Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de l'imaginaire unioniste nord-irlandais

 | 
Wesley Hutchinson

Imaginaires nationaliste et unioniste

Texte intégral

  • 1 Paul Sweeney, « From Veto to Achievement », in Community Development in Protestant Areas, Belfast, (...)

There is no section of our community that is totally innocent and there is no section of the community that is totally guilty1.

Un problème d’identité

1Il y a un très large consensus parmi les commentateurs politiques et culturels quant à la confusion qui régnerait au sein de la communauté unioniste en Irlande du Nord. Si les plus critiques conçoivent le monde unioniste comme un désert intellectuel où ne prospèrent que des prophètes fanatiques et des meurtriers psychopathes, la plupart décèlent chez la communauté un état de schizophrénie identitaire avancé. Cette Angst serait le fruit de son incapacité à s’identifier sans équivoque à l’un des deux modèles culturels, l’un irlandais, l’autre britannique, qu’on lui propose. Selon la lecture normative, holiste et réductrice qui sous-tend ce diagnostic, il serait possible de tracer une frontière nette entre ces deux « blocs » identitaires, chacun choisissant son émission de télévision ou son équipe de football avec le même sérieux et le même sens de l’histoire que lorsqu’il dépose dans l’urne son bulletin de vote.

  • 2 « Opening the Door », The Irish News, 25 mars 1972, p.21 : Ireland is a place of many mansions, an (...)

2Les avocats d’une identité irlandaise « œcuménique » sont d’autant plus séducteurs qu’ils nient jusqu’à l’existence du problème ; selon eux, il n’y aurait aucun conflit d’identité de nature irréductible en Irlande. Depuis la fin du xviiie siècle, le nationalisme proclame que les protestants constituent une partie intégrante de la « nation irlandaise » ; le même message fut adressé à l’unionisme à la fin du xixe siècle, et cette position reste un élément fondamental des discours nationaliste et républicain de nos jours. Le quotidien nationaliste, The Irish News, n’a-t-il pas expliqué aux unionistes au lendemain de la « suspension » de Stormont qu’ils ne devaient pas avoir peur d’une éventuelle unification politique de l’île puisque « l’Irlande est une maison où il y a plusieurs demeures »2 ?

  • 3 De toutes façons, l’absorption de l’Irlande du Nord dans une Irlande unie rendrait caduque l’idéol (...)

3Cependant, depuis plus d’un siècle, toutes les invitations – même enrichies de références bibliques ! – adressées au camp unioniste rencontrent un même refus catégorique. L’unionisme nie toute identité irlandaise, perçue comme étrangère puisque indissociable des cultures gaélique et catholique qui lui donnent ses traits caractéristiques. Se fondant sur l’implosion de la population protestante dans les « vingt-six comtés », il a toujours maintenu que la conséquence de son absorption dans un État irlandais serait l’ethnocide, l’inexorable érosion et la disparition à plus ou moins long terme d’une identité « unioniste » distincte3.

4Ainsi, l’unionisme regarde vers la Grande-Bretagne, insistant sur son appartenance à la famille britannique et sur son allégeance à Londres, perçue comme la meilleure garante de sa « différence ». Or, le soutien que lui apporte Londres n’a pas toujours été sans équivoque ; une politique irlandaise parfois ambiguë, et surtout un rapprochement avec Dublin de plus en plus marqué depuis les années soixante-dix, ont réveillé les peurs unionistes quant à un éventuel retrait britannique. Cette menace hante l’imaginaire « loyaliste » et déstabilise les anciennes certitudes de ses préférences identitaires.

5Les protagonistes de cette affaire ainsi relatée se trouveraient dans le même dilemme que les amants du Songe d’une nuit d’été : l’État irlandais déclare sa passion pour les unionistes, les incitant à venir goûter aux plaisirs d’une aventure partagée ; mais les unionistes, persuadés qu’une telle « union » leur serait mortifère, persistent à poursuivre de leurs assiduités l’État britannique, lequel, n’appréciant guère les bouffonneries de ces rude mechanicals un peu trop encombrants, les repousse, pour chercher consolation dans les bras des nationalistes (modérés) nord-irlandais. C’est à se demander si, au réveil, on ne finira pas par découvrir que la véritable histoire d’amour était entre les Gouvernements irlandais et britanniques, comme si, finalement, ils regrettaient le « divorce » de 1922… !

La mise en valeur d’une culture d’« origine contrôlée »

6Quoi qu’il en soit, la « question identitaire » est devenue un enjeu politique incontournable. Ceci n’est pas le fruit du hasard ; l’explosion d’intérêt pour le domaine de l’identité, que ce soit au niveau théorique, pratique ou créatif, est la conséquence directe de décisions prises au sein des instances gouvernementales. En outre, si l’expérience culturelle s’est canalisée comme elle l’a fait – c’est-à-dire dans les ornières « nationaliste » et « unioniste » – c’est encore en très large mesure à cause de la façon dont la « culture » avait été conceptualisée et mise à contribution comme outil de changement social.

  • 4 Tom Hadden et Kevin Boyle, The Anglo-Irish Agreement : Commentary, Text and Official Review, Londr (...)
  • 5 L’existence d’une identité culturelle totalement originale semble un leurre, si l’on considère que (...)

7En effet, les années quatre-vingt virent l’émergence d’une véritable orthodoxie identitaire dualiste qui soulignait l’existence de « deux grandes traditions » en Irlande, la « tradition » nationaliste et la « tradition » unioniste. Cette terminologie qui entra dans le domaine public en 1984 à l’occasion de la publication du New Ireland Forum Report, reçut la caution des Gouvernements britannique et irlandais en 1985 lors de la signature de l’Accord anglo-irlandais4. Les « traditions » qui reçurent ainsi une reconnaissance administrative officielle correspondaient à des constellations identitaires organisées autour de choix politiques, religieux et culturels, parallèles, voire souvent rivaux. Bien qu’il fût relativement facile (du moins en apparence, diraient certains) de délimiter la culture nationaliste5, ce fut plus problématique pour la culture unioniste. Le nationalisme, en effet, pouvait se référer à l’existence de la langue irlandaise et de tout un ensemble de sports, de musique, de danse et de légendes pour étayer son identité culturelle, mais la culture « unioniste » souffrait de sa trop évidente insertion dans le modèle britannique. Force était de constater qu’elle véhiculait nettement moins de signes distinctifs que son homologue nationaliste. L’unionisme se limitait-il à une simple déclaration d’allégeance, (agrémenté de quelques rosettes orange pour la couleur locale), ou impliquait-il au contraire une Weltanshauung capable de dialoguer d’égal à égal avec le nationalisme ?

  • 6 Pour l’arrière-plan administratif, voir Wesley Hutchinson, « Le gouvernement britannique et les “t (...)

8L’embarras apparent de la communauté unioniste quant à la nature de sa « crédibilité » culturelle n’a cependant pas freiné l’installation de ce concept dualiste au cœur de l’administration nord-irlandaise. La création de la CCRU (Central Community Relations Unit) en 1987 fut une étape décisive de ce processus6. Chargée de la « formulation, du contrôle et de la remise en question » de la politique intercommunautaire gouvernementale à tous les niveaux de l’administration, cette unité spéciale, hautement flexible et conçue pour opérer en dehors des cadres ministériels normaux, prit en main le dossier particulièrement sensible de ce qui devait s’appeler les « traditions culturelles ».

  • 7 Ce groupe devint le noyau du futur Community Relations Council, créé en 1990, et dont les responsa (...)

9Il est important de noter que les décideurs avaient d’emblée identifié les questions « culturelles » comme un élément fondamental de leur stratégie de résolution du conflit. Ayant réuni des spécialistes en éducation, en communication et dans le domaine des arts, la CCRU, en 1988, mit sur pied un Cultural Traditions Group (CTG), dont le rôle (consultatif) fut de faire des recommandations aux instances gouvernementales quant aux initiatives à envisager dans des domaines clés tels les programmes scolaires, l’histoire locale ou la langue irlandaise7.

  • 8 Le jargon consacré est single identity work.

10D’habitude reléguée aux oubliettes, la « culture » se trouva donc au centre d’un projet de société, le moteur d’un dialogue intercommunautaire qui n’avait jamais existé auparavant. Il était évident que la stratégie ainsi engagée était conçue à long terme. Autrement dit, le « dialogue » auquel on rêvait n’était pas pour tout de suite. En effet, il ne s’agissait pas d’une entreprise d’« œcuménisme culturel » destinée à dégager, à partir de dénominateurs communs, une identité aseptisée qui serait rejetée par tout le monde. Au contraire, les membres de chaque communauté devaient être en mesure d’explorer leur propre tradition, de l’interroger et de l’enrichir, pour ainsi dire, en vase clos. Ce système d’apartheid culturel8 se justifiait par le besoin de privilégier la prise de confiance intracommunautaire plutôt que la prise de contact et l’échange intercommunautaires ; il fallait amener chaque communauté à un certain niveau de confiance en ses propres atouts avant de pouvoir envisager l’apothéose d’une interaction éventuelle. On trouve le raisonnement qui a sous-tendu cette approche des questions culturelles dans une société divisée dans le passage suivant consacré au « développement communautaire » :

  • Les projets de développement communautaire peuvent contribuer à renforcer l’estime qu’une communauté a pour elle-même, et donc à combattre des sentiments de découragement, d’apathie, d’aliénation et de désespoir. Si on donne à un groupe la possibilité de contrôler les décisions qui l’affectent dans sa vie quotidienne, comme le relogement, l’urbanisation, ou l’acquisition d’équipements publics, sa confiance dans sa propre capacité à prendre des décisions dans un cadre de coopération se trouvera accrue.
  • Une telle assurance diminuera sa crainte et son sentiment d’être menacé par « l’autre bord ». Elle lui permettra de rencontrer des représentants d’autres communautés dans un esprit de coopération mutuelle [sic], ce qui lui permettra de se consacrer à l’étude des questions d’intérêt général, et ce faisant, d’apprendre la confiance mutuelle9.
  • 10 En ce qui concerne l’application des théories dans le domaine spécifique des traditions culturelle (...)

11Ce serait donc par le biais de l’échange intercommunautaire qu’on arriverait à préparer le terrain pour le dialogue10.

12Était exclu de la dénomination « traditions culturelles » tout ce qui relevait de la culture dite « métropolitaine » – l’opéra, Shakespeare, les compagnies de danse en tournée, etc. L’étiquette devient ainsi une sorte d’« appellation d’origine contrôlée » dans la mesure où la culture dont il est question devait être fermement ancrée dans le cadre nord-irlandais.

  • 11 Expression utilisée par Michael Longley, « The Cultural Traditions Group », in Sophia Hillan King (...)

13L’initiative eut l’énorme mérite de valoriser des formes d’expression culturelle qui échappaient à une définition étroite de la « culture ». Ainsi, dans le domaine de la musique traditionnelle, par exemple, les activités désignées comme relevant des « traditions culturelles » allaient au-delà du cadre d’un simple concert : seraient étudiées les sources des airs, les techniques de fabrication des instruments, le contexte historique de la composition ou le régionalisme des paroles. Les participants ne devaient pas être des spectateurs, mais devaient s’engager dans un processus éducatif collectif. La mise en valeur de sa propre tradition, et l’acquisition d’une « fierté culturelle »11 qui en découlait furent considérées comme des étapes préalables indispensables au développement d’une attitude de tolérance à l’égard de l’autre tradition. On espérait que cette tolérance déboucherait sur une reconnaissance consciente des multiples intersections et emprunts effectués entre les deux traditions au cours de l’histoire.

Comment traiter l’aliénation unioniste ?

14Dès 1990, avec la création du Community Relations Council (CRC), le CTG commença à financer des projets relevant des « traditions culturelles ». À une époque où le mot d’ordre à Downing Street était cut, cut, cut, le Gouvernement se montra paradoxalement prêt à investir des fonds publics non négligeables – initialement trois millions de livres sur trois ans – dans un projet dont les « retombées » étaient plus qu’incertaines.

15Un coup d’œil sur un des rapports annuels du CRC suffit pour donner une idée de la formidable gamme d’activités mise en place : édition, recherche, musique, cours de langue, théâtre, histoire locale.

  • 12 Mark Adair, « A Possible Land », conférence (non publiée) donnée à l’Institut des études canadienn (...)

16Or, un problème majeur devint vite manifeste, celui de la faiblesse des demandes de financement de projets émanant de la communauté « unioniste » en comparaison de celles issues de la communauté « nationaliste ». En 1993, Mark Adair, un des responsables du CRC chargé du domaine des traditions culturelles, estima le pourcentage de demandes « protestantes » à 15 % du total12, chiffre remarquablement modeste compte tenu du statut majoritaire de la communauté unioniste en Irlande du Nord.

  • 13 Expression de Richard English dans « “Cultural Traditions” and Political Ambiguity », The Irish Re (...)

17Les détracteurs de la philosophie qui sous-tend la politique des deux traditions expliqueraient cette réticence par la « culture d’ambiguïté étatique »13 qui la nourrit. En effet, l’engagement du Gouvernement britannique dans ce domaine l’oblige à reconnaître et à faciliter l’expression de chacune de ces deux traditions, ainsi que les « aspirations » politiques et constitutionnelles opposées qu’elles véhiculent. L’État britannique devait donc adopter une position de neutralité et œuvrer pour la « parité d’estime » dans son administration des deux communautés en Irlande du Nord. Cette position amène certains, comme Richard English, à se demander comment l’État peut :

  • 14 Ibid., p.99-100 : [...] accord equal legitimacy on the one hand to a tradition whose instinct and (...)

accorder la même légitimité à la fois à une tradition dont l’instinct et l’énergie tendent vers le soutien et le maintien de l’État, et à une tradition dont l’objectif est […] le démembrement de l’État […]. En Irlande du Nord […] l’insécurité, l’ambiguïté et l’incertitude […] ont des conséquences meurtrières, destructrices et déstabilisantes […]14.

  • 15 Comme on le verra dans la dernière partie du livre, un tel dirigisme semble être plus difficile à (...)

18Il semblait donc possible que l’apparente hostilité ou, du moins, la profonde méfiance que la communauté unioniste manifestait à l’égard de ce programme culturel, s’expliquât par l’ambiguïté constitutionnelle qui le motivait et qu’il semblait proposer comme modèle. L’État était-il devenu schizophrène ? De quel diagnostic relevaient ses contradictions ? Fallait-il inventer une nouvelle névrose, le « national-unionisme » ? Ou encore, la thèse de la légitimité « égale » des deux traditions, n’était-elle en réalité que l’avatar culturel de cette autorité « conjointe » avec Dublin que Thatcher n’avait pas voulu (ou osé) mettre en place ? Pire encore, certains allèrent jusqu’à y voir une sorte de « planification culturelle » (cultural engineering) entreprise par des idéologues déterminés à faire dévier le regard de la communauté unioniste de son horizon « britannique » afin de l’orienter vers des préoccupations régionales, mais dans un cadre conceptuel qui restait exclusivement irlandais15. Certains se demandaient si l’État britannique ne préparait pas sa sortie de la scène irlandaise…

19Ceux qui participent activement à l’expérience des traditions culturelles expliquent la réticence de la communauté unioniste par d’autres causes. Mark Adair identifie un certain nombre de facteurs qui auraient contribué à l’aliénation et à la neutralisation de la communauté unioniste :

  • 16 Mark Adair, op.cit.

Le statut minoritaire du protestantisme ulstérien [à l’échelle de l’Irlande], ses tendances à la scission et les lacunes de son infrastructure sociale ont contribué à créer un sentiment d’encerclement et de confusion16.

Une double culture de dépendance

20Certains groupes et individus travaillant au sein de la communauté protestante ouvrière et urbaine tentent d’analyser les causes de cette impuissance structurelle et de lui apporter des solutions.

  • 17 Voir Community Development in Protestant Areas.
  • 18 Voir Michael Hall (éd.), Life on the Interface : Report on a Conference Held on 8.10.92 and Attend (...)
  • 19 Voir Michael Hall (éd.), Beyond the Fife and Drum : Report of a Conference Held on Belfast’s Shank (...)

21Des séminaires organisés en 199117 sur le thème du « développement communautaire », ainsi que des conférences en 199218 et en 199419, constituent des autoscopies instructives des perceptions et des préoccupations qui dominent dans ces quartiers protestants défavorisés.

22Avant d’étudier leurs principales conclusions, il est important de noter une recommandation qui figure dans le rapport sur la conférence de novembre 1992 :

  • 20 Michael Hall (éd.), Life on the Interface, p.32 : Those involved must be the “right” people. The p (...)

Les participants doivent être les « gens qu’il faut ». Ceux qui participent [à ces conférences] doivent être soit des résidents appartenant aux communautés concernées soit des personnes travaillant activement dans le domaine du développement communautaire au niveau du quartier. Les hordes de « congressistes », universitaires et professionnels, qui constituent ce qui doit être le secteur tertiaire le plus florissant depuis quelques années, doivent être exclues (sauf sur invitation expresse). Les participants estimaient que la conférence n’aurait jamais pu avoir autant d’« authenticité » si elle avait été encombrée de ce genre de personnes20.

23Cette mise à l’écart des universitaires et des « professionnels » en tous genres reflète la profonde méfiance ressentie dans ces quartiers par rapport à la caste des experts. Le refus d’une ingérence « savante » (perçue comme vampirique et castratrice) marque un premier pas vers l’ouverture d’un espace de dialogue authentiquement enraciné dans le vécu. La communauté a raison de s’approprier ainsi la parole, de développer sa voix distinctive. Ce faisant, elle prouve qu’elle sait mettre en pratique la philosophie même de l’orthodoxie des deux traditions…

24En tous les cas, la liberté du débat assurée par cette « épuration » déboucha sur des discussions d’une fraîcheur et d’une franchise remarquables dont les conclusions font voler en éclats bon nombre d’idées reçues sur la communauté unioniste.

25Ce qui suit résume les thèmes dominants de ces débats.

  • 21 Le Progressive Unionist Party (PUP) est l’émanation politique du groupe paramilitaire loyaliste, l (...)

26Longtemps habituée à voir l’État (Stormont) comme « son » État, la communauté protestante aurait développé une attitude clientéliste, attendant des structures du pouvoir des retombées matérielles en récompense de sa « loyauté ». Et pourtant, comme le souligne Gusty Spence, l’ancien commandant en chef de l’UVF et l’un des chefs actuels du PUP21, toute la classe ouvrière protestante ne bénéficiait pas de ce système ; nombreux étaient ceux qui partageaient les mêmes conditions que leurs homologues catholiques. Selon Spence :

  • 22 Gusty Spence, discours prononcé dans le Duke’s Hotel, Belfast, 26 juin 1991, in Community Developm (...)

Rien n’énerve davantage le prolétaire protestant que les déclarations des catholiques de toutes classes sociales qui allèguent que tous les protestants appartenaient à l’Ascendancy […]. La population va-nu-pieds employée dans les fabriques – protestants et catholiques – courbait l’échine et travaillait pour un salaire de misère […]. Je me souviens clairement être rentré chez moi après m’être battu à la guerre pour l’armée britannique et m’être retrouvé Sans Domicile, Sans Travail et Sans Droit de Vote, et avec de jeunes enfants à charge. Tu parles d’une Ascendancy protestante22 !

  • 23 L’intégration au sein de l’État de structures autrefois exclues – on pense évidemment à l’Ordre d’ (...)

27Or, toute critique du système émanant de la communauté protestante était découragée et stigmatisée comme un acte « déloyal » qui risquait d’être exploité par la communauté nationaliste et de menacer la solidarité interprotestante, seule garantie du maintien du statu quo constitutionnel. Les souvenirs de la NICRA firent que les protestants avaient tendance à percevoir toute activité « communautaire » sur des questions sociales comme la façade d’une activité anti-État23. Cette perception aurait contribué à freiner le développement d’un « discours de revendication » dans les quartiers ouvriers protestants.

  • 24 Si les nationalistes étaient si contents, c’est que l’unionisme avait perdu quelque chose !

28Sur le moment, la dissolution de Stormont fut perçue comme une perte par les protestants24. Le transfert des responsabilités administratives à Londres généra chez les protestants une attitude plus complexe vis-à-vis de l’État. L’allégeance identitaire se trouvait de plus en plus nuancée par une aliénation politique provoquée par l’attitude de Westminster, perçu comme conciliateur vis-à-vis de la communauté nationaliste et trop disposé à l’écoute des sirènes de Dublin. Cependant, à l’exception d’une frange séparatiste, l’aliénation était en général ressentie vis-à-vis de la stratégie de l’administration britannique, et non de la connection britannique.

29L’aliénation de la communauté protestante vis-à-vis des structures de l’État attire l’attention sur les conséquences de ce qu’on pourrait appeler une double « culture de dépendance ». Aux liens de dépendance externe (financière autant que constitutionnelle) vis-à-vis de Westminster s’ajoute en effet une deuxième dépendance interne vis-à-vis de l’élite unioniste à Stormont. Parce qu’elle s’en remettait aux initiatives politiques d’une élite unioniste qui concentrait entre ses mains l’essentiel du pouvoir, la classe ouvrière protestante était devenue un groupe docile, maniable, neutralisé par la peur d’une possible remise en question du statu quo constitutionnel. Dans les deux cas, à l’intérieur de l’unionisme et dans l’attitude unioniste vis-à-vis de Londres, l’ensemble de la communauté dut faire face à une série de pénibles réalignements lorsque Westminster mit fin à son soutien tacite au système de Stormont.

30Spence, à juste titre, maintient que la chute de Stormont et la prise de distance vis-à-vis de Londres ont constitué en fin de compte une expérience profondément libératoire pour la communauté protestante. Dans la mesure où elle était contrainte de reconnaître que l’État ne lui appartenait plus, elle pouvait analyser la réalité de sa propre situation sans arrière-pensée et revendiquer des droits sans avoir l’impression d’être en quelque sorte « redevable » ou « coupable d’agitation déloyale ».

31Cette analyse est à la base du discours des nouveaux partis loyalistes, le PUP et l’UDP, émanations politiques des organisations paramilitaires. Leurs représentants, dont Spence par exemple, ont joué les médiateurs dans les négociations qui ont conduit au cessez-le-feu loyaliste de septembre 1994. Ces partis et les milieux dans lesquels ils évoluent reconnaissent les torts de l’ancien régime unioniste et prônent une politique de dialogue et de partage avec la communauté nationaliste, fondée sur une reconnaissance des problèmes partagés.

32On n’hésite pas à reconnaître à quel point l’expérience de la communauté catholique/nationaliste peut être utile à la communauté protestante et lui servir de modèle d’action. La désorientation évidente au sein de la classe ouvrière loyaliste contraste radicalement avec la situation dans la communauté nationaliste ; en effet, celle-ci avait su développer des structures d’entraide précisément à cause de son aliénation à l’égard des structures étatiques, de Stormont ou de Londres. Selon Frank Wright :

  • 25 Frank Wright, « Culture/Identity and the Protestant Community », in Community Development in Prote (...)

Tous les groupes nationaux dominés qui sont aliénés vis-à-vis de l’État ont tendance à faire par eux-mêmes ce que l’État fait ou est censé faire pour ses citoyens25.

33Longtemps exclue du pouvoir, la communauté catholique a finalement développé un langage de contestation qui est venu identifier des problèmes précis et mobiliser la communauté. Le Sinn Féin a su tirer pleinement profit de cette combinaison d’aliénation vis-à-vis de l’État et de réflexes autogestionnaires.

34Si les partis loyalistes n’ont pas hésité à appliquer les mêmes recettes dans leurs fiefs des quartiers protestants de Belfast, l’unionisme dans son ensemble a beaucoup à apprendre des tactiques mises en œuvre par son rival nationaliste. Il est clair que les leçons apprises chez les nationalistes ont commencé à influencer le comportement unioniste plus particulièrement dans les domaines culturel et identitaire. Avant d’examiner les défaillances de l’image de l’unionisme et les tentatives entreprises pour redresser l’équilibre, nous allons tenter d’expliquer les raisons du remarquable succès de marketing identitaire nationaliste, véritable modèle du genre.

Que celui qui a des oreilles entende26

  • 26 Apocalypse 3, 6.
  • 27 W. Martin Smyth, The Battle for Northern Ireland, Belfast, County Grand Orange Lodge of Belfast, 1 (...)

35Les membres du PUP ne sont pas les premiers à avoir remarqué l’existence d’une déficience dans le domaine de l’image de l’unionisme. En 1972, le révérend Martin Smyth, Grand Master de l’Ordre d’Orange en Irlande, publia un pamphlet intitulé The Battle for Northern Ireland. Dans cet ouvrage, il essaya d’analyser pourquoi la communauté protestante semblait être en train de perdre la guerre de propagande qui faisait rage depuis le début des troubles : « Comment […] se fait-il que le monde croit le plus souvent que ce sont les protestants qui ont été les agresseurs ? »27, se demande-t-il. Ayant identifié comme les causes les plus évidentes la partialité de la BBC et l’incapacité des Gouvernements de Westminster et de Stormont à répondre de manière convaincante aux allégations nationalistes, il poursuit :

  • 28 Ibid. : Responsibility must be placed at the door of Loyalist spokesmen and especially Unionist Me (...)

On doit désigner comme responsables les porte-parole loyalistes et particulièrement les députés Unionistes. En partie à cause de leur réticence à répondre aux attaques et en partie à cause d’une ligne directrice qui voulait qu’il ne soit pas de leur ressort de traiter avec les hommes politiques du Sud, ils ont gardé le silence. Pour être tout à fait honnête, il faut reconnaître que certains d’entre eux étaient totalement inadaptés à cette tâche. De même, les loyalistes sont responsables, à cause de leurs propres frustrations et colère générées par la présentation délibérément faussée que les mass media faisaient d’eux. Le résultat fut qu’ils ne réussirent pas à répondre aux questions de façon cohérente, et qu’ils chassèrent souvent journalistes, cameramen et reporters venus couvrir l’événement sur le terrain28.

  • 29 Les ennemis politiques de l’unionisme expliqueraient ce silence par le fait que l’unionisme de Sto (...)

36Cette analyse remarquablement lucide met au pilori l’ensemble de la communauté unioniste, qui, par son silence, son refus du débat contradictoire, son manque de « cohérence » et son antipathie envers les médias, aurait largement contribué aux avancées du discours nationaliste dans l’opinion publique. Ce mutisme reflète le désarroi d’une culture politique projetée brutalement hors d’un anonymat provincial sous les projecteurs des médias du monde entier29. Clairement, cette culture n’avait toujours pas compris l’enjeu de la communication, le poids que pouvait représenter l’opinion de personnes totalement externes à une situation qu’elle croyait dominer. Que l’unionisme l’ait voulu ou non, l’Irlande du Nord était entrée dans l’ère du village planétaire.

L’ouverture nationaliste

37Un des futurs chefs de file du républicanisme irlandais, Gerry Adams, montre qu’à l’époque il avait été sensible à ce nouveau sens de connexité entre des combats politiques :

  • 30 Gerry Adams, The Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon, 1986, p.9-10 : The Vietnam war was on (...)

La guerre du Vietnam était un de ces problèmes […] de même, la lutte des Noirs aux États-Unis pour les droits civiques […]. Grâce à la télévision, nous avions la possibilité de voir une illustration du fait que l’on n’était pas simplement condamnés à encaisser les coups, on pouvait riposter. Les gens ne vivaient pas une vie à l’écart des changements qui affectaient le monde extérieur. Ils s’identifiaient plus ou moins à la musique, à la politique, à tout ce mouvement indéfini d’idées, et de styles nouveaux30.

38La « phase actuelle de la lutte », pour utiliser une expression chère au Sinn Féin, a vu le nationalisme dans son ensemble bénéficier non seulement de la logique de la décolonisation (l’Algérie, le Vietnam), mais aussi des multiples « traductions » de la situation nord-irlandaise en termes d’autres types de conflits : l’Irlande du Nord, c’est comme l’apartheid, ou encore, l’Irlande du Nord, c’est comme les territoires occupés. Cette multiplication des analogies politiques, véritable machine à amalgames, cherchait à proposer à un public extérieur de plus en plus diffus et influent le plus vaste éventail de points d’accès à un conflit spécifique.

39Le nationalisme irlandais a pu ainsi se constituer un extraordinaire capital de sympathie qui dépasse très largement le cadre de la diaspora irlandaise et brouille les traditionnels clivages politiques.

  • 31 Commentaire historique par Jean-Marie Le Pen de La Révolution irlandaise, voix et chants 1916-1922(...)

40C’est ainsi, par exemple, qu’un journal comme Libération se montre l’avocat enthousiaste d’une tradition politique qui a provoqué également l’admiration de Jean-Marie Le Pen. Le soutien de Libération à la cause nationaliste (irlandaise, bien entendu !), est de notoriété publique et ne nécessite aucun commentaire ici. Quant à Le Pen, on pense, par exemple, à la période, désormais révolue, qui le vit travailler pour une petite maison de disques, et signer un livret explicatif destiné à accompagner une collection de chansons et de discours républicains intitulée La Révolution irlandaise 1916-192231, dans lequel il parle avec une émotion évidente

[de la] longue agonie […] [du] peuple irlandais [enfoncé] dans les ténèbres de l’esclavage et de la misère, courbé sous la férule des maîtres anglais qui, avec leurs terres, essaieront en vain de leur voler leur âme […].

  • 32 Ibid. : « L’Irlande fut fortement influencée et, à son tour, influença fortement la croissance du (...)
  • 33 Ibid.

41Alors que Le Pen souligne la contribution irlandaise à la cause du nationalisme à l’échelle européenne32, Libération, qui hésiterait, sans doute, à s’enflammer pour « l’âme » du peuple irlandais, préfère parler d’une guerre de libération menée par les militants de l’IRA. Ces différences de perspective mises à part, il est évident que tous les deux sont persuadés de la légitimité de cette lutte et partagent, surtout, la même admiration pour ce que Le Pen appelle « une jeunesse qui a la rébellion dans le sang »33

42Comment peut-on expliquer ce surprenant consensus au-delà des traditionnels carcans idéologiques ? Les apparentes contradictions entre ces compagnons de route pour le moins hétéroclites s’expliqueraient par la multiplicité de points d’accès qu’offre une Irlande polymorphe à l’observation d’autrui.

  • 34 Il ne s’agit pas de dire que saint Patrick fut « nationaliste » ; plutôt, comme tant d’autres, il (...)
  • 35 Ce qui est vrai pour l’étranger l’est aussi en grande partie pour l’opinion publique en Grande-Bre (...)

43Comme chacun sait, il n’y a qu’un petit pas à faire pour aller du « pays » à la « nation » ; il en est de même pour ce qui est du trajet entre un « pays imaginé » et sa sœur jumelle, la « nation imaginée ». Ainsi, nous semble-t-il, le nationalisme irlandais a pu « mobiliser » à son compte un impressionnant fonds imaginaire à multiples facettes : qu’il s’agisse des Celtes, de l’Église primitive, de l’exploitation de l’Irlande comme colonie, de la tragédie de la famine ou du romantisme de ses jeunes rebelles urbains, chacun trouve l’entrée qui lui convient à une culture riche, vivace et variée34. Alors que la position unioniste est restée très largement impénétrable à l’étranger35, ses références méconnues, ses préoccupations mystérieuses, le nationalisme irlandais « paraît » accessible surtout parce que le pays auquel il est associé, et dont il affirme défendre les intérêts, jouit depuis des siècles d’un ancrage dans l’imaginaire d’autrui. Lorsqu’un unioniste parle d’« Ulster » et d’« Union législative », cela demande de la concentration ; lorsqu’un nationaliste, voire, tout simplement, un « Irlandais », parle de l’« Irlande », on est tout de suite en terrain familier…

L’Irlande, telle qu’on l’imagine à l’étranger

44Prenons encore un instant l’exemple de la France. L’année 1996 fut désignée l’année de « L’Imaginaire irlandais ». Le titre d’un livre destiné à présenter des jeunes écrivains irlandais au public français exprime le phénomène de façon catégorique : L’Imaginaire, c’est l’Irlande. Dans un article du même nom qui sert de préface à l’ouvrage, Gil Jouanard écrit :

  • 36 Gil Jouanard, « L’Imaginaire, c’est l’Irlande », L’Imaginaire, c’est l’Irlande, Montpellier, Maiso (...)

Proposer la célébration de l’imaginaire irlandais, c’est énoncer un pléonasme : l’Irlande n’est qu’un morceau d’imaginaire abandonné au gré des flots36.

  • 37 Ibid., p.7-8.

45De quoi est-il fait, ce « morceau d’imaginaire » ? On nous parle de « paganisme christianisé d’outre-brouillard », d’« embrouillamini de dieux et de principes, d’intuition et de lois, de lutins et de dogmes », de la tourbe d’où « remontent les troncs blanchis par des millénaires d’occultation », et d’une « utopie neurasthénique [=l’Irlande !] qui lance ses enfants à l’assaut de la Californie, n’aimant rien autant que de chanter, de cogner, et de se moquer de soi-même »37.

46Ces extraits montrent bien que les caractéristiques les plus marquantes de ce « pays imaginé » se situent dans le domaine de l’irrationnel : le spirituel, les choses cachées, les idéaux impossibles, l’état dépressif, la fuite, l’autodérision…

  • 38 Selon Jouanard, l’isolement de l’Irlande lui aurait permis de garder intacte, en vase clos, une mé (...)

47Ici, la France rationnelle, rationaliste, contemple, fascinée, son alter ego – clairement névrotique – qui, par une littérature inventive et féconde, fait resurgir des souvenirs du plus profond de l’inconscient38, qui renoue avec un dialogue séculaire :

  • 39 Ibid., p.8. Les préjugés qui sous-tendent ce constat rappellent ce que dit Freud au début de son o (...)

Cet imaginaire, qui nous ramène en fin de compte aux racines de notre inconscient pré-cartésien… réveille en nous le plus intime, et le mieux scellé, de notre propre mémoire. Il parcourt, d’un flux sous-cutané, les arêtes granitiques de l’Armor… et les combes obscures du Massif Central. Il nous parle à l’oreille, comme une vieille complicité39.

48Côté irlandais, on confirme l’existence de cette complicité séculaire. Dans un discours prononcé au début de la Première Guerre et destiné à convaincre les nationalistes de s’engager dans l’armée britannique, John Redmond, leader nationaliste, avance l’argument suivant :

  • 40 « Redmond’s manifesto on the war », Freeman’s Journal, 17 septembre 1914, in A. Mitchell et P. O S (...)

Se joue dans [cette guerre] le sort de la France, ce pays frère, principale nation de cette puissante race celte à laquelle nous appartenons ; le sort de la Belgique, à laquelle nous sommes reliés par les mêmes liens puissants de la race et par l’aspiration commune des petites nations à affirmer leur liberté40.

  • 41 Il va sans dire que Carson, s’adressant aux membres de l’UVF, n’aurait jamais imaginé parler des l (...)
  • 42 Si la France et l’Irlande peuvent prétendre à une telle intimité, on peut imaginer l’intensité du (...)

49Dans cette version inattendue de « Nos ancêtres, les Gaulois », Redmond fait appel au même « flux sous-cutané » panceltique que Jouanard41. Les liens de sang, d’espace partagé, d’inconscient que célèbrent ces deux auteurs constituent une trame favorable au tissage de bien d’autres réciprocités : pour certains le fonds (résiduel) d’un catholicisme partagé, pour d’autres les multiples alliances (ratées) qui ont jalonné l’histoire. Décidément, l’Irlande occupe une place certaine dans l’imaginaire français42.

  • 43 Des puristes républicains pourraient en toute logique nier que la question nord-irlandaise relève (...)
  • 44 Le cia World Factbook (1998), disponible sur l’Internet à : [http://www.odci.gov/cia/publications/ (...)

50Si l’image de synthèse faite de spiritualité et d’érudition, de résistance et de savoir-vivre est une image « conviviale » pour le particulier (touriste ou lecteur), l’Irlande bénéficie d’une image tout aussi positive dans le domaine public, et notamment en tant qu’acteur international. Dans son World Factbook 1997, la CIA confirme que les seuls conflits internationaux dans lesquels la République d’Irlande est engagée actuellement concernent l’Irlande du Nord43 et les eaux territoriales autour de Rockall, différend qui n’est pas susceptible de faire trembler les chancelleries du monde44. Sa politique de neutralité, menée contre vents et marées depuis les années trente, et confirmée par son refus d’adhérer à l’OTAN, l’a démarquée de son voisin britannique, engagé à titre individuel ou en tant qu’allié aux quatre coins du monde depuis les Malouines à Hong Kong en passant par le Golfe Persique. La participation enthousiaste de la République d’Irlande à la construction européenne n’a fait que renforcer cette image internationale positive. David flanqué d’un Goliath (certes en voie de rétrécissement), il est probable que l’Irlande ait tiré profit, pour ainsi dire par ricochet, de sa politique résolument indépendante vis-à-vis des choix géopolitiques de son voisin britannique.

51Mary Robinson, dans son brillant discours d’investiture comme présidente d’Irlande en 1990, montre l’importance centrale qu’elle accorde à l’image que l’Irlande projette à l’étranger. Dans sa conclusion mémorable, une voix séduisante laisse la poésie faire le lit de la politique :

  • 45 Mary Robinson, « May I have the fortune to preside over an Ireland at a time of exciting transform (...)

Qu’il me soit donné de présider l’Irlande à une époque de passionnante transformation, où nous entrons dans une Europe nouvelle où les anciennes blessures pourront se refermer, à une époque où, pour reprendre les mots de Seamus Heaney, « l’histoire rime avec l’espoir ». Que cette présidence me donne à moi-même, la Présidente, de chanter pour vous, citoyens d’Irlande, ce joyeux refrain de ce poète irlandais du xive siècle qu’évoque W.B. Yeats : « Je suis d’Irlande… viens danser avec moi en Irlande »45.

  • 46 Là encore, l’unionisme se trouve profondément désavantagé par rapport au discours nationaliste. Un (...)

52Il est évident que, dans l’absence de conflits d’intérêts entre l’Irlande et ses partenaires, cette osmose entre le culturel et le politique finit par créer un climat favorable à la position de l’Irlande sur des questions qui lui tiennent à cœur. Que ce soit à Washington ou à Bruxelles, l’importance du rôle de la diplomatie irlandaise sur un dossier qui nous intéressera particulièrement – l’Irlande du Nord – ne peut pas être suffisamment soulignée46.

  • 47 Dans R. Brunet, R. Ferras et H. Théry, Les Mots de la géographie (Montpellier, RECLUS et La Docume (...)

53Il reste à mentionner un dernier élément d’ordre géographique. Le fait que la « nation irlandaise » est identifiée à l’île de l’Irlande paraît à l’observateur externe relever du simple bon sens. Cette démarche semble d’autant plus évidente qu’elle correspond à la « carte mentale »47 des îles qui fait que l’on conçoit mal comment une unité géographique « naturelle » puisse subir une division politique. Comme l’indique le passage suivant extrait d’un ouvrage de Philippe Moreau Defarges, spécialiste de géopolitique internationale, l’idée que des îles constituent des unités naturelles est profondément ancrée dans les esprits :

  • 48 Philippe Moreau Defarges, Introduction à la géopolitique, Paris, Seuil, 1994, p.35. Antony Alcock, (...)

Certains peuples rêvent d’un territoire parfait. Avec les guerres de la Révolution française, la France, sous l’impulsion de Danton, revendique des « frontières naturelles », c’est-à-dire un tracé de ses frontières étatiques suivant des obstacles naturels (annexion de tout l’espace à la gauche du Rhin). Ce mythe des frontières naturelles traduit le regret qu’a tout État continental de ne pas être une île, c’est-à-dire de ne pas bénéficier de limites territoriales incontestables et garantissant une protection en principe absolue48.

54Il est clair que, si « l’idée de l’île » correspond, même visiblement dans l’esprit des spécialistes, à l’archétype d’un territoire « parfait », à un rêve de frontières « naturelles », la position unioniste, par définition « partitionniste », paraît une aberration totalement indéfendable.

L’Irlande, telle que (certains) des Irlandais l’ont imaginée

55Imaginer la nation irlandaise n’est pas une activité réservée à l’étranger. Si l’Irlande est « imaginable » par les autres c’est sans doute d’abord parce qu’elle s’est imaginée elle-même. Il s’agit d’une véritable industrie indigène qui a mobilisé une grande partie des énergies créatrices du pays. Une des ressources majeures de cette activité a été la fascination pour la généalogie.

Une possession légitimée dans le sang

  • 49 Comme l’indique Eoin MacNeill, dans Celtic Ireland (1921), Dublin, The Academy Press, 1981, p.44 : (...)

56On pense d’abord aux travaux de généalogie auxquels se sont livrés les érudits irlandais pendant des siècles. Comme l’indique le passage suivant d’Eoin MacNeill, les œuvres qu’ils ont produites étaient destinées en priorité à retracer l’affiliation de chaque noble ou lignage49 jusqu’à sa source chez les héros, voire les dieux de la protohistoire de l’Irlande :

  • 50 Ibid., p.50-51 : The Delbna [] were a prominent race in history, their territories stretching in (...)

Les Delbna étaient une race prédominante dans l’histoire, leurs territoires s’étendant en pointillé du centre du Meath vers l’Ouest jusqu’au Connemara. Les familles qui existent toujours aujourd’hui [c’est-à-dire, en 1921], les MacCochlain (Coghlan), O hEanda (Heany), O Conraoi (Conroy) et les O Scaluidhe (Scally) représentent quatre de leurs maisons royales. Le lignage de ces familles remonte à un ancêtre commun éponyme, Delbaeth […] Ce Delbaeth [c’est-à-dire, « forme du feu », ou dolbaeth : « feu magique »] était plus qu’humain. Son autre nom, Lugaid, n’est qu’une simple transcription par les scribes du nom Lugh, le dieu aux longs bras et aux multiples métiers50.

57Cette obsession de l’ascendance n’est pas sans rappeler l’hystérie qui saisit les classes dirigeantes en Espagne après la Reconquista, tout noble devant établir sans équivoque la « propreté » de son sang (la limpieza de sangre) par l’absence de toute « tache » sur au moins quatre générations. Breandán O Buachalla dans son livre, I mBéal Feirste Cois Cuain, nous fournit une idée de l’importance de ce phénomène à propos d’Art O’Neill à qui on a décerné le deuxième prix au festival de la harpe organisé à Belfast en 1792. O Buachalla explique que ce dernier était « très fier de son lignage » (an-mhórálach as a shinsir) et le cite, en anglais, dans ces termes :

  • 51 Breandán O Buachalla, I mBéal Feirste Cois Cuain, Dublin, An Clóchomhar Tta, 1968, p. 17 : My fath (...)

Le nom de mon père comme celui de ma mère était O’Neill, et le nom de mon grand-père comme de ma grand-mère était O’Neill ; et aussi loin que je puisse remonter, leurs ancêtres masculins et féminins étaient tous des O’Neill ; et à ce jour je n’ai aucun parent, du premier degré au degré le plus éloigné, qui ne soit un O’Neill. Par voie de conséquence, il existe une fierté familiale chez les O’Neill, riches et pauvres, du comté Tyrone, qui se reconnaissent comme les descendants de Hugh, Con et John O’Neill de la famille de Tyrone, qui n’avaient rien à voir avec les O’Neill du château de Shane, dans le comté d’Antrim51.

58En dehors du fait que ce récit pourrait faire penser à la scène de La Cantatrice chauve dans laquelle le spectateur découvre que tous les personnages dont il est question s’appellent Bobby Watson ( !), l’éloge obsessionnel de l’endogamie indique la rigueur des exclusions claniques mobilisées afin de renforcer des droits territoriaux. Être en mesure de tracer son ascendance sur une échelle séculaire a une dimension foncière fondamentale. En effet, la généalogie offre à l’intéressé une forme de légitimité lorsque la possession effective d’un territoire est remise en question. L’individu se réfugie alors dans une possession par procuration, exprimée par le souvenir d’une occupation familiale séculaire.

59Le livre de O Buachalla nous fournit la confirmation de cette attitude. Il cite O’Neill qui raconte une anecdote à propos d’un plan de table lors d’un dîner officiel :

  • 52 Le terme « Milésien », signifiant ici Irlandais de souche, dérive du légendaire roi d’Espagne, Míl (...)
  • 53 O Buachalla, op.cit., p.16 : when Lord Kenmare hob-nobbed me he was pleased to say, “O’Neill, you (...)

Quand Lord Kenmare m’invita à boire, il lui plut de me dire : « O’Neill vous devriez être assis à la tête de la table, car vos ancêtres étaient les premiers Milésiens52 de ce royaume. » « Ô milord », lui dis-je, « peu importe où s’assied un O’Neill, car l’endroit où je prends place à table devrait en être considéré comme la tête »53.

60Au-delà d’un savoureux jeu d’esprit, cet échange illustre le gouffre qui existe en termes de perceptions de légitimité vécues par les deux communautés en présence ; O’Neill, aveugle, maître de musique itinérant, vivant de la charité de ce qui reste des grandes familles irlandaises, se voit l’héritier de ses terres ancestrales et en droit de s’attendre au respect de la communauté indigène :

  • 54 Ibid., p.17 : An universal burst of applause ensued […] and damn the O’Neill that ever was born or (...)

Il s’ensuivit de grands applaudissements unanimes […] et tous les milésiens présents ce jour-là burent en honneur, non seulement de moi-même, mais encore de tous les O’Neill de tous les temps54.

  • 55 Le dramaturge et cinéaste français, Armand Gatti, a très bien saisi l’importance centrale de cette (...)

61La carte des propriétés terriennes dressée par les géomètres anglais lors des colonisations successives n’avait pas réussi à effacer la mémoire d’une topographie séculaire sous-jacente. C’est à ce palimpseste que se réfère la société gaélique dans son ensemble55.

Le « snobisme chronologique »

  • 56 Geoffrey Keating (en irlandais, Seathrún Céitinn), Foras Feasa ar Eirinn/The History of Ireland, D (...)

62C’est précisément le décalage entre ces deux visions qu’illustre un texte comme Foras Feasa ar Eirinn de Geoffrey Keating56. Cette œuvre étonnante, rédigée pendant les années 1630, démontre comment la masse de documentation rétrospective rassemblée par les historiens et les généalogues gaéliques pouvait servir comme preuve afin d’établir des droits collectifs dans le présent.

63Écrivant à un moment où le Nord de l’Irlande subissait les conséquences d’expropriations massives, Keating cherche à établir la légitimité du Gaël en tant que « propriétaire » de l’île d’Irlande. En remontant aux premières invasions, et même bien au-delà jusqu’à Noé, Keating démontre sur une échelle plusieurs fois millénaire la continuité de la possession de la terre par les ancêtres de l’aristocratie gaélique de son époque, établissant ainsi son plein droit de propriété et, a contrario, l’injustice évidente des expropriations anglaises contemporaines. Il s’agit d’une formidable mobilisation de la mémoire collective (gaélique), afin de constituer des pièces à conviction destinées à démontrer la violation des droits ancestraux.

64Si Keating extrapole à partir de droits individuels supposés afin de postuler l’existence de droits « ethniques » collectifs, le succès de sa démarche semble résider dans le fait qu’il situe la prise de possession initiale de l’Irlande par les Gaëls, donc l’acquisition du « titre » originel, avant le début des temps historiques. Ainsi placée à l’époque mythologique, l’acquisition initiale relève du destin inéluctable d’un peuple plutôt que d’une vulgaire colonisation entreprise pour des raisons économiques ou politiques. Le récit de l’entrée en possession des Gaëls coïncide avec le transfert du pouvoir des dieux païens vers les hommes.

  • 57 On verra plus loin que l’histoire nationaliste va compléter cette approche en « mythifiant » l’his (...)

65Ainsi, l’historien des Gaëls ancre l’histoire de son peuple dans le mythe, la frontière entre mythe et histoire étant des plus floues. Si l’osmose qui en résulte est tellement puissante, c’est peut-être parce que le mythe est soumis à une stratégie d’historicisation. En orchestrant des intersections entre l’histoire des Gaëls et celles des peuples de l’Antiquité, notamment les Grecs ou les Juifs, les « protogaëls », dieux et héros, sont insérés dans des systèmes synchroniques, bibliques et autres, qui renforcent la vraisemblance du récit gaélique par la véracité « objective » des trames classiques ou sacrées avec lesquelles les événements racontés sont censés coïncider57.

  • 58 Niul épousa la fille du roi d’Égypte, une certaine Scotta. C’est Gaedhael qui est le fruit de cett (...)

66De cette façon, par exemple, Niul58, père de Gaedhael, l’ancêtre éponyme des Gaëls, rencontre Aaron et les Israëlites juste au moment où ils s’apprêtent à traverser la mer Rouge. Keating explique comment Niul fut scandalisé par le traitement que reçut le peuple de Dieu aux mains du Pharaon :

  • 59 G. Keating, op.cit., vol. II, p.17 : Niul […] met Aaron who told him the story of the children of (...)

Niul […] rencontra Aaron qui lui raconta l’histoire des enfants d’Israël et de Moïse ainsi que les miracles que Dieu avait fait aux yeux de tous pour punir le Pharaon et son armée de maintenir les enfants d’Israël en état de servitude. Alors Niul et Aaron contractèrent alliance et amitié59.

67Une telle intersection entre le peuple élu et l’ancêtre du peuple gaël illustre clairement la stratégie qui est en jeu ; le récit protogaël s’insère dans le récit biblique, accaparant au passage une authenticité par procuration, tout en détournant à son profit le sens premier du récit de base : voici un second peuple élu sur le chemin de sa propre terre promise.

  • 60 Ibid., vol. I, p.93 : the length the Gaels have been without change in the possession of one and t (...)

68Car c’est bien dans ce sens qu’il faut lire le texte de Keating. Il s’agit d’établir le « titre de propriété » des Gaëls sur l’ensemble de l’île. En effet, « la durée pendant laquelle les Gaëls ont été propriétaires sans interruption d’un seul et même pays, et l’excellence de l’ordre qu’ils ont instauré […] »60 leur accordent un droit d’antériorité, un droit exclusif.

69Keating s’empresse d’associer à ce titre héréditaire celui des Sean-Ghaill (vieux étrangers), c’est-à-dire les descendants des premiers colons anglonormands, dont il est lui-même issu. L’assimilation de ce groupe aurait été rendue possible surtout grâce à une culture religieuse – catholique – partagée avec les Gaëls indigènes. C’est précisément ce facteur religieux que Keating va identifier comme la frontière infranchissable entre le bloc Gaël/Sean-Ghaill et les nouveaux colons (Nua-Ghaill) « hérétiques ».

70Le désarroi de Keating devant ces nouveaux arrivés est tout à fait compréhensible. Écrivant à un moment de profonds bouleversements politiques, religieux et territoriaux, il voit de vastes portions de terre basculer hors de la zone d’influence gaélique et tomber sous la coupe « étrangère ». Prophétique, il déclare ces nouveaux venus non assimilables, leur « hérésie » fonctionnant comme antidote à toute tentative d’incorporation dans le monde gaélique.

L’intégrité du « corps » de la nation

  • 61 Voir, par exemple, « Orange and Green », in T.W. Rolleston, Thomas Davis : Prose Writings, Londres (...)
  • 62 Voir, par exemple, son discours défendant le principe du droit au divorce dans l’État Libre, in D. (...)

71Ce discours exclusiviste braqué sur les fractures ethniques et religieuses ne sera pas repris par le nationalisme naissant. Au contraire, les Irlandais Unis vont faire du programme intégrationniste le préalable essentiel à toute construction nationale. Les protestants de toutes sortes sont désormais identifiés comme partie intégrante du projet national. En dépit de l’influence grandissante de la hiérarchie catholique sur la conscience politique nationale à partir du xixe siècle, le nationalisme va poursuivre sa campagne épisodique pour rassurer et séduire les protestants, que ce soit à travers des écrits de la Jeune Irlande61 ou dans les discours de Yeats62.

72L’inclusion de la minorité protestante (et désormais unioniste) va prendre une dimension particulière lors du long débat sur l’autonomie, notamment au moment où l’argument de la différence ethnico-religieuse s’imposait chez les décideurs britanniques pour justifier une partition de l’île. Le discours qui prônait l’existence d’une nation indivisible composée de toutes ses variantes religieuses devenait indissociable d’un discours toujours plus ferme sur le besoin de maintenir l’intégrité territoriale de la future nation.

73Cette ligne apparaît clairement chez James Connolly, chef de file du socialisme irlandais, qui prêchait passionnément contre les antagonismes religieux, selon lui artificiellement entretenus afin d’affaiblir la classe ouvrière. Lors du débat sur une éventuelle exclusion de certaines régions unionistes des termes du projet de loi sur l’autonomie, Connolly comprit immédiatement la portée d’un possible fractionnement territorial suivant les tracés de la géographie ethnique du Nord de l’île. Dans un article anti-partitionniste écrit en avril 1914, il présente l’intégrité de la nation irlandaise en ces termes :

Cela […] signifie qu’une majorité locale, à Belfast ou à Derry par exemple, recevrait le pouvoir de déverser sa haine sur l’Irlande en la démembrant, en la découpant en morceaux comme on découperait un cadavre sur une table de dissection.

  • 63 James Connolly, « Ireland upon the dissecting table », in Ireland Upon the Dissecting Table : Jame (...)

Cromwell, dans ses pires jours, ou l’Ordre d’Orange, dans ses moments les plus atroces, n’ont jamais conçu de plus ignoble crime contre la nation irlandaise63.

74L’Irlande étant un corps, la partition de l’île est assimilée à une forme d’amputation macabre. L’image frappante de l’autopsie laisse entendre que, si une telle intervention devait se faire, la « nation » serait déjà morte. Le message est clair : pour que la nation puisse vivre, l’unité territoriale, qui présuppose l’inclusion de l’ensemble de la population, est une condition sine qua non.

75Depuis, la réalisation de la partition n’a pas tué le rêve de la nation unie ; au contraire, il est entré au cœur même de l’État irlandais.

76D’abord, il faut se rappeler qu’en République d’Irlande d’aujourd’hui, tout l’establishment politique, à l’exception du Parti Travailliste et des Verts, est issu, par voie de scissions successives, des entrailles du vieux Sinn Féin et hérite de sa vision unificatrice. Tous, à des degrés divers d’intensité, se réfèrent à l’acte fondateur de la nation, l’insurrection de Pâques en 1916, et à la vision d’une République

  • 64 « Proclamation of the Republic of Ireland, 1916 », in Arthur Mitchell et Pádraig O Snodaigh (éd.), (...)

[qui] chérit également tous les enfants de la nation et oublie les différences qui, soigneusement entretenues par un gouvernement étranger, ont par le passé séparé une minorité de la majorité64.

  • 65 Par une ironie particulièrement amère, la forme la plus exacerbée du nationalisme, le républicanis (...)
  • 66 Certains partis existent des deux côtés de la frontière. D’autres entretiennent des liens privilég (...)
  • 67 On notera que Antony Alcock, dans son Understanding Ulster, a intitulé un de ses chapitres : « Dub (...)
  • 68 Bunreacht na hÉireann (Constitution of Ireland), Dublin, Stationary Office, 1937.

77Le nationalisme ne s’arrête pas à la frontière tracée en 1921 lors de la signature du Traité65. Son existence dans les deux parties de l’île tend à atténuer l’importance, voire à nier l’existence même de celle-ci66. C’est dans le refus d’accepter la réalité concrète (véritable force en matière de politique !) que l’on voit la place qu’occupe l’imaginaire en ce qui concerne la « question nationale ». En effet, même si le rêve de 1916 a été brutalement écourté en 1922-1923, ceci n’a pas découragé une forte activité onirique au cœur même de l’État irlandais67. Le républicanisme pragmatique (Fianna Fáil) qui prit le pouvoir dans l’État Libre en 1932 se confortait toujours dans l’espoir de réaliser les rêves des martyrs perdus. Ainsi, de Valera ancra au cœur de sa Constitution de 1937 (Bunreacht na hÉireann68) le rêve de la réunification de l’île.

  • 69 Il est clair que les enjeux dépassent le seul domaine sémantique. Lors de la signature de l’Accord (...)

78Comme chacun sait, l’article 2 de cette Constitution affirme que le « territoire national » consiste en la « totalité de l’île de l’Irlande » et que le Parlement et le Gouvernement d’Éire ont le droit d’exercer leur juridiction sur l’ensemble de ce territoire ; l’article 3 envisage « la réintégration du territoire national » comme inévitable ; de la même manière, l’article 4 insiste : « Le nom de l’État est Éire, ou en anglais, Ireland. » Depuis, on navigue entre les ambiguïtés créées par ces mots : alors que, selon les Irlandais, « Éire/Ireland » s’applique à l’ensemble de l’île, dans l’acception britannique (et unioniste), le terme désigne seulement le territoire des « vingt-six comtés »69. La nation unie rêvée par de Valera va hanter l’île réelle partagée en deux selon la volonté unioniste.

L’unité imaginée comme moteur politique

79Qu’une poignée d’irrédentistes de l’IRA se soient vus depuis leur maquis comme les gardiens du graal de la République déclarée en 1916, c’est une affaire ; que le Gouvernement – et la « nation » représentée par la population des vingt-six comtés qui adopta la Constitution, par voie de référendum, en décembre 1937 – maintienne dans sa Constitution une version (certes diluée) du rêve défendu par ces mêmes maquisards en est une autre.

  • 70 En juillet 1988, dans McGimpsey & McGimpsey v. Ireland, les plaignants alléguaient qu’il y avait c (...)

80Depuis cette date, l’unionisme et le nationalisme s’affrontent dans le décalage entre ce rêve d’unité et la réalité de la partition. Après la signature de l’Accord anglo-irlandais en novembre 1985, les frères McGimpsey70 (membres du Parti Unioniste d’Ulster) saisirent les tribunaux irlandais afin que ceux-ci se prononcent sur la constitutionnalité de la signature par la République d’Irlande dudit Accord. Dans une décision fracassante délivrée en 1990 (Mc-Gimpsey v. An Taoiseach), la Cour Suprême de Dublin affirma que la réunification politique de l’île était plus qu’une simple aspiration politique ; elle devait constituer un « impératif constitutionnel » pour tout Gouvernement irlandais.

  • 71 La propagande unioniste soulignait que l’irrédentisme du discours émanant des milieux gouvernement (...)

81La décision, qui confirma les pires craintes des unionistes, prouva que la vision maximaliste de l’« espace de la nation » était toujours ancrée au cœur même de la loi fondamentale de l’État irlandais71. Le rêve irrédentiste de la nation unie, conçue en termes d’une plénitude territoriale, était même identifié par les instances juridiques supérieures comme le moteur constitutionnel autour duquel devait s’articuler la machinerie de l’État.

82Bref, toutes les forces du nationalisme, depuis la guérilla républicaine jusqu’aux ministres irlandais, en passant par les partis nationalistes « constitutionnalistes » au Nord et au Sud semblaient travailler vers le même but, vers la réalisation d’un même rêve.

83S’il est vrai que ce fameux « front pan-nationaliste », pour employer un terme cher aux unionistes, peut donner l’impression de faire avancer la « cause nationale », il ne faut pas se laisser leurrer par les apparences. Chacune des composantes apporte son propre rythme et ses propres méthodes. Si le Sinn Féin, dominé par des nordistes, n’avait pas attendu la décision de la Cour Suprême pour découvrir que la réunification était un impératif constitutionnel, si la PIRA, avec qui le Sinn Féin était particulièrement lié, cherchait à accélérer la réalisation de cet impératif par des moyens non constitutionnels, d’autres partis, surtout ceux du Sud, étaient moins enthousiastes. Le manque de ferveur sembla particulièrement évident lorsque ces partis se retrouvèrent au pouvoir.

84En effet, Dublin (toutes tendances politiques confondues) s’est engagé sur la voie d’une politique réunificatrice surtout à un niveau rhétorique. On comprend facilement pourquoi la réalisation de cet « impératif constitutionnel » lui serait, à court terme, grandement préjudiciable. Comme l’a fait remarquer David McKittrick :

  • 72 David McKittrick, « Decades of violence in a world of stalemate », The Independent, 14 août 1989, (...)

La République est un État confortablement installé qui serait horrifié par la perspective de devoir intégrer les partisans non seulement de Ian Paisley, mais aussi du Sinn Féin, et qui, bien entendu, n’a conçu aucun projet sérieux pour établir comment arriver à une telle chose. Son souci principal est d’empêcher la violence de s’étendre vers le Sud – politique qui pourrait être qualifiée, si l’on n’y mettait qu’un soupçon d’intention maligne, de politique d’endiguement. Par conséquent l’Accord anglo-irlandais est perçu à Dublin non comme un pas vers l’unité irlandaise, mais plutôt […] comme un moyen, en fait, de garder le Nord à distance72.

  • 73 L’Accord du Vendredi saint reflète ce nouvel esprit d’ouverture. Dans sa section II (« Constitutio (...)
  • 74 Dans « Lendemain d’élections en Irlande du Nord », Le Monde diplomatique, juillet 1997, p. 3, Paul (...)

85La récente conversion des chefs du Sinn Féin à une stratégie de négociation a énormément aidé Dublin à assouplir sa rhétorique et à focaliser sur le concept central de « consentement » unioniste comme préalable à toute réunification de l’île73. Un tel consentement, comme chacun sait, n’est pas pour demain74. Ainsi, à Dublin, on peut entourer ses rêves de papier de soie en se félicitant d’un compromis fondé sur la tolérance et le respect mutuel des traditions. Même les leaders du Sinn Féin acceptent de gérer la réalité des futures institutions politiques en Irlande du Nord, en attendant des lendemains qui chantent. Le rêve est à nouveau repoussé à la périphérie de la scène politique, vers les marges du républicanisme, vers de nouveaux détenteurs du graal de la nation unie qui risquent de rappeler qu’ils existent…

Portrait-robot de l’unionisme : noluntas, monolithisme, fanatisme, démembrement, silence littéraire… tout pour plaire !

86Il est clair que l’unionisme ne bénéficie pas de la même gamme de « voies d’accès » que peut proposer la nation irlandaise. En fait, les signifiants de l’unionisme, les discours, gestes et icônes qui filtrent au-delà des frontières de l’Irlande du Nord sont plus des obstacles que des invitations à la communication.

  • 75 Ceci est le titre d’un important recueil d’essais réunissant des économistes, des critiques littér (...)
  • 76 Selon Arthur Aughey, Under Siege : Ulster Unionism and the Anglo-Irish Agreement, Belfast, Blackst (...)

87Les réactions unionistes – refus de participer au projet nationaliste pour l’Irlande, identification avec un pouvoir extérieur – sont perçues comme des réactions hystériques ou collaborationnistes. « L’idée de l’Union »75 reste abstraite ; elle est difficilement compréhensible en termes d’« émotions »76. C’est à se demander si l’essence de l’unionisme n’est pas simplement « inimaginable »…

88Le premier trait dominant du discours unioniste est celui de la négation. Comme on l’a souvent fait remarquer, tous les slogans politiques semblent s’articuler autour d’un refus. Le cri de guerre le plus renommé, No Surrender !, lancé à Londonderry en 1689, a fait de nombreux petits : que ce soit We won’t have Home Rule, à l’époque du projet de loi sur l’Autonomie, Not an inch lors des travaux sur la Commission frontalière, ou Ulster says No !, au moment de l’Accord anglo-irlandais, les signaux émanant de la forteresse unioniste se déclinent en négatifs et n’invitent pas au dialogue. C’est comme si la culture politique unioniste était marquée par ce qu’on pourrait appeler une noluntas, espèce de volonté négative, forme de conservatisme exacerbé, qui rejette toute notion de mouvement, de changement. Un tel immobilisme enlève à l’unionisme la pratique de la négociation, tout fléchissement devenant une capitulation. Les énergies politiques ont donc été concentrées sur le maintien du statu quo, la préservation et la reproduction des schémas existants, et non sur l’exploration de nouveaux possibles. Mais leur intransigeance les rend prévisibles, erreur stratégique fatale en politique comme en matière de négociation.

89L’uniformité de cette stratégie du refus trouve son corollaire dans l’uniformité supposée du « bloc unioniste ». Le fantasme du « monolithe » unioniste, cette alliance pan-protestante au-delà des différences de classe, qui aurait assuré le contrôle des institutions de Stormont pendant cinquante ans, présente au regard d’autrui une communauté homogène au point d’être impossible à différencier. Le choix du terme « monolithe » est en lui-même significatif : associé aux qualités de la pierre – la dureté, l’impénétrabilité, l’inertie – le monolithe est aussi synonyme d’unicité, de poids, de masse. Ainsi, comme lors des défilés orangistes – vecteurs d’images par excellence – l’unionisme émet des signaux où le groupe efface l’individu et où la coordination exclut l’improvisation et la possibilité de la participation spontanée.

  • 77 L’idée du monolithe répond parfaitement aux exigences de la propagande : la simplification de l’Au (...)

90Plus important encore, le monolithe ne peut être que « monomaniaque ». Le bloc ne peut pas chercher à cultiver la nuance ou l’ambiguïté ; il préfère l’idée fixe, l’obsession à l’exploration des possibles77.

91La communauté unioniste semble obsédée par un nombre très réduit de moments d’histoire – la guerre jacobite de la fin du xviie siècle, la résistance à l’Autonomie au début du xxe siècle. Ces fixations, et surtout la première, remise en scène apparemment ad nauseam chaque été, donnent lieu à une des critiques les plus destructrices dirigées contre l’idéologie unioniste : son apparente incapacité à fournir une lecture historique dans la continuité. Alors que le nationalisme plonge ses racines dans un imaginaire gaélique capable de « raconter » une tradition depuis le début des temps, l’unionisme est réduit à une autoreprésentation épisodique et, de ce fait, fondamentalement insatisfaisante. Le narratif continu de l’histoire de la « nation irlandaise », de ses antécédents culturels, permet au nationalisme de contempler avec un certain dédain les récits parcellisés et apparemment déconnectés que peut mobiliser l’unionisme.

92Pire encore, l’attachement obsessionnel à ces parcelles d’histoire – hautement polarisées selon des critères religieux – cantonne la tradition unioniste dans un sectarisme protestant qui rend difficile, sinon impossible, tout appel à une vision pluraliste. Cette incapacité à aller au-delà d’un schéma événementiel sectaire semble prouver qu’il s’agit d’une tradition amputée et fondamentalement artificielle.

  • 78 Voir John Biggs-Davison et George Chowdharay-Best, The Cross of Saint Patrick : The Catholic Union (...)
  • 79 David Trimble, dans un article récent, « An Exit Strategy », The Unionist, printemps 1998, p. 4, r (...)

93Alors que le nationalisme, et surtout le républicanisme, sont toujours prêts à réciter la litanie des protestants qui ont choisi la « nation irlandaise » – Tone, Emmet, Parnell, Casement et al. – et n’hésitent pas à fleurir leurs tombes afin de prouver le non-sectarisme des idéologies qu’ils défendent, l’unionisme a du mal à mobiliser des catholiques pour prouver l’existence d’un héritage unioniste « œcuménique ». Le nationalisme préfère ignorer le soutien à l’Union de personnalités catholiques comme John Biggs-Davison78 et le rejet par une bonne section de l’électorat nationaliste (catholique) de l’idée d’une Irlande unie79. L’image d’une osmose entre l’unionisme et le protestantisme (surtout dans ses variantes les plus intolérantes) a été entretenue par les médias qui préfèrent la solution de facilité en optant pour le spectaculaire, le scandaleux, choses qu’ils trouvent facilement, et régulièrement, chez le révérend Paisley. Le fait que Paisley a pu, grâce à la complicité des médias, oblitérer le reste du

94protestantisme nord-irlandais (et, avec lui, une grande partie de l’unionisme) renforce l’image peu attrayante de « l’unioniste-qui-ne-peut-être-autre-chosequ’un-fanatique-protestant ».

95L’unionisme a également des problèmes d’ordre géographique. Comme nous l’avons vu dans une section antérieure, le nationalisme irlandais brandit l’icône de l’île, faisant de son unité « naturelle » le paradigme d’une nécessaire unité politique. Son « discours géographique » est fait d’une simple équivalence : la nation, c’est l’île.

96Par contre, la géographie de l’unionisme est moins facilement saisissable parce qu’elle doit se lire simultanément dans deux contextes.

97Premièrement, à l’échelle irlandaise, la géographie politique trace une frontière apparemment arbitraire à travers le territoire de l’île. L’unionisme justifie ce découpage en citant traités, textes de loi et rapports de commissions. Or, cette référence constante à des textes, tous plus contestés les uns que les autres, donne l’impression que l’unionisme se réfugie dans un légalisme outrancier.

98À un niveau plus souterrain, la géographie électorale, qui ignore les frontières politiques, dessine les véritables limites de l’unionisme bien à l’intérieur du territoire défini par les textes officiels. La carte électorale, baromètre d’une géographie ethnique, désigne des zones entières de l’Irlande du Nord comme territoires « acquis » au nationalisme. L’unionisme, incapable d’habiter la totalité de l’espace que l’histoire a voulu lui accorder, semble être réduit à une dimension régionale au sein d’une subdivision d’une province. En tout état de cause, l’impression qui en résulte désigne l’unionisme comme une réalité régionale en rétraction, un espace restreint dans un coin d’une île.

99Or, la géographie de l’unionisme se lit aussi dans le cadre des îles britanniques. L’apologiste de l’unionisme dirait qu’une analyse régionale qui tend à le confiner à l’intérieur de l’Irlande du Nord fausse l’essence même de cette idéologie et de ses bases humaines. Il citera des liens – familiaux, culturels, économiques – qui feraient du Royaume-Uni, dont l’Irlande du Nord est une partie intégrante, une émanation « naturelle » d’une multiplicité de réseaux reliant ce coin de l’Irlande au reste de l’archipel. Il affirmerait que la division de l’Irlande a été rendue nécessaire par la décision unilatérale du nationalisme irlandais de faire sécession du projet britannique « plurinational ». La décision du nationalisme de se barricader dans un État gaélique et catholique, expression même d’un localisme exacerbé, ne devait pas remettre en question le droit des unionistes à appartenir à une communauté dépassant le cadre insulaire.

100Toujours est-il que ces réseaux ont beau constituer des réalités humaine, administrative, structurelle, leur invisibilité les rend faciles à cacher, à oublier. L’unionisme, bâti sur de l’intangible, a du mal à concurrencer les évidences de la géographie physique.

  • 80 Gerald Dawe et Edna Longley, dans leur introduction à Across a Roaring Hill : The Protestant Imagi (...)
  • 81 Ce n’est pas une coïncidence si Tom Paulin, dans la Field Day Anthology of Irish Writing, vol. III (...)

101En ce qui concerne le domaine littéraire, le lecteur moyen aurait du mal à identifier un auteur qui aurait épousé de façon explicite la position unioniste. Ce silence contraste avec la multitude de voix qui plaident pour les différentes versions du projet culturel « nationaliste » ; que ce soit Pearse, Yeats, Behan et O’Casey, leurs noms constituent autant de points de repère imaginaires reconnaissables bien au-delà du contexte irlandais. L’unionisme n’a pas produit de littérature « de lutte »80 qui le situe dans l’imaginaire d’autrui. Puisqu’il n’a pas parlé à la première personne, il n’a pas invité l’autre dans l’intimité de ses préoccupations, de ses émotions. L’unionisme a préféré laisser la présentation de sa position exclusivement aux hommes politiques et aux pasteurs. Le monde extérieur est invité à « écouter » un discours ou un sermon ; l’unionisme ne l’a pas invité à rêver un avenir, ou un passé, en sa compagnie81.

  • 82 C’est bien le choix d’un poète comme Louis MacNeice, qui, bien qu’il ait eu du mal à se débarrasse (...)

102Le regard porté sur l’unionisme est donc un regard filtré par ceux qui sont à l’extérieur de cette communauté, et qui lui sont souvent hostiles. Les écrivains issus de la communauté unioniste sont assimilés soit à la vie culturelle irlandaise et entrent dans la catégorie « auteurs protestants », soit à la vie culturelle d’une zone culturelle britannique. Vu du côté unioniste, ce dernier choix est tout à fait logique dans la mesure où il ne fait que confirmer la réalité d’une tradition britannique « élargie » capable d’embrasser et de laisser exprimer une pluralité de courants82.

103Edna Longley et Gerald Dawe, dans leur introduction à Across a Roaring Hill : The Protestant Imagination in Modern Ireland, expliquent ce silence par l’arrière-plan religieux :

  • 83 Gerald Dawe et Edna Longley (éd.), op.cit., p. ix : Calvinist cultures expel art from the city’s g (...)

Les cultures calvinistes chassent l’art au delà des portes de la ville, parce qu’elles craignent son pouvoir de pénétrer dans la névrose collective – qui se trouve aggravée par une telle exclusion83.

104Longley revient à cette idée dans un article pour Fortnight dans lequel elle suggère :

  • 84 Edna Longley, « Opening up : A New Pluralism », Fortnight, n° 256, novembre 1987, p.24 : Historica (...)

Traditionnellement, les unionistes se sont toujours méfiés de la culture littéraire – pas seulement à cause du calvinisme, de l’éthique du commerce, et de la peur de la liberté d’expression […] mais parce qu’elle pouvait être « irlandaise » de manière latente. La Renaissance de la littérature irlandaise demeure nationaliste dans la mémoire des unionistes, quoi qu’en disent ceux qui critiquent aujourd’hui son « colonialisme »84.

« Ars gratia rei publicae… »

105La méfiance à l’égard de la « culture » au sein de la communauté unioniste fut quelque peu surmontée lorsque celle-ci se trouva confrontée à des menaces d’ordre politique. L’éventualité de la mise en place d’une administration conjointe de l’Irlande du Nord par Londres et Dublin, voire, pire encore, le spectre d’un retrait britannique, ont concentré l’attention unioniste sur la question identitaire.

106Une des « réactions » les plus structurées est issue des rangs du Parti Unioniste d’Ulster. Sous l’impulsion de David Trimble, futur chef de ce parti, une réunion fut organisée en avril 1985 à laquelle étaient invitées des personnalités activement engagées dans les milieux culturels et politiques unionistes. La présence à cette réunion de personnalités comme Ian Adamson, auteur associé surtout à la « théorie des Cruthin », ou de John McMichael, une des figures de proue de l’UDA, montrait la volonté chez les organisateurs d’élargir le débat bien au-delà des rangs du Parti Unioniste.

107Cette réunion a mis en évidence le besoin de centraliser les énergies des groupes et des individus travaillant déjà dans des structures culturelles à connotation unioniste, afin de coordonner leur action et d’en amplifier la portée en canalisant les demandes de financement vers les autorités publiques. Ainsi, il fut décidé de créer une structure qui devait s’appeler la Ulster Society for the Promotion of Ulster-British Heritage and Culture.

  • 85 David Trimble dans une lettre adressée aux personnes invitées à cette assemblée. Des extraits de c (...)

108L’assemblée inaugurale de l’organisation eut lieu le 28 septembre 1985. La date avait été choisie pour coïncider avec l’anniversaire du « Ulster Day », 1912, qui vit près d’un demi-million d’Unionistes signer le Ulster Covenant, base même de leur campagne de résistance au projet d’Autonomie pour l’Irlande. L’évocation de cette mobilisation massive permet d’entrevoir la signification que les organisateurs accordaient à cette nouvelle forme de mobilisation culturelle destinée à mettre fin à ce que Trimble a décrit comme « l’érosion insidieuse de la culture et de l’identité ethnique nationale du peuple britannique d’Ulster »85.

109Si la date de la réunion était significative, le lieu l’était autant, Brownlow House (Lurgan) représentant un des hauts lieux de l’Orangisme irlandais.

  • 86 L’Ordre d’Orange (Irlande du Nord) bénéficie d’une représentation au Comité Exécutif de l’Ulster U (...)
  • 87 Les membres de l’Ordre d’Orange proviennent de toutes les tendances au sein de la « famille » unio (...)

110Il était tout de suite évident que le noyau de la future organisation allait donc se situer à l’intersection déjà existante entre le Parti Unioniste d’Ulster et l’Ordre d’Orange86. La base organisationnelle du Parti, renforcée par la composition plus éclectique de l’Ordre87 allaient lui assurer les assises et le poids nécessaires à une rapide éclosion.

111Il est important de souligner que la création de cette structure était prémonitoire dans la mesure où elle préfigurait la mise en place officielle de la thèse des « deux traditions » effectuée par l’Accord anglo-irlandais de novembre 1985. L’implantation et l’expansion de l’Ulster Society coïncidait donc avec la première phase de l’évolution de l’idée des « traditions culturelles ». On peut dire sans hésitation que l’existence de l’Ulster Society a constitué un fort pôle d’attraction pour une bonne partie de l’action culturelle menée au sein de la communauté unioniste depuis cette date.

112Dans un vocabulaire qui fait écho à la Déclaration d’Indépendance des États-Unis, l’Ulster Society présente les bases de son credo dans la 2e section de sa Constitution (première version) :

  • 88 La Constitution de l’Ulster Society, citée dans The Orange Standard, novembre 1985, p.4 : The Soci (...)

La Société tient pour évident le développement au sein du peuple d’Ulster d’une identité nationale distincte en tant que communauté britannique ; la Société est engagée dans la défense et le développement de l’identité ethnique et des traditions culturelles du peuple Ulster-British. La Société cherche à promouvoir le caractère propre de notre culture et de notre patrimoine en prenant en compte la richesse de ses multiples formes, qui comprennent la langue, le théâtre, la poésie, la musique, les coutumes populaires, le symbolisme et l’histoire88.

113À l’image de la communauté dont elle est issue, l’Ulster Society conçoit la culture en termes prioritairement utilitaires : la « culture » doit servir à quelque chose, doit se plier aux exigences d’une cause supérieure, en l’occurrence politique. C’est peut-être cet aspect « fonctionnel » qui permettra au calvinisme dont parle Edna Longley de neutraliser ses préjugés négatifs. Tant que la culture reste une forme de mobilisation publique, tant qu’elle appartient à l’agora et non au boudoir, elle est tolérable, voire tolérée. Si le calvinisme rejette ars gratia artis, il peut tout de même se résigner à ars gratia rei publicae… pour ainsi dire !

Confusion ou stratégie identitaire ?

114Une des premières actions de l’Ulster Society fut d’organiser un séminaire public à l’université de Queen’s (Belfast) sur le thème de l’identité. Entre sa création en septembre 1985 et l’organisation de ce séminaire en février 1986, la signature de l’Accord anglo-irlandais avait considérablement fait monter les enchères du débat identitaire. Ainsi, il n’est pas étonnant de découvrir dans l’introduction au recueil des actes du séminaire le passage suivant sous la plume de Trimble :

  • 89 David Trimble, « Foreword », in Ulster : An Ethnic Nation ?, Lurgan, The Ulster Society, 1986, p. (...)

La Ulster Society a décidé que l’une de ses premières entreprises serait de mener une enquête sur l’identité nationale du peuple loyaliste d’Ulster […]. Les communications [présentées lors de la conférence] démontrent l’existence de nettes distinctions culturelles sur l’île d’Irlande, c’est-à-dire entre la République d’Irlande et l’Ulster. La question qui reste posée, cependant, est de savoir si l’identité de l’Ulster doit être considérée comme une entité indépendante ou comme une composante de la culture britannique en général89.

  • 90 Sur cette question, voir Jennifer Todd, « Two Traditions in Unionist Political Culture », Irish Po (...)

115Nous voyons dans ce passage l’esquisse des grandes lignes qui vont dominer le débat identitaire au sein de la communauté unioniste jusqu’à nos jours : s’agit-il d’une identité « ulstérienne » à part, ou d’un élément constitutif d’une plus large identité britannique90 ? Bien entendu, certains voient dans cette question la source de la schizophrénie dans laquelle l’unionisme serait plongé. Une telle lecture serait, à notre avis, erronée.

116La question ne reflète pas un doute existentiel quelconque. Selon Trimble :

  • 91 David Trimble, « Foreword », in Ulster : An Ethnic Nation ?, p.3 : I must say that in my experienc (...)

Je dois reconnaître selon ma propre expérience que les loyalistes d’Ulster ne sont pas consumés d’une angoisse obsessionnelle à propos de leur identité. Leur réponse est généralement qu’ils savent qui ils sont et qu’ils se demandent pourquoi on fait tant d’histoires autour de ce qui, pour eux, est une évidence. En fait, pour le loyaliste d’Ulster, ce n’est pas lui, mais les autres qui se posent des questions sur l’identité loyaliste. [Alors que] le nationaliste irlandais traditionnel déclare que les protestants d’Ulster font partie de la « nation historique irlandaise » […] de nombreux Anglais semblent incapables de différencier les habitants autochtones de l’île : à leurs yeux, ce sont tous des paddies91.

  • 92 Étant donné que leur « identité britannique » peut être remise en cause par simple décision du Par (...)

117La décision d’aborder la question identitaire d’une façon aussi franche relèverait du besoin de définir les coordonnées de l’identité unioniste d’abord pour autrui. Ce qui résulte de cet exercice d’explication est un discours à deux niveaux qui tente de répondre à l’évolution prévisible des réalités politiques dans deux contextes différents92.

  • 93 L’Accord du Vendredi saint prévoit la possibilité (pour le Ministre chargé des affaires nord-irlan (...)

118La priorité consiste à établir et à faire reconnaître la réalité objective de la « différence » de l’« Ulster britannique ». Tant que l’Union tiendra, cette différence servira de base de négociation avec le Gouvernement britannique dans le cadre de l’orthodoxie des « deux traditions » ; les organisations culturelles à coloration unioniste vont continuer à attirer des fonds leur permettant de poursuivre leur recherche de preuves destinées à confirmer leur thèse qu’il existe une culture Ulster-British tout à fait distincte de la culture gaélique du reste de l’île. Si jamais, suite à l’évolution démographique, par exemple, une majorité en Irlande du Nord décidait de quitter l’Union93, cette identité patiemment tracée, conservée, cartographiée serait susceptible d’être brandie comme preuve de l’existence d’une communauté à part qui pourrait alors prétendre au statut de « nation » à part entière, avec tout ce que cela implique de droits à l’autodétermination. Autrement dit, on peut imaginer qu’une éventuelle repartition de l’île serait justifiée par l’existence de multiples tracés culturels…

119Il ne faut pas voir dans cette démarche une volonté a priori tendant vers un séparatisme ulstérien, mais plutôt l’ébauche d’une « police assurance » capable d’être activée si jamais une Irlande unie devenait une réalité trop pressante. Ainsi, un des premiers rôles de la culture est clairement de servir de « bouée de sauvetage » à la communauté unioniste de demain.

Vers de nouveaux espaces imaginaires

120La constitution de ce « dossier identitaire » a été entreprise avec le même sérieux et le même sens de l’organisation qui ont caractérisé toutes les campagnes de résistance unioniste. Bien qu’ils ne poursuivent pas forcément une même stratégie politique, les militants culturels au sein de la communauté, qu’ils soient membres de l’Ulster Society, de l’Ordre d’Orange, des organisations paramilitaires ou de simples particuliers, sont partis des bases existantes

  • 94 Dans le texte français, l’orthographe Ulster-scots (et non Ulster-Scots) désigne spécifiquement la (...)

121– l’Orangisme, l’histoire de l’unionisme – pour développer des voies de recherches nouvelles – par exemple, la langue Ulster-scots94 ou l’émigration vers l’Amérique.

122Ce livre va tenter de définir les caractéristiques dominantes de cette entreprise, surtout du point de vue des espaces imaginaires qu’elle évoque.

123Dans une première partie, à travers un examen approfondi du siège de Londonderry et de la bataille de la Boyne, il va examiner les éléments de base d’un espace imaginaire qui est particulier à la communauté protestante du Nord de l’Irlande. Cette étude va tâcher d’identifier dans le récit de ces événements, tel qu’il a été expurgé et adapté par l’imaginaire populaire, les clés qui permettent de mieux comprendre les réflexes d’une communauté traditionnellement peu encline à commenter les raisons de ses choix politiques. Ceci nous permettra d’expliquer la place centrale qu’elle accorde à l’idée d’un espace « refuge » et à celle d’une frontière à défendre.

124Bien que ce soubassement protestant continue d’être un constituant incontournable de la communauté « britannique » d’Ulster, il ne suffit pas à rendre celle-ci intelligible. Depuis une vingtaine d’années, une exploration identitaire de grande envergure a (ré-)ouvert de nouveaux espaces à l’imaginaire collectif – l’Écosse et l’Amérique, sans parler de la redéfinition de l’espace de l’Ulster. La deuxième partie du livre va décrypter cette exploration à travers ses manifestations les plus significatives, afin de dresser un bilan (provisoire) d’une culture en pleine (re)construction.

125Dans les deux cas – qu’il s’agisse de la base identitaire traditionnelle ou des nouvelles voies ouvertes à l’exploration – le centre d’intérêt reste surtout historique. Des pans d’histoire dans lesquels les ancêtres (réels ou putatifs) de la communauté « britannique » d’Ulster ont joué un rôle prépondérant sont mis en évidence et « défrichés » d’un point de vue explicitement politique.

126Ainsi, nous assistons à la création de nouveaux récits qui retracent la généalogie de cette communauté au cours des siècles. En identifiant la spécificité de la contribution ulstérienne, ces récits sortent la communauté de l’anonymat, la dégageant des amalgames dans lesquels elle avait été submergée. Ainsi, individus ou groupes qui avaient été confondus dans la masse des « Irlandais », des « Britanniques » ou des « Américains » sont désormais distingués et répertoriés à part. Qu’on parle de l’« Ulster britannique » ou, de façon plus restrictive, de la communauté Ulster-Scots, on s’attache à faire ressortir l’idée d’une « personnalité » distincte et reconnaissable.

127Les récits construisent, morceau par morceau, l’histoire de la communauté pour lui permettre de prouver son existence dans la continuité, et de mettre fin ainsi à la parcellisation de sa mémoire, une des failles principales du discours unioniste.

128Or, la mobilisation identitaire rendue possible par ces récits va bien au-delà du cadre chronologique. L’exploration de la contribution de cette communauté à l’histoire de l’Écosse ou de l’Amérique coloniale et indépendante réactive la mémoire des réseaux géographiques qui permettent ce qu’on pourrait appeler un « désenclavement » de l’imaginaire d’une communauté trop longtemps accoutumée à être perçue comme étant bloquée dans un coin d’une île. Les connexités chronologique et géographique placent au centre de la scène l’histoire d’une communauté jusque-là reléguée aux rôles de figurants dans une superproduction impériale ou aux seconds rôles dans une tragi-comédie nationale…

  • 95 Steve Bruce est l’auteur de nombreuses études sur la communauté protestante/loyaliste en Irlande d (...)

129Dans un article paru dans Causeway, le magazine du Cultural Traditions Group, Steve Bruce95, cherche à expliquer « l’obsession destructrice » que le nationaliste peut entretenir pour le passé. Ses réflexions servent à éclaircir le mécanisme derrière cette même « obsession » du passé chez les unionistes :

  • 96 Steve Bruce, « Cultural Traditions : A Double-edged Sword ? », Causeway, automne 1994,p. 21 : [T]h (...)

[L]e passé, c’est le présent. L’histoire, ce n’est pas simplement un compte rendu de ce qui est passé, c’est aussi la matière première des images de soi contemporaines. L’histoire populaire nous en dit souvent plus sur ceux qui la promeuvent que sur le passé96.

130C’est précisément ce lien entre l’identité et la « promotion » d’histoires « populaires » dont il sera question dans ce livre. Comme le suggère Bruce, il faut lire cette histoire populaire (pour ainsi dire, made in Ulster) à travers la grille des préoccupations politiques contemporaines des auteurs et du lectorat ciblé. L’initié qu’est le lecteur nord-irlandais ne manquera pas de repérer les correspondances nécessaires entre passé et présent et de tirer l’enseignement du « décodage » qui en résulte. Ainsi, bon nombre de ces textes a priori consacrés à l’histoire sont inscrits sur le palimpseste des événements contemporains.

131Ce qui nous intéressera ici ne sera pas une littérature réservée aux spécialistes, mais plutôt une documentation hétéroclite qui tente de toucher le public le plus vaste possible, un échantillon choisi pour représenter les grands thèmes qui préoccupent l’imaginaire unioniste. Nous nous concentrerons sur les productions facilement disponibles en Irlande du Nord. Il sera donc question ici autant de textes éphémères – pamphlets, chansons, magazines et sites internet – que de publications plus « consistantes ».

132Il sera tout de suite évident que dans la sélection des textes, les critères de la qualité esthétique ou de l’autorité académique n’ont jamais été limitatifs.

133Les textes ont été choisis parce qu’ils émanent d’individus ou d’organisations ayant des positions tranchées sur les plans culturel et politique en Irlande du Nord. Tous les auteurs ont leurs origines dans la tradition unioniste ou loyaliste ; certains sont explicitement protestants. L’histoire et la littérature filtrées par leurs soins ne cachent pas leurs objectifs polémiques.

134Pour ce qui est des organisations telles l’Ordre d’Orange ou l’Ulster Society, les publications s’inscrivent dans un programme de « sensibilisation » à long terme et sont donc d’un très grand intérêt pour cerner leur stratégie culturelle. Celles produites par des particuliers ont été sélectionnées parce qu’elles ouvraient des voies d’exploration qui ont trouvé un écho particulièrement sensible au sein de la communauté nord-irlandaise : on pense ici aux travaux de personnalités comme Ian Adamson ou Michael Hall sur les Cruthin ou à Philip Robinson dans le domaine de l’Ulster-scots.

135Il s’agit d’une production qui, tout en étant marginale au niveau de l’édition nationale, est d’une importance capitale à l’échelle nord-irlandaise. L’impact de ces « histoires sur mesure » doit être jugé par rapport aux réseaux – politique et religieux – qui existent au sein de l’unionisme. Le fait que des organisations qui se donnent le rôle de « cadres culturels » ont pris en main l’écriture de l’histoire communautaire implique une véritable campagne de structuration de la pensée historique et politique rendue d’autant plus efficace par l’existence des réseaux de diffusion dont elles disposent.

136Pour ce qui est des publications de l’Ordre d’Orange, par exemple, un des objectifs explicites de son Education Committee est bien la formation des membres de l’organisation. Ainsi, chaque membre au sein de sa loge sera sollicité pour qu’il lise, qu’il fasse connaître et éventuellement qu’il achète les pamphlets proposés. Ceux-ci sont évidemment conçus pour un marché « populaire » par leurs petites dimensions, leurs prix modiques et la relative accessibilité de leur présentation – beaucoup d’illustrations, mise en page « aérée », etc. Le marché « interne » est donc d’une importance primordiale.

137Il est également important de noter le haut niveau d’interpénétration des structures « culturelles » au sein de la communauté unioniste. Ce facteur contribue à renforcer le potentiel de réception des récits proposés.

  • 97 Ce sont les loges orangistes qui arrivent en tête dans cette catégorie.

138Par exemple, un des piliers de la stratégie de l’Ulster Society est son système d’adhésion collective (corporate membership) qui permet aux collectivités, comme les loges orangistes, les sections locales des partis politiques, voire les écoles, de devenir membres de la Society. L’adhésion collective lui assure la distribution de ses produits au sein des structures affiliées97.

139La Society propose également des cycles de conférences et d’expositions sur des thèmes qui recoupent souvent les thèmes explorés par ses publications. Les loges, ainsi que les municipalités unionistes, accueillent ces manifestations, qui sont autant d’occasions pour diffuser les thèses prônées par la Society.

140L’interpénétration structurelle est renforcée par la polyvalence de certaines personnalités, véritables moteurs du débat culturel au sein de la communauté unioniste. L’engagement de David Trimble dès les débuts de l’Ulster Society a énormément contribué à son prestige, à son rayonnement et, soit dit en passant, à sa capacité à attirer des fonds… Le Parti Unioniste d’Ulster, dont Trimble est le chef, entretient des liens avec l’Ordre d’Orange qui, comme on l’a vu, soutient l’Ulster Society.

141Ian Adamson est un autre exemple d’une personne extrêmement influente qui est à cheval entre les mondes culturel et politique. Membre du New Ulster Political Research Group créé par l’UDA (Ulster Defence Association) en 1978, ancien maire de Belfast, il est engagé dans une importante gamme de projets

142à vocation identitaire, linguistique et autres. Sa contribution à ce débat, que ce soit par sa théorie des Cruthin, par son engagement pour la langue gaélique, ou, plus récemment, pour la langue Ulster-scots, a été inestimable.

143Le travail de Michael Hall a été également d’une importance centrale. Ses nombreux pamphlets et rapports ont permis au grand public d’avoir accès au débat d’idées au sein des communautés loyalistes de Belfast. Ses travaux ont également joué un rôle primordial dans la prise de contact entre les communautés nationaliste et loyaliste – engagement « de base » qui a ouvert des voies de communication et de compréhension qui, autrement, n’auraient pas existé.

Conclusion

144Il est clair que le présent travail, fait sur le vif, ne peut prétendre qu’à être un work in progress. Il cherche à tracer des mouvements, souvent à l’état de tropismes, dont l’évolution reste dans une large mesure imprévisible.

145En dépit de l’instabilité de certains secteurs étudiés, il est clair que nous assistons à la mise en place d’un véritable chantier culturel caractérisé à la fois par une continuité par rapport aux préoccupations traditionnelles de la communauté britannique d’Ulster et par une disposition à explorer de nouveaux possibles. Ce double programme d’exploration montre l’existence d’une activité culturelle infiniment plus riche et variée que ne le laissent entrevoir les stéréotypes réducteurs que certains cherchent à imposer sur l’unionisme.

146La multiplication des centres d’intérêt est d’une importance fondamentale surtout parce qu’elle permet l’émergence d’une pluralité de voix unionistes. C’est par l’émergence de ces voix que la communauté unioniste peut espérer acquérir une « personnalité », une identité, voire une légitimité dans l’imaginaire d’autrui, et ainsi de déconstruire les caricatures dont on l’a trop longtemps affublée.

Notes

1 Paul Sweeney, « From Veto to Achievement », in Community Development in Protestant Areas, Belfast, CRC, 1991, p.9 : « Aucune section de notre communauté n’est totalement innocente, et aucune section de la communauté n’est totalement coupable. »

2 « Opening the Door », The Irish News, 25 mars 1972, p.21 : Ireland is a place of many mansions, and the Unionists have their place in it, if they would but accept it. La référence renvoit à Jean 14, 2, en anglais : In my Father’s House are many mansions

3 De toutes façons, l’absorption de l’Irlande du Nord dans une Irlande unie rendrait caduque l’idéologie « unioniste ».

4 Tom Hadden et Kevin Boyle, The Anglo-Irish Agreement : Commentary, Text and Official Review, Londres, Sweet and Maxwell et Dublin, Edwin Higel Ltd, 1989, p.16-17, expliquent que le concept des « deux traditions » remonte à un communiqué conjoint fait par Mme Thatcher et son homologue irlandais, G. Fitzgerald, en novembre 1981, dans lequel ils s’engageaient à s’efforcer de « réconcilier les deux grandes traditions qui existent dans les deux parties de l’Irlande ».

5 L’existence d’une identité culturelle totalement originale semble un leurre, si l’on considère que la communauté nationaliste d’Irlande du Nord partage avec la communauté unioniste, ainsi qu’avec l’écrasante majorité des habitants de la République, une culture qui est inextricablement associée à la « culture britannique ».

6 Pour l’arrière-plan administratif, voir Wesley Hutchinson, « Le gouvernement britannique et les “traditions culturelles” en Irlande du Nord », Études Irlandaises, vol. XX-I, L’État en Irlande, printemps 1995, p.165-176.

7 Ce groupe devint le noyau du futur Community Relations Council, créé en 1990, et dont les responsabilités dépassent le domaine culturel pour inclure les problèmes de discrimination dans le monde du travail ainsi que les relations interconfessionnelles.

8 Le jargon consacré est single identity work.

9 Hugh Frazer et Mari Fitzduff, Improving Community Relations, Belfast, CRC, 1986, 2e éd., 1991, p.27 : 1) Community development projects can help build up a community’s self esteem and so counter feelings of despondency, apathy, alienation and despair. If groups can begin to take control of decisions affecting their own lives, e.g. re-housing, re-development, or acquisition of facilities their capacity to undertake cooperative decision-making with confidence will be increased. 2) Such confidence will leave them less fearful and threatened by the « other » side. It will free them to meet representatives from other communities in a spirit of mutual cooperation, enabling them to concentrate on pursuing issues of mutual interest to them and in the process learning to trust one another. Ce pamphlet est une référence dans le contexte nord-irlandais.

10 En ce qui concerne l’application des théories dans le domaine spécifique des traditions culturelles, voir Mari Fitzduff, A Typology of Community Relations Work and Contextual Necessities, Belfast, CRC, 1989. La section intitulée « Cultural Traditions Work » énumère les quatre phases qui amènent les participants d’une « affirmation » des différences à une acceptation, voire à la célébration, du pluralisme au sein de la société.

11 Expression utilisée par Michael Longley, « The Cultural Traditions Group », in Sophia Hillan King et Sean McMahon (éd.), Hope and History : Eyewitness Accounts of Life in Twentieth-Century Ulster, Belfast, Friar’s Bush Press, 1996, p. 200-203.

12 Mark Adair, « A Possible Land », conférence (non publiée) donnée à l’Institut des études canadiennes à l’université de Queen’s (Belfast) en novembre 1993.

13 Expression de Richard English dans « “Cultural Traditions” and Political Ambiguity », The Irish Review, n°15, printemps 1994, p. 100.

14 Ibid., p.99-100 : [...] accord equal legitimacy on the one hand to a tradition whose instinct and drive is to support and maintain the state and, on the other, to a tradition aiming at […] dismemberment of the state […]. In Northern Ireland […] insecurity, ambiguity and uncertainty […] have fatally destructive and destabilising consequences […].

15 Comme on le verra dans la dernière partie du livre, un tel dirigisme semble être plus difficile à mettre en œuvre que l’on pourrait imaginer.

16 Mark Adair, op.cit.

17 Voir Community Development in Protestant Areas.

18 Voir Michael Hall (éd.), Life on the Interface : Report on a Conference Held on 8.10.92 and Attended by Community Groups from the Shankill, Falls and Springfield Roads in Belfast, Newtownabbey, Island Publications, 1993.

19 Voir Michael Hall (éd.), Beyond the Fife and Drum : Report of a Conference Held on Belfast’s Shankill Road, October 1994, Newtownabbey, Island Publications, 1995.

20 Michael Hall (éd.), Life on the Interface, p.32 : Those involved must be the “right” people. The participants must be either residents of the communities concerned, or those actually engaged in promoting community development in the area. The droves of regular “conference-attenders”, academics, and professionals who make up what must be the largest growing “service industry” of recent years, should be excluded (except by invitation). Participants were of the opinion that the conference would never have felt so “real” if it had been burdened with such people.

21 Le Progressive Unionist Party (PUP) est l’émanation politique du groupe paramilitaire loyaliste, l’Ulster Volunteer Force (UVF).

22 Gusty Spence, discours prononcé dans le Duke’s Hotel, Belfast, 26 juin 1991, in Community Development in Protestant Areas, p.64-65 : Nothing gets up the working-class Protestant’s nose more than Catholics of whatever class proclaiming that all Protestants were of the ascendancy […]. The bare-footed Mill population, Prods and Taigs, kept their heads down and toiled scab wages […]. I can vividly recollect […] coming home from the British Army after having fought a War and found myself with No House and No Job and No Vote and with a small family to keep. Some Protestant ascendancy !

23 L’intégration au sein de l’État de structures autrefois exclues – on pense évidemment à l’Ordre d’Orange – a pu contribuer à l’amnésie protestante quant au potentiel de réseaux communautaires extra-étatiques.

24 Si les nationalistes étaient si contents, c’est que l’unionisme avait perdu quelque chose !

25 Frank Wright, « Culture/Identity and the Protestant Community », in Community Development in Protestant Areas, p.35 : All dominated national groups that are alienated from the State they live under tend to do for themselves what the State does or is expected to do for its citizens.

26 Apocalypse 3, 6.

27 W. Martin Smyth, The Battle for Northern Ireland, Belfast, County Grand Orange Lodge of Belfast, 1972, p.7 : How […] has it happened that the world largely believes that Protestants have been the aggressors ?

28 Ibid. : Responsibility must be placed at the door of Loyalist spokesmen and especially Unionist Members of Parliament. Partially because of an unwillingness to answer back and partially because of a directive that it was not their responsibility to deal with Southern politicians, they kept silent. In all honesty, it must be admitted that some were totally unsuited for the task. Equally, loyalist people were responsible through their own frustration and anger at the deliberate misrepresentations in the mass media. As a result, they failed to be coherent in answering questions and often chased working journalists, cameramen, and reporters covering the news.

29 Les ennemis politiques de l’unionisme expliqueraient ce silence par le fait que l’unionisme de Stormont était indéfendable…

30 Gerry Adams, The Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon, 1986, p.9-10 : The Vietnam war was one of those issues […]. Similarly, the black civil rights campaign in the United States […]. Courtesy of television we were able to see an example of the fact that you didn’t just have to take it, you could fight back. People did not live their lives in isolation from the changes going on in the world outside. They identified to a greater or lesser extent with the music, the politics, the whole undefined movement of ideas and changes of style.

31 Commentaire historique par Jean-Marie Le Pen de La Révolution irlandaise, voix et chants 1916-1922, Serp Disques, dans la série : Hommes et faits du xxe siècle.

32 Ibid. : « L’Irlande fut fortement influencée et, à son tour, influença fortement la croissance du nationalisme en Europe au cours du xixe siècle. »

33 Ibid.

34 Il ne s’agit pas de dire que saint Patrick fut « nationaliste » ; plutôt, comme tant d’autres, il a été « nationalisé », mobilisé à la solde d’une nation imaginaire dotée d’une forte personnalité distincte et sympathique.

35 Ce qui est vrai pour l’étranger l’est aussi en grande partie pour l’opinion publique en Grande-Bretagne…

36 Gil Jouanard, « L’Imaginaire, c’est l’Irlande », L’Imaginaire, c’est l’Irlande, Montpellier, Maison du Livre et des Écrivains, 1996, p.8.

37 Ibid., p.7-8.

38 Selon Jouanard, l’isolement de l’Irlande lui aurait permis de garder intacte, en vase clos, une mémoire commune qui aurait été perdue ailleurs depuis.

39 Ibid., p.8. Les préjugés qui sous-tendent ce constat rappellent ce que dit Freud au début de son ouvrage sur le totémisme, Totem et Tabou (1912-1913), Paris, Payot, 1965, p.11 : « C’est ainsi que nous jugeons les peuples dits sauvages et demi-sauvages, dont la vie psychique acquiert pour nous un intérêt particulier, si nous pouvons prouver qu’elle constitue une phase antérieure, bien conservée, de notre propre développement. »

40 « Redmond’s manifesto on the war », Freeman’s Journal, 17 septembre 1914, in A. Mitchell et P. O Snodaigh (éd.), Irish Political Documents 1869-1916, Dublin, Irish Academic Press, 1989, p.172 : Involved in [this war] is the fate of France, our kindred country, the chief nation of that powerful Celtic race to which we belong ; the fate of Belgium, to whom we are attached by the same great ties of race, and by the common desire of a small nation to assert its freedom.

41 Il va sans dire que Carson, s’adressant aux membres de l’UVF, n’aurait jamais imaginé parler des liens « raciaux » avec la France ou la Belgique.

42 Si la France et l’Irlande peuvent prétendre à une telle intimité, on peut imaginer l’intensité du lien imaginaire ressenti par l’énorme diaspora irlandaise à travers le monde.

43 Des puristes républicains pourraient en toute logique nier que la question nord-irlandaise relève du domaine « international » stricto sensu…

44 Le cia World Factbook (1998), disponible sur l’Internet à : [http://www.odci.gov/cia/publications/factbook/ei.html#issues]. Le texte (lapidaire) spécifie : Rockall continental shelf dispute involving Denmark, Iceland and the UK (Ireland and the UK have signed a boundary agreement in the Rockall area).

45 Mary Robinson, « May I have the fortune to preside over an Ireland at a time of exciting transformation », in Michael McLoughlin (éd.), Great Irish Speeches of the Twentieth Century, Dublin, Poolbeg, 1996, p.372 : May I have the fortune to preside over an Ireland at a time of exciting transformation when we enter a new Europe where old wounds can be healed, a time when, in the words of Seamus Heaney, “hope and history rhyme”. May it be a Presidency where I, the President, can sing to you, citizens of Ireland, the joyous refrain of the 14th century Irish poet as recalled by W.B. Yeats : “I am of Ireland… come dance with me in Ireland.”

46 Là encore, l’unionisme se trouve profondément désavantagé par rapport au discours nationaliste. Une voix unioniste parallèle n’existe pas ; la position unioniste est « filtrée » par Londres, qui ne cesse de claironner sa neutralité dans le conflit nord-irlandais. Ainsi, l’idée qu’il existe une identité de vision entre l’unionisme et Londres ne pourrait être plus erronée.

47 Dans R. Brunet, R. Ferras et H. Théry, Les Mots de la géographie (Montpellier, RECLUS et La Documentation Française, 1992) le terme « mentale (carte) » est défini ainsi : « Traduction littérale de mental map, expression due à Peter Gould. Carte qui représente […] les espaces rêvés ou fréquentés, ceux qui sont “dans la tête” des personnes interrogées. » Ailleurs, sous « carte mentale », ils ajoutent : « lieux désirés, lieux fantasmés, lieux connus ou inconnus. »

48 Philippe Moreau Defarges, Introduction à la géopolitique, Paris, Seuil, 1994, p.35. Antony Alcock, dans son Understanding Ulster (Lurgan, Ulster Society (Publications) Ltd, 1994,p. 127), s’attaque à cette « évidence », à savoir que le fait que l’Irlande soit une île la prédispose à être gouvernée par une seule autorité politique. Ayant examiné certaines des sept îles autour du monde où il existe une souveraineté divisée, il pose la question suivante : « si la thèse des nationalistes irlandais est tenue pour valable, alors on peut supposer que ni le pays de Galles ni l’Écosse ne pourraient justifier leurs prétentions à l’indépendance si les habitants de l’Angleterre, qui sont majoritaires sur l’île, s’y opposaient » (if the Irish nationalist thesis is held to be correct then presumably neither Wales nor Scotland would be justified in seeking independence if the people of England, the majority on the island of Britain, disapproved).

49 Comme l’indique Eoin MacNeill, dans Celtic Ireland (1921), Dublin, The Academy Press, 1981, p.44 : « toute cette littérature généalogique a été considérée comme fournissant de la matière essentiellement aux “chasseurs de lignage” » (all this genealogical literature has been regarded as furnishing materials mainly for the pedigree-hunter).

50 Ibid., p.50-51 : The Delbna [] were a prominent race in history, their territories stretching in a broken line from the middle of Meath westwards to Connemara. The still existing families of Mac-Cochlain (Coghlan), O hEanda (Heany), O Conraoi (Conroy) and O Scaluidhe (Scally) represent four of their ruling houses. The pedigrees of these families retraced to a common eponymous ancestor, Delbaeth […] This Delbaeth [i.e.,‘form of fire’ ; or dolb-aeth, i.e., “a magic fire”] [] was something more than human. His other name, Lugaid, is a mere scribal version of the name Lugh, the long-armed god of many crafts.

51 Breandán O Buachalla, I mBéal Feirste Cois Cuain, Dublin, An Clóchomhar Tta, 1968, p. 17 : My father and mother’s names were O’Neill, and my grandfather and grandmother’s names were O’Neills ; and as far as I can learn their ancestors both male and female were all O’Neills ; and at this day I have not a relation from the first to the last degree but all O’Neills. In conse­quence of which there is a family pride amongst the O’Neills both rich and poor of the County Tyrone, conceiving themselves descended from Hugh, Con and John O’Neill of the Tyrone family who were in no manner allied to the O’Neills of Shane’s Castle, Co. Antrim.

52 Le terme « Milésien », signifiant ici Irlandais de souche, dérive du légendaire roi d’Espagne, Míl, originaire de Galice, dont les fils auraient conquis l’Irlande, tenu pour être l’ancêtre des Gaëls.

53 O Buachalla, op.cit., p.16 : when Lord Kenmare hob-nobbed me he was pleased to say, “O’Neill, you should be at the head of the table, as your ancestors were the original Milesians of this King-dom.” “Oh, my lord”, says I, “it’s no matter where an O’Neill sits, and let it be at what part of the table I am, it should be considered the head of it”.

54 Ibid., p.17 : An universal burst of applause ensued […] and damn the O’Neill that ever was born or that will ever yet be born as well as myself but was drunk by all the Milesians then present.

55 Le dramaturge et cinéaste français, Armand Gatti, a très bien saisi l’importance centrale de cette osmose entre espace et famille. Son film, Nous étions tous des noms d’arbres, tourné à Derry en 1980-1981, se sert comme toile de fond d’une enquête policière sur l’assassinat d’un soldat britannique à Derry. Une des scènes se passe à Grianán Ailech, site fortifié à quelques kilomètres de la ville. Là, dans ce décor millénaire, un des personnages, Seamus O’Doherty, s’adresse au détective chargé de l’enquête dans les termes suivants : « Le pays des O’Doherty […]. Le clan qui a donné mon nom […]. Celui aussi du gosse que nous venons de porter en terre […]. Ici, Cuchulain et son corbeau ont regardé la mer […]. Ici, saint Patrick a baptisé Eoghan […]. Lorsque mon père est mort le mois dernier, nous étions 101, fils, petits-fils, arrière-petits-fils, autour de lui. Chacune de ses pierres est la multiplication de 101 par 101 de chacun de nous. À qui voulez-vous mettre les menottes ? […] Ici, j’ai 2400 ans […]. Quel moment de l’histoire comptez-vous enfermer en arrêtant un seul d’entre nous ? », Armand Gatti, Nous étions tous des noms d’arbres, scénario (non publié), janvier 1980, p.150-151.

56 Geoffrey Keating (en irlandais, Seathrún Céitinn), Foras Feasa ar Eirinn/The History of Ireland, D. Comyn et P.S. Dineen (éd.), Londres, Irish Texts Society, 4 vol. , 1902-1914.

57 On verra plus loin que l’histoire nationaliste va compléter cette approche en « mythifiant » l’histoire : l’Insurrection de 1916 et les grèves de la faim sont des exemples évidents de ce processus. Les tentatives d’Ian Adamson de « réhabiliter » les Cruthin constituent, comme on le verra, la réponse « loyaliste » à cette façon d’affirmer une légitimité territoriale.

58 Niul épousa la fille du roi d’Égypte, une certaine Scotta. C’est Gaedhael qui est le fruit de cette union.

59 G. Keating, op.cit., vol. II, p.17 : Niul […] met Aaron who told him the story of the children of Israel and of Moses and the witness-bearing miracles that God had wrought against Pharao and his army, because of the bondage of the children of Israel. Now Niul and Aaron entered into an alliance and friendship with one another. En fin de compte, Niul et sa famille finissent par être expulsés d’Égypte, les Égyptiens n’appréciant guère leur alliance avec les Israëlites.

60 Ibid., vol. I, p.93 : the length the Gaels have been without change in the possession of one and the same country, and the excellence of the order they laid down…

61 Voir, par exemple, « Orange and Green », in T.W. Rolleston, Thomas Davis : Prose Writings, Londres, Walter Scott, p.270-272.

62 Voir, par exemple, son discours défendant le principe du droit au divorce dans l’État Libre, in D.R. Pearse (éd.), The Senate Speeches of W.B. Yeats, Londres, Faber and Faber, 1960, p. 92.

63 James Connolly, « Ireland upon the dissecting table », in Ireland Upon the Dissecting Table : James Connolly on Ulster & Partition, Cork, Cork Workers’Club, 1975, 2e éd., p.60-61 : This […] means that a local majority, in Belfast or Derry, for instance, are to be given the power to wreck their hatred upon Ireland by dismembering her, by cutting Ireland to pieces as a corpse would be cut upon the dissecting table. Cromwell, in his worst days, the Orange Order in its most atrocious moments, never planned a more dastardly outrage upon the Irish nation than this.

64 « Proclamation of the Republic of Ireland, 1916 », in Arthur Mitchell et Pádraig O Snodaigh (éd.), Irish Political Documents : 1916-1949, Dublin, Irish Academic Press, 1985, p.17 : cherish[es] all the children of the nation equally, and [is] oblivious of the differences carefully fostered by an alien government, which have divided a minority from the majority in the past.

65 Par une ironie particulièrement amère, la forme la plus exacerbée du nationalisme, le républicanisme, mobilise depuis quelques années plus de soutien électoral en Irlande du Nord, territoire britannique, que dans la République elle-même où le Sinn Féin, par exemple, ne dépasse pas les 3 % à l’échelle des « vingt-six comtés ».

66 Certains partis existent des deux côtés de la frontière. D’autres entretiennent des liens privilégiés, permettant des transferts de « personnel » d’un côté à l’autre : on pense par exemple à Austin Curry, ancien membre fondateur du SDLP (exclusivement « nordiste »), qui devint candidat Fine Gael (exclusivement « sudiste ») pour l’élection présidentielle dans la République d’Irlande en 1990.

67 On notera que Antony Alcock, dans son Understanding Ulster, a intitulé un de ses chapitres : « Dublin – The Dream Merchants. »

68 Bunreacht na hÉireann (Constitution of Ireland), Dublin, Stationary Office, 1937.

69 Il est clair que les enjeux dépassent le seul domaine sémantique. Lors de la signature de l’Accord anglo-irlandais en 1985, par exemple, les négociateurs n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur une terminologie acceptable aux deux États signataires. Ainsi, chaque pays signa « sa » version ; a) la version britannique : Accord entre le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et le Gouvernement de la République d’Irlande (Agreement between the Government of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland and the Government of the Republic of Ireland), et b) la version irlandaise : Accord entre le Gouvernement d’Irlande et le Gouvernement du Royaume-Uni (Agreement between the Government of Ireland and the Government of the United Kingdom). Comme l’expliquent Tom Hadden et Kevin Boyle, op.cit. : « Le choix de désignations différentes pour les deux États dans des traités bilatéraux et la signature de différentes versions qui en résulte reflète le problème sousjacent des prétentions rivales sur l’Irlande du Nord. […] L’emploi dans la version irlandaise du seul terme “Irlande” et du titre écourté “Royaume-Uni”, qui supprime toute référence à l’Irlande du Nord, […] reflète la réticence du Gouvernement irlandais à employer des termes susceptibles d’impliquer une reconnaissance formelle du fait que l’Irlande du Nord fait partie du Royaume-Uni » (The choice of differing descriptions for the two states in bilateral treaties and the resulting signature of different versions clearly reflects the underlying problem of conflicting claims over Northern Ireland […]. The use in the Irish version of the single word “Ireland” and the shortened title “the United Kingdom”, omitting any reference to Northern Ireland, […] reflects the unwillingness of the Irish Government to use words which might be taken to signify a formal acceptance that Northern Ireland is part of the United Kingdom). On notera le compromis trouvé lors de la signature de l’Accord d’avril 1998 : Accord entre le Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et le Gouvernement d’Irlande (Agreement between the Government of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland and the Government of Ireland). Cette façon de désigner les deux États reflète une attention accrue aux sensibilités unionistes.

70 En juillet 1988, dans McGimpsey & McGimpsey v. Ireland, les plaignants alléguaient qu’il y avait conflit entre l’article 1 de l’Accord anglo-irlandais et les articles 2 et 3 de la Constitution irlandaise (Bunreacht na hÉireann).

71 La propagande unioniste soulignait que l’irrédentisme du discours émanant des milieux gouvernementaux (et judiciaires) à Dublin ne faisait que conforter les « hommes de violence » républicains dans leur objectif d’atteindre the reintegration of the national territory par tous les moyens à leur disposition. Le fameux aphorisme de Clausewitz, « la guerre n’est que la politique par d’autres moyens » paraissait particulièrement apte…

72 David McKittrick, « Decades of violence in a world of stalemate », The Independent, 14 août 1989, in David McKittrick, Endgame : The Search for Peace in Northern Ireland, Belfast, The Blackstaff Press, 1994, p.9 : The Republic is a settled, comfortable state which would be appalled by the prospect of having to accomodate the supporters not only of Ian Paisley but also of Sinn Féin, and which, indeed, has engaged in no serious planning on how such a thing might be achieved. Its principal concern is to stop violence from spreading south – a policy that might, only slightly mischievously, be characterised as containment. So the Anglo-Irish agreement is viewed in Dublin not as a move towards Irish unity but rather […] as a device, in fact, for keeping the north at bay.

73 L’Accord du Vendredi saint reflète ce nouvel esprit d’ouverture. Dans sa section II (« Constitutional Issues », Annexe B) on prévoit l’éventuelle substitution des articles 2 et 3 de la Constitution par une déclaration soulignant la « volonté de la nation irlandaise de voir naître une Irlande unie exclusivement par des moyens pacifiques et avec le consentement d’une majorité de la population, exprimée démocratiquement, dans les deux juridictions de l’île ».

74 Dans « Lendemain d’élections en Irlande du Nord », Le Monde diplomatique, juillet 1997, p. 3, Paul Brennan rappelle le commentaire de Tony Blair lors de sa première visite en Irlande du Nord en tant que Premier ministre : « Personne dans cette salle ne verra jamais une Irlande du Nord qui ne soit partie intégrante du Royaume-Uni, même pas le plus jeune d’entre vous. »

75 Ceci est le titre d’un important recueil d’essais réunissant des économistes, des critiques littéraires et des commentateurs en sciences politiques qui plaident en faveur de l’Union : John Wilson Foster (éd.), The Idea of the Union, Vancouver, Belcouver Press, 1995.

76 Selon Arthur Aughey, Under Siege : Ulster Unionism and the Anglo-Irish Agreement, Belfast, Blackstaff, 1989, p.14, on aurait tort de critiquer l’unionisme pour son manque d’attrait émotionnel : « Cependant, il faut souligner que l’unionisme ne prétend pas être toute une philosophie mais une idée politique rationnelle. Le critiquer en ces termes, c’est adopter les présupposés du nationalisme […] [C’]est une identité qui s’associe aux affaires d’un État plurinational doté d’une expansivité et d’une ouverture sur l’extérieur que jamais, dans son égocentrisme, le nationalisme irlandais ne pourra égaler » (However, the point is that unionism does not claim to be an entire philosophy of life but a rational political idea. To criticise it in such terms is to do so according to the assumptions of nationalism […] [I]t is an identity that associates itself with the affairs of a multinational state, expansive and outward-looking in a way that the self-absorbed Irish nationalism could never be).

77 L’idée du monolithe répond parfaitement aux exigences de la propagande : la simplification de l’Autre permet sa reductio ad absurdum, matière première de toute caricature.

78 Voir John Biggs-Davison et George Chowdharay-Best, The Cross of Saint Patrick : The Catholic Unionist Tradition in Ireland, Abbotsbrooke, The Kensal Press, 1984.

79 David Trimble, dans un article récent, « An Exit Strategy », The Unionist, printemps 1998, p. 4, rappelle : « [Un] sondage d’opinion récent commandé par Geoffrey Evans et Brendan O’Leary [indique que] seulement 13 % des personnes interrogées [en Irlande du Nord] privilégiaient l’option d’une Irlande unie » ([A] recent opinion poll commissioned by Geoffrey Evans and Brendan O’Leary [showed] only 13 % of respondents [in Northern Ireland] gave a united Ireland as their preferred option).

80 Gerald Dawe et Edna Longley, dans leur introduction à Across a Roaring Hill : The Protestant Imagination in Modern Ireland, Belfast, The Blackstaff Press, 1985, p. iii, citent la fameuse remarque lapidaire de A.E. (George Russell) : « L’unionisme en Irlande n’a produit aucune littérature » (Unionism in Ireland has produced no literature).

81 Ce n’est pas une coïncidence si Tom Paulin, dans la Field Day Anthology of Irish Writing, vol. III, Derry, Field Day Productions, 1991, a décidé d’inclure une section consacrée à ce qu’il appelle Northern Protestant Oratory and Writing où figurent la plupart des contributions « unionistes » – discours de Carson et de Craig, sermons de Cooke et de Paisley.

82 C’est bien le choix d’un poète comme Louis MacNeice, qui, bien qu’il ait eu du mal à se débarrasser de son passé (nord-irlandais), fut plus attiré par les possibilités que lui offrait la scène nationale (britannique)

83 Gerald Dawe et Edna Longley (éd.), op.cit., p. ix : Calvinist cultures expel art from the city’s gates, because they fear its power to penetrate communal neurosis – aggravated by such exclusion.

84 Edna Longley, « Opening up : A New Pluralism », Fortnight, n° 256, novembre 1987, p.24 : Historically, unionists have distrusted literary culture – not only because of Calvinism, the business ethic, and fear of free speech […] but because it might be latently “Irish”. The Irish Literary Revival remains nationalist in unionist folk-memory, whatever latter-day critics of its “colonialism” may say.

85 David Trimble dans une lettre adressée aux personnes invitées à cette assemblée. Des extraits de cette lettre sont reproduits dans The Orange Standard, novembre 1985, p.4.

86 L’Ordre d’Orange (Irlande du Nord) bénéficie d’une représentation au Comité Exécutif de l’Ulster Unionist Council (UUC), instance suprême du Parti Unioniste d’Ulster. Il envoie également un très fort contingent (environ cent trente sur huit cent trente) aux réunions annuelles de l’UUC, chargé de l’élection du chef et des officiers du Parti.

87 Les membres de l’Ordre d’Orange proviennent de toutes les tendances au sein de la « famille » unioniste.

88 La Constitution de l’Ulster Society, citée dans The Orange Standard, novembre 1985, p.4 : The Society holds it to be self evident that there has developed among the people of Ulster a distinct national identity as a British community and the society is committed to the defence and development of the Ulster-British people’s ethnic identity and cultural traditions. The Society wishes to promote our distinctive culture and heritage in all its rich and varied forms, embracing language, drama, poetry, music, folk customs, symbolism and history.

89 David Trimble, « Foreword », in Ulster : An Ethnic Nation ?, Lurgan, The Ulster Society, 1986, p. 3 : [T]he Ulster Society decided that as one of its first ventures it should conduct an inquiry into the national identity of the Ulster loyalist folk […]. [T]he papers [at this conference] demonstrate the clear cultural distinctions that exist within Ireland ; that is between the Republic of Ireland and Ulster. What is not clear however is whether the Ulster identity is to be regarded as an independent entity or an element within British culture generally.

90 Sur cette question, voir Jennifer Todd, « Two Traditions in Unionist Political Culture », Irish Political Studies, vol. 2, 1987, p.1-26.

91 David Trimble, « Foreword », in Ulster : An Ethnic Nation ?, p.3 : I must say that in my experience Ulster loyalists are not gripped with an obsessive worry about their national identity. [T]heir usual reaction is that they know who they are and to wonder why there is a fuss about what, to them, appears obvious. Indeed, to the Ulster loyalist it is not himself, but others who are confused about loyalist identity. [While] the traditional Irish nationalist claims that the Ulster protestants are part of the « historic Irish nation » […] [m]any Englishmen seem unable to distinguish between the native inhabitants of Ireland – to [them] they are all “paddies”.

92 Étant donné que leur « identité britannique » peut être remise en cause par simple décision du Parlement de Westminster – qui a le pouvoir de mettre fin à l’Union législative qui lie l’Irlande du Nord à la Grande-Bretagne – ou par voie de référendum, le fait d’explorer d’autres possibles identitaires constitue une précaution qui paraît judicieuse.

93 L’Accord du Vendredi saint prévoit la possibilité (pour le Ministre chargé des affaires nord-irlandaises) d’organiser régulièrement des référendums pour déterminer la volonté majoritaire. Voir, Annexe I de l’Accord, intitulé Polls for the Purpose of Section I.

94 Dans le texte français, l’orthographe Ulster-scots (et non Ulster-Scots) désigne spécifiquement la langue.

95 Steve Bruce est l’auteur de nombreuses études sur la communauté protestante/loyaliste en Irlande du Nord. Voir la bibliographie.

96 Steve Bruce, « Cultural Traditions : A Double-edged Sword ? », Causeway, automne 1994,p. 21 : [T]he past is now. History is not just an account of what has gone before. It is also the vital material for contemporary self-images. Popular history often tells us more about those promoting it than it does about the past.

97 Ce sont les loges orangistes qui arrivent en tête dans cette catégorie.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540