque famille dans la ville avait été touchée par le deuil » (In house after house blinds were drawn down, until it seemed that every family in the city had been bereaved). Un vétéran, R.T. Grange, originaire de Ballyclare dans l’Antrim, parle de trente morts et de plus de cent blessés parmi les habitants : « Vous savez, c’était un chiffre énorme pour une communauté aussi petite » (You know, that was an awful total for such a small community) ; témoignage in Michael Hall, Sacrifice on the Somme, Newtownabbey, Island Publications, 1993, p.26.

6 Gordon Lucy, « The Battle of the Somme », Ulster Review, n° 20, été 1996, p.29 : One source suggests that of the 9,000 men of the Division who took part in the attack, scarcely 2,500 answered roll call on 3 July […]. It is an undisputed fact that the Division lost 5,500 officers and other ranks, killed, wounded and missing, as a result of the first two days of the Somme offensive.

7 Ian Adamson, The Ulster People : Ancient, Medieval and Modern, Bangor, Pretani Press, 1991, p. 94 : By the end of the day the British Army had suffered 60,000 casualties, 20,000 of them killed – the greatest loss ever suffered in a single day by the British Army or by any army in the First World War.

8 Brigadier R.J.C. Broadhurst, cité par Michael Hall, Sacrifice on the Somme, p.12 : The Inniskillings lost more than any British regiment of the line has ever lost in a single day.

9 Jean-Pierre Chrétien-Goni, « La mise à mort des masses », in Dominique Wolton (éd.), Masses et Politique, Paris, Hermès, 1988, p.171-172.

10 Ibid., p.177.

11 Frank McGuinness, Observe the Sons of Ulster Marching Towards the Somme, Londres, Faber and Faber, 1986 ; trad. fr. Alexandra Poulain et Joseph Long, « Regarde les fils de l’Ulster marchant vers la Somme », L’Avant-scène Théâtre, n° 989, 1er mai 1996, p.5-53.

12 Frank McGuinness, in J. Long, « Les fils de l’Ulster et l’autre Irlande », L’Avant-scène Théâtre, n° 989, 1er mai 1996, p.56-57.

13 Viscount Cranbourne (ancien chef de l’Opposition – conservatrice – à la Chambre des lords), in Gordon Lucy et Elaine McClure (éd.), Remembrance, Lurgan, Ulster Society (Publications) Ltd, 1997, p.46 : In no part of the United Kingdom has a greater sacrifice been made in war than in Northern Ireland. The Ulster Division was wiped out on the Somme and Ulstermen in their thousands perished between 1939 and 1945. Since 1969 the RUC, the RIR and hundreds of civilians have defended their right to determine their future through the ballot box rather than with the Armalite. On notera que l’Armalite, fusil d’assaut, est l’arme fétiche de l’IRA.

14 A.T.Q. Stewart, op.cit., p.238 : As they waited in the cruel silence, some could see in imagination the sun slanting on green hills in Antrim, or on the islands set in the grey waters of Strangford.

15 On notera que l’armée britannique avait été, historiquement, un des principaux vecteurs de l’Orangisme à travers le monde. Ceci se faisait par le biais des marching warrants qui autorisaient la création d’une loge au sein d’un régiment.

16 Passage cité dans Anonyme, The Deathless Story of the Somme and the Immortal Bravery of the Ulster Division, p.21 : For it was upon July the 1st, the anniversary of the Boyne, that the sons of the victors in that battle, after eight generations, fought this greater fight. To them it had a very special significance. A stirring in their blood bore witness to the silent call of their ancestors. There seemed to them a predestination in the affair.

17 A.T.Q. Stewart, op.cit., p.238-239.

18 Ian Adamson, « The Great War : A Commemoration », in Gordon Lucy et Elaine McClure (éd.), op.cit., p.1-4, explique le contexte de la construction des deux tours.

19 On ne peut sous-estimer l’impact que la Somme continue à avoir sur la psyché protestante et unioniste en Irlande du Nord. Des initiatives diverses témoignent aujourd’hui de la vivacité du souvenir : par exemple, la réhabilitation de la Tour d’Ulster par des jeunes du Farset Youth and Communuity Project.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540