Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de l'imaginaire unioniste nord-irlandais

 | 
Wesley Hutchinson

L’ulster-scots : la troisième voix ?

Texte intégral

  • 1 « C’est un long chemin qui n’a pas de tournant » (proverbe).

It’s a lang loanen haes nae turn1.

  • 2 Dans le texte français, l’orthographe Ulster-scots (et non Ulster-Scots) désigne spécifiquement la (...)

1Cette section va explorer l’apparition d’un mouvement linguistique étroitement associé à la communauté unioniste en Irlande du Nord. Le mouvement en question est centré sur l’Ulster-scots2 qui cherche à s’imposer comme langue sur l’échiquier culturel et politique et à constituer le pendant de l’irlandais, devenu pôle d’attraction autant financier qu’identitaire. Il s’agit en effet d’un dérivé – en large mesure imprévu – des thèmes prônés par le lobby gaélique dans sa campagne pour la « parité d’estime » entre les « deux traditions » en Irlande du Nord. Or, de par son existence même, le mouvement remet en question la validité de cette théorie « dualiste » et invite à la considération d’une « trinité » identitaire – Ulster-British, irlandaise et Ulster-Scots – plus apte, selon certains de ses défenseurs, à cerner les complexités de la région.

  • 3 Dans son Referendum Communication from the Ulster Unionist Party : Say Yes for the Union, le parti (...)
  • 4 Sobriquet humoristique appliqué aux partisans de David Trimble au sein du Parti Unioniste d’Ulster

2Il s’agit ici d’un domaine particulièrement sensible – même par rapport aux normes souvent exacerbées du débat culturel nord-irlandais ! Le mouvement a été très vivement attaqué par les nationalistes et par le Parti de l’Alliance qui le dénoncent comme un « coup monté » du DUP pour drainer les fonds qui autrement iraient alimenter le mouvement gaélisant. Or, en dehors du DUP, l’Ulster-scots a recueilli le soutien du Parti Unioniste3. Étant donné l’ouverture de la section Trimbalista4 de l’unionisme, le Gouvernement ne pouvait pas prendre le risque d’aliéner la communauté unioniste à cause d’une question qui prenait de plus en plus d’ampleur symbolique. D’où une attitude assez conciliatrice de la part des autorités, attitude destinée à calmer le jeu culturel à un moment particulièrement délicat du « processus de paix ».

3La perspective d’une démilitarisation à long terme du conflit suggère un déplacement prévisible de la guerre idéologique vers des succédanés culturels de ce genre. D’où l’importance de faire le point sur un phénomène culturel en pleine gestation, qui ne peut manquer de prendre de l’ampleur dans les années à venir.

4Avant de considérer l’Ulster-scots et l’émotion générée par son éclosion, il est indispensable de cerner en quelques mots la façon dont la langue irlandaise est perçue au sein de la communauté unioniste en Irlande du Nord.

L’irlandais : l’aura de la contestation

5Depuis la fin du xixe siècle, la langue irlandaise a été étroitement associée à l’idéal national. Dès 1892, Douglas Hyde, pour qui la langue recelait l’« âme » de la nation, identifia sa réappropriation comme une étape essentielle de la réaffirmation d’une identité culturelle distincte :

  • 5 Douglas Hyde, « The Necessity for De-Anglicising Ireland » (1892), in Mark Storey (éd.), Poetry an (...)

Afin de nous « désangliciser », il nous faut arrêter immédiatement la déchéance de (ce qui fut notre grande langue nationale)5.

6Cet appel à la réaction, à la réappropriation de la langue donna lieu à la création, l’année suivante, de Conradh na Gaelige (la Ligue Gaélique). Même si Hyde plaidait pour une approche non sectaire et un statut (en principe) apolitique de la Ligue, celle-ci se rapprocha de plus en plus de l’Église catholique tout en subissant l’influence de l’aile républicaine du nationalisme. Lors de son Ard-Fheis (convention nationale) de 1915, la Ligue intégra dans sa constitution une clause appelant à la liberté (euphémisme pour « l’indépendance ») de l’Irlande. Aodán Mac Póilin, directeur d’Iontaobhas Ultach, dans un article récent, remarque :

  • 6 Aodán Mac Póilin, « Plus ça change : the Irish language and politics », in Aodán Mac Póilin (éd.), (...)

1915 […] marqua le moment où le mouvement en faveur de l’irlandais fut intégré dans le mouvement nationaliste […]. Je ne connais aucun unioniste engagé en faveur de la langue qui n’était pas déjà actif avant les toutes premières années du siècle. L’importance de l’Ard-Fheis de 1915 fut de relier sans ambiguïté la Ligue Gaélique à une section particulière du mouvement nationaliste, de sorte qu’elle devint simplement l’aile culturelle d’un mouvement politique, puis militaire6.

7Comme l’indique ce passage, ce fut l’incorporation de la langue au projet nationaliste qui aliéna le soutien (déjà limité) dont elle bénéficiait auprès de certains unionistes. Son association avec des personnages phare de l’Insurrection de 1916 – on pense notamment à Pearse et à Casement – n’a fait que confirmer leur rejet d’un des éléments constitutifs d’une identité irlandaise.

  • 7 Camille O’Reilly, The Company of Strangers : Ethnicity and the Irish Language in West Belfast, sup (...)
  • 8 Voir Liam Andrews, « The very dogs in Belfast will bark in Irish : The Unionist Government and the (...)

8Après la partition, l’irlandais en Irlande du Nord n’a pas pu se défaire de ses antécédents politiques. Comme l’explique Camille O’Reilly dans The Company of Strangers, la langue fut considérée par Stormont comme « une menace à l’ordre politique de la culture majoritaire »7. Hautement suspect, perçu comme « étranger » et irrémédiablement subversif, l’irlandais fut exposé tantôt à l’indifférence, tantôt à l’hostilité des autorités unionistes8. N’étant pas enseigné dans les écoles publiques (de facto protestantes), il devint l’affaire d’une frange de la minorité catholique.

  • 9 Une gaeltacht est une région (dans le cas présent, un quartier) où la langue véhiculaire est l’irl (...)
  • 10 Le phénomène, quoiqu’encourageant, doit être mis en perspective. Aodán Mac Póilin, dans « Aspects (...)

9La création au début des années soixante-dix à Belfast ouest d’une gaeltacht9 fut le premier signe d’un renouveau d’intérêt pour la langue en Irlande du Nord. Plus de vingt-cinq ans plus tard, la création d’écoles primaires (bunscoileanna) et secondaires (meánscoileanna)10 ainsi que de nombreux cours de langue pour adultes sont les preuves concrètes d’une renaissance linguistique comparable à celle de la fin du siècle dernier.

L’irlandais : langue militante ou espace neutre ?

  • 11 On pense, par exemple, à l’action entreprise par John Hume dans le cadre des institutions européen (...)
  • 12 Comme celle, par exemple, pour le droit à une désignation bilingue des noms de rues. La législatio (...)
  • 13 Section intitulée « Culture », dans Sinn Féin Policy Document, n.d. [1994 ?], p.21. Camille O’Reil (...)

10Il n’est pas surprenant que les partis nationalistes aient soutenu cette renaissance. Or, même si le SDLP fait régulièrement preuve de son engagement dans ce domaine11, c’est surtout le Sinn Féin qui a réussi à se poser en défenseur de la langue grâce à des campagnes hautement médiatisées12. Tout au long des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, le Sinn Féin a milité pour un statut de parité entre l’irlandais et l’anglais à « tous les niveaux de l’administration et avec tous les organismes gouvernementaux et semi-gouvernementaux »13.

11Le mouvement républicain a beau faire des déclarations de principe invitant les unionistes à mettre fin à leur « boycott » de l’irlandais, sa littérature continue à identifier la valeur de la langue comme arme politique ; plus qu’un simple ingrédient de « libération », elle en est un véritable agent. Gerry Adams, prenant comme référence un texte de l’écrivain Mártín O Cadhain, dit dans The Politics of Irish Freedom :

  • 14 Gerry Adams, The Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon, 1986, p.148 : What is crucial is the (...)

Ce qui est crucial, c’est de comprendre que la langue irlandaise, c’est la reconquête de l’Irlande, et la reconquête de l’Irlande, c’est la langue irlandaise14.

  • 15 Gemma Hussey, dans son livre Ireland Today : Anatomy of a Changing State, Londres, Penguin, 1995, (...)

12Pour beaucoup dans la communauté unioniste, l’énoncé d’un système d’équivalences de ce genre réduit tout discours parallèle vantant la prétendue « neutralité » de la langue à un simple exercice de rhétorique républicaine15.

  • 16 Le Northern Ireland Office.
  • 17 Pour le détail de la création d’Ultach, voir Wesley Hutchinson, « Le gouvernement britannique et l (...)

13Nombreux sont ceux dans le mouvement gaélique qui veulent casser la perception populaire d’une « OPA républicaine » sur la langue irlandaise. Alors que les cyniques y voyaient un complot du NIO16 destiné à « dépolitiser » la langue, le Gouvernement britannique, par le biais de son CCRU, décida de créer un « espace neutre » dans lequel l’irlandais pouvait être accessible à l’ensemble de la société nord-irlandaise. Ce fut la logique transcommunautaire élaborée par le CRC qui a présidé à la création d’Iontaobhas Ultach en septembre 198917. Comme l’a fait remarquer le premier rapport annuel de cet organisme :

  • 18 Iontaobhas Ultach Tuairisc Bhliantúil/Ultach Trust Annual Report, 1990-1991, p.10 : In fact if Iri (...)

En fait si l’irlandais perd sa place en tant qu’arme dans l’arsenal nationaliste en étant mieux accepté par les unionistes, le degré de soutien cérémonieux dont il jouit actuellement auprès des nationalistes non gaélophones risque de chuter18.

14La qualité exceptionnelle du travail d’Iontaobhas Ultach, et notamment de son directeur, Aodán Mac Póilin, a permis d’engager un processus de réactivation de la mémoire quant à l’énorme contribution protestante et (parfois) unioniste à la préservation et à la transmission de l’irlandais en Ulster. La valorisation du travail de personnages comme le révérend William Neilson, pasteur presbytérien et auteur d’une Introduction to the Irish Language (1808), ou Rose Young, collectionneuse de chansons, n’est qu’un aspect d’une réalité aux implications riches et complexes.

15Parallèlement à cette exploration historique et littéraire, un intérêt pour la langue se manifesta dans les quartiers loyalistes de Belfast où, pour la première fois depuis le début du siècle, on organisa des cours d’irlandais pour adultes. Bien que tributaire des événements politiques du moment, cette percée « transcommunautaire » est un succès dont la tendance œcuménique au sein du mouvement linguistique peut être fier.

16Il est vital de rappeler l’existence de ces engagements culturels qui remettent en question les carcans identitaires issus des canons du début du siècle. La déstabilisation des évidences est toujours génératrice de possibles. Or, si on peut sourire à l’idée qu’un « Grand Master » de la Loge Orangiste de Belfast ait pu, à un moment béni, être membre de Conradh na Gaelige, le goût des contradictions reste un trait tristement minoritaire en Irlande du Nord aujourd’hui. Force est de constater qu’une quelconque « réhabilitation » de la langue n’affecte qu’une frange de la population protestante et unioniste.

  • 19 Hansard, « Written Answers » du 16 novembre 1992, p.9, et du 17 novembre 1992, p.149-152.

17Si l’irlandais s’avère incapable de mobiliser les masses unionistes, leurs chefs politiques y prêtent la plus vive attention. Cet intérêt concerne surtout l’argent qui lui est alloué par le Gouvernement britannique. Dès novembre 1992, le révérend Paisley a déposé des questions parlementaires sollicitant le détail des dépenses publiques dans ce domaine ainsi qu’une liste des organismes bénéficiaires19. En 1997, il a posé la même question ; cependant, à cette occasion, il a ajouté un deuxième volet sollicitant un tableau comparatif des sommes distribuées à l’irlandais et à l’Ulster-scots. Que la question parlementaire ait été formulée dans ces termes en dit long sur l’évolution de « la question de la langue » pendant la période intermédiaire.

18En effet, entre-temps, l’Ulster-scots a pris sa place comme élément de l’échiquier culturel et politique de la région.

L’Ulster-scots : histoire d’une mobilisation

  • 20 Whit wud Ulster-Scotch be ?, Belfast, Ulster-Scotch Leid Societie, n.d., n.p.
  • 21 Ibid.

19La Ulster-Scots Language Society fut fondée en 1992 par certains membres de la Scots Language Society (basée en Écosse) afin de « promouvoir le statut et rétablir la dignité de l’Ulster-scots en tant que langue ». Un dépliant publié par la Society20 décrit ses objectifs principaux : la promotion de la langue dans les domaines littéraire et éducatif et sa réhabilitation comme langue vernaculaire. On explique que l’Ulster-scots est une « variante de la langue appelée scots, la langue de Burns […] parlée dans les Lowlands d’Écosse jusqu’à nos jours et appelée fréquemment le lallans »21. Importée en Ulster lors de la Plantation du xviie siècle, l’Ulster-scots (désigné également par le néologisme, ullans), se parlerait toujours dans certaines parties du Down, d’Antrim, du Londonderry et du Donegal, régions où la colonisation écossaise fut la plus dense, et ceci en dépit de son exclusion systématique par le système éducatif.

20La littérature produite par la Society, et notamment Ullans, magazine destiné à ses membres, revendique un total de cent mille « locuteurs » de cette langue en Ulster aujourd’hui.

21En 1994, la campagne est passée à la vitesse supérieure avec la création d’un Ulster-Scots Heritage Council destiné à faire avancer la cause de la culture Ulster-scots en général. Ce Conseil, placé sous la direction de Nelson Mc-Causland, regroupe un certain nombre d’autres structures. À part les différents groupes linguistiques affiliés à la Ulster-Scots Language Society, sont membres la Royal Scottish Pipe Band Association, la Northern Ireland Piping and Drumming School, la Royal Scottish Country Danse Society, les Burns Clubs et la Presbyterian Historical Society. Ainsi, l’Heritage Council se donne comme mission de coordonner les groupes déjà existants qui constituent des foyers de la vie traditionnelle de la communauté d’origine écossaise dans le Nord de l’Irlande.

22L’acquisition d’une « voix collective » grâce à la centralisation de vecteurs culturels travaillant jusqu’alors en ordre dispersé a pu contribuer à compenser l’amateurisme et le « localisme » dont souffraient bon nombre de ces petites structures à vocation « folklorique ». Cette professionnalisation du regard porté sur les activités socio-culturelles va sans doute accélérer le processus de définition d’une stratégie culturelle au sein de la communauté unioniste. Le fait même qu’un organisme dédié à la promotion de la culture Ulster-Scots existe ne peut qu’assurer l’assise et le rayonnement de cette culture. Le lobby va remplir sa fonction première : faire du lobbying.

L’Ulster-scots : l’aventure européenne

  • 22 Précisément dans le district dénommé « Laggan » du Donegal.

23Il est évident que l’un des objectifs principaux des fondateurs de la Society concerne la reconnaissance officielle de l’Ulster-scots comme langue minoritaire, non seulement par le Gouvernement britannique, mais aussi à l’échelle européenne, l’existence d’une poche d’Ulster-scots dans la République22 étant un atout non négligeable étant donné l’orthodoxie transfrontalière qui sous-tend la pensée des décideurs à Londres, à Dublin et à Bruxelles.

24Dès le deuxième numéro d’Ullans (printemps 1994), on signale les démarches entreprises par les membres de la Society afin de s’assurer une telle reconnaissance qui aurait les retombées en termes de prestige et de financement nécessaires à la mise en place du programme linguistique et culturel envisagé. Une des « cibles » de cette activité fut, et reste, le Bureau européen pour les langues moins répandues (BELMR).

25L’admission dès 1993 de représentants de la Society à la sous-commission pour l’Irlande du Nord de la commission britannique du BELMR, n’a cependant pas entraîné la reconnaissance officielle par l’Europe de l’Ulster-scots comme « langue minoritaire ».

  • 23 Ullans, n°4, printemps 1996, p.4 : we were able to demonstrate to our Public Representatives that (...)
  • 24 Rapport de groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord (six counties of Northe (...)

26En mars 1996, la Society reçut une délégation sous l’égide du BELMR qui devait étudier sur le terrain la condition des langues minoritaires en Irlande du Nord. Même si Ullans présenta ces contacts comme positifs, dans la mesure où « nous avons été capables de démontrer à nos représentants l’existence d’un intérêt international pour notre langue maternelle »23, le Rapport établi par cette délégation24 fut négatif, voire franchement hostile à l’égard de l’Ulsterscots.

27Ce Rapport fit remarquer que l’Ulster-scots était « extrêmement proche » de la langue anglaise. Il n’hésite pas à remettre en question son statut comme langue à part entière, sans oser trop insister sur cet aspect de la chose. Étant donné la virulence du débat langue/dialecte ailleurs en Europe – on pense à la querelle qui oppose le catalan et le valencien, ou encore le néerlandais et le frison – personne n’a intérêt à ranimer ce vieux foyer de discorde.

28Il n’empêche que le Rapport est dévastateur pour ce qui est de l’authenticité de ce parler. Les membres de la délégation affirment :

  • 25 Ibid., p.25.

Notre visite dans la péninsule de Ards ne nous a pas permis de […] rencontrer un locuteur déclaré d’Ulster-scots25 ;

29ils vont jusqu’à prétendre que le mouvement est simplement :

  • 26 Ibid., p.26.

l’expression linguistique d’une frange de la communauté unioniste à laquelle les nouveaux développements de la situation en Irlande du Nord font craindre de se retrouver abandonnée et isolée alors même qu’elle s’obstine à rejeter son héritage gaélique26.

30Or, si le Rapport insiste sur le parti pris idéologique de l’Ulster-scots, on ne peut pas dire qu’il soit tout à fait équilibré lui-même.

  • 27 Pour le détail des statistiques, voir The Northern Ireland Census 1991 : Irish Language Report, Be (...)

31Il s’étonne, par exemple, de découvrir que selon les dires de la Ulster-Scots Language Society, il y aurait cent mille locuteurs d’Ulster-scots en Irlande du Nord, concentrés dans l’Antrim et le Down. Il se demande, à juste titre, comment on est arrivé à ce chiffre, et suggère, sans doute avec raison, qu’il y aurait là une tentative de rivaliser avec les cent quarante-deux mille locuteurs d’irlandais en Irlande du Nord dénombrés par le recensement de 199127.

32En effet, pour la première fois depuis la création de l’Irlande du Nord, le recensement contenait une section à propos de la langue gaélique en Irlande du Nord. Comme nous l’avons déjà vu, ces chiffres étaient utilisés pour promouvoir la cause du mouvement gaélisant. Au moment de la publication des données, ceux qui étaient hostiles au mouvement gaélisant avaient allégué que les chiffres avaient été gonflés pour des raisons politiques, le recensement demandant à chaque recensé une simple autoévaluation de ses compétences linguistiques. Camille O’Reilly relève l’accusation d’une exagération éventuelle des capacités linguistiques des recensés, et, réaliste, explique le phénomène de la manière suivante :

  • 28 Camille O’Reilly, op.cit., p.5 : This is probably true, but even so, the exaggeration can be seen (...)

Ceci est probablement vrai, mais même si c’est le cas, l’exagération peut être vue comme le signe de la valeur que les gens attribuent désormais à la langue28.

33Or, au lieu d’aborder la question de l’estimation des nombreux locuteurs d’Ulster-scots avec une pareille distance, le Rapport nous fait une leçon d’histoire :

  • 29 Rapport de groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord, p.25.

On peut s’étonner […] d’une telle concentration de locuteurs de l’Ulster-scots dans les districts d’Antrim et de Down si l’on retient qu’ils furent si intensivement colonisés par les Gaëls d’Écosse en tant que propriétaires de la seigneurie des îles aux xve et xvie siècles, qu’ils ne furent jamais concernés par la plantation d’Ulster à partir du début du xviie et qu’ils furent des Gaeltachts jusqu’au siècle dernier29.

34En affirmant que ces comtés ne faisaient pas partie de la Plantation « officielle », les auteurs du Rapport laissent entendre que la dimension gaélique y était restée plus ou moins intacte. Or, bien que l’influence du gaélique (écossais) soit indéniable, ces comtés furent précisément les premiers points de chute pour des milliers d’Écossais des Lowlands (dont de nombreux « scotophones ») attirés par des initiatives de colonisation « privées ».

35Le Professeur J. Braidwood avait insisté précisément sur ce domaine lors du premier colloque organisé par l’Ulster Society en 1986 :

  • 30 John Braidwood, « The Ulster dialect – A distinctive speech of a distinctive people », in Ulster – (...)

Les Écossais se sont déversés dans l’Antrim et dans le Down, régions où les Écossais s’étaient installés en plus grand nombre, et qui sont toujours aujourd’hui les parties les plus écossaises et presbytériennes de l’Ulster, bien qu’elles se soient situées en dehors de la Plantation proprement dite des comtés confisqués par la Couronne30.

  • 31 Patrick Crozier, Ulster for Beginners, Londres, Friends of the Union, 1998, p.8.

36Patrick Crozier, non sans humour, voit dans le succès remarquable de cette colonisation parallèle un exemple précoce de la supériorité de l’initiative privée par rapport à l’interventionnisme étatique31 ! Même si on ne partage pas son admiration pour les bienfaits du libéralisme, l’influence des Lowlands écossais sur ces comtés est bien réelle.

37Le document intitulé « The Ulster-Scots Language : A Submission to the Forum by the Ulster-Scots Language Society and the Ulster-Scots Academy », (daté du mois d’octobre 1996), reprend ce point dans sa section 2.06 :

  • 32 « The Ulster-Scots Language : A Submission to the Forum by the Ulster-Scots Language Society and t (...)

À partir de la fin du xvie siècle, des têtes de pont de la future Plantation firent s’établir dans l’Antrim des colons venus de l’Ouest de l’Écosse et dans le Down des Anglais venus du Nord de l’Angleterre ; elles annonçaient une arrivée massive, au cours du siècle suivant, d’Écossais des Basses-Terres venus s’établir dans ces deux régions […]. Il subsiste un corpus considérable de matière documentaire en Ulster-scots remontant aux premières décades du xviie siècle32.

38Comme le fait remarquer Linde Lunney :

  • 33 Linde Lunney, « The Nature of the Ulster-Scots Language Community », Varieties of Scottishness, Be (...)

De toute manière, l’irlandais d’Ulster au xviie siècle ne pouvait résister face à l’incursion en tenailles de l’anglais et du scots. Brendan Adams […] extrapole en remontant jusqu’en 1700 et suggère que même à cette date, l’irlandais était en récession dans une grande partie de l’Antrim et du Down33.

39En effet, dire que l’Antrim et le Down « furent des Gaeltachts jusqu’au siècle dernier » suggère que la région entière était gaélophone jusqu’à une époque relativement récente. Étant donné le contexte, une telle affirmation prête à confusion. Elle est d’autant plus ambiguë que, quelques pages plus haut, les mêmes rapporteurs avaient fait remarquer :

  • 34 Rapport du groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord, p.8 : When Northern Ir (...)

Lors de la création de l’Irlande du Nord […] dans les années vingt, les communautés gaélophones à l’intérieur du nouvel État avaient presque disparu ; les quelques personnes âgées de langue maternelle irlandaise qui se trouvaient éparpillées dans les Gaeltachts résiduelles dans quatre des six comtés avaient disparu au milieu du siècle34.

  • 35 Flann Campbell, The Dissenting Voice : Protestant Democracy in Ulster from Plantation to Partition(...)

40Même un lecteur non averti (ce Rapport s’adresse à la Commission européenne) serait forcé de déduire soit que la population gaélophone a été dévastée du jour au lendemain soit que les renseignements avancés sont pour le moins équivoques35.

41Ailleurs, on dénonce l’Ulster-scots comme le vecteur d’une idéologie politique, aspect qui, selon le Rapport, le distinguerait de la langue irlandaise :

  • 36 Rapport du groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord, p.26.

il est en effet bien difficile de penser que le mouvement de revitalisation de l’Ulster-scots relève d’une démarche linguistique dépolitisée et intercommunautaire comme celle du mouvement en faveur du gaélique36.

42On semble avoir oublié qu’à la page 9 du même Rapport on avait annoncé :

  • 37 Ibid., p.9.

en Irlande du Nord, il y a fréquemment association, exprimée ou non, entre la revendication linguistique et la résistance à l’État Britannique [sic] [...]. Il est indiscutable que la résistance nationaliste, notamment républicaine, a joué et joue encore un rôle d’aiguillon dans l’engagement en faveur du gaélique en Irlande du Nord et est la source de sa vitalité dans la phase actuelle de son développement37.

  • 38 L’expression a DIY language for Orangemen apparaît dans « A pointless insult » sur [http:// www.du (...)

43Le Rapport a beau se lamenter que la communauté unioniste persiste à rejeter « son héritage gaélique »38, ce n’est pas avec des documents pareils qu’on va les convertir.

44Une certaine insouciance à l’égard des sensibilités historiques et politiques – on ne peut imaginer un seul instant qu’il s’agisse de simple ignorance – est fort regrettable puisqu’il remet en question la validité objective des autres conclusions du Rapport, dont certaines, notamment le rôle équilibré joué par Iontaobhas Ultach, sont tout à fait justifiées. Un regard plus pondéré – mieux informé ? – reconnaîtrait que, qu’on le veuille ou non, la language question est hautement politisée, qu’il s’agisse de l’irlandais ou de l’Ulster-scots.

  • 39 Souligné par l’auteur.

45On pourrait imaginer que l’hostilité et le dédain manifestés à l’encontre de l’Ulster-scots ne fait que refléter l’attitude de certains nationalistes qui vont jusqu’à le décrire comme « une langue bricolée pour les Orangistes »39. Bien que l’on puisse savourer l’humour de ce type de formule, on serait tenté de rappeler la mise en garde énoncée dans le Andersonstown News, publication qu’on ne peut accuser de tendances unionistes :

  • 40 Ibid. : [W]e ridicule [Ullans] at our peril. For in mocking it, we are mocking the right of unioni (...)

Nous ridiculisons l’ullans à nos risques et péril. Car en nous moquant, nous nous moquons du droit des unionistes à exprimer leur culture de façon constructive et pacifique, et c’est une voie périlleuse40.

Comparer ce qui est comparable

46Le Rapport adopte une approche comparatiste afin de démontrer les faiblesses de l’Ulster-scots par rapport à la langue irlandaise ; or, c’est précisément la même stratégie « comparatiste » que choisissent les défenseurs de l’Ulsterscots pour promouvoir sa cause.

47Ces comparaisons fonctionnent à deux niveaux : d’abord, vis-à-vis de l’irlandais, et ensuite, vis-à-vis du scots.

48Il est clair que la démarche adoptée par les stratèges de l’Ulster-scots prend comme référent et modèle l’histoire récente du mouvement gaélique en Irlande du Nord. La progression lente mais régulière des fonds attribués à la langue gaélique invite à des comparaisons avec l’Ulster-scots. On n’hésite pas à souligner l’énorme écart qui s’est creusé dans ce domaine. Alors que Michael Ancram, le ministre chargé de l’éducation et de la culture en Irlande du Nord, en réponse à la question de Paisley à la Chambre des communes en 1997, a donné le chiffre de 2,5 millions de livres sterling pour l’irlandais contre 20 000 livres sterling pour l’Ulster-scots en 1995-1996, un des intervenants au Forum en 1997 a avancé le chiffre de 4,5 millions de livres sterling pour l’irlandais contre 10 000 livres sterling pour l’Ulster-scots. Dans cette guerre de chiffres, ce qui importe n’est pas la précision, c’est l’étendue de l’écart.

  • 41 Nelson McCausland, directeur de l’Ulster-Scots Heritage Council, le dit très clairement dans un di (...)

49Ces chiffres sont facilement mobilisables pour dénoncer une discrimination ancrée au sein de la pensée gouvernementale. L’engagement financier du Gouvernement britannique en faveur du gaélique, sous-tendu de visées transcommunautaires, est dénoncé par certains comme une tentative de « planification culturelle » destinée à faire accepter à la population unioniste un cadre historico-culturel irlandais qui affaiblirait leur sens d’identité britannique. La montée d’intérêt pour l’Ulster-scots doit être perçue comme une forme de résistance à ce projet de société41.

  • 42 Bien entendu, les activistes dans le mouvement gaélique ne voient pas la chose de cet œil.

50Il est intéressant de voir les représentants unionistes reprendre à leur compte le vocabulaire de l’exclusion, apprendre la grammaire de la contestation culturelle. Le mouvement Ulster-scots s’est approprié le discours de l’ostracisme, de la langue victime, qui avait été jusque-là l’apanage de la langue irlandaise. C’est comme si l’irlandais faisait déjà partie de l’establishment culturel. Nous nous retrouvons avec un nouvel exclu du système42.

51Il existe une deuxième zone de comparaison, moins chargée d’implications politiques. Il s’agit de la comparaison entre le traitement de l’Ulster-scots et la langue scots en Écosse.

52Encore une fois, on retrouve une démarche qui avait déjà fait ses preuves chez les gaélisants. En effet, une des tactiques du mouvement gaélique nord-irlandais a été d’opposer l’attitude gouvernementale vis-à-vis de la langue irlandaise à ses positions envers les autres langues celtiques du Royaume-Uni.

  • 43 Aodán Mac Póilin, « BBC Thuaisceart Eireann agus an Teanga Ghaelige », BBC agus an Ghaelige/BBC No (...)

53On pense, entre autre, à Aodán Mac Póilin, qui, dans « BBC Thuaisceart Eireann agus an Teanga Ghaelige »43, souligne le déséquilibre important entre l’attitude de la télévision et de la radio nationales à l’égard de deux langues gaéliques. Le raisonnement de base est d’ordre arithmétique. Se servant des renseignements recueillis dans le recensement de 1991, Mac Póilin démontre que contre cent quarante-deux mille locuteurs d’irlandais, le gaélique écossais n’a recensé que soixante-cinq mille locuteurs. Or, conclut-il, si l’on compare avec la situation des gaélophones nord-irlandais :

  • 44 Ibid., p.5.

on trouve que les gaélophones écossais disposent d’au moins dix fois plus d’heures d’émissions radiophoniques, et presque soixante fois plus d’heures de télévision [en gaélique]44.

  • 45 Voir aussi l’article d’Aodán Mac Póilin, « Mr Priestley’s priorities », Fortnight, n°316, p.28-30.

54Il plaide pour une augmentation des fonds destinés à répondre à une évidente demande, qu’il souhaite proportionnelle aux « normes » déjà appliquées en Écosse45.

55Il est évident que la Ulster-Scots Language Society reconnut l’efficacité d’une telle approche comparatiste.

  • 46 Ullans, n°4, printemps 1996, p.4.

56Par exemple, l’éditorial d’Ullans numéro 4 souligne les contacts établis avec Michael Ancram afin de vérifier la cohérence politique du Gouvernement britannique vis-à-vis de l’Ulster-scots et du scots en Écosse. La Society se félicite des conclusions établies par Ancram qui, le 21 mars 1996 à la Chambre des communes, déclara que l’Ulster-scots devait désormais « faire l’objet de la même politique que la langue scots en Écosse… »46.

57Cette démarche est intéressante puisqu’elle déplace le champ du débat hors du contexte irlandais stricto sensu, vers une exploration des attitudes gouvernementales vis-à-vis de la langue écossaise (le scots) définie par Ancram comme le parent language of Ulster-scots, dans un contexte politique moins tendu. La Society cherche donc à faire appliquer à l’Irlande du Nord des normes appliquées sur le terrain en Écosse comme levier culturel pour son propre statut en Irlande du Nord.

  • 47 Signée à Strasbourg le 5 novembre 1992 dans le cadre du Conseil de l’Europe.

58L’importance de la dimension écossaise a été accentuée par d’autres développements dans le cadre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires47.

La Charte européenne : trouver l’équilibre

  • 48 L’État qui ratifie la Charte doit être en mesure de respecter un minimum de trente-cinq des soixan (...)

59Cette Charte, destinée à assurer la protection et la promotion des langues de moindre diffusion, fut adoptée par le Conseil de l’Europe en 1992 ; elle entra en vigueur le 1er mars 1998. Chaque État signataire s’engage à respecter un certain nombre de dispositions d’ordre général (stipulées dans la partie II de la Charte) quant aux langues minoritaires autochtones existant sur son territoire ; on notera surtout des engagements à faciliter l’utilisation de ces langues dans la vie publique et privée (art. 7.1.d), à encourager leur apprentissage à tous les niveaux du système éducatif (art. 7.1.f, g et h) et à faciliter des échanges transfrontaliers entre locuteurs d’une même langue (art.7.1.i). Un État signataire peut, s’il le souhaite, demander à son Parlement de ratifier la Charte. Une telle ratification entraîne une reconnaissance plus formelle et contraignante accordée à une ou plusieurs langues identifiées par l’État concerné. Ces obligations (détaillées dans la partie III de la Charte) correspondent à des engagements précis dans les domaines de l’administration de la justice, des services publics, des médias, etc.48.

  • 49 On notera que le Welsh Language Act de 1993 avait instauré un bilinguisme de fait dans la Principa (...)
  • 50 Le calendrier est plus concret en ce qui concerne le gaélique écossais.

60Le Gouvernement de John Major indiqua (avril 1996) qu’il n’avait pas l’intention de signer ladite Charte. Or, il y avait parmi les députés écossais et gallois un niveau de soutien considérable pour plus de flexibilité dans ce domaine clé de l’identité régionale49. La logique de la décentralisation manifestée par l’engagement des Travaillistes sur la mise en place d’Assemblées régionales (Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord) a accentué la pression pour que le Gouvernement du Royaume-Uni ratifie la Charte, en accordant le statut prévu par sa partie III au gallois et au gaélique écossais. C’est ainsi que le 4 juin 1998, le Gouvernement britannique a pu annoncer sa décision de faire ratifier la Charte avec effet immédiat pour le gallois, et une déclaration d’intention de mise en application dans un avenir « proche » pour le gaélique écossais et pour l’irlandais50.

61Le même jour, un communiqué de l’Information Directorate du Scottish Office, annonçant la décision prise quant au gaélique écossais, ajouta que la langue écossaise (le scots) avait obtenu une reconnaissance selon les termes de la partie II de la Charte. À ce propos, le communiqué spécifie :

  • 51 Communiqué de presse n°1162/98 de l’Information Directorate du Scottish Office daté du 4 juin 1998

En appliquant les dispositions prévues par la partie II au scots, le Gouvernement reconnaît la nature distincte et la valeur culturelle de la langue. Des études écossaises sont proposées à tous les niveaux du cursus scolaire […]. On peut également suivre des études au niveau universitaire51.

  • 52 En effet, en dépit de cette panoplie de mesures annoncées par le Gouvernement britannique, l’Ulste (...)

62Le Northern Ireland Office devait surveiller avec la plus grande attention les demandes émanant du Scottish Office quant à la reconnaisance de ses langues indigènes. Étant donné qu’une configuration linguistique similaire existe dans les deux « régions », toute initiative prise par l’administration écossaise invite à des comparaisons en Irlande du Nord52.

La fin des « deux traditions » ?

63En janvier 1997, le Forum a débattu la motion suivante proposée par Jim Shannon, conseiller DUP du Ards Council connu pour son attitude militante sur le statut de l’Ulster-scots :

  • 53 [http://www.ni-forum.gov.uk/debates/1997/100197.html]. Toutes les citations d’extraits du débat so (...)

Le Forum encourage tous les organismes chargés des subventions à soutenir l’attribution de fonds facilitant l’installation de groupes ou de collectivités engagés dans la promotion de l’Ulster-scots. En outre, le Forum déclare que, compte tenu du financement distribué actuellement aux organisations promouvant la culture irlandaise, il souhaite voir reconnaître l’identité Ulsterscots équitablement53.

64Cette motion, formulée explicitement sur le mode comparatiste, a, pour la première fois, focalisé l’attention des partis politiques nord-irlandais sur la question du soutien à l’Ulster-scots. Selon M. Shannon :

  • 54 Le texte original : We have a language worthy of value in its own right. It seeks to establish Uls (...)

Nous possédons une langue digne de respect à part entière. Elle cherche à donner à l’Ulster-scots sa place au sein de la diversité linguistique de ces îles. Elle tente de rehausser la fierté linguistique de la communauté qui parle l’Ulsterscots, pour apporter à cette communauté la culture, la confiance et le réconfort. Nous nous efforçons d’assurer à cette communauté un traitement équitable et une parité d’estime, de rendre à cette communauté la fierté quant à la validité, l’histoire, et la richesse de sa tradition linguistique54.

65Il y a une autre dimension à cette affaire. Certains défenseurs de l’Ulsterscots affirment qu’il existe non deux, mais trois traditions culturelles en Irlande du Nord. L’opposition de base entre la tradition gaélique et la tradition britannique est nuancée par l’ajout d’un troisième élément, subdivision de cette dernière, la tradition écossaise. Comme l’a fait remarquer Ivan Herbison lors de la conférence « Varieties of Scottishness » organisée à Queen’s en 1996 :

  • 55 Ivan Herbison, « The Rest is Silence » ; Some Remarks on the Disappearance of Ulster-Scots Poetry  (...)

Trop souvent la langue, la littérature, et la culture Ulster-scots ont été exclues, ignorées, marginalisées, ou traitées comme des questions subsidiaires. Cette négligence systématique vis-à-vis de l’Ulster-scots est en grande partie due à l’orthodoxie dominante, dans les cercles culturels et politiques, du concept des « deux traditions ». Ce cadre binaire constitue non seulement une distorsion des réalités complexes de la diversité culturelle ; il occulte aussi une « troisième tradition », celle de « l’horizon écossais »55.

66On peut en effet se demander où va s’arrêter cette structuration de l’identité Ulster-Scots. M. Shannon, lors de son discours, va jusqu’à expliquer le problème de la manière suivante :

  • 56 Le texte de son discours se lit : There are two distinct nations on this island : the Gaelic Irish (...)

Il y a deux nations distinctes sur cette île : les Irlandais gaéliques et les Ulster-Scots. Nous appartenons à ces derniers, et ça c’est un fait, même si c’est difficile à avaler pour certains. Nous avons autant le droit à l’autodétermination que toute autre nation sur la terre, et que personne ne vienne nous raconter que nous n’avons ni culture, ni droits, ou que nous avons peur de cette culture et de cette tradition56.

67Cette déclaration, un rien emportée, est intéressante parce qu’elle redéfinit la traditionnelle opposition binaire et la place sur l’axe Irlande-Écosse. Le bloc « anglo » s’efface au profit de la composante écossaise, présentée comme le moteur d’une identité reconnaissable, capable de contrecarrer point pour point les multiples manifestations culturelles de la tradition irlandaise :

  • 57 Intervention de M. Coulter dans le cadre du débat au Forum du 10 janvier 1997. Voir, [http://www.n (...)

Le temps est venu de nous lever, de crier, et de tirer parti de notre tradition, de notre tradition Ulster-Scots dont nous sommes très fiers. Nous avons une culture. Nous avons une culture par notre musique ; nous avons une culture par notre danse ; nous avons une culture par notre langue57.

Vers une logique de soutien mutuel ?

  • 58 L’exemple le plus connu de cette attitude est, bien entendu, la remarque de Sammy Wilson du DUP, c (...)

68C’est dans ce contexte que nous avons qualifié de « comparatiste » qu’il faut voir l’évolution du discours employé par les intéressés. Bien que certains individus persistent à adopter une attitude belligérante, voire insultante, à l’égard du gaélique58, on constate une tendance à l’accomodement et une disposition à la négociation chez d’autres. Dès le deuxième numéro d’Ullans, on remarque :

  • 59 Ullans, n°2, printemps 1994, p.4 : We have every wish to see European and government funding incre (...)

Nous souhaitons vivement une augmentation des subventions européennes et gouvernementales pour la langue et les manifestations culturelles irlandaises, mais il n’y a aucune raison que l’Ulster-scots n’en tire pas également profit, et ne reçoive pas un soutien équivalent59.

69Certains peuvent, sans doute, hurler à la mauvaise foi. Toujours est-il que cette prise de position (intelligente) représente un pas énorme dans l’attitude « unioniste » vis-à-vis de la langue gaélique. Au lieu de hurler au scandale lorsqu’ils voyaient le gaélique recueillir des fonds publics, les voilà en train de soutenir sa position, à condition, bien sûr, que l’Ulster-scots soit traité sur un pied d’égalité. Le problème majeur est de savoir comment partager le gâteau, les groupes irlandisants étant persuadés que tout financement pour l’Ulsterscots serait à leurs dépens.

70Le problème au niveau administratif concerne l’attitude officielle vis-à-vis d’organismes aux discours de plus en plus structurés, et de plus en plus sensibilisés aux arcanes de la manipulation de fonds gouvernementaux. Ces structures sont prêtes à canaliser l’hostilité latente de la communauté unioniste vis-à-vis de la langue irlandaise et de comparer sans cesse le montant des subventions attribuées au soutien des deux langues. Face aux déséquilibres patents et réitérés, le Gouvernement sera sans doute contraint de faire des concessions financières en direction des militants Ulster-scots pour apaiser la communauté unioniste en général.

  • 60 Donc, pratiquement un an avant la décision du Gouvernement britannique quant à sa position sur la (...)

71Le numéro 5 d’Ullans fait ressortir un développement extrêmement intéressant qui laisse entrevoir des possibilités de coopération et d’entente entre l’Ulster-scots et le gaélique. Dans un discours prononcé à Belfast le 24 avril 199760, Dónall O Riagáin, Secrétaire général du BELMR, envisagea des projets de soutien mutuel entre les langues minoritaires et lança un appel au Gouvernement britannique pour la mise en application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires pour le gaélique et pour l’Ulster-scots :

  • 61 Discours (non publié) de Dónall O Ríagáin, intitulé « Linguistic and Cultural Diversity in Norther (...)

Dans le cas de l’Irlande du Nord, des dispositions appropriées de la Partie III de la Charte devraient être mises en application pour l’irlandais et pour l’Ulsterscots. Si ceci pouvait se faire, on pourrait dégager la politique linguistique en Irlande du Nord de ses controverses locales et la situer fermement dans le cadre des normes européennes largement acceptées61.

72C’est dans ce genre d’initiative où les communautés seront invitées à se soutenir mutuellement que les développements les plus intéressants risquent de se produire.

« Serious prose literature daesnae exist, sae we’ll haetae create it. We cannae be aye recitin Burns or even Orr […] »62

  • 62 Ullans, n°2, printemps 1994, p.7. Voir A. et J.R.R. Adams (éd.), The Country Rhymes of James Orr, (...)

73En ce qui concerne le mouvement en faveur de l’Ulster-scots, nous sommes en présence d’un groupe de personnes conscientes de la portée de leurs activités en matière culturelle. Les projets entrepris sont perçus comme faisant partie d’un processus de sensibilisation culturelle à long terme. Ceci est particulièrement évident dans la façon dont certaines œuvres sont présentées. On pense par exemple aux remarques du Professeur Montgomery en avant-propos à Ulster-Scots : a Grammar of the Traditional Written and Spoken Language de Philip Robinson. Dans cet avant-propos d’à peine deux pages, Montgomery fait au moins quatre références à ce qu’il voit comme une démarche innovatrice et séminale :

  • 63 Michael B. Montgomery, dans le « Foreword » à Philip Robinson, Ulster-Scots : a Grammar of the Tra (...)

Cet ouvrage est un triomphe d’érudition à la fois par ce qu’il réussit à faire et par ce qu’il permet aux autres de faire. […] Par son traitement qui privilégie par nécessité l’ampleur à la profondeur des recherches, il devrait inciter les linguistes à entreprendre à leur tour de nombreuses recherches. […] Ce livre […] ouvre des voies pour des recherches ultérieures […] [et il] encouragera ceux qui parlent l’Ulster-scots à étudier leur langue maternelle de façon plus structurée63.

74On retrouve le même discours dans un compte rendu de The Hamely Tongue de James Fenton :

  • 64 Anne Smyth, « The Hamely Tongue : A Personal Record of Ulster-Scots in County Antrim », Ullans, n° (...)

Le livre de M. Fenton est une entreprise novatrice […]. Le simple fait de sa publication suscitera probablement des réactions dans la communauté Ulsterscots et amènera des matériaux supplémentaires à la surface64.

75L’œuvre de ces deux auteurs phares du mouvement Ulster-scots est clairement perçue par leurs sympathisants comme étant destinée à faciliter, à stimuler des recherches supplémentaires. Leur action culturelle espère ainsi déclencher un programme plus large.

76C’est donc en tant qu’activité stratégique que l’on doit regarder le programme de publication récemment lancé par la Ullans Press basée à Belfast. Cette production jette les bases d’une nouvelle littérature écrite en Ulster-scots, renouant ainsi avec un corpus déjà existant, composé essentiellement de poésie (fin xviiie siècle et début xixe siècle) et de romans (xixe siècle). Nous allons nous intéresser à un texte récent écrit par Philip Robinson, auteur de la Grammar déjà mentionnée, et un des piliers du mouvement linguistique.

Esther, Reine des Pictes d’Ulster

  • 65 Philip Robinson, Esther, Quaen o Tha Ulidian Pechts, Belfast, The Ullans Press, 1997, n.p.

77Il s’agit de Esther, Quaen O tha Ulidian Pechts65. Ce livre illustré est clairement destiné à un lectorat jeune, le texte écrit en Ulster-scots étant traduit en anglais, section par section. La couverture présente l’histoire de la manière suivante :

  • 66 En anglais : This action-packed saga is set in Ulster and Scotland in the days when the outside wo (...)

Cette saga pleine d’action se déroule en Ulster et en Écosse à l’époque où le Nord des îles britanniques n’était, pour le monde extérieur, qu’une terre dominée par les guerres tribales et divisée en petits royaumes. L’histoire, qui mêle avec force légende et imaginaire fantastique, a été adaptée et écrite en Ulsterscots par Philip Robinson66.

  • 67 Voir la traduction de certains poèmes de ce Cycle de l’Ulster, par André Verrier, dans Ossianiques(...)

78On laisse donc entendre que le contenu du livre est le fruit de légendes dont les racines sont plongées dans la préhistoire du Nord des îles Britanniques. Comme on l’a déjà vu, l’interaction constante entre l’Ouest de l’Écosse et le Nord-Est de l’Irlande a donné lieu à de nombreux épisodes clés des sagas gaéliques, notamment du Cycle de l’Ulster67 : on pense, par exemple, à l’éducation guerrière et sexuelle de Cúchulainn chez Scáthach, ou encore à la fuite vers l’Écosse de Deirdre et Naisi et à leur séjour dans la vallée d’Etibhe à l’abri de la jalousie du roi d’Ulster, Conor MacNessa. On pourrait imaginer donc que la « saga » d’Esther puise dans des sources contemporaines de ces légendes, mais issues d’un fonds spécifiquement « picte ». Or, rien n’est plus éloigné de la vérité.

79Il est en effet curieux de constater que nulle part dans le texte on ne fait référence à la source primordiale de ce récit, à savoir le livre d’Esther dans l’Ancien Testament. Il est à supposer que la culture biblique des communautés nord-irlandaise et écossaise reste toujours suffisamment résistante pour permettre à l’auteur – on serait tenté de dire, au traducteur – qu’est Philip Robinson de ne pas citer cette référence de base, la référence allant, en quelque sorte, sans dire.

  • 68 Le dépliant publicitaire pour l’Ulster-Scots Language Society comporte une traduction du Notre Pèr (...)
  • 69 William Laughton Lorimer (trad.), The New Testament in Scots (1983), Londres, Penguin, 1985.

80Il est vrai qu’une des préoccupations des éditeurs d’Ullans se trouve être la traduction des passages les mieux connus des Écritures68. En ceci, ils reprennent et développent un travail de base déjà accompli en Écosse, travail qui aboutit en 1983 avec la publication (tardive) d’une brillante traduction du Nouveau Testament en Lallans par W.L. Lorimer69. En dépit de l’intérêt évident que manifeste l’Ulster-Scots Language Society pour cet aspect de la renaissance culturelle, intérêt qui reflète sans doute celui des membres, la portée de ce texte va bien au-delà d’une simple traduction car le choix du texte, nous semble-t-il, est loin d’être innocent. Pourquoi traduire le livre d’Esther ?

81Le texte choisi et les transpositions effectuées dans le récit, ainsi que les changements introduits témoignent d’une série de choix qui ne peuvent qu’inviter à des parallélismes d’ordre politique.

  • 70 Philip Robinson, Esther Quaen o Tha Ulidian Pechts, p.9 : Quhan Käng Art [] taen Käng Murdok o th (...)

82Le texte resitue l’histoire biblique d’Esther dans la zone culturelle réunissant l’Écosse et l’Ulster il y a deux mille ans. Ainsi, Assuérus, roi des Mèdes et des Perses, devient Art, roi des Écossais et des Ulstériens ; le palais de Suse devient Duncunning (littéralement, le « fort des rois ») et les cent vingt-sept provinces sur lesquelles régnait Assuérus deviennent les cent vingt-sept territories réunis sous le joug d’Art, rappel évident des multiples tuatha (mini-États « tribaux »), éléments de base des structures politiques dans le monde celte. La clé de ce système de parallèlismes concerne l’identification établie entre le peuple d’Israël et le peuple picte établi en Ulster comme en Écosse. Le peuple juif, enlevé et dispersé à travers l’empire d’Assuérus, sert de modèle pour les Pictes, peuple assujetti, victime de l’expansionnisme celte et réduit à l’impuissance politique. Alors que Mardochée « avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs déportés » (Esther, 2, 6), son avatar picte, Mordie, a été déporté vers Duncunning « lorsque le roi Art […] prit Murdok, roi des Pictes, de Blathewyc en Ulster pour l’amener en Écosse »70. L’histoire telle qu’elle est racontée par Robinson suit l’essentiel du récit biblique. Lorsque Nestor (Vasthi) offusque le roi Art (Assuérus), il est décidé de faire venir à la capitale les plus belles filles du royaume afin que le roi choisisse une nouvelle reine. Ainsi, Esther, nièce de Mordie, est amenée au palais où elle est présentée au roi. Comme dans l’histoire biblique, et selon les instructions de son oncle, Esther cache ses origines ethniques et sa parenté avec Mordie. Le roi finit par la choisir comme reine parmi toutes les jeunes filles de son empire.

83Entre temps, Mordie avait sauvé la vie du roi en l’informant, par l’intermédiaire d’Esther, d’un complot contre sa personne.

84Lorsque Mordie refuse de se prosterner devant Neall, le nouveau Premier ministre d’Art, celui-ci décide de se venger et s’apprête à user de son influence auprès du roi pour faire exterminer le peuple de Mordie à travers le royaume.

85Le fait que le personnage biblique de Haman soit appelé Neall n’est pas une coïncidence, car, en Ulster, les Uí Néill, dynastie gaëlle, furent précisément les principaux ennemis des Cruthin, peuple « picte » d’Ulster. Le parallélisme entre Pictes et Juifs permet à Robinson de rappeler que tout au long de l’histoire ces deux groupes avaient été les victimes de multiples tentatives d’extermination de la part de leurs ennemis :

  • 71 Ibid., p.15-16 : Sae Neall toul tha Käng, “Thar’s this leid o fowk skailt aa owre yer kängrick an (...)

Alors Neall dit au roi : « Il y a une race qui s’étend sur toute la surface de votre royaume, que l’on trouve dans chaque province. Ce peuple possède ses propres us et coutumes et n’est pas comme nous… » [Un décret], établi au nom du roi Art, [...] stipula comment tous les Pictes – les jeunes et les vieux, les femmes et les enfants – devaient être tués le même jour. Ils furent condamnés à être assassinés sans pouvoir se défendre, et leurs biens devaient être saisis71.

86Dans les deux versions de l’histoire, Esther, au risque de sa propre vie, intervient auprès du roi pour plaider pour son peuple. L’amour que porte le roi à cette femme fait retourner la situation contre Neall et au bénéfice des Pictes. Lorsque le roi se souvient de sa dette vis-à-vis de Mordie, ce dernier est élevé au poste qu’occupait Neall.

87C’est ici que la version de Robinson diffère du modèle biblique.

88En effet, selon la version biblique, le décret royal autorisant l’extermination du peuple juif est invalidé par un second décret permettant au peuple juif d’exterminer ses propres ennemis :

  • 72 Esther, 8, 11 et 9, 16.

Par ces lettres, le roi donnait aux Juifs, en quelque ville qu’ils fussent, la permission de se rassembler et de défendre leur vie, de détruire, de tuer et de faire détruire, avec leurs petits enfants et leurs femmes, tous ceux de chaque peuple et de chaque province qui prendraient les armes pour les attaquer, et de livrer leurs biens au pillage […] et [ils] tuèrent soixante-quinze mille de ceux qui leur étaient hostiles. Mais ils ne mirent pas la main au pillage72.

89Curieusement, selon la version de Robinson, Mordie est incapable de faire renverser le décret initial. Par contre, il conseille à son peuple de s’organiser afin de se défendre le jour prévu du génocide. Dans les endroits où les Pictes sont minoritaires, il conseille la construction de cachots sous terre pour se protéger, et là où ils sont en position de force, de prendre les devants et de s’attaquer à leurs ennemis.

90Ce changement de la fin de l’histoire est capital à plusieurs égards. Premièrement, dans le récit biblique, on voit le peuple juif prendre sa vengeance sur ses ennemis. Cet acharnement contre les ennemis et la non-intervention de l’État lors du règlement de compte ne sont pas intégrés dans la « légende » Ulster-Scots qui préfère laisser se matérialiser le massacre prévu, montrer le peuple picte exposé à une tentative de génocide devant laquelle la machinerie de l’État reste impassible. Si le peuple est sauvé in extremis, c’est grâce à l’intelligence et à la prévoyance de son chef, Mordie, placé providentiellement au centre même du pouvoir.

91Ainsi, le choix de l’histoire d’Esther permet d’aborder un certain nombre de thèmes qui préoccupent l’imaginaire de la communauté unioniste d’Ulster. En dehors du thème du massacre, véritable leitmotiv de l’imaginaire protestant irlandais, l’histoire permet à Robinson de montrer à quel point la ligne politique d’un État peut être instable, soutenant tantôt un groupe, tantôt un autre. Cette instabilité inhérente au pouvoir central oblige la communauté à se tourner vers une solution d’autodéfense. Or, bien que le pouvoir décisionnel revienne au roi, le récit distingue entre le souverain et ses conseillers. On souligne la loyauté spontanée de Mordie (et, par extension, de la communauté qu’il représente) vis-à-vis de son roi. Si le roi est responsable d’une décision injuste (l’autorisation du massacre du peuple picte/juif) ce serait parce qu’il est entouré de mauvais conseillers. La loyauté à la Couronne, par opposition au Gouvernement élu, est à la base même de la conception de l’allégeance « loyaliste ».

92En outre, la signification de l’arbitraire décisionnel de l’État est en large mesure réduite par une lecture providentialiste de l’histoire. Si l’État finit par pencher dans le bon sens, ce serait grâce à l’intervention divine dont bénéficie le peuple élu. Ainsi, le peuple picte, comme son modèle juif, émerge intact, son prestige renforcé, ses représentants placés au cœur même de l’État, ce qui lui assure la protection contre ses ennemis.

93Ainsi, l’un des premiers documents à apparaître en Ulster-scots depuis un siècle se trouve au carrefour des préoccupations culturelles et politiques de la communauté protestante d’Ulster. Bien que les origines prétendument « pic-tes » de cette légende soient entièrement fausses, l’histoire récupère une authenticité par procuration grâce à son ancrage biblique, qui constitue un élément fondamental de la culture quotidienne de bon nombre des lecteurs ciblés. Le caractère familier dont jouit l’original donne à la copie l’apparence du réel.

Conclusion

94L’Ulster-scots est en train de prendre sa place comme élément de plus en plus présent sur l’échiquier culturel nord-irlandais. Chaque livre publié, chaque article qui lui est consacré lui confère un degré de réalité supplémentaire. En fait, son développement est assuré du simple fait que l’on en parle. F. Raphaël, dans un article consacré au mouvement régionaliste en Alsace, remarque :

  • 73 F. Raphaël, « Anthropologie de la frontière : culture de la frontière, culture-frontière », in Mon (...)

Que les traits distinctifs revendiqués correspondent à des éléments objectifs ou qu’ils représentent des constructions mythiques, ils n’en acquièrent pas moins une force emblématique et mobilisatrice. Dans la lutte pour la reconnaissance de la spécificité régionale et dans la stratégie militante, les représentations mentales d’un particularisme ethnique, historique, culturel, même « inventé », ainsi que ses expressions symboliques […] constituent un élément décisif73.

95Bref, le simple fait que l’Ulster-scots affirme son existence suffit pour garantir son ascension. Cette interprétation est confirmée par le commentaire d’un journaliste du journal (publié en irlandais), critique virulent de l’Ulsterscots : selon lui, l’Ulster-scots viendrait de traverser son premier rite de passage lorsque les membres de la Ulster-Scots Language Society participèrent avec Ultach et le BELMR à une conférence à Belfast sur la diversité linguistique en Irlande du Nord :

  • 74 « Bréag mhór ghluaiseacht na hUltaise », , 29 octobre 1998 : Mar sin a rud a bhí againn i Halla (...)

Ce qui s’est passé dans le City Hall la semaine dernière a constitué un rite de passage pour l’Ulster-scots, un tremplin qui le projettera vers la reconnaissance officielle. À l’avenir, rien ne sera disponible pour l’irlandais d’Ulster qui ne le soit aussi pour l’Ulster-scots74.

96Qu’on le veuille ou non, l’irlandais a désormais un concurrent à la voix de plus en plus sonore. La cohabitation risque d’être difficile…

Notes

1 « C’est un long chemin qui n’a pas de tournant » (proverbe).

2 Dans le texte français, l’orthographe Ulster-scots (et non Ulster-Scots) désigne spécifiquement la langue.

3 Dans son Referendum Communication from the Ulster Unionist Party : Say Yes for the Union, le parti affirme : « La question de l’Ulster-scots fut introduite dans l’Accord par le Parti Unioniste d’Ulster » (Ulster-Scots was inserted into the Agreement by the Unionist Party). Effectivement, dans la section de l’Accord d’avril 1998, intitulée « Rights, Safeguards and Equality of Opportunity : Economic, social and cultural issues », on peut lire (section III) : « Tous les participants reconnaissent l’importance du respect, de la compréhension et de la tolérance vis-à-vis de la diversité linguistique, y compris, en Irlande du Nord, la langue irlandaise, l’Ulster-scots et les langues des différentes minorités ethniques, qui font partie de la richesse culturelle de l’île d’Irlande » (All participants recognise the importance of respect, understanding and tolerance in relation to linguistic diversity, including in Northern Ireland, the Irish language, Ulster-Scots and the languages of the various ethnic minorities, all of which are part of the cultural wealth of the island of Ireland). Alors que nous avons ici la seule référence qui soit faite à l’Ulster-scots dans le texte de l’Accord, l’irlandais bénéficie d’une section entière (section IV) qui énumère des engagements précis dans les domaines notammment de l’éducation, des médias et de la vie publique.

4 Sobriquet humoristique appliqué aux partisans de David Trimble au sein du Parti Unioniste d’Ulster.

5 Douglas Hyde, « The Necessity for De-Anglicising Ireland » (1892), in Mark Storey (éd.), Poetry and Ireland Since 1800 : A Source Book, Londres, Routledge, 1988, p.81 : In order to de-Anglicise ourselves we must at once arrest the decay of (our once great national tongue).

6 Aodán Mac Póilin, « Plus ça change : the Irish language and politics », in Aodán Mac Póilin (éd.), The Irish Language in Northern Ireland, Belfast, Iontaobhas Ultach, 1997, p.43 : 1915 […] was the moment when the language movement was subsumed into the nationalist movement […]. I can trace no unionists involved with the language who were not already involved before the first few years of the century. The importance of the 1915 Ard-Fheis was that it linked the Gaelic League unambiguously […] with one section within the broader nationalist movement, that it became no more than the cultural wing of a political, and ultimately military, movement.

7 Camille O’Reilly, The Company of Strangers : Ethnicity and the Irish Language in West Belfast, supplément de Fortnight, n°336, février 1995, p.2 : a threat to the political order of the majority culture.

8 Voir Liam Andrews, « The very dogs in Belfast will bark in Irish : The Unionist Government and the Irish Language 1921-1943 », in Aodán Mac Póilin (éd.), The Irish Language in Northern Ireland, p.49-94.

9 Une gaeltacht est une région (dans le cas présent, un quartier) où la langue véhiculaire est l’irlandais.

10 Le phénomène, quoiqu’encourageant, doit être mis en perspective. Aodán Mac Póilin, dans « Aspects of the Irish Language Movement », in The Irish Language in Northern Ireland, p.185, explique qu’il y a « plus d’un millier d’écoliers en Irlande du Nord » qui suivent des cours dans des écoles dispensant leur enseignement en irlandais (gaelscoileanna). En 1996-1997, il y avait quelque trois cent cinquante mille enfants scolarisés (primaire et secondaire) en Irlande du Nord.

11 On pense, par exemple, à l’action entreprise par John Hume dans le cadre des institutions européennes. En 1990, il proposa au Parlement européen la préparation d’un rapport sur les langues moins répandues. Le Rapport Killilea, présenté quatre ans plus tard, aboutit à la résolution sur les minorités linguistiques et culturelles dans l’Union européenne (A30042/94) adoptée avec une majorité écrasante, le 9 février 1994. Voir Contact Bulletin (Bureau européen pour les langues moins répandues), vol.11, n°1, printemps 1994.

12 Comme celle, par exemple, pour le droit à une désignation bilingue des noms de rues. La législation existante (adoptée par Stormont) fut abrogée en 1995.

13 Section intitulée « Culture », dans Sinn Féin Policy Document, n.d. [1994 ?], p.21. Camille O’Reilly, dans « The Company of Strangers », p.13, remarque : « Nombreux sont ceux qui pensent qu’il s’agissait d’un geste purement cynique visant à obtenir davantage de voix. Que cette accusation soit vraie ou fausse, un petit nombre de membres proéminents du Sinn Fein s’intéressent sincèrement à l’irlandais » (Many people believe that it was a purely cynical move designed to get more votes. Whether or not the accusation is true, there are a couple of pro-minent Sinn Féin party members who do have a genuine interest in the language).

14 Gerry Adams, The Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon, 1986, p.148 : What is crucial is the understanding that the Irish language is the reconquest of Ireland and the reconquest of Ireland is the Irish language.

15 Gemma Hussey, dans son livre Ireland Today : Anatomy of a Changing State, Londres, Penguin, 1995, p.497-498, rappelle un incident survenu à l’occasion des législatives britanniques de 1992 où Proinnsias Mac Aonghusa, président de Bord na Gaelige (agence officielle du Gouvernement irlandais pour la promotion de la langue irlandaise) lança un appel aux électeurs de la circonscription de Belfast-Ouest pour qu’ils votent pour Adams (SF) et contre le candidat SDLP. L’imprimatur de la ligne républicaine par un représentant d’un organisme officiel de l’État irlandais n’a pas aidé l’image transcommunautaire de l’irlandais.

16 Le Northern Ireland Office.

17 Pour le détail de la création d’Ultach, voir Wesley Hutchinson, « Le gouvernement britannique et les “traditions culturelles” en Irlande du Nord », Études Irlandaises, vol. XX-I, L’État en Irlande, printemps 1995, p.165-176.

18 Iontaobhas Ultach Tuairisc Bhliantúil/Ultach Trust Annual Report, 1990-1991, p.10 : In fact if Irish loses its place as a weapon in the nationalist armoury due to greater acceptability among unionists, the degree of ceremonial support it currently enjoys among non-Irish speaking nationalists may decrease.

19 Hansard, « Written Answers » du 16 novembre 1992, p.9, et du 17 novembre 1992, p.149-152.

20 Whit wud Ulster-Scotch be ?, Belfast, Ulster-Scotch Leid Societie, n.d., n.p.

21 Ibid.

22 Précisément dans le district dénommé « Laggan » du Donegal.

23 Ullans, n°4, printemps 1996, p.4 : we were able to demonstrate to our Public Representatives that there is international interest in our native tongue.

24 Rapport de groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord (six counties of Northern Ireland [sic]) du 10 au 16 mars 1996. Ce Rapport, écrit en français, était destiné à la Commission européenne.

25 Ibid., p.25.

26 Ibid., p.26.

27 Pour le détail des statistiques, voir The Northern Ireland Census 1991 : Irish Language Report, Belfast, HMSO, 1993.

28 Camille O’Reilly, op.cit., p.5 : This is probably true, but even so, the exaggeration can be seen as an indicator of the value that people now place on the language. Liam Andrews, dans « The very dogs in Belfast will bark in Irish », The Irish Language in Northern Ireland, Belfast, Ultach, 1997, p.53, propose la même explication pour les chiffres surévalués du recensement de 1911 : « Ce fut cependant le même enthousiasme qui créa un nouveau sentiment d’identité chez les gaélophones comme chez les partisans de la renaissance de l’irlandais, touchant l’ensemble de la population nationaliste » (It was however the same enthusiasm which created a new sense of identity among Irish speakers and revivalists alike, affecting the whole nationalist population).

29 Rapport de groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord, p.25.

30 John Braidwood, « The Ulster dialect – A distinctive speech of a distinctive people », in Ulster – An Ethnic Nation ?, Lurgan, The Ulster Society, 1986, p.28 : The Scots poured into Antrim and Down, which were the most thickly settled by the Scots and are still the most Scottish and Presbyterian parts of Ulster, though they lay outside the Plantation proper of the escheated counties.

31 Patrick Crozier, Ulster for Beginners, Londres, Friends of the Union, 1998, p.8.

32 « The Ulster-Scots Language : A Submission to the Forum by the Ulster-Scots Language Society and the Ulster-Scots Academy », octobre 1996 : From the late 1500’s, vanguard plantation settlements of western Scots in Antrim and of Northern English in Down heralded a major influx of lowland Scots into both countries in the next century []. A considerable body of Ulster-Scots documentary material survives from the early decades of the 1600’s.

33 Linde Lunney, « The Nature of the Ulster-Scots Language Community », Varieties of Scottishness, Belfast, The Institute of Irish Studies, 1997, p.115 : At any rate, Ulster-Irish in the seventeenth century could not hold its own against the two-pronged incursion of English and Scots. Brendan Adams […] extrapolates back to 1700 to suggest that Irish was, even at that date, in retreat over much of Antrim and Down.

34 Rapport du groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord, p.8 : When Northern Ireland was established [] in the 1920’s, Irish-speaking communities within the new state had almost disappeared ; A [sic] scattering of older native speakers in residual Gaeltachts in four of the six counties had died by the middle of the century.

35 Flann Campbell, The Dissenting Voice : Protestant Democracy in Ulster from Plantation to Partition, Belfast, The Blackstaff Press, 1991, p.335, donne les chiffres suivants sur la survivance du gaélique au début du siècle : alors que les statistiques pour 1901 ne relèvent aucun gaélophone monoglotte dans l’Antrim ou dans le Down, le nombre de personnes bilingues, ou, du moins, d’anglophones ayant des connaissances d’irlandais, s’élevait à mille douze dans l’Antrim (soit 0,5 % de la population) et à mille quatre cent onze (soit 0,7 % de la population) dans le Down. Ces chiffres sont éloquents…

36 Rapport du groupe sur le programme de la visite d’étude en Irlande du Nord, p.26.

37 Ibid., p.9.

38 L’expression a DIY language for Orangemen apparaît dans « A pointless insult » sur [http:// www.dublin.iol.ie/andersonstown-news/1996.09.28/Edit.html].

39 Souligné par l’auteur.

40 Ibid. : [W]e ridicule [Ullans] at our peril. For in mocking it, we are mocking the right of unionists to express their culture in constructive and peaceful ways and that’s a dangerous road to go down.

41 Nelson McCausland, directeur de l’Ulster-Scots Heritage Council, le dit très clairement dans un discours prononcé le 16 octobre 1997, intitulé « Facing the Facts, Facing the Future », dans lequel il dénonce la tentative de « lavage de cerveau » subie par les jeunes générations en Irlande du Nord.

42 Bien entendu, les activistes dans le mouvement gaélique ne voient pas la chose de cet œil.

43 Aodán Mac Póilin, « BBC Thuaisceart Eireann agus an Teanga Ghaelige », BBC agus an Ghaelige/BBC Northern Ireland and the Irish Language, Belfast, Ultach Trust, n.d.

44 Ibid., p.5.

45 Voir aussi l’article d’Aodán Mac Póilin, « Mr Priestley’s priorities », Fortnight, n°316, p.28-30.

46 Ullans, n°4, printemps 1996, p.4.

47 Signée à Strasbourg le 5 novembre 1992 dans le cadre du Conseil de l’Europe.

48 L’État qui ratifie la Charte doit être en mesure de respecter un minimum de trente-cinq des soixante-cinq engagements détaillés dans les articles 8 à 14 de la Charte.

49 On notera que le Welsh Language Act de 1993 avait instauré un bilinguisme de fait dans la Principauté (le Pays de Galles).

50 Le calendrier est plus concret en ce qui concerne le gaélique écossais.

51 Communiqué de presse n°1162/98 de l’Information Directorate du Scottish Office daté du 4 juin 1998.

52 En effet, en dépit de cette panoplie de mesures annoncées par le Gouvernement britannique, l’Ulster-scots ne reçut pas la reconnaissance qu’il espérait selon les termes de la IIe partie de la Charte. Cependant, le mouvement Ulster-scots bénéficie du soutien du Bureau européen pour les langues moins répandues. Dans une lettre adressée à l’auteur, datée du 29 septembre 1998, Dónall O Ríagáin, secrétaire général du BELMR, explique : « Le Bureau est d’avis que la reconnaissance de la langue scots devrait inclure celle de l’Ulster-scots en Irlande du Nord et des démarches ont été entreprises en ce sens auprès des autorités compétentes » (The Bureau has taken the position that the recognition of Scots should include the recognition of Ulster-Scots in Northern Ireland and representations have been made to the relevant authorities accordingly).

53 [http://www.ni-forum.gov.uk/debates/1997/100197.html]. Toutes les citations d’extraits du débat sont tirées du même site : This Forum encourages all funding agencies to support the allocation of seeding grants to Ulster-Scots groups and communities. This Forum further states that, given the funding currently available to Irish cultural organizations, it wishes to see the Ulster-Scots identity recognized in an equitable fashion.

54 Le texte original : We have a language worthy of value in its own right. It seeks to establish Ulster-Scots within the linguistic diversity of these islands. It tries to enhance the linguistic self-esteem of the Ulster-Scots language community to offer culture, confidence and reassurance to that community. We strive to ensure equity of treatment and parity of esteem for that community, to restore to the community a sense of pride in the validity, history and richness of its linguistic tradition.

55 Ivan Herbison, « The Rest is Silence » ; Some Remarks on the Disappearance of Ulster-Scots Poetry », in Cultural Traditions in Northern Ireland : Varieties of Scottishness, Belfast, The Institute of Irish Studies, 1997, p.129 : All too often Ulster-Scots language, literature, and culture have been excluded, ignored, sidelined, or treated as a mere afterthought. The continued neglect of Ulster-Scots is in no small measure due to the prevailing orthodoxy in cultural and political circles of the idea of “two traditions”. This binary framework not merely distorts the complex realities of cultural diversity ; it renders invisible a “third tradition”, that of “the Scottish horizon”.

56 Le texte de son discours se lit : There are two distinct nations on this island : the Gaelic Irish and the Ulster-Scots. We belong to the latter, and no matter how difficult that might be for some to swallow, it is a fact of life. We have as much right to self-determination as any other nation on earth and nobody should try to tell us that we have no culture or no rights or that we are afraid of that culture and afraid of that tradition.

57 Intervention de M. Coulter dans le cadre du débat au Forum du 10 janvier 1997. Voir, [http://www.ni-forum.gov.uk/debates/1997/100197.html]: The time has come for us to stand up, to shout, and to make capital of our tradition, our Ulster-Scots tradition of which we are very proud. We have a culture. We have a culture in music ; we have a culture in danse ; we have a culture in language.

58 L’exemple le plus connu de cette attitude est, bien entendu, la remarque de Sammy Wilson du DUP, citée sur la couverture du roman (en irlandais) de Máirtín O Muilleoir, Ceap Cuddles, Dublin, Coiscéim, 1996 : « Jamais je ne voudrais lire quoi que ce soit écrit par le conseiller municipal O Muilleoir, surtout dans cette langue de leprechaun qu’il aime déverser » (I would never want to read anything Councillor O Muilleoir would write, especially in that leprechaun language he likes to spout…).

59 Ullans, n°2, printemps 1994, p.4 : We have every wish to see European and government funding increase for Irish language and cultural activities, but there is no reason why Ulster-Scots should not also benefit, and receive parity of support.

60 Donc, pratiquement un an avant la décision du Gouvernement britannique quant à sa position sur la Charte.

61 Discours (non publié) de Dónall O Ríagáin, intitulé « Linguistic and Cultural Diversity in Northern Ireland and Europe », Windsor House, Belfast, 24 avril 1997 : In the case of Northern Ireland, appropriate provisions from Part III of the Charter should be applied to both Irish and Ulster-Scots. If this could be achieved it would mean that language policy in Northern Ireland could be lifted clear of domestic controversy and placed firmly within the reference frame of widely accepted European standards.

62 Ullans, n°2, printemps 1994, p.7. Voir A. et J.R.R. Adams (éd.), The Country Rhymes of James Orr, the Bard of Ballymacarry, Bangor, Pretani, 1992, et John Hewitt, The Rhyming Weavers, and Other Poets of Antrim and Down, Belfast, Blackstaff, 1974.

63 Michael B. Montgomery, dans le « Foreword » à Philip Robinson, Ulster-Scots : a Grammar of the Traditional Written and Spoken Language, Belfast, The Ullans Press, 1997, p. v-vi : This volume is a scholarly triumph both in what it achieves and in what it makes possible for others to achieve. […] As a treatment that is necessarily broad rather than deep, it should inspire linguists to undertake much research of their own. […] The book […] opens the door to further study […] [and] will prompt Ulster-Scots speakers […] to study their native speech on a more formal basis.

64 Anne Smyth, « The Hamely Tongue : A Personal Record of Ulster-Scots in County Antrim », Ullans, n°4, printemps 1996, p.62 : Mr Fenton’s book is a trail-blazing enterprise []. The very fact of its publication will probably stimulate a response in the Ulster-Scots community and bring to the surface more material.

65 Philip Robinson, Esther, Quaen o Tha Ulidian Pechts, Belfast, The Ullans Press, 1997, n.p.

66 En anglais : This action-packed saga is set in Ulster and Scotland in the days when the outside world only knew north Britain as a place of warring tribes and petty kingdoms. The story, based on a potent mix of legends and fantasy, has been adapted and written in Ulster-Scots by Philip Robinson.

67 Voir la traduction de certains poèmes de ce Cycle de l’Ulster, par André Verrier, dans Ossianiques, Paris, Orphée/La Différence, 1989.

68 Le dépliant publicitaire pour l’Ulster-Scots Language Society comporte une traduction du Notre Père en Ulster-scots : Oor Faither at bes aboon… ; Ullans, n°2, p.21-23, présente plusieurs traductions du Psaume XXIII, de 1857 à nos jours ; à partir de Ullans, n°3, chaque numéro comporte désormais une section intitulée The Guid Buik.

69 William Laughton Lorimer (trad.), The New Testament in Scots (1983), Londres, Penguin, 1985.

70 Philip Robinson, Esther Quaen o Tha Ulidian Pechts, p.9 : Quhan Käng Art [] taen Käng Murdok o tha Pechts intae Scotlann fae Blathewyc in Ullistèr.

71 Ibid., p.15-16 : Sae Neall toul tha Käng, “Thar’s this leid o fowk skailt aa owre yer kängrick an foon in ilka kintra. The hae thair ain wyes and fowkgates an binnae like tha rest o iz…” [An order] wus pit oot wi tha name o Käng Art […] It haed in it quhit-wye aa tha Pechts – young an oul, weemin an childèr – wus tae be kilt on tha ae day. The wur for gettin murdert wi’oot let or hindrance, an thair gear wus tae be taen.

72 Esther, 8, 11 et 9, 16.

73 F. Raphaël, « Anthropologie de la frontière : culture de la frontière, culture-frontière », in Monique Hirschhorn et Jean-Michel Berthelot (éd.), Mobilités et Ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation ?, Paris, L’Harmattan, 1996, p.83.

74 « Bréag mhór ghluaiseacht na hUltaise », , 29 octobre 1998 : Mar sin a rud a bhí againn i Halla na Cathrach an tseachtain seo caite – deasghnátha pasáiste don Ultais, seasamh preabchláir a theilgfidh iad go dtí an t-aitheantas oifigiúil. Feasta ní bheidh a dhath ar fáil don Ghaelige ó thuaidh gan é a bheith ar fáil don Ultais chomh maith.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540