Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de l'imaginaire unioniste nord-irlandais

 | 
Wesley Hutchinson

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre s’articule autour des questions suivantes : comment l’unionisme est-il imaginé ? Et, au fond, l’unionisme est-il imaginable ? Il n’est pas nécessaire d’être fin politologue pour constater que la position nationaliste irlandaise bénéficie d’une meilleure écoute à l’extérieur que celle de son frère ennemi, l’unionisme. Il s’agit ici d’analyser quelques-unes des raisons de ce décalage en matière de « marketing identitaire ». Le livre met en lumière les multiples obstacles (idéologiques, émotionnels, géographiques) qui empêchent le monde extérieur de s’identifier à la position unioniste. Il démontre cependant que, si les autres ont du mal à le comprendre, c’est dans une très large mesure à cause de la façon déficiente dont l’unionisme s’est lui-même imaginé.

2En effet, l’image que projette l’unionisme à l’extérieur est frappée par une double parcellisation, à la fois temporelle et spatiale.

3La communauté unioniste, fortement marquée par le protestantisme, semble préoccupée par quelques bribes d’histoire – la fin du xviie et le début du xxe siècle – et ne propose aucune lecture de son propre passé dans la continuité. Ses réflexes en matière d’historiographie semblent exclusivement réactifs, déclenchés lors de moments de crise, lorsque sa survie est en jeu ; une fois la crise passée, l’« auto-écriture » s’arrête ; on retombe dans le silence, ponctué par la récitation des victoires acquises.

4Sa lecture de l’espace semble également une lecture dominée par des paradigmes de parcellisation : on recherche le réconfort du mur, ou de son avatar, la frontière, qui délimite l’espace, qui réduit le territoire que l’on doit défendre ; on se préoccupe d’identifier une ville ou un « espace-refuge » vers lequel se retirer ; cette culture hantée par le sentiment de sa propre vulnérabilité a la tentation du ghetto…

5Cette perception de l’unionisme comme idéologie discontinue, exclusive, fragmentaire est en grande partie imputable à la communauté unioniste elle-même qui n’a pas su s’inventer dans la continuité, qui s’est laissé marginaliser par un discours nationaliste cohérent et séducteur. Selon l’analyse acerbe (et pertinente) d’Arthur Aughey :

  • 1 Arthur Aughey, Under Siege : Ulster Unionism and the Anglo-Irish Agreement, Belfast, The Blackstaf (...)

Sous l’ancien régime de Stormont, la position de force détenue par les unionistes les dispensait d’avoir recours au discours. [L’Union a] moins [souffert] de ses défauts intrinsèques que de la bêtise, de l’ineptie et de la paresse intellectuelle de ceux qui, pour une raison ou une autre, étaient censés la défendre1.

6Cependant, la période de la signature de l’Accord anglo-irlandais (1985) a été d’une importance capitale dans l’évolution du discours identitaire unioniste. Les commentateurs s’accordent pour souligner que l’effet déstabilisant de ce document en matière constitutionnelle a donné au camp unioniste un formidable coup de fouet en le contraignant à l’auto-analyse, et surtout à l’auto-explication.

7Une des influences clés dans ce domaine a été celle des cultural traditions en Irlande du Nord. Ce concept s’est imposé comme le dérivé culturel de la logique politique et constitutionnelle des « deux traditions » énoncée par l’Accord. La mise en place de structures gouvernementales, et autres, chargées de stimuler et de financer des projets « culturels » a créé une offre à laquelle ces « deux traditions » en Irlande du Nord étaient invitées à répondre. Un des résultats chez les unionistes a été un foisonnement de travaux de vulgarisation à orientation historique ou « identitaire » destinés à remplir les multiples blancs de l’histoire de la communauté britannique d’Ulster.

8Le livre identifie les organismes qui se sont chargés de cette entreprise identitaire et analyse leurs relations réciproques, notamment en ce qui concerne les institutions politiques, religieuses et culturelles que cette communauté a mises en place. Qu’il s’agisse de l’Education Committee of the Orange Order, de l’Ulster Society ou de l’Ulster-Scots Heritage Council, ces organismes prennent appui sur des structures existantes, notamment l’Ordre d’Orange et le Parti Unioniste d’Ulster (eux-mêmes déjà interconnectés) pour financer, produire, diffuser et consommer les récits ainsi fabriqués.

9Il est clair que nous sommes en présence d’une véritable stratégie culturelle qui est indissociable d’une stratégie politique ; elle suit non pas une ligne politique précise, mais plutôt des objectifs globaux, à savoir défendre les intérêts de la communauté unioniste dans son ensemble et freiner les avancées nationalistes en matière de communication culturelle.

10Le savoir-faire acquis lors de l’élaboration des stratégies de communication suscite l’apprentissage d’une ambiguïté qui n’a pas été jusqu’à présent l’un des traits marquants du discours unioniste.

11Cette nouvelle volonté de « dire », de « raconter » l’histoire de l’Ulster « britannique » est en voie de définir les contours d’espaces que l’on n’associe pas habituellement à la position unioniste. Le récit de Londonderry et de la Boyne, adressé essentiellement à un marché interne, a été complété par d’autres récits qui repoussent les coordonnées spatiales et chronologiques du « peuple britannique d’Ulster » et qui brisent son isolationnisme obsidional : le récit de l’Ulster préhistorique d’Adamson, qui a tant intéressé les chefs paramilitaires loyalistes, offre un ancrage « irlandais » à une communauté dénoncée comme composée de simples colons ; le récit de l’émigration presbytérienne vers l’Amérique et de la conquête de l’Ouest ouvre de vastes perspectives imaginaires à une communauté immobilisée dans un coin d’une île ; le récit des liens avec l’Écosse évoque un riche passé d’échanges linguistiques et culturels. Chacun de ces récits contribue à ce que j’appelle un « désenclavement » de l’espace imaginaire de la communauté britannique d’Ulster. En démultipliant les possibilités d’interaction avec des interlocuteurs différents, cette communauté commence à s’insinuer dans l’imaginaire d’autrui de façon autonome et selon ses propres termes.

12Je souhaiterais enfin remercier certaines personnes pour toute l’aide qu’elles m’ont apportée pendant la préparation de ce travail.

13Tout d’abord, je voudrais remercier M. le professeur Paul Brennan de l’université de Paris III qui m’a encouragé à me lancer dans ce projet. Son enthousiasme, la pertinence de ses critiques et son excellent sens de l’humour ont été des atouts précieux.

14Des contacts privilégiés avec des personnes travaillant « sur le terrain » en Irlande du Nord et ailleurs m’ont permis d’éviter bien des écueils. Je voudrais mentionner surtout les noms suivants : Mark Adair, Director, European Programme, Community Relations Council (Belfast) ; David Burnside, Director, Unionist Information Office (Londres) ; Maurna Crozier, Director, Cultural Diversity Programme, Community Relations Council, (Belfast) ; Michael Hall, pamphlétaire (Newtownabbey) ; Ronnie Hanna, Ulster Society (Lurgan/ Banbridge) ; le révérend Brian Kennaway, Convener, Education Committee, Grand Orange Lodge of Ireland (Belfast) ; Aodán Mac Póilin, Director, Ultach Trust/Iontaobhas Ultach (Belfast) ; Nelson McCausland, Director, Ulster-Scots Heritage Council (Belfast) ; John McIntyre, Secretary, The Ulster-Scots Language Society (Belfast) ; Róise Ní Bhaoill, chargée de mission à Ultach (Belfast) ; Seán Ó Conaile, professeur d’irlandais (Paris) ; Dónall O Ríagáin, Secrétaire général du Bureau européen pour les langues moins répandues (Du­blin) et Anne Smith, Bureau Coordinator, North American Bureau, Ulster Unionist Party (Washington). Ces personnes m’ont toutes accordé leur attention et m’ont ouvert leurs perspectives d’initiés qui ont enrichi ma propre perception d’une manière inestimable.

15Je souhaite également remercier les bibliothécaires de la Linen Hall Library, Belfast (surtout Yvonne Murphy – Librarian, Northern Ireland Political Collection) et de la Ballymena Library (surtout Lynn Buick, Information Development Officer, et Liz Hoy, Local Studies Research and Inquiries Assistant).

16M. Howard Greenaway m’a très gentiment accordé l’autorisation d’utiliser en couverture le collage intitulé Blue Landscape with Figure réalisé par le peintre ulstérien Arthur Armstrong (1925-1996). À ce sujet, je voudrais aussi souligner l’assistance matérielle que m’ont fournie Michael Forbes (ambassade d’Irlande, Paris) et Yvonne Jackson (Office of Public Works, Dublin).

17La liste des personnes à remercier ne serait pas complète sans mentionner les membres de ma propre famille et surtout ma femme, Anne, qui m’a été d’un soutien moral et matériel au jour le jour ; ce travail n’aurait pas pu aboutir sans sa solidarité et la générosité de son concours.

Notes

1 Arthur Aughey, Under Siege : Ulster Unionism and the Anglo-Irish Agreement, Belfast, The Blackstaff Press, 1989, p. 8 : Under the old Stormont regime, unionists relied on the fact of power to do their talking for them […] [The Union has suffered] not so much because of inherited defect as because of the stupidity, ineptness and intellectual sloth of those who, for one reason or another, were presumed to have [its] defence in charge.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540